Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 14 Aoû 2017, 16:33

Le collectif Agir Migrants Lyon appelle à la solidarité citoyenne le 16 Août 2017

MOBILISONS NOUS !

Le 16 août, la Métropole de Lyon, par l’intermédiaire de la société ELM (filiale de Dalkia), assigne des familles de demandeurs d’asile au Tribunal Administratif : plus d’une centaine de personnes, qui n’ont pas eu d’autre choix que d’installer des tentes sur le terrain vague de l’Esplanade Mandela, avenue Félix Faure et rue Jeanne Hachette, dans le 3ème arrondissement.

Il s’agit en grande partie de familles albanaises avec enfants. Elles ont fui l’Albanie pour diverses raisons, certaines y étaient notamment persécutées dans le cadre de crimes de vengeance (loi du Kanun). Les personnes rencontrées sur place sont très loin du stéréotype de migrants économiques vendu par le gouvernement. Il y a aussi des réfugiés d’autres nationalités (afghans, serbes, kosovars...) ; tous demandeur-se-s d’asile, en cours de procédure, mais à qui la Préfecture ne donne pas d’hébergement, ceci au mépris de la loi.

Ce sont pourtant ces familles qui sont assignées au tribunal, par la Métropole qui veut les expulser pour la 5ème fois ! Il y a quelques mois, elle les a déjà chassées du Parc Jugan, puis de celui du Sacré Cœur, puis de l’Esplanade Mandela, puis du Parc Bazin. Et ceci sans proposition d’hébergement, alors que le Grand Lyon ne manque pas de logements vides et de bâtiments inoccupés. La Collectivité préfère harceler les réfugié-e-s et payer des vigiles pour empêcher l’installation des sans abri dans les parcs, ceci au frais du contribuable…

Indigné-e-s par ce traitement, une centaine d’habitant-e-s du 3ème arrondissement s’est organisée au sein du collectif "Agir migrants". Ils apportent leur soutien aux réfugié-e-s et les aident à défendre leurs droits : droit d’asile, mais aussi droit à la dignité, droit à l’accès à l’eau, droit à l’hébergement, droit à la scolarisation… Là où le discours et les actes du Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb prônent la fermeture de nos frontières et le repli sur soi, la mobilisation citoyenne s’organise.

Le Collectif d’habitant-e-s « Agir migrants » demande aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités et d’héberger les demandeur-se-s d’asile, comme la loi l’exige.
Mercredi 16 août, il sera aux côtés des réfugié-e-s assignés devant le Tribunal Administratif et invite toutes celles et ceux disponibles à venir les soutenir.

Rendez-vous le 16/08/17 à partir de 9h30 au Tribunal Administratif
184, rue Duguesclin, à Lyon 3ème (métro Guichard).

agirmigrantslyon@yahoo.com
http://agirmigrantslyon.over-blog.com/
12 août 2017


https://rebellyon.info/Le-collectif-Agi ... le-a-18093
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 30 Sep 2017, 19:33

Squat valmy expulsable : ici ou ailleurs on reste ensemble

Squat valmy, bientôt expulsable - Le 1er octobre, goûter pour parler de la suite/. Nous sommes nombreux/ses : des femmes, des hommes, des vieux et des enfants. Une cinquantaine de personnes « Sans droit ni titre », réunis autour de la nécessité de trouver un toît. Cela fait cinq mois que nous sommes un village d’irréductibles squatteurs/ses.

Nous occupons un immeuble depuis le mois de mai, immeuble vide depuis cinq ans. Celui-ci est voué à la démolition. Sa date n’est pas encore prévue, notre expulsion si ! Possible à partir du 4 octobre.
Peu à peu le quartier se vide de ses logements pour faire place à des concessionnaires automobiles. Les foudres de la spéculation immobilière se sont encore abattues sur Valmy et ses habitant.e.s

Notre flamboyance à contaminé le quartier. Nous sommes forts de nombreux.ses allié.e.s ! Ah ça fait parler ça ! La mairie d’un côté, les flics de l’autre. « Nous vous ramènerons des poubelles, vous ne nous posez pas de soucis ici. » Dixit le maire du 9ème, se déplaçant de lui même, appelant le responsable déchets, et la préfecture.
Au final, il n’a rien pu faire. Ni pour les poubelles, ni pour l’expulsion.
"Je suis maire, on ne revient pas sur un ordre du tribunal".

Entre temps pas grand chose, quelques flics qui font de la provoc’, flashball braqué sur un goûter d’anniversaire, menace de lancer une lacrymo dans une salle remplie d’enfants. La routine quoi.

Alors au final c’est quoi le problème ?

Bah c’est qu’on est expulsables à partir du 4 octobre et puis bientôt l’Hiver, et c’est qu’on est cinquante. Parce qu’ils veulent détruire ce que nous créons, parce que nous réclamons un toit pour tou.te.s ou pas de toit du tout.

Venez prendre le goûter aux appartements le dimanche 1er octobre à partir de 16h, discuter autour d’une clope, d’une bière ou d’un coca de l’avenir de notre beau village. Échafauder avec nous des plans les plus fourbes pour conquérir la ville.
On reste ensemble, c’est les copains, c’est la tribu, c’est la galère.

Nous ne partirons pas avant la démolition ! Nous ne passerons pas l’Hiver dans la rue !

Quelques habitant.e.s du Squat l’Immeuble
78-80 rue Marietton
metro Valmy (bus : C6-C14-45-2-31-5-90)


P.-S.
bouff ; soft ; thé ; café prix libre
music —>open mini jack .

https://rebellyon.info/Ici-ou-ailleurs- ... mble-18223
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 16 Oct 2017, 20:14

Semaine de solidarité "Jamais sans toit" du 16 au 22 octobre : 11 écoles mobilisées pour les élèves sans-abri

Le collectif « Jamais sans toit » qui fédère les comités de soutien aux enfants scolarisés sans-abri de la métropole lyonnaise tire la sonnette d’alarme ! En cette rentrée scolaire, à quelques semaines de la mise en œuvre du dispositif hivernal et de la célébration du 28ème anniversaire de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, le collectif recense déjà plus de 130 enfants sans hébergement !

Ce chiffre est bien en deçà de la réalité de la situation car il ne prend en compte qu’une trentaine d’établissements scolaires répertoriés. Ces enfants et leur famille connaissent la rue depuis des semaines et parfois depuis des mois ! Ces enfants dorment dans la rue, sous les ponts, dans des voitures ou des cages d’escaliers, dans des parcs publics ou des squats insalubres… Des conditions de vie indignes et incompatibles avec le suivi d’une scolarité normale, dans l’indifférence totale des pouvoirs publics alors qu’il existe 24 000 logements vides au sein de la Métropole lyonnaise !

Les années précédentes, les établissements scolaires de l’agglomération (à Lyon, Oullins, Vaulx-en-Velin...) ont servi de dernier refuge à ces enfants et leur famille, parfois pendant des mois, parce que l’école est un lieu éminent de protection de l’enfance. Ces occupations, en dépit des menaces d’évacuation par la force et des tentatives d’intimidation, ont généré un véritable élan de solidarité auprès des parents, enseignants, habitants du quartier et ont permis l’hébergement de plusieurs centaines de personnes en mettant les autorités compétentes face à leurs responsabilités.

Le collectif « jamais sans toit » organise une semaine de solidarité du lundi 16 au vendredi 20 Octobre.

Ces repas, cafés ou autres goûters solidaires permettront aux comité de récolter des fonds qui financeront quelques nuits d’hôtel. Pour autant, parce que la charité citoyenne ne peut se substituer plus longtemps au principe de solidarité républicaine, ils seront surtout l’occasion de réaffirmer avec force le caractère inconditionnel du droit à l’hébergement d’urgence consacré par la loi et de rappeler par la même occasion au Président de la République le voeu qu’il formait au mois de juillet : que "d’ici la fin de l’année [il n’y ait] plus personne dans les rues, dans les bois..."

Listes des Rendez-Vous :

école Berthelot (Lyon 7ème) / goûter solidaire mardi 17 octobre de 16h30 à 18h00

école Lucie Aubrac (Lyon 2ème) / goûter solidaire mercredi 18 octobre de 16h30 à 18h30 place Ampère.

école Gilbert Dru (Lyon 7ème) / café solidaire jeudi 19 octobre à partir de 8h00

école Grandclément (Vaulx-en-Velin) / repas solidaire mercredi 18 octobre à 11h30

école Youri Gagarine (Vaulx-en-Velin) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h00

école Jean Vilar (Vaulx-en-Velin) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h00

école Jean Zay (Villeurbanne) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 15h45

école Robert Doisneau (Lyon 1er) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h30

école Michel Servet (Lyon 1er) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h30

école Jean-Pierre Veyet (Lyon 7ème) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h30

école Anton Makarenko (Vaulx-en-Velin) / goûter solidaire vendredi 20 octobre à partir de 16h00

https://rebellyon.info/Semaine-de-solid ... t-du-18265
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 23 Oct 2017, 20:43

École Lucie-Aubrac évacuée par la police

Ce dimanche soir, l’école Lucie-Aubrac dans le 2e arrondissement de Lyon a été évacuée. Elle était occupée depuis 48h par des parents d’élèves pour dénoncer le fait que 12 enfants scolarisé dans l’école dorment dehors chaque nuit.

... https://rebellyon.info/Ecole-Lucie-Aubr ... lice-18303
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 01 Nov 2017, 16:18

Retour sur l’incendie du squat de la rue Marietton

Un grand incendie rue Marietton a ravagé notre maison occupée vendredi 27 octobre au matin, après le départ des copains. Le voisin coincé au dernier étage sera secouru par les pompiers. Le cœur en miette, ici quelques précision et réactions à chaud suite aux articles de la presse.

Notre maison a brûlé, juste après notre départ, notre voisin coincé au troisième étage. Les pompiers qui l’ont secouru ne déclarent aucune cause du départ de l’incendie."Mais l’immeuble était squatté", pouvait-on lire en flash-info. Autre que le dégoût que ce genre de raccourcis nous procure, je voulais ici informer les intéressés que nous allons bien- il n’y a pas eu plus de blessés.

... https://rebellyon.info/Incendie-squat-M ... s-et-18327
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 12 Nov 2017, 20:28

Expulsion massive de mineurs sans papiers à la Part-Dieu

Depuis août, une soixantaine de migrants principalement mineurs dormaient dans le couloir entre les hôtels de la gare de la Part Dieu. Ce Vendredi 10 novembre, en pleine trêve hivernale, prétextant des travaux, les flics ont expulsé ces personnes sans leur proposer aucune solution alors qu’elles ont traversé la moitié du globe pour trouver refuge dans le soit disant pays des droit de l’homme ...

... https://rebellyon.info/Expulsion-massiv ... sans-18374
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 22 Nov 2017, 09:45

Ecole occupée, « à Doisneau, on dort au chaud »

Un collectif citoyen de parents et d’habitants s’est réuni le 20 novembre pour évoquer ensemble la situation préoccupante des familles et enfants, scolarisés a l’école Doisneau, qui sont à la rue.

Ils ont décidé d’occuper l’école Doisneau* afin de pouvoir héberger les familles au chaud. Un appel a été lancé pour occuper l’école à partir du lendemain à 17h45.

« à Doisneau, on dort au chaud »

Un collectif citoyen de parents et d’habitants s’est réuni le 20 novembre pour évoquer ensemble la situation préoccupante des familles et enfants, scolarisés a l’école Doisneau, qui sont à la rue.

Ils ont décidé d’occuper l’école Doisneau* afin de pouvoir héberger les familles au chaud. Un appel a été lancé pour occuper l’école à partir du lendemain à 17h45.

Aujourd’hui, les membres du collectif sont venus à 17h45. Une grosse dizaine de policiers municipaux bloquait les accès depuis 15h45.

Le collectif et les familles sont parvenus a rentrer dans l’école.

Ensuite 4 visites se sont succédées de 18h à 20h, dans un contexte d’encerclement de l’école par les policiers municipaux
- tout d’abord, l’inspecteur de l’éducation nationale de circonscription est venu constater l’implication des enseignants dans l’occupation
- ensuite, la direction de l’éducation de la ville de Lyon (qui gère les locaux) est venue annoncer qu’il y avait hébergement pour une des familles a Tassin, sans pouvoir préciser au collectif, qui le demandait, combien de temps la solution allait durer. Le collectif lui a présenté ses intentions pour la nuit.
- puis à 19h30, 2 officiers de police nationale sont entrés dans l’école pour prendre acte de l’occupation et compter les personnes présentes
- enfin, vers 20h, la direction de l’éducation est revenue pour s’assurer que l’occupation allait se faire dans des bonnes conditions de sécurité. Le collectif s’y est engagé.

En parallèle de l’action, (et a l’appel du collectif) de nombreux habitants du quartier sont venus soutenir l’action devant l’école et aider d’un point de vue logistique (fourniture de duvets, nourriture)

Après 20h, l’occupation s’est organisée : installation de coins repas jeux et couchage.

Le collectif poursuivra l’occupation tant que des solutions pérennes d’hébergement ne seront pas proposées aux familles. ll s’organisera pour rester le temps qu’il faut.

Le collectif souhaiterait que l’énergie déployée par les institutions pour empêcher l’occupation de l’école (et donc la mise à l’abri temporaire des familles) soit plutôt déployée dans la recherche de solutions pérennes pour le relogement des écoliers et des familles qui dorment actuellement dans la rue.

Le collectif réuni en comité Doisneau


https://rebellyon.info/Communique-de-pr ... ee-a-18426
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 27 Nov 2017, 16:52

Jamais sans toit : contre la répression, l’école Servet solidaire de l’école Doisneau

Face a l’occupation policière de l’école Doisneau, les familles sans toit se réfugient dans l’école Servet.

La mairie et la Préfecture ayant décidé de mobiliser une vingtaine de policiers chaque jour pour bloquer les entrées de l’école Doisneau et ainsi empêcher des écoliers de dormir au chaud avec leur famille, le comité « Jamais sans toit » de l’école Servet les invite à passer la nuit dans leur école.
Aujourd’hui à 17h45, le dispositif policier est toujours aussi conséquent devant l’école Doisneau et les familles sans toit de l’école ne pourront pas dormir à l’école Doisneau.

Mais c’est sans compter sur la solidarité entre les 20 écoles mobilisées au sein du collectif « Jamais sans toit » : Ce soir, les familles sans toit, les parents d’élèves de l’école Doisneau seront accueillis par les membres du comité de l’école Michel Servet dans leur école, située à quelques pas de là du côté de Croix Paquet. Un cinquantaine de personnes étaient encore réunie pour soutenir ces familles.

Le comité regrette bien évidemment que l’énergie utilisée par les institutions pour empêcher la mise à l’abri temporaire des familles ne soit pas plutôt déployée dans la recherche de solutions pérennes d’hébergement des écoliers et de leurs familles qui dorment encore à la rue ce 23 novembre.

La solidarité citoyenne ne craint pas les menaces, ni la présence policière. Nous ne laisserons pas ces familles dormir dehors et resterons déterminés dans nos actions tant que des solutions d’hébergement n’auront pas été proposées aux quatre familles restantes :

Un toit c’est un droit !


https://rebellyon.info/Ce-soir-l-ecole- ... cole-18432
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 27 Nov 2017, 22:27

À Lyon, les occupations d’écoles se poursuivent

Communiqué Jamais Sans Toit

À Lyon, les occupations d’écoles se poursuivent

Le froid est de retour, toujours aucune solution d’hébergement pour les familles de nos écoles, malgré l’obligation faite à l’Etat de les protéger, en vertu de L’Article. L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles : « Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. »

Dans combien d’écoles l’Etat enverra-t-il encore la police pour empêcher les familles qui dorment dehors en plein hiver de bénéficier de la solidarité citoyenne ?
Combien de fois les enfants du quartier demanderont-ils à leurs parents pourquoi les policiers empêchent leurs camarades et leurs familles d’être à l’abri ?
Nous continuerons d’occuper les gymnases et rappelons à l’Etat ses obligations. L’application de la loi n’est pas négociable et ne supporte aucun délai !

Réunis ce jour, les collectifs Jamais sans toit ont donc décidé de poursuivre les occupations des écoles du quartier.

Communiqué de presse Jamais Sans Toit du 26/11


https://rebellyon.info/les-collectifs-J ... -ont-18439


Mardi 28 novembre 2017

Appel à une assemblée sur l’hébergement

Les étudiant.e.s de l’Amphi C, appellent aux habitants, collectifs, associations, squatters, sensibilisés sur la question des hébergements à participer à une grande assemblée mardi 28 novembre à la faculté de Bron pour construire un rapport de force contre la politique répressive des pouvoirs publics.

Depuis le 15 novembre, l’Amphi C de la faculté de Bron est occupé par des étudiant.e.s et les expulsé.e.s de La Part Dieu. En parallèle plusieurs associations, collectifs, squatters, habitants, luttent pour trouver un hébergement pour les familles, les mineur.e.s et majeur.e.s isolé.e.s, les sans-papiers... que les pouvoirs publics laissent impunément dormir dehors en période hivernale. Face à cette politique répressive des pouvoirs publics plusieurs noyaux de luttent se sont mobilisés pour trouver des solutions ces dernières semaines :

- RESF a appelé le 18 novembre à un Rassemblement pour la défense des jeunes isolé.es étrangers et des expulsé.es.
- L’intersquat de Lyon a trouvé un lieu pour les expulsé.e.s de La Part Dieu mais se sont fait expulsé.e.s par la police nationale sans aucun avis juridique le 20 novembre.
- Le collectif "Jamais sans toit" organise plusieurs occupations dans les écoles pour loger les familles qui dorment dans la rue.
- etc.

La lutte pour l’hébergement, habituellement peu mobilisatrice, prend de l’ampleur mais se retrouve toujours confrontée à la politique des pouvoirs publics. Pendant l’occupation de l’école Doisneau du 21 novembre, la police municipale a bloqué tous les accès de l’école pour éviter que les occupant.e.s obtiennent un trop appui de l’extérieur.

La convergence entre les différents milieux de lutte commence à prendre forme à la grande crainte de la préfecture. Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons construire un rapport de force capable de faire reculer les politiques répressives de la préfecture, porte-parole de l’Etat. Ce dernier préfère faire des économies de 60 milliard en 5 ans en touchant en premier lieu le secteur social, alors qu’on estime entre 60 à 80 milliards d’euros le montant de l’évasion fiscale en France. l’Etat préfère payer des vigiles pour bloquer une occupation, ou des camions de CRS avec tout leur équipement pour mettre des gens dans la rue au lieu d’ouvrir des lieux d’hébergements pour tous et toutes. Doit-on rappeler à l’Etat qu’il est responsable de trouver un logement pour les sans sans-abris selon L’Article. L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles :

« Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. ».

Nous devons nous organiser ensemble pour mettre fin à cette violence étatique ! Chaque personne à droit à un logement et ce n’est pas à l’Etat de choisir qui doit être à la rue ou non.

Nous appelons ainsi tous les collectifs, associations, squats, habitant.e.s, sensibilisé sur la question de l’hébergement à venir partager un repas à 19h et à participer à une grande assemblée à 20h le mardi 28 novembre à l’Amphi C de Lyon II Bron


https://rebellyon.info/Appel-a-une-asse ... ment-18438
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 20:20

Soupe solidaire avec la fanfare FAME devant l’école Berthelot, mardi 5 décembre

Nous, parents, citoyennes et citoyens indignés de l’école Berthelot (69007), ne comprenons pas que l’État et la Ville de Lyon ne s’organisent pas pour proposer suffisamment de places d’hébergement d’urgence afin qu’aucun enfant ne puisse dormir dans la rue en plein hiver. Nous demandons l’application de la loi, en effet en vertu de l’Article. L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles : « Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. »

Nous parents, mais aussi enseignants, habitants apprenons avec tristesse qu’une nouvelle famille de l’école Berthelot (Lyon 7e) avec deux enfants de six ans et un an se retrouve à la rue, sans aucune proposition d’hébergement d’urgence en plein grand froid. Parce que nous n’acceptons pas qu’une famille puisse dormir à la rue en hiver, avec les risques pour la santé que cela entraine, nous organisons une soupe solidaire devant l’école Berthelot ce mardi 5 décembre à partir de 17h45 afin de financer des nuits d’hôtel.

Nous ne comprenons pas que l’État et la Ville de Lyon ne s’organisent pas pour proposer suffisamment de places d’hébergement d’urgence afin qu’aucun enfant ne puisse dormir dans la rue en plein hiver. Nous demandons l’application de la loi, en effet en vertu de l’Article. L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles : « Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. »

La solidarité citoyenne fait chaud au cœur, de nombreux collectifs de parents, enseignants, habitants, étudiants, tels que Jamais sans toit, Pas d’enfant sans toit, se mobilisent pour que des enfants et leur famille ne dorment pas dans la rue. Des goûters solidaires, des soupes solidaires, des réquisitions de gymnases d’école, des occupations d’universités sont organisées pour pallier à l’absence de réponse des pouvoirs publics. Nous soutenons ces actions citoyennes de mise à l’abri des personnes à la rue et ne comprenons pas qu’elles soient réprimées. Mettre des enfants sans toit au chaud la nuit dans une école ou une université, en ne gênant absolument pas le bon déroulement de la vie scolaire, est un acte civique d’assistance à personne en danger, quand il n’y a aucune autre solution d’hébergement possible.

Nous espérons que toutes ces actions de solidarité dans les écoles et universités lyonnaises mais aussi dans d’autres villes finiront pas être entendues et comprises des pouvoirs publics, afin que s’ouvrent rapidement des places supplémentaires d’hébergement d’urgence.

La solidarité citoyenne ne peut pas tout, c’est à l’État de prendre ses responsabilités.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux !

Parents, citoyennes et citoyens indignés de l’école Berthelot

Rdv pour une soupe solidaire avec la fanfare FAME.
À 17h45 le 5 décembre, devant l’école, 19 avenue Berthelot, 69007, arrêt de tramway centre Berthelot

Contact : conseil.berthelot-lyon7[at]fcpe69.fr

https://rebellyon.info/Soupe-solidaire- ... FAME-18455
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 04 Déc 2017, 21:57

Le Collège Barbusse de Vaulx-en-Velin est occupé pour des familles sans logement


Les personnels du collège Henri Barbusse ont décidé d’occuper leur établissement depuis le vendredi 1er décembre pour mettre à l’abri deux familles dont des enfants sont scolarisés au sein de leur établissement.


Les personnels avaient pourtant alerté les autorités par communiqué des sections syndicales le 17 novembre puis par communiqué des personnels réunis en heure d’information syndicale le 20 novembre. Or deux semaines plus tard, aucune solution n’a été proposée alors que ces familles ont, dans un cas, des enfants français et, dans le deuxième cas, une procédure d’asile enregistrée en octobre.

Par l’intermédiaire du collectif Jamais Sans Toit ils ont appris que des places seraient ouvertes le 1er décembre, notamment dans le cadre de la chute des températures et l’ouverture d’un gymnase pour le plan grand froid. Or vendredi en fin de journée, les personnels ont compris que des enfants de 6 ans devraient passer leurs nuits dehors avec des températures négatives, ils ont donc décidé de les mettre à l’abri au sein du collège.

Les personnels rappellent que l’hébergement est un droit inconditionnel ( l’article 3452-2 du Code de l’Action sociale et des familles, qui a force de loi stipule : « Toute personne en situation de détresse a accès, sans aucune condition de régularité de situation, à tout moment à un hébergement d’urgence. »). Ils demandent donc à ce que la préfecture et les différentes autorités (en particulier la métropole propriétaire de nombreux logements vides) appliquent la loi et que des solutions soient proposées au plus vite pour ces 2 familles. Les personnels se permettent de rappeler qu’un logement de fonction neuf est vide et chauffé au sein du collège depuis 4 ans.


https://rebellyon.info/College-Barbusse ... cupe-18465
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 04 Déc 2017, 22:10

Appel des occupant.es de l’amphi C à rassemblement devant la préfecture mardi 5 décembre à 12h30

Nous sommes une cinquantaine de migrant.es, de demandeurs d’asile, de sans-papiers, qui occupons depuis près de 3 semaines l’université Lyon 2 en compagnie des étudiant.es qui se mobilisent en solidarité.
Nous voulons :
- le passage de notre demande d’asile de la procédure Dublin à la procédure normale ;
- Un logement décent et durable pour tous et toutes ;
- La régularisation pour nos camarades sans-papiers !
Nous appelons mardi à 12h30 à se rassembler nombreux devant la préfecture du Rhône pour porter nos revendications !


Nous sommes une cinquantaine. Nous avons traversé la route de la mort : le désert et la mer, sans même parler de la Libye ! Nous savons tous et toutes ce qui se passe en Libye, ces horreurs montrées récemment par CNN et condamnées fermement par le président de la République française, M. Macron lui-même. On a vécu les exactions, les tortures, cet enfer... Nous avons vu nos sœurs et frères perdre leur âme, se faire tuer. Nous avons fui la guerre, la répression, les conflits ethniques, la misère… Nous sommes des rescapé.e.s. Nous sommes venu.e.s nous réfugier dans le pays dit des droits de l’homme, un pays qui comme beaucoup
d’autres a colonisé nos pays d’origine et continue encore aujourd’hui à les contrôler et à piller leurs richesses.

Nous sommes une cinquantaine de migrant.es, de demandeurs d’asile, de sans-papiers qui dormaient dans un couloir extérieur proche de la gare Part-Dieu. Pour certains, nous étions là- bas depuis plusieurs mois. Le Préfet nous a fait expulser le 10 novembre 2017. Des étudiant.e.s se sont mobilisés en solidarité. Depuis nous occupons ensemble l’amphi C à l’Université Lyon 2, sur le campus de Bron. Cette occupation, comme cela se fait à Nantes, Poitiers, Lille ou encore Paris, est notre réponse face à un Etat français qui méprise les droits des exilé.e.s. Après deux semaines d’occupation, la préfecture ne nous a proposé qu’une fausse solution : un gymnase excentré à Meyzieu (proche de l’aéroport et du centre de rétention !), pour seulement 10 jours, où nous serions fichés et expulsés.

En effet nous sommes presque tous demandeurs d’asile en procédure Dublin : nous sommes arrivés en Europe par d’autres pays que la France, où la préfecture veut nous renvoyer. Nous sommes plusieurs à avoir déjà reçu des obligations de quitter le territoire français. Mais nous demandons l’examen de notre demande d’asile ici ! L’Italie, l’Espagne, tous les pays où on veut nous renvoyer ne veulent pas de nous.
Nous sommes ici, nous voulons vivre dignement ici !

Nous demandons à la préfecture :

- Le passage de notre demande d’asile de la procédure Dublin à la procédure normale, ce dont le préfet a le
pouvoir
­- Un logement décent et durable
- la régularisation pour nos camarades sans papiers !

Sous les pressions de la préfecture et du ministère de l’intérieur, une évacuation prochaine de l’amphi occupé a été annoncée. Nous avons besoin d’urgence de soutien !


https://rebellyon.info/Appel-des-occupa ... -C-a-18473


Appel à une assemblée sur l’hébergement mardi 5 décembre à l’Amphi D de la fac de Bron

Les étudiant.e.s de l’Amphi C, appellent aux habitants, collectifs, associations, squatters, sensibilisés sur la question des hébergements à participer à une grande assemblée mardi 5 décembre à 20h à la faculté de Bron pour construire un rapport de force contre la politique répressive des pouvoirs publics.

Depuis le 15 novembre, l’Amphi C de la faculté de Bron est occupé par des étudiant.e.s et les expulsé.e.s de La Part Dieu. En parallèle plusieurs associations, collectifs, squatters, habitants, luttent pour trouver un hébergement pour les familles, les mineur.e.s et majeur.e.s isolé.e.s, les sans-papiers... que les pouvoirs publics laissent impunément dormir dehors en période hivernale. Face à cette politique répressive des pouvoirs publics plusieurs noyaux de luttent se sont mobilisés pour trouver des solutions ces dernières semaines.

Nous avons déjà pu faire converger ces plusieurs luttes en organisant le mardi 28 novembre une première assemblée sur l’hébergement réunissant près d’une dizaine d’association et de collectif.

Le mouvement commence à prendre de l’ampleur à la plus grande crainte de la préfecture. Plusieurs familles mobilisées dans le collectif « Jamais Sans Toit » ont pu trouver un logement et la manifestation du 2 décembre a pu mobiliser environs 1000 personnes dans une question normalement peu mobilisatrice.

Mais de l’autre côté la politique répressive de la préfecture est toujours en cours. Cela fait presque 1 mois que le camps Mandela, regroupant environs 200 personnes d’origine des Balkans, risque une expulsion sans solution de relogement.

Les réfugié.e.s de l’Amphi C risquent de se faire expulser dans les prochains jours. Pour ces dernier la préfecture propose de les « loger » pendant 10jours dans un gymnase à Meyzieu, tout près d’un centre d’expulsion... Sans compter les recensements qui se font dans un tel lieu, ce gymnase semble être la première porte d’entrée pour quitter le territoire.

La préfecture se masque sur des solutions d’urgence pour continuer sa chasse aux migrant.e.s et aux sans-papiers. Cette dernière ne prend jamais en compte la régularisation des sans-papiers ni de proposer des logements pérennes. Pourtant de nombreux bâtiments publics vacant ont la capacité de loger décemment les réfugié.e.s, migrant.e.s et les sans-abris. l’Etat préfère payer des vigiles pour bloquer une occupation, ou des camions de CRS avec tout leur équipement pour mettre des gens dans la rue au lieu d’ouvrir des lieux d’hébergements pour tous et toutes.

Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons construire un rapport de force capable de faire reculer les politiques répressives de la préfecture, porte-parole de l’Etat.

Nous devons nous organiser ensemble pour mettre fin à cette violence étatique ! Chaque personne à droit à un logement et ce n’est pas à l’Etat de choisir qui doit être à la rue ou non.

Nous appelons ainsi tous les collectifs, associations, squats, habitant.e.s, sensibilisé sur la question de l’hébergement à venir partager un repas à 19h et à participer à une grande assemblée à 20h le mardi 5 décembre à l’Amphi D de Lyon II Bron.


https://rebellyon.info/Appel-a-une-asse ... ment-18470
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 10 Déc 2017, 15:56

Occupation du collège Barbusse
Depuis le vendredi 1er décembre, les personnels du collège Henri Barbusse occupent leur établissement pour mettre à l’abri trois familles dont des enfants sont scolarisés au sein de leur établissement. Aucune solution n’a été proposée, pendant ce temps les ministres multiplient les déclarations mensongères
... https://rebellyon.info/Occupation-colle ... e-de-18491


L’école Lakanal à Villeurbanne occupée depuis le lundi 4 décembre

Occupation d’école à Villeurbanne en soutien à une famille sans toit.

Suite aux chutes de température, Vendredi 1er décembre, des familles ont été abritées dans un gymnase de Lyon 7e, d’autres restent à la rue. C’est le cas pour une famille de l’école Lakanal, à Villeurbanne : un couple avec deux enfants, un bébé de 7 mois et un enfant de six ans scolarisé n’ont pas d’endroit où dormir.
Les parents d’élèves et les enseignants rappellent que l’hébergement est un droit inconditionnel (l’article 3452-2 du Code de l’Action sociale et des familles, qui a force de loi stipule : « Toute personne en situation de détresse a accès, sans aucune condition de régularité de situation, à tout moment à un hébergement d’urgence. »). Combien de temps faudra-t-il à l’Etat pour faire face à ses engagements ?
Nous avons décidé de mettre cette famille à l’abri dans les locaux de l’école, à partir de ce soir, lundi 4 décembre.

Collectif Jamais Sans Toit de l’école Lakanal


https://rebellyon.info/L-ecole-Lakanal- ... upee-18483
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 10 Déc 2017, 22:48

Jamais sans toit : faites la lumière sur les enfants sans toit (itinéraire bis) !

Les membres du collectif « Jamais Sant Toit » ont construit un Itinéraire Bis fête de lumières de banderoles s’adressant au sensible des citoyens et citoyennes pour leur rappeler de ne pas oublier que de nos jours, des enfants scolarisés dans nos quartiers vivent et dorment dehors.

À Lyon, les lumières du 8 décembre sont devenues froides, elles n’ont ni le parfum de la cire des bougies, ni la chaleur, ni même le crépitement d’un feu de bois. Elles sont indifférentes, insensibles.

Jamais sans Toit a imaginé un circuit avec ces mots sur des banderoles faites à partir de vieux draps en coton, qui disent la chaleur d’un lit, d’un moment de repos.

Pour rappeler cette réalité de l’envers du décor, ces enfants abandonnés par l’État qui a l’obligation de protéger les démunis, l’obligation de l’hébergement urgence.

Pour dire notre solidarité avec ces familles qui dorment dehors, nous avons confectionné ce circuit d’Itinéraire Bis fête de Lumières de banderoles partant de Fresque Lyonnaise jusqu’à la montée de la Grande Côte, en passant par la place Sathonay.

... https://rebellyon.info/Jamais-sans-toit ... -sur-18494
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 12 Déc 2017, 12:55

Appel à une assemblée sur l’hébergement mardi 12 décembre à l’Amphi D de la fac de Bron

Les étudiant.e.s de l’Amphi C, appellent aux habitants, collectifs, associations, squatters, sensibilisés sur la question des hébergements à participer à une troisième grande assemblée mardi 12 décembre à 20h à la faculté de Bron pour construire un rapport de force contre la politique répressive des pouvoirs publics.

Les étudiant.e.s de l’Amphi C, appellent aux habitants, collectifs, associations, squatters, sensibilisés sur la question des hébergements à participer à une troisième grande assemblée mardi 12 décembre à 20h à la faculté de Bron pour construire un rapport de force contre la politique répressive des pouvoirs publics.

Depuis le 15 novembre, l’Amphi C de la faculté de Bron est occupé par des étudiant.e.s et les expulsé.e.s de La Part Dieu. En parallèle plusieurs associations, collectifs, squatters, habitants, luttent pour trouver un hébergement pour les familles, les mineur.e.s et majeur.e.s isolé.e.s, les sans-papiers... que les pouvoirs publics laissent impunément dormir dehors en période hivernale. Face à cette politique répressive des pouvoirs publics plusieurs noyaux de luttent se sont mobilisés pour trouver des solutions ces dernières semaines.

Le mouvement commence à prendre de l’ampleur avec plusieurs dates de rassemblement. Celle du 5 décembre devant la préfecture a pu réunir plus de 500 personnes pour réclamer l’abrogation des accords de Dublin et la réquisition d’un lieu de logement inoccupé.

Mais la préfecture reste ferme dans sa politique répressive contre les migrant.e.s et les sans-abris.
Les familles du collectif "Jamais Sans toit",qui avaient pu trouver un hébergement temporaire, risquent de se retrouver encore une fois dans la rue dès lundi par la fermeture du gymnase G. Rosset.
De plus la préfecture, à la suite du rassemblement du 5 décembre, refuse toute négociation sur la réquisition des lieux inoccupés.

La préfecture se masque sur des solutions d’urgence pour continuer sa chasse aux migrant.e.s et aux sans-papiers. Cette dernière ne prend jamais en compte la régularisation des sans-papiers ni de proposer des logements pérennes. Elle préfère proposer des gymnases, lieu temporaire qui facilite les procédures d’expulsions avec les recensements des personnes logées. Pourtant de nombreux bâtiments publics vacant ont la capacité de loger décemment les réfugié.e.s, migrant.e.s et les sans-abris. l’Etat préfère payer des vigiles pour bloquer une occupation, ou des camions de CRS avec tout leur équipement pour mettre des gens dans la rue au lieu d’ouvrir des lieux d’hébergements pour tous et toutes.

De plus la dernière loi Macron-Collomb renforce ces politiques répressives contre les migrant.e.s. L’objectif est de permettre à des équipes mobiles de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) de vérifier l’identité des personnes bénéficiaires d’une place en centre d’hébergement d’urgence, afin de faire sortir les sans-papiers du dispositif. Le but est de "libérer des places" pour les personnes sans domicile fixe en situation régulière. En parallèle ce texte permet à l’Etat d’enfermer davantage de personnes « dublinées » en centre de rétention, avant de savoir si la justice décidera d’ordonner leur renvoi vers l’Etat membre où ils ont d’abord été enregistré.

L’Etat mène des politiques racistes décidant qui doit dormir dehors dans le froid, en menant une réelle traque contre les migrant.e.s

A la dernière assemblée nous avons déjà décidé d’organiser un rassemblement le 16 décembre suivie d’une action pour contester la politique des pouvoirs publics. Les solutions existent, c’est la préfecture, porte-parole de l’Etat, qui refuse de les prendre.

Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons construire un rapport de force capable de faire reculer les politiques répressives de la préfecture et de l’Etat.

Organisons-nous face à toutes ces attaques ce mardi 12 décembre à 20h à l’Amphi D de la fac de Bron pour préparer la date du 16 décembre et de la suite de la lutte.


https://rebellyon.info/Appel-a-une-asse ... ment-18500
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28927
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité