Solidarité avec les Kurdes en lutte

et appels à aller soutenir en urgence...

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 13 Jan 2017, 18:29

Souscription pour le Rojava

Le pourquoi d’une souscription pour le Rojava

L’importance du Rojava n’est plus à démontrer dans le rôle qu’il joue pour des propositions de paix et de coexistence entre les Peuples du Moyen Orient. Il a besoin de notre aide et de notre soutien.

La représentation du Rojava en France, que le magazine Kedistan soutient dans la mesure de sa petite audience, a lancé une souscription financière.

Pour toutes celles et tous ceux qui prennent conscience que les solutions aux guerres du Moyen-Orient passent par les Peuples qui le constituent, et pas seulement dans des tables rondes entre puissances impérialistes, le Rojava constitue une force de proposition politique de paix.

Parce que la mise en place démocratique d’un projet social pour l’ensemble de la mosaïque du Nord syrien, malgré la guerre, permet aujourd’hui à plusieurs millions de personnes de survivre et de s’organiser ensemble et d’avoir la force de proposer un projet confédéraliste pour cette région, il est urgent de les soutenir, et pas seulement par des déclarations politiques ou des aides à la résistance armée.

Nous aurons l’occasion de revenir sur la teneur des avancées politiques (les discussions de Rmeilan) qui, après la chute d’Alep, constituent une alternative aux projets de guerres et de dominations contenus dans le cessez le feu turco-russe.


L’appel de soutien, et les liens pour contribuer

Pour faire face à l’urgence et la tragédie humanitaire dans laquelle notre population est plongée, en raison de la guerre et du blocus contre le Rojava.

Pour faire face à l’afflux continu des réfugiés de toutes origines fuyant toutes les persécutions en Syrie, mais aussi en Irak.

Pour continuer de résister et de lutter contre Daech et les autres groupes terroristes.

Pour faire face à l’hostilité des puissances régionales.

Pour continuer, malgré la guerre et ses tourments, l’expérience sociale et politique d’une société auto-administrée démocratique, libre, laïque, écologiste et juste, où tous les individus bénéficient des mêmes droits (quels que soient leur ethnie, leur religion, leurs croyances, leur sexe, leur genre).

Pour tout cela, la population auto-administrée du Rojava
a besoin de votre soutien !

Nous manquons de tout et aucune ONG n’officie au Rojava.
Nous sommes fragiles et pourtant nous sommes sur tous les fronts.

Le Rojava représente aussi une expérience sociale et politique rare aujourd’hui : nous soutenir c’est entretenir une lueur d’espoir progressiste et émancipatrice, en Syrie et au Moyen-Orient, mais aussi partout dans le monde.

Sous la responsabilité de la Représentation du Rojava en France, mandataire de l’Auto-administration démocratique du Rojava, les fonds collectés ne serviront qu’à la population, au plus près de l’urgence et des besoins :
• Achat de médicaments et de matériels médicaux
• Approvisionnement alimentaire de base
• Déminage de nos territoires
• Protection et éducation de nos enfants (dont nos orphelins)
• Reconstruction des villages et des villes, comme Kobanê, ravagés par la guerre contre Daech
• Accueil des réfugiés, etc.

pour souscrire : https://www.lepotcommun.fr/pot/f0bjqcio?1481741014


http://www.kedistan.net/2017/01/04/souscription-rojava/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 19 Jan 2017, 15:14

Grenoble ce jeudi 19 janvier 2017

Projection du reportage Sa guerre à elle : les femmes contre l’Etat Islamique (enquête spéciale)

à 19h, à Ahwahnee, 106 rue des Alliés, Grenoble

La ville de Serekaniye est la dernière grande ville avant la frontière avec l’Etat Islamique (EI). La majorité kurde est déterminée à se battre contre son ennemi mortel, et à l’empêcher de prendre la ville. Les Unités de défense populaires kurdes (YPG) ont été formées après l’échec de l’armée syrienne à éliminer la menace djihadiste. Dans les rangs des combattants, on trouve des jeunes femmes, qui ont décidé de se défendre, elles et leurs familles, et de combattre l’envahisseur. RT va visiter le camp de formation féminin des YPJ afin d’apprendre l’histoire de ces jeunes femmes courageuses et de voir comment elles s’entraînent pour faire face à l’ennemi.

Ahwahnee est un squat ouvert en septembre dernier, situé au 106 rue des Alliés. Encore en cours de travaux de remise en état, il se veut être à la fois un lieu d’habitation et un espace d’activité ouvert sur le quartier.

https://grenoble.indymedia.org/2017-01- ... a-Ahwahnee
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede Béatrice » 20 Jan 2017, 20:09

samedi 21 janvier 2017 à MARSEILLE

-14 h Place Castellane, 13006

Appel à manifester
Sakine, Rojbîn et Leyla
Leurs droits sont nos droits
Nous exigeons la vérité et la justice !


Le mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, à Paris. Ce triple assassinat a bouleversé tout un peuple mais est pratiquement passé inaperçu en France.
Depuis, les représentants de la communauté kurde et les familles des victimes, soutenues par de nombreuses organisations et personnes attachées à la vérité et la justice, ont multiplié les actions et les appels pour demander aux autorités françaises toute la lumière sur ce crime politique odieux.

Rage et consternation, le procès n’aura pas lieu.


Le Parquet de Paris a annoncé le décès d’Omer Güney, l’assassin présumé de ce triple assassinat, en relation avec une entreprise terroriste, le 17 décembre 2016. Sa disparition interrompt le processus judiciaire en cours. Le procès d’assises, qui devait s’ouvrir le 23 janvier, dont la date a été fixée une première fois, le 5 décembre 2016, n’aura pas lieu. Alors que l’instruction judicaire a été bouclée en mai 2015, pourquoi une date d’audience aussi lointaine ? Ce n’est pas un hasard : nul ne pouvait ignorer que le présumé coupable souffrait d’un mal incurable et que ses jours étaient comptés.
Personne ne peut croire que ces assassinats furent l’œuvre d’un seul homme. Pour la première fois en France, dans une instruction judiciaire ouverte pour des crimes politiques, la Justice française évoquait l’implication d’un service de renseignement étranger en l’occurrence le MIT.
Ce procès, devait permettre de faire toute la lumière sur les commanditaires, fussent-ils les plus hauts dirigeants de l’Etat turc et sur les dysfonctionnements des services du renseignement français ; il devait répondre aux questions : pourquoi la France n’a pas assuré la sécurité de celles auxquelles elle avait accordé sa protection avec le statut de réfugiées politiques ? Pourquoi n’a-t-elle pas déclassifié certains documents classés "secret défense" ?
Depuis le début de l’enquête, les autorités politiques françaises se sont efforcées d’étouffer l’affaire, au nom de la raison d’Etat. Soucieuse de préserver leurs relations avec la Turquie, elles, non jamais prie la peine de recevoir les familles de victimes, ni les représentants de la communauté kurde.

Leurs droits sont nos droits, l’action judiciaire ne doit pas s’arrêter avec la mort de Ömer Güney. L’enquête doit se poursuivre, les commanditaires doivent être recherchés et jugés, le gouvernement turc et ses services secrets doivent être démasqués, les autorités françaises doivent rendre des comptes aux familles, au peuple kurde et français.

Ces trois femmes militaient pour la paix et les droits humains. C’est pourquoi, défendre la mémoire de Sakine, Rojbîn et Leyla est une cause citoyenne.

Le CSK.13 et nombreuses organisations appelons à un rassemblement unitaire pour :

- Exiger justice et vérité afin d’honorer la mémoire de Sakine, Rojbin, Leyla
- Crier notre colère et notre indignation face à l’inertie des autorités françaises
- Marquer notre tristesse et notre détermination à poursuivre leur combat pour la paix


En 2013, cette triple exécution intervient à un moment de grand espoir, des pourparlers de paix étaient engagés entre le Premier Ministre, Recep Tayyip Erdogan, et Abdullah Öcalan, le Leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Aujourd’hui, les commanditaires sont libres et continuent de massacrer le peuple kurde. La moindre valeur de ce qui peut être le respect de la démocratie, la liberté de la presse, l’application des droits humains les plus élémentaires ou encore l’état de droit sont bafoués par le Président Erdogan. En Turquie, la souffrance du peuple kurde et de tous les démocrates est passée sous silence par la France et l’Europe.

Collectif Solidarité Kurdistan.13 (CSK.13) :
Centre Culturel des Alevis Marseille - Centre Démocratique Kurde Marseille (CDKM) - Ensemble 13 - Ligue des Droits de l’Homme (LDH) 13 - Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) 13 - Parti Communiste Français (PCF) 13 - Parti de Gauche 13 - Solidarité & Liberté - Union Départementale CGT
Premiers signataires : Aix Solidarité - Association des femmes kurdes (Arin Mirkan) - Marche Mondiale des Femmes 13 PACA - Rouge Vifs 13 - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) -
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 30 Jan 2017, 13:07

Brest - Logonna-Daoulas (29) jeudi 2 février 2017

Causerie populaire : soirée sur la situation au Kurdistan

Soirée de présentation et de soutien à la lutte au Kurdistan turc (Bakur),
jeudi 2 février 2017 à 20h au café associatif de Goasven à Logonna-Daoulas.

Après plusieurs semaines passées au Kurdistan, des camarades proposent une discussion, sous forme d’un retour d’expérience, afin d’en savoir un peu plus sur la lutte Kurde en Turquie, la répression d’Erdogan, sur le rôle des femmes et l’expérience du conféréderalisme démocratique.

http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article640
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 14 Fév 2017, 14:25

Lyon vendredi 17 février 2017

Repas et projection en soutien au peuple kurde en lutte

Le Groupe Antifasciste de Lyon et Environs et la Maison de la Mesopotamie organisent, vendredi 17 février un repas et une projection en soutien à la cause du peuple Kurde, dans le but d’envoyer des fonds pour la reconstruction des maisons détruites par l’armée Turque au Kurdistan Nord (Bakûr).

Militants antifascistes, nous dénonçons le régime de terreur imposé par le gouvernement AKP en Turquie, sous la direction de Erdogan. Nous dénonçons l’étau fasciste que enserre tous les militants et militantes progressistes, révolutionnaires, anti-impérialistes, de l’Etat Turc. Nous dénonçons l’emprisonnement des député-e-s et élu-e-s du parti HDP, des intellectuel-le-s, de tous les opposants au programme ultranationaliste et réactionnaire du gouvernement Turc.

Depuis juillet 2016 et la tentative avortée de coup d’Etat par une fraction de l’armée, les vannes de la répression sont ouvertes en plein, et déversent un torrent de terreur, de torture, d’emprisonnements préventifs sur tout ce que l’Etat Turc compte de progressiste, de révolutionnaire.

L’Etat turc finance également des escadrons de la mort, massacrant au Bakûr et au Rojava (Kurdistan syrien). Erdogan sponsorise nombre de groupes armés pour ceinturer et exterminer la résistance kurde.

Les villes et villages du Bakûr ont eut à subir des sièges terribles, des bombardements, des dévastations immenses. Les vies des habitants et habitantes ont été bouleversé-e-s et leurs biens anéantis.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés à regarder le régime Turc se muer en un régime fasciste. Nous accordons tout notre soutien aux organisations progressistes et révolutionnaires de l’Etat Turc et du Kurdistan.

Cette initiative permettra à notre échelle, à nos moyens, d’aider à la reconstruction des maisons, des vies, de ceux et celles qui ont eu à subir les foudres du régime réactionnaire.

Rendez vous nombreux et nombreuses vendredi 17 février 19h00 à l’atelier des canulars 91 rue Montesquieu 69007 Lyon
Ce sera aussi l’occasion de discuter de la dynamique militante impulsée ces derniers temps sur Lyon.

Biji Kurdistan !

P.-S.
Le film projeté sera : "Pour un instant la liberté" de Arash T. Riahi

Synopsis :
Ali et Merdad tentent de fuir l’Iran avec leurs cousins Asy, 7 ans, et Arman, 5 ans, dans le but de les ramener à leurs parents qui vivent en Autriche. Mais ils doivent d’abord passer par la Turquie et attendre un hypothétique visa qui tarde à venir. Ils font alors la connaissance d’autres réfugiés iraniens : un couple et leur petit garçon cherchant à prouver aux pouvoirs publics qu’ils sont persécutés pour des motifs politiques ou encore un professeur et un jeune Kurde qui surmontent leurs difficultés quotidiennes grâce à un incroyable sens de l’humour...
Des hommes et ces femmes qui attendent désespérément de gagner l’Europe, terre de libertés...

https://rebellyon.info/Repas-et-project ... uple-17479
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede Pïérô » 16 Fév 2017, 23:47

Paris samedi 18 février 2017

Présentation de "Un autre futur pour le Kurdistan ?"

◾Radio libertaire, de 13h30 à 15 h30 (89.4 mhz)
Présentation de "Un autre futur pour le Kurdistan ? " (lire sur ce site) sur Radio libertaire, émission Chroniques rebelles, avec l’auteur, Pierre Bance.

◾Librairie Publico, à partir de 16h30
Ensuite, rencontre et débat à la Librairie Publico, 145, rue Amelot 75011 Paris, toujours avec Pierre Bance.


Image

Le Confédéralisme démocratique serait-il la dernière chance du socialisme ?
Alors qu’un peu partout dans le monde revient le débat sur la démocratie (représentative, participative ou directe), sur l’organisation (parti, autonomie ou fédéralisme), sur la stratégie (conquête du pouvoir ou action en marge), sur l’autre futur (État démocratique ou société sans État), la révolution que mènent les kurdes en Turquie et en Syrie apporte des réponses concrètes, particulièrement au Rojava libéré de Bachar al-Assad et de l’État islamique. Des réponses porteuses d’autant d’interrogations :
● La société sans État est un but affirmé sans ambiguïté, mais, pour y arriver, la phase transitoire d’autonomie démocratique est-elle la meilleure voie ?
● La démocratie directe est proclamée, mais est-elle exercée ?
● Le parti devrait céder devant la fédération des communes autonomes, mais en a-t-il l’intention ?
● Le pouvoir est à détruire, un proto-gouvernement répond-il à cette finalité ?
À ces questions ce livre apporte des éléments de réponse tant sur les bases théo-riques du municipalisme libertaire et du confédéralisme démocratique que sur leur mise en oeuvre dans les institutions et la société, pour que chacun se fasse une opinion.

Dans la presse, chez les militants de gauche ou les politologues, on parle beaucoup des exploits des combat-tants et combattantes kurdes. Pour-quoi réussissent-ils, là où les autres échouent ? Parce qu’au-delà de la défense de leur identité, une idée nouvelle leur fait espérer un autre futur : le confédéralisme démocratique. Et de cela, on ne parle pas.
Au début des années 2000, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) abandonne le marxisme-léninisme et son ambition de construire un État-nation kurde. Il adopte alors l’idée et la stratégie du confédéralisme démocra-tique pensé par son leader, Abdullah Öcalan, lui-même fortement influencé par le municipalisme libertaire du phi-losophe américain Murray Bookchin qui place l’écologie sociale comme moteur de la révolution. Les organisa-tions de la société civile (associations, syndicats, coopératives, communau-tés ethniques et religieuses, partis…) se mettent en réseau sans que leur stratégie exclut la conquête de munici-palités et l’élection de parlementaires. Le but est de marginaliser l’État et finir par le rendre inutile, tout comme le capitalisme. Le confédéralisme démo-cratique ne se limite pas au Kurdistan, il a une vocation universelle.
En Turquie, le PKK souhaitait aban-donner la lutte armée pour se consa-crer à la fédération, déjà bien engagée, des communautés kurdes dans le cadre d’une nouvelle constitution tur-que. Le processus de paix ayant été rompu en 2015 par le gouvernement turc, une lutte acharnée se poursuit sur les terrains militaire, social et politique.
Au Nord de la Syrie, le Rojava, sous contrôle du Parti de l’union démo-cratique (PYD), s’organise selon l’auto-nomie démocratique, phase préalable au confédéralisme démocratique. Un « gouvernement » appelé auto-administration démocratique assure la gestion de la région. Ce pouvoir se dissoudra-t-il dans la société civile confédérée ou maintiendra-t-il un État ? Dit autrement, le fédéralisme libertaire sera-t-il assez fort pour vaincre le fédéralisme politique mis en place et justifié par la conduite d’une guerre incertaine ?
Tout n’est pas parfait au Rojava, l’État n’a pas disparu, la démocratie directe est loin d’être générale, et le fédéra-lisme libertaire des communes auto-administrées balbutie. Cependant, trouve-t-on ailleurs une telle volonté radicale de changement dans un contexte politique, culturel et militaire si peu propice ? La révolution ne se fait pas en un jour, alors pourquoi douter que les Kurdes parviennent à cons-truire un autre futur d’émancipation ? Leur expérience est un exemple, non un modèle, pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve le mouvement social.

L’auteur
Pierre Bance, docteur d’État en droit, a été directeur des Éditions Droit et Société de 1985 à 2008. Anarchiste et syndicaliste, ses derniers travaux sont publiés sur le site Autre futur.net (http://www.autrefutur.net/).


http://www.autrefutur.net/Presentation- ... vrier-2017
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede Béatrice » 20 Fév 2017, 19:40

jeudi 23 février 2017 à MARSEILLE

-20 h Équitable Café, 54 cours julien, 13006

Projection-discussion avec Marseille Solidarité Kurdistan
« Les tortues volent aussi », film de Bahman Ghobadi

(en persan : لاک پشت ها هم پرواز می کنند) Un film iranien du réalisateur kurde iranien Bahman Ghobadi sorti en 2004, avec la musique du compositeur Hossein Alizadeh, tourné dans une camp de réfugiés kurdes à la frontière de l’Irak et de la Turquie à la veille de l’invasion de l’Irak en 2003. (95mn)

… suivi d’une discussion avec le collectif Marseille Solidarité Kurdistan.

Il a une quinzaine d’années. On le surnomme « Kak Satellite » parce que, dans son petit village du Kurdistan irakien, il est le seul à savoir installer une antenne pour capter la télévision. Connaissance précieuse au moment où la rumeur annonce une attaque américaine sur l’Irak. Kak est aussi le chef des enfants. Et des enfants, il y en a beaucoup ici, orphelins ou séparés de leur famille, réfugiés dans un camp de tentes posé au milieu du village. Arrive alors un étrange trio composé d’un jeune manchot doté d’un don de voyance, de sa sœur, fillette au beau visage tragique et désespéré, et d’un garçonnet de 2 ans, aveugle…

https://equitablecafe.org/programmation ... b-ghobadi/

prix libre

P.-S.
envisages chez marsnet.org
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 03 Mar 2017, 20:56

Paris samedi 4 mars 2017

Mouvement des femmes kurdes en Europe • Réunion pour le “NON”

Pourquoi cette mobilisation ?

Depuis l’instauration de l’état d’urgence, décret par décret, opération par opération, le régime turc s’est acharné particulièrement contre les femmes. Les organisations de société civile, journaux, agences de presse crées et gérés par les femmes ont été des cibles de premier choix.

Aussi bien parmi les députés que dans les municipalités, jetées dans des geôles, les élues femmes tiennent la première place. [Lire Figen Yüksekdağ : les femmes disent “non”]Les mairies kurdes, confisquées par le pouvoir, pratiquaient une gestion différente, proche de la population et représentative, de fait, plus démocratique et féministe. Il n’est pas surprenant qu’elles aient été “gênantes” pour un régime qui prône la domination de l’homme… Avec la mise sous tutelle de ces mairies, les fermetures de tous les centres de femmes ouverts par les municipalités, le licenciement des salariées femmes à tour de bras, le régime a espéré museler les femmes par la famine, et a voulu anéantir des années de travail de terrain, d’efforts et de conquêtes des femmes. [Lire Mairies sous tutelle, les conquêtes féministes bafouées]

Sous état d’urgence, des centaines de milliers de femmes kurdes ont été forcées à l’exode, suite aux destructions des villes kurdes. Celles qui ont voulu résister ont été emprisonnées, torturées tandis que d’autres étaient tuées, (leur exécution ou leurs images dénudées ont été diffusées). [Lire Le machisme, la guerre et le corps des femmes]

Ces violences ne concernent pas que les femmes kurdes. Il n’est pas indispensable d’être kurde, pour subir le machisme et ses violences…

D’année en année, les agressions et violences physiques et sexuelles contre les femmes et les enfants se sont démultipliées. Cette violence est encouragée par le discours des ministres, élus et responsables politiques de l’AKP, et amplifiée par les médias alliés du régime. [Les citations des ministres dans “Quand l’Imam pète, les ouailles chient”]

Ainsi, la boule de neige continue de devenir un géant sur cette pente menant vers l’enfer, des forces de sécurité à la justice, dans toutes les strates de l’Etat. Les idées machistes se diffusent, et s’installent confortablement dans une société totalement polarisée.

Les effets pervers sont clairement visibles dans tous les domaines. Aussi bien dans le secteur de la santé [Lire dossier IVG] que celui de l’éducation [Lire Education façon AKP]. Quand on est témoin qu’une femme se fait assommer d’un coup de pied dans un bus, seulement parce que son short ne “convient pas” à l’agresseur, il est temps d’agir… Comment se taire, quand de nombreuses femmes en cours de divorce, se font tuer en pleine rue par leur mari, qui, dans leur haine, tuent aussi le policier attribué à sa protection ? -si la femme a réussi obtenir une protection, ce qui est rare-. Il est temps de hurler, en voyant les maris, amants, pères, frères assassins, bénéficier des réductions de peines pour s’être présentés au tribunal, en costard et poliment… Pourtant, celles qui “tuent pour ne pas mourir” écopent des peines les plus lourdes. Quand “un compteur – monument” est mis en ligne pour quantifier les féminicides, il est largement le temps de voir, même de loin, en France, en Europe, ailleurs, que l’état des lieux est grave.

Les femmes n’attendent pas bras croisés ! Non, les femmes résistent ! Plus elles sont prises comme cibles plus elles sont déterminées.

Le 8 mars dernier, des millions de femmes ont gagné les rues, dans plusieurs villes notamment à Istanbul. Sous le slogan “Jin Jiyân Azadî” en kurde, et en français “Femme, Vie, Liberté” la mobilisation a gagné les rues et a réuni les femmes… [Lire chronique de Mamie Eyan pour 8 mars Une femme géante dans Istanbul]

Kedistan se fait donc relai de l’appel des femmes kurdes qui disent :

”C’est pour tout cela que ce “NON” n’est pas un simple non à un simple référendum. Cet appel est adressé pour construire un “grand front du NON” !

Le Mouvement des femmes kurdes, vous appelle à la solidarité, pour réunir toutes nos forces, nos moyens, nos idées, pour s’organiser toutes ensembles, avec toutes les couleurs et la diversité des femmes.

réunion non mixte
samedi 4 mars • 17h
Centre culturel kurde Ahmet Kaya
16 rue d’Enghien 75010 Paris

Que vous soyez des femmes kurdes, ou allez, écrivons dans le total désordre : jeunes, athées, âgées, turques, artistes, françaises, grandes, réfugiées, universitaires, lesbiennes, petites, arméniennes, brunes, blondes, alévies, trans, malentendantes, prolétaires, étudiantes, athées, journalistes, grand-mères, médecins, lycéennes, anarchistes, écolos, écrivaines, politiques, ouvrièrese, malvoyantes, féministes, véganes, avocates… Cette appel pour construire ce “NON” géant nécessaire, vous concerne !

... http://www.kedistan.net/2017/03/03/tjk- ... n-a-paris/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede Béatrice » 15 Mar 2017, 19:44

vendredi 17 mars 2017 à MARSEILLE

-19 h CDCK, 33 boulevard Burel, 13014

Grande Soirée de Solidarité
Projection : "Carnets d’un combattant kurde", discussion, bouffe, concerts et danse

Collectif Marseille Solidarité Kurdistan et le Cenre Démocratique de la Communauté Kurde à Marseille

Le Collectif Marseille Solidarité Kurdistan et le Centre Démocratique de la Communauté Kurde à Marseille organisent et vous invitent à une grande soirée en solidarité avec la lutte au Kurdistan : PROJECTION, DISCUSSION, BOUFFE, CONCERTS ET DANSE au programe !

PROJECTION
: "Carnets d’un combattant kurde" film documentaire réalisé par Stefano Savona.

Descriptif : « Akif a quitté l’Allemagne pour rejoindre la guérilla du PKK. Son groupe traverse les montagnes du Kurdistan irakien pour rejoindre les zones de combat à la frontière turque. Sur leur route, le camp du Parti des femmes où des groupes masculins viennent “tuer le mâle” qui est en eux, grâce aux séances de travail idéologique. Autour des feux, à la tombée de la nuit, ou pendant les interminables marches dans la montagne, les jeunes combattants se racontent leurs rêves, leurs doutes, leurs peurs. Siyar évoque le visage de l’ennemi qui peut-être le tuera, un visage “que l’on ne voit qu’une fois”. »

DISCUSSION après la projection (plus d’infos à venir).

BOUFFE kurde préparé par l’assemblée des femmes et des membres du collectif MSK.

CONCERTS
: Musique traditionnelle kurde + danses !

PAF : Entrée Prix Libre en Solidarité pour la lutte.

RENDEZ-VOUS VENDREDI 17 MARS 2017 À PARTIR DE 19H

Au Centre Démocratique Kurde - 33 boulevard Burel, 13014

Pour contacter le collecif Marseille Solidarité Kurdistan : isk.marseille chez gmail.com

Image
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 22 Mar 2017, 09:36

Kobanê : un projet féministe de reconstruction, à Paris le 22 mars

Soirée débat et collecte de fonds, dans le cadre de la Semaine anticoloniale, le mercredi 22 mars au 92, rue d’Aubervilliers, Paris 19e. Avec me collectif Solidarité femmes Kobanê et Alternative libertaire.

En 2015, à Kobanê, au Kurdistan syrien, les milices YPG-YPJ ont repoussé les djihadistes de l’État islamique.

Deux ans plus tard, la ville reste à reconstruire. Or, bâtir du neuf, c’est la possibilité de le faire en conformité avec les idéaux sociaux, féministes et égalitaires défendus par la gauche kurde.

C’est dans cet esprit que le mouvement féminin Yekîtiya Star travaille sur un projet de reconstruction favorisant l’autonomie économique, politique et culturelle des femmes.

Primo, il s’agit de relancer deux coopératives de production – oléicole et textile – détruites par l’État islamique.

Secundo, il est question de bâtir une académie des femmes, lieu d’échanges et de formation qui comprendrait des salles de conférences et de cours, une bibliothèque, une cafétéria, mais aussi un pôle santé (gynécologie, obstétrique, soutien psychologique aux victimes de guerre…).

Tertio, serait aménagée une place publique ornée d’une œuvre d’art en hommage aux luttes féministes au Proche-Orient.

Le collectif Solidarité femmes Kobanê, qui collecte des fonds (déjà 10.000 euros) dans ce but fera le point sur ce projet et nous parlera plus généralement du mouvement des femmes kurdes.

Kobanê : un projet féministe de reconstruction
mercredi 22 mars à 19h30
dans les locaux d’Alternative libertaire

92, rue d’Aubervilliers, Paris 19e
(métro Stalingrad, Riquet ou Marx-Dormoy)

http://www.alternativelibertaire.org/?K ... ministe-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 24 Mar 2017, 09:25

Genève samedi 25 mars 2017

Soirée de soutien au Rojava

Dans le cadre de la campagne nationale et internationale de soutien au Bataillon International de Libération au Rojava, le J.I.K organise une soirée de soutien le 25 mars au Théatre de l’Usine à Genève.

Au coeur du Moyen-Orient, les populations du Rojava se sont soulevées contre les forces réactionnaires qui oppressent la région depuis des décennies. Après avoir libéré le Rojava de Daesh, les habitants du Rojava et les nombreux révolutionnaires étrangers qui sont venus les soutenir inquiètent à présent les impérialistes américains et l’OTAN, ainsi que les régimes réactionnaires et fascistes du Moyen-Orient : la Turquie, l’Arabie Saoudite et l’Iran. Tous à présent interviennent par bombardements ou ingérence, reproduisant les stratégies qui ont abouti à la création de nombreux groupes islamistes comme Daesh, Al Qaïda ou Al Nosra, des golems qui ont échappé au contrôle des pays capitalistes qui les ont façonnés.

Que ce soit par les attentats meurtriers, par les bombardements de civils, par les arrestations massives de militants révolutionnaires, par les attaques permanentes contre les guérillas populaires ou par les marchandages capitalistes, les ennemis du peuple ont bien du mal à arrêter la lutte de libération qu’ont entreprises les populations du Rojava, du Kurdistan et de tout le Moyen-Orient, et particulièrement les femmes armées du Rojava qui sont le pire cauchemar des islamistes.

Après s’être entourée de ses alliés habituels et historiques : USA, OTAN, Union Européenne, ONU, social-démocrates et régimes réactionnaires, la Turquie a entrepris une large campagne de répression à travers les territoires kurdes en Turquie, en Irak et en Syrie, avec pour objectif prioritaire de saboter les ambitions révolutionnaires des peuples opprimés du Rojava.

Aidons le Bataillon International de Libération qui regroupe des combattants communistes, anarchistes et antifascistes venus défendre le Rojava dans l’esprit des Brigades Internationales de l’Espagne de 1936. Apportons leur un soutien politique et matériel en finançant des pansements hémostatiques. 60% des blessés par balle meurent d’hémorragie en attendant d’être pris en charge : ces pansements stoppent l’hémorragie rapidement et coûtent 40$ l’unité.

Soutien à la lutte pour la révolution des peuples du Rojava et d’ailleurs, contre les islamistes, les USA, l’OTAN et les états réactionnaires !

Image

https://renverse.co/Geneve-Soiree-de-so ... ojava-1007
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 30 Mar 2017, 20:05

Suisse/Turquie : Plaintes en série pour une banderole anti-Erdogan

La justice suisse a ouvert une procédure pour "appel à la violence" après une manifestation de 5.000 personnes samedi à Berne, lors de laquelle on pouvait voir une banderole montrant un pistolet braqué sur la tête du président Erdogan et cette phrase : "Kill Erdogan with his own weapons". Les autorités de la ville ont annoncé de leur côté vouloir déposer une plainte pour non-respect du règlement encadrant les manifestations. La municipalité avait donné son accord pour le défilé de samedi à condition qu’il se déroule "sans provocations". Quant à la justice turque, elle a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête pour "appartenance à une organisation terroriste", "offense au président" et "propagande pour une organisation terroriste"...

C’est le Groupe de Jeunesse révolutionnaire (Revolutionäre Jugend Gruppe) de Berne (RJG) qui portait cette banderole, et il la revendique sur son site, ajoutant : « Ceux qui disent non à Erdogan sont traités de terroristes, toutes les formes de combat contre Erdogan sont légitimes. L’arme du meurtrier se retourne toujours contre lui. Tout comme personne ne pleure Hitler, Mussolini ou Pinochet, personne ne pleurera Erdogan. » La RJG est un des groupes signataires les plus actifs dans la Campagne pour la récolte de Celox pour les combattants internationalistes au Rojava lancée par le Secours Rouge International http://rojava.xyz/.

https://secoursrouge.org/Suisse-Turquie ... ti-Erdogan
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 03 Avr 2017, 14:56

Villefranche-sur-Saône (69) mercredi 5 avril 2017

Kurdistan : soirée témoignage

La ruche organise le mercredi 5 avril à 19h30 une soirée sur le Kurdistan, témoignage d’une délégation revenant de Diyarbakir. Avec bouffe à prix libre et table de presse.

Lors de cette soirée , le collectif Amitiés Kurdes de Lyon témoignera de son séjour en Mars 2017 au Kurdistan Nord. Nous aborderons également la place des femmes dans les luttes au Kurdistan ; nous échangerons sur ce qui se passe au Kurdistan Turc et Syrien, notamment sur les organisations autonomes de la société civile sous un modèle de municipalisme libertaire et de confédération démocratique.

Alors au mercredi 5 avril dans des locaux de la ruche au 19 rue de Prony à Villefranche-sur-Saône !

Image

https://rebellyon.info/Kurdistan-soiree ... uche-17644
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 05 Avr 2017, 14:47

Samedi 8 avril 2017

Tarnac, Plateau des Mille Vaches • Débats, repas, concert

Image

Dans le cycle « Le visage du monde change, comprendre, prendre part aux bouleversements en cours. »

TURQUIE • KURDISTAN • SYRIE
Trajectoires révolutionnaires, état d’urgence et contre-insurrection…

17h30
DISCUSSION
sur la situation politique en Turquie et au Kurdistan
en présence des membres du Kedistan

20h00
REPAS
Spécialités kurdes
Entrée, plat & dessert • 10€
Réservations jusqu’au 5 avril 06 84 55 62 02

22h00
CONCERT • 5€
Groupe Aman Aman
Musique d’Anatolie et du Kurdistan et autres variantes Rock’n’roll
Sex, drugs & rebetiko
chansons populaires en grec

Etat d’urgence, instrumentalisation des réfugiés et répression de l’opposition en Turquie

La Turquie d’Erdoğan s’enfonce chaque jour un peu plus dans un régime politique totalitaire et paranoïaque. La rhétorique anti-terroriste inonde quotidiennement les quelques médias qui paraissent encore et justifie tout, les arrestations arbitraires, la sale guerre contre les Kurdes dans le sud-est du pays, la censure, les procès politiques, les rafles d’opposants… En l’espace d’à peine quelques mois le régime d’Erdoğan est passé du statut de « bon élève » du Moyen-Orient, candidat plausible à l’adhésion à l’Union Européenne, à un État Policier où la démocratie n’est plus que de pure façade. Ce qu’il se passe au Moyen-Orient nous est très proche sous de multiples aspects et les effets des bouleversements en cours là-bas se font déjà sentir ici. A travers l’état de guerre généralisé et les flots de réfugiés qu’il suscite, nos situations nationales étriquées s’interpénètrent de multiple façons.

2011 avait vu une vague sans précédent de soulèvements contre les tyrannies en place au Moyen-Orient. La Turquie d’Erdoğan elle-même avait été touchée à travers l’occupation massive du parc Gezi et les mouvements qu’elle a entraîné, en 2013. Depuis 2015 ces vagues de soulèvements ont rencontré une vague symétrique de contre-révolutions, dans laquelle les états, mêmes concurrents, savent très bien s’entendre pour écraser les rêves de liberté. Alors que Bachar Al Assad et ses alliés mettaient la Syrie à feu et à sang pour se sauver d’une chute certaine, Erdoğan relançait la guerre civile contre les Kurdes de Turquie pour sauver son avenir électoral. Dans un cas comme dans l’autre on s’autorise de la « guerre au terrorisme » pour massacrer et mettre les populations en coupe-réglée. Les ennemis désignés diffèrent, les méthodes, elles, ont une proximité troublante. Le uns et les autres savent tour à tour soutenir les mouvements d’opposition chez le voisin avant que leurs intérêts convergent dans l’écrasement des dites oppositions.

La résistance kurde, le PKK et la doctrine du « confédéralisme démocratique » à l’épreuve de la guerre

Aux confins de la Turquie et de la Syrie, une expérience politique singulière tente de tracer sa propre route depuis des années. Les mouvements politiques kurdes ont fait beaucoup de chemin depuis les années quatre-vingt où la question identitaire kurde et la lutte anti-coloniale ont été amenées sur le devant de la scène par une nouvelle génération de militants politiques kurdes. En a résulté une guerre civile sans pitié et des opérations de contre-insurrection massives, qui causèrent des milliers de morts et des milliers de réfugiés dans les années quatre-vingt-dix (« la sale guerre »). C’est à cette époque que des réfugiés kurdes sont arrivés notamment sur le Plateau, à Peyrelevade.

Le début de l’ère Erdoğan avait signé une tentative de processus de paix avec les mouvements kurdes qui n’a tenu que le temps qu’Erdoğan se rende compte que ses « efforts » n’avaient pas les effets électoraux escomptés. Dès 2015, voyant les expériences d’autonomie territoriales kurdes se développer le long de la frontière Syro-Turque, et se sentant menacé à l’intérieur par le poids croissant de partis politiques dits « pro-kurdes », il relance la stratégie de la tension dans le sud-est du pays, jusqu’à des épisodes de guerre ouverte avec les factions militantes organisées dans le cœur des villes à majorité kurde tout au long de l’année passée.

Les mouvements liés au PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan, un des protagonistes principaux de la guerre dans les années quatre-vingt-dix, fondé et dirigé par Abdullah Öcalan jusqu’à son arrestation et sa mise en détention par l’État Turc en 1999), ont désormais un rôle dominant tant la résistance kurde côté Turc que dans les régions à majorité kurde du nord de la Syrie (Rojava). Suite à un virage idéologique et stratégique opéré au début des années 2000, le parti-guérilla marxiste et indépendantiste, développe un discours et un programme basé sur des fédérations de communes, de conseils locaux ou de travailleurs, de groupes de femmes et d’une armée partisane. Il a officiellement abandonné l’idée d’un État-Nation kurde et de la forme État de manière générale. Cette expérience en cours naturellement limitée par l’État de guerre généralisé dans la région et par l’histoire politico-militaire hiérarchique et autoritaire du PKK suscite de par le monde de réels espoirs ainsi que de nombreuses questions…

D’où les questions que nous nous poserons à l’issue de cette présentation

Quelles actions possibles depuis ici pour soutenir les mouvements de résistance à l’état policier en Turquie ?

Quel soutien apporter aux mouvements qui tentent de construire l’autonomie au Kurdistan syrien ?

Comment se donner les moyens (information, rencontres, documentation) d’une solidarité critique avec des mouvements dont les stratégies complexes sont parfois peu lisibles depuis ici ?

http://www.kedistan.net/2017/03/26/tarn ... kurdistan/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Solidarité avec les Kurdes en lutte

Messagede bipbip » 13 Avr 2017, 14:54

La Roche sur Yon (85) samedi 15 avril 2017

Rassemblement de soutien au Rojava, contre la politique d'Erdogan et les Etats nations

14H discussion sur la repression en Turquie et au Kurdistan Nord (Bakur) et sur la mise en place du confédéralisme démocratique au Rojava

15H30 Rassemblement au kiosque devant la mairie de la Roche sur Yon

Image

soutenons le non au réferendum du 16 avril en Turquie !

Dénonçons le silence complice de la France et de l'UE!

Contre les Etats-nations et régimes dictatoriaux,

soutenons le confédéralisme démocratique au Rojava et ailleurs

Le 16 avril 2017 aura lieu en Turquie et au Kurdistan du Nord un référendum à l’initiative du président turc Erdogan. Ce référendum vise à changer la constitution pour passer d’un système parlementariste à un système présidentiel. Il s’agit d’un pas de plus vers la consolidation d’un régime dictatorial d’Erdogan et de son parti, l’AKP.

Dans ce système, où le président détiendrait l'ensemble des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, pas de contre-pouvoir ni de mécanismes de contrôle. En bref, la porte ouverte à un régime totalitaire qui consoliderait la fin de la séparation des pouvoirs, de l'état de droit et de l'impartialité de la justice.

En Turquie et au Bakur (kurdistan Nord) l'ensemble des voix d'oppositions, des médias, intellectuelles et la société civile sont baillonées via des mesures radicales tel que l'assassinat, le viol, l'emprisonnement, la mise sous tutelle des mairies et élus d'opposition, la mise en place de couvre feu sur les villes et villages du Bakur, ou l'humiliation et mise sous pression permanente.

Nous devons dénoncer le silence complice de l’Union européenne et de la France face à la politique répressive et réactionnaire de la Turquie d'Erdogan et de l'AKP.

Parce que l'application de cette réforme entérinerait cette violence d'état fasciste, réactionnaire et patriarcale, nous devons dénoncer le silence complice de la France et de l'Union Européenne.

Opposons nous aux états nations impérialistes qui stigmatisent et répriment les diversités.

Pour une société anticapitaliste, démocratique et égalitaire,

Soutenons le confédéralisme démocratique au Rojava .

soutenons ceux qui disent non à ce référendum.


https://nantes.indymedia.org/events/37311
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Autres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités