la Chapelle, Toulouse, 20 ans d'existence

la Chapelle, Toulouse, 20 ans d'existence

Messagede bipbip » 12 Mai 2013, 11:40

Occupée depuis le 4 juillet 1993, la Chapelle fête ses 20 ans d’existence

En mai, aura lieu une série d’apéros-concert, de conférences "baratins", de soirées Relâche, ainsi qu’un cabaret, un bal et un repas de quartier pour célébrer ces 20 ans. En novembre, une autre série d’évènements se tiendra pour clôturer l’ensemble.

La Chapelle, Association l’Atelier Idéal, 36 rue Danielle Casanova, 31000 Toulouse

http://www.atelierideal.lautre.net/

La Chapelle a 20 ans !

Occupé depuis juillet 1993, ce lieu d’expérimentation sociale politique et culturelle interroge le monde tel qu’il ne va pas et propose une alternative concrète, ici et maintenant.

Pour fêter ces vingt années d’occupation, qui font de la chapelle le plus vieux squat de Toulouse et un des plus vieux squat politiques de France, rendez-vous du 13 au 26 mai 2013 pour une série de rencontres, apéros concerts, débat, cabaret...

Quinze jours où artistes, militants, collectifs, intellectuels se partageront l’affiche pour célébrer vingt années de luttes, d’engagement bénévole et militant, vingt ans d’histoire.

La Chapelle, une histoire — 1993 / 2013

Bientôt 20 ans que la chapelle Jeanne d’arc est habitée par l’envie que se côtoient les différences. Tant de projets ont vus le jour en ces murs que l’on finit par oublier l’inconfort, l’aléatoire et la précarité de cette occupation, toujours illégale.

Le début d’une expérience alternative : L’Atelier Idéal

Le 4 juillet 1993, l’association Planète en Danger investit la chapelle sainte Jeanne d’Arc, 36 rue Danielle Casanova, à l’issue d’une action de rue pour dénoncer la mainmise de la promotion immobilière sur l’aménagement de la ville.

L’association diocésaine, propriétaire du lieu ne l’entretient plus. Peu à peu, tout se dégrade et le squat sauvage s’y installe. Habité par plusieurs clochards du quartier, l’un d’entre eux y est mort quelques mois auparavant.

Jiri Volf, poète tchèque, réfugié à Toulouse depuis le début des années 70, qui a notamment enseigné à l’université de Toulouse-le-Mirail, avait sombré au fil des ans dans une désespérance solitaire. Il meurt en février 93 dans cette chapelle désertée qui était son refuge et une partie de son inspiration.

L’équipe de Planète en Danger passe l’été 93 à refaire le toit, nettoyer le jardin, déblayer les détritus, évacuer les gravas… et retrouve au milieu de tout cela des cahiers, pas mal de cahiers : les poèmes de Jiri Volf. Les membres de Planète en Danger enthousiasmés à la lecture de ces écrits cherchent à en savoir plus sur son auteur et découvrent que Jiri Volf était connu de beaucoup de monde dans la ville.

La première manifestation organisée à la Chapelle sera un hommage à son dernier occupant : « une chapelle un poète » auquel participent nombre de ceux qui l’ont connu et aidé : Serge Pey, René Gouzenne, Bruno Ruiz, Jacqueline Weil… Cette exposition durera du 15 octobre au 12 novembre 1993.

Jiri Volf avait écrit que la chapelle était « l’atelier idéal ». L’expression restera. Des adhérents de Planète en Danger et d’autres créent une nouvelle association dont l’unique but sera de s’occuper de la chapelle. Dans la logique de l’attention, du soin et du respect de la mémoire de cet espace, ils l’appellent L’Atelier Idéal.

Le projet de l’Atelier Idéal Avec les seules ressources de son imaginaire et l’énergie de ses membres utopistes, l’Atelier Idéal anime, gère, entretient, embellit et sécurise l’endroit. L’association ne reçoit aucune subvention. Son activité et les cotisations de ses membres sont ses seules ressources. Le but de l’Atelier Idéal est de faire de cet îlot un refuge de création et de confrontation pour celles et ceux qui refusent le monde tel qu’il ne va pas, opposant la poésie à la marchandise à la recherche d’une ville à vivre et non à consommer.

Le domaine d’intervention privilégié de l’Atelier Idéal est l’expression de la critique de tous les mécanismes d’aliénation collective et individuelle, de tous les mécanismes qui tendent à confondre accès à la citoyenneté et accès à la consommation. Au service d’un enrichissement de l’imaginaire collectif, l’association concentre son activité sur la gestion et l’animation d’un lieu vécu comme un outil de l’expérimentation sociale.

20 ans d’événements et d’actions militantes

En vingt ans, l’expression de cette critique y a pris bien des formes. Pour mémoire, il faut citer quelques événements qui ont marqué ou accompagné, à leur échelle, l’histoire de la ville : accueil du collectif de photographes Lucette Omnibus 1994, initiation et participation au collectif La Ville habitée (plus de 30 associations, un millier de personnes, investissent l’hôtel Saint Jean à la Dalbade, future DRAC), fête de soutien au lancement du journal Satiricon, au comité Chiapas en 1995, hommage à Pier Paolo Pasolini (1996), journées sur les Balkans , contre l’enfermement , contre le nucléaire, sur la marginalité (création du collectif sdf créateur d’habitat), projection du film la commune de Peter Watkins (2001), organisation de la nuit des survivant-e-s au lendemain de l’explosion d’AZF (2001), accueil du collectif Plus jamais ça (2002), Cabarets du monde et hommage à Léo Ferré pour les 10 ans du lieu (2003), lecture intégrale de Don Quichotte (2005), mise à l’honneur l’Espagne de 36 (2006), Gare aux géants ! veille poétique et militante pour défendre le lieu contre l’associtaion Habitat et humanisme (2007), Intégrale Brassens (2010), Procès citoyen du nucléaire, première journées d’études du réseau sortir du nucléaire (2011), rencontres sur et avec les roms (Tous les chemins mènent aux roms 1 et 2) 2011-2012...

La Relâche

En 2004, l’association fait le pari d’ouvrir le lieu chaque semaine, pour une soirée autogérée par les utilisateurs eux-mêmes... Baptisée La Relâche, ce rendez-vous s’affirme peu à peu comme un espace de rencontre où le public n’est pas accueilli comme un consommateur potentiel mais où il peut devenir acteur de la soirée. Chacun y trouve ce qu’il apporte, des amis, des idées, des discussions, des lectures. Petit à petit, un groupe autonome se constitue pour gérer cette soirée et propose depuis bientôt 10 ans concerts, conférences, projections, prises de paroles militantes, soirées débats, pour un public réunissant tout un chacun, gens de passage, voisins, militants, sdf, étudiants, bobos, retraités...

L’AMAP Casanova – Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne

En 2004 toujours, La Chapelle accueille une des premières AMAP de la région midi pyrénées. Les producteurs christophe henry, émile pautou, michel et béatrice mathieu partageront tour à tour leur récolte avec un nombre d’adhérents toujours croissant. Un AMAP fruit vient rapidement s’ajouter à cette expérience où des citoyens deviennent acteurs du devenir de l’agriculture et de leur alimentation. en renforçant une agriculture paysanne locale de qualité, pour manger bon et sain, au juste prix, aujourd’hui et dans l’avenir, et en créant un partenariat innovant avec des fermes pratiquant une agriculture écologique respectueuse de l’environnement, sans OGM, sans engrais chimiques ni pesticides de synthèse, en favorisant les relations entre citadins et paysans pour une économie solidaire entre la ville et la campagne.

Les Baratins

En 2010 L’Atelier idéal met en place ses conférences-baratins, le premier jeudi de chaque mois. Loin d’un cours magistral unilatéral, ces soirées ont pour but de susciter un échange dont la seule ambition est d’interroger le monde tel qu’il ne va pas. La Chapelle a ainsi accueilli Odile Barral du Syndicat National de la Magistrature au sujet de la Loppsi 2, Alain Refalo et dominqiue Liot sur la désobéissance civile, Eric Bogaert du collectif Mais c’est un homme ! sur la psychiatrisation ; le sociologue Jean Mantovani, pour questionner ce que signifient « habiter », « collectif », ou « autonomie » à travers une « histoire de la Rue toulousaine » ou l’anthropologue Emmanuelle Stitou sur le thème « histoire des roms et enjeux d’aujourd’hui... »

20 ans de rencontres Depuis 1993 la Chapelle s’est ouverte à nombre de passants, rêveurs, curieux, acteurs, musiciens, danseurs, groupes, compagnies, collectifs, associations. Une vie riche et variée s’est organisée avec des expositions, des conférences, des spectacles, des concerts, des assemblées générales, des répétitions, des projections, des bals...

Charlie Bauer, Enric Duran, Maurice Rajsfus, les Indignés, le réseau Sortir du nucléaire, Louis Sala-Molins, Patrick Mignard, Odile Barral du Syndicat National de la Magistrature, Eric Bogaert du collectif Mais c’est un homme ! sont venus nous faire partager leur vision du monde tel qu’il ne va pas...

Sans oublier Richard Desjardins, Serge Pey, Eric Lareine, Michel Vivoux, Mara Diabaté, Les Faux Bijoux, Didier Labbé Quartet, les Femmouzes T, André Minvielle, Bacchus, Claude Sicre, Nilda Fernandez... la liste est longue de ceux qui sont venus partager des moments d’une grande convivialité, autour de petites tables éclairées de bougies, en accord avec la magie du lieu.

L’hospitalité, le souci de l’accueil constitue une des caractéristiques de l’association pour favoriser les mélanges, les échanges et la rencontre. Il s’agit bien de créer une alternative et non un ghetto alternatif.

20 ans de luttes – vers la légalisation ?

Durant ces 20 ans, l’Atelier idéal défendra régulièrement la chapelle contre les vélléités de spéculation immobilière de l’association Diocésaine / Archevêché de Toulouse. En 2006/2007 l’association engage une longue lutte pour empêcher la récupération du lieu par Habitat et humanisme qui, sous couvert de logements sociaux, souhaitait raser la chapelle et détruire le projet défendu par l’atelier idéal, avec l’appui sous-terrain d’élus municipaux de la majorité précédente. En 2009, l’Archevêché parvient finalement à vendre le lieu mais la Mairie choisi de faire préemption et affiche sa volonté de « préserver l’expérience qui est menée sur le lieu ». L’Atelier Idéal mène aujourd’hui des discussions avec les services municipaux pour obtenir un bail emphytéotique et continuer son expérience autogérée, dégagé de toute menace dues à un propriétaire potentiel.

« Si quelques fous n’avaient pas dit non,
Contre toute évidence,
Depuis que nous roulons sous les saisons,
Nous serions encore dans nos arbres »
Léo Ferré


Association L’Atelier Idéal
05 61 12 37 55
contact@atelierideal.lautre.net



Image


Lundi 13 mai

RADIO SQUAT

ouverture des portes 18h00
La Chapelle, Association l’Atelier Idéal, 36 rue Danielle Casanova, 31000 Toulouse

Une émission en direct et en public de la Chapelle...
Une radiographie de la vie alternative à Toulouse en 2013.
Une inter-squat radiophonique, en partenariat avec FMR et Canal sud.

Quatre heures de direct pour échanger sur les pratiques alternatives des squats, pour donner à entendre une réalité, autrement que par le biais des médias officiels et des représentations sociales, souvent fantasmatiques, que véhiculent le squat et les squatters.

Tous les squats et anciens squat de Toulouse seront invités à venir partager leurs expériences.

Autour de la table, discussions / témoignages s'enchaîneront sur les thèmes suivants :

Comment vit-on en squat ?
Discussion/témoignage autour de la vie quotidienne dans les squats, notamment autour des alternatives mises en place : récupération, mutualisation...

Un squat, quelle représentation sociale ?
Discussion/témoignage autour de l'imagerie que véhicule l'univers des squats, et des méthodes mises en place par les squatters pour casser cette image...

D'autres modes de fonctionnement ?
Discussion/témoignages autour de l'autogestion et de sa mise en pratique...

Tous les chemins mènent au squat...
On ne squatte pas forcément pour trouver un toit... parfois c'est aussi pour pouvoir créer, pour pouvoir défendre ses idées... Tour d'horizon de la réalité du squat : Squat d'habitation / Friche artistique / Squat politique… tentative de définition...

Le squat - la ville - l'urbanisme
Squatter en milieu urbain c'est évidemment interroger la ville dans ce qu'elle est (lieu de rassemblement de population, avec ses réussites : le melting pot, et ses échecs : les quartiers, la ghettoïsation) et dans sa transformation excluante : la gentrification. Le squat vient interroger l'urbanisme, l'urbanisation, la politique de la ville en proposant une nouvelle manière d'occuper l'espace urbain.

avec le CREA, le Maquis, l'Émergence, la Basse cour, l'Atelier Idéal, ...


Jeudi 16 mai

Mon 1er est un duo de clowns dresseurs d’oiseaux...
Mon 2ème sont deux drôles de zèbres (un jongleur de balles rebonds et un musicien)...
mon 3ème est un quatuor improvisé pour un spectacle ouvert aux sourds...
Mon 4ème est l’improbable retour sur scène de ABBA...
Mon tout est un apéro-concert cirque, danse et musique détonnant !


Vendredi 17 mai

Apéro d’ici et d’ailleurs avec la chorale du Cri du chœur, le retour du duo, clarinette et accordéon, Camille Artichaut & Pierre-Emmanuel Roubet, et pour clotûrer la soirée : 7 solistes complices et confirmés (oix, guitare électrique, flûte, violon, violoncelle, contrebasse et sax) pour former l’Orchestre de chambre d’hôte !


samedi 18 mai

Soirée Chansons françaises avec, en prime time, Nicolas Bacchus, la bombe textuelle, suivi d’ Hervé Suhubiette pour un nouveau récital chanson, et enfin JeHaN qui n’en doutons pas nous donnera à entendre son répertoire Newgaro.


dimanche 19 mai

Repas de quartier
L’Atelier Idéal invite tous les habitants du quartier Compans, les habitants d’Arnaud-Bernard et les gens de passage à festoyer rue de la Paix (en face de la Chapelle).


Mardi 21 mai

Nucléaire mon amour
"De l’influence de la musique classique sur les plantes vertes ou comment les américains ont fait péter Tchernobyl" par la Grande Verdure.


Mercredi 22 mai

Baratin : L’anarchie en question #01
Conférences-débat pour interroger le monde tel qu’il ne nous va pas. Cycle de Baratins sur l’anarchisme... 1er rendez-vous avec Louis Sala-Molins sur l’anarchisme individualiste.


Jeudi 23 mai

Apéro concert avec le quintet toulousain Anatole tata’s, suivi du trio Nostoc, à la frontière des musiques du monde et du jazz à partir d’instruments aussi atypiques que le didgeridoo, le zarb, ou l’udu et enfin du jazz manouche avec Swing 39.


vendredi 24 mai

Kitsch & Cie
Tenue adéquate exigée pour cette soirée décalée avec la chorale paillarde Miaou the beat box, les clowns musiciens Bibeu et Humphrey, le chansonnier pas pour les enfants Georges B., et les non moins impertinents Frères Constantin !


samedi 25 mai

Le cabaret de la révolte !
Un banquet populaire avec paroles, gestes et musiques, chants de luttes anciennes et récits de luttes d’aujourd’hui. Une soirée inédite où les spectateurs seront acteurs… les acteurs au milieu du public… où chacun viendra partager son histoire… ses engagements…


dimanche 26 mai

Bal pop, bal trad, bal…
Un bal pop’ pour finir en beauté ce premier rendez-vous autour des 20 ans de la Chapelle. De la musique trad’, du nouveau trad’ et peut-être même des slows…


détails programmation : http://www.atelierideal.lautre.net/spip.php?rubrique61
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la Chapelle, Toulouse, 20 ans d'existence

Messagede bipbip » 09 Oct 2014, 00:29

Pétition pour défendre la Chapelle

LA CHAPELLE EST EN DANGER !

La Chapelle, au 36 rue Danielle Casanova à Toulouse, est un lieu d’expérimentation sociale, politique et culturelle, occupé et animé depuis plus de 20 ans par l’association l’Atelier Idéal.

Ce projet, totalement bénévole et autofinancé, favorise au quotidien l’émergence de dynamiques multiples d’ordre culturel, social et associatif.

Conférences, débats, festivals, assemblées générales, soirées de soutien, résidences artistiques, spectacles ou marathons littéraires, La Chapelle accueille des centaines d’associations, de compagnies et de collectifs pour des projets temporaires ou réguliers.

La Chapelle est un lieu créateur de lien social par les évènements dédiés ou accessibles à des publics minoritaires (sans abris, malentendants, communautés diverses, …).

Le lieu est entretenu et sécurisé grâce à des travaux importants menés aux frais de l’association et avec l’énergie bénévole de ses membres.

Ancrée à Toulouse, la Chapelle est devenue au fil des années un lieu de référence du tissu local culturel, associatif et citoyen que les Toulousains n’imaginent pas voir disparaître.

En 2009, la Mairie de Toulouse a racheté la Chapelle afin de « protéger ce lieu » et « les activités qui s’y déroulent ». Depuis cette date, l’Atelier Idéal réclame, dans les faits, la pérennisation du lieu et le maintien de l’autonomie de son projet associatif au travers de la signature d’un bail emphytéotique.

Je demande à la Mairie de Toulouse, et à l’ensemble des acteurs capables d’intercéder en ce sens, de légaliser La Chapelle et son projet, mené par l’association l’Atelier Idéal.

SIGNEZ LA PÉTITION !

https://www.change.org/p/monsieur-le-ma ... toulouse-légalisez-la-chapelle

Faites-la suivre dans vos réseaux !!!


Venez apporter votre soutien à la Chapelle !
• en passant les lundis soir, de 18h à 22h.
• en nous écrivant à contact@atelierideal.lautre.net
• en nous appelant au 05.61.12.37.55
• en adhérant à l'association comme "membre sympathisant"

Suivez l’actualité de la Chapelle et de cette menace d'expulsion sur www.atelierideal.lautre.net

http://alternativelibertaire-toulouse.o ... 36535.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la Chapelle, Toulouse, 20 ans d'existence

Messagede Pïérô » 11 Avr 2015, 11:55

Scènes de squat
La Chapelle entre squat politique et scène artistique (17’10’’)
« Le fond est dans la forme »
La Chapelle est le plus vieux squat de Toulouse. En 2015 cela fera 22 ans que des gens se relaient pour faire perdurer une expérimentation sociale et culturelle placée sous les valeurs de l'autogestion. Comme le dit Julien, un des plus vieux acteurs du lieu : "L'idée a toujours été de faire le lien entre l'artistique et le militant". Dans toutes les activités qui traversent la Chapelle, spectacle, réunion ou bar de nuit, on essaie de penser le contenu et la façon de le donner à partager collectivement. Un mélange théorie-pratique au travers des acteurs et des ambiances du lieu.
A écouter sur Arte radio : http://www.arteradio.com/son/616562/scene_de_squat_/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la Chapelle, Toulouse, 20 ans d'existence

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 15:51

Week-end de Soutien à la Chapelle

Les 16 et 17 décembre 2017

avec vente d'affiches de films (et militantes) à leur profit, tenues de tables d'informations. Dimanche 17 décembre à 10h Séance unique suivie d'un débat animé par l'Équipe de La Chapelle. La séance sera précédée d'un petit déjeuner (à 9h30) : on compte sur vous pour les viennoiseries, on offre le café !

La Chapelle : du Squat au rachat collectif !
C'est un vrai projet citoyen, politique ! Un lieu de création, de vie, où chacun est accueilli sans distinction de classe, de moyens, sans délit de sale gueule. Ce joli havre aurait été voué à l'abandon, à la destruction pour céder la place à quelques juteux projets immobiliers. Mais voilà qu'une poignée d'allumé·es magnifiques décidèrent de le réquisitionner. C'était en 1993. Aujourd'hui, pour que l'aventure perdure, le collectif qui anime le lieu a décidé de le racheter. Mais bien sûr, fauché·es comme les blés, ils·elles ont besoin de nous tous. Alors ? On se lance ? La marche à suivre est indiquée sur leur site :

http://www.lachapelletoulouse.fr/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité