Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede Durruti » 14 Déc 2014, 00:20

L'énergie et notre avenir, à propos la guerre d'éner...gît à Clermont

our rappel : fin août, un technicien ERDF, réquisitionné par la préfecture, était venu couper le jus au Guantanamo, sous prétexte qu’on volait l’électricité. Afin de sécuriser les habitant-e-s qui allaient passer l’hiver dans le bâtiment, nous avons jugé que le seul moyen de remettre le jus de manière pérenne était de payer une partie de la somme réclamée pour régulariser notre situation. Le service contentieux a accepté la démarche, nous avons commencé à payer et malgré ça, ERDF refuse toujours de remettre l’électricité : « danger de mort imminent » qu’ils disent. Comme si on ne pouvait pas mourir de froid…

Pour le deuxième bâtiment ouvert, La Crochette, on s’est dit qu’on allait essayer de ne pas nous retrouver dans la même situation. C’est pourquoi nous avons pris la décision de souscrire un contrat avec un fournisseur officiel : Enercoop, « énergie citoyenne et militante ». (Comment a-t-on pu être si naïf ? Avec un nom comme ça on aurait du se douter que ça allait mal se passer !) A 9h le mardi 9 décembre, ERDF intervient pour ouvrir officiellement la ligne ; le même jour à 13h, ERDF intervient à nouveau pour couper le jus depuis l’extérieur du bâtiment. La surprise passée, on commence à rassembler des informations. On apprend que c’est l’OPHIS, propriétaire du bâtiment, qui a fait pression sur ERDF. Dès le lendemain, frais et dispos – surtout frais – on va chez ERDF pour demander des explications et exiger qu’on nous remette l’électricité. On nous répond, après plus de deux heures et demie de pourparlers et de tergiversations, que tant que le propriétaire ne donnera pas son accord, la remise du courant est impossible. Du coup, le lendemain, jeudi 11 décembre, on refait la même à l’OPHIS, dont l’ensemble du personnel a réussi à s’auto-prendre en otage, nous enfermant dehors et refusant de nous rencontrer. On commençait à se dire qu’on allait passer l’hiver dans le froid… et là surprise ! Le vendredi 12 décembre au matin, ERDF revient pour remettre l’électricité. Est-ce grâce à nos menaces de porter plainte, à la mobilisation immédiate ou à nos têtes de dangereux-ses terroristes ? Quoi qu’il en soit, on écrit aujourd’hui ce communiqué éclairé-e-s à l’énergie nucléaire !

Ouvrir un squat autonome, dans n’importe quelle ville, c’est défier l’Etat. Et dans chaque ville, l’Etat choisit sa stratégie. A Lyon, Caen ou Toulouse, ce sont des expulsions sauvages. Ici, c’est tenter de nous faire partir en nous coupant l’eau et l’électricité, toutes les institutions main dans la main. Malheureusement pour eux, nous avons pris un engagement : ne jamais reculer. Leur stratégie de siège ne nous fera pas partir.

On vient de gagner une bataille, la prochaine se profile à l’horizon. On a rendez-vous jeudi prochain au tribunal pour la première comparution dans le cadre du procès d’expulsion de la Crochette.

Avec RAGE et JOIE !
Tous-tes devant le Palais de Justice de Clermont-Ferrand (place de l’Etoile) le jeudi 18 décembre à 8h30 pour soutenir la CLE
Durruti
 
Messages: 55
Enregistré le: 10 Juil 2010, 19:26

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 02 Avr 2017, 17:45

Lundi 3 avril 2017

Manif : Un toit c'est un droit !

à 17h30, Place de Jaude, Clermont-Ferrand

Demandeurs d'asile, mineurs et sans-papiers : Tous sont à la rue.
Honte à la France !

Des dizaines de familles et d'enfants dorment à la rue à Clermont-Ferrand. L'Etat n'assume pas ses obligations et laisse ces personnes démunies à la rue. Nous le rappelerons jamais assez, un toit c'est un droit. Le 3 avril réapproprions nous la rue pour qu'enfin, chacun.e ait un toit !

Depuis 20 ans la situation de celles et ceux qu'on appelle les sans-papiers n'a fait qu'empirer. Ils sont des dizaines de milliers à fuir les guerres, la misère et l'insécurité qui en résultent. Aux yeux de l'administration française ce sont toujours des fraudeurs potentiels.

Les gouvernements se succèdent, les guerres s'ajoutent les unes aux autres mais les préjugés persistent.

En 1992 l'horrible Monsieur Pasqua, alors ministre de l'Intérieur, voulait « faire comprendre aux immigrés qu'ils n'étaient pas les
bienvenus ». C'est peu ou prou la parole de tous ses successeurs. Durant la présidence de Sarkozy, la France a connu une centaine
d'expulsions par jour. Devenu ministre de l'Intérieur après l'élection de François Hollande, Manuel Valls se félicitait de réaliser les mêmes chiffres que la droite.

Aujourd'hui la situation s'est encore dégradée avec les conflits en Syrie, en Lybie ou en Irak. A ceux-là il faut ajouter ces guerres qu'on veut ignorer au Congo et dans de nombreuses régions d'Afrique ainsi que les suites, toujours violentes, de l'éclatement de la Yougoslavie.

Quand il n'a plus été possible d'ignorer ces terribles déplacements de population fuyant les violences, les gouvernants relayés par les
préfectures se sont bornés à trier les « bons » et les « mauvais » migrants, comme s'il y avait de bonnes et de mauvaises guerres.
Le sort commun des tous ces étrangers venus en France en espérant y trouver la patrie des Droits de l'Homme, c'est aujourd'hui l'errance : sans-papiers, sans droit, souvent sans ressources et depuis plusieurs années sans toit.

L'État doit héberger les demandeurs d'asile mais pourtant ils sont à la rue. Déboutés du droit d'asile, les demandeurs d'asile, les
sans-papiers sont encore plus mal traités. Plusieurs dizaines passent des nuits dehors avec des enfants à Clermont-Ferrand comme dans toutes les grandes villes du pays depuis plusieurs hivers.

Des jeunes mineurs arrivent d'Afrique ou d'ailleurs, abandonnés de tous. Ils doivent être pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) administrée par le Conseil départemental. Mais là, on met en doute leur minorité, en contradiction avec les conventions internationales sur les droits des enfants et bien qu'étant pour la plupart scolarisés ils se retrouvent à la rue*. Certains se réfugient dans des squats mais alors ce sont les militants qui animent ces squats qui se retrouvent devant les tribunaux.

Cela se passe à Clermont-Ferrand. C'est intolérable quand on sait qu'il y a à Clermont-Ferrand comme ailleurs des milliers de
logements vides.

Il faut en finir avec ces politiques de mépris des droits fondamentaux. De l'argent il y en a et parfois pour des projets plus que contestables... et la campagne électorale des présidentielles nous montre, s'il en était besoin, que certains n'ont pas de mal à en
trouver quand il s'agit d'assurer leur train de vie...

* Le 27 mars au soir, à notre connaissance, 17 familles avec 24 enfants et 50 mineurs isolés non accompagnés étaient à la rue à
Clermont-Ferrand.


https://63.demosphere.eu/rv/278
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 14:04

Nos élèves n’ont pas vocation à dormir dehors

A Clermont-Ferrand, pendant tout l’été, elles et ils ont cherché un endroit où s’abriter. Puis elles et ils se sont regroupé-e-s et ont posé des tentes sur les pelouses de la Place du 1er mai, mais se retrouvent à vivre sous de minuscules toiles de tentes, sans eau ni toilettes.

Mardi 3 octobre avec l’aide des militant-e-s de RESF et d’étudiant-e-s, 60 adultes et 40 enfants, en majorité des demandeurs d’asile en attente de rendez-vous, ont "déménagé" et sont venus s’installer sur les pelouses de la faculté de Lettres. *

Alors qu’elle était silencieuse depuis tous ces mois, la réaction de la préfecture ne s’est pas fait attendre : premiers coups de fil dès le mercredi 4 au matin. Une délégation est reçue à 14h30 par la Secrétaire Générale. Sous les fenêtres, 200 personnes rapidement rassemblées scandent "Un toit c’est un droit ! Des papiers pour tous !"

Mais la réponse ne va pas dans ce sens : "La situation est exceptionnelle... Il y a ceux qui ont vocation à rester en France et ceux qui n’ont pas vocation... Nous cherchons des solutions...". En clair, on va trier …

Nous, nous continuons d’affirmer que nos élèves n’ont pas vocation à dormir dehors : un toit, une école, des papiers pour toutes et tous.

Une nouvelle manifestation est organisée ce vendredi.

* : par ailleurs, 40 mineur-e-s isolé-e-s venu-e-s d’Afrique survivent dans un squat avec l’aide des militant-e-s de RESF.

http://www.questionsdeclasses.org/?Nos- ... mir-dehors
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 13:04

Motion de l’union Solidaires réunie le 4 octobre 2017 en comité national

Le comité nationale de Solidaire du 4 octobre a voté une motion de soutien aux migrants de la fac de lettre de Clermont-Ferrand et a été envoyé à la préfecture de Clermont-Ferrand

Le comité national de l’Union syndicale Solidaires apporte sa solidarité avec les migrant-e-s dont de nombreux enfants contraints de camper sous des tentes à la fac de lettres de Clermont Ferrand.

L’Union syndicale Solidaires s’adresse solennellement au préfet du Puy de Dôme pour qu’il mette en oeuvre dans les plus brefs délais un dispositif permettant de loger tous ces migrant-e-s sans logis dans la dignité et de façon pérenne.


https://www.solidaires.org/Motion-de-so ... igrant-e-s


Message de SUD éducation à destination des écoles

Vendredi 6 octobre, plus de 300 personnes ont manifesté de la fac de Lettres à la préfecture traversant la ville par le jardin Lecoq dans un cortège très animé avec beaucoup de slogans et de déterminations.

Le pari d’être plus nombreux est réussi mais il y a encore de la place pour toutes et tous dans cette mobilisation. Une trentaine de camarades de Solidaires étaient présents (Sud PTT, Sud Rural, Sud Cam, Sud santé, Sud éducation).

100 personnes dont quarante enfants campent à la fac de lettres. Quarante adolescents venus seuls d’Afrique vivent dans un squat et la préfecture répond qu’il n’y a pas assez de place dans les services d’hébergement d’urgence.

La préfecture veut bien évidemment faire le tri entre ceux ’qui ont
vocation’ et ceux qui ’n’ont pas vocation’ à rester sur le territoire.

Nous réfutons cette approche d’autant que pendant des mois cette préfecture a laissé à la rue des gens qui parce qu’ils sont en demande d’asile ont droit à
être hébergés. C’est la préfecture qui est hors la loi.

Plus nombreux encore la prochaine fois nous devons forcer la préfecture à héberger tout le monde de manière pérenne.

S’il y avait plus de régularisations il y aurait moins de gens à la rue c’est donc toute la politique à l’égard des sans-papiers qui montre encore une fois son ignominie.

L’aveu de la préfecture sur le manque de place montre qu’il y a un service
public de plus qui ne répond pas à la hauteur des besoins de la population,
pour cette raison les demandeurs d’aile et leurs soutiens ont décidé de
rejoindre la manifestation de mardi 10 octobre à 10H00 Place du 1er mai.

A la fac de Lettres, la solidarité des étudiants et de la population est énorme
mais il y a encore besoin de duvets de couvertures, d’alimentation, de soupe
pour les enfants, de présence... Vous pouvez passer discuter et boire un
café.

Pour l’instant la couverture médiatique locale est plutôt favorable. Nous
devons essayer d’atteindre les médias nationaux. Ce n’est pas très facile
mais cela donnerait une autre dimension à la chose quant à la pression sur la
préfecture.

Toutes les idées sont les bienvenues.


https://www.solidaires.org/Message-de-S ... des-ecoles
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 13 Oct 2017, 19:45

Samedi 14 octobre 2017 à 14h30

Manifestation en soutien des réfugiés de #ClermontFacSolidaire

Samedi, cela fera 12 jours que + de 150 personnes ont trouvé refuge au sein de la #FacDeLettres de #ClermontFd.

Les pouvoirs publics restent sourds face à notre situation. Seules des solutions à très court terme et pour quelques familles sont apportées. Ces personnes ont des droits, il faut les respecter !

Nous appelons tous ceux et toutes celles qui sont venu.e.s apporter leur aide, de continuer à nous soutenir en participant à la manifestation !

Départ de la Manifestation de la Fac de lettres jusqu'à la Préfecture.

#ClermontFacSolidaire

https://www.facebook.com/events/304325010043904/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 19 Oct 2017, 17:41

Face à l’urgence, la Préfecture répond par... le mépris et ne prend pas la mesure de l’urgence !

Après 12 jours sur les pelouses de la Fac de lettres de ClermontFd, la Préfecture a reçu une seconde fois une délégation de porte-paroles des associations et bénévoles qui chaque jour viennent en aide aux familles migrantes, qui vivent toujours sans toit, en plein cœur de Clermont-Ferrand.

Face à nos demandes précises, urgentes, concernant l’hébergement de la centaine de personnes qui survivent sur le campement, et la situation des 80 enfants hébergés en squat ou chez des militant.e.s par le Réseau Éducation Sans Frontières 63, la Préfecture n’a pas daigné proposer de véritables solutions.

Au mépris du droit qui fait de l’hébergement d’urgence un droit inconditionnel, la Préfecture a affirmé que certains n’avaient pas vocation à être hébergé. Elle ne compte pas ouvrir de nouvelles places à la veille de l’hiver, ni délivrer les titres de séjour qui permettraient véritablement de résoudre la situation.

Le RESF 63 s’indigne de constater que la Préfecture ne prend absolument pas la mesure de l’urgence de la situation, et ne propose aucune solution.

La réquisition d’un bâtiment public inoccupé, la solution la plus évidente pour répondre à la situation, relevant des pouvoirs du Maire, nous réitérons notre appel à Monsieur Olivier Bianchi, qui ne s’est toujours pas rendu sur le campement de fortune de la fac de Lettres.

Une trentaine d’élu.e.s s’est pourtant rapidement manifestée pour signer un appel vendredi 13 octobre, à l’initiative des conseillers municipaux Insoumis -Place au Peuple Marianne Maximi et Alparslan Coskun, appelant les pouvoirs publics (Préfecture, Conseil Départemental 63, Mairie de Clermont-Ferrand, Métropole Clermont-Auvergne ) à se réunir pour sortir rapidement de cette situation indigne.

Notre détermination n’est pas entamée, la solidarité autour des exilé.e.s enfle chaque jour. Nous continuons donc à réclamer un hébergement stable jusqu’à la fin de l’hiver pour chacun, et des papiers pour toutes et tous, seules issues possibles.

#ClermontFacSolidaire


https://www.solidaires.org/COMMUNIQUE-D ... TOBRE-2017
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 24 Oct 2017, 08:07

Mobilisation campement Clermont Fac Solidaire

Ce mardi 24 octobre, le campement de la Fac de Lettres attaquera sa 4ème semaine et plus de 100 personnes, dont des bébés sont toujours sans solutions pour passer l’hiver sous un toit !

Nous devons absolument accroître la pression sur les pouvoirs publics pour qu’ils trouvent enfin des solutions à la hauteur de l’urgence de la situation.

Il n’y a pas d’autre solution que la mobilisation populaire pour faire bouger l’État, le Département et la Mairie, qu’ils prennent enfin leurs responsabilités, appliquent la loi et proposent un toit pour toutes et tous, au moins jusqu’à la fin de l’hiver.

Cette semaine :

- Mardi 24 octobre, à 12h15 :
Grande Réunion d’Information ouverte à tou.te.s, à destination des étudiants et de la communauté universitaire et les enseignant.e.s de l’université à l’origine d’une lettre ouverte en soutien aux migrants.
Amphi 3 de la fac de Lettres, 29 bd Gergovia, animée par RESF 63 et l’Unef Auvergne

Mercredi 25 octobre, à 17h30 :
Grande Manifestation au départ de la Fac de Lettres, dont le trajet passera devant différentes collectivités locales pour arriver devant la préfecture.

https://www.solidaires.org/Mobilisation ... -Solidaire
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 18:03

Lundi 3 septembre 2018
à 18h, Devant la Préfecture, 18 boulevard Desaix, Clermont-Ferrand

Le RESF 63 appelle à venir manifester devant la préfecture du Puy-de-Dôme à 18h, le 3 septembre, jour de la rentrée scolaire, avec tous les enfants qui ont fait leur rentrée alors qu'ils n'ont aucun hébergement.

45 familles et plus de 80 mineurs isolés sont sans hébergement. Pendant l'été, le secours populaire a secouru beaucoup de familles en les envoyant sous tente dans des campings à Cournon et Sauxillanges. Mais les enfants ont maintenant rejoint leurs écoles et ne peuvent plus dormir dehors. Tous les enfants ont droit à l'éducation. Ils ne doivent pas s'écrouler de fatigue sur leur table de classe.

Ensemble, nous pouvons agir dès maintenant pour un meilleur respect de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, texte international progressiste et émancipateur, matière vivante que tous, hommes, femmes et jeunes, devrions pouvoir nous approprier par des actions au quotidien pour construire une société humaine où chacun a sa place.

« L’enfant est reconnu, universellement, comme un être humain qui doit pouvoir se développer physiquement, intellectuellement, socialement, moralement, spirituellement, dans la liberté et la dignité. »

https://www.facebook.com/events/1383922308405006/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes... à Clermont-Ferrand

Messagede bipbip » 15 Sep 2018, 11:33

Manifestation de soutien aux familles de 1er mai à Clermont-Ferrand

Samedi 15 septembre 2018
à 14h, Place du 1er mai

Depuis de longs mois, des dizaines de familles d'exilé.e.s dorment à la rue, sans bénéficier d'un logement d'urgence.

Plus de 50 enfants ont ainsi fait leur rentrée des classes dans le dénouement le plus total.
Ces familles, ces enfants, ont installé leurs tentes depuis 1 semaine sur la place du 1er mai à Clermont-Fd. Depuis, des bénévoles, des clermontois et des clermontoises se relayent sur place pour leur apporter de l'aide et faire preuve de solidarité.

SAMEDI 15 septembre, manifestons pour exiger des pouvoirs publics le respect du droit fondamental de ces familles à bénéficier d'un logement d'urgence !

Nous ne le rappellerons jamais assez, ces familles ne sont pas un danger, elles sont EN danger !

Un toit c'est un droit !

https://63.demosphere.eu/rv/720
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité