Contre le pacte trans-atlantique, Tafta, Tisa, Ceta ...

et appels à aller soutenir en urgence...

Contre le pacte trans-atlantique, Tafta, Tisa, Ceta ...

Messagede pascal » 16 Nov 2013, 23:19

syndicalisme contre le pacte trans-atlantique

Accord de libre-échange UE / Etats-Unis :
NON à la marchandisation du monde !

Novembre 2013



---------------------------------- La démocratie une nouvelle fois piétinée ----------



Le 8 juillet 2013, les Etats-Unis et l'Union européenne (UE) ont officiellement ouvert les négociations pour aboutir à la signature d'un traité de libre-échange dont le but n'est ni plus ni moins que d'instaurer un grand marché transatlantique
(GMT) dans lequel toutes les réglementations liées au commerce seraient uniformisées.

Cette démarche politique intervient dans un cadre de crise économique permanente et structurelle, dans lequel la solution consiste pour les gouvernements à propager toujours plus de libéralisme et développer des politiques d’austérité.

Le gouvernement des Etats-Unis cherche donc à signer des accords de libre-échange afin d'intensifier ses échanges commerciaux : après l'ALENA (Amérique du Nord), le Partenariat Trans Pacifique (PTP – avec certains pays d'Asie et d'Amérique latine), le GMT doit permettre aux Etats-Unis de couvrir les principales zones économiques du monde par des traités commerciaux et de
s'assurer une place centrale dans un contexte de concurrence économique
*débridée.

De son côté, l'Union européenne, sous l'impulsion de la Commission européenne et de son commissaire au commerce Karel de Gucht, poursuit sa politique ultra libérale, tant dans ses rapports commerciaux avec les autres Etats et zones
économiques du monde (démantèlement des protections douanières,
libéralisation maximum des échanges commerciaux...) qu'à l'intérieur de ses
frontières (libéralisation de toutes les activités économiques, privatisations, nivellement par le bas des normes sociales...).

Pour faire accepter ces textes par les peuples, les gouvernements et la Commission européenne mettent en avant des chiffres invérifiables (0,5 point
de croissance par an et 400 000 emplois en Europe).
De façon certaine, depuis les années 90, l'explosion du commerce mondial n'a créé ni croissance ni richesse supplémentaire, mais a surtout exacerbé la
concurrence entre les Etats et institutionnalisé toutes les formes de dumping (social, environnemental, fiscal, réglementaire...).

Surtout, encore une fois, ces traités de libre-échange se discutent, se préparent et s'adoptent à l'abri du regard des peuples et de leurs représentant-es, mais sous la forte influence des lobbyistes de tout poil. Encore une fois, le
gouvernement français se retranche derrière l'UE alors qu'il a lui-même confié un mandat de négociations à la Commission européenne et que de nombreux domaines, relevant de la compétence des Etats et non de l'UE, sont concernés par ce projet d'accord.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Un traité de libre-échange d'un genre nouveau : institution du primat marchand sur le monde

Ce traité est d'abord un traité de libre-échange classique, qui a vocation à supprimer toutes les mesures douanières, autrement dénommées « barrières tarifaires au commerce » (droits de douane, contingents et licences d'importation, quotas, etc). Entre les deux blocs économiques, Etats-Unis et UE, ces mesures étaient déjà devenues d'un niveau peu élevé ; les droits de douane des marchandises à l'entrée de l'UE ne sont plus que de 3 % environ.

Par contre, ils demeurent significatifs pour certains secteurs cruciaux, comme les produits agricoles (45 % pour la viande par exemple). A l'image de l'accord signé entre l'UE et le Canada le 18 octobre, le GMT va fragiliser la filière agro-alimentaire européenne et française, qui n'aura plus de protection face à la
concurrence nord américaine caractérisée par des coûts beaucoup plus faibles (du fait de droits sociaux et d'exigences environnementales moindres). Cette logique de prime au moins-disant est caractérisée par la suppression des protections commerciales. Elle permettra également à l'économie américaine de profiter du bas coût de l'énergie permis par l'exploitation des gaz de schiste (GDS) dans le sous-sol américain pour concurrencer à des prix artificiellement bas les produits européens sur leur propre marché. De fait, par cet accord, les pressions vont se multiplier en France pour lever l’interdiction d'exploitation des gaz de schiste.

Au-delà des « barrières tarifaires », ce projet de traité se distingue par son ambition d'uniformiser les « barrières non tarifaires » qui constituent pour les ultra-libéraux des entraves insupportables au commerce. Il s'agit de toutes les législations qui organisent la vie économique et sociale, qui diffèrent selon
les Etats et auxquelles doivent se conformer les exportateurs de marchandises et les investisseurs lorsqu'ils souhaitent opérer sur un territoire. Les négociations portent donc sur un rapprochement des législations en matière du droit du travail, d'alimentation et de santé, de diversité culturelle, d'environnement, etc.

Le salaire minimum, le travail du dimanche, l'exploitation des gaz de schiste [...] les normes alimentaires [...] pourraient être remis en cause...

L'objectif de ce grand marché à venir est donc que l'ensemble de ces normes soient identiques aux Etats-Unis et en Europe : évidemment, le nivellement se fera par le bas, sur la norme la moins-disante, le plus souvent la norme américaine, pour le plus grand profit des multinationales.
Potentiellement, ce sont des dispositifs aussi variés que le salaire minimum, le
travail du dimanche, l'exploitation des GDS (c'est directement leur interdiction
d'exploitation en France qui serait menacée), les normes alimentaires (utilisation du chlore, des hormones de croissance, des antibiotiques dans les viandes exportées des Etats-Unis) qui pourraient être remis en cause. Dans ce grand marché, ils constitueraient des entraves illégales à la liberté du commerce. Pour mesurer l'ampleur du danger pesant sur l'organisation de nos sociétés, rappelons que les Etats-Unis ne sont pas signataires de la plupart des
conventions de l'organisation internationale du travail (OIT), du protocole de Kyoto sur le climat ou encore de la convention de l'UNESCO sur la diversité culturelle.

C'est ce seul aspect qu'a agité le gouvernement français (la fameuse « exception culturelle ») comme ligne rouge à préserver absolument, alors même que beaucoup d'autres aspects fondamentaux sont menacés. De toutes façons, même sur ce point, les rodomontades de pure forme du gouvernement français n'impressionnent pas beaucoup M. de Gucht, qui a d'ores et déjà déclaré qu'il ne s'interdisait l'inclusion d'aucun domaine, culture y compris donc, dans le champ des négociations, sans que cette déclaration n'entraîne de réaction outragée du gouvernement...

Les multinationales disposeront en plus d'un outil redoutable pour assurer la primauté des règles du libre-échange issues du traité à venir sur les réglementations territoriales ; l'instauration d'un mécanisme de justice arbitrale permettant à un opérateur privé de faire condamner un Etat qui ferait prévaloir une norme nationale pour contraindre, voire empêcher des échanges commerciaux internationaux. Ce dispositif est déjà appliqué dans le cadre de l'ALENA et permet à une firme minière de poursuivre le gouvernement canadien contre le moratoire sur l'exploitation des GDS au Québec.

Pour Solidaires, il faut mettre en oeuvre une conception radicalement différente des échanges internationaux

Comme pour le combat mené contre l'AMI (Accord multilatéral sur l'investissement) dans les années 90, Solidaires s'engage résolument dans la lutte contre la mise en place du GMT. Dans cette perspective, Solidaires participe au collectif citoyen - regroupant de nombreux syndicats, partis politiques et associations - qui s'est fondé pour combattre ce grand marché néfaste pour les peuples, des deux côtés de l’Atlantique. Il est plus que jamais nécessaire de mettre en oeuvre une autre conception des échanges
internationaux, privilégiant les droits sociaux et environnementaux, les circuits courts, le respect de la souveraineté agricole et alimentaire pour tous les Etats, notamment ceux du Sud, pour des coopérations pacifiques et non
concurrentielles entre les peuples. Que le principe soit enfin celui des plus hautes protections et l’accès à tous les droits fondamentaux pour tous et toutes !

144 Bd de la Villette

75 019 Paris

Téléphone : 01 58 39 30 20

Télécopie : 01 43 67 62 14

contact@solidaires.org

http://www.solidaires.org
pascal
 
Messages: 24
Enregistré le: 03 Juin 2013, 22:27

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede Pïérô » 23 Nov 2013, 14:13

Mobilisation contre TAFTA

Marche dimanche 24 novembre 2013 à 14h Place Saint Michel à Paris

Stop TAFTA,

le Grand Marché Transatlantique ne se fera pas

RV le 24 novembre à Paris, Place Saint Michel de 14h à 17h.

Marche citoyenne contre TAFTA - Projet d'accord de libre échange négocié entre les Etats Unis et l'Europe dans le plus grand secret et dans un déni total de la Démocratie et pour un objectif de donner le maximum de pouvoir aux Multinationales et à la Finance.

Le 24 novembre, première mobilisation citoyenne contre le Tafta - Action citoyenne de mobilisation avec Réelle Démocratie Maintenant, le Collectif Citoyen les Engraineurs (initiateurs de cette journée d'action) les faucheurs volontaires, la quadrature du net.

Il s'agira de la première mobilisation citoyenne contre le TAFTA

Tant que ce projet anti Démocratique ne sera pas abandonné Réelle Démocratie Maintenant se mobilisera et participera au Collectif STOP TAFTA*!

Le Grand Marché Transatlantique ne se fera pas / * Trans Atlantic Free Trade Agreement, créé à l'initaitive d' ATTAC

Evénemt fb https://www.facebook.com/events/560867843959915/
Pad idées/organisations/participations https://etherpad.mozilla.org/UpCVSCINrW



Montpellier
dimanche 24 novembre 2013 à 14h Place de la comédie
http://montpellier.demosphere.eu/rv/2218
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 24 Déc 2013, 12:18

Article fouillé pour participer à éclairer
Accord Europe - États-Unis : que nous réserve la plus grande zone de libre-échange du monde ?
http://www.bastamag.net/Mariage-commercial-Europe-Etats
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 23 Jan 2014, 09:38

Bruxelles lance une consultation publique sur l’accord commercial entre l’Europe et les États-Unis
http://www.bastamag.net/L-Euope-veut-de ... une-clause
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 27 Mar 2014, 16:14

Appel Stop TAFTA !

Le Grand marché transatlantique ne se fera pas !

Le 14 juin 2013, la Commission européenne a obtenu mandat de la part de tous les États membres pour négocier avec les États-Unis le Transatlantic free trade area (TAFTA). Cet accord cherche à instaurer un vaste marché de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l'OMC.

Ce projet de Grand marché transatlantique vise le démantèlement des droits de douane restants, entre autres dans le secteur agricole, et plus grave encore, la suppression des “barrières non tarifaires” qui amplifierait la concurrence débridée et empêcherait la relocalisation des activités. Il conduirait à un nivellement par le bas des règles sociales, économiques, sanitaires, culturelles et environnementales, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis. Ainsi, la production de lait et de viande avec usage d'hormones, la volaille chlorée et bien d'autres semences OGM, commercialisées aux États-Unis, pourraient arriver sur le marché européen. Inversement, certaines régulations des marchés publics et de la finance aux États-Unis pourraient être mises à bas.

Cet accord serait un moyen pour les multinationales d'éliminer toutes les décisions publiques qui constituent des entraves à l'expansion de leurs parts de marché. Nous pensons tous que ce projet consacre la domination des multinationales européennes comme américaines. Pour certains il affirme également la domination des Etats-Unis. À coup sûr, il asservirait les peuples des deux côtés de l'Atlantique.

Ce projet pourrait introduire un mécanisme d'arbitrage privé « investisseur-Etat », qui se substituerait aux juridictions existantes. Les investisseurs privés pourraient ainsi contourner les lois et les décisions qui les gêneraient, permettant par exemple aux pétroliers d'imposer en France l'exploitation des gaz de schistes et autres hydrocarbures dits non conventionnels. Une telle architecture juridique limiterait les capacités déjà faibles des États à maintenir des services publics (éducation, santé, etc.), à protéger les droits sociaux, à garantir la protection sociale, à maintenir des activités associatives, sociales et culturelles préservées du marché, à contrôler l'activité des multinationales dans le secteur extractif ou encore à investir dans des secteurs d'intérêt général comme la transition énergétique.

Au-delà des échanges de marchandises, le Grand marché transatlantique achèverait l'ouverture à la concurrence des échanges immatériels. Le projet d'accord prévoit d'introduire de nouvelles mesures relatives aux brevets, droits d'auteur, protection des données, indications géographiques et autres formes de la dite « propriété intellectuelle », faisant revenir par la petite porte le défunt ACTA (Accord commercial anti-contrefaçon), refusé en juillet 2012 par les eurodéputés, suite à une large mobilisation des citoyens européens.

Discrètement, de puissants lobbies européens et transatlantiques sont déjà à la manœuvre pour élaborer avec la Commission européenne, seule autorité en charge des négociations au nom de tous les États membres, les termes d'un éventuel accord d'ici 2015. À l'inverse, les citoyens, les mouvements sociaux, les parlementaires européens, n'ont pas accès aux informations sur les négociations en cours. Le secret sur les textes limite également les capacités des pays en développement d'intervenir, alors qu'un tel accord aurait des répercussions juridiques et sociales sur l'ensemble du monde.

Le Grand marché transatlantique serait une atteinte nouvelle et sans précédent aux principes démocratiques fondamentaux. Il ne ferait qu'aggraver la marchandisation du monde, avec le risque de régressions sociales, environnementales et politiques majeures. Nous avons réussi à mettre en échec l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI) en 1997, puis l'Accord commercial anti-contrefaçon en 2012, qui comportaient les mêmes dangers. Citoyens et organisations de citoyens, nous voulons à présent stopper tous ensemble le Grand marché transatlantique et appelons à la mobilisation la plus large et la plus diverse possible, en lien avec les autres mouvements européens et états-uniens, pour contraindre notre gouvernement et l'Union européenne de stopper ces négociations.

https://www.collectifstoptafta.org/

Signataires au niveau national : Agir pour l'environnement, Aitec-Ipam, Les Alternatifs, Amis de la confédération paysanne, Amis de la Terre, Attac, Cedetim, Colibris, Collectif citoyen les engraineurs, Collectif des associations citoyennes, Collectif Roosevelt, Confédération paysanne, Convergence citoyenne pour la transition énergétique, Convergences et alternative, Copernic, Economistes atterrés, Ecologie sans frontières, Europe écologie les verts, Faucheurs volontaires, Fédération pour une alternative sociale et écologique, France Amérique Latine, FSU, GAïA SOS planète en danger, Gauche anticapitaliste, Générations futures, Golias, Jeunes écologistes, Mouvement de la paix, Mouvement des objecteurs de croissance, NPA, la Nouvelle école écologiste, Objectif transition, Parti de gauche, PCF, Réseau action climat, Réelle démocratie maintenant (Indigné-e-s), Réseau environnement santé, Solidaires national, Solidaires douanes, Syndicat national des arts vivants, UFISC, Utopia

Signataires au niveau local : Collectifs locaux anti-gaz de schiste Orb Taurou, Anduze, Pézenas, Castelneau de Guers, Clapiers, Sète, Bassin de Thau, Vigan, Briard, Florac, Montélimar Drôme Sud, Orb-Jaur, Roynac, Toulon, Béziers, Campagnan, Haut-Bugey, Narbonnais, Corbières, Causse Méjean, Jaujac-Ardèche-Lignon, Pays cigalois, Littoral 34, Ardèche, Ain, Pays de Savoie et de l'Ain, Réseau Rhonalpin, Jura, Isère, Lot-et-Garonne, Rhône, Var, Vaucluse, Houille-ouille-ouille 59/62, Écolectif Dégaze Gignac et Environs 34, Montpellier Littoral contre les gaz, pétrole de schiste! et Basta Gaz Alès, Garrigue-Vaunage, Collectif de Vigilance Gaz de Gardanne, Touche pas à mon schiste, Non aux forages d'hydrocarbures Haut-Jura, Carmen (Château-Thierry), ARPE (69)

http://www.confederationpaysanne.fr/mob ... lddul49pa4
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 30 Avr 2014, 01:32

Communiqué d'AL

Partenariat transatlantique : ne nous laissons pas mener en bateau !

Négocié dans le plus grand secret depuis juillet 2013 par la Commission européenne et les Etats-Unis, le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, mieux connu sous le nom de TAFTA (pour Transatlantic Free Trade Area, nom anglais qu’il portait avant d’être rebaptisé Transatlantic Trade and Investment Partnership), est une véritable bombe à retardement pour les droits sociaux et l’autonomie productive des peuples, mais aussi pour les règles sanitaires et environnementales en France et en Europe. Le principe de ce Partenariat est très simple : établir une zone de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis, facilitant la concurrence et les investissements dans un marché de plus de 800 millions d’habitants. L'objectif, pour les capitalistes, est d'ouvrir sans cesse de nouveaux marchés pour maintenir leurs profits et assurer leur survie.

Pour construire ce grand marché transatlantique, le Partenariat prévoit de supprimer progressivement l’ensemble des droits de douane et de parvenir à une « compatibilité de la réglementation » de part et d’autre de l’Atlantique, bref de niveler ou de supprimer tous les obstacles au commerce afin de favoriser les grands groupes américains et européens. On comprend pourquoi les lobbies industriels et financiers sont depuis longtemps à pied d’œuvre pour que ce Partenariat, destiné à réaliser leurs rêves les plus fous, entre rapidement en vigueur. Et on imagine déjà les conséquences sociales et écologiques désastreuses qu’un tel accord de libre-échange pourrait avoir.

Tout d’abord sur l’agriculture traditionnelle et la paysannerie qui, sous l’effet conjugué de la disparition des protections douanières et de l’affaiblissement des normes sanitaires, risquent tout simplement d’être noyées sous les produits agricoles américains (OGM, poulets élevés en batterie et désinfectés au chlore, etc.) et liquidées au profit d’une agriculture intensive adossée aux grands groupes agroalimentaires.

La remise en cause d’un certain nombre de régulations écologiques risque également de précipiter l’entrée sur le marché de firmes énergétiques sans scrupule qui exploitent allégrement les gaz de schiste au mépris de la santé de la population et de la sauvegarde l’environnement.

Dans le même temps, ce Partenariat accélérerait l’ouverture à la concurrence de tous les services publics : le grand marché transatlantique pourrait couvrir également l’éducation, la recherche, les transports, la santé, l’aide aux personnes, la distribution d’eau ou d’électricité – autant de domaines qui, pour les partisans du libre-échange, ne sont rien de plus que des services marchands où se rencontrent des acheteurs et des vendeurs. Pas besoin de développer sur les effets dramatiques d’une telle régression sociale.

Enfin, si ce grand marché devait voir le jour, les conflits entre les investisseurs privés et les Etats seraient réglés directement par des arbitres indépendants, en court-circuitant complètement les juridictions classiques. C’est ce type de règlement des différends qui existe déjà entre le Canada et les Etats-Unis et qui permet à multinationale Lone Pine de réclamer au Canada 250 millions de dollars de dédommagements en raison du moratoire sur l’extraction des gaz de schiste décrété au Québec…

Un cinquième cycle de négociations doit s’ouvrir en juin 2014 entre la Commission européenne et les Etats-Unis. Le dernier cycle de négociations aura lieu en décembre et, si nous ne faisons rien, ce Partenariat est destiné à voir le jour dès 2015.

Pour résister à cette nouvelle attaque libérale, nous appelons à rejoindre les collectifs « Stop Tafta » qui se multiplient et à participer à la journée européenne des résistances et des alternatives le 17 mai 2014.

Nous ne voulons pas de ce Partenariat négocié par des élites économiques et politiques, loin du regard des peuples.
Nous ne voulons pas de ce grand marché transatlantique destiné à maintenir en bonne santé le système capitaliste et à contenter la voracité des investisseurs européens et américains.
Nous ne voulons plus de ce système capitaliste où seule compte la loi implacable du profit.

Alternative libertaire, le 29 avril 2014

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 13 Juin 2014, 13:27

Le traité transatlantique en BD :
http://treatthetreaty.org/fr
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede Pïérô » 26 Juin 2014, 11:37

Tisa, ces négociations commerciales secrètes qui visent à accélérer privatisations et dérégulations

C’est un accord commercial dont personne ne parle, négocié dans l’opacité la plus totale. 50 pays, parmi les plus fervents défenseurs de la libéralisation, discutent en ce moment de l’ouverture du « marché des services » à la concurrence internationale. Éducation, santé, transports, télécommunications, services financiers... Tout est sur la table des négociations. Sans que les citoyens ou parlementaires aient leur mot à dire. Les négociateurs – soumis à la forte pression des lobbys – sont cette semaine à Genève pour le 7ème round de ces pourparlers internationaux, qui pourraient gravement menacer les services publics et les tentatives de régulation du secteur financier. Enquête.

... http://www.bastamag.net/Tisa-ces-negoci ... mmerciales
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Cargill, cible d'une action syndicale

Messagede spleenlancien » 24 Sep 2014, 12:19

Image

Sophie Chapelle, Basta! a écrit:Le siège social de la multinationale Cargill situé à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), est occupé depuis 9h, ce 24 septembre, par une centaine de militants de la Confédération paysanne. Ils protestent contre le projet de traité économique et commercial entre l’Union européenne et le Canada (CETA), à deux jours d’une rencontre à Ottawa pour « célébrer la conclusion historique » des négociations. « Cette occupation vise à dénoncer la prise de pouvoir par les multinationales sur les paysans et citoyens européens et nord américains », indique la Confédération paysanne dans un communiqué.

La firme américaine Cargill n’a pas été choisie par hasard par les syndicalistes. Elle est la première multinationale agro-alimentaire mondiale avec un chiffre d’affaires de 140 milliards de dollars. « Elle a fondé sa fortune sur la production, la vente et la distribution de maïs sur la planète », souligne la Confédération paysanne qui considère que cette société est « à l’origine de l’industrialisation de l’agriculture ». Elle est pointée du doigt comme un acteur majeur de la crise alimentaire mondiale en 2008 du fait de la spéculation sur les matières premières, rappelle RFI. La firme américaine travaille étroitement en France avec Sofiprotéol, leader français dans les huiles de colza, de tournesol ou de soja (notre enquête).

Comme le montre un rapport de l’Observatoire européen des entreprises (CEO), les lobbys de l’agro-industrie sont aujourd’hui très actifs dans les négociations sur les traités de libre-échange. Cargill est notamment membre de la puissante US Meat Export Federation, qui fait ouvertement pression auprès de la Commission européenne pour la conclusion de ces accords. « La Confédération paysanne refuse de laisser aux multinationales le pouvoir de dicter leur avenir aux paysans, et de choisir l’alimentation des citoyens », appuie le syndicat.

La fin de l’agriculture paysanne ?

La Confédération paysanne craint que ces accords n’affaiblissent des filières de production comme le bœuf en Europe. La suppression des droits de douanes pourrait en effet générer un déferlement de viande bovine bon marché auquel les producteurs locaux ne pourraient faire face. La remise en cause des critères de qualité comme les Appellations d’origine protégée, la dégradation des droits sociaux, la révision à la baisse des normes environnementales et sanitaires : autant de mesures qui « sacrifieraient l’agriculture paysanne au profit de l’agriculture capitalistique, industrielle et financiarisée, des deux côtés de l’Atlantique », dénonce la Confédération paysanne.

Le syndicat paysan demande aux élus de « prendre leurs responsabilités », de « stopper le CETA » et de « mettre fin aux négociations sur le TAFTA », le projet d’accords de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis. Sept régions françaises ont d’ores et déjà adopté une délibération pour demander l’arrêt des négociations du TAFTA (l’Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Lorraine, la Franche-Comté, le Limousin et Provence-Alpes-Côte d’Azur – la Basse-Normandie a voté un vœu de vigilance). Trois départements – le Tarn, l’Hérault et la Seine-Saint-Denis – ont suivi le mouvement, auxquels s’ajoutent une soixantaine de communes « hors TAFTA ». Un appel est également lancé aux citoyens européens contre le traité transatlantique. Une journée d’action décentralisée contre les accords de libre-échange aura lieu le 11 octobre 2014, à l’initiative du Collectif national unitaire Stop Tafta.



http://www.bastamag.net/Cargill-la-prem ... inationale
spleenlancien
 
Messages: 270
Enregistré le: 07 Oct 2011, 22:17

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 28 Sep 2014, 11:47

Journée d'action européenne

TAFTA, CETA, TISA
11 octobre 2014
Mobilisations partout en France


Manif'action à Paris
Rdv 14h30 place de Stalingrad

TAFTA, CETA, TISA ?

Ces sigles désignent des accords de libre-échange et d'investissement négociés dans le plus grand secret. S'ils sont adoptés, ils consacreront la domination des multinationales sur nos sociétés, au détriment des citoyen.ne.s et de la démocratie. _ _ Sous couvert d'une hypothétique relance de la croissance, ces accords s'attaquent aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales. Si elles s'estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les Etats devant des tribunaux privés d'arbitrage, hors de tout contrôle démocratique.

Ces accords menacent de mettre en péril ce qui rend nos sociétés encore vivables.

Le 11 octobre, mobilisons-nous pour faire échouer ces négociations !

Des actions sont prévues partout en France et à travers l'Europe.

Pour en savoir plus et vous mobiliser, rendez-vous sur le site du collectif national Stop TAFTA : http://www.collectifstoptafta.org

STOP AFTA, CETA, TISA
Contre les multinationales et leur monde


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede Blackwater » 09 Oct 2014, 18:22

La liste des villes où y a des actions Stop Tafta ce samedi (journée d'action européenne) : http://stoptafta.wordpress.com/2014/09/ ... le-tisa-2/
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 13:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Contre le pacte trans-atlantique

Messagede bipbip » 11 Oct 2014, 01:38

Tract d'Alternative Libertaire

Tafta, Tisa, Ceta : rêve des capitalistes, cauchemar des peuples !

Plusieurs accords de libre-échange sont en cours de négociation à l’échelle mondiale. Ces accords, destinés à servir les intérêts des entreprises multinationales, sont une menace majeure pour l’ensemble des droits sociaux (droit du travail, droit à la santé) et pour l’environnement.

Deux accords sont négociés dans le plus grand secret par la Commission européenne : le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (ou Tafta), négocié avec États-Unis, et le Ceta, négocié avec le Canada. A cela s’ajoute le traité Tisa, qui touche 50 pays à travers le monde et a pour but de vendre les services publics.

L’objectif affiché de ces traités est de supprimer progressivement toutes les barrières douanières mais aussi toutes les règles qui empêchent les capitalistes de faire encore plus de profit. En clair, cela revient à faire sauter les normes de protection de la santé (par exemple les règlements sanitaires sur les OGM ou sur les poulets traités au chlore), les normes de qualité (AOC, bio) ou les normes environnementales (sur l’exploitation des gaz de schiste notamment).
• Lire également l’argumentaire d’AL, « Le libre-échange contre la liberté des peuples » http://www.alternativelibertaire.org/?T ... re-echange

Les mesures ultralibérales que tentent d’imposer ces textes ne sont pas nouvelles : de nombreux pays d’Amérique latine ou d’ailleurs subissent déjà des accords commerciaux aussi dramatiques. La nouveauté de ces accords, c’est qu’ils tentent de s’attaquer à tout en même temps. Si les capitalistes tentent aujourd’hui d’imposer des accords aussi désastreux pour les peuples, c’est parce qu’ils sentent que la résistance n’est pas à la hauteur et qu’ils ont pour l’instant les mains libres. Si nous voulons les empêcher de nuire, à nous de montrer que nous avons encore la capacité de résister !

Une arme de guerre pour les multinationales

Avec les traités en cours de négociation, tout ce qui peut être considéré comme un frein au commerce pourra être attaqué. Les services publics, qui échappent encore à la loi du marché, sont directement visés et les multinationales espèrent bien forcer les États à privatiser sans limite. Parmi les services en ligne de mire : l’éducation, mais aussi la santé, la sécurité sociale, la distribution de gaz ou d’électricité, la distribution de l’eau, etc.

Ces traités tentent également d’imposer un système de règlement des conflits entre les multinationales et les États qui échappe totalement à la justice classique. Lorsque les entreprises jugeront qu’une règle porte atteinte à leurs intérêts, elles pourront attaquer l’État et demander des dommages et intérêts colossaux. Et ce n’est même pas une cour de justice mais un groupe d’arbitres qui tranchera, sans possibilité de faire appel. Ce système a déjà été imposé dans d’autres pays où les multinationales ont par exemple fait condamner des États pour avoir augmenté le SMIC, ou interdit les gaz de schiste...

Organiser la résistance

Pour l’instant, les gouvernements n’affichent aucune réaction face à ces traités qui risquent de modifier complètement les règles du jeu capitaliste à l’échelle mondiale. Les parlements nationaux (comme l’Assemblée nationale en France) ou le Parlement européen restent muets alors qu’ils auront la possibilité de rejeter les projets d’accord. Pour empêcher les grandes firmes multinationales de se croire tout permis, nous appelons donc à participer à la campagne internationale contre le CETA et à rejoindre les collectifs « Stop Tafta » qui se multiplient.

Nous ne voulons pas de ce Partenariat négocié par des élites économiques et politiques, loin du regard des peuples. Nous ne voulons pas de ce grand marché transatlantique destiné à maintenir en bonne santé le système capitaliste et à contenter la voracité des investisseurs européens et américains. Nous ne voulons plus de ce système où seule compte la loi implacable du profit.

http://www.alternativelibertaire.org/?T ... a-reve-des

Tract PDF : http://www.alternativelibertaire.org/IM ... euples.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique, Tafta, Tisa, Ceta ...

Messagede Pïérô » 08 Mar 2015, 02:23

Lille, lundi 9 mars

Convergence transfrontalière des luttes contre l'austérité, la dette et les traités internationaux au service des multinationales

Meeting Franco- Belge à partir de 19 h
Salle du gymnase, 7 place Sébastopol, Lille

La salle sera ouverte à partir de 18 heures . de 18 h à 19 h nous projetterons des video concernant l'ensemble des thèmes.

un spectacle sera donné par la troupe " la sainte église de la consommation" le meeting suivra à 19 h

L'objectif : est de construire une démarche citoyenne transfrontalière contre l'austérité en nous appuyant sur la mobilisation de ces derniers mois en Belgique , sur les perspectives de mobilisation en France (grève le 9 avril Solidaires, CGT, FO), et sur les multiples initiatives internationales citoyennes ou associatives en cours ( journée internationale à Franfort le 18 mars), contre les traités internationaux TAFTA, CETA, TiSA, le 18 avril), grande parade à Bruxelles le 29 mars etc..

premiers signataires: Belgique : CADTM, CSC, CNE, MOC, Tout autre chose France : AC ! ATTAC Lille, Roubaix Tourcoing et Villeneuve d'Ascq, Collectif STOP-TAFTA, Ligue des Droits de l'Homme 59/62, SOLIDAIRES 59/62,


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre le pacte trans-atlantique, Tafta, Tisa, Ceta ...

Messagede bipbip » 14 Avr 2015, 13:20

Journée mondiale de mobilisation, samedi 18 avril

Image

Depuis des décennies, les gouvernements négocient en secret des accords de libre-échange et d’investissement. Ces accords sapent nos droits, détruisent l’emploi et l’environnement dans le seul intérêt court-termiste des multinationales. Les négociations transatlantiques avec les États-Unis (TAFTA) et le Canada (CETA) en sont de parfaits exemples. Mais sur tous les continents, les mobilisations s’amplifient pour dénoncer ces traités des multinationales et promouvoir la justice sociale et écologique.

En quelques mois, la campagne Stop TAFTA a pris de l’ampleur en Europe : 1,5 million de signatures de l’Initiative citoyenne auto-organisée, création de milliers de collectifs locaux, multiplication des débats publics et actions, collectivités « Hors TAFTA », encerclement du Conseil de l’UE... et journée européenne Stop TAFTA le 11 octobre dernier. Nous avons permis de mettre en lumière ces projets d’accords et d’ouvrir un débat public sur ce sujet. Puisque les gouvernements font la sourde oreille, le 18 avril nous ferons encore plus de bruit pour dire Stop TAFTA et Stop CETA avec les mouvements de toute l’Europe et d’Amérique du Nord !

Le collectif Stop TAFTA appelle à décliner l’appel international à action [1] sur tout le territoire pour mettre en échec les traités des multinationales et promouvoir une économie au service des peuples et de la planète :

Pour l’agriculture paysanne : Stop TAFTA !

Alors que l’agriculture à taille humaine et respectueuse de l’environnement étouffe déjà sous le rouleau compresseur de l’industrialisation, TAFTA déversera un déluge de produits agricoles à bas coût qui détruiront les filières agricoles, dérèglementera l’utilisation de pesticides, renforcera les droits de propriété intellectuelle qui bénéficieront aux multinationales semencières et chimiques, facilitera l’utilisation des OGM et mettra à terre le système AOC [2] / IGP [3] . Il poussera les paysans à la faillite, accélèrera le dépeuplement des campagnes, la transformation de nos fermes en usines, et installera encore plus profondément la malbouffe au cœur de nos vies.

Pour la santé : Stop TAFTA !

Alors que les systèmes de santé européens sont sous la pression constante des politiques d’austérité, le TAFTA vise à ouvrir des pans entiers de la protection sociale, de nos systèmes médicaux et hospitaliers aux intérêts des multinationales, et à faire primer ceux-ci sur l’intérêt général. Brevets sur les médicaments renforcés ; attaques contre la transparence des essais cliniques ; nouvelles armes données aux multinationales, y compris du tabac, pour attaquer les législations sur la santé publique ; abaissement des normes sanitaires et phytosanitaires : le TAFTA nuit gravement à la santé.

Pour le climat : Stop TAFTA !

Alors que la crise climatique est le plus grand défi du XXIe siècle, le TAFTA va à l’encontre de la transition énergétique et écologique dont nous avons besoin pour éviter le désastre. Le TAFTA donnera de nouvelles armes aux pétroliers pour tuer les initiatives et le développement des technologies de la transition et empêchera d’interdire les méthodes d’extraction climaticides (gaz de schistes, sables bitumineux, etc.). De plus, l’augmentation des flux de marchandises de part et d’autre de l’Atlantique va à contre courant de la nécessaire relocalisation de nos économies. L’adoption du TAFTA enverrait un message clair : Game Over pour le climat.

Pour l’emploi : Stop TAFTA !

Alors que les travailleurs américains souffrent du refus de leur pays de ratifier les conventions internationales les plus basiques en matière de droits sociaux, le TAFTA vise à renforcer la concurrence entre les travailleurs des deux côtés de l’Atlantique. L’accord facilitera la course aux bas salaires et au droit du travail dérégulé. Il permettra aux multinationales d’accroître les pressions à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Les effets de la compétitivité par le bas ne s’arrêtent pas là : des études tirent la sonnette d’alarme et prédisent jusqu’à 600 000 pertes d’emplois en Europe dans la première décennie de l’accord. Pour les travailleurs européens et américains, c’est un système perdant-perdant, où seuls les actionnaires gagneront. Pour l’emploi local et durable, le TAFTA ne passera pas !

Pour la démocratie : Stop TAFTA !

Alors que le pouvoir du politique est de plus en plus faible, le TAFTA, en créant des règles supérieures aux lois, renforcera l’impuissance des décideurs élus. L’accord créera une nouvelle institution euro-américaine qui affaiblira les parlements et les collectivités. Enfin, il mettra en place des tribunaux privés au service des multinationales, qui pourront contourner la justice, attaquer les lois qui les dérangent et obtenir des milliards de compensation. Le message du TAFTA est clair : la démocratie n’est pas compétitive !

Le TAFTA et les autres traités de libre-échange ne prospèrent que grâce à l’opacité qui les entoure. C’est en exposant ces vampires à la lumière que nous les ferons disparaitre. Le 18 avril, faisons jouer l ‘ « effet Dracula », braquons nos projecteurs sur ces accords !

Ensemble, nous pouvons arrêter les accords en cours de négociation et renverser les effets néfastes des accords passés. Nous pouvons faire avancer nos alternatives, qui placent les peuples et la planète avant les profits des multinationales.

https://www.collectifstoptafta.org/l-ac ... outes-dans

https://www.collectifstoptafta.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le pacte trans-atlantique, Tafta, Tisa, Ceta ...

Messagede bipbip » 16 Avr 2015, 01:24

Tract d'AL

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Autres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité