Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede Roro » 12 Jan 2011, 18:38

Week-end de soutien aux squats menacés

Près du port autonome, au 213 Cours Balguerie-Stuttenberg à Bordeaux, un grand immeuble laissé à l'abandon depuis plus de 10 ans.

Ce lieu de vie et d'activité autogérées et gratuites est ouvert depuis 8 mois. Il est géré par un collectif qui tente de construire d'autres rapports sociaux débarrassés de toutes formes de domination et de hiérarchie.

Mardi 14 décembre, un huissier est venu annoncer aux squats de la B.A.S.E et de Chantecrit le début d'une procédure d'expulsion. A peine trois semaines plus tard, nous sommes assigné.e.s en justice. Le procès se tiendra le 4 février 2011 au tribunal d'instance.

Nous n'attendons pas de la justice qu'elle nous protège, légitime notre action ou rende un bon jugement. Cette procédure voudrait mettre fin à tout ce que les habitant.e.s du quartier et des militant.e.s ont construit ici : repas collectifs, projections de films, zone de gratuité, réunions-discussions, ateliers vélo, ateliers couture, info-kiosque...

Nous refusons de partir, affirmant la nécessité de lieux hors des rapports marchands (combien tu gagnes, on s'en fout/ t'as pas de thunes ramène ta gueule quand même) et remettant en cause le droit de propriété privé (j'ai un p'tit papier j'peux laisser cet endroit vide alors que des gen.t.es crèvent dehors) qui aboutit à l'abandon d'immeubles comme celui-ci. Nous revendiquons un droit d'usage par la réappropriation d'espaces inutilisés.

Nos cas ne sont ni isolés, ni anodins. Les politiques de restructuration, de la ville impliquent la disparition de tout lieu autonome. On vire, on déloge les indésirables (ceux qui n'ont pas de sous) de Bastide, de Bacalan ou de Belcier pour les remplacer par de belles vitrines et autres cafés hors de prix.

FACE A CES REALITES, ORGANISONS LA RIPOSTE


Samedi 15 janvier, 17h30, Place Paul Doumer

Manifestation en soutien aux procédures d'expulsion des squats La Cave et La B.A.S.E., contre les politiques de restructuration de la ville à Bordeaux et contre la LOPPSI 2...

Nous voulons des lieux pour vivre et que ces lieux soient autonomes !

Toujours samedi 15 janvier, à 20h30, au squat La Cave, 28 rue Chantecrit

Concert de soutien aux squat la Cave et la B.A.S.E.

Avec, à priori,

Walking Dead Cats

Freakdead

Et d'autres...

Dimanche 16 janvier, 13h, à la B.A.S.E, 213 cours Balguerie Stuttenberg

Miam en soutien aux procédures d'expulsion de la Base et de la Cave..

Bouffe à prix libre...

Possibilité de venir à 10h00 pour celles et ceux qui veulent filer un coup de main en cuisine...

Bal trad à 16h00
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 19:28

Re: [Bordeaux] Week-end de soutien aux squats menacés

Messagede Pïérô » 29 Jan 2011, 20:38

Bordeaux, soutien à la B.A.S.E, 4 fevrier :

SOUTIEN A LA B.A.S.E

Contre les décisions au sommet la B.A.S.E s’organise

Près du port autonome, au 213 Cours Balguerie-Stuttenberg à Bordeaux, un grand immeuble laissé à l'abandon depuis plus de 10 ans.

Ce lieu de vie et d'activité autogérées et gratuites est ouvert depuis 8 mois. Il est géré par un collectif qui tente de construire d'autres rapports sociaux débarrassés de toutes formes de domination et de hiérarchie.

Mardi 14 décembre, un huissier est venu annoncer aux squats de la B.A.S.E et de Chantecrit le début d'une procédure d'expulsion. A peine trois semaines plus tard, nous sommes assigné.e.s en justice.

Le procès se tiendra le 4 février 2011 au tribunal d'instance, à 9h00 (180 rue Lecocq). Nous appelons à un rassemblement de soutien.

Nous n'attendons pas de la justice qu'elle nous protège, légitime notre action ou rende un bon jugement. Cette procédure voudrait mettre fin à tout ce que les habitant.e.s du quartier et des militant.e.s ont construit ici : repas collectifs, projections de films, zone de gratuité, réunions-discussions, ateliers vélo, ateliers couture, info-kiosque...

Nous refusons de partir, affirmant la nécessité de lieux hors des rapports marchands (combien tu gagnes, on s'en fout/ t'as pas de thunes ramène ta gueule quand même) et remettant en cause le droit de propriété privé (j'ai un p'tit papier j'peux laisser cet endroit vide alors que des gen.t.es crèvent dehors) qui aboutit à l'abandon d'immeubles comme celui-ci. Nous revendiquons un droit d'usage par la réappropriation d'espaces inutilisés.

Nos cas ne sont ni isolés, ni anodins. Les politiques de restructuration, de la ville impliquent la disparition de tout lieu autonome. On vire, on déloge les indésirables (ceux qui n'ont pas de sous) de Bastide, de Bacalan ou de Belcier pour les remplacer par de belles vitrines et autres cafés hors de prix.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: [Bordeaux] Week-end de soutien aux squats menacés

Messagede Roro » 30 Jan 2011, 02:02

Han ! Devancé de 4h par Pierrot !
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 19:28

Re: [Bordeaux] Week-end de soutien aux squats menacés

Messagede kuhing » 30 Jan 2011, 21:30

Roro a écrit:Han ! Devancé de 4h par Pierrot !


Avec pierô, on peut pas lutter.
kuhing
 

Re: [Bordeaux] Week-end de soutien aux squats menacés

Messagede Pïérô » 31 Jan 2011, 01:50

c'est pas un concours, et c'est du taf, et j'en aurais moins si par exemple Roro avait eu les fameuses 4 h d'avance...au moins, parce que je pense que cela fait plus longtemps que c'est en ligne sur la page de l'athénée libertaire de Bordeaux. :wink:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: [Bordeaux] Week-end de soutien aux squats menacés

Messagede Pïérô » 07 Mar 2011, 09:11

la B.A.S.E. fête son expulsion en musique

3 groupes se partagent déjà l'affiche:

. FACE UP TO IT ! (reclaim the hardcore)

. THE WALKING DEAD CATS (du lourd dans le garage)

. WARNING//WARNING (very bruit, très noise)

+ peut être des guests...

Le samedi 12 mars, à 19h, la BASE, 213 cours Balguerie Stuttenberg, Bordeaux
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede Pïérô » 26 Juil 2012, 00:32

URGENT. Expulsion squat rue Cornac

Communiqué du Droit Au Logement Bordeaux, D.A.L33, le 23 juillet 2012

Depuis avril 2011, le Droit Au Logement de Bordeaux a ouvert un immeuble, 26 rue Cornac, aux Chartrons, dans le but d’abriter des demandeurs d’asile, de titre de séjour ou régularisées,essentiellement des familles.

Car à Bordeaux, et bien que la loi lui fasse obligation de les loger, le Préfet laisse tout simplement ces réfugiés à la rue.
C’est donc en urgence que le D.A.L 33 a ouvert ce logement vacant depuis près de 8 ans.

A Bordeaux, le Préfet préfère donc payer des amendes plutôt que d’appliquer la loi. Enfin, pas toujours…

Le 16 juilet 2011, un officier de police est venu remettre aux habitant-e-s du squat un avis d’expulsion, valable à compter du 31 juillet.

L’immeuble rue Cornac compte actuellement 28 personnes dont 11 enfants scolarisés, 5 d’entre eux ont moins de 5 ans.

Aujourd’hui, le D.A.L exige que les habitant-e-s rue Cornac puissent occuper ce logement tant qu’aucune solution concrète et pérenne ne soit proposée par la Préfecture.

La mairie de Bordeaux est également sollicitée pour mettre en œuvre des solutions d’urgence qui sont très largement à sa portée.
Par exemple, un immeuble vide rue Condorcet et dans lequel la mairie avait logé récemment des familles a été opportunément muré la semaine dernière.

Dans l’éventualité plus que probante que les demandeurs d’asile soient de nouveau à la rue, le D.A.L recherche de toute urgence un bâtiment inoccupé et salubre.
Si vous repérez un immeuble qui vous semble inhabité, contactez-nous au 06 95 43 53 23 sans donner d’adresse pour un rendez-vous face à face.

Une conférence de presse sera donnée vendredi 27 juillet à 15h, 26 rue Cornac.

Une vidéo est consultable ici :
http://youtu.be/LI8ZcshUAwk

Merci de faire tourner cette information dans vos réseaux.

En pièce jointe, le bilan positif que nous avons établi du squat au 1er juin 2012.

Droit Au Logement Bordeaux – D.A.L33
8 rue La Course
33000 Bordeaux

Contacts
Mail : dal33gironde@gmail.com
Tel : 06 95 43 53 23
Site : http://dal33.over-blog.com/
http://dal33.over-blog.com/article-d-a- ... 53491.html


Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede bipbip » 11 Nov 2012, 14:27

Concert solidaire D.A.L 33 - O.P.A & Breaking Fuel
vendredi 16 novembre 2012 à 19h, Bar-Tabac place saint michel, Bordeaux.

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede altersocial » 23 Déc 2012, 11:11

L'immeuble investi par le DAL repris par la police

L'association Droit au logement a été éjectée hier d'un immeuble de bureaux vide qu'elle avait réquisitionné en toute discrétion mercredi dernier.

Image

L'association Droit au logement (DAL) a voulu prendre la ministre Cécile Duflot au mot. Il y a quelques jours, cette dernière avait évoqué l'un de ses sujets favoris : la réquisition de bâtiments vides pour loger les sans-abri. La ministre du Logement avait rappelé que la réquisition « fait partie de la panoplie légale ». Mercredi dernier, le DAL a jeté son dévolu sur un ancien immeuble de bureau de l'administration des impôts, rue Thiac, dans le centre de Bordeaux. Un immeuble « en parfait état et inoccupé depuis deux ans », précise un membre du DAL.

Réalisée en toute discrétion et par un petit nombre de membres du DAL, cette opération est passée inaperçue. Mais hier, jour de grande affluence dans le centre de Bordeaux, le DAL avait prévu de médiatiser l'opération, en invitant un grand nombre de sympathisants devant l'immeuble occupé. Dans les faits, c'est surtout la police qui s'est invitée sur les lieux. Vers 15 h 30 en effet, la rue a été bouclée à ses deux extrémités, alors que plusieurs policiers pénétraient dans le bâtiment. « Nous voulions juste que ceux qui sont ici fassent venir des gens, distribuent des tracts. La ministre Duflot a dit qu'elle avait des locaux en vue, mais rien à Bordeaux. C'est aussi une opération en solidarité avec les expulsés du terrain du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes », explique Benjamin Caillard, membre du DAL.

Pas de résistance

Ce dernier était sur place lorsque la police est entrée dans l'immeuble. « On a ouvert pour négocier avec eux, mais ils ont pénétré sans ménagement, j'ai même pris un coup. Ils ont aussi balancé des gaz lacrymogènes. » Les membres du DAL ont indiqué qu'ils n'ont opposé aucune résistance. Ils ont également enlevé les affaires qu'ils avaient déposées dans les bureaux de l'ex-immeuble des impôts. « Pour nous, l'action est terminée », précise Benjamin Caillard. En principe, le DAL avait envisagé une installation plus longue dans cet immeuble, mais cette option a tourné court. L'association n'aurait pas l'intention d'essayer de revenir dans ces bureaux. Mais d'autres actions en lien avec la réquisition de bâtiments vides et en bon état auront lieu dans le courant de l'hiver.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede bipbip » 28 Déc 2012, 13:16

Communiqué du DAL 33

Communiqué du Droit Au Logement de Gironde (DAL 33)

Le 25 décembre 2012

Les faits

Le 22 décembre, à partir de 15h, le DAL33 a rendu public la réquisition de l’ancien hôtel des impôts de Bordeaux, situé au 13 rue Thiac. Un bâtiment public, magnifique, inoccupé depuis des années et plus que salubre.

Une cinquantaine de personnes étaient dans le bâtiment lorsque vers 15h45 les forces de police ont frappé à la porte.

Nous leur avons ouvert pour leur signifier que nous occupions ce bâtiment depuis la nuit du 18 au 19, qu’il était habité, que nous ne faisions que répondre aux vœux de la ministre du logement de réquisitionner des bâtiments publics en bon état pour y loger des personnes et des familles qui en ont besoin.

De fait, une cuisine et des lits étaient installés, il y avait l’eau et l’électricité, bref : il était habité depuis plusieurs jours.

Cette action de médiatisation était prévue non violente, il était prévu de ne pas résister par la violence aux forces de l’ordre. Il était prévu qu’elle soit festive, artistique, militante ; il y avait aussi de quoi se nourrir.

Le commissaire de police n’a même pas fait semblant de nous écouter. Mentant franchement, il a déclaré avoir les preuves de notre effraction et d’un flagrant délit. Il s’est introduit de force par l’embrasure de la porte et a ordonné à ses hommes l’assaut.

Malgré notre non-violence, l’instinct et la solidarité ont fait que lorsqu’ils ont commencé à ouvrir la porte, quasiment tout le monde s’est jeté dessus comme une seule personne.

Alors ont commencé le gazage par lacrymo et les coups.

Et nous avons été expulsés.

Quelques bleus et brulures dues aux lacrymos, pas d’arrestation. Pas de vague. Mais un bâtiment splendide qui reste vide.

Nous dénonçons avec force ce décalage entre les paroles et les actes du gouvernement.
Nous dénonçons la brutalité de cette expulsion dont la légalité serait, dans un état de droit, plus que discutable.

Le contexte

La ministre du logement a annoncé la réquisition prochaine de bâtiments publics vacants pour loger des personnes. Au lieu d’attendre désespérément, nous avions décidé de le faire ici, à Bordeaux.

Nous, c’est un ensemble de personnes, parfois membres du DAL33, souvent sans étiquette, et soutenant sans faille les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes dans leur lutte contre leur expulsion.

Nous voulions le faire ici, à Bordeaux, révoltés des violences des expulsions de logements et de terrains, écœurés du temps politicien totalement coupé du temps réel, de l’urgence réelle de la situation.

Nous l’avons fait parce que l’Etat ne respecte pas ses obligations de logement des personnes vulnérables : le 115 refuse du monde tous les jours, les Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) sont loin de loger tous les migrants qui y ont droit, en vertu du droit français et international.

Nous l’avons fait parce que pour nombre d’artistes, de personnes de moins de 25 ans (qui n’ont pas droit au RSA) et/ou en contrat précaire ou autour du SMIC, se loger ou trouver un local pour exercer est une mission souvent extrêmement difficile.

Et nous en avons la légitimité, issue d’une partie du droit trop longtemps et trop souvent bafouée : le droit à un logement, un toit, pour toutes et tous. Et parce qu’il y a selon l’INSEE 2 millions de logements vacants en France.

Revendications

- La réouverture pérenne du bâtiment réquisitionné pour en faire un lieu de vie et d’accueil
- L’arrêt des expulsions de logements et de terrains, ici et partout,
- l’application immédiate de la loi de réquisition, y compris au parc privé
- la construction et la rénovation immédiate de logements,
- l’application du Droit Au Logement Opposable (DALO),
- le respect par l’Etat de son obligation de loger les demandeurs d’asile et toute personne à la rue,
- l’évolution de la loi concernant les habitats autonomes, légers, éphémères et mobiles …

Merci de faire suivre dans vos réseaux.

Droit Au Logement Bordeaux
http://dal33.over-blog.com/article-bord ... 31936.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede bipbip » 22 Juil 2013, 15:41

occupation et répression

Répression sécuritaire contre le D.A.L33
Communiqué

Trois articles dans Sud-Ouest, un dans le Figaro, TV7, RTL, des dizaines de coups de fils et de mails d’insultes et de menaces essentiellement à caractère raciste et xénophobe, une plainte déposée contre X, des élus UMP et FN qui demandent notre dissolution : la sphère politico-médiatique s’est enflammée en apprenant que des familles d’origine étrangère avaient occupé un immeuble appartenant à une personne âgée de 84 ans à Bordeaux, dans le quartier Saint-Michel, soi-disant « installées par le D.A.L33 » qui aurait « fracturé la serrure ».

Le ton général de ces réactions, de la véhémence jusqu’à à la haine, criminalise l’action du D.A.L33, qui « met des mamies à la rue », « viole leur bien » et « fait dormir des indigènes dans leur lit » dès qu’elles ont le dos tourné …

Concrètement, cet immeuble était connu comme inhabité et ouvert depuis au moins six mois. Après vérifications, nous y avons constaté l’absence d’effets personnels et appris que son propriétaire était domicilié dans une autre ville. Le tout dans un bâtiment présentant tous les signes de vacance.

La contestation de ces faits n’a été qu’un choix stratégique visant à obtenir une expulsion rapide hors de la procédure classique. D’ailleurs, avant la forte médiatisation, les familles avaient reçu l’autorisation orale de la propriétaire de rester jusqu’en septembre.

Aujourd’hui, les familles sont à la rue et l’immeuble demeure vide.

Les accusations portées sur le D..A.L33 sont les conséquences d'un contexte bien particulier :
- la démission du préfet à son obligation de loger ces familles, qui étaient en situation régulière, en vertu de l’arrêt du conseil d’Etat du 10 février 2012. Ces familles se trouvaient donc dans un état de nécessité absolue après avoir épuisé toutes les solutions légales possibles.

- le climat politique qui cède un large espace d'expression aux idées racistes, nationalistes et individualistes, ce qui autorise des élus U.M.P (F. Robert) ou F.N (M. Colombier) à avoir des propos mensongers dans la presse.

Tout cela n'est que l'alibi parfait et attendu du gouvernement pour s'attaquer aux initiatives solidaires du D.A.L de Gironde. Cela lui permet de réprimer ce genre d’activités grâce à une sur médiatisation qui révèle la large place laissée aux réactions xénophobes, identitaires et nationalistes dans la sphère publique : l’Etat va exactement dans le même sens que les idées d’extrême droite.

Reprenant l’article initial et approximatif de Sud-Ouest, ces idées d’un autre temps ont fait le tour du web, remis à toutes les sauces, notamment celle du repli identitaire. Les militant.e.s du D.A.L33 ainsi que les familles sont inondées de menaces et de propos haineux sur les réseaux d’extrême droite.

Un facebook de soutien à la propriétaire s'est ainsi constitué sans son accord et on peut y lire des propos tels que "défonçons à coup de barre à mine la gueule de ces tarlouzes."

Dans cette course au populisme, l’autoritarisme s’exerce de manière décomplexée : « on veut la peau du D.A.L », c’est ce qui a été dit à un militant interpellé jeudi 18 juillet.

Ce jour-là, à 7h du matin, à 4 endroits différents de Bordeaux, 25 policiers et 8 voitures de police sont venus réveiller quatre militant.e.s chez eux et saisir leurs téléphones, ordinateurs, disques durs et documents divers. Ils ont ensuite été amenés au commissariat et placés 12 heures en garde à vue aux sorties desquelles aucune charge n'a été retenue contre eux. Aucune preuve d'une quelconque violation de domicile ou de dégradation ne leur a été soumis tandis que la police a conservé la plupart des objets saisis.

Le même jour, le local du syndicat Solidaires qui héberge gracieusement le D.A.L33 a lui aussi subi une perquisition, après avoir vu sa serrure forcée. Les familles ont elles aussi vécu plusieurs auditions durant lesquelles elles nous disent avoir subi des pressions pour dénoncer le DAL33. Quelle disproportion de moyens pour une simple suspicion de violation de domicile !

Le DAL33 ne se veut pas adversaire de particuliers, et regrette si cette propriétaire a eu l’impression que notre intention était de lui porter atteinte. En revanche, il continuera à promouvoir et à acter la solidarité par la réquisition de logements vacants, publics ou privés.

Un toit est plus qu’un droit, il est une nécessité vitale, et il n’y a pas de débat à ouvrir sur cette affirmation. Nous ne cèderons pas sur ce principe. C’est la meilleure réponse au mépris politique et sociétal que vivent les immigré-e-s en particulier, et les millions de foyers « bien de chez nous » qui connaissent au quotidien des problèmes liés au logement. C’est pourquoi nous nous mobilisons tous les jours, sans moyens financiers et sans distinction.

Pour plus d’informations, une conférence de presse sera donnée conjointement avec Solidaires mardi 23 juillet, à 11h30, dans leur local du 8 rue de la Course.

Contact :
DAL33 (Droit Au Logement de Gironde)
06 95 43 53 23
http://dal33.over-blog.com/

http://dal33.over-blog.com/communiqu%C3 ... .l-gironde


Communiqué du D.A.L National - Soutien au D.A.L33
Bordeaux : répression et menaces de mort Contre les militants du DAL

A la suite de l’occupation temporaire d’un immeuble à Bordeaux pour pallier aux carences de l‘État, les militants du DAL Bordeaux sont l’objet d’un harcèlement inacceptable de la part des autorités de police de Bordeaux d’une part, et de l’ultra droite d’autre part.

Jeudi matin à 7h, la police en grand nombre a débarqué chez 4 militantEs du DAL Bordeaux, et a procédé à des perquisitions dans leurs logements. La police ne leur a pas présenté les justificatifs légaux.

Les ordinateurs, les disques durs et les téléphones portables ont été saisis. Puis les militantEs ont été placés en garde à vue et interrogés à la suite d’une plainte pour une prétendue violation de domicile.

En l’absence de charges, ils ont été libérés vers 18h, mais seuls deux téléphones ont été restitués. La police a indiqué aux militantEs qu’elle agissait sur ordre du Ministère de l’intérieur, et que le procureur était mobilisé.

Dans la journée une perquisition a été effectuée dans les locaux du syndicat Solidaires, qui accueille d’autres organisations, telles que la Confédération Paysanne, et où le DAL Bordeaux tient ses permanences. Solidaires n’avait pas été informé de cette intrusion policière avec serrurier menée dans des conditions surprenantes.

Tandis qu’un site d’ultra droite de Bordeaux développe une propagande mensongère contre le DAL, des insultes et des menaces de mort ont été proférées sur les téléphones de plusieurs comités, sur le facebook de la fédération Droit au logement, sur des téléphones privés.

Plutôt que de protéger des militants et des bénévoles dévoués à la cause des sans logis, la police et les autorités cherchent à les accabler et à les criminaliser.

La fédération Droit Au Logement dénonce cette stratégie répressive et finalement assez complémentaire, employée par les autorités de police contre le DAL Bordeaux, qui a tout fait pour que des solutions d’hébergement soient mises en places pour les familles sans logis, et que les lieux soient libérés.

La fédération Droit au logement rappelle que la répression et l’intimidation policière et judiciaire touchent de plus en plus fréquemment des responsables et militants locaux, visant l’ensemble du mouvement, et qu’elle se double depuis peu par des agressions et des menaces provenant manifestement de milieux d’extrême droite, en toute impunité.

Les militants de la fédération, réunis ce jour à Paris, expriment leur solidarité et leur entière confiance envers les militantEs de DAL Bordeaux, exigent l’arrêt immédiat de ces poursuites absurdes et excessives.

Le gouvernement doit faire cesser ce climat hostile à l’encontre du mouvement Droit Au Logement dans son ensemble, lequel est toujours resté non violent, et agit pour le respect de Droit Au Logement pour tous.

Un toit c’est un droit !
http://dal33.over-blog.com/communiqu%C3 ... au-d.a.l33
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede Pïérô » 19 Sep 2013, 00:11

Expulsion, expulsion...
la rentrée, le préfet sort les enfants...

Rue de Bègles à Bordeaux le 4 septembre 2013 : Les autorités procèdent à l'expulsion d'un squat de 3 familles roms (13 personnes dont 7 enfants). L'immeuble en parfait état appartient au bailleur social Domofrance et était resté inoccupé pendant au moins 5 ans auparavant.

...des écoles. Expulsés d'un lieu de vie appartenant à Domofrance, laissés à l'abandon depuis plusieurs années, trois familles se sont retrouvées à la rue le quatre septembre 2013 grâce au concours de la force publique. Ce dispositif déployé pour ce gâchis relevait bien de la force quant à sa disproportion. Le public du quartier se trouvait, lui, plutôt attristé...et impuissant.

Les drôles (7 enfants de 2 à 12 ans), loin de rejoindre les bancs de l'école du secteur, ont surtout vu s'éloigner leurs lits embarqués dans les deux camions des déménageurs.
Le commissaire n'en avait rien à faire et l'huissier rien à scier.

Banal, cent fois banal, ça arrive tous les jours en France.

Forte de son bon droit, Domofrance, qui avait quelques mois auparavant fait changer les garde-corps de l'étage - vous comprenez, c'est rapport à la sécurité des enfants - a cru bon de jouer les garde meubles. Ce bailleur social réputé dispose d'un patrimoine immobilier digne du Vatican. Mais sa parcimonie en matière d'attribution de logement social est égale a sa dimension.

Qui sait, la société Domofrance proposera-t-elle aux enchères publiques les quelques biens de ces fâcheux squatteurs? Histoire de payer l'huissier, faut bien que tout le monde croûte, n'est ce pas?

Sans aucun appel d'offre (à notre modeste connaissance) la société de blindage Sitex, dont nous ne souhaitons nullement faire la publi-incité, s'est empressée de transformer ce logement vacant en bunker, dans un temps voisin de l'action de la police, c'est à dire immédiatement.

Nous nous interrogeons, Domofrance propose-t-il des bunker-Sitex à la location?

La privation d'accès au logement ne se décline pas seulement sous forme d'expulsions spectaculaires, de mesures anti-squat onéreuse ou d'OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français) discriminatoires, mais surtout, insidieusement, sous forme d'interminables files d'attente auprès des bailleurs sociaux et de vains appels de détresse vers le 115.

Ceci touche tout le monde, désormais sans toit, nous sommes quoi?

Un toit, c'est un droit.

Selena

http://dal33.over-blog.com/a-la-rentr%C ... es-enfants
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede Pïérô » 21 Sep 2013, 17:08

expulsions toujours...
A la rentrée, le préfet sort les enfants...

Rue de Bègles à Bordeaux le 4 septembre 2013 : Les autorités procèdent à l'expulsion d'un squat de 3 familles roms (13 personnes dont 7 enfants). L'immeuble en parfait état appartient au bailleur social Domofrance et était resté inoccupé pendant au moins 5 ans auparavant.

...des écoles. Expulsés d'un lieu de vie appartenant à Domofrance, laissés à l'abandon depuis plusieurs années, trois familles se sont retrouvées à la rue le quatre septembre 2013 grâce au concours de la force publique. Ce dispositif déployé pour ce gâchis relevait bien de la force quant à sa disproportion. Le public du quartier se trouvait, lui, plutôt attristé...et impuissant.

Les drôles (7 enfants de 2 à 12 ans), loin de rejoindre les bancs de l'école du secteur, ont surtout vu s'éloigner leurs lits embarqués dans les deux camions des déménageurs.

Le commissaire n'en avait rien à faire et l'huissier rien à scier.

Banal, cent fois banal, ça arrive tous les jours en France.

Forte de son bon droit, Domofrance, qui avait quelques mois auparavant fait changer les garde-corps de l'étage - vous comprenez, c'est rapport à la sécurité des enfants - a cru bon de jouer les garde meubles. Ce bailleur social réputé dispose d'un patrimoine immobilier digne du Vatican. Mais sa parcimonie en matière d'attribution de logement social est égale a sa dimension.

Qui sait, la société Domofrance proposera-t-elle aux enchères publiques les quelques biens de ces fâcheux squatteurs? Histoire de payer l'huissier, faut bien que tout le monde croûte, n'est ce pas?

Sans aucun appel d'offre (à notre modeste connaissance) la société de blindage Sitex, dont nous ne souhaitons nullement faire la publi-incité, s'est empressée de transformer ce logement vacant en bunker, dans un temps voisin de l'action de la police, c'est à dire immédiatement.

Nous nous interrogeons, Domofrance propose-t-il des bunker-Sitex à la location?

La privation d'accès au logement ne se décline pas seulement sous forme d'expulsions spectaculaires, de mesures anti-squat onéreuse ou d'OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français) discriminatoires, mais surtout, insidieusement, sous forme d'interminables files d'attente auprès des bailleurs sociaux et de vains appels de détresse vers le 115.

Ceci touche tout le monde, désormais sans toit, nous sommes quoi?

Un toit, c'est un droit.

Selena
http://dal33.over-blog.com/a-la-rentr%C ... es-enfants
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede bipbip » 05 Oct 2013, 13:22

Affaire Planterose , toujours la répression et encore une garde à vue

Nouvelle garde à vue pour les militants du DAL33

Jeudi 19 septembre, dans le cadre d’une plainte contre X pour violation de domicile et dégradation d’un immeuble squatté en juillet par des familles sans-abris, 5 membres de l’association Droit Au Logement 33 placés déjà en garde à vue auparavant pour la même affaire, se sont rendus à une convocation judiciaire à 8h du matin. Ils ont été aussitôt placés une nouvelle fois en garde à vue. De crainte que cela devienne pour le DAL33 maladie chronique, l'association tient à s’élever contre cette pratique qui tend à faire passer de simples militant(es) pour de redoutables délinquants.

Une nouvelle journée d’activités de soutien en plus des autres activités personnelles familiales et professionnelles, s’est perdue dans les cellules grises de l’Hôtel de Police. Ce temps perdu tue le militant comme il peut. Évidemment, aucun élément ne justifiait ce traitement. Les 5 militants sont sortis à 18h sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux. Un large comité de soutien était là pour les accueillir. Le DAL33 tient à remercier les personnes, associations et syndicats qui étaient présents.

A cette heure, le DAL33 exige encore la restitution des biens personnels et professionnels saisis lors de la perquisition qui a précédé la première garde à vue du jeudi 18 juillet. Il exige aussi également la publication du droit de réponse à l’article du quotidien régional Sud Ouest qui traite de l’affaire à l’origine de l’enquête menée exclusivement contre le DAL. C’est aussi un droit tout comme l’est le droit au logement.

vendredi 27 septembre 2013

DAL33
http://dal33.over-blog.com/nouvelle-gar ... s-du-dal33
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes...à Bordeaux

Messagede Roro » 11 Oct 2013, 01:11

2 squats actuellement expulsables sur Bordeaux : le rat fist all (expulsion possible tout le temps).

Et l'Oukaze, qui sera expulsable le 5 décembre. En attendant, les activités se poursuivent.
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 19:28

Suivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité