Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede Pïérô » 27 Juil 2016, 18:54

Saint Ouen : expulsion des habitant·es du foyer CARA
Ce mardi 26 juillet, après des années de lutte et 2 ans d’occupation, les habitant-e-s du foyer CARA à Saint-Ouen ont été expulsé-e-s. Prévenu-e-s moins de 48 heures à l’avance, ils et elles ont du quitter leurs chambres à 5h du matin en laissant derrière eux-elles leurs meubles, leurs affaires, leurs souvenirs. Des hommes, des femmes et des enfants, français ou étrangers, avec ou sans papiers, ont été mis à la rue par les CRS. En guise de relogement, quelques nuits d’hôtel, dispersés à travers la région parisienne.
... https://paris-luttes.info/saint-ouen-ex ... itant-6494


Expulsion des 200 habitants de la tour CARA, à St Ouen : relogement des expulsés !

Ce matin d’importantes forces ont procédé à l’expulsion d’environ 200 habitants de la tour CARA ancien foyer de jeunes travailleurs, à Saint Ouen.
Parmi les expulsés plusieurs dizaines de personnes sans logis, souvent expulsées durant l’année 2015, défendues par l’association, avaient occupé une partie des 120 chambre vacantes et en parfait état de la tour CARA en octobre dernier.
Des anciens résidents, mobilisés depuis plusieurs années contre la fermeture du foyer, et d’autres occupants parmi lesquels des mineurs isolés migrants.

Les expulsés se sont vu proposer des places d’hébergement, par les services de la Préfecture du 93, pour la plus grande part 3 nuitées. Il n’y a pas eu d’interpellation.

Droit Au Logement dénonce cette expulsion forcée, préparée de longue date à la suite d’un arrêté d’évacuation du maire. Ce délai aurait du être mis à profit pour préparer de véritables relogements, en lieu et place des hébergements temporaires présentés. Certains expulsés sont prioritaires DAHO et DALO.
Droit au logement avait activement soutenu la réquisition d’une partie du bâtiment en octobre, car il n’est pas admissible de laisser des immeubles de logements inoccupés alors que tant de personnes dorment dans la rue et en meurent, et qu’il y a tant d’expulsion en Seine Saint Denis où les occupants sont abandonnés rapidement sur le trottoir.

Que va devenir la tour CARA ? Encerclée par une grande opération d’urbanisme, de celles qui aboutissent en général à chasser les classes populaires vers la grande périphérie, la tour devait être transformée en hôtel de tourisme ….

DAL exige :
· Le relogement des expulsés
· L’hébergement jusqu’au relogement
· L’arrêt des expulsions et le relogement préalable
· La transformation de la tour CARA en logements sociaux
· La réquisition des logements vides

D’autres expulsions, nombreuses cette année, s’annoncent massives durant les jours et les semaines à venir. Le DAL reste mobilisé.

Un TOIT c’est un DROIT!!

http://www.droitaulogement.org/2016/07/ ... -expulses/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede Pïérô » 24 Aoû 2016, 07:58

Famille Rroms à la rue à Montreuil : rassemblement tous les soirs à 18h

Rom Réussite et le comité de soutien aux 13 familles continuent leur mobilisation alors que les élu·es Front de Gauche vont jusqu’à effacer les fresques des soutiens !

Relogez les 13 familles Rroms à la rue !

Pourquoi des familles se retrouvent-elle à dormir dans les rues de Montreuil ?


Le 28 juillet, au petit matin, 13 familles roms montreuilloises ont été délogées par les forces de police. Une grue a immédiatement détruit les habitations, devant les yeux des parents et enfants expulsés.
Les services de la Préfecture n’ont pas avisé les familles de cette expulsion, pas plus qu’elles n’avaient fait de diagnostic social auprès de ces familles, pourtant obligatoire. La Mairie, informée 4 jours auparavant, n’a prévenu personne et a osé dire, lors de la première rencontre avec les représentants de ces familles, que l’ « expulsion s’était bien passée ».

Qui sont ces familles ?

Ce sont des familles (une quarantaine de personnes, dont 19 enfants) qui vivent depuis 6 ans à Montreuil, et dont les enfants sont scolarisés. Une classe non-francophone va justement ouvrir à la rentrée à l’école Nanteuil pour répondre à leur situation !
Depuis des années, des associations œuvraient au quotidien pour que ces familles aient accès à un logement et s’insèrent professionnellement. Avec l’expulsion, toutes les démarches entreprises par ces familles sont menacées.

Quelles sont les réponses institutionnelles ?

Elles sont pour le moment inexistantes.
En procédant à l’expulsion, sans proposer aucune solution aux familles qui sont depuis à la rue, la Préfecture et les services de l’Etat sont donc les premiers responsables
La Mairie, complice de l’expulsion, s’est défaussée de ses responsabilités en affirmant que des hébergements d’urgence avaient été proposés aux familles. C’est une contre-vérité : elle veut ainsi se dédouaner de proposer des solutions d’urgence qui relèvent de son pouvoir, avec par exemple l’accès provisoire à des locaux municipaux offrant des conditions minimum de sécurité et d’hygiène.
Chacun se renvoie la balle, dans une irresponsabilité totale.
Par ailleurs, nos demandes de solutions plus pérennes (bail précaire, logements sociaux) n’obtiennent, elles non plus, aucune réponse.

Stress et harcèlement pour les familles

La précarité est totale pour des familles qui vivent et dorment dans la rue depuis le 28 juillet. Les services de police les délogent en leur demandant de quitter l’espace public, alors qu’elles n’ont aucune solution. La Mairie n’est pas en reste, comme ce vendredi 19 août où une fresque artistique représentant les familles a été détruite au Kärscher, sur sa décision, sous leurs yeux.

Une mobilisation citoyenne qui s’organise

Les marques de solidarité de citoyens, Montreuillois ou non, se multiplient. Si les autorités comptaient sur l’indifférence, ou la trêve estivale, pour organiser une expulsion en catimini, elles se sont trompées ! Très vite, des citoyens et des associations sont venus prêter main-forte aux familles. Une première pétition en ligne au vu le jour, rassemblant plus de 1350 signataires.
Chaque jour, à 18 heures, tous les soutiens à ces familles sont invités à se rassembler, avec elles, sur la place Jean Jaurès, pour apporter leur aide militante, et aussi matérielle.
La rentrée arrive : avec elle, ce sont tous les réseaux qui vont se réactiver, pour obliger les autorités à trouver des solutions pour les familles.

Quelles sont les demandes des familles ?

- Un hébergement leur permettant de poursuivre leur vie sociale et professionnelle débutée il y a 6 ans à Montreuil.
- L’aboutissement des démarches administratives commencées avant l’expulsion (Pôle Emploi, demande de logement, domiciliation)
- La poursuite de la scolarisation des enfants à l’école Nanteuil et le collège Césaria Evora.

Tous ensemble, imposons le relogement des familles expulsées !

Pour être informé, rejoindre le comité de soutien :
Association Rom Réussite et le comité de soutien
Rom.reussite@gmail.com ; tel 06 68 74 93 93

Rom Réussite et le comité de soutien, le 21 août 2016

https://paris-luttes.info/famille-rroms ... reuil-6566
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede Denis » 15 Sep 2016, 12:17

À PARTIR DU 25 SEPTEMBRE, LE COLLECTIF BARAS SERA EXPULSABLE
NON AUX EXPULSIONS !

SOIRÉE DE SOUTIEN AU COLLECTIF BARAS
Samedi 24 septembre 2016 à partir de 19 h


MUSIQUE LIVE & DJ
MAFÉ & TIEP (+ version végane)et AUTRES DÉLICES
BISSAP, GINGEMBRE, BIÈRE
PRIX LIBRE

Au 72 rue René Alazard à Bagnolet
Métro : Porte des Lilas / Galliéni
Bus 318 arrêt : Gambetta-René Alazard

LE COLLECTIF BARAS
07 78 32 14 75 / 07 51 28 82 69

Nous sommes environ 250 Maliens ou migrants originaires d’Afrique de
l’Ouest et Centrale, rassemblés dans le collectif Baras. Nous occupons
un bâtiment à Bagnolet depuis deux ans.
Depuis de nombreuses années, nous vivions en Libye : la guerre de 2011
nous a forcés à en partir.
Aujourd’hui, nous sommes en France pour travailler. Nous demandons sans
cesse au préfet de nous régulariser au plus vite ! Mais les critères
imposés par la loi sur la régularisation par le travail sont beaucoup
trop restrictifs.
Actuellement, nous travaillons dans les secteurs du nettoyage, du
bâtiment, du gardiennage, de la restauration … où nous sommes exploités,
puisque nous ne disposons d’aucun statut. C’est pourquoi il faut obtenir
la régularisation de tou.te.s les sans papiers !

Le collectif Baras est aussi déterminé à obtenir un toit pour
l’ensemble de ses membres. Toutes nos démarches et demandes
d’hébergement auprès des pouvoirs publics (ministères, préfectures et
les 9 maires d’Est-Ensemble) ont toujours fait l’objet de refus. Nous
avons passé plusieurs mois à la rue entre 2012 et 2013. Nous avons
occupé des bâtiments vides à Montreuil, à Bagnolet et aux Lilas. À
chaque fois, nous en avons été expulsés. Un squat comme le nôtre est une
solution par défaut, pour répondre à l’urgence de la situation.

L’URGENCE EST TOUJOURS LÀ ! À PARTIR DU 25 SEPTEMBRE 2016, NOTRE LIEU
DE VIE ACTUEL, AU 72 RUE RENÉ ALAZARD À BAGNOLET, PEUT ÊTRE ÉVACUÉ À
TOUT MOMENT.

Nous demandons :
- au préfet de suspendre cette procédure d’expulsion qui nous jetterait
encore une fois à la rue à l'entrée de l’hiver
- d’ouvrir une table de négociations pour notre régularisation, ainsi
que celle de tou.te.s les sans papiers
- aux 9 maires d’Est-Ensemble et au préfet de mettre en place, avec
nous, des solutions d’hébergement légales, adaptées et pérennes
la même chose pour les 13 familles expulsées du 250, rue de la
Boissière et en errance dans les rues de Montreuil depuis le 28 juillet.

SOIRÉE DE SOUTIEN AU COLLECTIF BARAS
Samedi 24 septembre 2016 à partir de 19 h
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1022
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 22 Sep 2016, 15:06

Vendredi 23 septembre 2016 à Bagnolet

Rassemblement de soutien au collectif Baras
à 16h Devant la mairie de Bagnolet, place Salvador Allende, Bagnolet

https://paris.demosphere.eu/rv/49982
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 03 Oct 2016, 10:47

lundi 3 octobre 2016 à Saint-Ouen

Rassemblement à 18h30, Mairie de Saint-Ouen

Luttons pour le droit au logement !

Contre les expulsions !


La précarité, le manque de logements et les loyers exorbitants, la remise en cause des politiques de logement social… poussent de plus de plus de familles à la rue ou à vivre dans des conditions indignes.

A Saint-Ouen, cet été encore des personnes se sont fait expulser de leur logement, y compris du parc HLM ou encore du foyer CARA où s'étaient réfugiés les expulsés du village d'insertion en septembre 2015, après plusieurs mois de campement à côté de la mairie avec une municipalité qui les a ignorés. En août 2016, une délégation a pu être reçu par le ministère du Logement mais les expulsés sont au mieux hébergés à l'hôtel, les autres restant à la rue. Ces familles ne sont pas les seules à être expulsées, menacées d'expulsion ou à vivre dans des conditions indignes.

L'Etat expulse plutôt que reloger et, bien que condamné à plusieurs reprises, il n'applique pas la loi du Droit au logement opposable (Dalo) laissant les habitants aux mains de marchands de sommeil et dans des logements indignes.

pour des logements décents pour tous !

La Ville de Saint-Ouen reste sourde aux revendications du Dal et refuse toute réunion malgré les promesses non tenues du maire. Nous appelons à une reprise du dialogue avec la ville et à soutenir les revendications des mal-logés qui s'adresse autant à la municipalité qu'à l'Etat :
• L'arrêt de toutes les expulsions et le relogement immédiat de tous les expulsés !
• Le relogement des habitants des taudis, d'immeubles insalubres, des sinistrés, des 17/19 rue Jules Vallès…
• L'application de la loi Dalo et le relogement de toutes les personnes prioritaires.
• Des logements sociaux de qualité pour tous, davantage de logements sociaux accessibles aux plus modestes (PLAI…) et répondant aux besoins des familles (F4, F5) et non la baisse de la part de logements sociaux de 40 % à 30 % que la municipalité veut mettre en place.
• Une révision du Plan local d'urbanisme prenant en compte ces besoins.
• La réquisition, par l'application de l'ordonnance de 1945, et la réhabilitation des logements vides.

Nous appelons à un rassemblement avant le prochain conseil municipal où nous demandons une suspension de séance pour que la municipalité prenne en compte les revendications des mal-logés.

Rassemblement mairie de Saint-Ouen (93)
Lundi 3 octobre à 18 h 30

https://www.facebook.com/comite.dalsaintouen
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 04 Nov 2016, 11:28

A Saint-Denis, les habitants du 168 avenue Wilson toujours en lutte !

L’affaire remonte au mois d’août et, depuis, la situation n’a fait qu’empirer. La mairie de Saint-Denis, tenue par le PC, Ensemble, le PG et le PSG fait semblant de regarder ailleurs, alors qu’il ne dépendrait que d’elle de répondre à l’urgence sociale de quelque 83 personnes, dont de nombreuses femmes et enfants en bas-âge. Aujourd’hui, ils seront enfin reçus en préfecture.

... http://www.revolutionpermanente.fr/A-Sa ... lutte-5747
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 08 Nov 2016, 09:21

Ce mardi 8 novembre 2016

Réunion de soutien avec les expulsé.e.s du 168 avenue du Président Wilson à La Plaine

Le 25 août 2016, 83 personnes ont été expulsé.e.s du logement qu’elles occupaient au 168 avenue du Président Wilson à La Plaine Saint-Denis. Depuis cette date, les habitant.e.s « campent » devant leur ancien immeuble sans qu’aucune proposition de relogement ne leur ai été faite de la part de la mairie ou de la préfecture. Les habitant.e.s réclament de pouvoir récupérer leurs affaires restées à l’intérieur de l’immeuble lors de l’expulsion, ainsi que la régularisation et le relogement de tou.te.s.

Une réunion avec les habitant.e.s se tiendra le mardi 8 novembre à la bourse du travail de Saint-Denis (9-11 rue Genin à Saint-Denis métro 13 station Porte de Paris) afin de discuter de la suite de la mobilisation.

http://paris-luttes.info/reunion-de-sou ... c-les-7021
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 17 Nov 2016, 17:06

Vendredi 18 novembre 2016 à Saint-Denis

1 an après l'assaut de Saint-Denis :
Solidarité avec les victimes du 48 rue de la République
Action collective

Le 18 novembre 2015 une opération policière de grande envergure a eu lieu au 48 rue de la république à St Denis pour neutraliser les terroristes responsables des attentats du 13 novembre, retranchés dans l'immeuble. Les habitants, familles avec enfants, célibataires, ont été évacués de leur domicile à l'issu de l'assaut. 4 d'entre eux ont été blessés par balle et l'immeuble rendu inhabitable.

Hébergés dans un gymnase 10 jours, puis à l'hôtel et délaissés par les pouvoirs publics, les habitants, organisés avec le DAL, se sont constitués en association pour se défendre : l'association DAL des victimes du 48 rue de la république. Ils demandent pour tous : le relogement, la régularisation des sans papiers, la reconnaissance de leur statut de victimes et réparation. Un comité de soutien s'est mis en place rapidement et la solidarité s'est illustrée concrètement à de nombreuses reprises, à l'école Jules Guesde ou lors du concert de soutien donné en mars 2016 au Théâtre Gérard Philippe de St Denis.

Pendant un an, les actions collectives à l'initiative des habitants, avec le DAL et le comité de soutien- manifestations à St Denis, rassemblements devant les ministères du logement, de l'aide aux victimes, de la justice, occupation de la basilique - ainsi que les négociation menées ont permis des avancées. Mais pour la centaine d'habitants traumatisés, le combat est permanent pour se reconstruire et faire entendre leurs droits. En effet, malgré les engagements, à peine la moitié des 45 ménages ont bénéficié d'un relogement pérenne et la procédure d'indemnisation tarde, ne tenant pas compte de la situation sociale des habitants. Enfin, la régularisation a été refusée à 3 d'entre eux qui se sont même vus délivrer des Obligations de Quitter le Territoire Français !

La réponse des pouvoirs publics illustre bien la manière dont on traite les habitants des quartiers populaires qui subissent quotidiennement les politiques du logement cher conduisant à l'épuration sociale mais aussi de manière générale l'exclusion en matière d'accès à la santé, à l'éducation pour tous, au travail...

Face à cela, nous, associations de défense du droit au logement, de luttes de « sans », syndicats, organisations militantes de quartier, représentants de parents d'élèves, intermittents affirmons notre solidarité aux habitants sinistrés et demandons la prise en compte de leurs revendications et la concrétisation des engagements des pouvoirs publics.

En solidarité, rassemblons-nous avec les habitants :
le vendredi 18 novembre à partir de 17h
48 rue de la République Saint-Denis
Point presse a cette occasion

Premiers signataires :
CGT éduc'action St Denis, Collectif Copros libres St Denis, DAL, Des parents de l'APE et enseignants de l'école Jules Guesde, GISTI, LDH St Denis Plaine Commune, Ministère des bonnets d'âne, MRAP Saint Denis, Pas d'enfants à la rue, RSL, Sciences Pop'...
Avec le soutien de : CGA, Ensemble, NPA ...

https://paris.demosphere.eu/rv/51293
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 06 Déc 2016, 02:50

Mardi 6 décembre 2016 à Montreuil

« le logement, enjeu de luttes »
Regards croisés Montreuil/Saint-Denis

de 16h à 20h, La Maison de l’Arbre / La Parole Errante, 9 rue François Debergue, Montreuil (93)

Programme de l'atelier

Table 1 - 16h-18h
• Marie-Claude Blanc-Chaléard (Professeure émérite d'histoire - Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense) : le logement des immigré.e.s et ses luttes : mise en perspective historique.
• Collectif Asphalte (soutien aux familles roms expulsées en juillet, Montreuil) : présentation du collectif et récit par les personnes expulsées.
• Mathilde Costil (docteure en géopolitique, IFG, Université de Rouen) : pouvoirs publics et logements précaires, le cas de Saint-Denis.

Table 2
• Collectif Baras (Montreuil/Bagnolet) : la lutte du collectif pour la régularisation et le logement.
• Anne Clerval (Maîtresse de conférences en géographie, université Paris-Est Marne-la-Vallée) : gentrification et politiques publiques à Paris et extension du phénomène en petite couronne.
• L'Attiéké (centre social autogéré, Saint-Denis) (en attente de confirmation)

Conclusion

Apéro

https://paris.demosphere.eu/rv/51479
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 17 Déc 2016, 01:19

Au lycée Auguste Blanqui à Saint-Ouen, des élèves n’ont pas de toit où dormir

Au lycée Auguste Blanqui, à Saint-Ouen, six élèves sont sans domicile. Les soirs de « chance », et après les énumérables appels passés au 115, quelques-uns sont hébergés. Pour les autres, dormir devient un cauchemar, dans les rues et en plein hiver. Les pouvoirs publics ne font rien. Les enseignants, par contre, organisent la solidarité.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Au-l ... -ou-dormir
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 22 Jan 2017, 14:16

A Montreuil, la mairie expulse en plein hiver.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 26 Jan 2017, 14:18

Jeudi 26 janvier 2017 à Montreuil

A Montreuil, la mairie expulse en plein hiver

Cela fait une semaine que les associations et habitants de Salamatane ont été expulsés en plein hiver. La mairie reste silencieuse à tous nos appels. Personne n'est venu nous rendre visite. On voudrait que soyons invisibles mais nous nous rendrons visibles ! Nous nous rassemblons aujourd'hui jeudi 26 à 18h au 128 rue de Paris, devant le palais des congrès, métro Robespierre Ligne 9. Merci de venir nombreuses et nombreux. Merci de partager l'info et la vidéo : https://youtu.be/AZTOb7AIhVc

Explications :
Mercredi 18 janvier au matin, la police accompagnée d'employés de la mairie de Montreuil a expulsé Salamatane, collectif d'associations et d'habitants installés depuis mars 2008 au 119bis rue de Paris. Vingt personnes ont été jetées à la rue alors que la nuit les températures descendent à - 8°c et que la mairie n'a que le vague projet de vendre le terrain. La trêve hivernale a été refusée au prétexte que seules des associations figuraient sur la procédure alors même que le principal motif de notre expulsion était l'acte de solidarité que nous pratiquions en hébergeant des personnes sans logement.

https://paris.demosphere.eu/rv/52738
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede bipbip » 02 Fév 2017, 19:17

Lycéens le jour, SDF la nuit

Vidéo. La mobilisation continue pour les 7 élèves SDF du lycée Blanqui à St-Ouen (93)

Un groupe d’élèves du lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen (93) s’est mobilisé mercredi devant la mairie de la commune en solidarité avec leurs 7 camarades qui se trouvent dans une situation de grande précarité de logement. Même si grâce à la mobilisation des lycéens, des parents d’élèves et des enseignants, les 7 élèves et leur famille ont réussi à trouver des solutions temporaires, ils restent sans domicile fixe ni solution durable. Les autorités municipales ou préfectorales n’apportent aucune solution si ce n’est d’appeler le 115. C’est pour cela que la mobilisation et la solidarité continuent.

Dans une ville où la spéculation immobilière avance de plus en plus, où depuis des années les agents immobiliers et les pouvoirs municipaux cherchent à attirer une population plus aisée pour l’installer dans la ville au détriment des couches les plus précaires, cette situation est inacceptable. Loin d’être un cas isolé, cette détresse matérielle est au contraire une expression de la situation de milliers de familles travailleuses dans l’ensemble du pays.

Dans le cadre d’une campagne marquée par les promesses d’austérité, par l’affaire Penelope Fillon, par les magouilles diverses et variées du personnel politique, la mobilisation solidaire de ces lycéens est exemplaire et montre le chemin à suivre.

Pour apporter de l’aide à ces lycéens, les enseignants et les soutiens ont créé une adresse : mobilisation.blanqui@gmail.com.




http://www.revolutionpermanente.fr/Vide ... St-Ouen-93
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede Pïérô » 02 Mar 2017, 09:41

Saint-Ouen (93) ce jeudi 2 mars 2017

Réunion d'information sur les lycéens SDF du Lycée Auguste Blanqui

Réunion d'information pour les habitant-e-s de Saint-Ouen.

à 19h, « Café de France », 21 Rue de Saint-Denis, Saint-Ouen (93)

Depuis des mois, des lycéen-nes de SaintOuen sont sans abri. Malgré les sollicitations, la mairie n'a émis aucune réaction. Nous organisons une réunion en présence d'enseignant-es
du lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen afin de nous organiser et de décider des prochaines actions.

https://www.facebook.com/events/1296486167077599/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...en Seine-Saint-Denis (93)

Messagede Denis » 10 Mar 2017, 17:21

31 MARS : FIN DE LA TRÊVE HIVERNALE,
LE COLLECTIF BARAS EST EXPULSABLE : IL A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !

SOIRÉE DE SOUTIEN
SAMEDI 18 MARS à partir de 19 h
AU 72 RUE RENÉ ALAZARD à BAGNOLET
Métro : Porte des Lilas ou Galliéni
Bus 318 : Gambetta-René Alazard

MUSIQUE
REPAS (maffé, tiep + version végane)
BOISSONS (bissap, gingembre, bière, vin)

PRIX LIBRE

Nous sommes environ 250 Maliens ou migrants originaires d’Afrique de
l’Ouest et Centrale, rassemblés dans le collectif Baras.
Nous occupons un bâtiment à Bagnolet depuis 2 ans.
Depuis de nombreuses années, nous vivions en Libye : la guerre de 2011
nous a forcés à en partir. Aujourd’hui, nous sommes en France pour
travailler. Nous demandons sans cesse au préfet de nous régulariser au
plus vite ! Mais les critères imposés par la loi sur la régularisation
par le travail sont beaucoup trop restrictifs et ne cessent de se
durcir.

Actuellement, nous travaillons dans les secteurs du nettoyage, du
bâtiment, du gardiennage, de la restauration... où nous sommes
exploités, puisque nous ne disposons d’aucun statut. C’est pourquoi il
faut obtenir la régularisation de tout-e-s les sans papiers !
Le collectif Baras est aussi déterminé à obtenir un toit pour
l’ensemble de ses membres. Toutes nos démarches et demandes
d’hébergement auprès des pouvoirs publics (ministères, préfectures et
les 9 maires d’Est-Ensemble) ont toujours fait l’objet de refus.
Nous avons passé plusieurs mois à la rue entre 2012 et 2013. Nous avons
occupé des bâtiments vides à Montreuil, à Bagnolet et aux Lilas. À
chaque fois, nous en avons été expulsés. Un squat comme le nôtre est une
solution par défaut pour répondre à l’urgence de la situation.

L’URGENCE EST TOUJOURS LÀ ! AVEC LA FIN DE LA TRÊVE HIVERNALE, NOTRE
LIEU DE VIE ACTUEL, AU 72 RUE RENÉ ALAZARD À BAGNOLET, PEUT ÊTRE ÉVACUÉ
À TOUT MOMENT !

Nous demandons :
- au préfet de suspendre cette procédure d’expulsion qui nous jetterait
encore une fois à la rue, et d’ouvrir des négociations pour notre
régularisation, ainsi que celle de tout-e-s les sans papiers.
- aux 9 maires d’Est-Ensemble et au préfet de mettre en place, avec
nous, des solutions d’hébergement légales, adaptées et pérennes.

NON AUX EXPULSIONS ! DES LOGEMENTS POUR TOUTES ET TOUS !

COLLECTIF BARAS
07 78 32 14 75
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1022
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

PrécédenteSuivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité