Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Pïérô » 09 Mar 2012, 11:29

St Denis, samedi 10 Mars

Manifestation contre les expulsions

Samedi 10 Mars à 11h - Ecole Jules Vallès

L'école se situe entre le théâtre et l'église - Quartier Gare de St Denis - 55 boulevard Jules Guesde

Pique-nique à l'arrivée place du 8 mai 1945


Drames du logement à Saint-Denis

- Mercredi 30 novembre 2011 au 11 rue Dezobry : 29 enfants, leurs parents et un célibataire sont expulsés de leurs logements par la préfecture.

- Mercredi 7 décembre au 76 rue Gabriel Péri : 35 adultes et 7 enfants sont encore expulsés par la préfecture. Le préfet promet alors d'autres expulsions en hiver. Les expulsés campent devant la mairie pour obtenir de l'aide face à l'Etat.

- Décembre à mars 2012 : St Denis se mobilise régulièrement aux côtés des expulsés : enseignants, parents, travailleurs, habitants, étudiants, chômeurs, syndicalistes... organisent des manifs, concerts, repas, flashmob, projections, débats pour obtenir papiers et logements pour les expulsé-e-s.

- Samedi 4 février 2012 : Une femme seule habitant Franc Moisin se donne la mort à la gare de St Denis. Surendettée du logement, elle était isolée et à bout. Elle laisse trois enfants.

- Mercredi 15 février 2012 : Une autre femme veuve dont les enfants sont scolarisés à Franc Moisin, s'immole dans le hall de l'hôtel de ville et décède le lendemain. En demande de logement depuis 14 ans, elle laisse 6 enfants orphelins.


Plus jamais ça !

La galères des expulsé-e-s cet hiver

Depuis 3 mois, les habitants du 76 rue Péri ont été expulsés par la Préfecture et campent devant la mairie. A part les parents avec enfants, les autres personnes n'ont pas été acceptées par le 115 durant des semaines. A partir du grand froid et avec la mise en place du parrainage des élus de St Denis, la situation s'est à peine améliorée.

Beaucoup des campeurs sont salariés et luttent dans ces conditions indignes pour garder leur emploi.

Exemples

- Un des campeurs: Il travaille de nuit et a besoin de dormir le jour, mais le 115 ne lui propose qu'un refuge ouvert de 21h à 6h. Il a passé des journées entières sans dormir. Indignité!

- Deux campeuses: Après 40 nuits passées sous la tente, dans des conditions climatiques difficiles (pluie presque tous les jours, froid), elles sont soulagées d'avoir enfin un lit dans un hôtel pour quelques nuits. Les couvertures sont sales, la fenêtre ne ferme pas et il n'y a pas de chauffage. A peine couchées, elles se font dévorer par les punaises qui infestent la literie et repartent sur le campement. Colère!

- Une autre femme expulsée : Depuis 3 mois, alors que l'Etat est obligé de l'héberger d'urgence car elle a une enfant mineure, pas de chambre, elles dorment à droite à gauche, grâce aux soutiens autour d'elles : Révolte!

- D'autres travailleurs (souvent sans papiers) : ils sont hébergés dans des refuges-dortoirs sans intimité, dans le bruit, relégués. Résultat : impossible de se reposer.

Le 115, c'est précaire, indigne, insalubre, épuisant et inhumain !

Et de toute façon, à partir du 15 mars, c'est la fin de la trève hivernale, tous les enfants et adultes risquent de se retrouver à la rue.

En plus, il y a 1500 procédures d'expulsion en cours sur Saint-Denis, et à partir du 15 mars des centaines de personnes peuvent être à la rue aussi!

Expulsés, futurs expulsés Rejoignez la lutte !

Contactez nous 06 21 49 55 34 (Amel) 06 42 56 56 57 (Sarah) // comite-de-lutte-contre-les-expulsions-s ... nis@gmx.fr




Rennes :

Manif : Un toit c'est un droit

Le Réseau Logement pour tous 35, collectif d'associations, de syndicats et de partis politiques, a décidé de manifester le samedi 10 mars à 15h00 place de la Mairie à Rennes pour :

« Un toit c'est un droit », l'arrêt des expulsions, la baisse des loyers et de l'énergie, la réalisation massive de HLM.

Le 15 mars sonne le retour des expulsions, l'angoisse pour des dizaines de milliers de familles d'être jetées à la rue avant sombrer dans l'exclusion... Depuis 10 ans, le nombre d'expulsions a doublé, comme le nombre de sans-abris, à mesure que les loyers et l'immobilier flambent, que la précarité, la pauvreté salariale et le chômage s'étendent, que les charges, l'énergie, les transports, les soins, et les produits alimentaires de base augmentent. Les fins de mois sont dures …

C'est une politique délibérée des gouvernements qui depuis 10 ans, encouragent le logement cher, et soutiennent les milieux de l'immobilier, (bailleurs privés, spéculateurs, BTP, banques), qui s'enrichissent sur le dos des locataires et des accédants. Le logement cher, c'est le racket des couches populaires : jeunes, salarié-e-s, précaires, mères isolées, migrants, retraités, handicapés ... En plus, les statuts locatifs sont attaqués et précarisés, même en HLM.

Ce n'est pas une fatalité ! il faut se réveiller ! Le logement prend place dans la campagne électorale poussé par le mouvement social et revendicatif. Tous ensemble : on peut gagner, le projet de loi interdisant de vivre dans un camping plus de trois mois a été abandonné, un projet de loi pour encadrer les loyers a été adopté au Sénat , …

Mr Sarkozy nous annonce des mesures qui précarisent les locataires, fragilisent les HLM, soutiennent les spéculateurs et les grands bailleurs et patrons du BTP. STOP !!
À quelques semaines des élections, la crise du logement s'aggrave. Beaucoup ont peur de se retrouver un jour à la rue. Le logement doit être un droit, comme l'éducation ou la santé ...

EXIGEONS TOUS ENSEMBLE :

ARRÊT DES EXPULSIONS ! Application et amélioration de la loi DALO, de la loi de réquisition, de l'obligation d'accueil inconditionnel des sans-logis, jusqu'au relogement. !

BAISSE DES LOYERS ET DE L'ÉNERGIE ! Encadrement et baisse de 10 à 20% des loyers privés, des charges, hausse des allocations logement, taxation de la spéculation, suppression des cadeaux fiscaux aux riches !

RÉALISATION MASSIVE DE HLM ! 150 à 200 000 par an (PLUS, PLAI) aux normes environnementales, renforcement du Livret A et du 1% logement, gel des loyers HLM et des charges, abrogation des mesures de marchandisation des HLM (CUS, ventes, démolition, privatisation...), un service public du logement !

UN LOGEMENT C'EST UN DROIT ! Abrogation des Lois qui précarisent les locataires ( loi Boutin, congé vente … ), relogement des habitants de taudis, toxiques (saturnisme), de bidonville ; des droits pour les habitants de camping, de foyers, d'habitat hors norme et/ou choisi ; soutien à l'habitat coopératif …

Réseau Logement pour tous 35



Tours :
samedi 10 mars
LE DROIT AU LOGEMENT C’EST QUOI ??
5 JOURS AVANT LE DEBUT DES EXPULSIONS LOCATIVES
AU CENTRE SOCIAL DU SANITAS 2 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE (FACE AU
SUPERMARCHE LIDL)
12 H APERO REPAS PARTAGE
14 H PARCOURS DES LOGEMENTS VIDES DU QUARTIER EN MUSIQUE : MAJORETTES DU
QUARTIER ET BATICADA
16 H TABLE RONDE ET DISCUSSIONS (INFOS CONSEILS) SUR LES DROITS AU LOGEMENT
17 H PAUSE MUSICALE : GOSPEL GROUPE DE RAP DES JEUNES DU QUARTIER
18 H EXPO PHOTOS, PROJECTION DE FILM
CREPES POUR TOUS

Antibes (06)
samedi 10 mars, 14H30 : marche pour le droit au logement pour tous (départ de la gare SNCF d' Antibes)

Nancy :
samedi 10 mars, 15h : rassemblement placette St-Sébastien

Amiens : place Gambetta - 14h00
Angers : Rassemblement devant la Préfecture - 15h00
Lorient : Barrage filtrant & manif dans cités retour sur le centre - 14H00
la Rochelle : Rassemblement devant la Préfecture - 14h00
Clermont Ferrand : Rassemblement place de Jaude - 14h30
Forqualquier : place du Bourguet - 14h30
Lille : place de la République - 14h30
Marseille : Pique nique devant la Préfecture - 12h00
Mulhouse : Place de la réunion - 14h30
Poitiers : rue du Marché notre Dame -16h30
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede bipbip » 14 Mar 2012, 10:01

Manifestation contre les expulsions, Paris, samedi 17 mars

Image


Manifestons contre les expulsions et la restructuration urbaine samedi 17 mars 13 heures métro alexandre dumas

À tous ceux qui vivent à 5 dans un 20m², À tous ceux qui se sont déjà fait couper l’électricité, À tous ceux qui doivent choisir entre bouffer et payer leur loyer, À tous ceux qui ont déjà fait des faux dossiers pour avoir un appartement, À tous ceux qui se sont déjà ou vont se faire expulser, À tous ceux qui en ont marre de claquer leurs salaires pour un petit appart’ humide, À tous ceux qui ont de plus en plus de mal à payer leur loyer, À tous ceux qui trouvent que tout ça c’est pas normal, À tous ceux qui trouvent que le chacun pour soi c’est tout le monde dans la merde !

La fin de la trêve d’hiver arrive. Cette année, commme chaque année, la fin de l’hiver est le grand moment des expulsions. Presque plus de risque de mourir de froid dehors, alors la propriété reprend tous ses droits. C’est le grand ménage pour les propriétaires et l’État qui se débarassent enfin des locataires mauvais payeurs, des squatteurs, ceux dont on ne renouvelle pas le bail, tous ceux qui sont jugés peu rentables. Entre 2010 et 2011, le nombre d’expulsions est passé de 50 000 à 100 000. Cette année, il faut s’attendre à la même chose, alors que des milliers de logements sont vides. Cette question s’ajoute à un durcissement général des conditions de vie pour une grande partie des gens, entre baisse des allocations, précarisation, chômage. Le pire reste sans doute à venir, les loyers ne cessant d’augmenter alors que c’est déjà la galère.

Mais il faut bien que les affaires continuent et cette année est aussi celle du lancement du Grand Paris. Misère ou pas, crise ou pas, de grands projets de restructuration urbaine sont mis en oeuvre par l’Etat avec les régions et les municipalités, principalement dans les villes populaires de la petite couronne : Ivry, Saint-Denis, Montreuil, Bagnolet, Aubervilliers…

Restructuration ça veut dire quoi ?

Concrètement les habitants de ces quartiers vont être expulsés pour permettre la construction d’immeubles de bureaux, de zones commerciales, et de logements au loyer très élevé. Le but étant de remplacer les classes populaires par une population plus riche. Les pauvres doivent devenir invisibles pour laisser la place à des zones attractives où dominent les boutiques branchées, l’industrie culturelle et les entreprises ou écoles de pointe. Il n’y a qu’à voir le nettoyage encore récent des derniers quartiers populaires de Paris pour imaginer le résultat : même quand les mairies prétendent construire quelques HLM, la plupart ne seront accessibles qu’à partir de 2000 euros de revenu. Face à cette politique de riches pour les riches, de nombreuses personnes s’organisent. Certains refusent de quitter le logement qu’ils n’ont plus les moyens de payer, d’autres s’opposent à la destruction de leurs lieux d’habitation et des liens de voisinage et de solidarité qui allaient avec. On ne se laisse pas déplacer en grande banlieue sous prétexte qu’on est vieux ou pas très rentable.

Dans plusieurs quartiers, des collectifs d’habitants se montent pour résister aux politiques urbaines et aux décisionnaires qui les pilotent. À Bagnolet, le collectif de la Noue perturbe régulièrement le conseil municipal ; à St-Denis, le comité de soutien de familles expulsées de leur squat cet hiver et qui occupent le parvis de la mairie organise des manifestations toutes les semaines. Ailleurs, ceux qui n’en peuvent plus d’attendre un HLM ou de vivre dans des conditions pourries occupent des logements vides. Que se multiplient les formes concrètes de résistance : collectif de quartier indépendants de ceux qui gèrent la ville, occupations de logements vides, pression sur les conseils municipaux, les réunions de concertation et les bailleurs sociaux, qu’on soit 6, 50, 200, rassemblements et résistances concrètes contre les expulsions.

Contact : manif17mars@riseup.net

Cette manifestation est appelée par différents collectifs et assemblées qui résistent aux expulsions et aux politiques de réorganisation urbaines dont :

Assemblée anti-expulsions du 20e blog : http://paris20.noblogs.org mail : numeroparis20@riseup.net Prochaine assemblée le Mercredi 14 mars à 18h30 (tous les seconds mercredis du mois). En cas d’urgence (expulsion, huissier…) dans le 20e, appelez ou envoyez un message au : 06 84 46 96 74.

Collectif « Prenons la ville » mail : degage-onamenage@riseup.net Le collectif « Prenons la ville » propose des moments de rencontres, d’échanges et d’organisation les premier et troisième lundi de chaque mois au Rémouleur (106 Rue Victor Hugo, Bagnolet, métro : Robespierre ou Gallieni)

Collectif Mal-logés du 18e sans frontières mail : cml18sf@gmail.com Réunion tous les samedis à 14h au Square Léon, Métro : Barbès ou La Chapelle. N’hésitez pas à nous contacter : 06 50 51 91 90

http://manif17mars.noblogs.org/

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede bipbip » 15 Mar 2012, 08:59

Communiqué de la CGA

Logement :
Non aux expulsions ! Réquisitionnons les logements vides
!


Reprise des expulsions locatives

Le 15 mars, comme chaque année, c'est la fin de la « trêve d'hiver ». L'État recommencera à expulser les locataires qui n'arrivent plus à payer leur loyer. C'est plus de 100 000 personnes qui se seront jetés à la rue, avec le concours de la « force publique », l'État garantissant le sacro-saint droit à la propriété au détriment des besoins essentiels des prolétaires.

Avant même cette date, pour les occupants « sans droit ni titre », les expulsions n'ont pas cessé pendant l'hiver, malgré le grand froid.


Une question de vie ou de mort !

La question de l'accès au logement est cruciale. Faute de moyens, de nombreuses personnes et de nombreuses familles, au sein des classes populaires, sont contraintes d'habiter dans des logements insalubres, en courant des risques de maladie, d'incendies ou d'intoxications mortelles. L'absence d'accès au logement conduit certaines personnes à dormir dans la rue, dans leur voiture, dans des bidonvilles, et pousse certaines autres au suicide ou à la tentative de suicide.

C'est le cas à Saint Denis, en banlieue parisienne, mais aussi à Saint-Priest, en banlieue lyonnaise.


TOUT CELA ALORS QUE DES LOGEMENTS SONT VIDES !

Le système capitaliste fait passer avant tout le sacro-saint droit de propriété, au détriment des besoins vitaux de la population. Les prolétaires, y compris ceux qui participent directement à la construction de logements, ne peuvent y habiter. L'État se charge de défendre ce droit à la propriété, à tous les niveaux : des municipalités aux préfectures jusqu'au niveau gouvernemental, quelle que soit la couleur politique des gestionnaires du capitalisme, les déclarations hypocrites et compassionnelles concernant les mal-logé-e-s n'empêchent pas les expulsions, au besoin à coup de matraques.

Dans le même temps, les loyers s'envolent, puisque la spéculation fait rage : les propriétaires organisent la pénurie en gardant des centaines de milliers de logements vacants. Les charges augmentent continuellement, les propriétaires et agences se trouvant en position de force pour racketter les locataires afin d'augmenter leur marge de profit.

La crise économique accroit les difficultés pour les classes populaires : chômages, gel des salaires, inflation rendent de plus en plus difficile le bouclage les fin de mois.


Luttons contre les expulsions et la spéculation immobilière !

Dans ces conditions, il nous faut organiser l'autodéfense sociale

- par la constitution dans chaque quartier, de comités, de réseaux contre les expulsions,

- par la réquisition directe des logements vides, car l'État n'appliquera jamais sa propre légalité lorsqu'elle contrevient aux intérêts de la bourgeoisie, la loi de 45 permettant les réquisitions,

- par la solidarité squatter-locataires, contre le racket des propriétaires, car un logement occupé, même sans droit ni titre, c'est un logement qui échappe à la spéculation,

- par l'organisation des locataires, qui rend possible la grève des loyers et des charges.


Le 14 mars 2012

Relations Extérieures
de la Coordination des Groupes Anarchistes.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Béatrice » 16 Mar 2012, 17:23

Communiqué du D A L ( Droit au Logement ):

Pas d’expulsions, relogement !!
Mise en ligne du “115juridique.org”

Droit au Logement

Fédération Droit Au logement – 29 Avenue Ledru Rollin - 75012 Paris
tél : 01 40 27 92 98 • fax 01 42 97 40 18 •

COMMUNIQUE

Paris le 15 mars 2012

Pas d’expulsions, relogement !!

Mise en ligne du “115juridique.org”

1 - Vendredi 16 mars, à partir de 6h du matin, les expulsions locatives vont reprendre en France :

Droit Au Logement demande au Gouvernement de suspendre toute expulsion sans relogement préalable :
- reloger au plus vite les ménages expulsables et reconnues prioritaires DALO, les locataires modestes qui ne peuvent se reloger par leur propre moyen, par ailleurs locataires de logements appartenant à des petits propriétaires en difficulté.
- suspension de l’expulsion s’agissant des grands bailleurs privés et baisses des loyers, pour permettre le maintien des locataires en place, en attendant leur relogement
- Suspension de l’expulsion s’agissant de bailleurs sociaux et maintien dans les lieux, jusqu’à l’effacement de la dette, s’agissant de locataires à revenus modestes.

Dans l’attente, DAL appelle à se mobiliser partout où il sera possible de soutenir les personnes menacées d’expulsion, et demande aux maires qui ne l’ont pas encore faire de prendre des arrêtés d’interdiction des expulsions, et à ceux qui l’ont fait ou ont pris des vœux en ce sens, de donner instruction à leur bailleur social de cesser toute expulsion.

2 – Pour obliger l’État à héberger les sans- abris jusqu’à leur relogement : 115juridique.org

DAL exige du Gouvernement qu’il respecte l’obligation d’accueil inconditionnel de toute personne sans abris, et de maintien jusqu’à un relogement, conformément à la loi (L345-2 du Code de l’Action Social), et de l’ordonnance du Conseil d’État du 10 février rendu à la suite d’une requête du DAL, qui ouvre l’accès à la procédure la plus rapide en Droit administrative, et rappel à l’État ses obligations légales.

DAL exige que le Gouvernement laisse ouvert toute les structures d’hébergement qu’il a prévu de fermer (CHU et autres) à partir du 31 mars, menaçant de remettre à la rue, illégalement, plusieurs milliers de sans logis.

DAL appel les sans logis à se mobiliser et à refuser de quitter les centres d’accueil, conformément à la loi.

Afin que les Droits des sans logis soient respectés, DAL a participé activement à la mise en place du 115 juridique (http://115juridique.org/), lancé mercredi 14 mars, par plus de 30 associations, en mettant à disposition ses compétences mise en oeuvrte pour obtenir la décision du Conseil d’État et les premières ordonnances rendues par les Tribunaux Administratifs.

Droit Au Logement, appel toute les personnes de bonnes volonté ayant quelques connaissances juridiques, professionnels, militants, bénévoles à s’emparer de ces outils, mis à disposition sur le site 115juridique.org, et à multiplier les référés libertés.

Déterminés à agir en cette période électorale pour les personnes qui souffrent de la crise du logement, DAL demande au principaux candidats de se positionner sur la mise en œuvre de la loi DALO, l’obligation d’accueil des sans logis, la loi de réquisition.

De plus, agissant activement avec la plate forme logement des mouvements sociaux, DAL exige la baisse des loyers, la taxation de la spéculation immobilière, la réalisation massive de vrais logements sociaux.

Un toit c’est un droit !

http://www.droitaulogement.org/

DAL fédération participe au réseaux :
NOVOX : Réseau international des mouvements de lutte des “sans” http://www.novox.org/
ATTAC : Association altermondialiste contre la spéculation financière
CUT Collectif Urgence un toit http://collectifurgenceuntoit.over-blog.com/
La Plate forme logement des mouvement sociaux : http://contrelelogementcher.org/4h-cont ... ment-cher/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Pïérô » 26 Mar 2014, 01:11

Mobilisation Samedi 29 mars : Arrêt des expulsions sans relogement et des coupures d’énergie !

Arrêt des expulsions et des coupures d'énergie !
Baisse des loyers et des charges !
Un logement stable et décent pour toutes et tous !


Cette année, à partir du 1er avril d'après la loi Duflot (la fin de la trêve hivernale a été repoussée comme prévu au 31 mars), les expulsions sans relogement vont reprendre, et des milliers de places d'hébergement d'urgence vont fermer. Pour des dizaines de milliers de locataires, de mal-logéEs et de sans-logis, c'est l'angoisse d'être jetés sur le trottoir et d'y rester, car le droit à l'hébergement prévu par la loi est tous les jours bafoué.

De 1998 à 2012, les expulsions ont presque triplé (de 4 360 à 11500 par an), les jugements d'expulsion ont augmenté de 60% (de 75 000 à 120 000), le nombre de sans logis a doublé …

Les causes ? La cherté des loyers, la spéculation immobilière, qui ont permis aux banques, à une minorité de riches bailleurs et de sociétés de spéculer et de s'enrichir, (les profits locatifs ont grimpé de 70% depuis 10 ans) ; le laxisme des gouvernements qui ont laissé les prix s'envoler, précipitant les ménages aux revenus modestes dans les impayés et le logement précaire.

Or, parallèlement, le chômage, la précarité et la pauvreté salariale se sont développés. Les coûts de l'énergie, des transports, des soins, de la vie quotidienne n'ont cessé d'augmenter …

Alors qu'il faudrait résolument baisser les loyers, cesser les expulsions, abroger les lois qui précarisent les locataires et le logement social, réquisitionner et mobiliser massivement les logements et les bureaux vacants, la loi Duflot n'est vraiment pas à la hauteur.

De plus, les engagements ne sont pas tenus, en matière de réalisation de logements sociaux, de hausse des moyens financiers pour les produire, de réquisition des logements vacants, de respect de la loi DALO ou du droit à l'hébergement …

Quelques avancées ont été obtenues dans la loi Duflot, mais elles restent insuffisantes pour affronter la pénurie de logements.

Tous ensemble, locataires, mal-logés, sans-logis, nous exigeons :
• L'arrêt des expulsions sans relogement, pour tout type d'habitation, des fermetures des places d'hébergement et des coupures de fluides (eau, électricité, gaz …) ;
• La baisse immédiate des loyers et des charges de 20% ;
• Une application de la Loi ALUR débouchant sur une véritable baisse des loyers et un accès au logement des plus précaires et des jeunes ;
• Le respect de la loi DALO et du droit à l'hébergement, avec un programme de production, de mobilisation et de réquisition de 100 000 logements et bureaux vacants ;
• Le renforcement des droits des locataires, particulièrement pour la stabilité du logement et le maintien dans un logement décent et sain ;
• La création d'un service public du logement pour réaliser 200 000 vrais logements sociaux par an, doté de moyens fiscaux pour décourager la spéculation, lutter contre les taudis et le logement indécent, mobiliser les logements vacants… ;
• L'abrogation, notamment dans la loi Boutin, des mesures de marchandisation du logement social et de précarisation des locataires HLM ;
• Le financement des 200 000 vrais HLM par an : doubler le plafond du Livret A, reprendre les 120 milliards du Livret A distribués aux banques au détriment de la construction de HLM, rétablir les capacités de financement du 1% logement pour construire.

A l'appel, notamment, de la Plate-forme Logement des Mouvements sociaux :

Logement : CSF, DAL, CNL, ACDL, CGL , Advocacy, AFVS, Copaf, …
Syndicats : CGT, FSU, Sud Santé Sociaux, SAF, Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaires, USP
Solidarité : AITEC, ATTAC, AC !, CNAFAL, Fondation Copernic, MRAP...



Paris
14h30 - Rassemblement , Place de la République
• 15h - Départ après prises de parole
• 16h30 - Arrivée vers devant le Musée d'Orsay, après passage devant la Caisse des Dépôts et Consignation - Prises de parole
• 17h - Dissolution 17h, voire 17h30 maximum, après de nouvelles prises de parole.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Pïérô » 27 Mar 2014, 12:46

Communiqué LDH

31 mars, grande journée de deuil pour le droit au logement

C’est la fin de la trêve hivernale commencée le 1er novembre… Ouf ! Au 1er avril, le droit de propriété retrouve ses couleurs !

Plus de 115 000 jugements d’expulsion de locataires pour impayés de loyer ont été prononcés en 2012 ; combien, au 1er avril 2014, seront exécutés par la force publique ? Plus de 12 700, comme en 2012 ?

Combien de familles, de femmes et d’enfants, devenus SDF « sans droits ni titres », vont ainsi rejoindre les dizaines de milliers de personnes expulsées les années précédentes et dont le droit à l’hébergement, pourtant reconnu par la loi, est régulièrement bafoué par manque de places ? Exclues par ailleurs de la trêve hivernale, elles sont condamnées à subir les violences de la vie dans la rue pendant les périodes de froid (les demandes au 115 sont en constante augmentation, 55 % d’entre elles n’obtiennent pas de réponse).

La fin de la trêve hivernale, c’est aussi la fermeture de milliers de places d’hébergement d’urgence, étant implicitement admis que vivre et dormir dehors hors gel est absolument sans danger. Seulement ceux qui vivent ainsi meurent en moyenne à l’âge de 49 ans.

La fin de la trêve hivernale, c’est aussi le retour des coupures de gaz et d’électricité pour ceux qui ne peuvent plus payer leurs factures.

Ainsi, trois ans après l’annonce d’un grand «  Chantier national prioritaire pour le logement  » et le vote récent de la loi Alur, l’accès au logement des personnes sans abri et mal logées n’est toujours pas une priorité, alors qu’augmente le nombre des personnes qui sont sans domicile personnel, à la rue, aux portes des centres d’hébergement ou encore en situation de mal-logement et d’habitat indigne.

C’est dans l’urgence de rendre effectif le droit à un logement de qualité pour tous, que la Ligue des droits de l’Homme, tout en reconnaissant quelques avancées contenues dans la loi Alur :

- demande un moratoire des expulsions locatives sans relogement ;

- dénonce le désengagement de l’Etat et des collectivités territoriales, au vu de l’absence de priorité donnée à la production massive de logements locatifs sociaux et « très sociaux ». Elle en veut pour preuve la promesse de construire en 2014 2 000 logements « PLAI très sociaux » (3 000 en 2015), alors qu’une ordonnance récente lance la construction de 60 000 logements locatifs intermédiaires par an, qui seront inaccessibles aux plus modestes. Les quatre-cinquièmes de cette production bénéficieront du dispositif de « défiscalisation Duflot » ;

- dénonce, par ce fait, la poursuite depuis quarante ans d’une politique d’avantages fiscaux en faveur d’investisseurs privés qui entretiennent un marché immobilier financiarisé, générateur de profits par l’exploitation cynique d’un besoin fondamental auquel personne ne peut se soustraire sans mettre en péril son existence même ;

- demande une politique de l’urbanisme capable de lutter contre l’étalement urbain, facteur d’usage intensif de l’automobile, d’isolement social, de gaspillage des sols, par la promotion d’un habitat dense qui garantisse la qualité de la forme urbaine et de l’espace public avec une politique foncière publique forte.

Se loger et pouvoir se maintenir dans son logement est pour chacun une nécessité vitale.
Un habitat digne pour chacun, garanti par la solidarité du corps social, est un préalable indispensable à l’accès à une citoyenneté effective, combat permanent de la Ligue des droits de l’Homme.

Paris, le 26 mars 2014

http://www.ldh-france.org/31-mars-grand ... deuil.html


Toulouse
samedi 29 mars 2014 à 10h

Fin de la trêve hivernale 2014 : Prenons le Maquis !!!

Le DAL Toulouse appelle à rassemblement et à une petite action symbolique au Maquis ce samedi 29 mars 2014 pour dénoncer la fin de la trêve hivernale. Cela, dans le cadre de l'appel national lancé par la Plate-forme Logement des Mouvements Sociaux.

Le Maquis est un squat historique de Toulouse dont les habitant-e-s se retrouvent justement menacé-e-s d'expulsion à compter du 2 avril prochain. Ce squat a permis d'héberger un nombre important de personnes dans le besoin, de créer de nombreuses initiatives culturelles, militantes et surtout des liens dans le quartier Guilhermy-Saint-Simon entre le voisinage. Ainsi, certains habitants du quartier ont décidé de créer l'association GuilherMouv' qui a notamment pour objectif le vivre ensemble avec la création d'une maison de l'entraide du voisinage. Cette question du vivre ensemble et de la ville pour tou-te-s est un des nombreux dénominateurs communs que le DAL Toulouse et le Maquis partagent.

Hormis la revendication de la trêve éternelle pour tou-te-s, nous profiterons d'être à la veille du second tour des municipales pour porter des revendications qui nous sont chères. A commencer par la réquisition des logements vides à Toulouse parmi les 4344 vacants selon la Préfecture, puis la mise en place comme mesure d'urgence par la future municipalité d'un arrêté anti-expulsion reconduit tous les ans si nécessaire.

Nous profiterons également de ce rassemblement pour annoncer nos futures actions et initiatives qui seront nombreuses dans les semaines à venir !!!

Nous appelons donc tou-te-s nos partenaires à venir nous rejoindre samedi 29 mars à 10h au squat du Maquis (23 impasse des Réfractaires et des Maquisards 31300 Toulouse).

Un toit c'est un droit !!!

Contact: DAL Toulouse, 06 59 43 20 10

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Pïérô » 28 Mar 2014, 01:28

Rouen

Rassemblement DAL - Droit Au Logement
La trêve hivernale arrive à son terme.
Les expulsions locatives vont reprendre dès ce lundi 31 mars.
Comme partout en France, le Comité DAL organise un rassemblement pour dénoncer ce fait mais aussi demander la baisse et la régulation des loyers, l'application de la loi de réquisition, de la loi DALO, du Droit à l'hébergement et la réalisation massive de logements sociaux à bas loyers.

Rendez-vous donc à partir de 15 h le samedi 29 mars prochain devant le Palais de Justice de Rouen.

DAL Rouen
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Pïérô » 30 Mar 2014, 01:17

Grenoble, 31 mars

Rassemblement contre les expulsions et remises à la rue

à 17h, Place de Verdun, devant la préfecture, Grenoble

Fin mars, comme chaque année, c’est la fin du dispositif d’hébergement hivernal et de la trêve hivernale des expulsions locatives.

A partir du 31 mars, les expulsions vont reprendre, que ce soit des structures d’hébergement d’urgence, des logements sociaux, des squats…Pour des centaines de personnes, demandeurs d’asile, sans papiers, locataires, mal logés et sans logis, c’est l’angoisse d’être jetés sur le trottoir et d’y rester.

Après le rassemblement du jeudi 27 mars, la CISEM appelle à un nouveau rassemblement lundi 31 mars à 17 heures place de Verdun pour interpeller le préfet sur cette situation et lui exprimer notre refus des remises à la rue.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Fin de la trève hivernale, pour l'arrêt des expulsions

Messagede Pïérô » 31 Mar 2014, 15:23

Rennes,
Fin de trêve hivernale et occupation de l'abri de nuit ce samedi 29 mars :
http://untoitundroit35.blogspot.fr/2014 ... lsion.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Messagede Pïérô » 16 Oct 2014, 08:43

Drame de la Rochelle :
Causé par la cupidité et l’austérité budgétaire
Moratoire immédiat sur les expulsions !
Publication des décrets sur le logement indécent et indigne !


Droit Au Logement a tenu une conférence de presse jeudi après midi sur le trottoir, sous le domicile Mr Gilles L à la Rochelle. où il s’est donné la mort le 14 octobre, en face de l’agence qui a, malgré l’état dégradé du logement, mené la procédure d’expulsion contre le locataire.

A noter que cette agence, agréée par la FNAIM, affiche des frais d’agence non conformes à la réglementation, laquelle interdit de dépasser 10€ le m2 (hors frais d’état des lieux) depuis un décret du 14 septembre 2014. Une délégation a ensuite été reçue par la Préfète.

Droit au logement a réuni plusieurs éléments sur ce drame qui n’aurait pas du se produire :

M Gilles L. , ancien sans abri, retraité âgé de 64 ans, locataire depuis 2008 d’un logement vétuste loué 330 euros dans ce petit bâtiment du centre ville, détenu en mono propriété, a été à jour de ses loyers, jusqu’en janvier 2013. Il y avait été installé avec l’aide d’une association locale d’aide aux sans logis.

A la suite de plusieurs inondations Monsieur L. a commencé une grève des loyers, pour exiger la réalisation de travaux, incombant au bailleur. Selon une voisine de l’immeuble, les travaux ont commencé depuis 3 mois ; A cette période est survenue une baisse brutale des allocations logement, passant de 270€ à 60€, lorsque Mr est passé du RSA au minimum vieillesse.

Un jugement d’expulsion a été rendu en mai 2014. 4 mois plus tard, sans accorder le moindre sursis, la Préfecture de Charente maritime a accordé le concours de la force publique.
Désespéré, en mauvaise santé, connaissant déjà la violence de la rue, Mr Gilles s’est donné la mort pour échapper à une autre mort, celle de la rue.

- Par cupidité, le bailleur et l’agence ont cherché à l’expulser plutôt que de réaliser les travaux.

- Au nom des mesures d’économie budgétaires, qui frappe surtout les classes populaires et les ménages les plus fragiles, les allocations logements pour les retraités au minimum vieillesse ont été lourdement réduites, et les expulsions ont été accélérées.

- En effet, des indemnités sont versées aux bailleurs, par l’État, sur le budget du Ministère de l’intérieur, lorsque la Préfecture repousse l’expulsion.
Les enveloppes d’indemnisation fixées par la loi de finance et ventilée ensuite à chaque Préfecture sont consommées de plus en plus rapidement chaque année, du fait de l’accroissement du nombre de jugement et de locataires qui se maintiennent, faute de solution, malgré la peur du gendarme. .
- Octobre est donc un mois difficile pour les locataires expulsables, dans un contexte de saturation des dispositifs d’hébergement, et dans des cas fréquents de non respect de la loi DALO, et de la circulaire du 12 octobre 2012, qui donne instruction de loger les prioritaire DALO, au lieu de les expulser. .

Enfin des décrets essentiels, en ce qui concerne les procédures sur le logement décent et le logement insalubre, sont en attente. Nous demandons notamment au Gouvernement :

de prononcer un moratoire des expulsions,
de baisser les loyers,
de mobiliser 100 000 logements en urgence
de publier au plus vite les décrets concernant la procédure sur le logement indécent et sur le logement indigne ….




Un locataire de 64 ans met fin à ses jours
quelques heures avant son expulsion

Moratoire immédiat des expulsions !


Rassemblement Jeudi 16 octobre à 18H, métro Varenne

C’est avec indignation et colère que Droit Au Logement apprend, le suicide de M. Gilles L., locataire de 64 ans, à La Rochelle.

Il savait que l’expulsion conduit à la destruction de sa vie sociale et à la mort lente dans la rue. Il a préféré se donner la mort. Aujourd’hui l’espérance de vie dans la rue est de 15 ans et l’âge moyen de décès d’un sans abri est de 48 ans.

M. Gilles L. vivait dans un immeuble insalubre, il était retraité et touchait le minimum vieillesse. Excédé après quatre dégâts des eaux consécutifs causés par le non respect des obligations de son bailleur, Gilles L. avait décidé d’entamer une grève de loyer tant que les travaux n’avaient pas été réalisés. Le bailleur a alors mandaté une agence pour l’expulser. La justice a pris le parti de ce « bailleur indélicat ».

Le DAL demande que soit diligentée une enquête sur les conditions qui ont mené à ce drame, des sanctions envers ce bailleur, et une modification de la loi. Droit Au logement a préparé un amendement.

En juin dernier, un père de famille de 2 enfants désespéré , car le bailleur HLM avait refusé d’encaisser l’argent qu’il avait réuni pour payer sa dette, s’était immolé devant la sous-préfecture de l’Hay les roses (94), afin que sa famille ne soit pas expulsée.

Régulièrement, des locataires se suicident ou tentent de le faire avant, ou au moment de l’arrivée de l’huissier et du commissaire.

Dans ce contexte de crise sociale, de paupérisation des classes populaires, de hausse des loyers et des charges qui asphyxient les locataires, d’augmentation des expulsions forcées, le Gouvernement doit prononcer un moratoire des expulsions !

DAL appel à un rassemblement unitaire jeudi soir pour exiger ce moratoire

Nous demandons au gouvernement:
• arrêt immédiat des expulsions sans relogement
• application de la réquisition des logements vides
• baisse immédiate des loyers de 30%, et des charges, revalorisation des APL

UN TOIT C’EST UN DROIT !


http://droitaulogement.org/2014/10/un-l ... expulsion/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Messagede Pïérô » 25 Oct 2014, 16:16

Expulsions en cours partout en France !

Expulsions à la Seyne sur mer (VAR) :

Un nouveau drame aurait pu arriver jeudi matin

Arrêt des expulsions, relogement !



Jeudi matin, au moment où l’huissier et le Commissaire venaient mettre la famille à la porte, une mère de 2 enfants, a enjambé le balcon pour se jeter dans le vide, par désespoir. L’huissier a alors suspendu la procédure.

Un nouveau drame a donc été évité de justesse, après le suicide d’un locataire à la Rochelle le 15 octobre. 16 autres familles sont menacées d’expulsion avant la trêve hivernale chez ce bailleur social municipal de La Seyne, « Terres du Sud HABITAT ».

Madame est fonctionnaire à la mairie de la Seyne, son mari est atteint d’une maladie chronique grave. Elle a accumulé une dette, et n’a pas été vraiment soutenue dans cette épreuve du surendettement.

Déjà ces derniers jours, au moins trois familles ont été mises à la porte, sans relogement, ni hébergement, par le même bailleur.

Un collectif anti expulsion très active se bat à la Seyne pour l’arrêt des expulsions et le relogement des expulsés. DAL apporte son soutien à leur lutte.

Nous demandons au Maire et au Préfet de suspendre les expulsions dans le parc locatif public, en attendant de mettre sur pied un dispositif de relogement, si besoin par voie de réquisition, comme cela a été fait par le passé par plusieurs municipalités.

N’oublions pas qu’il règne une certaine hypocrisie entre les acteurs de l’expulsion, puisque le Préfet indemnise les bailleurs lorsqu’il tarde à exécuter les jugements d’expulsion. Les bailleurs municipaux s’en arrangent, et par volonté d’économie, les Préfets expulsent toujours plus vite.

Dans toute la France les expulsions sont en hausse, et de nombreux locataires sont terrorisés à l’annonce de leur expulsion avant le 1er novembre, début de la trêve hivernale. De nombreux témoignages font état de cette course avant l’hiver, pour échapper à l’expulsion et à la rue. Les expulsions collectives se sont multipliées, bidonville des coquetiers à Bobigny, le “Transfo” à Bagnolet …

Nous exigeons :
· Moratoire immédiat sur les expulsions locatives
· Baisse des loyers et des charges
· Mobilisation/Réquisition de 100 000 logements pour les sans logis et les prioritaires DALO
· De l’argent public pour construire des HLM, pas pour loger les riches et leurs enfants, ou détruire des quartiers populaires
· Réalisation de 200 000 vrais logements sociaux

http://droitaulogement.org/2014/10/expu ... udi-matin/


Châteauroux , Paris, partout… :

menaces d’expulsions avant le 1er novembre

A quelques jours de la trêve hivernale, les expulsions se multiplient,

Compte à rebours …



Malgré le drame de La Rochelle, le 15 octobre dernier, où un locataires s’est donné la mort quelques heures avant son expulsion, malgré un nouveau drame évité de justesse ce matin à la Seyne-sur-mer, le gouvernement se refuse à prononcer un moratoire sur les expulsions.

A Châteauroux une famille sans logis qui a occupé un logement municipal vacant peut être expulsée à tout moment, sans relogement.

Dans ce contexte de dysfonctionnement des dispositifs d’hébergement faute de moyens financiers et de volonté politique, de crise grave du logement, expulser des habitants c’est décider de les laisser survivre dans la rue, sans toit, et de les livrer à la violence des intempéries et des agressions.

A Paris, et dans les autres villes, des milliers de locataires ont reçu leur dernier avis avant l’expulsion.

Nous exigeons :
· Moratoire immédiat sur les expulsions locatives
· Baisse des loyers et des charges
· Mobilisation/Réquisition de 100 000 logements pour les sans logis et les prioritaires DALO
· De l’argent public pour construire des HLM, pas pour loger les riches et leurs enfants, ou détruire des quartiers populaires
· Réalisation de 200 000 vrais logements sociaux



INFO DAL Châteauroux 36

Châteauroux : Expulsion en cours !

M. Averous s’entête dans sa logique improbable : expulser le plus vite possible une famille qui s’était réfugiée dans un logement vide appartenant à la ville de Châteauroux et ce sans aucune proposition de solution de relogement, à quelques jours de la trêve hivernale.

Avec le passage de l’huissier ce jeudi 23 octobre, et le commandement de quitter les lieux, la famille vit désormais dans la peur de ce retour à la rue.

Le Dal36 rappelle M. Averous à la raison : conserver des immeubles vides ne doit pas être la seule priorité en matière de politique sociale ! A ce jour, et malgré nos nombreuses relances, aucun rendez-vous n’a été fixé, pas même pour rencontrer la famille !

Le Dal36 fait également appel à l’humanité de M. le préfet afin qu’il n’octroie pas le concours de la force publique, tant qu’une solution de relogement n’est pas proposée.

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation.

Dal36

http://droitaulogement.org/2014/10/expu ... en-france/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Messagede Durruti » 05 Nov 2014, 14:54

Pour info,

Avec la CLE, on a obtenu par une lutte horizontale, autonome et auto-organisée, la trêve hivernale (ça concerne plus les squats depuis Loppsi 2; faut une décision du tribunal) face à la dynastie Giscard (il a été soutenu par son opposition légale, PS, Verts,PCF). On veut bien partager tout ça, si y'a des gens intéressé-es...
Durruti
 
Messages: 55
Enregistré le: 10 Juil 2010, 19:26

Re: Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Messagede Blackwater » 10 Nov 2014, 18:59

Image
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 334
Enregistré le: 18 Mar 2012, 12:57
Localisation: Toulouse

Re: Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Messagede Pïérô » 12 Nov 2014, 15:33

Bordeaux
samedi 15 novembre
Rassemblement contre toutes les expulsions

Le samedi 15 novembre 2014, suite à une initiative Grenobloise, aura lieu partout en France une journée nationale contre toutes les expulsions.

Car derrière ce mot se cache une réalité multiforme d'un pays où, avec une violence policière sans limite, la chasse est faite aux sans papiers, les terres sont volés aux paysans, des familles entières sont jetées à la rue, des squateurs/euses sont dégagé-e-s des lieux vacants redevenus ainsi inutiles.

Migrants - Sans Papiers

A Calais, les migrant-e-s survivent dans des camps. A Mayotte comme ailleurs, nombre de sans papiers sont enfermé-e-s dans des Centres de Rétention Administrative, exposé-e-s à des violences physiques et morales. Tandis qu'à nos frontières, FRONTEX surveille le nombre de noyades et cadenasse l'Europe.

Sur l'ensemble de notre territoire, les Rom, citoyen-ne-s Européen-ne-s, ont été persécuté-e-s et stigmatisé-e-s, leurs camps ont été nettoyés et l'Etat les a renvoyé-e-s on ne sait où.

Un toit, un droit ?

10 400 logements sont vacants à Bordeaux alors que 3000 personnes sont à la rue chaque soir. Y aurait pas comme un truc qui coince ? Chaque fin de trêve hivernale voit des familles et des individu-e-s forcé-e-s de quitter un logement dont elles/ils ne peuvent plus assumer le loyer. Tandis que la loi de réquisition ne semble toujours pas une solution efficace pour L'Etat.

Z.A.D partout !

S'il existe des Zones A Défendre, c'est parce que l'Etat s'approprie nos terres et nos espaces pour y bâtir de Grands Projets Inutiles. Aujourd'hui nous savons que cet Etat peut tuer un homme désarmé pour aller au bout de sa logique capitaliste.

Solidarité Internationale

Ces expulsions multiformes ne sont pas inhérentes à La France et nous avons une pensée solidaire pour les habitant-e-s dont les favelas ont été rasées à coups de matraque et de pistolets au Brésil, pour tous les peuples en lutte pour la sauvegarde de leur terre en Amérique Latine, pour La Palestine, jamais reconnue, toujours plus envahie, pour les hommes et femmes du Moyen Orient et d'Afrique, d'Ukraine, peuples déplacés par la folie des guerres, pour les camarades en lutte en Italie, en Grèce, en Espagne, de partout dans cette Europe où le Bonheur reste à inventer.

Pour toutes ses raisons et toutes celles que vous jugerez concordantes, nous vous invitons à nous rejoindre Samedi 15 novembre 2014 à 15h15 place Pey Berland pour dire NON A TOUTES LES EXPULSIONS !!!

Premiers signataires :
Le collectif Z.A.D Bordeaux, Le Droit Au Logement 33, Le collectif Contre Les Abus Policiers, L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre (O.P.A), CNT-AIT

http://gironde.demosphere.eu/rv/4106

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour l'arrêt des expulsions, trève hivernale ou pas.

Messagede Pïérô » 13 Nov 2014, 12:36

Tours,
rassemblement et diffusion de tract en même temps que la manifestation contre l'austérité, 15h, place Jean Jaures

LE DROIT AU LOGEMENT

C’EST MAINTENANT !


Familles expulsées de leur logement, mineurs isolés, femmes enceintes, nouveaux arrivants, jeunes enfants, collégiens, lycéens, handicapés, demandeurs d’asile... la liste est longue des sans abri à qui le 115 refuse chaque soir un hébergement.

Saturé, le 115 ? Fausse explication, puisque l’Etat, qui a dans ses attributions la politique du logement et la mise à l’abri et l’accompagnement de toute personne en détresse sociale, sanitaire, ou psychologique, opère coupe sur coupe dans des budgets déjà réduits.

Saturé, le 115 ? Fausse explication, puisque le Conseil général n’assume que trop partiellement sa responsabilité de protection de l’enfance, et de prise en charge des mères isolées.

Assez de ces « solutions » indignes qui entassent 6 personnes dans une chambre d’hôtel insalubre, pour une, deux ou trois nuits.

Assez de ce bricolage permanent qui « met à l’abri » par roulement, une semaine la famille X, la semaine suivante, la famille Y.

Assez des expédients improvisés du « Plan Hiver », où on attend qu’il fasse moins 5 degrés pour parquer 50 personnes dans un gymnase !

Ce que nous voulons, de vraies solutions :
Ø une véritable prévention des expulsions locatives avec la garantie de paiement des loyers inscrite dans la loi Duflot et supprimée par Valls
Ø la réquisition des logements vides, mesure prévue par la loi ; 600 logements immédiatement habitables à Tours, autant dans l’agglomération.
Ø la réouverture de la plateforme d’accueil des primo-arrivants
Ø l’aménagement de lieux inoccupés aptes à héberger décemment les gens à la rue.
Ø le respect des lois sur la protection de l’enfance et de la famille
Ø une politique de l’offre de logement conforme aux besoins réels.


LDH 37, AL 37, RESF37, association Chrétiens-Migrants, Amnesty International Tours, NPA37, SUD Santé Sociaux 37, La CSF Section Sanitas - La Rotonde - Charcot
Signataires de la Plateforme « Un Toit, C’est Un Droit ».

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22403
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 4 invités