Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 02 Nov 2016, 17:30

Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede abel chemoul » 02 Nov 2016, 22:09

Bon, on s'ennuie sur ce forum! Lançons un débat franc et fraternel entre groupusculologues!


Site web plus désert que le Sahara, journal qui ressemble à un copié-collé géant, la CGA n'est pas au mieux de sa forme depuis la scission post-attentats de 2015.
La scission, si elle a eu lieu sur des éléments théoriques qui n'ont pas toujours été au centre du débat interne, a tout de même eu lieu sur une fracture historique dans l'orga: com' lib' d'un côté et tenant d'un anarchisme plus traditionnel de l'autre.
Les deux structures qui ont résulté de la scission ont une homogénéité théorique très forte et débarrassée de l'ambiguïté qui a longtemps prévalue et qui transformait parfois la CGA en orga incompréhensible et incapable de prendre une décision quand il le fallait tellement les positions étaient contradictoires.

Avant la scission, l'orga ne s'est jamais réellement développée, absorbant qq groupes ayant quitté la FA ou créés sur les ruines de ces groupes. Le seul point de développement ex-nihilo réel s'étant opéré à partir des militants -hautement charismatiques (quoi je me survends?!)- du Mans qui ont un peu essaimés à Nantes, Tours et Paris.
L'absence de politique de développement a même conduit certains contacts de l'orga a rejoindre l'AL ou la FA.
Perso, en bon plateformiste bien rigide, j'étais de ceux qui pensaient que le non-développement était dû à ce manque d'homogénéité. Mais aujourd'hui, après bientôt 2 ans de scission, l'OA et la CGA en sont au même point que début 2015 et on sent bien dans les deux cas que la scission n'a pas fait que du bien.

Maintenant que la CGA a vu partir sa tendance "anar-tradi", les points de désaccords avec l'AL sont moins nombreux, ils sont même relativement ténus. Alors, pourquoi continuer les frais à maintenir une orga qui ne s'est jamais développée en 15 ans? pourquoi ne pas rejoindre l'AL? le discours "l'AL y sont marxistes" ne tient plus, l'AL s'est "nanardisée" en se développant et les pro-NPA n'ont pas bénéficié de ce développement.
Certes le fonctionnement interne de l'AL est toujours problématique, une sorte de FA-com' lib' mais le fonctionnement archi-démocratique de la CGA l'a souvent empêché de réagir quand il le fallait et vire souvent au bureaucratisme autogéré: la confiance n'exclue pas le contrôle mais le contrôle systématique tue toute activité.
Dans le contexte actuel, les orgas ont touché leur plus haut, y compris l'AL qui s'est le plus développée ces 15 dernières années avec ses 250-300 militants (quand la CGA en aligne moins d'une centaine) et pourtant on a bien vu que dans un mouvement comme la loi Travail, le mouvement libertaire ne pesait rien. On peut toujours sortir des appels "syndicalistes" où on reconnait des militants FA, CGA et AL, ça n'y fait rien, quand le nombre est pas là...
Alors pour une fois, évitons d'attendre la déliquescence et la sclérose définitive d'une orga pour entamer des rapprochements. L'AL+la CGA c'est autour 400 militants, l'AL a des outils médias patiemment construits qui lui permettent de diffuser largement au delà de son cercle de sympathisants, bénéficie d'une certaine reconnaissance dans le mouvement social et syndical quand la CGA ne dispose pour se faire valoir que de deux implantations locales réelles pertinentes et des outils médias inexistants.

Clairement, qu'est-ce qui aujourd'hui empêche les militants CGA de rejoindre l'AL? c'est quoi les griefs?
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 663
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede mimosa rouge » 15 Jan 2017, 12:26

ah ah ah ! maintenant je sais qui est pilotigasse :haha: :lol: :clap: :slt:

:trinque: sm 23
mimosa rouge
 
Messages: 472
Enregistré le: 10 Sep 2011, 19:13

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 16 Jan 2017, 00:03

Ce twist, mais ce twist ! youpeee :eler:
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede abel chemoul » 16 Jan 2017, 13:19

c'est Emmanuel Macron, c'est ça? moi aussi je le soupçonnais en voyant ses prises de positions libérale-libertaires.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 663
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede mimosa rouge » 16 Jan 2017, 15:35

rooh lalala ... 2017, l'année de la risette ! vas y fait un effort rabat-joie sm 23
mimosa rouge
 
Messages: 472
Enregistré le: 10 Sep 2011, 19:13

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 19 Jan 2017, 08:26

Mieux vaut être Emmanuel Macron que Jean Marie Le Pen, n'est-ce pas ? :eler:
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 19 Jan 2017, 08:31

Résistance Libertaire n°6 est en ligne.
http://c-g-a.org/content/resistances-libertaires-6-face-tous-les-reactionnaires-rassemblons-nous-dans-les-luttes-et-c

Au sommaire :

Page 2 : Si Trump vous dégoute, vous devez détester le capitalisme et l'électoralisme !
Page 5 : Attaque fasciste à Lyon sur la croix rousse et la librairie libertaire La Plume Noire
Page 7 : "Tracas, famine, patrouille" le fascisme gagne du terrain
Page 9 : Avec la CLAF, solidarité contre les violences fascistes !
Page 10 : Plus de 20 ans que l'état Français piétine les droits des personnes trans et/ou intersexes!

Vous pouvez trouver le PDF ici :
http://c-g-a.org/sites/default/files/rl-6.pdf

Bonne lecture.
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Pilotigasse » 20 Mar 2017, 10:27

Le nouveau numéro de Résistances Libertaires est en ligne. Il porte sur la question des élections. A lire et à faire lire !

à lire ici : http://www.c-g-a.org/sites/default/file ... alisme.pdf

Au sommaire :

Page 2 :
Les politicien-ne-s ne sont pas la solution, ils font partie du problème !
Page 3 :
Les élections nous divisent ! Soyons uni-e-s dans les luttes pour changer de société
Page 6 :
Autogestion et démocratie directe, le projet libertaire
Page 8 :
La question du Vote utile et de la montée du fascisme

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Pilotigasse
 
Messages: 84
Enregistré le: 07 Mai 2012, 11:16

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede Fred1 » 25 Mar 2017, 10:42

sm 26

Page 2 :
Les politicien-ne-s ne sont pas la solution, ils font partie du problème !
Page 3 :
Les élections nous divisent ! Soyons uni-e-s dans les luttes pour changer de société
Page 6 :
Autogestion et démocratie directe, le projet libertaire
Page 8 :
La question du Vote utile et de la montée du fascisme


On peut résumé en un mot c'est analyse, et c'est mon illumination du jour, ça m'arrive tout les 100 ans alors bon.....

Corruption!? :idea:
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 129
Enregistré le: 14 Déc 2015, 17:04

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede bipbip » 22 Avr 2018, 11:12

Pour gagner, étendons les grèves et massifions les manifestations

Reprenons l’offensive pour un changement radical de société

Destruction du code du travail, privatisation de la SNCF, sélection à l’université, tri, enfermement et expulsion des exilé-e-s, demain le contrôle accru des chômeurs et chômeuses, puis la sécu, les retraites. Au pouvoir depuis un an, Macron déroule son programme libéral et autoritaire, détruit méthodiquement ce que les luttes sociales avaient mis des années à arracher, sans même un faux-semblant de débat ou de négociation, à coups de matraque, de lacrymo et d’arrestations quand le corps social rechigne à se laisser dépecer. Machine de guerre du capitalisme, l’État mène une offensive globale contre tout ce qui permet encore un peu de stabilité dans nos vies, un peu de solidarité, de redistribution.

Rejoindre la bataille maintenant

En face, des résistances existent, comme celles des cheminot-e-s et celles des étudiant-e-s. Leurs batailles sont les nôtres. La fin du statut des cheminot-e-s aujourd’hui, c’est la fin de celui des fonctionnaires demain. La privatisation du rail, ce sont des conditions de travail et de service dégradées, des lignes sacrifiées, avec comme seul critère la rentabilité pour l’actionnaire.

La sélection à l’université, c’est d’abord le renforcement de la sélection par l’argent. Le libre choix des études pour celles et ceux qui ont les moyens d’accéder au savoir. Les boulots d’exécutant pour tout-e-s les autres.

Des batailles qui se mènent, il y en a d’autres, dans les hôpitaux et les Ehpad, la justice, à Carrefour, Air France, etc.
Ces batailles, les secteurs aujourd’hui en lutte ne les gagneront pas seuls. La grève ne se décrète pas, mais si elle ne s’étend pas, si notre camp social ne reprend pas l’offensive, dans quelques mois il ne restera que des ruines. Des pans entiers de la société sont en passe de basculer dans une précarité généralisée. Par l’urgence et par la force, l’État Macron tente d’imposer son projet de société, global et cohérent. En face, il nous faut converger pour en imposer un autre.

Partout, dans nos boîtes, nos administrations, nos lieux de vie, en discutant avec nos collègues, entre précaires, il nous faut rouvrir le chemin de la lutte, de la grève, de l’émancipation collective. Ne pas déléguer le combat à une avant-garde ouvrière condamnée à se battre seule pour toutes et tous. Ne pas s’en remettre aux mirages de tribuns qui viendraient, un jour peut-être, par la magie d’un scrutin, rebâtir tout ce qui aura été détruit. Le passé, de Mitterrand à Hollande en passant par Tsipras en Grèce, montre clairement que la délégation du changement social à une classe politique conquérant le pouvoir d’État n’est pas la voie de la transformation égalitaire de la société.

Pour une autre société, débarrassée de l’État, du pouvoir et du capitalisme

C’est dans la lutte qu’on se retrouve, qu’on invente, qu’on crée de nouvelles conditions de travail et de vie, solidaires, autogérées.
C’est dans la lutte, la grève, que, dans sa boîte, on reprend la main sur son outil de travail, débarrassé de la tyrannie du patron. Jusqu’à réinventer son organisation, comme l’ont fait les camarades de Scop-ti et d’ailleurs.
C’est dans la lutte, le blocage, que les étudiant-e-s de Paul Valéry ont jeté, avec leurs AG ouvertes et leurs cours substitutifs, les premières bases d’une université autogérée et émancipatrice, ouverte à toutes et tous.
C’est dans la lutte, l’occupation, que les militant-e-s de la ZAD de Notre Dame des Landes construisent sur un territoire un autre rapport à la terre et à la vie en société.

Nous savons ce que nous voulons bien mieux que tous les hommes providentiels. Nous savons dans quelles conditions nous voulons vivre et vieillir, travailler, apprendre, jouir.

Si nous nous mettons en lutte, si nous travaillons à nous fédérer, nous pouvons bâtir une autre société. Une société dans laquelle la solidarité serait logique et la concurrence absurde, dans laquelle l’école rendrait plus intelligent-e et plus libre, dans laquelle travailler serait intéressant et utile, dans laquelle l’arrivée d’un-e étranger-ère serait une bonne nouvelle. Une société dans laquelle les soignant-e-s et malades ne seraient pas maltraité-e-s, les travailleur-ses autogéreraient leur entreprise et les usager-ères leurs services, dans laquelle on serait pas défini par la couleur de sa peau, son genre ou sa sexualité, dans laquelle la planète ne serait ni une poubelle ni un magot dont tirer profit. Une société dans laquelle quelques-uns ne se goinfreraient pas sur le dos de tou-te-s les autres, un chef n’aurait pas raison pour tou-te-s les autres.

Nous n’avons pas besoin de l’État, du capitalisme, ni du pouvoir quel qu’il soit. Ce sont eux qui ont besoin de nous pour continuer à prospérer su notre dos.

Stoppons Macron et commençons autre chose.

Groupe Un Autre Futur de la Coordination des Groupes Anarchistes

http://unautrefutur.org/pour-gagner-ete ... estations/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Coordination des Groupes Anarchistes (CGA)

Messagede bipbip » 27 Mai 2018, 17:51

Etendre la grève pour gagner, c’est maintenant !

Étendre la grève pour gagner, c’est maintenant !

Le chacun pour soi c’est tout le monde dans la merde !


Voilà ce qui résume bien le programme Action publique 2022 du gouvernement sur les services publiques et le plan social de suppression de postes dans la fonction publique. Privatisations des missions publiques, externalisation, restructuration des services, qu’est ce que ça veut dire pour notre classe sociale ? C’est vivre en moins bonne santé, être moins bien scolarisé, vieillir plus mal avec une retraite minable, être moins bien logé-e-s etc. Misère, aliénation et individualisme à tous les étages. Nous assistons à une véritable liquidation de ce qu’il reste du système français de services publics. Malgré les précédentes attaques (privatisations et ouvertures à la concurrence, baisse des moyens, remise en cause des statuts et recours aux contrats précaires, restrictions du droit de grève…), les services publics ont la particularité d’échapper encore – à des degrés variables toutefois – à la logique marchande. Cette situation est intolérable pour les capitalistes, qui y voient là une source potentielle de profits s’évaporer sous leurs yeux.

Loin de représenter l’intérêt général ou de constituer le dernier garant de services publics de qualité, l’État révèle sa vrai nature en cette période d’attaques contre le monde du travail : être au service de la classe dominante.

Les cheminot-es, les salariés d’Air France, d’EDF, de La Poste, des EHPAD l’ont bien compris : pour arrêter ce rouleau compresseur, nous n’avons pas d’autres choix que de nous défendre nous-mêmes.

Ils organisent la casse, on organise la lutte !

Il n’y a pas de fatalité. Celles et ceux qui se battent peuvent perdre, celles et ceux qui ne se battent pas ont déjà tout perdu. Nous avons le devoir de leur opposer une solidarité de classe sans faille.

Les conquêtes sociales dont tout le monde bénéficie (congés payés, sécurité sociale, etc.) ont toutes été gagnées en instaurant un rapport de force avec le pouvoir. Grèves, occupations d’usines, blocages… : voilà précisément les moyens qui ont permis et peuvent permettre aujourd’hui encore de gagner. Le mouvement actuel renoue avec ses pratiques qui s’en prennent au porte-monnaie des possédant-e-s, et c’est pour cela que le pouvoir dénigre et réprime avec tant d’énergie ces méthodes.

La lutte des cheminot-es est exemplaire et déterminante. Il est indispensable que l’ensemble de la classe ouvrière fasse front derrière les grévistes de la SNCF et renforce par tous les moyens le camp des travailleuses et des travailleurs dans le bras de fer qui s’est engagé. Si les camarades cheminot-e-s perdent ce combat, c’est l’ensemble du monde ouvrier qui est menacé !

Construisons, développons et renforçons les organisations de résistance populaire (syndicats, comités, collectifs, organisations de luttes), amplifions la convergence de tous les secteurs en lutte…

Refusons la résignation et prenons conscience de notre force !

Pour l’autogestion généralisée

Mais pour se battre encore faut-il savoir pour quel projet ; sans perspective pour donner du sens à la lutte, la combativité s’émousse. En tant qu’anarchistes, nous allons donc au-delà de la simple nécessité de défendre les services publics menacés ou déjà détruits. Nous pensons qu’il faut élargir autant que possible les domaines où la satisfaction des besoins de la population prime sur la recherche du profit maximum pour les élites capitalistes. Pour cela, il est indispensable d’avoir un contrôle ouvrier sur les entreprises, qu’il s’agisse du rail, des télécommunications, de l’industrie des biens et services etc. Pour nous, un service public, ce n’est pas une entreprise de plus dans les mains de l’État français, c’est un service dont les missions sont définies par l’ensemble de la population et où la mise en œuvre est confiée à l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur. C’est seulement lorsque l’ensemble de l’économie fonctionnera sous un tel modèle, lorsque les moyens de production seront aux mains des travailleurs-euses et sous le contrôle de tou-tes, que nous pourrons envisager de pouvoir efficacement satisfaire les besoins de tout-e-s et d’accéder enfin à l’égalité économique et sociale, condition indispensable au libre épanouissement individuel et collectif. C’est le projet de société communiste libertaire que nous défendons.


http://unautrefutur.org/etendre-la-grev ... aintenant/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28815
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Organisations, partis, mouvements politiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité