Bateaux pour Gaza

et appels à aller soutenir en urgence...

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede bipbip » 07 Mai 2011, 12:18

çà avance, çà avance...
Image


Nantes ce samedi 7 mai :
Manifestation nautique de 14h à 20h

Image


Malakoff (92), mardi 10 mai :
Un bateau français pour Gaza
. 20 h : Accueil autour d'un buffet - Information sur la situation en Palestine et présentation du mouvement pacifique à Bil'in
. 20h30 : Projection de «Gaza nous arrivons» suivie d'un débat en présence du réalisateur Yiannis Karipidis, de responsables du comité de pilotage national de la campagne « Un bateau français pour Gaza » et de personnalités soutenant cette initiative. Anastassia Politi, comédienne et metteur en scène, lira des poèmes de Mahmoud Darwich.
Le film : Août 2008, pour la première fois depuis 41 ans, deux bateaux battant pavillon grec brisent le blocus qu'Israël impose sur la bande de Gaza. Gaza We Are Coming (Gaza nous arrivons) raconte la conception, la préparation et la réalisation du périple de ces 2 bateaux.
Maison des jeunes et de quartier, 4 Boulevard Henri Barbusse, Malakoff (92)


Bagneux (92), jeudi 12 mai :

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29662
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede bipbip » 28 Mai 2011, 18:27

490 000 euros de dons récoltés
Image
sur les 500 000 nécessaires pour l'envoi du bateau



Saint Brieux, 4 juin :

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29662
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 14 Juin 2011, 01:07

Image

Deux sites : http://www.freedomflotilla.eu et http://witnessgaza.com


« UN BATEAU FRANÇAIS POUR GAZA »
Mobilisation à MARSEILLE le 18 juin à 14h00 au Vieux-Port

Le 18 juin à Marseille : Tou-te-s sur le pont !


- pour soutenir le bateau français et la flottille internationale qui prendront le large fin juin - pour demander à notre gouvernement la protection du bateau français et de la flottille de la liberté II - pour exiger la levée immédiate et sans conditions du blocus de la bande de Gaza

Au programme, une grande manifestation dans la ville, un rassemblement festif avec animations et prises de parole de responsables politiques mais aussi de membres de la délégation française.

Ensemble, nous menons une campagne exceptionnelle, avec plus de 1500 évènements partout en France et plus de 500 000€ de dons.

Aujourd’hui, les pressions contre la flottille se multiplient. Notre nombre et notre détermination doivent répondre aux intimidations et tentatives d’empêcher la flottille II de prendre la mer.

Tou-te-s à Marseille le 18 juin : mobilisons largement autour de nous pour poursuivre cette formidable campagne de solidarité, pour briser le blocus de Gaza !

Rendez-vous à Marseille le samedi 18 juin à 14h au Vieux-Port

http://www.millebabords.org/spip.php?article17773
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 18 Juin 2011, 11:18

Pressions du gouvernement israëlien, menaces et désinformation, tout semble bon pour s'attaquer à ce projet.
Divers communiqués :

Communiqué du collectif national : Paris, le 16 juin 2011

Le bateau français pour Gaza devait initialement partir de Marseille le 18 juin pour rejoindre la flottille européenne d’une quinzaine de bateaux, dont un cargo chargé de 250 tonnes d’aide humanitaire pour Gaza. Craignant des actes malveillants, le collectif a amarré le bateau dans un port étranger, tenu secret. Le CRIF estimait récemment dans un communiqué que la flottille était "une provocation, un acte de guerre." Demain une grande manifestation de soutien, avec des personnalités du monde politique et syndical, est organisée à 14 heures au Vieux-Port. Un bateau français rejoindra fin juin la Flottille de la Liberté II..

Grâce au soutien de milliers de citoyens, un bateau français rejoindra la Flottille internationale fin juin. Fort de la mobilisation populaire et du succès de cette campagne, un second bateau français est même envisagé..

Le bateau français sera bel et bien présent pour se rendre dans le port de Gaza contrairement à ce que différentes rumeurs ou articles de presse laissent entendre..

Pour des raisons pratiques, le choix a été fait de ne pas présenter ce bateau dans le port de Marseille. Certains membres de la délégation française seront eux présents le 18 juin à Marseille pour témoigner de leur engagement. La liste complète de la délégation y sera rendue publique samedi lors d’une conférence de presse..

Un bateau français sera donc aux côtés des autres bateaux de la Flottille, et l’ampleur de la mobilisation et des fonds récoltés en soutien au bateau français ont permis d’envisager un second bateau..

Nous accosterons à Gaza, pas de doute..



Flottille de la Liberté, les menaces d’Israël doivent être condamnées

Paris le 17 juin 2011

Plus le départ de la Flottille de la Liberté approche, plus les pressions et les menaces de recours à la force de la part du gouvernement israélien se renforcent. Le gouvernement français et les Nations unies doivent prendre leurs responsabilités et protéger les participants de la flottille. Comme en mai 2011, le gouvernement israélien n’a aucun droit d’utiliser la force.

La coalition internationale de Flottille de la Liberté II a appris que le gouvernement israélien avait annoncé à la Turquie et à la Grèce son intention d’utiliser la force contre les bateaux de la Flottille. Des pressions économiques sur la Grèce, en pleine crise économique, seraient aussi exercées afin que son gouvernement interdise le départ du bateau grec.

Le gouvernement français et les Nations unies doivent condamner de telles menaces contre une mobilisation citoyenne et non violente et assurer la protection des participants de la flottille. Ils doivent tenir compte des milliers de soutiens qui se sont exprimés au cours de la campagne Un bateau français pour Gaza.

La Flottille internationale est une action de la société civile, que la continuation du blocus de Gaza et l’absence d’actes de nos gouvernements a rendu nécessaire. Les Nations unies ont une nouvelle fois mis en cause le blocus. Pour le porte parole de l’UNRWA (1), « il est difficile de comprendre la logique d’une politique pensée par l’homme qui appauvrit de façon délibérée tant de gens et qui condamne des centaines de milliers de personnes potentiellement actives à une vie de misère ». Il ajoute : « le nombre de gens qui viennent à nous, vivant dans une pauvreté absolue avec à peine plus de 1 dollar par jour, a triplé depuis que le blocus a été imposé, il s’élève à 300.000 personnes, tandis que de nombreux projets de reconstruction sont toujours en attente d’approbation. L’avenir s’annonce sombre. »

Le gouvernement israélien a été clair, il utilisera la logique de la force, nous lui opposerons celle du droit. Face à l’intimidation, nous répondrons par notre détermination.
http://www.unbateaupourgaza.fr/index.php/La-Campagne/Flottille-de-la-Liberte-les-menaces-d-Israel-doivent-etre-condamnees


Les organes de propagande israéliens mentent :
le bateau français pour Gaza est sur le départ


le bateau français fait partie de la Flottille II, et comme les autres bateaux de cette flottille, il accostera à Gaza à la fin du mois !
Le Ynet, organe de propagande israélien, fabule. À la date du 15 juin au soir, il annonce en haut de sa page qu’il n’y aura plus de bateau français pour Gaza et ce, dit-il, grâce à la pression exercée par la « communauté » juive de France, qui a envoyé plus de 500 lettres aux députés et a contacté les agences d’assurance. Ce site, pourtant réputé être le plus visité d’Israël, est membre du groupe de presse du premier journal du pays, le Yediot Aharonot. Professionnel donc, ce qui ne l’empêche pas de fabriquer sa propre réalité : il y a déjà un bateau français pour Gaza !voire deux !!Il y a déjà des centaines d’inscrits pour le départ de ce bateau, (et il faut élire parmi eux ceux qui feraient partie de la « délégation »), dont des députés européens et nationaux, dont des médias français. le bateau français fait partie de la Flottille II, et comme les autres bateaux de cette flottille, il accostera à Gaza à la fin du mois !

Là n’est pas le sujet. Pourquoi un bateau français pour Gaza, et pourquoi cette flottille ? Le dernier rapport de l’UNRWA, agence de l’ONU établie en 1950 pour prendre en charge les réfugiés palestiniens, est sorti pratiquement le même jour que les mensonges de Ynet. Il faisait le bilan des 4 années déjà écoulées du blocus imposé à Gaza. Il parle d’une catastrophe humanitaire qui ne fait que s’accentuer. La moitié de la population du secteur, estimée à 1 million 657 mille personnes, ne travaille pas, et ceux qui vivent avec moins de 1.25 dollars par jour (moins de 1 euro) sont estimés à 300 000 personnes selon la banque mondiale, ce chiffre a triplé depuis le siège selon la même source. En plus, tout manque à Gaza : les médicaments, le fuel pour faire fonctionner les générateurs d’électricité dans les hôpitaux, puisque la majorité des stations d’électricité a été bombardée et détruite par l’armée israélienne. Tout est en suspens et en dégradation à Gaza. Ceci a valu au secteur d’être appelé la plus grande prison à ciel ouvert au monde, et selon ce même rapport de l’UNRWA une des régions les plus pauvres au monde.

Il faut lever le siège de Gaza. Immédiatement. Comme partout, il est illégal et inhumain d’assiéger une société entière. La position qui défend ce siège, en liant sa levée aux suites des négociations de paix (complètement gelées !) est d’un cynisme effroyable. Elle autorise la poursuite de la tuerie en cours pour des considérations d’ordre politique. Si l’ONU, qui a déjà condamné ce siège, est paralysée par ses équilibres internes et n’arrive pas à mettre en applications ses décisions, les hommes et les femmes libres de par le monde, ont le droit – et le devoir – d’agir pour attirer l’attention sur la situation de la population de Gaza, pour soulever l’indignation générale à son égard, pour la condamner, et pour participer selon leurs moyens à lui mettre fin. Voilà les objectifs de cette flottille dont fait partie le bateau français.

Des dizaines de milliers de citoyens ont participé à la campagne « un bateau français pour Gaza ». Ils et elles ont donné 600 000 Euros qui ont rendu possible l’achat des bateaux. Des concerts, des meetings, des tournées ont été organisés partout en France en soutien à cette campagne. Des associations juives, françaises et européennes, y ont participé et participent à la flottille ,qui démontrent l’usurpation faite de la qualité de « juif », et la dangereuse et dégoutante instrumentalisation d’une illusoire « communauté » juive de France qui serait aux ordres du gouvernement Israélien.

La coalition qui a lancé la campagne est constituée conjointement du « Collectif français pour une paix juste entre palestiniens et israéliens » et de la « plateforme française des ONG pour la Palestine », rejoints par d’autres coalisions dont celles régionales représentatives de l’ensemble du pays.Le bateau français naviguera vers Gaza au sein de la flottille internationale II, pour porter les valeurs de paix juste, du droit à la dignité humaine, à la liberté, et celles de la solidarité internationale, contre la barbarie. Voilà la vérité du terrain.

le vendredi 17 juin 2011

CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien)
http://www.france-palestine.org/article17617.html


communiqué de l' Union Juive Française pour la Paix (UJFP) du 15 juin 2011 :

C’est le blocus de Gaza qui est un scandale, et non la flottille internationale

Le journal israélien Ynet publie dans son édition du 15 juin un tissu d’affabulations sur le bateau français de la flottille internationale. Fort d’informations fournies par « la communauté juive de France » il annonce que le bateau français ne partira pas suite aux pressions efficaces de cette soi-disant communauté.

Il est donc temps de remettre certaines pendules à l’heure.

Le bateau français financé et porté par l’élan de solidarité avec Gaza de dizaines de milliers de donateurs (près de 600 000 euros récoltés à 90 % en chèques de moins de 30 euros, c’est la voix du peuple qui s’exprime) se prépare avec détermination, et il partira pour faire ce que ni le gouvernement français, ni l’Union Européenne, ni ce que l’on appelle la communauté internationale ne veulent toujours pas faire, depuis quatre ans de siège d’un million et demi de personnes asphyxiées et bombardées nuit et jour, et même depuis l’opération « plomb durci » : dire stop , dire non au crime contre une population civile, imposer au gouvernement israélien la levée de ce blocus indigne et scandaleux. Le bateau français partira, chargé de personnalités représentatives de la société civile et d’élus, il se dirigera vers Gaza et portera haut et fort le message du peuple français : l’ignominie de cette politique meurtrière et sans avenir doit cesser. Le blocus doit cesser, la politique israélienne doit être sanctionnée. C’est GAZA le scandale, ce n’est pas la flottille. Ce sont les bombes au phosphore, et les bombardements sur les écoles et les hôpitaux qui sont inadmissibles, c’est l’impunité le scandale, ce n’est pas la mobilisation citoyenne pour le respect du droit international et contre les crimes de guerre.

Quant à cette fameuse « communauté juive » qui se vante du résultat de ses pressions, il s’agit de distinguer clairement ici les Instances Communautaires partisanes et sélectives dans leurs indignations, au service d’une seule cause, et qui veulent embrigader d’autorité tous les juifs français dans ce mauvais combat, des juifs de France eux même, nombreux et très divers dans leurs opinions.
Il faut préciser par exemple, qu’il y aura sur ce bateau des passagers juifs, membres ou non de l’UJFP, comme il y aura des Juifs sur tous les bateaux de la flottille, souvent membres du réseau juif européen pour une paix juste (EJJP)

D’innombrables juifs français ne se reconnaissent pas plus dans la politique israélienne que dans l’acharnement du CRIF à soutenir l’insoutenable depuis plus de dix ans maintenant : l’occupation, la colonisation, l’annexion de Jérusalem, l’invasion du sud Liban en 2006, et les opérations sanglantes menées en Cisjordanie et à Gaza. Tout cela assorti à l’instar des gouvernements successifs israéliens d’hypocrites discours de paix. Cela suffit ! Plus personne n’y croit.

C’est ce qui suscite sans doute un acharnement renforcé ces derniers temps et le passage à l’acte violent répété de certains groupes communautaires soutenus et encouragés par le CRIF. Ainsi aux affabulations de certaines instances communautaires s’ajoutent aujourd’hui des agressions comme l’attaque et la mise à sac du Centre International des Cultures Populaires le week end dernier, la diffamation et les menaces de personnes, et l’organisation d’une manifestation appelée par la Ligue de Défense Juive, interdite en Israël comme aux Etats-Unis, avec une quinzaine d’associations dites sionistes, devant le même CICP le 19 juin. On ose espérer que le préfet de Paris sensible en général aux risques de troubles à l’ordre public, ce qui lui a fait par le passé interdire des manifestations de solidarité avec la Palestine, n’hésitera pas dans ce cas précis à assurer la protection d’un centre remarquable par ses activités de solidarité avec le monde entier.

Ynet devrait vérifier ses sources afin de pas tomber dans le piège d’une désinformation orchestrée et ne pas s’abaisser à servir une aussi vile propagande. A moins que... l’hystérie politiquement entretenue en Israël ne conduise des journalistes sérieux à ne plus même chercher à vérifier leurs sources. Hystérie est le mot adéquat, à en croire le gouvernement israélien c’est une armada qui monte à l’assaut d’ Israël fin juin ! Un peu de sérieux ! Les bateaux partent chargés de matériel humanitaire, et de militants pacifistes et non violents, ils vont à Gaza, pas à Tel-Aviv, pour manifester leur solidarité humaine et politique au peuple palestinien emprisonné. Le gouvernement israélien ne cesse de prévenir qu’il utilisera la violence. Nous attendons de notre gouvernement la protection qu’il doit à ses citoyens, en route vers Gaza qui n’est pas un territoire israélien, et qui ne sont pas des soldats mais des militants pour la justice seule garante de la paix.

Michèle Sibony - André Rosevègue

co-présidents de l’UJFP ( Union Juive Francaise pour la Paix)

Paris le 15 juin 2011



Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 26 Juin 2011, 14:19

Communiqué au 25/06/2011

Le second bateau pour Gaza est parti de France, coup d’envoi de la seconde Flottille de la liberté

Le « Dignité-Al Karama[1] » est parti ce matin des eaux de l’Ile Rousse en Corse. Il rejoindra dans quelques jours le « Louise Michel » actuellement en Grèce.
Les 40 Français qui embarqueront à bord des deux bateaux en Méditerranée orientale sont prêts. Le rendez vous est donné à Athènes. Dans moins d’une semaine, ils seront en route vers la bande de Gaza. Plusieurs milliers d’euros de matériel seront achetés par la campagne « Un bateau français pour Gaza » et acheminés sur un des deux cargos internationaux de la Flottille.

Les deux bateaux français vont se joindre à la douzaine de bateaux qui ont répondu présents pour cette initiative internationale. Ils apporteront 5 000 tonnes de matériel dans la bande de Gaza

Ce sont ainsi 300 à 400 personnes venus du monde entier qui monteront à bord pour clamer l’urgence de la fin du blocus de la bande de Gaza et le respect du droit international.

Face à cette action citoyenne historique, nos Etats doivent être à la hauteur. Ils doivent agir pour qu’Israël laisse passer les bateaux. La Fédération Internationale des Droits de l’Homme a réaffirmé dans un communiqué de presse la « responsabilité de la communauté internationale de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer l’accès de l’aide humanitaire à la population civile dans la bande de Gaza ».

Nous faisons ce que la communauté internationale devrait faire. Notre pression porte déjà ses fruits. A quelques jours du départ de la Flottille, Israël a autorisé l'ONU à importer les matériaux nécessaires à la construction de 1 200 logements et de 18 écoles dans la bande de Gaza.

Ce que nous voulons est la fin totale du blocus de la bande de Gaza et que soit enfin respectés les droits fondamentaux et la dignité des Palestiniens.

(1) « dignité » en arabe.




Présentation du bateau français pour Gaza, le "Louise Michel" :



Bon, c'est pas terrible et la chanson en fond est assez insupportable dans le contexte, parce que çà fait un peu départ en croisière... :confus:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 28 Juin 2011, 01:44

A bord de la flotille, Le Monde.fr embarque pour Gaza :
Flottille pour Gaza II, embarquement imminent

Un an après l'arraisonnement meurtrier d'un premier convoi humanitaire au large d'Israël, une nouvelle flottille internationale s'apprête à faire route vers Gaza pour tenter de briser le blocus imposé à l'enclave palestinienne. Contrairement à l'année précédente, deux bateaux français participent à l'opération.

Le premier de ces navires, le "Louise Michel", se trouve actuellement en Grèce. Le second, le "Dignité-Al Karama" a appareillé ce matin de l'Île-Rousse, en Corse. J'embarquerai sur l'un d'eux et m'efforcerai de livrer sur ce blog du Monde.fr le récit de l'expédition.


UNE CAMPAGNE LANCÉE EN OCTOBRE 2010

Ce projet, baptisé "Un bateau français pour Gaza", n'aurait pu se concrétiser sans les 600 000 euros de fonds collectés au cours de la campagne lancée en octobre sous l'impulsion conjuguée de la Plate-forme des ONG françaises pour la Palestine et du Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens.

Près de 70 organisations (associations, partis politiques et syndicats) ont pris part à la mobilisation. De Lille à Marseille en passant par Strasbourg, Toulouse ou Alençon, militants et conférenciers ont sillonné le pays. Trois semaines de tournée en février. "Ça a été un vrai succès", témoigne Julien Rivoire, membre du Nouveau Parti anticapitaliste et du comité de coordination de la campagne. "On arrivait sur les marchés en camion avec une sono, des banderoles, des tracts et une tirelire. A Toulouse, au Mirail, on a récolté 600 euros en deux heures. C'était pendant les révolutions tunisienne et égyptienne. Il y avait un climat particulier, les gens se disaient 'c'est possible de faire changer les choses'".


EFFET BOULE DE NEIGE

Porté par cet élan, la mobilisation fait boule de neige, dépassant rapidement les cercles militants traditionnels. Manifestations, expositions, projections de film ou lâcher symbolique de bateaux en papier... Ce sont finalement plus de 1 500 événements qui sont organisés à travers la France. Les dons affluent. "On était loin d'imaginer que le mouvement prendrait une telle ampleur", se félicite Maxime Guimberteau, chargée de la communication d'"Un bateau français pour Gaza".

"J'ai l'impression que cette campagne a réveillé les gens. Une vraie ferveur s'est substituée au fatalisme qui avait gagné beaucoup d'anciens militants engagés dans le mouvement pro-palestinien", observe Alain Bosc, membre de la Cimade et du comité de coordination d'"Un bateau pour Gaza". Très relayée au sein des associations, l'initiative a également été accueillie avec enthousiasme dans les quartiers populaires et notamment "auprès des familles françaises d'origine arabe, sensibles à la question palestinienne et au sort des habitants de la bande de Gaza".


90 % DE DONS DE PARTICULIERS

De nombreuses structures chrétiennes comme le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre Solidaire) ou les Chrétiens de la Méditerranée ont également mobilisé leurs réseaux. Un appel, lancé notamment à l'initiative de l'archevêque de Sens-Auxerre et des évêques de Troyes et de La Rochelle, a été envoyé dans tous les diocèses, pour encourager les fidèles "à faire une place particulière dans leur prière personnelle et en communauté pour que la deuxième flottille de la liberté puisse atteindre ses objectifs au service de la paix".

Résultat : sur l'ensemble des 600 000 euros collectés, 90 % des dons viennent de particuliers. D'après les organisateurs, "la plupart des gens ont participé à hauteur de 5, 10 ou 50 euros". S'y ajoutent les contributions des organisations signataires, les subventions de plusieurs collectivités locales et un versement de la fondation "Un monde par tous". Tous les chèques de soutien ont été libellés à l'ordre du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) qui a ouvert un compte spécial pour les centraliser. "Tout s'est fait dans la transparence, assure le collectif. Nous n'avons pas accepté d'argent de pays ou d'associations étrangères."


46 PERSONNES SUR LES BATEAUX FRANÇAIS

Les sommes récoltées ont été affectées à l'achat des deux bateaux, à la constitution des équipages, et aux dépenses de communications. "Affréter les navires, c'est ce qui a été le plus difficile au bout du compte, reconnaît Alain Bosc. On n'est pas des armateurs, on a connu quelques déboires."

Finalement, 46 personnes sont attendues à bord. Au côté des militants des différentes associations engagées dans la campagne, embarqueront plusieurs personnalités du monde politique ou associatif, comme Olivier Besancenot (NPA), le député communiste du Havre, Jean-Paul Lecoq, la députée européenne Nicole Kiil-Nielsen (EELV), le marin breton Jo Le Guen, ou encore Julien Bayou, du collectif Jeudi Noir.

Elise Barthet


http://flottille.blog.lemonde.fr/2011/0 ... -imminent/


Communiqué Union syndicale Solidaires :

Deuxième flottille internationale :
l’Union syndicale Solidaires s’engage contre le blocus de Gaza !


Le blocus de la bande de Gaza, illégal et inhumain, se poursuit depuis quatre ans. C’est, de fait, une punition collective infligée à tout un peuple qui se retrouve ainsi dans une « véritable prison à ciel ouvert » !

En France, une large campagne a permis de rassembler de nombreuses associations, syndicats et partis dans une dynamique citoyenne et populaire pour affréter deux bateaux français qui vont rejoindre, cette semaine, la 2e flottille internationale contre le blocus de Gaza.

Le but de cette flottille est de mettre fin, par une action pacifique, au siège de la bande de Gaza imposé depuis 2007 par les autorités israéliennes. Malgré la condamnation par l’ONU de ce blocus et ses conséquences pour la population, le gouvernement israélien persiste !

L’Union syndicale Solidaires, attachée à la solidarité internationale et au droit des peuples, est engagée dans cette campagne pour le respect du droit international et la levée du blocus. Pour concrétiser cet engagement, Annick Coupé, porte-parole nationale de Solidaires sera à bord d’un des deux bateaux français, en compagnie d’une quarantaine de représentant-es des différentes organisations françaises parties prenantes de cette campagne.

Les deux bateaux français vont se joindre à la douzaine d’autres qui ont répondu présents pour cette initiative internationale. Ils apporteront 5 000 tonnes de matériel dans la bande de Gaza, notamment du matériel médical.

Ce sont, ainsi, 300 à 400 personnes venues des quatre coins de la planète qui porteront la parole des citoyens et citoyennes du monde entier pour exiger la fin du blocus de la bande de Gaza et le respect du droit international.

Les Etats, et en premier lieu le gouvernement français, doivent agir pour protéger leurs ressortissants face aux menaces du gouvernement israélien de bloquer la flottille. La Fédération Internationale des Droits de l’Homme vient de réaffirmer la « responsabilité de la communauté internationale c’est de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer l’accès de l’aide humanitaire à la population civile dans la bande de Gaza ».

Ce que nous voulons, c’est la fin totale du blocus de la bande de Gaza et le respect des droits et de la dignité des Palestiniens, conditions indispensables pour qu’enfin une paix juste et durable s’installe dans la région !

Paris le 27 juin 2011




Membre lyonnais de l’Union Juive Française pour la Paix, Georges Gumpel écrit :

Quelques mots avant de monter à bord du Bateau français pour Gaza

Je suis né à Paris, en mars 1937 dans une famille juive française que l’on disait israélite alors pour marquer la différence entre ces familles françaises et celles qui venaient de l’Europe entière, fuyant le nazisme et le fascisme.

C’est à Paris que j’ai vécu la plus grande partie de ma vie.

Mon histoire personnelle avec Lyon remonte aux années noires de l’occupation, de la collaboration, à l’été 1942 plus exactement, quand ma famille fuyant Paris est venue se réfugier ici du côté de Montchat.

Le couvent voisin nous ouvrait parfois ses portes à nous les enfants : mes deux jeunes soeurs et moi, quand mes parents étaient informés de dangers de rafles....

En automne 1943, c’est aussi une institution religieuse lyonnaise qui m’a accueilli quelques mois avant que je sois définitivement caché en Haute Loire jusqu’à la Libération.

Lyon c’est aussi mon père, arrêté fin juillet en distribuant des tracts près de la gare Perrache.

Lyon c’est Montluc où il fût interné puis, le Convoi du 11 août 1944....

Lyon ensuite s’est à nouveau imposé à moi en 1987 au moment du procès de Klaus Barbie où nous étions – ma mère, mes soeurs et moi – Parties Civiles pour ce Convoi du 11 août, la déportation de mon père, sa mort ensuite mi avril 1945, dans le camp d’extermination de Melk en Autriche.

Ce crime contre l’ Humanité parmi les multiples autres crimes contre l’ Humanité dont Barbie avait à répondre.

Lyon est aujourd’hui la ville où j’ai décidé de vivre ma retraite.

Souvent, il m’est arrivé de lutter contre l’injustice, pour le droit des peuples à leur indépendance et à leur liberté dont celles, essentielles, du peuple Algérien.

Jamais, dans ces combats qui ont marqué ma jeunesse, ma vie tout court, il m’est venu à l’esprit de faire valoir mon identité juive.

Comme beaucoup, j’étais anticolonialiste, internationaliste comme on le disait alors.

La question Palestinienne, la guerre sans fin faite par l’Etat hébreu aux Palestiniens, l’utilisation par Israël de notre histoire, des tragédies dont nous avions été les victimes, pour légitimer ses crimes en Palestine, faire taire toutes critiques, fussent-elles minimes, m’ont obligé ( c’est le cas pour beaucoup d’autres juifs ) à sortir de ma réserve, à prendre à bras le corps cette identité juive qui jusqu’alors faisant partie de mon intimité, pour affirmer mon refus de cette politique criminelle faite « en notre nom ».

Je suis de ceux qui pensent qu’aujourd’hui, en ce début du XXI siècle, il grand temps d’envisager que le temps du nazisme, le temps de la collaboration, le temps des crimes dont nous avons été les victimes, fait définitivement partie de l’ Histoire, que ce temps là appartient maintenant aux historiens, que nous devrions, nous les survivants, cesser de parler.

Mais Israël, paradoxalement, nous interdit le silence.

Mais les gens, ici en France, qui monopolisent « en notre nom » la parole juive, eux aussi nous interdisent le silence.

Et que dire du gouvernement français qui nous enferme dans un communautarisme criminel,et laisse supposer, en même temps qu’il fait grand bruit autour de la prétendue « identité nationale », que nous, juifs français, aurions éventuellement une double nationalité - française et israélienne - entretenant ainsi le discours israélien et celui des sionistes français, discours favorisant la résurgence du racisme et de l’antisémitisme?

Ce gouvernement, lui aussi, nous interdit le silence .

Il faut donc parler ….

Aujourd’hui même, ce 21 juin 2011, aux informations de 7 heures, le chroniqueur nous parlait de Justice Internationale, de crimes de guerre, de crimes contre l’ Humanité, de populations civiles menacées, en Syrie, en Libye, en Afrique et ailleurs, sans un mot pour ce qui est de la Palestine devenue pour tous une zone noire, invisible, innommable même...

Sans un mot pour ces populations civiles palestiniennes elles aussi en permanence menacées.

Il faut donc parler …

A Lyon justement, où depuis le procès de Barbie en 1987, le Centre d’ Histoire de la Résistance et de la Déportation ( CHRD ) est devenu un lieu incontournable où des milliers et des milliers de jeunes et de moins jeunes viennent chaque année visiter ce lieu, voient le film consacré au procès, voient tous ces témoins qui ont défilé, des jours durant, dire devant le monde entier ce que Crimes contre l’Humanité signifiaient.

Je me souviens de la déposition de Madame Zatlin le 27 mai, à propos de l’arrestation et la déportation des enfants d’Izieu , cette déposition que l’on peut écouter dans le film au CHDR, cette déposition / question au cours de laquelle elle demande à l’avocat de Barbie :

« Barbie a toujours dit qu’il s’occupait uniquement des Résistants et des Maquisards ; ça veut dire des ennemis de l’armée allemande.

Je demande : les enfants, les 44 enfants, c’étaient quoi ?

C’étaient des Résistants, c’étaient des Maquisards ?

Qu’est-ce qu’ils étaient ?

C’étaient des innocents !

Monsieur le Procureur, Messieurs les Jurés, les enfants sont des enfants, qu’ils soient blancs, qu’ils soient noirs, qu’ils soient juifs ».

Cette interrogation / question est toujours actuelle, d’une grande actualité même, les enfants palestiniens, les enfants de Gaza qui meurent par centaines, qui sont les principales victimes plus exactement, qu’est ce qu’ils sont?

Des résistants, des ennemis d’ Israël ?

Simplement : ce sont des innocents.

Et la communauté internationale se tait. Les oublie complètement, nie leurs droits les plus élémentaires.

Je vais le samedi et le dimanche avec ma petite fille au Parc de la Tête d’Or.

Des milliers d’enfants comme elle jouent librement, sans crainte, dans cet espace merveilleux.

Je voudrais que les grands pères palestiniens, ceux de Gaza, aient – comme moi – la joie de pouvoir promener leurs petits enfants dans des jardins aussi tranquilles pour leurs petits enfants que le parc de la Tête d’ Or, que leurs petits enfants, eux aussi, jouent aux jeux de leur âge sans crainte, librement.

Des jardins et des jeux qui nous étaient interdits, à nous aussi enfants juifs, par Vichy. Souvenez - vous !

Voilà, je parle donc,

Dans quelques jours, je serai avec la délégation française sur le Bateau qui voguera vers Gaza pour dire - avec la Société Civile française qui, par sa grande générosité, a financé ce bateau – notre indignation face à cette indifférence générale, notre exigence à ce que cesse le blocus illégal et criminel de Gaza, notre exigence qu’ Israël respecte enfin le Droit International, le Droit Humanitaire International.

Ces Droits Internationaux construits dans le sang de nos parents.

Toutes et tous, nous refusons la capitulation de la raison.

Georges Gumpel enfant caché, fils de Déporté « Mort pour la France » à Melk en Autriche, Partie Civile au procès Barbie, membre de l’ Union Juive Française pour la Paix - UJFP.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 29 Juin 2011, 12:43

Sabotage d'un des bateaux de la Flottille de la liberté pendant la nuit de dimanche à lundi dans le port d'Athènes

Lundi 27 juin, un des bateaux de la flottille internationale a été saboté.

Un bateau de passagers gréco-suédois a été saboté dans un port de Grèce. Les hélices ont été endommagées. Une vidéo sous-marine montrant les dégâts est visible sur
Depuis plusieurs jours, les pressions israéliennes sur les Etats, dont la Grèce, se multiplient. Après diverses pressions et plaintes juridiques qui n'ont pas abouti car nos bateaux sont irréprochables, l'Etat d'Israël le sait et décide d'utiliser des pratiques criminelles pour empêcher le départ de la Flottille.
Notre détermination à naviguer vers Gaza reste inébranlable. D'ici peu nous prendrons la mer.
Nous condamnons ces pratiques contraires au droit. Il serait inacceptable que les Etats de l'Union européenne tolèrent cette attaque contre la Flottille de la liberté.

La campagne Un bateau français pour Gaza.


rassemblement ce soir à Toulouse,

Rassemblement pour soutenir Flottille pour La Liberté II

LA FLOTTILLE DOIT PASSER

RASSEMBLEMENT MERCREDI 29 JUIN à 18h PLACE DU CAPITOLE


FLOTTILLE INTERNATIONALE DE LA LIBERTE-2

Depuis 2007 et après l’agression mortelle « Plomb durci » de décembre 2009

LE BLOCUS DE GAZA CONTINUE

La campagne nationale « Un bateau français pour Gaza » a mobilisé des dizaines de collectifs locaux autour de la solidarité avec la population palestinienne de Gaza soumise depuis plus de quatre ans à un blocus terrestre et maritime de la part de l’état d’Israël. La collecte a recueilli environ 600.000 euros qui permettent l’envoi d’au moins un (et peut-être deux) bateau français pour participer à la deuxième flottille de la liberté. Sur ces bateaux embarqueront des françai-se-s de toutes sensibilités politiques ou syndicales accompagné-e-s de journalistes. Pour :

. briser le siège israélien de Gaza.

. promouvoir le droit international et exiger son application.

. répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de palestiniens de Gaza


LA FLOTTILLE DOIT PASSER

RASSEMBLEMENT MERCREDI 29 JUIN à 18h PLACE DU CAPITOLE


Collectif 31 « Un bateau français pour Gaza »
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 01 Juil 2011, 07:21

entraves, pressions, sabotages...

communiqué de la campagne «Un bateau français pour Gaza » :

Le gouvernement grec doit laisser partir la Flottille de la liberté

La campagne «Un bateau français pour Gaza » s’élève contre les entraves mises par les autorités grecques sur des bateaux de la Flottille, empêchant son départ. Le gouvernement grec ne doit pas céder aux pressions israéliennes. L’Union européenne ne doit pas être complice du blocus israélien.
Ce matin à 8h15, les autorités portuaires grecques ont stoppé l’approvisionnement en fuel du bateau français le « Dignité Al Karama » pour des raisons administratives. Cela vient se joindre à une série d’obstacles administratifs et de sabotages, dont le dernier en date a été confirmé ce matin, sur le bateau irlandais.
Le gouvernement grec est en train de céder aux pressions israéliennes qui s’exercent sur lui. Pour le moment, aucune décision officielle de la Grèce n’a été prise mais la décision administrative d'empêcher l'approvisionnement en fuel doit cesser. La Grèce ne doit pas fléchir ! Elle doit assumer la seule décision possible : laisser partir les bateaux !
Le blocus de la bande de Gaza ne doit pas s’étendre jusqu’aux portes de l’Union européenne. Ses états membres en n’agissant pas concrètement pour la levée du blocus et en empêchant une mobilisation non violente de la société civile internationale, cautionne de fait le blocus et la politique israélienne. L’UE, dont la France, doit au contraire demander au gouvernement grec de faciliter le départ des bateaux et doit assurer la protection des passagers.
La mobilisation en France est en train de s’organiser. Les organisateurs de la campagne « Un bateau français pour Gaza » ont demandé à être reçu par l’ambassadeur grec vendredi 1er juillet, à 18h.Ils seront accompagnés par tous ceux qui soutiennent la Flottille.
Un appel à mobilisation est lancé dans toute la France ce week-end : laissez les partir !!!
Quels que soient les obstacles, nous embarquerons vers Gaza ! Alors Indignez-vous !



communiqué de l'UFJP, Union Juive Francaise pour la Paix :

Israël étend ses eaux territoriales jusqu’à Athènes

Israël exerce des pressions extraordinaires sur le gouvernement grec pour qu’il empêche le départ de la flottille.

La police locale a ainsi empêché ce matin la livraison de fioul au « Louise Michel », le premier bateau français, comme nous l’a téléphoné tout à l’heure notre camarade Geroges Gumpel, qui représente sur le « Louise Michel » l’Union Juive Française pour la Paix et le Réseau européen pour la Justice et la Paix (EJJP)

Plusieurs bateaux ont connu des sabotages, dont certains auraient pu se traduire par un naufrage en mer. Ils semblent bien porter la marque d’agents israéliens,

La folie qui s’empare des autorités israéliennes est à la mesure de l’impasse de leur politique criminelle et suicidaire. Elles cherchent à entrainer tous les Juifs du monde dans une aventure sans issue et une guerre sans fin. Et jouant sur le chantage à l’antisémitisme elles prétendent imposer ce choix à tous les gouvernements d’Europe.

Non, la Méditerranée n’est pas de Gaza à Athènes une zone de blocus israélien. Non, Israël n’est pas maître des eaux.

Dans l’apparente indifférence des autorités internationales, voire même avec leur complicité, Israël, se sentant sûr de son impunité mène en Etat voyou la guerre contre la flottille de la liberté II.

Oui, le gouvernement français doit cesser de faire pression sur la société civile pour qu’elle renonce à son soutien au peuple palestinien et au contraire il doit assurer la protection des bateaux de la flottille pour la Liberté ,

Alertez les médias, interpellez vos élus, interpellez le gouvernement, manifestons partout pour que la flottille puisse partir et pour que soit enfin brisé le blocus illégal imposé aux Gazouis.

UJFP le 30 juin 2011
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 02 Juil 2011, 00:26

Communiqué :

La Grèce et l’UE complices du blocus de Gaza

Le gouvernement grec vient d’annoncer qu’ « aucun bateau ne partira d’un port grec vers Gaza ». La campagne Un bateau français pour Gaza dénonce cette décision et appelle à une mobilisation de toutes celles et ceux qui soutiennent la flottille. Nous partirons quels que soient les obstacles.
La Grèce a donc cédé aux pressions israéliennes. Benjamin Netanyahou a remercié hier le premier ministre grec Georges Papandréou ainsi que « tous les responsables politiques du monde d'avoir récemment pris position en paroles et en actes contre cette flottille qui était une provocation ». Israël sous traite sa politique à la Grèce. Elle n’a pas pris cette décision seule, l’Union européenne est aussi responsable et tout aussi complice. Le blocus de la bande de Gaza s’étend maintenant jusqu’à ses portes.

Il est inconcevable que l’Union européenne cautionne de façon aussi ouverte la politique illégale d’Israël dans la bande de Gaza. Il est inconcevable qu’elle puisse nier de façon aussi insultante une mobilisation populaire d’une ampleur inédite dans des dizaines de pays en faveur du droit et de la justice. La liberté de circulation et de navigation est bafouée et encore une fois la voix citoyenne est bâillonnée.

La décision grecque est une décision injuste et scandaleuse. Le danger vient de l’occupation pas de ceux qui défendent le droit international.

Campagne « Un bateau français pour Gaza ».



Rasemblements de soutien à la Flottille :

Tours, 2 juillet :

Gaza 2011
La flottille de la liberté bloquée à Athènes ?


Depuis juin 2007, Israël a mis en place un blocus terrestre, naval et aérien autour de Gaza, qui se manifeste par de très sévères restrictions sur l'accès des biens et des personnes.
Devant l’impuissance des Etats à faire respecter par Israël le droit international, C’est à la société civile du monde entier de se mobiliser pour forcer le blocus qui s’est renforcé après l’inqualifiable attaque de Gaza en janvier 2009. En juin 2010 une flottille pacifique a subi l’attaque criminelle des Israéliens dans le but de décourager ceux qui ne veulent pas abandonner les Gazaouis à leur sort.

Pourtant la détermination n’a pas faibli et une nouvelle flottille est prête à partir de Grèce. Deux bateaux français en font partie, affrétés grâce aux fonds collectés par l’opération Un bateau français pour Gaza.

Cette flottille est Pacifique et Humanitaire. Elle a demandé à être inspectée afin d’infirmer les accusations fausses de transport d’armes que fait circuler Israël sur elle. Elle regroupe des personnalités différentes venues de tous pays qu’il est impensable d’accuser de connivence avec le terrorisme. Parmi elles, une israélienne de 88 ans, un juif français qui a échappé aux rafles de 1944 et dont le père est mort en camp de concentration, des médecins, des politiques, des syndicalistes et des journalistes.

Mais nous savons Israël prêt à tout pour faire échouer la mission de la flottille. Les autorités israéliennes ont travaillé politiquement à en empêcher le départ, réussissant à faire que la France, en particulier, déconseille d’y participer. Un navire vient d’être « saboté » dans le port de Grèce où il mouillait et les humanitaires à bord des différents bateaux sont maintenant obligés de monter une garde. Par ailleurs, les autorités grecques multiplient les tracasseries administratives et bloquent de fait le départ de la flottille.

Nous devons alerter nos élus (députés, sénateurs, Conseil régional, Conseil général) en les appelant à interpeller nos dirigeants pour que la France et l'Union européenne appellent clairement au respect du droit international par Israël et prennent toutes les mesures concrètes, notamment politiques et diplomatiques, pour que cette opération humanitaire puisse aller à son terme. C’est d’ailleurs la position exprimée par le vœu adopté par le Conseil Général du Centre lors de sa session des 24 et 25 juin 2011.

Pour lancer cette action, nous vous invitons à un rassemblement à la fin duquel nous irons remettre à nos élus l’appel joint à cet envoi.

Rendez-vous le samedi 2 juillet 2011 à 15 heures
Devant l’Hôtel de Ville de Tours, Place Jean Jaurès


Nous pourrons redire notre détermination à voir notre soutien au peuple palestinien et plus spécialement aux habitants de Gaza se concrétiser par l’intermédiaire de la flottille de la liberté.

Collectif Palestine 37, Palestine37@free.fr



Bordeaux, 2 juillet :

Rassemblement de soutien à la flotille en route vers Gaza

Appel à la vigilance et mobilisation

Malgré les actions diverses du gouvernement israélien pour empêcher la Flottille II de se rendre à Gaza (tournée européenne pour faire pression sur les citoyens, sabotage en Grèce d'un des navires, menace envers les journalistes, désinformation par les médias sur la situation de Gaza etc.), la Flottille II partira pour briser le blocus illégal et criminel.

L'armée israélienne se prépare à empêcher, par tous les moyens, les navires d'atteindre Gaza.

Quand la Flottille II quittera la Grèce notre mobilisation ne doit pas faiblir.

Et nous demandons à toutes les organisations signataires de la Coordination 33 "Un bateau pour Gaza" :

- de relayer auprès de leurs adhérents et de leurs réseaux les informations relatives au suivi de la Flottille et de ses passagers que nous transmettrons, avec l'indication du site http://www.unbateaupourgaza.fr/

- de se mobiliser le plus massivement possible pour la protection de la Flottille et de ses passagers que se refusent d'assurer par lâcheté et complicité nos gouvernants.


En soutien à la Flottille II rassemblement :
Samedi 2 juillet à 15H00, Place Saint Michel à Bordeaux




Lyon, 2 juillet :

Flottille pour Gaza bloquée en Grèce : rassemblement de solidarité

La campagne « Un bateau français pour Gaza » s’élève contre les entraves mises par les autorités grecques sur des bateaux de la Flottille, empêchant son départ.
Rassemblement Samedi 2 juillet à 15h devant l’Opéra de Lyon

Le gou­ver­ne­ment grec ne doit pas céder aux pres­sions israé­lien­nes. L’Union euro­péenne ne doit pas être com­plice du blocus israé­lien.

Ce matin à 8h15, les auto­ri­tés por­tuai­res grec­ques *ont stoppé l’appro­vi­sion­ne­ment en fuel du bateau fran­çais le « Dignité Al Karama »* pour des rai­sons admi­nis­tra­ti­ves. Cela vient se join­dre à une série d’obs­ta­cles admi­nis­tra­tifs et de sabo­ta­ges, dont le der­nier en date a été confirmé ce matin, sur le bateau irlan­dais. Le gou­ver­ne­ment grec est en train de céder aux pres­sions israé­lien­nes qui s’exer­cent sur lui. Pour le moment, aucune déci­sion offi­cielle de la Grèce n’a été prise mais la déci­sion admi­nis­tra­tive d’empê­cher l’appro­vi­sion­ne­ment en fuel doit cesser. La Grèce ne doit pas flé­chir ! Elle doit assu­mer la seule déci­sion pos­si­ble : lais­ser partir les bateaux ! Le blocus de la bande de Gaza ne doit pas s’étendre jusqu’aux portes de l’Union euro­péenne. Ses états mem­bres en n’agis­sant pas concrè­te­ment pour la levée du blocus et en empê­chant une mobi­li­sa­tion non vio­lente de la société civile inter­na­tio­nale, cau­tionne de fait le blocus et la poli­ti­que israé­lienne. L’UE, dont la France, doit au contraire deman­der au gou­ver­ne­ment grec de faci­li­ter le départ des bateaux et doit assu­rer la pro­tec­tion des pas­sa­gers. La mobi­li­sa­tion en France est en train de s’orga­ni­ser. Les orga­ni­sa­teurs de la cam­pa­gne « Un bateau fran­çais pour Gaza » ont demandé à être reçu par l’ambas­sa­deur grec ven­dredi 1er juillet, à 18h. Ils seront accom­pa­gnés par tous ceux qui sou­tien­nent la Flottille.

Laissez partir les bateaux !!!Quels que soient les obs­ta­cles, les par­ti­ci­pants sont déci­dés à embar­quer vers Gaza ! Nos qua­tres amis lyon­nais nous confir­ment leur déter­mi­na­tion ! Alors Indignons-nous !

RASSEMBLONS NOUS
SAMEDI 2 JUILLET à 15h 00
DEVANT L’OPERA DE LYON

(place de la comé­die – Métro Hotel de ville)




Angers, 4 juillet :

Cher(e)s ami(e)s,

Nous venons d'en appeler à l'ensemble des parlementaires du département pour qu'ils interviennent auprès du gouvernement pour faire cesser les entraves mises au départ de la flottille de la liberté pour Gaza par le gouvernement grec.

Le sabotage de deux bateaux (un gréco-suédois, l'autre irlandais) fait suite aux calomnies extravagantes et aux menaces émanant des autorités israéliennes.

L'AFPS attend du gouvernement qu'il s'élève contre ces menaces, intimidations et exactions et qu'il assure les mesures de protection nécessaires à ses ressortissants.

L'AFPS appelle les nombreux Angevins qui se sont mobilisés pour le bateau français à un
rassemblement de soutien à la flottille lundi 4 juillet à 18H, place du Ralliement à Angers.

A.F.P.S. 49
Association France Palestine Solidarité
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 03 Juil 2011, 15:00

Pétition en ligne :
http://www.unbateaupourgaza.fr/index.ph ... n-en-ligne

LE LOUISE MICHEL ET LE DIGNITE-AL KARAMA SONT BLOQUES EN GRECE, LAISSEZ-LES PARTIR, LAISSEZ-LES PASSER !

Des centaines de milliers de citoyens se sont mobilisés pour permettre le départ des 2 bateaux français vers Gaza, au sein d’une flottille internationale. Ils affirment aujourd'hui : Le blocus de Gaza emprisonne depuis quatre ans un million et demi de civils.Il est illégal au regard du droit international. Il blesse l’humanité la plus élémentaire.

IL DOIT CESSER !Les passagers de nos bateaux, élus et citoyens, sont les porte-parole de ce message politique et de solidarité avec les Palestiniens de Gaza : nous sommes avec vous pour le respect de tous vos droits.Le gouvernement grec a décidé d’empêcher le départ de la flottille. Il s’agit d’une décision injuste et scandaleuse. La liberté de circulation et de navigation est bafouée et encore une fois la voix citoyenne est bâillonnée.

Il est inconcevable que l’Union européenne cautionne de façon aussi ouverte la politique illégale d’Israël dans la bande de Gaza. Le gouvernement israélien doit respecter le droit, notre gouvernement et l’Union européenne doivent l'exiger avec nous.Les bateaux de la flottille iront pour nous tous à Gaza, laissez-les partir, laissez-les passer.



images du bateau américain bloqué par les commandos grecs




Communiqué de l’AFPS :

La Méditerranée n’est pas une mer israélienne !

Ce n’est plus seulement une politique d’impunité des violations du droit international par Israël. C’est très directement de la complicité active d’un Etat européen. Vendredi 1 er juillet, les autorités grecques ont interdit tout départ de ses ports des bateaux de la « flottille internationale de la liberté II » à destination de la bande de Gaza illégalement soumis, depuis 5 ans, à un blocus condamné pourtant par la Communauté internationale et l’Union européenne.
Voici trop longtemps que la population palestinienne de la bande de Gaza, constituée pour beaucoup de réfugiés, est prise en otage par cette punition collective que lui infligent les dirigeants et l’armée israéliens. Trop longtemps que la résolution 1860 des Nations unies exigeant la levée de ce siège par Israël continue à être violée.

Alors que les Etats se refusent à prendre leurs responsabilités pour faire respecter le droit, les citoyens du monde, au nom du droit et de la paix, exigent la levée du siège et sont décidés à faire briser le blocus par leur solidarité humaine et non-violente. Les centaines de milliers de citoyens qui se sont mobilisés de par le monde pour le départ de cette flottille ont délégué 300 d’entre eux, de 22 pays, sur les bateaux de la flottille.

Les autorités grecques ont annoncé son interdiction vendredi dernier, une heure avant le départ du bateau américain l’" Audacity of hope ", lequel transporte 3.000 lettres de soutien destinées à la population du territoire de Gaza. Celui-ci a été arraisonné par les garde-côtes grecs. Le capitaine a été arrêté et est traduit devant la justice pour « crime » ! Une interdiction et une arrestation qui ne reposent sur aucune base juridique, tout au contraire, et qui ne fait que mettre en lumière le fait qu’Athènes a cédé aux exigences de Tel-Aviv avec le soutien du Quartette (Etats-Unis, Union Européenne, Russie, ONU).

L’impunité est un obstacle à la paix. En mai 2010, les troupes israéliennes ont stoppé une flottille similaire par un raid de commandos sur un des bateaux turcs, assassinant neuf personnes. La complicité est, elle, une entrave active et inadmissible à l’avènement de la paix.

Déjà, deux bateaux ont été sabotés, des passeports de militants dérobés, des ordinateurs attaqués. Que les dirigeants israéliens veuillent tenter de déléguer leur politique du crime de guerre n’est pas pour étonner. Que des Etats européens s’y soumettent ne fera que renforcer la mobilisation citoyenne pour défendre le droit international bafoué, pour défendre les droits du peuple palestinien.

Au sud comme au nord de la Méditerranée, les peuples se soulèvent pour réclamer la liberté, la justice, le droit, la fin des politiques dictatoriales de clans prédateurs. Le blocus de la bande de Gaza est une folie, le soutien actif d’Etats européens à cet anachronisme criminel ne saurait durer.

L’Europe doit agir. Pour permettre à cette flottille de la liberté d’apporter le message de droit, de justice, de liberté de toute l’Europe à la population de Gaza et à tout le peuple palestinien. La « Mare Nostrum » ne saurait devenir la « Mare israelum ».

De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu dans toute la France pour exiger le départ de la flottille. Des rassemblements larges et déterminés se dérouleront mercredi prochain dans un très grand nombre de villes françaises pour soutenir nos amis en Grèce et exiger la levée du blocus qui les frappe.

L’AFPS appelle tou - te-s les citoyen-ne-s épris de paix et de justice à amplifier cette mobilisation et notamment à intervenir auprès du ministère des Affaires étrangères et du gouvernement français pour qu’ils appuient le départ des bateaux, en particulier en intervenant auprès des autorités grecques .

L’un des bateaux français s’appelle « Dignité ». Ce n’est pas un hasard. C’est notre aspiration commune, sur les deux rives de la Méditerranée.

AFPS
Paris, le 3 juillet 2011.



mobilisation laissez les partir !!!

Paris, 3 juillet :
18 heures sur le Champ de Mars (coté Quai Branly – à l’ouest)

Lens, 3 juillet :
18h30 devant la gare

Angers, 4 juillet :
18h place du Ralliement.

Nantes, 4 juillet :
18h Cours des 50 Otages près de l’arrêt des trams « Commerce »

Le Havre, 4 juillet :
18h devant la sous prefecture

Ales, 4 juillet :
18h30, Place Gabriel Péri.

Rennes, 4 juillet :
18h30, place de la mairie

Brest, 4 juillet :
18h Place de la Liberté

Morlaix, 5 juillet :
18h devant la mairie

Besançon, 5 juillet :
18h, place du 8 septembre

Nancy, 6 juillet :
17h place Maginot.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 04 Juil 2011, 00:33

La décision du ministère grec d'interdire le depart de la Flottille

Traduction en francais

République hellénique
Ministère de la Défense du citoyen
Bureau du ministre
Adresse postale : Côte Vassiliadi
Code postal : 185 10 Pirée
Tel : 210 4191123
Le Pirée, 1er juillet 2011
No de protocole : 44

DECISION

Etant donné :

L’article 128 du code du Droit naval public

La déclaration de blocus naval de la part de l’Etat d’Israel dans la région maritime de Gaza et la déclaration des autorités israéliennes quant à l’usage de violence dans le cas où et contre tous ceux qui tenteront de briser le blocus

Les risques imminents pour la vie et la sécurité tout comme le risque de compromission de la circulation libre maritime qu’aurait comme conséquence la tentative de briser ce blocus

La lettre datant du 24 mai 2011 du secrétaire général de l’ONU au Ministre grec des affaires étrangères, dans laquelle il demande auprès des états-membres de l ONU , surtout aux état qui ont accès à la mer Méditerrannée, d’user de leur influence pour décourager la réalisation de ce genre d’opérations, qui risquent le provoquer une escalade de la violence

_ le besoin de défendre les intérêts nationaux

NOUS DECIDONS

D’interdire le départ des bateaux sous drapeau hellénique ou étranger, depuis les ports grecs, ayant, comme destination la bande sous blocus maritime de Gaza.

Le ministre de la Défense du citoyen

Christos Papoutsis



La flottille pour Gaza : une semaine dans l'enfer grec : http://www.liberation.fr/monde/01012346 ... enfer-grec ( des infos dans un article à mon sens complètement pourri).


Hors des grances déclarations de principe pour épater la galerie, au final l'ONU se rend encore complice, et évidemment l'Etat Grec, tenu par le col de chemise par le FMI, fait la basse police. Et ce scénario évite à l'Etat d'Israël de se mouiller, c'est le cas de le dire, pour empêcher la flotille de passer, avec son cortège de violence et de terrorisme d'Etat.


mobilisation laissez les partir !!! actualisée

Paris, 3 juillet :
18 heures sur le Champ de Mars (coté Quai Branly – à l’ouest)

Lens, 3 juillet :
18h30 devant la gare

Angers, 4 juillet :
18h place du Ralliement.

Nantes, 4 juillet :
18h Cours des 50 Otages près de l’arrêt des trams « Commerce »

Le Havre, 4 juillet :
18h devant la sous prefecture

Ales, 4 juillet :
18h30, Place Gabriel Péri.

Rennes, 4 juillet :
18h30, place de la mairie

Brest, 4 juillet :
18h Place de la Liberté

Marseille, 4 juillet :
18h vieux-port

Caen, 4 juillet :
18h devant la préfecture

Morlaix, 5 juillet :
18h devant la mairie

Besançon, 5 juillet :
18h, place du 8 septembre

Nancy, 6 juillet :
17h place Maginot.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 05 Juil 2011, 11:31

une tentative...

Le bateau français "Dignité-Al Karama" se dirige vers Gaza.

Tard dans la nuit, le bateau français a rejoint les eaux internationales. Il se dirige maintenant vers Gaza. Le blocus israélien, qui grâce au gouvernement grec se prolonge maintenant jusqu’aux portes de l’Union européenne, a été brisé
http://www.unbateaupourgaza.fr/index.php/La-Campagne/Le-bateau-francais-Dignite-Al-Karama-se-dirige-vers-Gaza

A bord du «Dignité», en route pour Gaza, témoignage sur Libération.fr : http://www.liberation.fr/monde/01012347 ... -pour-gaza



mobilisation laissez les partir !!! actualisée

Morlaix, 5 juillet :
18h devant la mairie

Besançon, 5 juillet :
18h, place du 8 septembre

Annecy, 5 juillet :
18h préfecture

Lille, 5 juillet :
18h30 grand place

Paris, 6 juillet :
18h métro Franklin Roosevelt.

Nancy, 6 juillet :
17h place Maginot.

Grenoble, 6 juillet :
18h Place Félix Poulat

Digne, 6 juillet :
18h devant la préfecture

Marseille, 6 juillet :
18h au Vieux-Port

Toulouse, 6 juillet :
18h, place du Capitole

Avignon, 7 juillet :
20h place du palais des papes

Lens, 7 juillet :
18h30 devant la gare
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 06 Juil 2011, 00:37

Communiqué de presse de la campagne « Un bateau français pour Gaza » :

Dignité Al Karama, en route pour Gaza !

Actuellement dans les eaux internationales, après avoir déjoué le blocus grec, les 12 passagers du « Dignité-Al Karama » se dirigent vers Gaza.

A son bord Olivier Besancenot (Nouveau Parti Anticapitaliste), Annick Coupé (Union Syndicale Solidaires), Nabil Ennasri (Collectif des Musulmans de France), Hilaire Folacci (Marin), Quentin Girard (Journaliste – Libération), Nicole Kiil Nielsen (Députée européenne - EELV), Jacqueline Le Corre (Médecin - Parti communiste français - Collectif 14 de soutien au peuple palestinien), Vincent de Lignac (Commandant), Oussama Mouftah (Collectif 59 de soutien au peuple palestinien), Oumayya Naoufel Seddik (Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives), Julien Rivoire (Porte-parole de la campagne française « Un bateau pour Gaza » - NPA), Yannick Voisin (Marin).

La campagne « Un bateau français pour Gaza » demande à tous les citoyens en France d’apporter leur soutien aux passagers. Ils vont briser le blocus au nom de la Flottille de la Liberté, au nom de toutes celles et ceux qui ont soutenu cette mobilisation, pour la justice et le droit.

La campagne « Un bateau français pour Gaza » exprime enfin sa solidarité envers les quatre militants canadiens et américains, dont les deux capitaines, accusés de « crimes et félonie », après la tentative de leurs bateaux de naviguer vers Gaza.



De Pierre Stambul, de l’Union juive française pour la paix (UJFP), le 3 juillet

BRISER LE BLOCUS DE GAZA COMMENCE AU PIRÉE

Cher-e-s camarades et ami-e-s

Nous nous sommes lancé-e-s collectivement dans une formidable aventure. Faire partir au sein d’une flottille internationale un puis deux bateaux français pour briser le blocus de Gaza.

Ensemble, nous avons remporté des succès très importants. Une formidable collecte grâce à une campagne populaire qui a eu un très grand succès. Deux bateaux achetés. Des passager-e-s particulièrement prestigieux/ses avec des élu-e-s, des syndicalistes, des représentant-e-s d’associations, des personnalités. Et une flottille toute aussi prestigieuse encore plus représentative que la précédente, celle que l’armée israélienne avait mitraillée l’an dernier. Et pourtant, la flottille est bloquée en Grèce. Et l’objectif de briser le blocus paraît s’éloigner.

Certain-e-s peuvent s’étonner du contraste entre le succès de la campagne et la situation actuelle. D’autant que les événements récents (révolutions arabes, accord de réconciliation inter palestinien, ouverture de la frontière entre l’Egypte et Gaza, candidature palestinienne à l’ONU …) pouvaient inciter à l’optimisme. En fait la flottille se heurte au même scandale permanent que le peuple palestinien. C’est l’impunité de l’occupant israélien et la complicité des principaux dirigeants mondiaux qui permettent la poursuite la destruction méthodique de la société palestinienne et qui expliquent que ce peuple continue d’être privé des droits fondamentaux.

L’Etat d’Israël tel qu’il est, morceau avancé de l’Occident au Proche-Orient, dépensant plus de la moitié de son budget dans l’armement et les technologies de pointe, c’est l’Etat rêvé pour Sarkozy, Barroso, Obama ou Ban-Ki-Moon. Alors qu’Israël est dirigé par un gouvernement d’extrême droite qui dit ouvertement qu’une paix juste ne l’intéresse pas, son gouvernement continue, contre l’opinion publique mondiale, d’être soutenu et protégé en violation complète du droit international.


Qu’observons-nous ?

* La puissance du gouvernement israélien capable de dicter ses conditions à la majorité des gouvernements. * Sa capacité pour saboter des bateaux, pour organiser une campagne médiatique parlant de flottille terroriste et répandant des mensonges incessants. * La duplicité des patrons des médias très silencieux sur le succès de la campagne pour la flottille. * La complicité des gouvernements grec, américain et européens avec Nétanyahou.

La même politique capitaliste qui ruine la Grèce et plonge son peuple sous le seuil de pauvreté a intimé l’ordre à son gouvernement de bloquer la flottille.

ON NE VA PAS CEDER, ON NE VA RIEN LACHER !

Nos objectifs : exercer la pression maximale sur le gouvernement grec, le gouvernement français, l’Union Européenne, les médias. Dès lundi, à Marseille, nous allons demander à être reçus à la préfecture. À 18 h, nous manifesterons sur le Vieux Port. Et après on continue !

LA FLOTTILLE DOIT PARTIR !

ELLE VA PARTIR ET TOU-TE-S ENSEMBLE, NOUS BRISERONS LE BLOCUS DE GAZA.


Pierre Stambul (UJFP)

http://www.ujfp.org/modules/news/articl ... toryid=948
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 07 Juil 2011, 14:27

décidément...

le « Dignité Al Karama » bloqué en Crète

Depuis hier soir, le « Dignité Al Karama » est retenu par les autorités grecques dans le port de Sitia, en Crète. Le « Dignité Al Karama » se ravitaillait en fuel, en Crète, avant de repartir vers la bande de Gaza. Les démarches administratives sont en cours. Nous vous tiendrons informés de la situation au fur et à mesure de son évolution.

La campagne « Un bateau français pour Gaza ».


témoignage d'un participant,
Julien Rivoire (Porte-parole de la campagne française « Un bateau pour Gaza » - NPA)




Le PNGO demande la protection de la flottille - Plateforme des organisations de la société civile palestinienne

La Plateforme des organisations de la société civile palestinienne (Palestinian Network of Non Governemental Organisations PNGO) demande la protection du bateau français El Karama et la garantie de son arrivée à Gaza

La Plateforme des organisations de la société civile palestinienne (PNGO) en particulier aux Nations Unies de réagir rapidement et sans attendre pour protéger le bateau français solidaire "El Karama" et garantir son arrivée à la Bande de Gaza (occupée ndlt) sous blocus.
La Plateforme indique que le bateau qui a réussi à prendre la mer et qui transporte à son bord huit français solidaires est partie prenante de la Flotille (internationale ndlt) de la liberté qui est encore interdite de prendre la mer en direction de la Bande de Gaza.

La Plateforme salue et exprime son admiration à ces militants solidaires et héroïques, qui ont refusé de capituler face aux menaces et à la propagande israéliennes, et mis en oeuvre ce voyage solidaire et humanitaire, en solidarité avec notre Peuple. Leur objectif est de jeter la lumière sur les souffrances de plus d’un million sept cent mille Palestiniens, qui subissent toujours et pour la cinquième année consécutive, le blocus, alors que la Communauté internationale officielle est toujours incapable de faire pression sur l’Etat occupant pour faire cesser complètement ce blocus.

La Plateforme demande au gouvernement grec :

de revenir immédiatement sur sa décision d’interdire le départ de la Flotille de la liberté, de lui permettre de prendre la mer pour la Bande Gaza et de garantir sa sécurité et son arrivée à Gaza. - de libérer le capitaine du bateau des États-unis qu’il a incarcéré.
d’oeuvrer, avec les autres États de l’Union européenne, à exercer les pressions nécessaires sur l’État occupant (Israël) pour qu’il lève son blocus sur la bande de Gaza et permette aux enfants de notre Peuple de vivre en liberté.

La Plateforme appelle les organisations de la société civile dans le monde entier à se mobiliser pour faire pression sur le gouvernement grec pour qu’il autorise la Flotille de la Liberté II à quitter ses ports, lui permette d’arriver à la Bande de Gaza et qu’il protège les militant solidaires de toute agression israélienne probable dans le cadre de la décision du gouvernement (israélien ndlt) occupant de stopper la flotille au cas où elle partirait.



L’échec de la flottille pour Gaza, « une victoire politique »

Erwan Manac’h - Politis

Les passagers du « Louise Michel », le bateau français de la flottille pour Gaza, ont dû rentrer en France. Un semi-échec seulement, puisque l’opération aura permis de relancer le débat autour du blocus décrété par Israël.

Les embrassades sont contenues mais chargées d’émotion, au moment de se dire au revoir. Les passagers du « Louise Michel » sont rentrés en France, mardi midi, sans avoir pu quitter le port d’Athènes. Ils devaient appareiller mercredi 29 juin avec 500 représentants d’associations citoyennes et des partis politiques de 22 pays, à bord de dix bateaux, pour escorter deux cargos d’aide humanitaire vers Gaza.

Un seul bateau, parti de Corse, a pu gagner les eaux internationales. Il se dirigeait mercredi 6 juillet au matin vers la bande de Gaza, dans une épopée plus qu’incertaine, alors que le bateau canadien a été violemment arraisonné par la marine grecque mardi 5 juillet. Les bateaux qui mouillent dans le port d’Athènes ont l’interdiction formelle de prendre la mer et une vedette de l’armée grecque est stationnée à quelques mètres de la sortie du port.

Quelques heures avant le départ prévu le 29 juin, les bateaux français et irlandais avaient déjà subi des sabotages ; puis le bateau américain a été arraisonné par l’armée grecque à quelques mètres du port, vendredi 1er juillet. Le navire a été placé zone de détention, son commandant inculpé. Depuis, le gouvernement hellène multiplie les obstacles administratifs pour empêcher le départ des bateaux.

Après dix jours d’attente dans une ambiance électrique aux côtés des « indignés » grecs, la délégation française est donc rentrée bredouille, mais pas abattue. « Nous avons choisi de garder nos forces et de rentrer, dans la perspective d’une campagne future », explique Chafik F., de « l’Alliance for freedom and dignité » (AFD), passager du « Louise Michel ». Un choix de raison aussi, pour ne pas faire courir de risques inutiles au commandant grec du bateau acheté avec les fonds récoltés par la campagne « Un bateau pour Gaza ». « Le cœur de notre démarche était d’envoyer un message de solidarité aux gazaouis. En ce sens, nous avons réussi », se félicite Claude Leostic, porte-parole du collectif et membre de l’Association France Palestine solidarité.

5000 tonnes de matériel sont toujours stockées sur les deux cargos et le collectif international demande qu’il soit distribué sans qu’Israël ne le contrôle. Les militants entendent aussi porter l’affaire devant les tribunaux : « Nous sommes déterminés à porter plainte contre le gouvernement grec qui a cédé aux pressions en nous interdisant de circuler, en violation de tous les traités européens, lance Alima Boumedienne-Thiery sénatrice EELV de Paris qui a pris place dans le « Louise Michel ». Nos droits de citoyen ont été piétinés. »

Bataille politique

Les yeux rutilant, au retour d’une expérience « riche humainement », avec « une force d’émotion très forte », les passagers du « Louise Michel » nourrissent encore des espoirs : que le dernier bateau arrive à destination… et que les liens tissés servent à relancer la mobilisation dans un avenir proche au service, par exemple, d’une troisième flottille pour Gaza.

« Nous allons mener la bataille sur le terrain politique, explique Laurence Pache, responsable des questions internationales au Parti de Gauche, passagère elle aussi. Nos pays, l’ONU, le quartet : tout le monde s’est élevé pour défendre un blocus illégal contre la flottille, en nous disant que ce n’était pas le moyen adéquat pour soutenir les gazaouis. Alors « soit », que la communauté internationale fasse ce qu’il faut pour que les droits humains soient respectés à Gaza ».

Les passagers de la flottille se félicitent d’avoir forcé la communauté internationale à révéler sa position au grand jour. « Les responsabilités politiques ont été démontrées face au blocus de Gaza », dit Antoine Chauvel, qui représentait la Coordination universitaire pour la Palestine sur le bateau français. Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’ONU, est intervenu pour demander aux Grecs d’empêcher la flottille d’amarrer, comme Barack Obama. « Il existe un mur de silence que nous essayons de briser, raconte Chafik F. Et on s’aperçoit que la communauté internationale craint que le vrai visage d’Israël ressorte. »



initiatives :

Drapeau palestinien Vaulx-en-Velin : Vendredi 8 juillet à 18h

Flottille de la liberté - Bienvenue La Palestine : Samedi 9 juillet 15 h Rue de la République

Inauguration de "la bâche des solidarités internationales"
Vendredi 8 juillet à 18h00 -
Parvis de l’Hôtel de Ville
Vaulx-en-Velin.

Un rassemblement d’information aura lieu également samedi 9 juillet à 15 heures rue de la république (Vers la FNAC près de Bellecour)

La justice a ordonné ce mercredi 6 juillet le retrait du drapeau palestinien hissé il y a un an à l’entrée de la mairie de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise. Ainsi la justice a donné raison au préfet qui avait accédé aux demandes du CRIF.

Bernard GENIN, maire de Vaulx-en-Velin veut continuer d’affirmer la solidarité internationale et notamment avec la Palestine, et il organise l’inauguration de "la bâche des solidarités internationales" sur laquelle figureront les villes avec lesquels un pacte d’amitié, de coopération et de solidarité a été signé : Artik en Arménie, Sebaco au Nicaragua et Beit Sahour en Palestine.

Le collectif 69 de soutien au peuple palestinien appelle à participer à cette évènement. A cette occasion nous soutiendrons la flottille internationale pour Gaza bloquée en Grèce de façon illégale !

Le collectif 69 Palestine appelle également à soutenir ce 8 juillet l’arrivée groupée à Tel-Aviv de centaines de personnes venant à la rencontre du peuple palestinien et que le gouvernement israélien menace d’expulser (campagne Bienvenue la Palestine)

Les participants lyonnais de la flottille de la liberté qui devaient embarquer sur le "Louise Michel" bloqué en Grèce seront présents à Vaulx-en-Velin ce 8 juillet.



rassemblements de ce 7 juillet :

Avignon :
20h place du palais des papes

Lens :
18h30 devant la gare

Beauvais :
17h30 devant la statue, place Jeanne Hachette

Marseille :
Conférence de presse publique sur le Vieux Port à 18 h
En présence de 3 passagers du « Louise Michel » et du « Collectif 13 – un bateau français pour Gaza »
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: un bateau français pour Gaza

Messagede Pïérô » 08 Juil 2011, 12:17

Communiqué campagne Bateau pour Gaza :

Bateau pour Gaza, halte au harcèlement du gouvernement grec

Les autorités grecques, sans fondement juridique, continuent de retenir le Dignité Al Karama en Crète. Leur harcèlement administratif est continu depuis ce matin. La campagne « Un bateau français pour Gaza » condamne une nouvelle fois la complicité grecque avec le gouvernement israélien et en appelle à la France.

Lors d’une étape technique en Crète le 7 juillet, obligatoire pour pouvoir se rendre à Gaza, le « Dignité Al Karama », a été interpellé par les gardes côtes grecs et escorté vers le port de Sitia. La raison officielle était le non paiement d’une taxe liée à l’entrée du port de ravitaillement.

Après plusieurs heures de vérification, tous les papiers du bateau sont en règle et la taxe payée. Les obstacles administratifs se succèdent alors les uns aux autres, compromettant un départ vers Gaza ce soir. La campagne « Un bateau français pour Gaza » dénonce fermement la bataille administrative engagée par le gouvernement grec dont l’objectif est clair : l’arrêt définitif de la Flottille de la Liberté.

Les passagers du Dignité Al Karama sont déterminés à briser le blocus de Gaza. L’ensemble des organisations de la campagne les soutiennent et au delà, les milliers de citoyens en France qui ont donné pour que les deux bateaux français voient le jour. La Flottille de la liberté n’est pas morte, ce bateau la représente.

Nous demandons au gouvernement français de faire valoir auprès du gouvernement grec le droit des passagers du Dignité Al Karama de naviguer librement. Nous lui demandons qu’il intervienne afin que cesse ce harcèlement administratif aux objectifs politiques. Les heures qui viennent seront décisives.



Flotille pour Gaza : le témoignage du Villeneuvois

Le « Dignité », seul bateau de la flottille humanitaire à avoir pu prendre la mer, a finalement été bloqué hier en Crète. Mais son équipage, dont Oussama Mouftah, restait optimiste et gardait bon espoir de repartir très vite vers Gaza.

Ils étaient les seuls à avoir pu échapper à l'interdiction d'appareiller, imposée à la flottille de la liberté par les autorités grecques. Les douze membres de l'équipage du Dignité Al-Kamara, parmi lesquels Olivier Besancenot du Nouveau parti anticapitaliste, et le militant pro-palestinien villeneuvois Oussama Mouftah, ont finalement été ramenés au port de Sitia, en Crète, alors qu'ils se ravitaillaient en fuel dans un petit port de pêche voisin. Officiellement, pour régler des problèmes admninistratifs et de papiers.
« Ça a quelque chose d'assez surréaliste de voir les garde-côtes et la police venir nous chercher dans ce minuscule port de pêche, explique Oussama Mouftah, joint hier par téléphone. On nous a reproché de ne pas nous être acquittés d'une taxe de 29 euros, alors qu'il n'y avait aucun bureau où nous aurions pu la payer ! » L'équipage restait toutefois confiant quant à ses chances de repartir.

À bord du petit bateau de 18 mètres : pas de cargaison humanitaire comme sur les cargos restés à quai dans les ports grecs, « juste nous, nos affaires et énormément de solidarité. » Hier soir, le bateau n'attendait plus que le feu vert de l'ambassade de France, exigé par les autorités grecques, pour reprendre la mer.
Un fax qui tardait à arriver... alors que l'équipage se tenait prêt à rallier Gaza sans escale, le plus rapidement possible.

En contact quotidien avec le Nord

Malgré l'immobilisation du reste de la flottille, l'objectif du Dignité reste inchangé. « Il s'agit d'un voyage à la fois humanitaire et politique. Nous voulons briser ce blocus inhumain que subit la population de Gaza. » La volonté du Villeneuvois non plus n'a pas baissé d'un cran, entretenue par les contacts réguliers avec les comités locaux en France.
« Nous pouvons communiquer grâce à une antenne satellitaire, précise Oussama. Je suis en lien quotidien avec le Nord. Je reçois des dizaines de courriels de soutien par jour. Quand on est sur un petit bateau au milieu de la mer, on se sent tout petit. Mais nous avons l'impression d'être portés par le soutien de tous ces gens. » Hier soir, Oussama et le reste de ses compagnons voulaient rester optimistes pour la suite, même s'ils ont bien conscience des dangers de leur entreprise - sur laquelle pèse le spectre d'une intervention israélienne. « En face, nous avons un premier blocus des autorités grecques, et de l'autre côté, un deuxième blocus. Mais là, ce n'est plus le même gabarit, c'est une armée puissante qui a déjà tué des membres de la première flottille. Nous nous sommes préparés du mieux que nous pouvions. » Pour autant, pas question de céder à la provocation : « Nous sommes des militants pacifistes et non-violents. » w
http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2011/07/08/crete-le-temoignage-du-villeneuvois.shtml
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21580
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Autres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités