Appel : A qui sert leur guerre ?

et appels à aller soutenir en urgence...

Appel : A qui sert leur guerre ?

Messagede bipbip » 22 Fév 2016, 11:00

Appel : A qui sert leur guerre ?

Le Collectif « ni guerres ni état de guerre » a adopté sa plateforme commune le 13 février. Un appel à signatures individuelles et d’organisations — associatives, politiques, syndicales — est lancé, Alternative libertaire l’a rejoint.

La France était en guerre bien avant les attentats du 13 novembre, lesquels ont largement servi de prétexte à intensifier ces engagements militaires. Les guerres de pillage pour le contrôle des ressources n’ont pas manqué depuis le début des années 2000, en Irak, en Afghanistan, en Libye, au Mali, en Centrafrique. Ces conflits doivent être désignés par leur nom : ce sont des guerres d’ingérence impérialiste. La France n’a aucun « rôle positif » dans ces interventions, malgré ses prétentions puisées à l’ancien répertoire colonial.

Les interventions militaires que mène l’État français sont très largement invisibles dans les médias. Le peu qui en est dit impose un consentement au nom d’une logique sécuritaire, avec ou sans habillage humanitaire ; le discours belliciste entend anesthésier et tétaniser la population. Pourtant, comment ne pas rappeler les désastres que sèment ces guerres, les millions de morts, de blessés et de déplacés, la misère, le désespoir jetant les populations sur les routes, tandis que s’enrichissent les profiteurs de guerre, les multinationales vendeuses d’armes – la France tenant en la matière le quatrième rang mondial. Ce sont aussi des dépenses colossales, qui détournent l’argent public de dépenses sociales, culturelles et écologiques vitales. De surcroît, l’État qui mène ces guerres, en pompier pyromane, nous entraîne dans une spirale infernale ayant pour effet de renforcer la haine qui débouchera sur d’autres attentats. Les « Rafale » tuent des civils aussi innocents que ceux du Bataclan. Ces bombardements sont des bombes à retardement.

La guerre devient désormais un moyen de gouverner – et de gouverner par la peur. L’état de guerre proclamé justifie la privation croissante des libertés et des mesures directement inspirées de l’extrême droite comme la déchéance de nationalité. Cette situation, d’une extrême gravité, passe pourtant pour une évidence dans le discours politique dominant, comme s’il s’agissait de banaliser la guerre et de nous habituer à cet état martial et sécuritaire. Car l’état d’urgence vise à museler les colères et les luttes : cette guerre est aussi une guerre sociale.

Nous nous opposons aux guerres d’ingérence et de spoliation - donc à tous les impérialismes. Mais nous sommes en France et c’est donc en France que nous pouvons nous battre en priorité contre « notre » propre impérialisme. Nous pouvons le faire concrètement, sans abstraction ni proclamation : parce que les questions géopolitiques qui se jouent parfois à des milliers de kilomètres ont des résonnances fortes, ici, dans nos quartiers. C’est pour cela que la lutte de notre collectif passe par le combat contre tous les racismes, et notamment le racisme antimusulman, contre les inégalités et les discriminations, le soutien aux migrants et aux sans-papiers, l’opposition aux mesures d’exception et au contrôle généralisé des populations qui ciblent en priorité les personnes musulmanes ou supposées telles, les quartiers populaires et les mouvements sociaux.

Il nous faut donc nous organiser, riposter par une résistance à la hauteur de ce que nous subissons, à la hauteur des guerres qui se font contre les populations, contre nous et en notre nom.

C’est pourquoi nous avons décidé de lancer un Collectif contre la guerre, qui :

• exige l’arrêt immédiat des interventions militaires françaises, le retrait des bases militaires, la fin des traités et alliances (OTAN…) ;

• dénonce le marché des ventes d’armes qui irrigue entre autres les pires dictatures ;

• combat la militarisation de la société, le quadrillage des territoires et des esprits par le complexe militaro-sécuritaire ;

• soutient le droit à l’autodétermination des peuples, apporte sa solidarité aux forces de résistance et d’émancipation.

Nous voulons élargir ce comité, nationalement et localement, à toutes les organisations et toutes les personnes qui se retrouvent dans ce combat. Pour tout contact et signature : antiguerre16@gmail.com

http://alternativelibertaire.org/?Appel ... eur-guerre

Accès à la signature de la pétition et premiers signataires : https://www.change.org/p/a-toutes-et-to ... eur-guerre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Appel : A qui sert leur guerre ?

Messagede bipbip » 16 Mar 2016, 12:41

Paris, samedi 19 mars 2016

Manifestation contre la guerre, le racisme et le colonialisme

Toutes et tous dans la rue

Les guerres menées par la France comme par les autres puissances impérialistes sont des guerres de pillage et d'ingérence pour le contrôle des ressources. Ces guerres sèment le désastre. Elles tuent des civils, et font des dizaines de milliers de morts, des millions de blessés et de déplacés, provoquent des viols et des mutilations de milliers de femmes réduites à l'esclavage.

Elles créent la misère là-bas et entretiennent un climat de peur et de militarisation ici. Ces guerres s'ajoutent aux autres moyens utilisés contre les peuples (dette, occupations, accaparement des terres …) pour renforcer partout la domination coloniale et néocoloniale (Françafrique, Moyen Orient, Palestine, colonies françaises…)

Parce que nous nous opposons à ces guerres déclarées en notre nom

Parce que nous soutenons
• le combat contre les discriminations et tous les racismes, et notamment le racisme antimusulman,
• la lutte des réfugiés, migrants et sans papiers

Parce que nous nous opposons aux mesures d'exception, aux violences policières et au contrôle généralisé des populations qui ciblent en priorité les personnes musulmanes ou supposées telles, les quartiers populaires et les mouvements sociaux.

Nous manifesterons à l'occasion de la semaine anticoloniale, des Journées internationales de lutte contre le racisme et contre les violences policières pour :
• exiger l'arrêt immédiat des interventions militaires françaises, le retrait des bases militaires, la fin des traités et alliances (OTAN…) ;
• dénoncer le marché des ventes d'armes qui irrigue entre autres les pires dictatures ;
• combattre la militarisation de la société, le quadrillage des territoires et des esprits par le complexe militaro-sécuritaire ;
• soutenir le droit à l'autodétermination des peuples en apportant notre solidarité aux forces de résistance et d'émancipation.

Premiers signataires :
: Association culturelle des travailleurs immigrés de Turquie (ACTIT), Ailes-Femmes, Alternative Libertaire (AL), Association Ch'ul Ixim, Association culturelle les Oranges, Campagne Civile pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP34), CAPJPO-Europalestine, CGT Paris 7e , CDISCOM (Collectif de Défense de l'Intégrité et de la Souveraineté des Comores), Collectif Fathi Koumba, Collectif des Féministes pour l'Egalité (CFPE), Comité anti-impérialiste, Confédération nationale du travail (CNT), Droits devant !!, Ecologie sociale, Emancipation tendance intersyndicale, Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré e-s (FASTI), Femmes plurielles, Fondation Frantz Fanon, Front Uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP), Génération Palestine, Groupe de Réflexion pour l'Intégrité Territoriale de l'Archipel des Comores, Guilde des Artistes Comoriens (GAC), Marxistes Unitaires, Mouvement des Jeunes Kanaks de France, Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Organisation Communiste - Futur Rouge (OC-FR), Organisation de Femmes égalité, Parti des Indigènes de la République (PIR), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Rassemblement organisé des communistes (ROCML), Sangha-Paris, Section française de la LIFPL/WILPF (Women International League for Peace and Freedom), Survie, Union juive française pour la paix (UJFP), Union des Femmes Socialistes de Turquie (SKB), Union pacifiste de France (UPF), USTKE, Parti Travailliste, 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre)

http://collectifantiguerre.org/spip.php ... mp;lang=fr
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Appel : A qui sert leur guerre ?

Messagede Pïérô » 06 Avr 2016, 23:13

Paris, jeudi 7 avril 2016

Débat sur l'interventionnisme militaire français en Afrique
et sur l'état d'urgence


Survie et le Collectif Ni Guerres Ni état de guerre vous proposent une soirée débat sur l'interventionnisme militaire français en Afrique et sur l'état d'urgence, au nom de la "guerre contre le terrorisme".

à 19h15, Maison des Associations du 3e arrondissement, 5 rue Perrée, Paris 3e

http://agenda.survie.org/showevent.php?id=926
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22042
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Appel : A qui sert leur guerre ?

Messagede bipbip » 22 Juil 2016, 11:33

Halte à la guerre. Halte à l’état de guerre

Les charognards se lâchent !

Tout indique que le carnage de Nice est l’acte d’un individu déséquilibré, dont la violence a pu être entretenue par la banalisation de la rhétorique guerrière que développent depuis des mois les hommes politiques de ce pays eux-mêmes et le passage à l’acte favorisé par la reprise à son compte des appels de DAESH à exécuter par n’importe quel moyen des attentats dans les pays impliqués dans la coalition internationale.

Cet acte sans nom, aucune « politique sécuritaire » ne pouvait ni le « prévoi », ni le contrecarrer, parce que personne ne peut empêcher un dément de se faire exploser au milieu d’une foule. Quelle meilleure preuve de l’inefficacité du tout sécuritaire que cet attentat à Nice, dans la ville d’Estrosi, avec ses milliers de caméras et sa police municipale armée ?

Pourtant, les charognards du monde des médias, ou du monde des bateleurs d’estrade que l’on nomme à tort « politique » reprennent en cœur la même litanie du « tout sécuritaire ». Les mêmes bateleurs d’estrade et leurs chiens de garde n’en finissent pas d’agiter, en véritables pousses au crime, de nouvelles propositions en matière de fichage extrême, de centres de rétention pour les fiches « S », de centres de « déradicalisation », d’expulsions de masses et la stigmatisation de « musulmans » qui servent de paillassons, sur le dos desquels tout ce que ce pays compte de crétins , se croit permis de s’essuyer les pieds. Alors que dans son discours à la nation, le président Hollande, en pleine possession de tous ses moyens, a déroulé la feuille de route pour les prochains carnages annoncés à Mossoul avec, outre l’appareillage d’un porte avions à propulsion nucléaire, tout l’arsenal militaire dont dispose le troisième marchand de canons au monde, qu’est la France ; gageons que ce sont les stratèges de Daesh qui se frottent les mains en étant sûrs d’une chose : la « pompe à haine » continuera à leur faire gagner de nouvelles allégeances parmi les « fous de dieu » et les « fous » tout court .

Il y a urgence, il faut arrêter les carnages - tous les carnages. Ici certes, mais aussi ceux dont sont responsables les bombes françaises, européennes, russes ou américaines larguées quotidiennement en Syrie ou en Irak. Les vies détruites par la démence du tueur de Nice ne valent-elles pas celles des deux cents hommes, femmes et enfants massacrés par les bombes lâchées par la coalition internationale sur le village syrien de Toukhar, dans la nuit du 18 au 19 juillet ? Ces actes de barbarie guerrière continueront à encourager certains à se croire autorisés à provoquer ici de nouveaux morts. Les morts appelleront toujours les morts.

Halte à la guerre, Halte à l’état de guerre. Leurs bombes, nos morts
RASSEMBLEMENT SAMEDI 23 JUILLET 2016 à 18h PLACE DE LA RÉPUBLIQUE, Paris

Collectif Ni Guerres Ni État de Guerre

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Appel : A qui sert leur guerre ?

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 15:45

Paris jeudi 29 juin 2017

Conférence débat avec Claude Serfati

« Le militarisme, au coeur de l'Etat français »

Le collectif Ni guerres ni état de guerre vous invite à une conférence débat avec Claude Serfati.

à 19h, Bourse du Travail de Paris, Salle Jean Jaurès, 3 rue du château d’eau, Paris 10e

Image

Les guerres conduites par la France, essentiellement en Afrique, et pudiquement nommées « opérations extérieures », demeurent discrètes, voire cachées (comme en Libye en ce moment). Elles sont pourtant incessantes : 111 interventions militaires entre 1991 et 2015, cinq par an ! Ces « opérations extérieures », si coûteuses en vies humaines et en destructions pour les peuples d'Afrique et du Moyen Orient, ont leurs racines à l'intérieur du pays, et reposent sur un socle militariste qui imprègne et structure sa vie politique, économique, intellectuelle et morale.

Pour comprendre d'où vient ce militarisme, pourquoi il colore la vie du pays depuis deux siècles quels que soient les régimes et les gouvernements, comment il a prospéré de la France colonialiste d'hier à la France impérialiste d'aujourd'hui, venez débattre avec Claude Serfati le jeudi 29 juin à 19 heures.

Claude Serfati a consacré de nombreux ouvrages au bras armé du capitalisme. Dans son dernier livre, « Le militaire, une histoire française », il établit comment l'activisme militaire est une « passion française ». Il montre comment, depuis l'Empire, le militaire s'est installé au cœur de l'Etat français et de l'économie française. Il indique comment la Vème République a donné à l'institution militaire une place sans équivalent dans aucune autre démocratie.

A l'heure où le nouveau président de la République remonte les Champs Elysées en véhicule militaire blindé, où il consacre sa première visite aux soldats de la Françafrique, où il propose une loi intégrant l'état d'urgence dans le droit commun, il est important de venir débattre avec Claude Serfati du regain du militarisme et de la pratique sécuritaire.

http://www.collectifantiguerre.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Appel : A qui sert leur guerre ?

Messagede bipbip » 15 Fév 2018, 16:01

Assemblée générale du Collectif
« Ni guerres ni état de guerre! »

le samedi 17 février de 13H30 à 17H, salle Louise-Michel, Bourse du travail de Paris 3 rue du Château d'eau.

Deux ans après sa création, les raisons de continuer et de renforcer le Collectif sont toujours là. Pour en discuter, nous vous convions à une Assemblée générale du Collectif Ni guerres ni état de guerre,

L'orientation fondamentale de la plate-forme du Collectif est plus que jamais d'actualité : elle entend faire le lien entre d'une part les guerres et les ingérences imposées par la France de l'Afghanistan à l'Afrique, et d'autre part l'état de guerre réglant la vie du pays. La doctrine exposée dans le Livre blanc de la Défense de 2008 ne faisait plus de distinction entre sécurité intérieure et sécurité extérieure : cette doctrine est aujourd'hui largement passée dans les faits.

L'état d'urgence décrété en novembre 2015 est désormais inscrit dans le marbre de la loi, étendant les pouvoirs de la police, de l'administration, et le champ de l'arbitraire. Plus de 4000 perquisitions ont été effectuées, visant pour la plupart des familles réputées musulmanes. Des assignations à résidence continuent à imposer leur carcan. Des interdictions de manifester se multiplient. Une répression jamais vue depuis les années 1950 et 1960 s'est abattue sur le mouvement social et contestataire. En vingt mois, plus de 4000 militants ou manifestants ont été poursuivis ou condamnés (souvent à la prison ferme).

Mais surtout, un climat délétère asphyxie le pays. Il parait normal d'ordonner des exercices de confinement dans les classes maternelles contre la menace terroriste ; il paraît normal qu'une lycéenne perde un œil alors qu'elle protestait contre l'esclavage en Libye devant son lycée (24 novembre) ; il paraît normal d'enlever leurs chaussures aux réfugiés au nom d'une politique officielle nommée « dissuasion migratoire » ; il paraît normal de laisser périr à nos portes, si près de nous, des hommes, des femmes, des enfants qui fuient les ravages de guerres où « notre Etat » est souvent directement impliqué ; il paraît normal qu'un député, ancien premier ministre, dise que l'islam pose un problème à la France ; il paraît normal qu'un écrivain qui tient ses permanences dans les medias publics puisse y répéter que l'actuelle campagne antisexiste est organisée pour noyer le problème de l'islam ; il paraît normal que des syndicalistes soient poursuivis en justice par des ministres (Travail, Education), uniquement pour avoir exercé normalement leur activité syndicale ; il paraît normal qu'une jeunesse populaire, particulièrement celle qui est issue de l'immigration, subisse une triple peine, le déficit scolaire, le chômage et la précarité, les violences du système répressif, avec en prime une stigmatisation qui aujourd'hui s'étend à celles et à ceux qui dénoncent ces abominations.

Dès son arrivée au pouvoir, le nouveau président Macron s'est posé comme chef de guerre, qui veut que « la France tienne son rang dans l'ordre mondial ». Mais « ce n'est pas de l'impérialisme » a assuré le président aux étudiants burkinabés qui, visiblement, n'ont pas entendu la leçon.

Macron veut suivre avec zèle les recommandations de l'OTAN sur la modernisation de l'arme nucléaire et sur l'augmentation des budgets militaires jusqu'à 2% du PIB. Ainsi, le budget de la Défense va bénéficier en 2018 d'une augmentation sans précédent de 5,6%, le portant à 34,4 milliards d'euros (1,8% du PIB). La perspective est d'atteindre les 50 milliards en 2022. Les 40 000 militaires intervenant à l'étranger et les 10 000 en France coûtent cher. Pendant le quinquennat, les OPEX bénéficieront de 200 millions supplémentaires par an. La dissuasion nucléaire bénéficie d'une augmentation de 180 millions.

S'adressant le 9 novembre aux militaires français de la base navale d'Abu Dhabi (dans cette « zone de guerre essentielle pour les intérêts de la France »), Macron leur assure : « Ce que vous contribuez ici à construire accompagne le Louvre Abou Dhabi ».

Dans les pays africains, la France est à la peine, mise à mal par la concurrence d'autres puissances et par l'hostilité croissante des peuples. Tout en renforçant la coopération militaire et policière, les opérations armées y compris une nouvelle fois en Libye, Macron tente de rendre plus présentable une Françafrique rejetée par la jeunesse révoltée. Ainsi, le système du franc CFA (système unique mis en place par une ancienne puissance coloniale pour poursuivre sa domination) sera non pas aboli ni même réformé, mais rebaptisé (pourquoi pas avec l'ancien nom : « franc des colonies françaises d'Afrique » ?).

Plus que jamais, faire vivre les quatre points centraux de la plateforme du Collectif est d'une urgence aiguë :
• exiger l'arrêt immédiat des interventions militaires françaises, le retrait des bases militaires, la fin des traités et alliances (OTAN…) ;
• dénoncer le marché des ventes d'armes qui irrigue entre autres les pires dictatures ;
• combattre la militarisation de la société, le quadrillage des territoires et des esprits par le complexe militaro-sécuritaire ;
• soutenir le droit à l'autodétermination des peuples, apporter sa solidarité aux forces de résistance et d'émancipation.

Depuis deux ans, et malgré des moyens limités, le Collectif a cherché à faire vivre cette orientation à travers de multiples activités :
• édition (sites web et FB, bulletins),
• manifestations : contre les bombardements de Raqqa et de Mossoul, participation aux manifestations contre le loi Travail, pour la paix et le désarmement, pour la Palestine, etc.
• co-organisation de colloques (par exemple avec Survie, avec le collectif Non à l'OTAN, l'UD CGT) ou participation comme invité.

L'activité la plus constante et sans doute la plus marquante (parce qu'elle a touché des publics divers) fut l'organisation de nombreuses réunions publiques sur des thèmes très variés : la situation en Tunisie, en Syrie, en Turquie et au Kurdistan, le post-colonialisme, le système répressif en France, le rôle du militaire dans l'Etat et l'économie, l'oppression spécifique des femmes dans la guerre, l'OTAN, etc.

Venez nombreuses et nombreux en discuter et faire des propositions à l'AG du 17 février 2018.

Samedi 17 février 2018 de 13 h 30 à 17 heures
Bourse du travail de Paris (rue du Château d'eau) salle Louise Michel

https://paris.demosphere.eu/rv/60089
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05


Retourner vers Autres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité