Droit au logement, luttes... à Brest

Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede Pïérô » 08 Mar 2016, 09:19

Brest,
Rassemblement mardi 8 mars à 16h devant la sous-préf

Rassemblement de soutien aux personnes exilées laissées sans logement depuis de nombreux mois par la mairie et l’Etat.
Liberté de circulation et d’installation !
Application de la loi de réquisition !
Des logements pour tou-te-s !


Nous étions environ 60 personnes à occuper la mairie de Brest ce lundi 7 après midi pour demander des logements pour tou-te-s.

Vers 15 heures Gildas Le Dauphin est descendu nous demander ce qu’on voulait (sic). Il nous a fait le discours habituel : que c’était de la compétence de l’Etat et qu’il allait faire remonter.
Nous, on sait que la ville peut réquisitionner des logements, qu’elle doit répondre aux situations de détresse sur sa commune, alors on a attendu une réponse.

Vers 17H30, on a fini par avoir, par téléphone, quelqu’un de la préfecture. Il nous a dit que si on sortait de la mairie, une délégation de 4/5 personnes pourrait être reçue à la sous-préfecture demain à 16H15.

On a dit ok pour le rdv mais qu’on ne sortirait pas avant qu’une solution soit trouvée pour ce soir. La réponse de la mairie à été une violente expulsion sans aucune prise en compte de la présence d’enfant.

Déterminé-e-s comme jamais, nous appelons à un rassemblement demain, mardi 8, devant la sous-préfecture à 16 heures.

LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !
APPLICATION DE LA LOI DE RÉQUISITION !
DES LOGEMENTS POUR TOU-TE-S !

http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article288
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede Pïérô » 21 Mar 2016, 02:10

Mouvement "Zéro personnes à la rue !"

A l’appel de personnes en exil qui cherchent à faire valoir leur droit à l’hébergement, le mouvement « Zéro personne à la rue ! » est né d’un rassemblement d’individu.e.s, de collectifs et de groupes ayant des sensibilités, parcours et moyens d’actions différents et complémentaires.
Un rendez-vous est fixé tous les lundi à 14h place de la Liberté à Brest, pour se rencontrer et organiser des actions de solidarité.

Les objectifs sont :
• Venir en aide, soutenir toute personne sans logement décent et pérenne, d’ou qu’ille vienne et quel que soit sa situation administrative.
• Mettre un terme aux dysfonctionnements et à l’immobilisme de l’État et des collectivités locales.
• Agir pour que les droits de chacun-e-s soient respectés et appliqués
• Que cessent toutes formes de discriminations !

Déterminé-e-s, à Brest comme ailleurs, Zéro personne à la rue !

http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article310
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede Pïérô » 16 Avr 2016, 21:43

Mouvement « Zéro personne à la rue ! »

C'est le mercredi dorénavant

A l’appel de personnes en exil qui cherchent à faire valoir leur droit à l’hébergement, le mouvement « Zéro personne à la rue ! » est né d’un rassemblement d’individu.e.s, de collectifs et de groupes ayant des sensibilités, parcours et moyens d’actions différents et complémentaires.
Un rendez-vous est fixé tous les mercredi à 14h place de la Liberté à Brest, pour se rencontrer et organiser des actions de solidarité.

... http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article310
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede Pïérô » 21 Avr 2016, 19:32

Samedi 23 et dimanche 24 avril 2016

Chantier festif et collectif du mouvement « Zéro personne à la rue »

Nous sommes des personnes du mouvement « Zéro personne à la rue »
Nous voulons que chaque personne qui en fait la demande, quelle que soit sa situation, soit logée de façon pérenne et décente.

Au début, ça faisait 8 mois qu’illes dormaient dans un couloir, devant des chambres vides, dans une résidence sociale. Illes sont une vingtaine, illes sont demandeurs d’asile, illes devraient être logé-e-s par l’état ou la mairie. On s’est réunis parce qu’on trouvait ça pas juste et qu’on voulait que l’état ou la mairie trouvent une solution. Mais ils n’ont pas voulu.
C’est même pire, ils ont tout fait pour casser les maisons que les personnes s’étaient trouvées… Des maisons vides depuis tant d’années...
Aujourd’hui nos copines et copains n’ont ni eau ni électricité, et illes ont peur tout le temps de se faire expulser par la police. Et nous, on ne sait que faire pour eux.
Alors tou-te-s ensemble on s’est dit qu’on pourrait leur filer un coup de main pour réhabiliter leur logement. Des logements vides, il y en a. Peut-être qu’ils ne sont pas en assez bon état pour y habiter... Mais tou-te-s ensemble nous pouvons en rendre un habitable, voir même super !
Il est temps de prouver que nous n’avons pas besoin d’eux.
Nous construirons là où ils détruisent !

Vous êtes donc convié-e-s ce week-end au chantier collectif & festif
samedi 23 et dimanche 24 avril !

Si vous avez des compétences en électricité, plomberie, peinture, cuisine, musique ou si vous vous pensez bon-ne à rien mais que vous avez envie d’aider (idées activités : poser des toilettes, jouer un air de guitare, ramener des gâteaux ...) On a besoin de monde et de beaucoup de bonne humeur !
Peinture, outils en tout genre, rallonges, véhicules, multiprises ... sont évidemment les bienvenu-e-s.
Ah oui, vous pouvez peut-être donner quelque chose qui ne vous sert plus : ballon d’eau chaude, baignoire, gazinière, …

Pour des raisons évidentes d’organisations ça serait chouette que les gens s’inscrivent à l’avance et nous disent ce qu’illes aimeraient ou pourraient faire et apporter. C’est par ici que ça se passe :

adresse mail (remplacer le [at] par un @) : zeropersonnealaruebrest [at] riseup.net

Et si internet c’est pas votre truc, ou que vous décidez de venir au dernier moment, vous pouvez toujours nous rejoindre !
Pour des raisons de sécurité, l’adresse sera communiquée sur place.

Rendez-vous place Guérin samedi 23 avril et dimanche 24 avril à 11h !
À ce week-end !

Des personnes du mouvement « Zéro personne à la rue ».

http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article354
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede bipbip » 22 Oct 2016, 13:13

Expulsion des squats du forestou

Expulsion ultra violente, les dernières personnes qui étaient sur le toit ont été matraqué.e.s et ensuite trainé.e.s au sol par les flics. Le quartier entier est entièrement bloqué par des dizaines de CRS et de baqueux. Les journalistes sont empêchés de faire leur taf, il y a impossibilité de se rapprocher de la zone ou s’éxerce les violences policières. Les personnes en exils qui habitaient les lieux vont être dispatché.e.s aux 4 coins du départements dans des hôtels contre leur gré (rappelons que les enfants des familles sont scolarisés sur brest, et que les autres travaillent, étudient, ont créé du lien social, ont démarré.e.s leurs formalités administrative à Brest). PLUSIEURS PERSONNES ARRETTÉ.E.S ! Toujours besoin de soutiens.

... http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article567


Soutien au Forestou

Le Forestou répondait à une situation d'urgence existant depuis des mois.
Son expulsion, une agression contre les laissé.e. pour compte de la course au profit


Des personnes en exil, en demande d'asile ou autres situations administratives, cherchant à s'établir
en France de façon régulière. Leurs objectifs ? s'intégrer, y travailler, y apprendre la langue y mener
une vie digne. D'ailleurs, parmi les habitant.e.s, 17 enfants étaient scolarisés ici.
L'Etat est sensé prendre en charge les population en grande précarité, indépendamment de leur
nationalité.
Hors, ces personnes en exil étaient auparavant laissées illégalement à la rue par les autorités,
dormant dans les couloirs d'une résidence de Coallia, entreprise "sociale" chargée accueillir et de
loger les personnes en demande d'asile, ce qu'elle ne fait pas. En effet, depuis 2011 à Brest des
personnes sont continuellement laissées à la rue alors que la loi impose à l'État (et à la mairie
depuis décembre 2015) de les loger.
le 22 février 2016, ces personnes ont lancées un appel à soutien. A maintes reprises, en vain les
différents acteurs institutionnels ont été sollicités :
• Appel quotidien au 115
• Rassemblement devant la mairie.
• Occupation de la mairie (évacuée violemment par la police) et de la fac de lettre
Victor Ségalen (le directeur de l'UBO prendra position publiquement pour inviter les
autorités à loger les personnes).
• Rencontre avec le sous-préfet qui a exprimé avec clarté et condescendance son refus de
mettre des logements à disposition
• Intervention au Conseil Municipal (10.03.16) avec comme seule réponse quatre heures de
silence assourdissant et de mépris.
• Déplacement à Rennes à l'OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) qui
nie la réalité vécue par ces personnes.
Souvent, la police a été la seule interlocutrice... Des campagnes de diffamation ont aussi été lancées
dans la presse locale (merci aux rédact-eur-rice-s en chef du Télégramme et du Ouest-France).
Le droit au logement fait partie des droits fondamentaux inscrits dans la Déclaration Universelle des
Droits de l'Homme, applicable à tout individu « sans distinction aucune, notamment de race, de
couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de tout autre opinion, d'origine
nationale ou sociale, de fortune , de naissance ou de toute autre situation».
A aucun moment, la Ville de Brest n'a proposé de solutions de logement ou d'hébergement
d'urgence à ces personnes.
Elle se targue aujourd'hui d'avoir un projet de logements sociaux. Projet purement virtuel à l'heure
actuelle. Ce projet étant d'ailleurs au départ un projet immobilier plutôt orienté pour être lucratif.
L'argument du "social" se faisant sur le tard...

Le mouvement Zéro Personne à La Rue Brest est une réponse de solidarité pour que chaque
personne qui en fait la demande, quelle que soit sa situation administrative, soit logée de façon
décente et pérenne.Cet objectif est largement atteignable à Brest étant donné le nombre impressionnant de logements
vacants (+/- 6500) pour infiniment moins de sollicitations.
Les maisons du Forestou ont été ouvertes fin mars 2016. Pourtant,Les bâtiments
investis appartenant à B.M.H étaient laissés vides depuis plusieurs années, sans qu'il soient fait
quelconque usage.
Vu la situation, l'expulsion du Forestou-Creis de 50 personnes est totalement injustifiable :
• Le projet immobilier de Brest Métropole Habitat est loin d'être lancé.
• Beaucoup de gens, de couples y compris avec enfants vivent aujourd'hui dans des couloirs
ou des voitures. Au delà du Forestou Il y a urgence à héberger les sans-abris, quelles que
soient leurs situation administrative.
Cette expulsion intervient près d'une semaine de guerre d'usure par les autorités, notamment par la
propagation de rumeurs, les diverses manœuvres policières à proximité immédiates des habitations.
Ce n'est ni plus ni moins qu'un passage en force, avant même la décision de justice qui doit statuer
lundi sur le respect de la légalité de l'ordonnance sur requête envoyé lundi dernier.
L'opération se faisant d'ailleurs à l'abri des regards, y compris des journalistes, avec le bouclage de
la zone.
Le dispositif Police / Gendarmerie mis en place était particulièrement conséquent : à 9 heures du
matin, 10 camions de gendarmes mobile sont mobilisés. L'arrivée des gendarmes mobiles se fait en
trombe, harnachés, casqués, flashball et boucliers au poing pour expulser les habitations. Des
policiers les accompagnent également pour bloquer les accès.
Des personnes qui ont certes fait preuve d'une résistance déterminée mais pacifique se font
matraqué.e.s et ensuite trainé.e.s au sol.
Monter sur un toit n'étant en aucun cas faire preuve de violence.
Manifester son soutien devant les habitations non plus.
Les personne qui vivaient au Forestou n'étaient en aucun cas des délinquant.es et cherchent
justement à s'intégrer à la société, obtenir un statut leur permettant de travailler, étudier, pouvoir
vivre une vie paisible.

L'État, la Ville de Brest alimentent aujourd'hui la petite musique sinistre de l'extrême-droite qui
oppose personnes en exil et personnes de nationalité française, cherchant à diviser les pauvres et
exploité.e.s entre elles plutôt que de s'attaquer à la logique de course au profit. Une course au profit
qui justifie toujours plus de coupes claires dans les politiques sociales "superflues", qui favorise
toujours plus d'interventions militaires "stratégiques" dans les guerres économiques en cours.
Aujourd'hui la "prise en charge" des personnes délogées du Forestou se limiterait à 5 nuitées d'hôtel
et un sac de nourriture.
En cas de refus, elle n'auront pas d'autre proposition de l'État.Si elles acceptent, elle seront alors dispersées aux 4 coins du départements dans des hôtels contre
leur gré (rappelons que les enfants des familles sont scolarisés sur Brest, et que les autres travaillent,
étudient, ont créé du lien social, ont démarré.e.s leur formalités administrative à Brest).
Ce matin, Il ne s'agissait ce matin aucunement de lutte contre la criminalité ou la délinquance,
mais d'une opération de maintient de "l'ordre", celui de la propriété privée.

Des soutiens au mouvement Zero Personne à la Rue.

https://nantes.indymedia.org/articles/35979
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede bipbip » 23 Oct 2016, 13:41

FORESTOU 4EVER, soutien et résistance !

De partout, affirmons notre soutien aux migrant.e.s, exilé.e.s, voyageur.euses, qu’ils et elles trouvent des lieux et des gen.te.s chaleureuses pour se (re)construire. L’expérience du Forestou à Brest nous redonne du coeur et de la joie : des dizaines de personnes y partagent leur temps de vie, des pics d’émotion qu’on aimerait voir résonner de loin en loin. Elle nous rappelle aussi combien les structures étatiques de gestion du logement et des populations écrasent nos rêves en permanence. Brest Métropole Habitat, huissiers d’injustice, Coallia et autres travailleurs zélés participent à la même violence.

... http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article569
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede bipbip » 20 Oct 2017, 21:11

Expulsion du Forestou - 1 an ça se fête !

Rendez-vous samedi 21 octobre à 14h Place liberté, Brest -
NI EXCLUSION, NI EXPULSION !!
Journée d’actions : Ateliers, banderoles, peinture, musique, dessins, échange d’idées, cortège...

21.10.2016 : Expulsion illégale du Forestou
21.10.2017 : 40 Personnes Sur 44 Non-Logées

ENTRE TEMPS : :
Expulsions de maisons réquisitionnées
Arrestations arbitraires, harcèlement administratif & judiciaire
Arrestation d’enfants à la sortie de l’école et rétention pendant 24h
Expulsions Illégales du territoire
Test osseux pour mettre à la rue des dizaines de mineurs
Déportations vers des pays en guerre…
STOP !!! RESISTANCE !!!

Rendez-vous samedi 21 octobre à 14h Place liberté, Brest -
NI EXCLUSION, NI EXPULSION !!
Journée d’actions : Ateliers, banderoles, peinture, musique, dessins, échange d’idées, cortège...
Programme en évolution permanente.

FORESTOU 1 an après :
Sur les 19 maisons habitables présentes sur la parcelle du Forestou Creis, Brest Métropole Habitat (BMH) en a fait raser 15 et a déclaré le terrain vague en “gestion écologique”... (saupoudrée à l’amiante), 4 maisons sont encore debout.
Après l’expulsion, les personnes ont subi un véritable acharnement de la part de la préfecture du Finistère et de la sous-préfecture de Brest : pluie d’obligations de quitter le territoire français (OQTF), assignations à résidence, expulsions illégale du territoire, arrestation à la sortie de l’école et rétention des enfants pendant 24h sans aucun motif.

Sur les 44 habitant-e-s expulsé-e-s illégalement par BMH, seulement 4 sont logées par les autorités à ce jour, 7 personnes ont préféré quitter Brest, une vingtaine sont actuellement mises à l’abri dans les locaux associatifs du Claj aux Quatres Moulins, une dizaine sont accueillies et hébergées solidairement dans des lieux de vie collectifs ou chez l’habitant, à la ville ou en campagne, d’autres occupent quelques uns des 6500 logements vides de Brest.

Face à un contexte où la xénophobie, la répression et le déni s’amplifient, la somme des actes et des actions solidaires et complémentaires a permis qu’aucun-e ex-habitant-e du Forestou ne soit à la rue à Brest. Pour y parvenir, des personnes se sont mobilisées, du Collectif contre la loi travail, de l’Avenir, du PL Guérin, du Claj, des étudiant-e-s et membres du personnel de la Faculté Segalen, des syndicalistes de la Maison du Peuple et d’autres de manière individuelle.

La situation s’empirant, soyons d’autant plus nombreux et nombreuses samedi dès 14h pour cette journée d’actions afin qu’il n’y ait personne à la rue cet hiver encore.
Banderoles, pancartes, carton, ficelle, gouache, bombes de peinture, instruments de musique... sont les bienvenu-e-s
Programme en évolution permanente - zeropersonnealaruebrest@riseup.net
#StopExpulsion
#RéquisitionDesLogementsVides
#LogementPourToutesEtTous

http://brest.mediaslibres.org/spip.php?article812
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede bipbip » 11 Fév 2018, 00:32

[Maison des Mineurs Brest] Rendez-vous dimanche 11 février - échanger, s’organiser, résister suite aux agressions

Suite aux agressions de cette semaine à la maison des mineurs (mercredi 7 février : 2 personnes traînées par une voiture, 5 personnes à l’hôpital pour des blessures légères) :
Rdv dimanche 11 février à 14h à la Maison des mineurs, 28 rue Jacques Cartier, dans le bois du Dour Bras à Brest, pour échanger, s’organiser. Résister entre habitants et personnes solidaires.

... https://brest.mediaslibres.org/spip.php?article893
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede bipbip » 18 Avr 2018, 08:55

Face à une politique inhumaine : à Brest, une réquisition citoyenne pour ne pas laisser les jeunes exilés dans la rue

Alors que le projet de loi inique du gouvernement sur l’asile est discuté à l’Assemblée, partout en France, des citoyens suppléent les carences de l’État pour tenter d’accueillir dignement les exilés. Nécessité faisant loi, à Brest, le collectif « Zéro personne à la rue » a réquisitionné une habitation inoccupée, instituée en « Maison des mineurs », pour ne pas les laisser les jeunes isolés dormir dehors. Mais face à une préfecture qui relaie à la lettre la politique déshumanisée du gouvernement, la situation reste extrêmement détériorée. Reportage.

... https://www.bastamag.net/Face-a-une-pol ... our-ne-pas
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes... à Brest

Messagede bipbip » 21 Avr 2018, 19:28

Communiqué concernant l’expulsion de la maison des mineurs

Lundi 16 Avril, la maison des mineurs, lieu d’habitation de mineurs isolés en exil, a été l’objet d’une expulsion imprévue menée par la préfecture et Brest Métropole Habitat, encadrée par un dispositif policier important (brigade anti-criminalité à la maison des mineurs et bouclage du quartier par la police).

Lundi 16 Avril, la maison des mineurs, lieu d’habitation de mineurs isolés en exil, a été l’objet d’une expulsion imprévue menée par la préfecture et Brest Métropole Habitat, encadrée par un dispositif policier important (brigade anti-criminalité à la maison des mineurs et bouclage du quartier par la police). Etaient présents sur les lieux : Le sous-préfet de Brest, le directeur général ainsi que la directrice de département de BMH , le directeur départemental de la cohésion sociale (DDCS), une agent de la préfecture et des agents BMH. En conséquence, 11 mineurs et 4 personnes en procédure de demande d’asile ont été remis à la rue sans aucune proposition de relogement.

L’huissier est passé aux alentours de 9h30 à la maison des mineurs pour déposer une signification d’ordonnance rendue sur requête le 15 décembre dont les habitants n’avaient jamais eu connaissance, un commandement de quitter les lieux et un procès verbal de tentative de pré-expulsion. Une heure plus tard, Brest Métropole Habitat, la préfecture et la police étaient sur les lieux pour expulser les habitants.

L’expulsion fut rapide et violente : les habitants n’ont pas eu le temps de récupérer la totalité de leurs affaires : les employés de Brest Métropole Habitat ont immédiatement coupé l’électricité, plaqué et muré les ouvertures, démonté les fenêtres et coupé les canalisations d’eau, inondant la maison. Des personnes venues pour aider à récupérer les affaires et soutenir les habitants ainsi que des journalistes se sont vus interdire l’accès aux lieux par la police. Un des mineurs a été arrêté, ses empreintes ont été vérifiées, des documents justifiants sa minorité ont permis sa sortie.

L’expulsion de ce lieu de vie est inqualifiable. Ses habitants ont besoin et le droit d’être protégés et accompagnés, ce que l’État et le département ne garantissent pas .

Les jeunes ont témoigné de leurs ressentis face à cette expulsion, et il en ressort beaucoup de stupeur et d’incompréhension : « En pas moins de 2 heures de temps, on a eu la police qui demande de sortir tout de suite. Ils n’ont rien dit à part « quittez la maison, sortez de la maison » ». Un autre témoigne « je ne sais pas si je pourrai récupérer mes carnets d’étude un jour, tout ce qui était important pour moi. Normalement on devait être avertis d’un délai, là, seulement 2h de temps pour tout récupérer. C’est très dur ».

Les revendications des mineurs sont multiples, et notamment l’accès aux droits fondamentaux mais aussi et surtout un droit à l’éducation et à la formation, censé être garantis par le droit international et le droit de l’enfant. Cette revendication se recoupe avec celle de l’AG de lutte, qui revendique un droit à l’université pour tous et toutes, au nom du droit à l’éducation.Cette prise en charge des mineurs isolés, et cet accès pour tous et toutes à l’éducation est une responsabilité de l’État, responsabilité qu’il n’assume pas aujourd’hui, à Brest et partout en France. Au contraire, L’État durcit de plus en plus les contrôles aux frontières et sur le territoire, les mesures d’expulsions se multiplient. En ce moment, l’assemblée examine le projet loi asile et immigration portée par Collomb qui achève le droit d’asile et criminalise l’exil.

Au vu de la situation, et dans un climat d’agressions récurrentes par des groupes d’extrême-droite, les étudiant-es de l’AG de lutte ont sollicité le soutien de l’université pour accueillir ces personnes qui n’avaient aucune solution de logement. Le doyen a répondu favorablement à leur demande pour un temps limité.

Nous appelons toutes les personnes qui se sentent concernées à rejoindre la lutte et exigeons l’arrêt immédiat de la répression policière et des expulsions partout en France.

Les Habitants de la Maison des Mineurs,
AG de Lutte,
Mouvement Zéro Personne à la Rue.


https://brest.mediaslibres.org/spip.php?article982
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32998
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités