Droit au logement, luttes...dans le 92

Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 09 Sep 2013, 01:32

Dans le 92
La Ville de Neuilly doit loger dignement les locataires de la cité indécente, et les traiter avec égard.

Les locataires de la cité de logements sociaux du 167-169 Av Charles de Gaulle, à Neuilly n’en peuvent plus de vivre dans des logements indécents, propriété de la ville de Neuilly dont le gestionnaire est une SEM de la Ville.

Derrière le théâtre municipal se cache une cité de 148 logements, par laquelle on accède en passant dans un long passage étroit et couvert, long d’une quarantaine de mètres ou bout duquel on découvre ces logements sociaux décrépis, grisâtres, laissé sans travaux de réhabilitation depuis leur construction.

Les fenêtre en bois d’origine fuient, pas de double vitrage seulement une vitre fine, des fuites dans de nombreux logement, des cafards et des rats, parfois des excréments …

Le Journal le Monde révèle aujourd’hui au grand public les maux de ces locataires HLM de “la ville des riches”, qui connaissent les maux des habitants de logements indécents, vivant habituellement dans le parc locatif privé des municipalités populaires …. Nous sommes dans la ville où le revenu moyen est le plus élevé du pays, et dont les mœurs les coutumes et les travers ont été si bien étudiés par les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot

En mars 2012 Droit Au logement avait manifesté dans Neuilly et avait dénoncé notamment l’état d’abandon dans lequel les différents Maires qui se sont succédés dans cette ville avaient délaissé ces logements sociaux, petite enclave populaire caché au milieu de cet océan de richesses, destinée à loger la main d’œuvre dont la commune à besoin.

Depuis, (1er janvier 2013) la ville a “conventionné” ces logements municipaux, leur ouvrant le statut de logements sociaux, préalable indispensable pour être comptabilisés comme tels, dans cette ville qui en compte 4%, au lieu des 20% prévus par la loi.

Cette situation est d’autant plus inadmissible que les locataires payent leur loyer régulièrement, qu’il s’agit souvent du personnel municipal ou de retraités ayant passé leur vie au service de la ville et de ses très riches habitants. Quel traitement et quels remerciements pour leurs bons et loyaux services !

Les locataires en ont assez et se sont décidés à défendre leurs droits, devant tant de mépris et d’indifférence, car pendant que les maires successifs laissent inexorablement tomber cette cité en décrépitude, un nouveau et somptueux projet culturel voit le jour, et des logements sociaux pour classes moyennes aisées sont édifiés …

DAL apporte son soutien aux habitants et restera à leur coté pour exiger la justice et le respect des obligations légales qui s’imposent à la Mairie de Neuilly et à la SEMINE, en matière de gestion des logements sociaux :

• Changement de toutes les fenêtres et des portes palières 3 points
• Sécurisation et fermeture des voies d’accès à la résidence par des portails,
• aménagement des accès pompiers, des accès pour les handicapés et
• mise au normes des compteurs et installations électriques, et remplacement des sanitaires
• réfection des logements abîmés par le manque d’entretien du bailleur,
• réfection des façades,
• rattrapage du retard accumulé depuis plus de 40 ans … En violation des obligations pesant sur chaque bailleur


DAL et les locataires demandent au maire de rectifier le tir, de prendre une délibération afin de faire réaliser ces travaux dans les prochaines semaines, de rencontrer l’association des locataires et le DAL, et de traiter avec plus d’égards ses locataires même s’ils ne sont que de modestes salariés …

Et si jamais, il venait à l’idée au Maire de détruire cette cité, nous le mettons en garde tout de suite : relogement de tout les locataires dans la commune, à surface et à loyer équivalent … Le contraire serait trop injuste.

Les locataires préparent des recours juridiques pour faire valoir leurs droits , et nous les appuyons.

Dimanche une nouvelle distribution de tracts est programmée au marché Sablon, à Neuilly à de 11h à 13h.

Ce scandale rappel la nécessité d’améliorer la protection des locataires, face aux bailleurs “indélicats”, notamment sur les procédures de logements indécents ou indignes.

Un Logement stable et décent pour tous !

http://droitaulogement.org/la-ville-de- ... vec-egard/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 19 Mai 2014, 01:03

Tract diffusé dans le quartier des Agnettes à Gennevilliers (92) contre la restructuration urbaine et les projets de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) qui visent à la destruction d’une partie du quartier, à la spéculation immobilière et à la fin des logements à loyers vraiment sociaux.

Gennevilliers : contre la restructuration urbaine aux Agnettes !

Nous habitants des Agnettes contestons la soi-disante « concertation » sur la restructuration capitaliste du quartier. Voici nos revendications simples, basées sur le terrain.

Nous pensons en effet que l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) n’a pas à mettre son nez dans notre quartier. Financée par les fonds publics, elle favorise la spéculation.
Nous ne voulons pas que cette agence nous réaménage parce que concrètement cela consisterait à :
• Détruire toute la rue des Agnettes,
• Démolir en partie la barre Victor-Hugo pour construire des routes qui n’ont aucune utilité (alors que manquent les logements),
• Et édifier des barrières partout autour des petits bâtiments restants pour mettre les habitants en cage et rassurer les nouveaux propriétaires (et ils se moquent de nous en appelant ça « résidentialisation »). La spécificité de notre quartier est d’avoir des espaces verts, d’être ouvert et de bénéficier de vrais logements sociaux solides avec des loyers vraiment sociaux. L’ANRU n’a donc rien à y faire, ni pour détruire ni pour nous couper de nos voisins. Non à l’ANRU !

Nos revendications

• Nous exigeons la réhabilitation des bâtiments de la rue des Agnettes sur les fonds municipaux, donc notre argent, parce que c’est une urgence !
• Nous exigeons l’arrêt du « harcèlement » que subissent nos voisins et amis de la rue de l’Association. En quelques mois, leurs conditions de vie sont devenues un enfer à cause de la destruction des bâtiments autour d’eux. Nous dénonçons des méthodes d’intimidation. Ils ne partiront pas, ni eux ni personne !
• Nous demandons le développement des espaces verts et, pour toute nouvelle construction, des logements construits aux conditions du « PLAI » qui offrent le plus de garanties pour les classes populaires.

Se posent aussi la question de la nouvelle future post-station des Agnettes (oui, encore ! c’est le retour du retour), qui implique la destruction des logements du 1 au 9 et du 11 au 21 (dans notre cœur, le « 11-21 ») de la rue des Agnettes.
Pourquoi devrait-on détruire ces logements solides et en bon état pour faire une deuxième station ?
Nous exigeons le raccordement en sous-terrain et sans nuisance !

La question primordiale reste le maintien des habitants et l’accès à des logements hors de la logique de profit notamment pour les plus modestes. Nous ne l’oublions pas !

La restructuration capitaliste de la ville n’apporte aucune solution à nos problèmes, nous le voyons clairement avec le nouvel écoquartier République-Brenu-Chandon : plus de 80 % des demandeurs sur notre ville ne peuvent accéder qu’à un logement très social, et là où l’on pouvait en construire, il n’a été fait par la municipalité et les promoteurs que de l’accession à la propriété et du logement intermédiaire (« intermédiaire » ? traduction : des « HLM » pour les riches).

Nous contestons cette concertation car le débat est confisqué par un projet en kit imposé, fantasmé par des architectes mégalos qui ne vivent pas aux Agnettes, et soutenu par des élus incapables de nous avouer l’absence d’utilité de « leur » projet !

Nous ne voulons pas de cette démocratie de vitrine, non merci !
Ne nous laissons pas faire !

ANRU, dégage !


contact :
Les Agnettes en colère
lesagnettesencolere@gmail.com

http://paris-luttes.info/gennevilliers-contre-la
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 26 Juin 2014, 11:38

Gennevilliers : compte-rendu de la réunion de « concertation » sur la destruction des logements à Victor-Hugo
http://paris-luttes.info/gennevilliers- ... endu-de-la
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 30 Juin 2014, 00:07

Bidonvilles vs La Défense – Acte 2

Halte aux expulsions sans solution ! Pour la dignité et une réponse sociale aux habitants du Nouveau Bidonville de Nanterre !

Nouveaux rendez-vous :
• Rassemblement à l’Audience, Jeudi 3 juillet, 11h, Annexe du tribunal de grande instance, 6 rue Pablo Neruda (RER Nanterre Préfecture)
• Conférence « Bidonvilles d’hier à aujourd’hui » avec Eric Fassin, sociologue. En présence de Monique Hervo (sous réserve), Cherif Cherfi, Cheikh Djemaï, Mogniss Abdallah Lundi 7 juillet -19h – Maison du chemin de l’île, 61 Bd du Général Leclerc (RER Nanterre Université)

... http://paris-luttes.info/bidonvilles-vs ... nse-acte-2
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Nyark nyark » 12 Juil 2014, 20:36

Bidonville Nanterre - Acte 3

http://paris-luttes.info/bidonville-de- ... -acte-3-de

Bidonville de La Défense, acte 3 : De la discussion à la lutte contre l’expulsion !


Retour sur la conférence « Les bidonvilles de Nanterre, d’hier à aujourd’hui » et mise en place d’une chaîne anti expulsion.
Image
Près de 120 participants, visiblement de tous horizons, et beaucoup de voisins qui se sont empressés de s’inscrire sur la liste de mobilisation pour empêcher l’expulsion

Appel à manifestation : de la mairie à la préfecture, mardi 15 juillet 2014, 13h30, départ du bidonville, avenue de la République (friche au bout de la gare RER Nanterre Université)

La suite se lit ici
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1205
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede bipbip » 31 Aoû 2014, 13:53

Journée portes ouvertes : bienvenue au parking-bidonville de Nanterre !

Avec un mois d’août à très peu de monde, dans la foulée de la destruction du bidonville le 28 juillet et l’éparpillement d’une grande partie des habitants, une vigilance éreintante tous les matins à 6h pour empêcher une nouvelle expulsion. On a galéré à tenir l’info sur les sites et au-delà du groupe mobilisé, mais l’obstination des habitants à rester là, petit à petit le retour d’une partie des anciens du bidonville, comme de plusieurs d’entre nous, a permis aussi de reprendre les débats, la traduction et l’échange plus sérieux avec les habitants pour relancer les actions collectives, les projets alternatifs, la recherche de lieux à occuper et, surtout, de tenir une semaine très agitée, voire délirante sur le parking-bidonville. Un petit bilan des événements en forme de communiqué doit compléter (quand on trouvera le temps) cet appel aux journées portes ouvertes ce dimanche 31 août, 14 h, sur le parking bidonville de Nanterre, pour relancer la lutte.

http://paris-luttes.info/journee-portes ... -bienvenue
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede bipbip » 02 Oct 2014, 00:09

En mémoire de Paul Mazy, résistance à une expulsion musclée à Ivry

Le 10 septembre 2014 à l’aube, un collectif de squatteur/euses se faisait attaquer et expulser du 3 rue Paul Mazy (Ivry-sur-Seine) par des brutes à la solde du propriétaire, la SCI SALTO. Mais c’était sans compter la pugnacité des occupant-e-s.

... http://paris-luttes.info/en-memoire-de- ... resistance
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede bipbip » 04 Oct 2014, 00:20

Nanterre
Du 7 au 10 octobre (15-19h) à La Traverse
(40 bd des Provinces Françaises 92000 NANTERRE ; Rer A Nanterre Université)
Expo en lutte : Bidonvilles d’hier à aujourd’hui

Expo photo des six mois de luttes autour du nouveau bidonville, entourée de 60 ans d’histoire des bidonvilles au cités de transit de Nanterre. Rencontre avec habitants et collectif de soutien, épuisés mais toujours présents pour la dignité et l’égalité.


Image

Cette Expo, mobile (un peu comme ces habitants sans cesse dégagés, aujourd’hui situés sur la gare de Nanterre Université), a été au départ construite pour des pancartes, durant les manifestations de soutien.
Donner à voir la réalité de l’expulsion, de la vie quotidienne et des familles, à d’autres qui exigent de ne plus voir, sans prendre la peine de simplement rencontrer ou dialoguer avec ceux qui vivent-là.
Elle s’est affinée et a grossi, après 6 mois de luttes, d’échanges, de moments du quotidien, de dessins et d’allées et venues du passé au présent.
L’expo est devenue aussi un des moyens d’informer dans les quartiers, l’image facilitant parfois le dialogue plus que le tract.
C’est pourquoi elle se déplace du centre social du Petit Nanterre à celui de Nanterre Université, La Traverse, pour quatre jours (du mardi 7 au vendredi 10 octobre, de 15h à 19h). Et elle vous attend autour de rencontres avec les habitants (s’ils sont toujours là) et d’un petit vernissage le mardi et mercredi en fin d’après-midi pour ceux qui peuvent se libérer, discuter, découvrir l’environnement immédiat des bidonvilles de Nanterre, d’hier à aujourd’hui, de la lutte et d’habitants encore dehors...

http://paris-luttes.info/expo-en-lutte- ... s-d-hier-a
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 12 Oct 2014, 14:23

Réquisition pour sortir du bidonville de Nanterre, et risque d’expulsion

Communiqué des occupants du 129-135 boulevard du Général Leclerc à Nanterre. Nanterre ville, RER A

Les flics sont là ! Ils attendent des renfort. Besoin de soutien urgent !

Aujourd’hui, nous, habitant-e-s du bidonville, voisin-e-s, étudiant-e-s, travailleurs euses, filles ou fils d’immigré-e-s, simples concerné-e-s par l’exclusion des plus pauvres dans les zones de rénovation urbaine, avons décidé de sortir du bidonville tout en restant à Nanterre. Nous réquisitionnons un bâtiment au 129-135 boulevard du Général Leclerc à Nanterre, inoccupé depuis plus d’un an.

Depuis mai 2014 dans le quartier Anatole France, une lutte s’était construite contre l’expulsion de Nanterre de différentes familles. Elles avaient été expulsées fin juillet 2014 d’un terrain en friche depuis plus de trente ans. Cette friche est la fin du projet d’aménagement de terrasses de la Défense à Nanterre mis en place par le plus grand aménageur d’Île de France, l’EPADESA. Elles sont installées actuellement sur un parking public du réseau ferré de France, à la station Nanterre-université.

Six mois de lutte pour de meilleures conditions de vies pour les habitants face à une dégradation continuelle de ces dernières, et un dispositif sécuritaire qui s’est renforcé. Cette situation est la conséquence du mépris des acteurs locaux et étatiques.

La mairie n’assume pas sa responsabilité face à cette situation de survie indigne de ces habitants et s’amuse à communiquer de l’intox dans le journal local tout en faisant des promesses de relogement qui sont insuffisante et pour l’heure non concrétisées.

Dans une période de réinvestissement de la mémoire des bidonvilles de Nanterre, nous avons décidé de ne pas voir l’histoire recommencer, en agissant par nous même.

Tout le pouvoir au peuple !


P.-S.
129-135 boulevard du Général Leclerc
RER A - Nanterre Ville

http://paris-luttes.info/requisition-pour-sortir-du
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 30 Oct 2014, 12:53

Ce jeudi 30 octobre 2014

Banquet festif suite au relogement des familles du bidonville de Nanterre

Réception et inauguration des logements municipaux cédés aux familles roumaines et bulgares du bidonville de Nanterre. Retrouvons-nous autour d’un Banquet sans petits fours, ce jeudi 30 octobre 2014, aux alentours du parvis de l’hôtel de ville de Nanterre et à partir de 17h. (RER Nanterre ville ou Bus 304 depuis la gare Rer Nanterre Université).

Mal logés, habitants des bidonvilles et des périphéries, squateurs, expulsés et réprimés du gouvernement socialiste, de Nanterre et d’ailleurs,

Remercions ensemble chaleureusement la collaboration préfectorale et municipale à l’élimination des Roms du 92 (après avoir brièvement occupé un amphi de l’université, les familles ont été raccompagnées aux limites du département par de nombreux camions de CRS sur ordre du préfet), aux promesses de relogement jamais tenues, à la déscolarisation des enfants inscrits dans les écoles de Nanterre et à l’éparpillement des familles un peu partout en région parisienne à quelques jours de la trêve hivernale (mais concédons-le avec des propositions d’hôtel de près de 6 jours, au lieu de trois ordinaires, pour les familles les plus chanceuses, localisées désormais au fin fond du 95).

Retrouvons nous autour d’un Banquet sans petits fours, ce jeudi 30 octobre 2014, aux alentours du parvis de l’hôtel de ville de Nanterre et à partir de 17h,
RER Nanterre ville ou Bus 304 depuis la gare Rer Nanterre Université.

http://paris-luttes.info/banquet-festif ... relogement
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 01 Avr 2015, 07:57

Samedi 4 avril

Projection rencontre « Nanterre pas tes rêves »
Documentaire de Ross Domoney

Le film sera projeté à l'Agora, 20 rue de Stalingrad, Nanterre (92), le samedi 4 avril 2015 à 15h, en présence de Ross Domoney (réalisateur) et des anciens habitants du nouveau bidonville de Nanterre.

Nanterre pas tes rêves (2015 - 26 min), le documentaire du réalisateur anglais Ross Domoney, voyage dans l'exclusion subie par les familles des bidonvilles modernes au cœur de Nanterre, banlieue communiste à quelques pas du quartier d'affaires de La Défense. Comme les autres familles du bidonville puis du camp plus précaire encore, la famille Ursari est délaissée par les autorités publiques. Contrainte de rester à la rue dans des conditions à la limite du supportable, elle restera des mois, sous un pont, sans eau ni toilettes. Face au risque permanent d'expulsion par la police, à l'incapacité et au refus des politiques de leur trouver un toit, une poignée de voisins solidaires, de militants et de citoyens touchés par leur situation se mobilise à leur côté afin de trouver une solution... Dans la même ville, à quelques pas du bidonville et de La Défense, se trouve aussi le plus gros quartier d'habitat social de Nanterre : sa célèbre cité Pablo Picasso, ses jeunes, ses boxeurs, son Team Rezzag. En suivant certains de ces habitants, des modes de résistance plus ordinaires aux inégalités sociales sont explorés, à l'heure où la rénovation urbaine dessine une nouvelle ville au profit et à l'image de La Défense.

Quand les destructions de l'habitat des pauvres s'accélèrent, des bidonvilles modernes à la rénovation urbaine, elles détruisent la vie et effacent la mémoire des classes populaires en les éradiquant du paysage. La mémoire des luttes et de leurs itinéraires devient une lutte politique à part entière.

Si vous voulez aider à la diffusion de cet événement, n'hésitez pas à rejoindre les collages (les 12, 16 et 31 mars) et les tractages (les 21 et le 29 mars) à Nanterre. De même, une caisse de solidarité est désormais montée afin de soutenir les habitants du bidonville expulsés et toujours en précarité après six mois de lutte. Pour plus d'information à propos de ces activités, de même que sur la projection du documentaire : bidonvillevsladefense@gmail.com / 06 95 43 31 74.


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 03 Avr 2015, 11:34

Expulsion mercredi de 50 personnes à Boulogne Billancourt (92)

EXPULSION CE MATIN DE 50 personnes, dont des familles avec 9 enfants et deux femmes enceintes

à Boulogne Billancourt 92 – 2 rue Paul Bert

Les habitants d’un immeuble dégradé, en grande partie squatté ont été expulsés ce matin, 4 rue Paul Bert, à Boulogne Billancourt (92). La plupart des occupants, d’origine subsaharienne occupaient l’immeuble depuis environ 2 ans. Le logement de la dernière locataire de l’immeuble, une retraitée qui entretenait de bonnes relations avec les occupants, a été également expulsé. Les habitants étaient sans nouvelle de la vieille dame depuis plusieurs jours.

Les expulsés à la rue sont restés à proximité de l’immeuble, après leur expulsion. Aucun hébergement ne leur a été proposé.

5 couples avec 9 enfants et 3 couples sans enfant, dont 3 femmes enceintes, et 25 célibataires sont à la rue, soit une cinquantaine de personnes sont à la rue.

5 célibataires ont été interpellés à la suite d’un contrôle d’identité, et sont au commissariat de Boulogne. La plupart des expulsés sont demandeurs d’un titre de séjour.


Deux poids, deux mesures : l’État bafoue les lois pour les sans abris et les mal logés et les liasse sur le trottoir, et s’active pour défendre les droits des riches propriétaires et des spéculateurs.

Nous demandons :
• l’hébergement jusqu’au relogement de tous les expulsés,
• La libération des 5 habitants interpellés pendant l’expulsion
• l’arrêt immédiat des expulsions sans relogement

http://droitaulogement.org/2015/04/expu ... lancrt-92/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 05 Avr 2015, 15:29

BOULOGNE-BILLANCOURT (92), hospitalisation d’un mère enceinte de 8 mois, hébergement par le 115 des familles avec enfants :

1ère grosse expulsion de l’année, le 1er avril, de 50 personnes.

En violation du droit à l’hébergement, les expulsés ont été laissés sur le trottoir, une première nuit. Jeudi, suite à la pression policière et ont subit une répression inhabituelle : les expulsés ont été à deux reprises bousculés par la police municipale. Une femmes enceinte de 8 mois a été hospitalisée.
Jeudi soir, le 115 a proposé des hébergements pour les 6 familles avec enfant, et les 2 couples dont la femme est enceinte, dans le 95, pour une semaine. Une dizaine d’expulsés, dont un couple et un mineur isolé de 15 ans ont rejoint la manifestation de la place de la république dans la nuit.
5 expulsés sont toujours au centre de rétention du Mesnil Amelot.
Nous demandons la libération immédiate des 5 sans papier et l’hébergement de tout les expulsés, dans l’attente de leur relogement.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede Pïérô » 12 Juil 2015, 21:11

On broie toujours les Roumains à la pelleteuse : encore une expulsion au micro-bidonville de Nanterre

Récit d’une expulsion expéditive à Nanterre sur le micro-bidonville, un an après les expulsions du bidonville d’à côté

UN an tout juste. UN an (le 29 juillet dernier) que l’EPADESA, l’aménageur de la Défense à Nanterre, évacuait et détruisait le bidonville de Nanterre et ses 250 habitants…

Depuis, d’autres expulsions, des squats de petite taille, de nouvelles procédures désormais ouvertement lancées par la mairie post-communiste (avec un procès le 27 octobre prochain).

... https://paris-luttes.info/on-broie-touj ... ins-a-3572
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...dans le 92

Messagede bipbip » 22 Juil 2015, 14:40

Que sont devenus les migrants de La Chapelle (Nanterre-Colombes) ?

Point sur la situation des 120 migrants résidants dans des centre d’hebergement d’urgernce de Nanterre et Colombes plus d’un mois après l’expulsion de la caserne à Paris. Appel à soutien aujourd’hui mercredi 22 juillet à 15h devant l’hôpital de Nanterre lors de la journée de solidarité du Petit Nanterre.

Ça fait un mois qu’on doit envoyer un retour sur la situation des 80 migrants exilés au centre pour sans abri de Nanterre (le CHAPSA) et pour les 40 autres, à quelques centaines de mètres de là, dans un foyer Adoma du Petit Colombes.

Mais, depuis un peu plus d’un mois et l’expulsion de la caserne, le collectif de soutien à Nanterre patine, les infos ont été dures à glaner. Et puis, il y a les expulsions de Roumains à côté… qui, après expulsion, ont déjà trouvé une maison. Tant mieux, La lutte continue.

Bref, pour les nombreux exilés envoyés en banlieue ouest afin d’être oubliés, la situation est très différente. A Colombes, le centre social du Petit Colombes et de nombreuses associations ont lancé un mouvement d’aide, pallient en grande partie les carences de départ, organisent des traductions et des réunions qui marchent. Les migrants commencent à prendre leurs habitudes, revendiquent d’autant plus cours de français, célérité de leurs dossiers, etc. Et surtout ont des bons repas chaque jour qui les rendent plus indépendant, une cagnotte collective conservée par le centre mais répartie à leur vouloir. Le collectif met la pression sur le CADA en charge des dossiers, gentiment, pour qu’ils soient envoyés en temps et en heure et dans les formes. Même si les revendications et les problèmes demeurent évidemment (voir communiqué)

A Nanterre, à l’inverse, haro sur l’info et les liens. Il y a bien eu une tentative de réunions entre associations il y a un moins mais depuis plus rien. Le CASH, structure départementale, bien fermée, ne laisse rien passer ou presque. Et ça craint à l’intérieur. Après avoir été dans le bâtiment des sans-abris les premiers soirs avec impossibilité de sortir ou presque (et impossibilité de rompre le jeûne le premier jour du ramadan, la fois où on est passé), un bâtiment plus ouvert leur a été octroyé depuis. Pourtant fermé depuis des années, mais la tension montait avec ceux qui avaient d’ordinaire des places et n’en avaient plus. Bref, quand le bruit se fait entendre, à nouveau apaiser et cacher.

Depuis, plus rien. Jusqu’à hier, où plusieurs des migrants nous ont appelé pour exprimer de nombreux et assez graves problèmes, à commencer par la nourriture, toujours, et l’imposition de plats non hallal et leur envie d’autonomie. Grâce à la réu et aux traductions d’aujourd’hui, infos et revendications précises ont pu être listées. Ça donne ça :

- Depuis la fin du Ramadan, la mosquée ne distribue plus de repas, et contraint à se nourrir exclusivement de repas distribués par le centre, non-halal et trop différents de l’alimentation habituelle.

- Plusieurs repas ont provoqué des indigestions à de nombreux migrants présents et problème de santé. Ces repas sont distribués 3 fois par jours et chaque personne doit, sur une carte, prouver la prise du repas par une croix.

- Durant 4 jours, la plupart des réfugiés ont refusé de recevoir les repas. Seuls vingt d’entre eux, le quatrième jour, ont craqué.

- La protestation-grève de la faim, a abouti aujourd’hui à obtenir un rendez vous avec le directeur du CHAPSA et une promesse : des repas halal (du poisson a été servi hier et aujourd’hui. Ils ont également obtenu une salle, anciennement de réunions « abandonnée », comme lieu de convivialité avec télé.

- Conditions d’hygiène au CHAPSA : Malgré l’ouverture du nouveau bâtiment, beaucoup de problèmes d’hygiène demeurent : sanitaires pas assez nombreux et insalubres, 4 douches pour 80 personnes (deux étages et deux douches par étage, nombre très important par chambre.

- Conséquence : de nombreux problèmes sont survenus et perdurent. Malgré le passage de médecin, aucun prise en charge réelle ne semble avoir été lancée. La présence des réfugiés semble visiblement plus un problème pour eux et les dérange. Certaines réflexions comme « vous les réfugiés, vous nous faites chier » ont été entendus par l’un d’eux parlant bien français.

- Il y a un mois, nous avions apporté pour le premier soir du Ramadan des vêtements. Notre entrée a été limité, une seule a pu passer sans pouvoir donner les affaires en mains propres mais au personnel du CHAPSA. Les vêtements en question ne sont jamais parvenus aux migrants depuis.

- Le manque de respect à de nombreuses reprises, l’absence d’écoute sur leurs revendications a été accompagné depuis d’un dispositif de surveillance informel avec plusieurs personnes. Chaque revendication est parvenue à la direction avant même qu’elle ait été formulée par les migrants officiellement.

- Enfin, sur les dossiers : la prise en charge est clairement problématique. France Terre d’asile a pris en main les dossiers très vite et entre dix et quinze des présents sont partis une fois pris en charge par l’OFPRA. Mais, dans l’ensemble, un seul des réfugiés a dû assurer la traduction de tous les récits pour les demande d’asile, en l’absence de traducteur assermenté. On est très loin de la situation à Colombes, pourtant encore problématique (avec des traducteurs par téléphone).

L’objectif est de venir rencontrer les migrants demain, face à l’hôpital, à partir de 15h.
En particulier car une « journée de solidarité » à l’appel de différentes structures sociales et associatives du quartier, de représentants du Cash et de la mairie de Nanterre s’y tiendra pour une collecte de produits en tous genres. Les migrants sont déjà au courant et y viendront.

Un moment parfait pour les rencontrer et discuter avec tous les présents des moyens urgents de rendre la vie ici moins insupportable.

La Chapelle – Nanterre – Colombes : Même combat !

Soutien – discussion – revendication mercredi 22 juillet 15h, face à l’hôpital de Nanterre - Max Fourestier.
RER A Nanterre Université puis bus 304 (direction Asnières Gennevilliers) - T2 arrêt Victor Bash puis bus 304, 378 ou cinq minutes à pied.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité