Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 07 Mar 2016, 11:53

2500 personnes sans logement en Isère

Selon le collectif des Associations Unies Isère - Alerte, notre département compte plus de 2500 personnes sans logement décent. Seulement 1090 des 1500 personnes en demande d’asile sont logées. Sur les 900 Roms vivant dans l’agglomération grenobloise, 600 vivent en squat. L’Isère compte un millier de Français-es SDF, dont seulement 230 sont en hébergement hivernal. Enfin, sur les 1280 personnes en demande d’asile aux droits dits ’’minorés’’ parce qu’originaires de la République Démocratique du Congo, de la Guinée, de la Macédoine, du Kosovo, de la Côte d’Ivoire ou de la Serbie, la moitié vit sans logement décent.

Face à cette détresse humaine, la Préfecture de l’Isère ne dispose que d’un total de 300 places d’hébergement dit ’’d’urgence hivernal’’ et de 800 places d’hébergement dit ’’d’urgence pérenne’’.

Pour protester contre l’irresponsabilité des pouvoirs publics, un mouvement des mal logé-e-s et des sans logement organise régulièrement des assemblées et des mobilisations à Grenoble. La prochaine manifestation aura lieu le 9 mars à 15h30 devant la mairie de Grenoble.

http://grenoble.indymedia.org/2016-03-0 ... es-de-mars
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 13 Juin 2016, 02:44

Occupation d’un bâtiment par l’assemblée des mal logé-e-s et des sans logement

L’assemblée des mal logé-e-s et des sans logement, qui regroupe des personnes impactées par les problématiques d’habitat, des associations, des collectifs ainsi que des habitants et habitantes solidaires, a rendu officelle samedi matin son occupation d’un bâtiment vide. L’immeuble se situe au 6 rue Jay à Grenoble et appartient à la mairie. Des élus sont passés directement sur place et des discussions ont été engagées. L’assemblée déclare ne rien vouloir lâcher tant que ses revendications n’auront pas été entendues. Elle communiquera prochainement sur l’avancée de la réquisition. Ci-dessous, leur communiqué.

... http://haro-grenoble.info/spip.php?article66
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 17 Sep 2016, 12:10

Lettre ouverte de l’assemblée des mal-logé·e·s et sans logement à la mairie de Grenoble

Lettre ouverte concernant l’avancée de nos revendications suite à la réquisition du 6 rue Jay

Messieurs,

Suite aux réponses orales de la mairie concernant nos revendications, nous écrivons une lettre ouverte afin d’exposer publiquement la situation. Depuis le début de l’hiver 2015, l’Assemblée des mal-logé.e.s et sans logement, composée de locataires précaires, de personnes à la rue ou mal-logé.e.s, de collectifs et d’associations, porte des revendications qu’elle a exposé aux pouvoirs publics, notamment à la Préfecture de l’Isère et à la DDCS (État, principal responsable des politiques d’hébergement et de logement), au Conseil Général de l’Isère (responsable du bailleur social OPAC38, de l’Aide Social à l’Enfance et de l’aménagement du territoire), à la Métro (dont les nouvelles compétences portent sur le logement social et l’hébergement) et à la mairie de Grenoble ville-centre dont la majorité municipale fait partie du groupe politique majoritaire à la Métro.

Nous sommes conscients que les responsabilités concernant la situation du mal logement dans l’agglomération sont partagées par tous les pouvoirs publics, c’est pourquoi nous les avons tous interpellés pour leur rappeler nos revendications principales :
- Gel de toutes les expulsions sur l’agglomération grenobloise.
- Mise à disposition des logements et bâtiments publics vides de l’agglomération.
- Baisse et encadrement des loyers comme politique de prévention des expulsions.

Suite à diverses mobilisations sans résultat concernant ces revendications (seules des réponses expérimentales et au cas par cas ont éventuellement pu être apportées), nous avons décidé d’occuper un bâtiment vide appartenant à la ville de Grenoble, afin de loger certain.e.s d’entre nous et surtout d’appuyer, par cette action, l’avancée de nos revendications en direction de la ville-centre, dont nous rappelons ici les engagements électoraux en matière de logement (soit les engagements de campagne n°72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 83 et 115, cf annexe). Depuis le mercredi 8 juin, nous occupons donc le bâtiment du 6 rue Jay et vous demandons, mairie, de mettre à disposition vos logements et bâtiments vides, de geler les expulsions sur le territoire de Grenoble et de mener une politique d’encadrement des loyers vers une baisse significative des loyers. Nous ne ressortirons pas de ce bâtiment tant que toutes les personnes sans abri et mal-logées ne seront pas relogées dignement et sans conditions.

Nous rappelons encore une fois ici qu’à Grenoble plus de 2000 personnes sont à la rue alors que de nombreux bâtiments publics et logements sociaux restent vides, en attente de projet ou constituant une réserve foncière. Le manque de logement est entretenu pour des raisons mercantiles et ce sont des choix politiques qui le renforcent. Les nombreuses expulsions sans relogement, contraires à la loi, fabriquent le mal-logement et le « sans-logement ». Les politiques administratives organisent l’exclusion du droit commun et sont une des causes premières de l’impossibilité d’accéder à un logement, que l’on soit sans-papiers et/ou que l’on ne réponde pas aux critères bureaucratiques, notamment en termes de ressources. Le mal-logement est une question politique. De plus en plus de personnes sont désormais condamnées à rester à la rue. Depuis la réquisition, nous avons eu un premier contact avec vous le 11 juin où il nous a été fait part d’une demande de visite des locaux occupés pour vérifier l’habitabilité du lieu. S’en est suivi une réunion en présence de MM. Denoyelle et Zloch, qui ont réitéré cette demande de visite comme préalable à toute négociation. L’Assemblée des mal-logé.e.s et sans logement a posé à cette occasion une demande de document écrit actant l’occupation et garantissant qu’il n’y aurait pas d’expulsion pendant toute la durée de la négociation. Cette demande de garantie de la part de l’Assemblée s’appuie et s’explique par des expériences antérieures de plusieurs de ses membres (collectifs et associations) avec la mairie de Grenoble : des promesses de relogement aboutissant à des évacuations sans relogement pérenne (bidonville d’Esmonin, campement de Flaubert) ; des menaces d’expulsion de maisons occupées (101b rue d’Alembert, rue des Alliés, rue Léon Blum) ; des tentatives de conventionnement non abouties (rue d’Alembert, chemin de Robespierre) ; l’expulsion violente d’une occupation dans le cadre d’une mobilisation (rue des Eaux claires). MM. Denoyelle et Zloch nous ont répondu qu’ils allaient faire part de notre demande aux élus et nous donner réponse. Ils ont ajouté qu’ils commençaient à travailler, depuis peu, sur des solutions dans le « logement interstitiel », mettant en avant une expérimentation en cours. Au bout de plusieurs semaines et de nombreuses sollicitations téléphoniques et par mail, nous obtenons enfin une réponse orale de votre part : il n’y aura pas de document de garantie sans visite préalable. Vous nous affirmez au téléphone, par la voix de M. Denoyelle, que vous n’expulserez pas sans procédure, mais que vous refusez de le poser par écrit. La demande d’une visite préalable s’appuie toujours sur votre volonté de vérifier « l’habitabilité » des lieux occupés, sans qu’aucune précision ne nous soit donnée. Pour nous, un document donnant votre définition de l’habitabilité des bâtiments nous concerne au premier chef et nous avons pour ce faire, à plusieurs reprises, proposé de construire un atelier d’auto rénovation eu égard à l’ensemble des compétences présente au sein des personnes à la rue. Si le bâtiment n’était pas considéré comme « habitable » suite à la visite, vous évoquez le fait que la mairie pourrait éventuellement réfléchir à la mise à disposition d’un autre bâtiment, mais vous précisez ne pas avoir connaissance d’un autre bâtiment disponible. Sur la question de l’habitabilité, nous répondons que la rue n’est certainement pas un habitat digne, c’est au contraire un endroit de mise en danger. Nous rappelons que 25 % des personnes à la rue ont moins de 25 ans et que de plus en plus de femmes et de personnes malades sont à la rue. Après rappel de nos revendications générales et politiques, des bribes de réponses nous sont données, toujours à l’oral :
- la marie évoque une hypothétique convention d’occupation temporaire, sans documents à l’appui hormis la demande de visite préalable.
- la mairie ne connaît pas de bâtiments vides habitables appartenant à la ville. Si nous, assemblée, connaissons des bâtiments dans ce cas, nous pouvons leur donner des adresses et la mairie nous dira s’ils sont réellement habitables.
- la mairie a des bâtiments de bureaux qui sont vides mais nécessitent un budget pour les rendre habitables, la mairie mène sur ces bâtiments une politique de vente pour renflouer son budget.
- la mairie n’a pas de pouvoir sur la Métro.
- la mairie nous conseille de nous adresser à la préfecture.

Dernièrement enfin, le mardi 16 août, nous recevons un mail lapidaire de M. Zloch, nous menaçant d’ouvrir une procédure judiciaire à notre encontre pour occupation sans droit ni titre si nous n’acceptions pas une visite du bâtiment par les services de la mairie sous quinzaine, dans le cadre d’une éventuelle contractualisation le temps que le bâtiment trouve acquéreur. Aucune mention n’est faite au document actant l’occupation que nous demandons, aucune réponse aux inquiétudes légitimes des habitant.es, et aucune réponse politique claire et par écrit apportée à ses revendications générales.

Nous demandons qu’une politique concrète d’accès au logement soit mise en place à Grenoble, et que soient enfin pris en compte les besoins primaires de tous les habitant.e.s. – La mairie de Grenoble peut et doit prendre une position claire pour geler les expulsions sur le territoire de la ville (logements sociaux, squatts, campements) tant qu’il n’y a pas de relogement pérenne préalable. – La mairie de Grenoble peut et devrait mettre en place un service chargé de répertorier et gérer la mise à disposition des bâtiments publics vides, logements sociaux où elle est partie prenante y compris, afin de mener une politique exemplaire d’hébergement allant vers le logement pérenne. – La mairie de Grenoble peut et devrait réfléchir à une vraie politique de prévention des expulsions locatives basée sur l’encadrement et la baisse des loyers. – La mairie de Grenoble peut et devrait porter une position politique claire et publique à la Métro et vis-à-vis de la préfecture en faveur de vraies politiques d’accès au logement.

La mairie de Grenoble pourra alors affirmer légitimement qu’elle fait tout ce qu’elle peut et n’accepte pas de voir toutes ces personnes sans logement et mal-logé.e.s sur son territoire sans réagir.

L’Assemblée des mal-logé·e·s et sans logement

https://grenoble.indymedia.org/2016-09- ... emblee-des
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 08 Oct 2016, 17:46

Retour sur le conseil municipal du 26 septembre

Lundi 26 septembre 2016, nous étions de nouveaux présents au conseil municipal pour faire entendre notre désaccord face au plan social de la Ville et sa politique de casse du service public (voir tract « Contre le plan d’austérité d’Éric Piolle : Lutter, se battre, gagner ! »). La municipalité flippait avant même le début du conseil municipal. Il faut dire qu’ils savaient que nous allions revenir : les territoriaux en lutte (agents des services publics et l’intersyndicale CGT-SUD-FO) avaient tracté massivement sur les marchés et avaient interpellé, ce jeudi 22 septembre, les élus invités par l’Union de quartier Alliés-Alpins-Beauvert. Réunion durant laquelle les habitants ont exprimé leur désarroi face à la fermeture de tous les équipements publics du secteur. A l’attachement fort qu’ils exprimaient pour leur bibliothèque et l’incompréhension face à la politique menée par la ville, les élus et le maire n’ont répondu que par la langue de bois et évoqué de futurs pseudos concertations pour construire quelque chose d’autre (quoi ?) avec les habitants. Leur plan d’austérité ne passe pas et c’est ce que nous sommes venus leur dire.

La police municipale est là pour filtrer les entrées. Il y a beaucoup de monde pour assister au conseil municipal (« des étudiants en droit » dixit un policier municipal) et à 17h30 les portes du hall de l’Hôtel de Ville se ferment, laissant des grenoblois·es bloqué·e·s face à la porte et la police municipale. Les habitant·e·s sont même invité·e·s à suivre la retransmission du conseil municipal… à la maison des associations !

Pendant ce temps, des agent-e-s de la ville (dont plusieurs bibliothécaires), des syndicalistes (l’intersyndicale Sud-CGT-FO mais aussi la CNT et Solidaires) et des habitant·e·s (plus d’une centaine de personnes) commencent à se rassembler en charriant des cartons de livres. La banderole de l’intersyndicale « Territoriaux en lutte » est accrochée entre les poteaux du hall de la mairie. Plusieurs affiches en soutient à tous les services attaquées sont collées sur les murs du parvis. Revues, livres, dictionnaires et cassettes VHS servent à ériger « une barricade de livres / barricade de la Culture » sous la banderole.

Vient s’ajouter à la barricade des panneaux contre la fermeture des bibliothèques ainsi qu’un cercueil portant le nom des trois bibliothèques touchées (Hauquelin et Prémol sont fermées depuis cet été, Alliance « devrait » fermer vers avril).

La presse est au rendez-vous (Le Dauphiné Libéré, Le Monde, Place Gre’net, France bleue Isère) qui interview agents et habitant·e·s et prennent des photos. Les bibliothécaires entonnent Le chant des partisans remanié contre « le plan de sauvegarde ».

Après que l’intersyndicale ait terminé de dénoncer la politique d’austérité de la Ville, nous commençons à taper sur les vitres du parvis, à siffler et à crier. La police municipale se cale contre les vitres pour éviter qu’elles cèdent sous notre martellement continu (qui va durer une bonne demi-heure). Pendant ce temps, la barricade de livres est défaite pour être reconstituée devant les vitres martelées. Des livres sont utilisés pour taper contre les structures en fer qui maintiennent les vitres, d’autres tapent contre la boite aux lettres et les totems en métal qui indiquent les horaires d’ouvertures de la mairie. La police a bien du mal à maintenir les portes vitrées à travers lesquelles nous lançons des livres et des pages de revues arrachées (qui volent dans la cour de la mairie). Plusieurs fois la police municipale sort les gazeuses et tire à travers les ouvertures pour nous dégager. À peine le gaz s’est dissipé que nous retournons taper contre les vitres. La police municipale étant débordée, arrive la police nationale avec casques, boucliers et matraques pour s’interposer entre nous et les vitres. Comme nous continuons à marteler les vitres, la police assène des coups de matraques pour nous refouler. En contrepartie, deux policiers reçoivent un bouquin dans la gueule sous les cris de « la culture dans vos gueules ! » Puis le cordon de la police nous fait reculer jusqu’aux escaliers. Pendant que de jolies photos sont prises du cordon policier sous la banderole « Territoriaux en lutte », un manifestant déclame à la police des poèmes de Prévert et des manifestantes chantent des chansons. Vers les vingt heures, nous partons, bien décidé·e·s à revenir faire entendre notre colère.

On ne lâche rien !

Quelques manifestant·e·s.

https://grenoble.indymedia.org/2016-09- ... nicipal-du
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 07 Déc 2016, 08:52

A la chasse aux logements vides

Image

https://www.facebook.com/droitaulogement38/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 22 Déc 2016, 17:27

Intervention de l'Assemblée des locataires, mal logé.es et sans logement aux derniers Etats Généraux des Migrations, le 3 décembre 2016.
Une interpellation du maire de Grenoble et du président de la Métro en bonne et dûe forme au sujet des expulsions en cours dans l'agglomération, de la réquisition des bâtiments vides et des 2500 personnes encore à la rue.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 09 Jan 2017, 11:54

Quand expulsion et violence policière vont de paire

Lundi 2 janvier 2017, un goûter était organisé devant une maison située 47 avenue Jean Jaurès à st Martin d’Hères. Cette maison était vide et inoccupée depuis plus d’un an. Le goûter était l’occasion de montrer notre soutiens aux personnes présentent à l’intérieur depuis le 28 décembre 2016. Après une demie heure de goûter, le premier fourgon de la police nationale arrive, suivi de peu par une voiture de la police municipale de St Martin d’Hères. Comme vous le savez sûrement, au titre de l’article 102 du code civile, le domicile de quelqu’un est le lieu où il établi son habitation principale, où il reçoit son courrier. Bref là où il vit et ne peut pas en être expulsé sans une procédure juridique contradictoire au tribunal d’instance. Par conséquent on ne peut donc pas le mettre à la rue du jour au lendemain.

S’en suis deux longue heures d’attente où un dispositif policier se met en place petit à petit sous nos yeux : 3 fourgon, 1 voiture, la municipale, un en-cravaté de la mairie… soit au total une trentaine d’agent pour une vingtaine de personnes dangereusement armée de chocolat, gâteau et autre jus de fruit.

Comme à leurs habitude, les agents du maintiens de l’ordre n’ont pas hésiter à blagué et à insulter les personnes en soutiens. La violence dont ils ont fait preuve par la suite était tout juste dissimulé dans leurs propos.

Tel des malfaiteurs ils ont attendu la nuit pour faire leur besogne, molester et blesser des personnes. A noter que la lampe n’est pas là pour éclairer le travail de la police mais bien pour empêcher la prise d’images de leur intervention quand une des personne venue en soutient à été prise à partie par 4 flics (coups de poing dans les cotes, chassé dans les genoux, coup de matraque au niveau des poignet…) les autres dispersant à coup de gaz lacrymogène les convives.

Au final, les personnes à l’intérieur de la maison sont sorties sans violence (du moins physique) et emmenées au commissariat, elle ressortiront quelques heures plus tard, quand au camarade « un peu chahuté » dira la version policière il est emmené au urgence et passera les 24 heures suivantes en garde à vue.

Il n’est plus besoin de rappeler qu’aujourd’hui encore environ 2000 personnes sont à la rue sur l’agglomération grenobloise quand plus de 4000 logements restent vacant faisant le bonheur des promoteurs immobilier spéculant sur le mal logement.

https://grenoble.indymedia.org/2017-01- ... ence,44196
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 05 Fév 2017, 14:58

Lundi 6 février 2017

Grenoble debout, défendons nos communs contre l'austérité !
à 17h, devant la mairie de Grenoble

L'assemblée des locataires, mal logé.es et sans logement sera aussi présente devant le conseil municipal de Grenoble pour exiger un moratoire sur les expulsions: Venez avec pancartes et panneaux !
A l'intérieur du conseil municipal, deux élus séparatistes de la majorité municipale feront à leur tour une prise de parole pour appuyer notre exigence: arrêter toutes les expulsions sur le territoire de Grenoble!
NON NON NON AUX EXPULSIONS!

https://www.facebook.com/droitaulogement38/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 18 Fév 2017, 13:30

Rassemblement samedi 18 février au parc Paul Valmy en soutien aux personnes à la rue ou en cours d’expulsion

Face à l’indignité, appel à l’action fraternelle :
Le 18 Février à 15h au parc VALMY :
Demandeurs et demandeuses d’asile, locataires, mal logé·e·s et sans logements, rassemblons-nous !


En Isère, au mois d’octobre 2016, c’est environ 4000 personnes qui étaient à la rue ou en habitats très précaires. En janvier c’est seulement 275 places d’hébergement hivernal qui étaient ouvertes, la préfecture déclare pour se dédouaner de ce nombre trop faible avoir à faire à des mairies pas toujours favorables. Lorsque les températures sont descendues en dessous de -11° c’est seulement 205 places en gymnase qui s’y sont ajoutées. De fait, aujourd’hui de plus en plus de personnes sont à la rue que se soient des hommes, des femmes, des personnes âgées ou malades ou des enfants. Pourtant à Grenoble ont compte plus de 10000 logements vacants.

Comme si les personnes sans logement n’étaient pas assez stigmatisées, les pressions continuent : la police municipale harcèle chaque jour des personnes à la rue, de nombreuses tentes ont été détruites cet hiver. Mais dans quel recoin de Grenoble la mairie conseille-t-elle de s’installer ?

Nous rappelons que la loi prévoit que toute personne sans logis en situation de détresse doit être hébergée, puis orientée vers un relogement, un hébergement stable ou une structure de soin. Nous rappelons aussi que les lois obligent l’accueil des demandeurs d’asile, par la France dans son préambule à la Constitution de 1946 :


Article 4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République. »


« Article 10. La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. »

L’État et le Conseil Départemental, pour les mineurs ou familles avec enfants, bafouent ces droits.

Les loyers démesurément élevés et l’augmentation du prix des charges étouffent les locataires forcés parfois de choisir entre manger, se chauffer ou payer le loyer. La menace de la rue, l’impossibilité de se projeter, sont le quotidien de nombreuses personnes et des familles. La fin de la trêve au 31 mars est une perspective morbide pour nombre d’entre nous, dans la peur de l’exécution des jugements pour expulsions sans relogement préalable ou dans l’attente d’une coupure d’électricité.

Mais ce n’est pas tout, la trêve hivernale ne protège ni les occupants d’hébergements, ni les étudiants en résidence, ni les occupants sans titres. À ce jour, les pressions relatives aux expulsions sont plus présentes que jamais. Par exemple, sous les ordres de la préfecture, les associations hébergeuses soucieuses de gérer le rendement des places d’hébergement, expulsent les occupant-e-s en les assignant au tribunal ou parfois plus simplement en brandissant la menace d’une obligation de quitter le territoire.

Face à cette situation insupportable, nous assemblée des locataires mal logés et sans logements, adressions le 6 janvier 2017 par fax une lettre à l’intention des pouvoirs publics (communes, intercommunalité, préfecture, sénateurs et députés) demandant la mise en place d’arrêtés municipaux contre les expulsions domiciliaires sans relogement. En retour un silence assourdissant fait écho, seul le conseil municipal de Grenoble a pris position : un refus net en rejetant la responsabilité sur l’État…

Pour que les personnes à la rue ou qui vont s’y trouver, puissent s’organiser et sortir de l’isolement, nous appelons à une large mobilisation à l’endroit même où en décembre dernier un campement avait été « nettoyé » : au parc Valmy

Un toit c’est un droit !
Application de la loi de réquisition !

Pas d’expulsion sans relogement !


l’Assemblée des locataires, mal logé·e·s et sans logement


https://grenoble.indymedia.org/2017-02- ... 02-AU-PARC
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 10 Mar 2017, 12:50

Samedi 11 mars 2017

Marche pour le droit au logement

Samedi 11 mars à 13h30, l’assemblée des locataires, mal logé·e·es et sans logement organise une grande marche à travers la ville.

Suite de la campagne Réquisition Go !

… qui a vu des dizaines de personnes nous transmettre des adresses de bâtiments vides réquisitionnables, nous marcherons pour montrer à la préfecture et aux mairies que des solutions existent pour loger tout le monde et arrêter la spéculation immobilière.

Départ à 13h30 à l’arrêt Grand Place sur la ligne A pour une marche qui passera devant plusieurs bâtiments vides, occupés ou symboliques et finira au camp Valmy à 16 heures.

Image

https://grenoble.indymedia.org/2017-02- ... u-logement
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 18 Mar 2017, 16:31

Communiqué manif pour le droit au logement

Communiqué de presse de l’assemblée des locataires, mal logé.es et sans logement et du Droit au Logement 38 du samedi 11 mars 2017

Aujourd’hui, nous étions un millier de personnes à défiler dans les rues de Grenoble, de Grand-Place au Parc Valmy, pour faire appliquer par les décideurs politiques (mairies, métropole et préfecture de l’Isère) la loi de réquisition et plus largement le droit au logement pour toutes et tous. Locataires mis en difficulté par les loyers et les charges trop chères, demandeurs d’asile sans logement, sans papiers, personnes sans domicile, étudiant.es précaires et/ou étrangers victimes de l’incendie du bloc 3 de Condillac, squatteurs en voie d’expulsion : tous et toutes ont répondu à l’appel et ont pu exprimer leurs différentes revendications qui convergeaient vers trois mots d’ordre adressés aux pouvoirs publics :
- L’arrêt immédiat des expulsions
- La réquisition des bâtiments vides de l’agglomération pour reloger les personnes menacées d’expulsion ou à la rue.
- La baisse des loyers et des charges dans le privé comme dans le public.

Après s’être arrêtés devant les sièges d’Actis, de l’Opac 38 et de Grenoble Habitat, devant les tour du Village Olympique appartenant au Crous, dont l’une est privée d’électricité tandis que dans une autre ont été relogés des étudiants sinistrés par l’incendie de Condillac, devant l’OFII, devant un squat situé au 106 rue des Alliés menacé d’expulsion, devant le Crédit Agricole racheté par la mairie de Grenoble, tous ont convergé au Parc Valmy pour soutenir les demandeurs d’asile y campant depuis trois semaines avec le soutien de l’Assemblée des locataires, mal logé.es et sans logis. S’y est tenu une conférence de presse avec notamment la participation de Jean Baptiste Eyraud, porte parole de la Fédération Droit Au Logement , de Gus Massiah, cofondateur des Forum Sociaux Mondiaux et de la Coalition Européenne d’Action pour le Droit au Logement et à la Ville.

Lors de cette conférence de presse a été réaffirmée que malgré l’occupation depuis le mois de juin 2016 du 6, rue Jay par l’Assemblée des locataires, mal logé.es et sans logis, bâtiment appartenant à la Mairie de Grenoble, aucune mesure n’a été prise qui aille dans un sens de justice sociale : encore aujourd’hui, environ 4000 personnes sont à la rue en Isère et selon l’INSEE, 10000 logements sont vides devant l’agglomération. Le mouvement de colère, de convergence et d’action d’aujourd’hui ne s’arrêtera pas à aujourd’hui, il s’agit au contraire d’une première pierre à quelques semaines de la fin de la trève hivernale.

L’assemblée des locataires, mal logé.es et sans logement et le Droit au Logement 38


https://grenoble.indymedia.org/2017-03- ... e-droit-au
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 28 Mar 2017, 11:10

Droit Au Logement 38

Vendredi matin, nous étions devant la préfecture puis devant la direction départementale de la cohésion sociale pour dire non aux expulsions des domiciles personnels, à quelques jours la fin de la trêve hivernale. Des locataires en difficulté à cause des loyers trop chers aux habitants de campements qui n'ont nulle part d'autre où alller en passant par les hébérgés dans des centres ou des foyers, tout le monde dit non aux expulsions. La mobilisation continue et continuera!

Image

https://www.facebook.com/hashtag/stopau ... 1839736157
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 02 Avr 2017, 17:50

COMMUNIQUE DE PRESSE AU SUJET DES EXPULSIONS DE FIN DE TREVE HIVERNALE

Image

https://www.facebook.com/droitaulogemen ... =3&theater


Lundi 3 avril 2017 à 8h

Rassemblements pour soutenir les hébergés contre les expulsions de foyers*

Lundi matin de très nombreuses personnes risquent d’être remise à la rue. En effet les financements de l’Etat pour l’hébergement hivernal s’achèvent avec la fin de la période hivernale. Malgrés les dires de la ministre du logement (cf communiqué de presse de la ministre) de très nombreuses familles et personnes seules se sont vues notifié-es une fin d’hébergement sans proposition de relogement. Déja hier plus d’une quarantainne de famille étaient expulsées des dispositifs hôteliers de l’agglomération grenobloise. Lundi ils et elles seront nombreux-ses à refuser de quitter leurs domicile, les chambres où appartements qu’ils-elles occupent. Suite à leurs demande, l’Assemblée des Locataire Mal-logés et sans Logements appel à trois rassemblements simultanés pour les soutenir.

Exigeons que les personnes hébergé-es soient maintenus dans les lieux ! Exigeons un toit pour tous et toutes ! Exigeons l’arrêt immédiat des expulsions !

Rendez-vous lundi matin dés 8H devant les foyers Adoma suivant :

- Foyer Adoma. 129 rue du Progrès 38170 Seyssinet-Pariset

- Foyer Adoma 10 PLACE PIERRE GASPARD 38100 Grenoble

- Foyer Adoma 15 rue Jean-Jacques Rousseau 38400 Saint-Martin-d’Hères

Mobilisons nous contre les expulsions !

https://grenoble.indymedia.org/2017-04- ... utenir-les
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 07 Avr 2017, 12:54

L'association Droit au Logement mobilisée dans l'agglomération de Grenoble

L’association Droit au logement 38 organise ce lundi 3 avril 2017 plusieurs rassemblements pour s’opposer aux expulsions à nouveau possibles depuis la fin de la trêve hivernale le 31 mars. Selon elle une quarantaine de familles seraient menacées dans l’agglomération grenobloise.

L’appel avait été lancé ce week-end. L’association Droit au logement 38 appelait à un rassemblement contre les expulsions ce lundi 3 avril au matin devant les foyers ADOMA de Saint-Martin-d’Hères, Grenoble et Seyssinet-Pariset. Message entendu devant celui de Seyssinet-Pariset où une poignée de sympathisants ont déployé une banderole.

... http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 26663.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...Grenoble et (38)

Messagede bipbip » 15 Avr 2017, 13:39

Des nouvelles de l’expulsion du 1 rue Auguste Gaché

Depuis le jeudi 6 avril, le 1 rue Auguste Gaché était occupé par les ancien.ne.s habitant.e.s du village olympique (essentiellement des demandeurs d’asile et des sans papiers) et sans logement depuis l’incendie de leur immeuble (voir texte « Appel a soutien »). .

Mardi 11, aux alentours de 13h, plusieurs cars de CRS et de voitures de police nationale ont bloqué le quartier des Halles St Claire afin de procéder de manière illégale à l’expulsion de ce lieu occupé.

Malgré le soutien de plusieurs associations et de voisin.e.s solidaires, la police a vidé les lieux de manière brutale, embarquant 4 personnes en garde à vue (libérées au bout de 22 heures). Très vite le bâtiment à été muré comme tant d’autres sur la ville.

Ce lieu, appartenant à une société de spéculation immobilière (SCPI Renovalys, groupe dépendant de EIFFAGE) est vide depuis des années, et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, alors que plus de 2000 personnes sont à la rue a Grenoble.

Les politiques de logement/hébergement de la ville et de l’État précarisent toujours les mêmes et laissent sur le carreau ceux et celles qui se font déjà broyer par le rouleau compresseur capitaliste, raciste et anti-pauvres.

Tant que des personnes seront à la rue, nous continuerons de lutter et de squatter les bâtiments vides.

Nous resterons détérminé.e.s et solidaires de toutes les personnes en lutte pour un logement, pour des papiers et contre toutes les expulsions.

https://grenoble.indymedia.org/2017-04- ... lsion-du-1
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité