Droit au logement, luttes...

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 06 Mar 2012, 09:36

initiative face au MIPIM de Cannes

MIPIM de Cannes (marché international des promoteurs immobiliers) :

La planète n’est pas à vendre !
Le logement n’est pas une marchandise !


Mardi 6 mars
- Point presse à 11h à l’entrée du palais des congrès de Cannes,
- Débats à 16h30 à la bourse du travail de Cannes, 15 rue du Docteur Budin

Mardi 6 mars s’ouvre à Canne le plus grand marché international de la promotion immobilière. Les collectivités publiques vont vendre à des promoteurs des terrains sur lesquels sont construits des bidonvilles, des terres occupées depuis toujours par des petits paysans ou des communautés pauvres, des friches industrielles, des terrains dans des quartiers populaires en cours de rénovation, pour laisser la place à des projets touristiques, des quartiers d’affaire, des logements pour les riches.

Ouvriers, chômeurs, migrants, paysans pauvres, travailleurs informels, minorités sont priées de dégager le plus souvent sans relogement, à coups de bulldozers, de matraques et parfois de mitraillettes lorsque la résistance à l’épuration sociale est trop forte.
Partout dans le monde se joue le même scénario. Spéculateurs immobiliers et collectivités publics font de l’argent sur le dos des peuples. Aux USA des millions de familles ont été privées de toit depuis la crise des subprimes.
Les catastrophes et les guerres sont même l’occasion de s’enrichir, sur les marchés juteux de la reconstruction.

Le MIPIM, c’est la vente de la planète aux spéculateurs, contre les peuples
Cette année par exemple, comme si la cherté du foncier urbain et des loyers ne suffisaient plus, un espace considérable est dédié au grand Paris, projet spéculatif par excellence dont la finalité est d’exporter les prix de la capitale vers la banlieue. Après l’adoption de ce projet par le parlement, les appétits s’aiguisent, les profits s’annoncent, les requins frétillent : la banlieue est bientôt à vendre …

La côte d’Azur n’est pas épargnée par ce climat d’affairistes et de spéculation mafieuse, ou scandales se succèdent. Il est quasiment impossible qu’un ouvrier ou un salariés précaire du tourisme se loge à proximité de son lieu de travail … Et pour cause les prix en plus que doublés depuis 2002, les loyers sont montés en flèches, les couches populaires sont reléguées toujours plus loin des centres.

La plate forme logement des mouvements sociaux, composée de syndicats, d’associations de réseaux ne veut plus de ce marché qui spolie les peuples, et relègue les moins riches dans les lointaines périphéries.

Elle demande d’une seule voie la baisse et l’encadrement des loyers, la taxation des profits immobiliers, l’arrêt des expulsions, l’application de la loi de réquisition sur les logements vacants, et la mise en œuvre de la loi DALO et de celle qui impose à l’État d’accueillir toute personne sans logis

Avec le soutien de la Plate forme logement des mouvements sociaux : AC !, ACDL, AFVS, AITEC, CAL, CAHL 94, CNL, CGL 75 et national, CSF, CGT, CNAFAL, COPAF, DAL, Advocacy, Bagagérue, Fondation Copernic, FSU, HALEM, Jeudi Noir, MRAP, RESF, Sud Santé Sociaux, USP, Union Syndicale Solidaires, Syndicat de la Magistrature, Syndicat des Avocats de France ...

RV mardi 6 mars, a partir de 10h devant l’entrée principale
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede anouchka » 06 Mar 2012, 22:11

anouchka a écrit:Je reviens du 25 rue Cornillon, où un squat ouvert il y a quelques jours s'est ouvert officiellement en présence d'une soixantaine de soutiens. L'info a circulé de bouche à oreille... Le rassemblement devant le squat a alerté la police, ce qui était le but recherché car les squatters (des familles) pensent que plus il y aura de bruit autour de cette occupation plus l'expulsion sera difficile.
Ils ont besoin donc d'un maximum de soutiens sur place (surtout dehors pour garder le lieu, diffuser des tracts et être le plus visible possible...) et de tous coups de mains pour assurer la pérennité du lieu.
Ci dessous le tract (qui devrait être modifié pour la diff de demain):


Saint Denis : occupation par des mal logés
assemblée des occupants du 25 chemin du Cornillon Saint Denis 2 chemin du
Cornillon ; rer B arrêt la plaine stade de france /
samedi, 3 mars 2012 / Anonyme

Des mal logés occupent officiellement le 2 chemin du Cornillon à Saint Denis.
Expulsions, destruction des quartiers, chasse aux pauvres...

IL N’Y A PAS DE FATALITÉ, AGISSONS COLLECTIVEMENT !

Saint-Denis a été le théâtre cette hiver d’expulsions laissant une
cinquantaine de personnes à la rue sans qu’aucune solution viable de
relogement leur soit proposée. La seule réponse de l’État et de la
municipalité est un hébergement d’urgence de quelques jours par le 115 aux
quatre coins de l’Île- de-France, dans des hôtels miteux où faire chauffer
du lait pour nourrir son bébé est interdit.

Mercredi 15 février, une femme hébergée dans ce type d’hôtels, en attente
d’un logement stable, s’est immolée dans le hall de la mairie. Elle est
décédée le lendemain. « Son acte désespéré crie l’urgence de mesures en
faveur du droit à l’hébergement et au logement, au moyen de la réquisition
immédiate des logements vides, publics et privés » s’est empressée de
réagir la mairie dans un communiqué.

Nous avons donc décidé de prendre la mairie au mot, en occupant un
immeuble laissé vacant par Plaine Commune Développement, société
d’économie mixte présidée par Patrick BRAOUZEC, député communiste et
président de la communauté d’agglomération « Plaine Commune ». On nous dit
que les communes manquent de moyens et que l’État est le seul responsable
de la situation du logement, mais ces mêmes communautés d’agglo ont les
compétences en matière de logement et les moyens existent : les grands
chantiers de rénovation et le projet du Grand Paris impliquent des
millions d’euros d’investissements au profit des grandes entreprises :
aides publiques pour l’implantation de sièges sociaux de grands groupes
(Arcelor, SFR, la SNCF et bien d’autres, qui n’hésiteront pas à nous
laisser crever de faims quand la situation économique des Etats-Unis ou de
la Grèce arrivera en France), Programme national de requalification des
quartiers anciens dégradés (PNRQAD) à Saint-Denis, comme à Montreuil ou
Bagnolet... Derrière ces plans se dissimule, à peine, une volonté
politique de transformer radicalement les anciennes banlieues rouges de la
petite couronne, en virant les pauvres, pour en faire des quartiers
aseptisés pour familles plus aisées. Qui nous fera croire que la
construction d’un centre nautique olympique, financé par Plaine Commune à
hauteur de 15 millions d’euros, profitera aux plus pauvres ?! Pour ces
dernier.e.s, expulsions, augmentation des loyers, réduction du logement
social. Ils nous dégagent et réaménagent...
Le 15 mars prochain, la trêve hivernale prendra fin et plus de 1500
personnes sont menacées d’expulsions rien que sur la ville de Saint-Denis.
N’oublions pas non plus qu’après cette date, les gens continuent de
souffrir d’une misère que l’on tente simplement de repousser. Face à cette
situation et aux drames qui se jouent tous les jours, nous, précaires,
chômeur.euse.s, mal logé.e.s, squateur.euse.s, habitant.e.s, refusons la
fatalité et décidons d’agir « au moyen de la réquisition immédiate des
logements vides, publics et privés », mettant ainsi les municipalités
devant leurs responsabilités !
Nous voulons faire de ce lieu un lieu d’habitation pour celles et ceux qui
en ont besoin, mais aussi un lieu de vie, de lutte et d’entraide,
indépendant de toute appartenance partisane et syndicale.

Nous appelons les habitant.e.s du quartier et d’ailleurs, qui se
reconnaissent dans ce projet à nous soutenir et nous rejoindre dans cette
lutte.

25, chemin du Cornillon
RER B arrêt la plaine stade de france
93200 SAINT-DENIS


hélas dès le lendemain matin, les flics viennent en très grand nombre frapper à la porte: "contrôle d'identité"...
enfin quand je dis "frapper", les flics ont défoncé la lourde d'entrée de jeu (alors que les occupant(e)s étaient déjà en train de descendre l'escalier pour leur ouvrir). refus de donner les identités par solidarité avec les sans papiers présents. tout le monde est embarqué, les identités vérifiées au comico... suite à un rassemblement conséquent devant le commissariat les arrêté(e)s sont relâché(e)s, y compris les sans papiers. mais les sans logis se retrouvent à nouveau à la rue...

j'ai appris lors de l'AG de la veille au soir un "détail" que j'ignorais: pour les locaux servant à l'origine de bureaux, administrations, etc. enfin tout ce qui n'est pas à usage d'habitation la règle des "quarante-huit heures sur place" ne s'appliquerait pas... :cry: :cry:
Avatar de l’utilisateur-trice
anouchka
 
Messages: 397
Enregistré le: 10 Déc 2011, 08:34

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede Kzimir » 07 Mar 2012, 10:16

A Toulouse des sans papiers avec le DAL, Urgence un toit, et le CREA ont tenté d'ouvrir un nouveau squatt, mais se sont fait expulser d'au moins cinq lieux depuis une dizaine de jours : un immeuble Monné Decroix, deux gymnases, le palais des congrès, et le reste j'ai oublié.
Actuellement ils sont à la fac du Mirail, ou la fac leur a laissé deux jours avant de trouver autre chose.

http://www.ladepeche.fr/article/2012/03 ... irail.html

Franchement entre ça, le CREA, le GPS, etc. il se passe plein de choses sur Toulouse en ce moment sur la question du logement, c'est dommage que l'info soit pas plus diffusée. ^^
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 16:15

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 24 Mar 2012, 08:10

Appel à soutien au CREA, Toulouse :

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 26 Mar 2012, 11:19

retour sur les différentes réquisitions sur Toulouse en vidéo sur TV Bruits :
http://tvbruits.org/spip.php?article1824
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 28 Mar 2012, 10:17

Lyon, manif contre les expulsions le samedi 31 mars

L’asso­cia­tion Demeurant par­tout vous invite à une mani­fes­ta­tion contre les expul­sions et pour le droit au loge­ment samedi 31 mars à 11h au départ de la Place du Pont.

Merci de dif­fu­ser cet appel le plus lar­ge­ment pos­si­ble.

En juillet 2011 l’asso­cia­tion Demeurant Partout a réqui­si­tionné l’immeu­ble du 63 rue Montesquieu qui appar­tient au Grand Lyon pour que des famil­les s’y ins­tal­lent.

Fin de la trêve hiver­nale, fin du plan froid... Les beaux jours revien­nent et elles sont aujourd’hui mena­cées d’expul­sion.

Cet hiver, la pré­fec­ture a ouvert (au compte goutte) assez de places d’héber­ge­ment pour que per­sonne ne meure dans la rue. Avec le prin­temps, c’est la reprise des expul­sions loca­ti­ves, des expul­sions de squats, en même temps que la fer­me­ture des foyers d’héber­ge­ment.

Des morts dans la rue, sous la neige, c’est des voix en moins.

Des gens à la rue, au prin­temps, ça n’inté­resse plus per­sonne !

63 rue Montesquieu,

Autres squats,

Locataires qui ne peu­vent plus payer leur loyer,

Foyers du plan froid...

PAS D’EXPULSIONS SANS RELOGEMENTS

*Manifestation samedi 31 mars à 11h DEPART PLACE DU PONT (Lyon 7e, Métro Guillotière)


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 29 Mar 2012, 06:07

Tract d’AL 93

Logement : Refusons la spéculation !

Le logement est une préoccupation essentielle d’une grande majorité de la population de Seine-Saint-Denis. S’y loger décemment est un véritable chemin de croix !
Le parc social est insuffisant : aujourd’hui, 1,2 million de ménages attendent un logement social en France . Les logements disponibles à un prix raisonnable sont souvent éloignés des lieux de travail, mal desservis par les transports et dépourvus de services publics ou collectifs. Les propriétaires s’autorisent des exigences toujours plus délirantes en matière de pièces à fournir, de cautions et de loyers au prétexte d’être victimes de mauvais payeurs.

L’État laisse faire pour protéger les spéculateurs, amis du pouvoir. Les marchands de sommeil bénéficient de la complaisance de la justice (peines non appliquées pour le Dr Mignen à Bondy, pas de poursuite contre le marchand de sommeil de la rue Jesse Owens à Saint-Denis, etc.). Des milliers de mètres-carrés restent inoccupés pour maintenir les prix artificiellement élevés.

A peine l’État légifère-t-il qu’il viole ses propres lois ! Ainsi, le Droit Au Logement Opposable (DALO) n’est toujours pas mis en œuvre : une fois reconnus prioritaires, les bénéficiaires attendent un logement très longtemps. Les autorités refusent de réquisitionner les logements vides.

Des spéculateurs bâtissent des fortunes sur le dos des mal-logés et des locataires, contraints de consacrer une part toujours plus élevée de leurs revenus au logement (11% en 1960, 25% en 2007 d’après l’INSEE, et bien plus encore aujourd’hui). Les 20% de foyers les plus modestes consacrent au logement une part de leurs revenus deux fois plus élevée que les 20% les plus riches. Même les propriétaires qui achètent leur résidence principale pour l’habiter et non pour spéculer sont pressurés par les organismes financiers qui exigent des taux d’intérêt bien trop élevés.

Le logement doit être reconnu comme un droit fondamental et les moyens nécessaires doivent être mis en œuvre pour que ce droit soit respecté.

L’urgence, c’est :

. Le blocage des loyers ;
. La réquisition des logements vides ;
. Une taxe dissuasive sur les mètres-carrés inoccupés, qu’il s’agisse de locaux commerciaux ou de logements ;
. L’application réelle de la loi SRU qui définit le taux de logements sociaux dans les villes, avec un relèvement très important des pénalités pour les communes qui ne l’appliquent pas : Coubron (3,2% de logements sociaux au lieu de 20% minimum), Le Raincy (4,3%), Vaujours (5,7%), Pavillons-sous-Bois (10,9%) en Seine-Saint-Denis, et des dizaines d’autres en Ile-de-France (3,2% à Neuilly-sur-Seine, le fief de Sarkozy) !

La solution à la crise du logement c’est la socialisation des logements :

. La mise en œuvre d’un service public du logement, financé par les loyers, les propriétaires (en fonction de la surface habitable par personne) et les entreprises (en fonction de la surface occupée) ;
. La limitation des loyers à 20% des revenus au maximum ;
. L’expropriation des logements détenus par les spéculateurs, au profit du service public de logement ;
. L’interdiction d’acheter un logement si ce n’est pas pour l’habiter.

http://libertaires93.over-blog.com

http://www.alternativelibertaire.org/sp ... rticle4727
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 07 Avr 2012, 12:51

marche à La Courneuve (93) le 14 avril

La Seine-Saint-Denis est très lourdement frappée par la crise du logement. De nombreuses personnes et familles sont menacées d’être expulsées ou mises à la rue de leur hôtel ou centre d’hébergement. Des milliers de mal logés, de sans logis et de prioritaires DALO sont en attente de relogement, souvent depuis des années…

Cette situation a des conséquences dramatiques comme à Saint-Denis où deux mères de famille sans logis ont mis fin à leurs jours cet hiver. A Saint-Denis toujours, les expulséEs du 76 rue Gabriel Péri et du 11 rue Dezobry ont passé l’hiver à camper devant la mairie.

Plus de 30 000 logements sont vacants en Seine-Saint-Denis, la seule réponse de la Préfecture est la répression et les expulsions de mal logés et sans logis, la violation de leurs droits et de la loi.

Face à la menace d’être mis à la rue le 4 avril, les sans logis hébergés au centre d’hébergement d’urgence de Ville Evrard (Neuilly sur Marne) ont occupé avec le DAL ce centre qui devait fermer. Par leur occupation pacifique, ils ont obtenu que la Préfecture de Seine Saint Denis s’engage à maintenir les structures ouvertes jusqu’au 1er juin et à proposer d’ici là une réorientation ou un relogement à chaque habitant.

Dans tout le département, à Montreuil, La Courneuve, Saint-Denis, Bondy, Saint-Ouen, Neuilly Sur Marne… des mal logés, des sans logis et des prioritaires DALOs s’organisent et vous invitent à manifester le 14 avril pour exiger de la Préfecture :
. Le maintien des hébergements jusqu’au relogement et aucune remise à la rue,
. L’arrêt immédiat des expulsions
. L’ouverture ou la ré ouverture des négociations avec les collectifs en lutte en vue de leur relogement et de la régularisation des sans-papiers
. L’application de la loi DALO : le relogement des prioritaires
. L’application de la loi de réquisition sur les logements vacants
. Des sanctions contre les communes qui n’ont pas au moins 20% de HLM et refusent d’en construire.

Manifestation samedi 14 avril à 15h
Place du 8 mai 1945 - La Courneuve (ligne 7)


DAL : Collectif de la rue des Sorins (Montreuil), Collectif des Oubliés du DALO, Collectif Ville Evrard (Neuilly sur Marne), Collectif Pasteur (La Courneuve), Collectif Mail de Fontenay (La Courneuve), Collectif de la Rue des Victimes du Franquisme (Saint-Denis), Collectif Anatole France (Saint-Denis), Collectif Plaine Lumière et Grand Stade (La Plaine Saint-Denis), DAL Saint-Ouen, Collectif 17-19 rue Jules Vallès (Saint-Ouen)…
Comité anti expulsion de Saint Denis, Réseau Solidarité Logement, Collectif du 76 Gabriel Péri (Saint-Denis), Collectif du 11 rue Dezobry (Saint-Denis)…

Avec le soutien de : APEIS 93, CdP, Droits Devant !, MRAP 93, Jeudi Noir, Union Syndicale Solidaires…
Et de : AL 93, Les Alternatifs, EELV Saint-Ouen, PCMF, NPA…
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede Béatrice » 08 Avr 2012, 09:54

Le DAL et "Jeudi Noir" réquisitionnent une clinique du XVIIIe

http://www.rtl.fr/actualites/article/le ... 7746442884
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede Béatrice » 08 Avr 2012, 14:52

Un toit c’est un droit !
Pâques au balcon ... et enfin dans le campagne !
Jeudi Noir et le DAL réquisitionnent un bâtiment vide à Montmartre.
d’où la police déloge aujourd’hui illégalement les familles installées mercredi dernier...

http://www.millebabords.org/spip.php?article20376
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede Béatrice » 09 Avr 2012, 19:09

Evacuation de l’immeuble occupé par Jeudi Noir à Paris :


PARIS (Associated Press) — La police a évacué dimanche à la mi-journée la clinique vide occupée depuis la nuit dernière à Paris par des mal-logés et des militants du collectif Jeudi Noir, a-t-on appris de source policière. La préfecture de police a assuré que cette évacuation s'était faite "dans le calme et sans interpellation". Pour le collectif, il s'agissait de s'inviter dans la campagne présidentielle pour interpeller les candidats sur le mal-logement et la flambée des loyers.

Des étudiants à la recherche d'un toit et quatre familles soutenues par l'association Droit au logement (DAL) avaient ainsi investi nuitamment cet immeuble de cinq étages, une ancienne clinique située rue Duhesme (dix huitième arrondissement) qui serait vide depuis 2009 et appartiendrait à une "grosse SCI", selon Jeudi Noir.

L'objectif de cette action était "de mettre le logement au coeur de la campagne présidentielle, car pour l'instant, ce n'est pas du tout abordé (...) On sait que le logement n'arrive pas spontanément comme sujet de débat dans une campagne. Donc il faut un peu les pousser aux fesses", a déclaré à l'Associated Press l'un des porte-parole du collectif Manuel Domergue. Pourtant, a-t-il ajouté, "la cherté des loyers, c'est des millions de gens et pas seulement quelques centaines de milliers de sans-abri".

"A quinze jours de la fin de la campagne présidentielle, une vingtaine de galériens du logement et de prioritaires DALO (droit au logement opposable) ont déposé leurs bagages pour remettre le logement au coeur de la campagne. Le débat de la campagne présidentielle sur le logement est aussi creux qu'un oeuf de Pâques. Jeudi Noir et le DAL s'associent pour forcer les candidats à se positionner sur cette question essentielle", ont écrit les deux organisations dans un communiqué diffusé dimanche matin.

"Ces cinq dernières années, la spéculation immobilière a fait flamber les loyers aux dépens des mal-logés et des précaires, les classes populaires et même moyennes se voient expulsées des centres urbains", dénoncent le DAL et Jeudi Noir qui réclament "l'encadrement à la baisse des loyers", "l'arrêt des expulsions locatives" et la "production massive de logements sociaux".

Début 2011, le collectif Jeudi Noir avait fait parler de lui en occupant durant plusieurs semaines un bâtiment proche de l'Elysée dont les toits et les drapeaux tricolores étaient visibles depuis la terrasse.


http://www.convergencedesluttes.fr/inde ... UE-DUHESME
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede Béatrice » 10 Avr 2012, 17:31

communiqué du D.A.L. Droit Au Logement du 10 avril 2012 :

Un toit c’est un droit !
Projet de plan de rigueur Sarkozy, après les élections : Une violente attaque contre les locataires et les mal logés


Paris le 10 avril 2012

Médiapart a publié une note du Ministère des finances selon laquelle la plan de rigueur après les élections viserait, en ce qui concerne le logement, « une réduction d’environ 30 % des aides au logement, qui atteignent actuellement près de 15 milliards d’euros, et à raboter d’environ 600 millions d’euros les crédits inscrits dans deux programmes, celui des aides à la pierre et celui de l’hébergement et accompagnement pour les personnes les plus défavorisées, qui disposent actuellement de près de 1,7 milliard d’euros » .

Il n’est pas un secret que les allocations logement sont depuis longtemps dans le collimateur des libéraux, comme les aides à la pierre pour édifier des logements sociaux et comme le financement de l’hébergement d’urgence.

L’importance des coupes annoncées par Médiapart, ainsi que ses conséquences sociales seraient dramatiques.

Rappelons que les locataires, sont en voie d’appauvrissement, et qu’ils ont de plus en plus de difficultés à payer leur loyer à la fin du mois. Une baisse des allocations logement aurait des répercussions immédiates et provoquerait un raz de marée des expulsions locatives.

Le budget de l’hébergement serait aussi l’objet d’un coupe budgétaire brutale, ce serait alors des centaines de milliers de personnes qui risqueraient de se retrouver dans la rue, en plus des 110 000 ménages qui sont actuellement l’objet d’un jugement d’expulsion, et des 150 000 sans logis recensés par la Cours des comptes.

Enfin, une nouvelle coupe sur le financement du logement social rendrait impossible d’édifier des logements très sociaux, ceux justement dont nous avons besoin pour loger les personnes vivant dans des taudis, menacées d’expulsion ou sans logis.

Plutôt que de baisser les allocations logement, les financements de l’hébergement d’urgence et les aides à la pierre, il serait juste :

- D’accroître les recettes fiscales sur les profits, la spéculation immobilière et foncière, sur les transactions immobilières et sur l’héritage, de préserver et augmenter le budget logement, et de récupérer les 60 milliards de l’épargne populaire cédée aux banques sans aucune contrepartie

- De baisser et encadrer les loyers dans le parc privé, de baisser également les loyers en HLM, tout en allégeant la dette des bailleurs sociaux, et de baisser les charges,

- De réquisitionner les logements et bureaux vacants pour appliquer le Droit au logement et le droit à l’hébergement, mesure très peu coûteuse pour les budgets publics.

Nous appelons à être vigilants, à rester mobilisés et unis, à être prêts à la mobilisation

Un toit c’est un droit !

Droit au logement : http://www.droitaulogement.org/

DAL fédération participe au réseaux :
NOVOX : Réseau international des mouvements de lutte des “sans” http://www.novox.org/
ATTTAC : Association altermondialiste contre la spéculation financière
CUT Collectif Urgence un toit http://collectifurgenceuntoit.over-blog.com/
La Plate forme logement des mouvement sociaux : http://contrelelogementcher.org/4h-cont ... ment-cher/

Fédération Droit Au logement – 29 Avenue Ledru Rollin - 75012 Paris tél : 01 40 27 92 98 • fax 01 42 97 40 18 •
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 17 Avr 2012, 10:37

Toulouse, expulsion d'un des batiments réquisitionné par le CREA le 20 mars pour y loger des familles sans-abri

Le 16 allée des Demoiselles expulsé ! on continue!

Le lundi 16 avril, de nombreuses forces de police et de gendarmerie (plus de 20 véhicules) ont expulsé le bâtiment réquisitionné au 16 allée des Demoiselles. Ils ont enfoncé la porte et arrêté plusieurs personnes. Les 5 familles qui y étaient hébergées avaient déjà été relogées dans un nouveau bâtiment réquisitionné le 20 mars au 66 avenue d'Italie.

Depuis cette nouvelle réquisition, le bâtiment du 16 allée des demoiselles était utilisé pour accueillir une quinzaine de personnes qui n'avaient d'autre choix que de dormir à la rue.

Alors que les logements vides se multiplient pour spéculer (plus de 26 000 logement vides à Toulouse), alors que de plus en plus de personnes se retrouvent à la rue en situation de grande précarité,la campagne de réquisition continue!

Les expulse-e-s du 16 allée des Demoiselles, des membres du Collectif pour la Réquisition, l'Entraide et l'Autogestion, des membres de la Campagne 0 enfants à la rue

Tout pour tout-e-s, pouvoir au peuple!

http://crea-csa.over-blog.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 19 Avr 2012, 08:33

Le CREA a 1 an

Un 1 an « 120 personnes ont un logement grâce au CREA » .

Le 28 avril, Le CREA, Centre Autogéré de Toulouse fêtera ses un an. Au pogramme : débats, échanges et rencontres, l’occasion de revenir sur l’action de cette association qui milite pour le droit au logement.

. . . . . . . Image


Au 70, allée des Demoiselles, la solidarité fait partie du quotidien. « On s’organise entre nous face à la misère » explique Matouf Agrari, un des fondateurs du CREA. Il faut dire que dans les locaux occupés illégalement par l’association résident près d’une quarantaine de personnes dont des familles entières. Au-delà de cette cohésion interne, Matouf Agrari reconnaît qu'il « existe un réel soutien de personnes bien logées ». En effet, de nombreux anonymes n’hésitent pas à déposer gracieusement vêtements et nourriture pour les résidents du numéro 70.


L’heure du bilan

En un an, les actions du CREA se sont faites plus nombreuses. « On organise de plus en plus de réquisitions. Aujourd’hui, ce sont ainsi près de 120 personnes qui ont un logement grâce au CREA. » Quant à la question de l’action du gouvernement, Matouf Agrari peste que l’Etat « ne sert qu’à augmenter le nombre de personnes jetées à la rue. » C’est donc une véritable organisation qui s’est mise ne place au CREA pour pallier la défaillance de l’Etat. « On prend les décisions tous ensemble. Le principe de base est l’égalité » précise le fondateur.

Avec le CREA, les personnes mal logées ont aussi accès à des activités culturelles comme les travaux manuels ou sportive comme la boxe. Cependant, les expulsions continuent de se multiplier. « Le système est de plus en plus répressif » déclare Nadine Neveu, membre de l’association « Urgence un toit ». Squatter, c’est-à-dire occuper illégalement un logement reste un délit. Pour preuve, ce lundi encore, les forces de l’ordre sont intervenues à 8hoo pour expulser, 16 allée des Demoiselles, une famille comptant des enfants en bas âge. Les membres des diverses associations ainsi que d’autres squatteurs venus soutenir cette famille affirment que « le problème n’a été que déplacé. Cette famille va être relogée dans un autre squat, et ce, avec notre aide ».

Hamdani Nadia
http://www.toulouseinfos.fr/index.php/a ... rea-r.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Droit au logement, luttes...

Messagede bipbip » 24 Avr 2012, 11:16

Programme

TOUT LE MONDE EN SHORT POUR FÊTER LES 1 AN DES REQUISITIONS DU CREA ET DU GPS !

Voilà 1 an que deux collectifs ont investi les anciens locaux de l'AFPA, pour lutter, chacun à leur manière, contre toutes les formes de misère !

Pour célébrer les un an d'existence d'un lieu de luttes, de rencontres, de solidarités et de libertés qui déchire. on vous invite le week-end du 28 et 29 avril à partir de midi à un grand festival de printemps au centre social autogéré, 70 allée des Demoiselles et au 12, chemin de Bitet.

LE CREA ET LE GPS, C'EST QUI ? C'EST QUOI ?

Pour lutter contre toutes les formes de misère, le Collectif pour la Réquisition, l'Entraide et l'Autogestion (C.R.E.A.) a investi le bâtiment de l'AFPA. 8 familles y logent avec le collectif, créant un lieu de solidarités, de libertés et d'émancipations ; un centre social autogéré est né ! Chaque jour, ce sont de multiples activités libres , gratuites et ouvertes à tou-te-s qui s'y déroulent. Le CREA a également donné l'impulsion à la campagne « 0 gosse à la rue », un mouvement social où des personnes à la rue se sont réapproprié les moyens d'une émancipation sociale et collective. 5 bâtiments vides réquisitionnés, c'est autant de lieux pour vivre dignement et construire du bonheur ! D'autres luttes sont déjà en gestation : le mouvement continue !

De l'autre côté de la cour, le Groupement pour la Défense du Travail Social a réquisitionné un immeuble pour accueillir des grands précaires et mettre en place une structure d'accueil adapté où les hébergés peuvent se ressourcer, bénéficier d'un suivi médical et d'un accompagnement social différent des structures d'hébergement classique. Leur projet a donné naissance à la Maison Goudouli qui a légalisé ce lieu en décembre dernier en signant une convention d'occupation précaire avec la Direction Départementale de la Cohésion Sociale.

ENSEMBLE fêtons les 1 an des réquisitions du G.P.S*et du CREA*

Samedi 28 Avril 2012 (70, allée des Demoiselles)
12h-Apéro/bouffe Espagnol
14h-Ateliers d'échange de sa
(électricité, serrurerie, plomberie, entretien-réparation vélos)
16h- Discussion : bilan de l'année et suite de l'aventure
17h- Débat : Quelle est la place de l'Etat?
19h- Apéro et repas végétarien
20 h : Concerts Funky sister crew (hip-hop féminin) Magic Temia (rock'n roll) 22 h : boom (années 80)

Dimanche 29 avril (12, chemin de Bitet)
12h : repas végétarien, auberge espagnole
14 h : match de foot, pétanque, piscine, molky (gav, justice, sans papiers ? ) 16 h : grand loto culturel
18 h : projections extérieures (films à définir)
19 h : apéro-repas/ Canaille du Midi
20 h : bal d'extérieur


Activités familiales et collectives gratuites / viendez, vous verrez ce sera bien !!!! Saisissez vous de ces es-
paces libérés et autogérés! Cassez les barrières, dépassez les préjugés! Pour que chacun(e) ait un toit et que personne ne dorme à la rue, le mouvement de réquisition continue !
LE DROIT DE VIVRE NE SE MENDIE PAS, IL SE PREND À L'OPPRESSEUR !

Luttons pour nos droits !

*Groupement pour la défense du travail social (gps.midipy.over-blog.com) -

*Collectif pour la réquisition l'entraide et autogestion (creatoulouse@squat.net/crea-csa.overblog.com)

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité