Radios libres en lutte

et appels à aller soutenir en urgence...

Radios libres en lutte

Messagede Nico37 » 12 Mai 2009, 16:11

Il y a plus de 25 ans, le mouvement des radios libres faisait tomber le monopole d’Etat sur la radiodiffusion et ouvrait la bande FM aux multiples expressions sociales, culturelles, politiques et musicales - aujourd’hui, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel lance la radio numérique terrestre (RNT) dans des conditions qui mettent en péril les actrices et continuatrices de ce mouvement, les radios associatives non commerciales, dites de catégorie A. Le remplacement de la diffusion en FM par celle en numérique est présenté comme une évolution strictement technique, permettant de diffuser davantage de stations et d’associer au son des données supplémentaires (nom de l’émission et des invités, publicités, pochettes d’albums, météo...). Nous y voyons une mise en danger des radios associatives non commerciales, une volonté d’uniformisation du paysage radiophonique et la consécration d’une conception technocratique de l’audiovisuel. La « diversité » numérique s’annonce davantage comme la multiplication de programmes clonés que comme une ouverture aux alternatives, aux minorités et aux expérimentations.

Une logique de colonisation / La confusion et la précipitation dans lesquelles se fait cette transition jouent en faveur des industriels, des antennes commerciales et des grands réseaux de radios : principaux bénéficiaires de la radio numérique, qui leur permettra d’accroître leur maillage du territoire, ils sont aussi les seuls à disposer des compétences techniques et des outils financiers qu’elle impose. Une consultation publique organisée en octobre 2006 par le CSA mentionne de manière explicite les inquiétudes des associatives (cf. ici), sans que l’appel à candidatures numériques de 2008 en tienne aucunement compte. Ce dernier a été lancé de manière abrupte, sans concertation et sans que la spécificité des radios de catégorie A soit prise en considération :
prioritaires sur le premier appel mais pas sur les suivants, on les contraint à demander une fréquence numérique sans leur donner les moyens de l’exploiter. Elles qui n’ont pas d’intérêt particulier à passer au numérique, étant donné qu’elles diffusent en local et ne seront pas nécessairement en mesure ni désireuses de développer les fameuses « données associées », risquent tout simplement de se retrouver sans aucune fréquence lorsque la bande FM sera éteinte. L’État, les réseaux et les industriels organisent et vantent la ruée vers le numérique, mais dans le même temps les fréquences associatives non commerciales sont averties, comme aux débuts de la FM, que les places seront rares : l’éviction d’un certain nombre d’entre elles se prépare ainsi, à un moment où dans leur ensemble les médias du tiers secteur, c’est-à-dire associatifs et non commerciaux, sont précarisés plutôt que soutenus.

Une logique de rentabilité / Les radios de catégorie A sont principalement subventionnées par le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER), créé suite à la libération des ondes, et approvisionné par une taxe prélevée sur les revenus publicitaires de l’audiovisuel commercial et public. La fin de la publicité annoncée sur les médias de service public risque d’entraîner dès 2009 une baisse de 30 % des fonds du FSER, donc une coupe proportionnelle des subventions qu’il reverse aux antennes non commerciales. Le passage au numérique, censé se faire au même moment, représente un coût considérable pour les radios : investissement en matériel, formation à la nouvelle technologie, et double diffusion (sur la bande FM et sur la bande numérique) à assurer pendant plusieurs années. Or à ce jour, non seulement aucune compensation du FSER n’est décidée pour qu’il puisse maintenir ses subventions, mais aucun financement spécifique n’est effectif pour le passage au numérique – et ce dans un contexte de baisse généralisée des aides publiques, qui affecte l’ensemble du secteur
associatif. Lors de la consultation publique du CSA, proposition a été faite d’adopter le must-carry : en vigueur notamment aux Etats-Unis, il oblige les diffuseurs à héberger gratuitement les antennes locales sans but lucratif - la suggestion n’a pas été retenue. La réalité des radios sans publicité ni profit est tout simplement ignorée dans ce passage au numérique - il en va d’elles comme, par exemple, des minimas sociaux, de certaines prises en charge médicales, ou de la recherche fondamentale : ce qui n’est pas rentable pourrait aussi bien disparaître.

Une logique de contrainte / Actuellement, chaque radio choisit son diffuseur ou bien s’auto-diffuse, et émet ainsi sur la fréquence qui lui a été attribuée par le CSA. Avec le passage au numérique, les radios devront nécessairement passer par un nouveau prestataire technique appelé « multiplexeur », chargé de coordonner la diffusion de neuf programmes sur une même fréquence. Le multiplexage signe donc la fin de l’autodiffusion, et inaugure une double obligation : celle de transiter par un prestataire, et celle de se pacser avec huit autres radios pour être diffusées. Les tarifs des multiplexeurs seront fonction de la qualité d’écoute et de la nature des « données associées » - il existe donc un risque certain que ces prestataires privés jouent un rôle dans l’attribution des places des
radios (ce qui était en FM du ressort du seul CSA).

Une logique de verrouillage / Une norme unique de diffusion, nommée T-DMB (Terrestrial Digital Multimedia Broadcasting), a été imposée : il ne s’agit pas d’une norme audio mais vidéo, dont les tests en radio n’ont pas été convaincants, et à qualité sonore équivalente, elle est plus onéreuse et permet de diffuser moins de radios que d’autres normes. Elle a été conçue par des industriels sud-coréens pour la Télévision Numérique Coréenne. En 5 ans, seuls 20% de la population du pays se sont équipés.
Étonnamment, la France est le seul pays en Europe à avoir choisi cette norme, nos voisins européens ayant opté pour le DAB ou le DRM (norme non propriétaire). Ce choix a été poussé par les antennes commerciales et les réseaux de radios, qui voient dans les « données associées » l’opportunité d’un nouveau support publicitaire et spectaculaire. Comme précédemment en matière de logiciels ou d’échanges de données, le numérique est employé pour verrouiller des accès alors qu’il aurait été l’occasion d’une plus grande ouverture.

Une logique de consommation / Les récepteurs numériques coûtent actuellement 6 fois plus cher qu’un transistor classique - leur prix va certainement baisser au fil des années, il n’en reste pas moins que de nombreuses personnes n’auront ni les moyens financiers ni l’aisance technique pour accéder à cette technologie. Un certain nombre de radios restées libres ont fait le choix, social, politique, culturel, de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas : les quartiers populaires, les non-professionnel-le-s, les non-spécialistes, les communautés immigrées, le mouvement social, les actrices et acteurs des luttes, les initiatives
culturelles non commerciales... Alors que l’accès à internet reste encore très inégal, la radio numérique risque fort d’accroître le fossé en terme d’accès à l’expression, à l’information et aux nouvelles technologies. La radio, qui est en FM un média simple d’accès et quasiment gratuit, deviendrait un outil technologique discriminant.

Mais nous sommes illogiques, et nous durerons longtemps / Que les radios de catégorie A souhaitent ou non répondre à l’appel à candidatures sur la RNT, elles sont de toutes façons piégées puisqu’elles n’ont en l’état aucun moyen d’émettre en numérique. Par conséquent, nous demandons : que la bande FM soit maintenue sur le long terme ; que le passage au numérique n’occasionne aucune suppression de radio associative non commerciale ; que soit réservée sur la bande numérique une part pour les radios de catégorie A au moins égale à celle de la bande FM ; qu’une procédure de déclaration d’intérêt soit mise en place immédiatement pour les radios de catégorie A émettant actuellement en bande FM, leur garantissant une priorité sur l’ensemble des appels à candidatures (et non seulement le premier), qu’elles puissent effectuer la transition vers le numérique quand elles le souhaiteront ; un doublement de l’approvisionnement du FSER, une subvention couvrant les frais d’équipement et d’exploitation numériques, et l’adoption en France du must-carry, c’est-à-dire l’obligation de diffusion gracieuse et équitable des radios associatives non commerciales par les radios de service public et commerciales.

Pour soutenir l’appel et/ou pour faire entendre votre avis : si vous êtes une radio, un média sans but lucratif ou une association, contactez-nous sur radiosenlutte (a) free.fr pour être ajouté aux signataires ;
si vous êtes une auditrice/un auditeur ou tout autre soutien, utilisez la pétition ci-dessous. Attention : pour confirmer votre signature, un
message vous est envoyé automatiquement sur votre adresse mail - parfois ce message est classé directement dans les spams : il faut aller fouiller un peu de ce côté-là si vous ne voyez aucune demande de confirmation arriver...
http://radiosenlutte.free.fr/spip.php?article1#sp1
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Radios libres en lutte !

Messagede conan » 27 Juin 2009, 15:00

france inter n'est pas du tout une radio libre, mais je vais poster ça ici quand même - la problématique étant grosso merdo la même : mettre les ondes radios à la botte (à la talonnette plutôt) du pouvoir.

STOP ! - Tract intersyndical SNJ, SNJ-FO, SNJ-CGT, Sud.

Les inquiétudes que la rédaction de France Inter nourrissait à l’annonce de l’arrivée de Philippe Val semblent hélas aussi fondées que les informations publiées il y a deux mois dans la presse au sujet de sa nomination.

Le titulaire de la revue de presse a été remercié dans les deux heures qui ont suivi la prise de fonction de Philippe Val, et aucune proposition ne lui a été faite.

Que paye notre excellent confrère ?

Son talent, son originalité, la progression d’audience de ce rendez-vous ?

Notre confrère paye surtout le fait d’avoir cité Siné Hebdo dans la revue de presse. Philippe Val, à l’époque directeur (et actionnaire) de Charlie Hebdo, lui en avait vertement et devant témoins fait le reproche.

Les syndicats n’accepteront aucun règlement de compte personnel, aucune suspicion illégitime, aucun procès d’intention, aucune mise au rancart d’un membre de la rédaction pour des motifs non professionnels.

Nous le répétons une dernière fois avant qu’un grave conflit ne s’ouvre. Les journalistes de France Inter n’ont qu’une exigence : continuer à assurer leur travail de présentateurs, de reporters, de spécialistes, calmement, sérieusement, professionnellement, librement. La liberté éditoriale ne se discute pas.

Les syndicats SNJ, SNJ-FO, SNJ-CGT et Sud demandent solennellement à la direction de France Inter de revenir sur cette décision inacceptable pour toute la rédaction.

22 juin 2009


L'article d'acrimed en entier est (une fois de plus) bien pertinent sur les copinages :
http://www.acrimed.org/article3167.html
conan
 

Re: Radios libres en lutte !

Messagede sebiseb » 27 Juin 2009, 18:27

Le CSA est déjà à la botte de l'état, donc l'attribution des fréquences n'était pas vraiment indépendante. Il y a à développer la radio via le net, qui elle peut encore se prémunir d'une quelconque censure - et pourra se diffuser via les réseaux y compris non filaires et de téléphonie mobile - et d'une quelconque limitation en nombre.
$apt-get install anarchy-in-the-world
$world restart
Avatar de l’utilisateur-trice
sebiseb
 
Messages: 1093
Enregistré le: 14 Aoû 2008, 14:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: Radios libres en lutte !

Messagede Johan » 29 Juin 2009, 00:00

En parlant de radios libres, c'était ce soir la dernière émission "Passe-Muraille" (émission faite pour et par les détenus de Belgique) sur Radio Air Libre (radio libre bruxelloise), avec comme invités les ancien(ne)s animateurs et animatrices de l'émission depuis les années '80 jusqu'à aujourd'hui.
Heureusement, il existe toujours l'émission "Tranche d'anar" animée par le Centre Libertaire!
Johan
 

Re: Radios libres en lutte !

Messagede Kartoch » 29 Juin 2009, 00:04

Si y en a qui connaissent pas encore

http://www.federation-anarchiste.org/rl/


Y a des liens pour l'écouter sur l'ordi
Avatar de l’utilisateur-trice
Kartoch
 
Messages: 147
Enregistré le: 24 Avr 2009, 13:07
Localisation: Montpellier (34)

Radios libres en lutte

Messagede Pïérô » 30 Mai 2012, 00:15

Radios libres contre rouleau compresseur du numérique.
Rassemblement et conférence de presse devant le CSA ce jeudi 31 Mai 2012 à 11h.

La RNT un projet mondial qui se fait sans vous et sans nous !

Mobilisation générale contre le passage à la Radio Numérique Terrestre (RNT) ! On remet le couvert...

Rassemblement et conférence de presse devant le CSA ce jeudi 31 Mai 2012 à 11h00 !

La radio FPP exprimera ses positions quant au passage à la radio numérique et réaffirmera sa volonté de voir la bande FM continuer d’exister.

Ce jour du 31 mai sera également la date butoir pour rendre notre dossier de candidature au CSA en tant que radio de catégorie A. Comme en 2008, ce dossier sera incomplet.

Il s’agit de leur faire entendre haut et fort que nous comptons exister longtemps encore pour donner la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas ailleurs.

Venez nombreux et nombreuses pour soutenir vos radios libres !!!

Conférence de presse devant le CSA, Jeudi 31 Mai 2012 à 11h00 ! CSA / CTR de Paris : Tour Mirabeau, 39-43, quai André-Citroën, Paris 15ème, - Métro / RER : Javel


Site : http://radiosenlutte.free.fr/


Image


Voir le texte d’appel et signer pétition en ligne : http://radiosenlutte.free.fr/spip.php?article73
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Radios libres en lutte

Messagede Béatrice » 18 Juil 2012, 14:38

Radio Zinzine AIX menacée d'expulsion :
Le Conseil Général des Bouches-du-Rhône réclame en référé et avec le recours de la force publique l'expulsion des locaux
que celle-ci occupe depuis 2003 :

http://www.leravi.org/spip.php?article1326

http://www.marsactu.fr/business/radio-z ... 26336.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Radios libres en lutte

Messagede Pïérô » 17 Aoû 2012, 13:01

La numérisation des radios
A l’initiative de la revue Syntone, a eu lieu le jeudi 28 juin 2012 une discussion autour de la numérisation des radios, et plus particulièrement de la Radio Numérique Terrestre (RNT). Étaient présents des animatrices et animateurs de Radio Canut, de Fréquence Paris Plurielle et de Faïdos Sonores. Cette rencontre s’est tenue au Café-Librairie Michèle Fyrk, à Montreuil (93). On peut entendre à la fin de ce document les trois options de qualité sonore que pourront se permettrent de financer les radios en fonction de leur budget.

à écouter sur SONS EN LUTTES : http://sonsenluttes.net/spip.php?article480
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Radios libres en lutte

Messagede Béatrice » 22 Aoû 2012, 13:07

Radio-Zinzine AIX menacée d'expulsion ( suite ) :


Radio Zinzine est menacée

Aix Ensemble - 2 août 2012

Depuis 1998, radio Zinzine Aix, dont les émissions sont réalisées à Aix-en-Provence par l’association « Aix Ensemble », offre un relais de l’expression sociale et culturelle des acteurs citoyens du Pays d’Aix et de la région PACA. Décrochage local aixois, elle est complémentaire des programmes réalisés depuis 1981 par l’équipe de radio Zinzine Limans à côté de Forcalquier, dans les Alpes de Haute Provence. Les 60 animateurs bénévoles et le dernier salarié d’Aix Ensemble oeuvrent 7 jours sur 7 pour réaliser les 33 heures de direct hebdomadaire.

A Aix-en-Provence et depuis septembre 2003, l’association Aix Ensemble occupe des locaux au 8 rue de la Molle, gracieusement mis à disposition par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Depuis 2003, et malgré les demandes successives d’Aix Ensemble de mise en place d’une convention d’occupation des locaux entre le Conseil Général et l’association, aucune solution n’est proposée jusqu’en 2010. Suite à la mobilisation d’Aix Ensemble, de ses animateurs, des auditeurs et internautes, l’organisation de manifestations de soutien et la mise en place d’une pétition rassemblant 5000 signatures, sans autre alternative une convention d’occupation précaire est finalement signée en 2010. Précaire, car non renouvelable, le bail se termine fin avril 2011. Dès le mois de juin 2011, à partir du Sextius Bar à Aix-en-Provence, Aix Ensemble met en place un programme radiophonique éclectique, composé d’émissions culturelles, d’informations, d’émissions thématiques, de concerts et Dj, le tout diffusé simultanément en public, en FM et sur Internet tous les jeudis de 18h à 1h30 du matin.

Cependant, ce rendez-vous hebdomadaire ne permet pas la production et la diffusion de la grande majorité des émissions. Il ne peut se substituer à l’utilisation d’un local au quotidien par Aix Ensemble.

Début juillet 2012, le Conseil Général mandate un cabinet d’huissiers afin d’assigner Aix Ensemble au tribunal aux fins d’expulsion. Le 10 juillet 2012, un renvoi du procès au 28 août 2012 est obtenu par Aix Ensemble.

Si une solution n’est pas trouvée très rapidement, la décision à venir du TGI d’Aix-en-Provence risque de signer l’arrêt de mort de radio Zinzine Aix !

Source : Courriel à Reporterre de Radio Zinzine Aix

Ecouter aussi : A quoi ça sert, une radio associative ?

Depuis 1998, radio Zinzine Aix, dont les émissions sont réalisées à Aix-en-Provence par l’association « Aix Ensemble », offre un relais de l’expression sociale et culturelle des acteurs citoyens du Pays d’Aix et de la région PACA. Décrochage local aixois, elle est complémentaire des programmes réalisés depuis 1981 par l’équipe de radio Zinzine Limans à côté de Forcalquier, dans les Alpes de Haute Provence. Les 60 animateurs bénévoles et le dernier salarié d’Aix Ensemble oeuvrent 7 jours sur 7 pour réaliser les 33 heures de direct hebdomadaire.

A Aix-en-Provence et depuis septembre 2003, l’association Aix Ensemble occupe des locaux au 8 rue de la Molle, gracieusement mis à disposition par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Depuis 2003, et malgré les demandes successives d’Aix Ensemble de mise en place d’une convention d’occupation des locaux entre le Conseil Général et l’association, aucune solution n’est proposée jusqu’en 2010. Suite à la mobilisation d’Aix Ensemble, de ses animateurs, des auditeurs et internautes, l’organisation de manifestations de soutien et la mise en place d’une pétition rassemblant 5000 signatures, sans autre alternative une convention d’occupation précaire est finalement signée en 2010. Précaire, car non renouvelable, le bail se termine fin avril 2011. Dès le mois de juin 2011, à partir du Sextius Bar à Aix-en-Provence, Aix Ensemble met en place un programme radiophonique éclectique, composé d’émissions culturelles, d’informations, d’émissions thématiques, de concerts et Dj, le tout diffusé simultanément en public, en FM et sur Internet tous les jeudis de 18h à 1h30 du matin.

Cependant, ce rendez-vous hebdomadaire ne permet pas la production et la diffusion de la grande majorité des émissions. Il ne peut se substituer à l’utilisation d’un local au quotidien par Aix Ensemble.

Début juillet 2012, le Conseil Général mandate un cabinet d’huissiers afin d’assigner Aix Ensemble au tribunal aux fins d’expulsion. Le 10 juillet 2012, un renvoi du procès au 28 août 2012 est obtenu par Aix Ensemble.

Si une solution n’est pas trouvée très rapidement, la décision à venir du TGI d’Aix-en-Provence risque de signer l’arrêt de mort de radio Zinzine Aix !

Source : Courriel à Reporterre de Radio Zinzine Aix

Ecouter aussi : A quoi ça sert, une radio associative ?


http://reporterre.net/spip.php?article3055
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Radios libres en lutte

Messagede Béatrice » 23 Oct 2012, 23:04

Radio-Zinzine AIX :
Le TGI d'Aix-en-Provence statuera le 13 novembre prochain sur l'occupation considérée illégale de celle-ci par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône (PS)
qui a saisi la justice pour son expulsion :

Court répit pour radio Zinzine Aix

Il faudra attendre le 13 novembre pour connaître le sort réservée à la radio associative aixoise Zinzine par le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence. Attaquée par le conseil général pour l'occupation illégale des locaux rue Molle à Aix-en-Provence, la radio risque l'expulsion. Wladimir Cerda, animateur, fait part de son incompréhension : "On ne croit pas au miracle, mais nous attendions tout de même un geste de la part du conseil général. Celui-ci veut se désinvestir d'Aix au niveau culturel et je ne m'explique pas pourquoi. Nous soutenons pourtant des musiques actuelles, comme les Chinese man, Isaya qui sont passés par notre émission. Nous n'avons jamais eu l'appui de la mairie d'Aix et depuis onze ans, le CG se désengage. Nous déplorons l'absence de dialogue."

En attente d'une solution de remplacement depuis 2011, la radio trentenaire reste pour l'instant dans les locaux dont l'électricité a été rétablie après avoir été coupée en mai 2011. Et elle se répand sur les ondes chaque jeudi, depuis le Sextius bar qui leur a ouvert ses portes.

Par Elodie Crézé, le 23 octobre 2012


http://www.marsactu.fr/culture-2013/cou ... 29147.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Radios libres en lutte

Messagede bipbip » 25 Juin 2013, 00:56

Lundi 1er juillet, Montreuil (93)

Projection et autres autour des radios pirates, libres, en lutte...

Première rencontres des archives Getaway.

A travers ces rencontres, nous proposons des rendez-vous réguliers et publics pour partager les initiatives du moment, les chantiers en cours, et envisager de nouvelles pistes de travail.

C'est aussi l'occasion de montrer des découvertes ou des acquisitions récentes, et de faire part des questionnements plus spécifiques aux archives elles-mêmes (conservation, diffusion, catalogage…).

Les rencontres permettent à ceux qui, faute de disponibilité ou pour cause d'éloignement géographique, ne peuvent participer au projet que de loin en loin.

Elles nous semblent nécessaires parce qu'il s'agit de faire travailler les archives au présent, dans un cadre public. En effet, au-delà de la classique consultation individuelle des documents, en archives ou sur internet, ce projet se construit dans la perspective de ne pas laisser chacun seul face au passé, renvoyé à sa propre misère, mais pour qu'ensemble ces incursions nous soient profitables.

A côté des groupes de travail et d'autres pistes que nous explorons, ces rencontres sont un des moyens qui doivent aider à rendre cela possible.

à 19h, Maison Ouverte, 17, rue Hoche, Montreuil (93)


Programme

Radios libres, pirates, de lutte ou de mouvement
Ouvrir la possibilité d'un travail autour de ces pratiques, cerner comment ce médium a été investi et ce qu'il a de particulier. On se demande quelles tentatives ont eu lieu ? pour porter quelles paroles ou quelles propositions ? dans ou hors d'un mouvement, d'une lutte ? est-il intéressant de se donner les moyens de retrouver des enregistrements ? qu'en faire ? Grâce aux documents dont nous disposons, on essayera de comprendre comment était composé et par quoi était traversé le mouvement des radios libres, et d'envisager ce qu'on pourrait en faire aujourd'hui.

Projection de Radio Alice à Paris
Film tourné fin 1977 en vidéo, à la paluche, par François Pain.
Bifo parle à Laborde. Des membres de Radio Alice sont à Paris et enregistrent une émission de radio. Des images de Bologne.
Ce film est resté, à notre connaissance, invisible depuis une trentaine d'années. Nous avons pu, avec le concours du service audiovisuel de la Bnf, le faire nettoyer et numériser pour le diffuser à nouveau.

Des nouvelles du fond
Depuis l'inauguration des archives, un fond conséquent nous a été confié. Nous en ouvrirons ensemble un élément : la petite valise verte.

http://www.demosphere.eu/rv/26979
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Radios libres en lutte

Messagede bipbip » 11 Sep 2016, 02:36

Que faisons-nous de notre liberté d’émettre ?

La liberté d’émettre est un droit, tout du moins en France depuis la loi du 9 novembre 1981. Mais 35 ans après, que signifie faire de la radio libre ? Est-ce avoir la liberté de faire le même type de radio que l’on entend partout ? Nous saisissons-nous assez de notre droit à la libre expression et à la libre création radiophonique ? Le 17 juillet 2016 à Arles, nous tentions de répondre à ces questions sous la forme d’une émission participative.

C’était une après-midi chaude, sans mistral, dans le quartier de la Roquette à Arles qui fut, tout au long du moins de juillet dernier, le centre névralgique du festival Rewind de Phonurgia Nova [pdf]. Une vingtaine de personnes, venues de tout le Sud de la France, de Paris et même de Belgique, avait répondu à notre appel, pour former une assemblée temporaire, composée d’activistes des radios associatives et de producteurs/trices sonores indépendant·es.

Une fois nos questions mises sur la table, chaque participant·e a parlé de son expérience : l’accès à l’outil radiophonique, le rapport au service public et la dissidence, les limitations de la législation, la communication sociale, l’éducation populaire, l’interaction avec les auditeurs/trices, les collaborations et les échanges entre radios, etc. En un temps record (deux heures et demie pour faire connaissance, discuter et construire quelque chose ensemble), nous avons élaboré un projet d’émission dans lequel chacun·e a pu choisir de participer, en se laissant la possibilité d’intervenir ou non.

Ensuite il a fallu sortir du bois et se jeter à l’onde. C’est sur une place piétonne juste à côté que nous nous sommes installé·es, grâce à la complicité de l’association Fréquences Éphémères qui quelques jours plus tôt y animait la Radio des Suds. Durant une heure et demie, nous avons donc pris la liberté d’émettre à l’attention des passant·es et sur le stream du réseau Radio Campus. Voici la trace de ce qu’il s’est passé. (Toutes nos excuses pour le problème de son en fin d’émission, nous avons dû monter un enregistrement de secours de moins bonne qualité).

... http://syntone.fr/que-faisons-nous-de-n ... -demettre/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Radios libres en lutte

Messagede Pïérô » 21 Mai 2017, 03:20

Sur le Larzac, les radios associatives en danger

Tributaires des aides publiques, Radio Saint-Affrique et Radio Larzac, nées dans la foulée des grands rssemblements de années 1970 et 2000, peinent à assurer leur survie.

Mauvaises ondes sur les plateaux. Radio Saint-Affrique et Radio Larzac, deux radios libres et associatives qui émettent autour du Larzac, dans le sud de l’Aveyron, sont toutes les deux en difficulté financière. La première, née en 1981 à la suite des luttes des années 1970 pour sauver les terres agricoles face à l’extension du camp militaire, et la seconde, sa « petite sœur », créée dans la foulée du grand rassemblement musical et festif « Larzac 2003 », en appellent au soutien, aux dons et aux personnalités politiques.

Tributaires des subventions, et surtout du Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER) du ministère de la culture, fonctionnant sans publicité à l’antenne, les deux radios aux « identités propres », avec un budget annuel de 140 000 euros environ, peinent à pérenniser leur modèle économique. Pour Mathieu Riffaud, président de l’association qui porte Radio Saint-Affrique, ses cinq salariés et sa vingtaine de bénévoles actifs, « le trou est de 20 000 euros en 2016 ». « Un animateur nous quitte,explique-t-il, et on a lancé une série d’actions pour que les habitants et les auditeurs nous soutiennent. » Ce Breton d’origine constate un fonctionnement « basé sur les aides publiques » qui doit se renouveler.

... http://www.lemonde.fr/televisions-radio ... YPBkk6q.99
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21472
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Radios libres en lutte

Messagede bipbip » 02 Nov 2017, 16:13

Pétition unitaire des radios associatives

Le gouvernement a annoncé en août dernier sa décision de supprimer les contrats aidés de type CUI-CAE (130 000 au total).

Si dans certains secteurs associatifs, ceux qui remplissent les missions que l’État actuellement abandonne (santé, poste, éducation notamment) le gouvernement semble reculer, il n’en est pas de même pour le secteur culturel et médiatique.

L’impact d’une telle mesure signifie, à court terme, la disparition des radios associatives dont les salarié.es relèvent pour la quasi-totalité du dispositif des contrats aidés.

En supprimant brutalement ce dispositif, le gouvernement affirme de facto sa volonté de faire taire le principal secteur non commercial des médias hexagonaux et nous savons que d’autres mesures restrictives (FSER…) pourraient suivre celle-ci. C’est donc la survie des médias associatifs et non commerciaux, dont les radios libres sont un secteur emblématique et historique, qui est en jeu aujourd’hui.

De ce fait, nous appelons tous les acteurs du secteur à la mobilisation générale, dont la signature de ce texte n’est qu’une première étape.


Les 37 premières radios associatives signataires au 30 octobre 2017 : [2]

666
Calvados : 99,1 FM
http://www.Radio666.com

BEAUB FM
Haute-Vienne : 89.0 FM
http://beaubfm.org

C-lab
Ille-et-Vilaine : 88.4 FM
https://www.c-lab.fr

Canal SUD
Haute-Garonne : 92.2 FM
http://www.canalsud.net/

Cause Commune
Paris Ile de France : 93,1 FM
https://cause-commune.fm/

FM 43
Haute-Loire : 100,3 FM /102,0 FM / 105,7 FM
https://www.radiofm43.com

Fréquence Paris Plurielle
Paris Ile de France : 106.3 FM
http://www.rfpp.net

Graf’hit
Oise : 94,9 FM
http://grafhit.net/

La Clé des Ondes
Girondes : 90.1 FM
http://lacdo.org

Prun’
Loire-Atlantique 92,0 FM
http://www.prun.net/

Radio Association 100.7
Tarn-et-Garonne : 100.7 FM
http://www.radioassociation.net

Radio Campus Lorraine
Nancy : 99,6 MHzMetz : 106,1 MHz
http://www.radiocampuslorraine.com

Radio Campus Paris
Paris : 93.9 FM
http://www.radiocampusparis.org/

Radio Club
Nord : 105.7 FM
http://www.radioclub.fr

Radio Clype
Paris
http://radioclype.scola.ac-paris.fr

Radio Collège Pergaud
Doubs : 95.4 FM
http://radiocollegepergaud.com

Radio Dijon Campus
Côte-d’Or : 92.2 FM
http://dijon.radio-campus.org

Radio du Pays Lorrain
Moselle : 87.2 FM
http://www.rpl-radio.fr

Radio En Construction
Bas-Rhin : 90,7 FM
http://www.radioenconstruction.com/

Radio Escapades
Gard (Lasalle) :102.0 FMGard (Saint Hyppolyte du Fort) 104.1 FMHérault : 103.3 FM
http://www.radioescapades.org

Radio Evasion
Côtes-d’Armor : 95.2 FMFinistère : 100.4 FMIlle-et-Vilaine : 98,7
https://radioevasion35.files.wordpress.com

Radio FM Plus
Montpellier
http://www.radiofmplus.org

Radio Grand Brive
Corrèze : 94.3 FM
http://www.radiograndbrive.com/

Radio Grenouille
Bouches-du-Rhône : 88.8 FM
www.radiogrenouille.com

Radio Guè Mozot
Vosges : 107.0 FM
http://www.radioguemozot.eu/

Radio Larzac
Aveyron (La Couvertoirade) : 98.6 FMAveyron (Millau) : 87.8 FM
www.radiolarzac.org

Radio MNE
Mulhouse
http://www.radiomne.com

Radio Nord Bretagne
Finistère :100.5 FM
http://www.radionordbretagne.com

Radio Paese
http://radiopaese.eklablog.com

Radio Primitive
Marne : 92.4 FM
http://radioprimitive.fr

RADIO PULSAR
Vienne : 95,9 FM
http://www.radio-pulsar.org/

Radio Rennes
Ille-et-Vilaine : 100.8 FM
http://www.radiorennes.fr

Radio Soleil
Bouches-du-Rhône : 87.7 FMLoire ; 102,4 FMMeurthe-et-Moselle : 97.9 FMParis : 88,6 FM
http://www.radio-soleil.com

Radio Univers
Ille-et-Vilaine : 99,9 FM
http://www.radio-univers.com/

Radio Val de Reins
Marnand : 93.6 FM - Amplepuis : 101 FM - Cours La Ville : 101.4 FM - Tarare : 101.4 FM - Roanne : 104.6 FM - Chambost : 107 FM
http://www.rvrradio.fr/

Radio Zinzine
Aix-En-Provence : 88,1 Apt – Goult : 92,7 Briançon – Villar-Saint-Pancrace : 101,4 Digne-Les-Bains : 95,6 Embrun : 100,9 Forcalquier – Limans : 100,7 Gap – Romette : 106,3 Manosque – Valensole : 105,0 Risoul : 87,9 Sisteron – Salignac : 103,0
http://www.zinzine.domainepublic.net

Sol FM
Rhône : 100,7 FM
http://solfm.nerim.net/


http://www.acrimed.org/Petition-unitair ... atives#nb1
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Radios libres en lutte

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 20:31

La fin des radios libres, merci Macron !!!

Fête de soutien pour les 25 ans de FPP 106.3 FM
vendredi 15 décembre 2017 à Montreuil (93)

« 25 ans ça s'arrose !!! »
Concerts, stands, table de presse,...

à 19h, La Maison de l’Arbre / La Parole Errante
9 rue François Debergue, Montreuil

Image

La fin des radios libres, merci Macron !!!

Depuis de nombreuses années, l'État, à travers le CSA et le FASDIL se désengage du soutien qu'il apportait aux radios associatives de secteur A. Le cycle de libertés des ondes obtenu après de nombreuses années de lutte en 1981 est aujourd'hui étouffé économiquement par la réduction des subventions institutionnelles devant garantir l'indépendance des radios libres. Avec la récente suppression des Emplois aidés c'est aujourd'hui notre mort qui à court-terme vient d'être programmée par le gouvernement, car toute l'économie et l'emploi de ce secteur dépendait du maintien de ce statut.

La suppression des Emplois aidés est le dernier coup de couteau dans le dos que nous porte le gouvernement.

Ce que réalise avec une telle mesure ce gouvernement c'est la censure définitive de l'expression radiophonique libre sur la bande FM.

Ce dispositif de suppression des emplois aidés renvoie au Pôle Emploi plus de 130 000 personnes sans aucune forme de concertation préalable. Le gouvernement fait mine de s'étonner que les chiffres du chômage ne baissent pas, alors que le plus grand plan de licenciement de l'histoire est en cours. Rappelons aussi le cynisme du gouvernement qui revendique par de telle mesure de pourvoir au manque à gagner de la suppression de l'impôt sur les grandes fortunes. Faible avec les forts, fort avec les faibles voilà la politique de Macron et de ses employés.

L'argument avancé serait qu'après avoir effectué un emploi aidé, les gens ne retrouvent pas de travail. Là encore, c'est fort discutable et en matière de radio associative, totalement faux. La majorité des emplois aidés embauchés à FPP ont trouvé du travail suite à leur passage chez nous, mais évidemment sans concertation préalable, comment le savoir ?

De la violence économique, signifiée par la perte de son emploi faiblement payé de surcroît (500 €) à l'humiliation, il n'y a qu'un pas que Macron n'hésite pas à franchir en insultant les emplois aidés en les traitant de feignant.

Et bien l'heure est à la résistance et c'est notre survie qui est en jeu à court-terme.

Pour cela nous vous demandons de venir nous soutenir le 15 décembre 2017 en participant à une soirée initialement prévue pour fêter notre 25e anniversaire et qui prendra désormais le chemin de la résistance aux mesures antisociales en cours.

- Programme de la soirée -
• 19h : forum débat sur la situation de la presse libre ;
• 20h30 : concert de Cheikh Sidi Bemol Solo, L'1consolable, Little Big Bang, Nosfell, Manu, Rocé, Solo Razafi ndrakoto…

Chaque changement de plateau sera ponctué par une intervention des secteurs en luttes notamment les comités contre les violences policières ainsi que ceux qui luttent pour un accueil décent des réfugiés.

Prix de soutien : 10 €

https://paris-luttes.info/25-ans-de-fpp ... utien-9170
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Retourner vers Autres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités