Droit au logement, luttes... à Lille

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 07 Mar 2015, 14:03

Lille : l’îlot Pépinière menacé de destruction par un projet de rénovation urbaine

« Habitant, dégage ! Ici, on aménage !! » La mairie et la communauté urbaine de Lille ont décidé de détruire, dans le quartier de Saint-Maurice, un bout de terre (la dernière terre agricole de Lille intra-muros), une vingtaine de maisons individuelles et des garages pour y construire de hautes tours dans le prolongement d’Euralille. Pour en savoir plus, lire ici.

Dimanche 8 mars 2015 à 12h30, un collectif d’opposant-e-s à ce projet organise une auberge espagnole sur la petite place en face du terrain (M° Saint-Maurice Pellevoisin, rue du faubourg de Roubaix, prendre vers Euralille).

http://www.cnt-f.org/59-62/2015/02/lill ... n-urbaine/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 03 Juin 2015, 07:41

Appel à rassemblement pour le procès de la mangouste
le jeudi 11 juin à 11h devant le TGI

La Mangouste, saison 2, épisode 6 : Le Procès

Appel à rassemblement le jeudi 11 juin à 11h devant le TGI


La Mangouste était un lieu squatté appartenant à l’institut pasteur et vide depuis 6 ans. Nous y avons vécu et fait des activités pendant 2 mois et demi, avant de nous faire expulser en grande pompe à 6 heures du matin, expulsion aussi absurde que disproportionnée : 150 keufs sur le boulevard Louis XIV et le GIPN dans notre salon, wesh !

Aujourd’hui, on nous réclame 10 000 balles d’amendes pour résistance abusive. Abusive parce que nous ne nous sommes pas contentés d’une résistance symbolique, mais que nous nous sommes organisés pour rester le plus longtemps possible dans cet endroit, en tenant les flics à l’extérieur de chez nous. La procédure n’a pas traîné. Il faut dire que Jacques Richir, président de l’institut pasteur et adjoint au maire a le bras long. Aujourd’hui, 3 mois après notre expulsion, le lieu est toujours vide et muré de toutes parts.

Pour d’autres maisons squattées, moins visibles, les choses se passent parfois différemment mais c’est pas mieux pour autant. Il y a à peine un mois, rue Jules de Vicq à Fives, le proprio vient déloger les habitants à la hache avec une quinzaine de potes, sous l’œil complice des keufs, en volant certaines affaires et en jetant les autres par les fenêtres. L’occupation avait été constatée la veille par la police et le propriétaire qui, apparemment, ne voulaient pas s’emmerder avec une procédure d’expulsion.

Ces histoires ne sont pas isolées. En pleine crise du logement et alors que 6000 maisons sont vides à Lille, la répression contre les squatteurs et locataires est organisée et s’intensifie. Les beaux jours marquent la fin de la trêve hivernale et la reprise des expulsions locatives.

Un député UMP vient de son côté de proposer une loi qui ferait de l’occupation de maisons vides un délit pouvant entraîner 1 an de prison et 15 000 euros d’amende ; plus, quand les procédures sont respectées, l’obligation d’expulser dans les 48h, une fois que le juge a prononcé l’avis d’expulsion.

En nous réclamant des thunes aujourd’hui, ils veulent créer un précédent à Lille : une occupation qui revient plus cher qu’une location, c’est sûr que ça pourrait en dissuader plus d’un… Nous n’allons pas nous laisser intimider par ces coups de pression. Ils pourront qualifier notre résistance d’abusive, nous entendons bien ne pas en rester là.

Si chaque visite des flics trouve les portes closes et solidement barricadées,
Si chaque proprio qui joue les gros bras voit des machines à laver passer par la fenêtre,
Si les huissiers et serruriers essuient des seaux d’urine à leur passage,
Si à chaque procès nous répondons par une ouverture,
Qui aura le dernier mot ?

« On se fout de nous ? On s’en foutra pas longtemps ! »
Débordons la ville !

https://lille.indymedia.org/spip.php?article29265
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 20 Juin 2015, 11:41

Compte-rendu du rassemblement en soutien au procès de la mangouste

Compte-rendu du rassemblement du 11 juin 2015
devant le T.G.I. De Lille


Le jeudi 11 juin à 11h se tenait devant le tribunal un rassemblement en soutien aux personnes poursuivies pour « résistance abusive » dans le cadre de l’expulsion du squat La Mangouste.

Ce lieu situé Bd Louis XIV a été habité pendant plusieurs semaines et a accueilli des bouffes, des proj’, des discussions, des concerts, … Il a été expulsé avec fracas par le GIPN accompagné d’une centaine de flics le 26 février 2015. Cela coûte cher de mettre des gens à la rue, et à présent ils veulent nous faire payer la note.

Ainsi, en ce jeudi matin ensoleillé, nous nous sommes retrouvés sur le parvis du tribunal autour de quelques tracts et thermos de thé et café. Nos banderoles parlent d’elles-même :
« 6000 logements vides, occupons-les ! » et « Face aux expulsions, aucune résistance n’est abusive ». Une quarantaine de personnes ont répondu présent, et c’est sur un fond musical que plusieurs personnes se sont succédé au micro pour parler squat, expulsion, solidarité et résistance.
Les passants s’arrêtaient et nous signifiaient souvent leur soutien.

Tout le monde n’a cependant pas apprécié car il n’a pas fallu attendre très longtemps pour voir la bleusaille excitée sortir du tribunal. Dans un premier temps, 4 flics ont essayé de couper de force la sono. Devant notre refus, ils ont essayé de s’en emparer, en vain. Ils ont rapidement appelé du renfort pour calmer notre résistance qu’ils jugeaient encore une fois abusive. Dès leur arrivée, ils ont essayé de se saisir d’une personne, tout en gazant à plusieurs reprises et à bout portant d’autres qui tentaient de s’opposer à cette arrestation. Profitant de la confusion, ils ont capturé 2 autres personnes qui ont été étranglées, plaquées au sol et gazées une fois à terre.
Et comme cela ne suffisait pas, ils en ont profité pour jouer de la matraque sur les gens à proximité.
Tout ça sur le parvis du tribunal de Lille, sous le regard complice des représentants de leur justice qui allaient déjeuner.

Nous ne sommes pas surpris par ces méthodes, nous les connaissons bien. Les flics agissent de cette manière tous les jours : ils contrôlent, tabassent, expulsent, dans les rues, les quartiers, les métros, … Ne nous laissons plus faire !

Face à la violence de l’État et de ses chiens de garde : organisons notre résistance !



Texte lu pendant le rassemblement

Il y a quelques mois, nous étions une dizaine à ouvrir un immeuble vide depuis plus de 6 ans, bâtiment appartenant à l’Institut Pasteur. Nous avions besoin d’un toit pour nous loger, pour vivre. Mais pas seulement. Dans la foulée de notre expulsion, Jacques Richir, président de l’Institut Pasteur, a déclaré que ce n’étaient pas des jeunes sans ressources qu’il expulsait, mais des militants politiques, des gens qui ne sont pas dans le besoin. Jacques Richir, également conseiller régional, voudrait opposer le besoin vital à l’acte politique, l’envie de vivre au besoin de porter une parole et des gestes subversifs. Jacques Richir est aussi adjoint à la mairie de Lille. Pour lui, la politique est une fonction, un métier, qui s’exerce quelques heures dans un bureau, déconnecté du monde extérieur. Pour nous, la politique n’a jamais été ça. Elle n’a jamais été une activité en soi, qui soit séparée du reste. C’est parce que nous voulons vivre dans des conditions matérielles décentes que nous rentrons en contradiction avec ce monde triste, cynique et non-vivant et vice-versa. L’une ne va pas sans l’autre. La vie et la politique font partie d’un même mouvement.

La Mangouste était notre maison. Nous avons ouvert ce lieu pour y vivre ensemble et organiser des activités. Entre autres : des projections de films, des repas collectifs, des discussions, des bars, et notamment un concert de soutien à la caisse anti-carcérale de Lille. En peu de temps, la Mangouste a rassemblé plein de motivations et de gens différents. Elle a aussi connu pas mal de visites des huissiers, et quelques attaques de la part des flics. Une première fois dès que nous nous sommes rendus visibles. Il s’agissait alors d’une simple démonstration de force, qui nous a tout de même forcés à rester cloîtrés chez nous pendant deux heures, sous les menaces d’une quarantaines de bleus. La seconde, c’était pour prendre nos identités. Plus nombreux, mieux équipés, et accompagnés de serruriers, les flics se sont attaqués en vain à notre porte, sous les insultes du quartier et les jets d’urine des habitants. Ça pique. Finalement, l’expulsion a lieu au petit matin, avec 150 keufs qui ont bouclé le quartier. Le GIPN était de la partie. On n’en attendait pas moins. Il faut dire qu’on ne s’était pas laissés faire, et c’est bien pour ça que nous passons en procès aujourd’hui. Accusés de « résistance abusive » par l’Institut Pasteur, ce dernier nous réclame maintenant des dommages et intérêts, ainsi que des frais d’huissiers. En gros, ils nous demandent de payer notre expulsion. 10 000 euros pour avoir vécu 2 mois et demi dans sa propriété. Ça pique.

S’ils parlent d’une résistance abusive, c’est parce qu’il existe une résistance acceptable. Acceptable, et même souhaitable, pour l’État. Une résistance qui soit de l’ordre du symbolique, et qui n’aie plus rien à voir avec sa définition première, c’est-à-dire « faire obstacle à une action ou à une force ». une résistance acceptable, jusqu’au moment où il faut s’arrêter et se rendre. Il s’agit du paradigme même de la démocratie : intégrer la contestation, à condition qu’elle adopte des formes précises, admises par le pouvoir. L’État n’est pas là pour régler les conflits. Il est là pour créer des faux-conflits, vider les conflits de leur contenu, les faire dégénérer en quelque chose de mort, de pacifié, de démocratique.

Ils parlent de résistance abusive, et nous rions beaucoup. C’est vrai que nous étions équipés d’urine, de quelques bouts de pains rassis, et d’une porte bien fermée. Ce sont ces armes qui ont tenu en échec une quarantaine d’hommes armés de pistolets automatiques, de flashballs, d’un bélier… Au vu des moyens utilisés, il est clair que le conflit était vraiment asymétrique. Si c’est plus d’égalité qu’ils veulent, nous sommes preneurs.

Avec ces échecs concrets de ses dispositifs policiers, l’État s’est vu forcé de reconnaître que La Mangouste était un lieu qui ne lui appartenait pas, et qu’il ne pouvait pas récupérer. Un endroit de désertion, qui tirait sa force de sa résonance dans un quartier, des liens multiples qu’il avait su tisser. La Mangouste n’est pas un bâtiment abandonné au milieu du boulevard Louis XIV, elle n’est pas les 8 habitants qui l’ont ouverte. La Mangouste est la convergence entre un endroit, des liens créés, des énergies déployées dans tous les sens, des centaines de gens qui y sont passés, quelques semaines ou quelques heures. L’État a repris ce territoire à l’aide d’un dispositif militaire et policier. Pour autant, tout ce que la Mangouste a dégagé d’énergie et de liens n’est pas resté enfermé derrière les parpaings d’un immeuble muré.

C’est pourquoi nous avons aujourd’hui appelé à ce rassemblement, pas tant pour avoir une influence dans ce procès, que pour faire perdurer la force qui s’est créée dans ces moments, mais aussi dans d’autres lieux et dans d’autres luttes, à l’Insoumise, dans les APU, dans les quartiers, etc.

https://lille.indymedia.org/spip.php?article29308
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 02 Aoû 2015, 09:30

Les nuits sans sommeil de quarante jeunes Africains lillois

Une quarantaine de migrants africains, dont de nombreux mineurs isolés, dorment depuis deux mois dans un jardin de la ville de Lille. Dans l’indifférence générale, le groupe fait face à des conditions de vie hallucinantes…

Un, deux, trois quatre couches, rien n’y fait. Mamadi Souaré, « 16 ans et demi », grelotte. « Le froid et la pluie, c’est pire que tout. Je suis asthmatique… » Lui qui vient de Guinée pour échapper à un beau-père hargneux en est réduit à fixer ses chaussures trouées. À bout de souffle… Deux mois que la situation dure. Sans émouvoir, ou si peu, qui que ce soit. Le jardin des Olieux, au cœur du quartier de Moulins à Lille, est devenu une base arrière pour une quarantaine de migrants africains. Depuis que la petite église baptiste de la rue de Douai leur a fermé ses portes, ils n’ont trouvé que ce seul refuge. Quatre au départ, dix fois plus ce mercredi à dormir à la belle étoile, nuages compris.

... http://www.lavoixdunord.fr/region/les-n ... 96n2968656
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 18 Oct 2015, 14:18

Jardin des Olieux, à Lille (acte II): on y plante, on y plante…

L’apparition de tentes au jardin des Olieux marque un tournant dans la gestion de mineurs étrangers isolés qui s’y trouvent depuis des semaines. « Nous ne sommes plus invisibles. » Un collectif a décidé de mettre la pression sur le pouvoirs publics... « C’est interdit de laisser des mineurs dormir dehors en France... »

« Une occupation illégale mais légitime. C’est interdit de laisser des mineurs dormir dehors en France… » Ils sont une centaine à exprimer leur soutien, jardin des Olieux, ce mercredi soir. Un mineur étranger isolé prend la parole : « Nous avons décidé de rester ici, d’être visibles jour et nuit. »

... http://www.lavoixdunord.fr/region/jardi ... b0n3104500
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 21 Oct 2015, 07:01

Ce mercredi 21 octobre

Rassemblement en soutien aux réfugiés du parc des Olieux

Rendez vous à 10h devant la DDCS, 175 rue Gustave Delory (métro « mairie de Lille »), pour exiger des places d’hébergement digne pour tous

https://luttennord.wordpress.com/2015/1 ... es-olieux/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 31 Mar 2016, 23:41

Samedi 2 avril 2016

Manifestation contre expulsions des logements

à 14h30, Grand Place de Lille, Place du Général-de-Gaulle, Lille


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede bipbip » 28 Avr 2016, 12:06

Communiqué n°15 du collectif des olieux

Depuis plusieurs semaines, nous faisons face à une situation de plus en plus intolérable. Des dizaines de jeunes mineurs isolés continuent à dormir au parc des Olieux, alors que leur minorité a été confirmée par le juge des enfants. L’Aide Sociale à l’Enfance les laisse seuls, elle qui a pourtant l’obligation légale de leur assurer un réel hébergement, des repas réguliers, un accompagnement socio-éducatif ainsi qu’une scolarisation.

Avec d’autres jeunes en attente de leur jugement, ils occupent et survivent sur ce parc comme ils peuvent, avec l’aide des soutiens du collectif des Olieux et des habitants du quartier. Cette situation inhumaine, injuste et indigne qui touche des personnes très vulnérables perdure depuis bientôt un an (juin 2015).
Aucun effort n’a été fait de la part de la mairie pour améliorer leur sort, pas même l’installation de toilettes ou encore de poubelles supplémentaires, malgré les demandes répétées des jeunes et voisins solidaires sensibles aux conditions sanitaires de ces jeunes.
La préfecture non plus ne fait rien, avec comme excuse que le sort des mineurs isolés étrangers serait uniquement de la compétence du département. C’est pourtant elle qui décide de l’ouverture de places d’hébergement d’urgence.

BREF DEPUIS DES MOIS, LES INSTITUTIONS SE RENVOIENT LA BALLE ET CE SONT LES JEUNES QUI EN SUBISSENT LES CONSEQUENCES ;

Scandalisée par cette situation, Maître Dewaele, avocate de beaucoup de ces jeunes, a saisi le juge administratif et déposé un référé contre la mairie, le département et la préfecture pour non garantie de la dignité et de la protection de ces jeunes.

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN, ce vendredi 29 AVRIL à 9 heures devant le nouveau tribunal administratif, 5 Rue Geoffroy Saint-Hilaire à Lille.

Collectif des Olieux.

https://lille.indymedia.org/spip.php?article30019
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 15 Oct 2016, 13:19

Un rassemblement a eu lieu ce vendredi 14 octobre devant la DDCS de Lille afin de protester contre la fermeture de deux CADA sur la ville.

Plus d’une centaine de personnes est venue soutenir les familles qui risquent à tout moment une action de la police visant à les jeter à la rue.

A l’appel SUD santé et sociaux, de la Cimade, de RESF et du DAL les manifestants aidés par l’orchestre Tire-Laine ont demandé une rencontre avec la Direction de la Cohésion Sociale afin de trouver une solution humaine à ces expulsions. En effet, c’est une restriction des budgets alloués aux deux CADA qui entraîne ces remises à la rue à quelques jours de la trêve hivernale.

Une délégation de trois personnes (un représentant des salariés, SUD et le DAL) ont tenté de faire entendre raison aux représentants de l’état.

Assurance a été donnée quant au relogement des familles. Sauf une d’entre elles pose encore problème, le dossier administratif n’étant pas à jour.

Souhaitons qu’une issue favorable lui soit donnée.
La lutte continue!

le DAL Nord Pas de Calais

http://www.droitaulogement.org/2016/10/ ... ture-cada/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 13 Jan 2017, 00:53

Samedi 14 janvier 2017

Rassemblement à 18h, Place de Rihour, Lille

PAS DE TOIT, PAS DE PITIÉ
IL FAIT FROID, ON EST CHAUD !


Ces derniers jours, Lille s'est de nouveau illustrée par sa politique d'expulsions de squats en plein hiver. Le 4 janvier, c'est l'espace autonome L'Insoumise qui a été muré, rue d'Arras. Depuis septembre 2012, ce lieu, sans clients ni marchands, était à la fois une bibliothèque autogérée, un lieu
de débats et une cantine populaire. Un lieu où s'élaborait une critique sociale face au rouleau compresseur capitaliste. Au-dessus c'était aussi une habitation collective. Quinze jours avant, à deux pas de là, c'est un squat qui abritait des mineurs isolés du parc des Olieux qui a été évacué par le RAID.

Le propriétaire des lieux, le CHR, et la préfecture préfèrent voir ces mineurs dans la rue plutôt que sous un toit. Au passage, tout le matériel de cours, de cuisine et de vie quotidienne, rassemblé depuis des mois par le collectif des Olieux a été confisqué, histoire de leur pourrir encore plus la vie. En plus d'être des lieux de vie ces espaces étaient des lieux de rencontres, des lieuxouverts pour s'organiser, pour lutter, pour respirer ensemble hors du cadre marchand et institutionnel. S'organiser, lutter, voilà ce qui déplaît.

Deux expulsions de lieux collectifs à Moulins, à quelques jours d'intervalle, le message est clair : le quartier n'est pas à ceux qui l'habitent mais aux gestionnaires de la mairie, aux spéculateurs et promoteurs immobiliers.

Chasser la plèbe, aseptiser le quartier, contrôler chaque espace pour engranger un maximum de bénefs. Quitte à mettre des gens à la rue en plein hiver et à laisser des maisons vides le temps que monte le prix de l'immobilier. Le 10 rue d'Arras et le 32 rue de Fontenoy sont désormais vides, comme des centaines de maisons et d'immeubles à Lille qu'on laisse vacants pour les intérêts du marché. Il y en aurait bien assez pour loger toutes celles et ceux qu'on dit sans domicile fixe pour ne pas dire sans
domicile tout court, à la rue.

Ces jours de solde et de glorification du commerce ne nous font pas oublier les effets désastreux de la logique marchande.

Pas de pitié pour le capitalisme, pas de pitié pour les expulseurs.

Reprenons la rue pour crier notre colère !


https://lille.demosphere.eu/rv/4928
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede bipbip » 22 Jan 2017, 14:13

Retour sur le rassemblement de samedi soir contre les expulsions

IL FAIT FROID ! ON EST CHAUD !

Petit retour sur le rassemblement et la manif sauvage de samedi soir. Contre les expulsions !

Samedi, Rihour, 18h, les soldes battent leur plein. Le bordel de Noël n’est pas encore retombé. La grande roue et les manèges dominent encore la grand place. La foule se presse autour de l’entrée du métro, allant et venant. Mais ces jours de fêtes ont un sale goût pour nombre d’entre nous. Le 20 décembre, le RAID expulse le 32 rue Fontenoy, récemment ouvert par le collectif des Olieux pour héberger les jeunes restant à la rue après l’expulsion du parc. Le 4 janvier, l’Insoumise fume. Un incendie au premier étage. Pas de gros dégât mais des travaux que nous entendions bien mener à bout par nos propres moyens. Ni une, ni deux... La mairie et la fabrique des quartiers – un promoteur s’étant fait une spécialité de refaire les quartiers populaires pour en virer le populo – se jette sur l’occas’. Des parpaings, des planches, des flics, du gaz lacrymo. Résultat : l’Insou est condamné. Clairement, la pref et les édiles de la municipalité entendent nous priver de nos lieux, ouverts à la seul force du pied de biche.

C’est donc pour crier notre colère et montrer notre détermination que nous appelions à ce rassemblement, sous le double slogan « Pas de toit, pas de pitié » et « Il fait froid, on est chaud ». Rapidement du monde arrive et l’ambiance commerciale de Rihour cède la place à un rassemblement festif et chaleureux malgré le froid. Un coup de fanfare. De la zique et du vin chaud. Ca discute. Les flics devant le monument aux morts nous surveillent avec leurs habituels postures de cadors testostéronés.

Après une courte prise de parole, on part derrière notre banderole. Manif sauvage ! A 200, on gueule «Tout le monde déteste les huissiers», «Une expulsion, une ouverture», «Première deuxième troisième expulsion. On s’en fout. On squatteras tout». Des pétards mettent de l’ambiance et effraient quelques chalands. On prend rue neuve, descend rue de Béthune, les magasins fermant leurs rideaux à notre arrivée, les flics au cul. Ils sont bien chauds. Casqués et matraqués. On traverse république. Direction Wazemmes. Rue des postes, Kolb, puis Gambetta.

Là, Bouygues et une banque « populaire » subissent quelques outrages. Les keufs chargent. On se disperse, dans la chaleur des bars du quartier. Pendant deux heures, les chtars tournent, contrôlant tout ce qui leur parait suspect, rentrant même dans les bars. Au final, pas d’arrestation, quelques coups pendant la charge. Beau rassemblement. Belle sauvage. A bientôt.

https://www.facebook.com/AGdeLutteLille/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede bipbip » 22 Mar 2017, 08:31

Le 23 mars à Lille : rassemblement pour le droit à l’hébergement pour tous

Appel commun de l’APU Moulins, de la CNT, du collectif des Olieux, du collectif des SDF de Lille, du CSP 59, de SUD Santé-Sociaux et de la Cimade Nord Picardie :

Citoyens, militants, collectifs, syndicats, associations, travailleurs sociaux, personnes désireuses d’une société plus solidaire, nous vous invitons à un rassemblement pour le droit à l’hébergement pour tous le jeudi 23 mars 2017 à partir de 10h devant la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), Cité administrative, 175 rue Gustave Delory à Lille. Et si tu travailles, profite de ta pause du midi pour te joindre à nous ! Aux expulsions survenues en plein hiver (maison de la rue de Fontenoy, parc des Olieux), aux intimidations diverses envers les collectifs et citoyens solidaires, au déficit chronique de lieux d’hébergement, s’ajoutent aujourd’hui la fin de la période hivernale et les expulsions massives qui vont en découler.

La fin de la trêve hivernale est prévue pour le 31 mars. À ce titre, les dispositifs d’accueil d’urgence vont fermer et entraîner l’expulsion des personnes et familles qui y sont hébergées, sans autre solution proposée.

Des places vacantes ne sont par ailleurs plus pourvues depuis février dans le cadre de ce que les administrations appellent la « décélération du plan froid ». Cela signifie que les places libérées ne sont plus proposées aux personnes vivant à la rue, et ce dans le but de faciliter la fermeture des dispositifs fin mars.

Les « centres de répit temporaire et collectif » (dont on appréciera le pléonasme) proposés aux mineurs isolés à Louvroil et Cassel vont eux aussi fermer leurs portes. Cette situation est inadmissible ! D’autant plus que le nombre de places ouvertes pendant la trêve hivernale était plus qu’insuffisant. Selon la FNARS Hauts-de-France (Observatoire 115-SIAO janvier 2017), « sur la métropole Lilloise en janvier 2017, plus de 700 ménages n’ont pas été hébergés faute de place disponible soit un total de 1416 personnes sans solution (967 adultes et 521 enfants) ». Ces chiffres ne comptabilisent que les personnes susceptibles de solliciter le 115. Ils ne prennent en compte ni les Mineurs Isolés Étrangers (MIE), ni les personnes qui n’appellent plus le 115, découragées des réponses négatives à répétition.

Quelle va être la situation après la fermeture des dispositifs d’accueil de la trêve hivernale ? Que sont devenus les principes d’inconditionnalité et de continuité de l’accueil ? La non-assistance aux personnes en danger, garante de la dignité humaine, et la responsabilité pénale qu’elle implique, sont-elles absentes des décisions prises par les administrations chargées de « la prévention de l’exclusion », « de l’insertion des personnes vulnérables » et de la mise en œuvre des dispositifs d’hébergement ?

Nous demandons à la DDCS, corrélativement aux missions qui lui incombent, et aux administrations locales :
• de pérenniser les dispositifs ouverts pendant la trêve hivernale,
• d’ouvrir des lieux d’hébergement pour les MIE dans la métropole lilloise qui soient adaptés à la spécificité de leurs besoins,
• d’ouvrir un nombre suffisant de centres d’hébergement adaptés toute l’année (stopper la gestion au baromètre),
• de réquisitionner des bâtiments vides par l’établissement de baux précaires,
• de soutenir les initiatives citoyennes auto-organisées permettant la mise à l’abri des personnes vulnérables.

Parce que le droit à l’hébergement n’est pas une fin en soi mais une porte d’accès vers le logement, nous vous invitons aussi à rejoindre l’appel à manifester des APU de Lille-Moulins, Lille-Fives et Vieux-Lille, de la CNL et d’Indecosa le samedi 1er avril à 15h sur la Grand’Place contre les expulsions locatives, pour le droit au logement et contre la fin de la trêve hivernale.

http://www.cnt-f.org/59-62/2017/03/rass ... bergement/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede Pïérô » 31 Mar 2017, 09:05

Samedi 1er avril 2017

Manifestation pour le droit au logement et contre la reprise des expulsions domiciliaires

à 15h, Grand'place

Manifestation pour le droit au logement et contre la reprise des expulsions domiciliaires. Rendez-vous à 15 h sur la Grand’Place à l’appel de l’APU Lille-Fives, de l’APU Lille-Moulins, de l’APU Vieux-Lille, de la CNL 59 et de l’INDECOSA CGT du Nord avec le soutien de plusieurs organisations dont l’union locale CNT de Lille (la liste complète de ces soutiens sera publiée prochainement).

https://lille.cybertaria.org/spip.php?article3577
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Lille

Messagede bipbip » 10 Mar 2018, 13:30

Après-midi ateliers squat et autodéfense : face aux expulsions, organisons-nous !

Samedi 10 mars 2018
14h, Espace autonome des 18 ponts, 38, rue de Trévise, Lille

En ces temps de trêve hivernale qui marquent une pause dans les dizaines de milliers de procédures d’expulsions (plus de 40 000 par an en France), nous vous proposons de nous retrouver (ou de nous rencontrer !) pour faire un point, échanger et nous organiser.

Les procédures d’expulsion peuvent concerner une grande majorité de personnes : locataires endetté.es, propriétaires exproprié.es, étudiant.es exclu.es du CROUS, occupant.es sans droits ni titres... Dans la plupart des cas, se défendre exige du temps et des moyens, surtout lorsque l’accès aux droits n’est pas assuré.

Nous avons entrepris depuis plusieurs mois un travail de compilation des savoirs sur les différentes procédures d’expulsion rencontrées. Ce travail débouchera sur la création d’une brochure d’autodéfense et d’organisation collective.

Pour présenter et nourrir cette brochure d’autres réflexions, nous organisons un cycle de rencontres et d’ateliers. L’objectif est de permettre à chacun.e selon sa situation, d’échanger et de prendre connaissance des différents moyens existants pour se défendre, individuellement et collectivement contre l’expulsion (courriers, recours, actions collectives...). En effet, nous pensons qu’en plus des droits garantis à chacun.e par la loi, la solidarité de tous.tes les délogé.es peut aussi être une arme.

Nous vous invitons à un atelier centré sur les expulsions de squats et sur les moyens de défense contre celles-ci. L’objectif est de vous présenter la brochure et de réfléchir ensemble aux suites que l’on pourrait y donner collectivement.

Le rendez-vous aura lieu le samedi 10 mars à 14h à l’espace autonome des 18 ponts.

Au terme de ces premiers échanges, (autour de 16h) nous vous proposerons plusieurs ateliers pratiques, mises en situation et discussions axés sur les stratégies possible de résistance face aux expulsions (propriétaires, huissiers, police...). Seront convié.es l’ensemble des personnes ayant participé au cycle d’ateliers que nous avons mené : locataires, résident.es CROUS etc...

On espère vous voir nombreux.ses.

L’Atelier Populaire d’Urbanisme de Fives et le Collectif anti-expulsions Lille

https://lille.indymedia.org/spip.php?article31350
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités