Luttes et expulsions squats

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 01 Jan 2018, 18:17

Alfidel

La demande de mise en liberté a été rejetée, et l’appel a été renvoyé au 15 février à la demande de la défense. À savoir qu’un permis de visite initialement refusé a été obtenu à l’audience

https://paris-luttes.info/audience-en-a ... notre-9275
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 21:35

Le Vaydom résiste à Ivry-sur-Seine

Venez nous soutenir samedi 3 février, à partir de 15h, Place Voltaire à Ivry-sur-Seine (métro Mairie d’Ivry)

Le Vaydom résiste ! Après-midi solidaire contre l’expulsion

Un après-midi en soutien au Csa, contre son expulsion et pour continuer à tisser des solidarité autour de ce lieu.
Bouffe, boissons chaudes, musique et jeux sont assurés !

Depuis plusieurs mois un nouveau lieu est occupé à Ivry pour y faire vivre un Centre Social Autogéré : le Vay Dom (qui signifie en tchétchène « notre maison »).
Laissé vide depuis quelques années, le bâtiment, appartenant au Crédit Mutuel et géré par Nexity, a été réquisitionné par des dizaines de mal logé.e.s, des familles, des précaires, des sans papiers.

Pour nous le squat est une réponse collective à la précarisation de nos vies, une manière de s’attaquer à la propriété immobilière, qui envoie de plus en plus de personnes à la rue, et un moyen de lutter collectivement contre la gentrification de nos quartiers.

Nous avions obtenu en première instance de pouvoir occuper les lieux jusqu’à avril 2019. Le Crédit Mutuel a fait appel de cette décision et demande l’expulsion séance tenante des habitant-e-s et collectif du Vay Dom. Peu importe la vingtaine d’enfants qui vit ici. Peu importe les solidarités qui y naissent et y grandissent.

Lieu de solidarité, d’asile, de lutte, nous avons tou.te.s besoin que le Vay Dom vive.

Bouffe, café thé bissap, gâteux, musique, infokiosque et bibliothèque, freeshop de fringues, jeux pour enfants et moins enfants, capoeira... soyons nombreu.ses.x !
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 17:39

[Foix] Le Capelium passe en procès : Rassemblement, repas de quartier !

Ce vendredi 4 Mai à 14h, le Capelium, un bar associatif dans un immeuble squatté, est assigné au Tribunal de Foix.

Pour tout dire, on avait pas prévu de partir si tôt. Contrairement a la vision misérabiliste de la solidarité étatique, nous ne pensons pas vraiment que le retour des beaux jours justifie notre mise à la rue, et la fin, brutale et fort mal à propos, du lieu qui s’évertue à revigorer ce centre ville moribond.

Pour que ce procès ne soit pas qu’un triste événement, on vous invite nombreux et nombreuses a venir nous tenir compagnie au Tribunal dès 14h.
A partir de la fin de l’audience, sitôt que ces formalités judiciaires auront cessé, on vous propose de venir déguster quelques crêpes dans ce lieu dont la pérennité est aujourd’hui menacée.
Par un heureux hasard, ce triste procès coïncide de ouf avec notre habituel rendez-vous du vendredi soir, j’ai nommé : Le bœuf musical !

A cette occasion on vous attend a 19h pétante pour agrémenter ce rendez-vous hebdomadaire d’un repas de quartier, entre voisin.e.s, soutiens, et autres aficionados du lieu. On vous attend, vous et vos ami.e.s, avec vos petits plats cuisinés, votre bonne humeur, votre dégoût des institutions judiciaires, et vos instruments de musique.

Shlagifions nos vies, avec grâce, élégance et volupté.

Sur ce, à vendredi,

Cordialement,

Gros bisous.


https://iaata.info/Le-Capelium-passe-en ... -2575.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede Pïérô » 11 Mai 2018, 20:10

Le Squat, un Choix de Désobéissance Civile

Toulouse, lundi 14 mai 2018
à 20h30, Brasserie Le BISTRO, 13 Avenue des Minimes, 31200 Toulouse

entrée libre, prendre la conso au comptoir

Citoyen, citoyenne, Bonsoir !

Nous sommes un collectifs d'habitant.e.s et de militant.e.s qui occupons des maisons vides. Nous sommes des squatteur.euse.s et nous avons fait le choix de la désobéissance civile.
Depuis que nous ne payons plus ce toit au dessus de nos têtes, nous n'avons plus besoin de travailler pour vivre. Ce temps liberé nous le consacrons principalement à créer et expérimenter un mode de vie que nous voulons collectif.

A quoi ressemble notre quotidien sans travail salarié ? Comment nous envisageons-nous au sein d'un système capitaliste que nous ne cautionnons plus ? Qu'est-ce que ça veut dire : désobéir ?

Vous le saurez en venant nous rencontrer au Café Citoyen lundi 14 mai à 20h30

Métro Canal du Midi, Minimes Claude Nougaro,
Bus n ° 2Brasserie Le BISTRO
13 Avenue des Minimes 31200 Toulouse
tel 05 61 13 37 05

Nous aborderons toute vos remarques, questions, dans le cadre du Café Citoyen et du thème de la soirée à partir de 20h30 et jusqu'à 22h30, des échanges fluides, le respect de l'autre et de ses idées, le tour de table, une parole régulée, prendre la parole,
être entendu-e, pouvoir écouter, prendre conscience...
et l'agréable surprise de passer une belle soirée et vivre le riche
sentiment de se sentir citoyen-ne du monde.


https://toulouse.demosphere.eu/rv/17409
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22040
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede Pïérô » 20 Mai 2018, 02:05

Découvrir Errekaleor : un quartier intégralement squatté au Pays basque

https://paris-luttes.info/decouvrir-err ... tier-10246
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22040
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 20:45

Marseille : Anti-squat

Le monde merveilleux des agences anti-squat...

... https://mars-infos.org/marseille-anti-squat-3239
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 14 Juil 2018, 12:57

Le squat de lutte cévenole « La Borie » sera expulsable à la fin de l’été, appel à soutien !

Berceau d’une lutte mémorable dans les Cévennes contre un grand projet de barrage dans les années 80, ce lieu d’habitation et d’expériences politiques et humaines diverses est occupé depuis une trentaine d’années. Cet endroit, de nature préservée, à la biodiversité fourmillante, tenu et entretenu depuis toutes ces années par des personnes aux histoires éclectiques, à l’encontre des tentatives de réappropriation municipales ou privées, risque d’être expulsé !

Un jugement lourd est tombé - confirmant notre opinion sur l’infect visage de l’institution judiciaire - et les possibilités de recours sont très minces. Le jugement annonce l’obligation à quitter les lieux au 14 août et à partir de cette date une astreinte de 700 euros par jour pour les 3 personnes assignées et une intervention des forces de l’ordre possible à partir du 14 septembre. La manière dont le jugement est rédigé implique que nous n’avons très peu de certitudes d’obtenir des délais supplémentaires, malgré les tentatives de recours que nous allons effectuer. Nous considérons qu’il faut donc prendre en compte cette décision au pied de la lettre, et se préparer à son exécution dans ces termes, au vu du contexte exécrable et des comportements va-t-en-guerre des personnes de pouvoir, dans notre commune, comme ailleurs.

Nous avons décidé de nous opposer à cette expulsion et nous souhaitons garder ce lieu ouvert et continuer à vivre ici le plus longtemps possible. Nous devons également faire face à des réactions menaçantes de certain-es habitant-es du coin plutôt réactionnaires (insultes, menaces de représailles physiques et de destruction, saccage d’un vehicule, coups de feu en pleine nuit, agressions physiques).

C’est pourquoi, certain-es habitant-es de la Borie au quotidien ou par intermittence, nous lançons un appel urgent à différents types de soutien :

1 – En venant passer les prochains mois (ou plus) à la Borie pour préparer la résistance à l’expulsion en discutant, proposant, vivant, ou en construisant des choses avec nous, pour envisager comment faire barrage à l’arsenal repressif.

La Borie étant aussi depuis longtemps un lieu de réflexions et de pratiques de résistance à la psychiatrisation de nos existences, nous avons fait le choix d’etre un espace d’accueil et de soin, plutot que de tout miser sur la « valeur travail » et le productivisme. Aujourd’hui, sur nos souffrances et galères quotidiennes déjà complexes, se rajoute cette décision extrêmement sévère qui nous laisse très peu de temps pour nous retourner. Les personnes motivées et encourageantes sont donc les bienvenues.

Nous souhaitons que cette période puisse permettre d’élaborer des stratégies communes en accord avec les valeurs que nous portons, pour que cette bataille soit déterminée, féministe, queer, anti-coloniale, anti-capitaliste,… et qu’elle soit en résistance aux comportements racistes, sexistes, psychophobes ou validistes… donc respectueuse des réalités de chacun-e. En effet, il est indispensable que nous soyons nombreux-ses pour atténuer cette pression mais nous ne laisserons pas cette lutte devenir un étalage de virilisme guerrier où les personnes qui se sentent dans des capacités et envies différentes se sentiraient exclues ou dévalorisées. Nous aimerions que cet été puisse permettre aussi aux personnes qui le souhaitent de vivre des moments de partage sur tous les outils d’auto-défense existant face à cet état policier, et que les différentes luttes puissent trouver un écho et un espace d’expression. Nous vous accueillerons à bras ouverts, et en autogestion : beaucoup de choses seront à construire, si nous sommes aussi nombreux-ses que nous l’espérons.

2 – En nous rejoignant lors des Assemblées Generales des Luttes. La première étant à Saint-Jean-du-Gard, au parc derrière l’Aquarium (le Bois des Plumes), le 7 juillet vers midi, pour un pique-nique partagé avant de discuter à 14h. Pour évoquer non seulement les résistances face au projet d’expulsion de La Borie, mais aussi les contestations concernant l’ensemble des opérations de chasse aux pauvres, aux habitats précaires, à la gentrification touristique de nos communes, etc.
L’atmosphère de guerre sociale nous étouffe, parlons-en, et organisons-nous !

3 – En organisant, là où vous êtes, des évènements de soutien (concerts, cantines, actions, et autres) afin de faire du bruit autour d’un très vieux squat qui pourrait sentir sa fin venir, et éventuellement faire aussi des sous pour les frais de justice déjà élevés. Nous pensons pouvoir évaluer les frais d’ici peu en fonction des recours potentiels. Car, non seulement on se fait dégager mais en plus il va falloir raquer.

Nous proposons d’ores et déjà le 14 août, pour une autre Assemblée Générale des Luttes, suivie d’un concert de soutien à La Borie. Pour toutes celles et ceux qui ne peuvent pas venir (individus, collectifs, réseaux…) l’idée est d’organiser localement un évènement de soutien ce même jour, ayant pour objectif de diffuser de l’information sur la situation, ainsi que de collecter des sous pour assurer notre défense.

Cette date correspond à la fin du délai de 2 mois qui nous a été accordé avant de devoir quitter les lieux… un délai dérisoire au regard des trente années d’occupation des lieux !!

Et le 15 août, nous manifesterons dans les rues de St-Jean-du-Gard, pour faire entendre notre détermination à vivre sur les terres de La Borie, et plus largement à résister à toutes les logiques d’appropriation du vivant.

Entravons les velléités politiques des municipalités visant à nettoyer au karcher les zones habitées, à des fins touristiques, pour vendre aux visiteur-euses high standing des régions muséifiées sans pauvres ni crasseux-ses, sans constructions précaires, ou qui spéculent sur la vente des terres à de gros propriétaires déjà nantis.

4 – En faisant tourner l’info que nous cherchons des lieux de repli dans le coin ou plus loin pour nos affaires, nous-mêmes, nos casseroles et nos valeurs…

5 - En proposant ou en venant aussi passer des moments de joie et de partages comme des concerts, des ateliers, des chantiers, des fêtes, etc.

Ce message peut être diffusé de manière large, et plus particulièrement dans les réseaux d’ami-es, de militant-es, de sympathisant-es, sur les listes mails et réseaux anti-autoritaires, autonomes, féministes…

Pour nous contacter : nonauxexpulsionslaborie@riseup.net
La Borie en luttes : https://laborie.noblogs.org/

Si vous voulez venir ou organiser un truc ici et que vous connaissez pas bien l’endroit, écrivez-nous ! On pourra vous donner un peu plus de précisions sur comment venir, sur les différents espaces (certains sont des habitations, d’autres des cultures, certains sont tranquilles, d’autres plus collectifs, etc.). C’est plutôt cool de venir ici sans animaux de compagnie (y en a déjà plusieurs et ça peut faire trop pour certains-es). Les comportements relous, sexistes, racistes, homophobes, etc. ne sont pas les bienvenus.


http://lenumerozero.lautre.net/Le-squat ... te-appel-a
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 31 Juil 2018, 21:49

Vitoria-Gasteiz (Euskal Herria): Errekaleor Bizirik !

5 épisodes radiophoniques d’entretiens avec des squatteureuses d’Errekaleor, à écouter sur le site des Pigeons voyageurs https://sabalikoulapo.wixsite.com/websi ... or-bizirik.

Au coeur du Pays Basque, en Espagne, dans la ville de Vitoria-Gasteiz se trouve le quartier, aujourd’hui entièrement squatté d’Errekaleor. Ce quartier qui s’élève sur une petite colline, entre zone industrielle, campagne et immeubles flambant neufs est composé de 16 barres d’immeubles identiques de deux étages, divisés en deux blocs de six appartements chacun.

Initialement appelé « Un meilleur monde », Errekaleor tire son nom de la rivière qui coule à ses pieds. Ce quartier périphérique a été construit pendant le franquisme dans les années 1950, à une période où la ville cherchait à développer son industrie et avait besoin de logements pour les travailleurs ouvriers de ces entreprises. A l’époque plus de 1 200 ouvriers logeaient dans ces 192 appartements. Avec la désindustrialisation, la municipalité de Vitoria-Gasteiz cherche à partir des années 80 à chasser petit à petit les habitants de ce quartier en leur proposant le rachat de leur appartement et en réduisant les services de proximité. L’objectif ultime est la démolition de ce quartier en vue de la construction de bâtiments plus modernes. Quelques habitants résistent mais malgré cela les appartements abandonnés se multiplient et Errekaleor se transforme en quartier fantôme.

En 2013, alors qu’il ne restait plus que quelques propriétaires, l’un d’eux offrit ses clefs à quelques jeunes étudiant.e.s de l’université du Pays Basque. IIles avaient pris contact avec les habitants du quartier depuis plus d’un an avec l’idée d’occuper les appartements vacants. Une première vague de 10 étudiant.e.s occupa les lieux et ainsi commença la plus grande expérience alternative d’autogestion développée dans l’État Espagnol dans l’histoire récente.

Au fil des jours nous avons fait connaissance avec Maddi, Leiane, Ivai,Ibon, Foron, Jonbe, Amaia, Ion, Maria, Ulises, Libertas, Lola et tant d’autres.

Illes nous ont ouvert les nombreuses portes du quartier, raconté l’histoire d’Errekaleor, leur quotidien et ont partagé des morceaux de vie, de rire, de lutte, d’accordéon ou de guitare.
A nous maintenant de propager le souffle d’Errekaleor Bizirik !

Afin que l’étincelle se propage en feu. Le feu d’une torche dans la nuit.
Un feu de joie aux allures de feu d’artifice. Un doux feu de camp autour duquel on s’assoit. Un feu long et puissant qu’on n’éteint pas avec quelques lances à eau.
Feu !


https://fr.squat.net/2018/07/26/vitoria ... r-bizirik/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 06 Aoû 2018, 10:37

St-Jean-du-Gard (30): un délai avant la possibilité d’expulser la Borie

Une plutôt bonne nouvelle pour la Borie !

Le premier recours effectué le 25 juillet dernier par l’avocat de Delphine et Patrick auprès du 1er président de la cour d’appel a porté ses fruits à notre agréable surprise.

Celui-ci a prononcé, le 31 juillet, la suspension de l’exécution provisoire de la décision du TGI du mois de juin dernier. Cela signifie que le jugement ne pourra pas être exécuté avant la fin de la procédure d’appel, que la mairie ne pourra pas demander d’expulsion ni de paiement d’astreintes avant la fin de la procédure (le jugement de la cour d’appel est prévu pour l’année prochaine, sans qu’il y ait de date fixée encore).

Cela nous laisse un peu plus de temps pour envisager l’avenir de la Borie et penser les choses moins dans l’urgence sera peut être plus confortable.

Vous êtes pour autant évidemment toujours les bienvenu-es pour fabriquer le présent et les suites…


https://laborie.noblogs.org/2018/08/04/ ... /#more-749
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 10 Aoû 2018, 11:34

APPEL A SOUTIEN - LA BORIE EN LUTTES !

La Borie sera expulsable à la fin de l’été !! Berceau d’une lutte mémorable dans les Cévennes contre un grand projet de barrage dans les années 80, ce lieu d’habitation et d’expériences politiques et humaines diverses est occupé depuis une trentaine d’années. Cet endroit, de nature préservée, à la biodiversité fourmillante, tenu et entretenu depuis toutes ces années par des personnes aux histoires éclectiques, à l’encontre des tentatives de réappropriation municipales ou privées, risque d’être expulsé !

Un jugement lourd est tombé - confirmant notre opinion sur l’infect visage de l’institution judiciaire - et les possibilités de recours sont très minces. Le jugement annonce l’obligation à quitter les lieux au 14 août et à partir de cette date une astreinte de 700 euros par jour pour les 3 personnes assignées et une intervention des forces de l’ordre possible à partir du 14 septembre. La manière dont le jugement est rédigé implique que nous n’avons très peu de certitudes d’obtenir des délais supplémentaires, malgré les tentatives de recours que nous allons effectuer. Nous considérons qu’il faut donc prendre en compte cette décision au pied de la lettre, et se préparer à son exécution dans ces termes, au vu du contexte exécrable et des comportements va-t-en-guerre des personnes de pouvoir, dans notre commune, comme ailleurs

Nous avons décidé de nous opposer à cette expulsion et nous souhaitons garder ce lieu ouvert et continuer à vivre ici le plus longtemps possible. Nous devons également faire face à des réactions menaçantes de certain-es habitant-es du coin plutôt réactionnaires (insultes, menaces de représailles physiques et de destruction, saccage d’un vehicule, coups de feu en pleine nuit, agressions physiques).

C’est pourquoi, certain-es habitant-es de la Borie au quotidien ou par intermittence, nous lançons un appel urgent à différents types de soutien :

1 – En venant passer les prochains mois (ou plus) à la Borie pour préparer la résistance à l’expulsion en discutant, proposant, vivant, ou en construisant des choses avec nous, pour envisager comment faire barrage à l’arsenal repressif.

La Borie étant aussi depuis longtemps un lieu de réflexions et de pratiques de résistance à la psychiatrisation de nos existences, nous avons fait le choix d’etre un espace d’accueil et de soin, plutot que de tout miser sur la « valeur travail » et le productivisme. Aujourd’hui, sur nos souffrances et galères quotidiennes déjà complexes, se rajoute cette décision extrêmement sévère qui nous laisse très peu de temps pour nous retourner. Les personnes motivées et encourageantes sont donc les bienvenues.

Nous souhaitons que cette période puisse permettre d’élaborer des stratégies communes en accord avec les valeurs que nous portons, pour que cette bataille soit déterminée, féministe, queer, anti-coloniale, anti-capitaliste,… et qu’elle soit en résistance aux comportements racistes, sexistes, psychophobes ou validistes… donc respectueuse des réalités de chacun-e. En effet, il est indispensable que nous soyons nombreux-ses pour atténuer cette pression mais nous ne laisserons pas cette lutte devenir un étalage de virilisme guerrier où les personnes
qui se sentent dans des capacités et envies différentes se sentiraient exclues ou dévalorisées. Nous aimerions que cet été puisse permettre aussi aux personnes qui le souhaitent de vivre des moments de partage sur tous les outils d’auto-défense existant face à cet état policier, et
que les différentes luttes puissent trouver un écho et un espace d’expression. Nous vous accueillerons à bras ouverts, et en autogestion : beaucoup de choses seront à construire, si nous sommes aussi nombreux-ses que nous l’espérons.

2 – En nous rejoignant lors des Assemblées Generales des Luttes. La première étant à Saint-Jean-du-Gard, au parc derrière l’Aquarium (le Bois des Plumes), le 7 juillet vers midi, pour un pique-nique partagé avant de discuter à 14h. Pour évoquer non seulement les résistances face
au projet d’expulsion de La Borie, mais aussi les contestations concernant l’ensemble des opérations de chasse aux pauvres, aux habitats précaires, à la gentrification touristique de nos communes, etc. L’atmosphère de guerre sociale nous étouffe, parlons-en, et organisons-nous !

3 – En organisant, là où vous êtes, des évènements de soutien (concerts, cantines, actions, et autres) afin de faire du bruit autour d’un très vieux squat qui pourrait sentir sa fin venir, et
éventuellement faire aussi des sous pour les frais de justice déjà élevés. Nous pensons pouvoir évaluer les frais d’ici peu en fonction des recours potentiels. Car, non seulement on se fait dégager mais en plus il va falloir raquer.

Nous proposons d’ores et déjà le 14 août, pour une autre Assemblée Générale des Luttes, suivie d’un concert de soutien à La Borie. Pour toutes celles et ceux qui ne peuvent pas venir (individus, collectifs, réseaux…) l’idée est d’organiser localement un évènement de soutien ce
même jour, ayant pour objectif de diffuser de l’information sur la situation, ainsi que de collecter des sous pour assurer notre défense.
Cette date correspond à la fin du délai de 2 mois qui nous a été accordé avant de devoir quitter les lieux… un délai dérisoire au regard des trente années d’occupation des lieux !!

Et le 15 août, nous manifesterons dans les rues de St-Jean-du-Gard, pour faire entendre notre détermination à vivre sur les terres de La Borie, et plus largement à résister à toutes les logiques d’appropriation du vivant.

Entravons les velléités politiques des municipalités visant à nettoyer au karcher les zones habitées, à des fins touristiques, pour vendre aux visiteur-euses high standing des régions muséifiées sans pauvres ni crasseux-ses, sans constructions précaires, ou qui spéculent sur la
vente des terres à de gros propriétaires déjà nantis.

4 – En faisant tourner l’info que nous cherchons des lieux de repli dans le coin ou plus loin pour nos affaires, nous-mêmes, nos casseroles et nos valeurs…

5 - En proposant ou en venant aussi passer des moments de joie et de partages comme des concerts, des ateliers, des chantiers, des fêtes, etc.

Ce message peut être diffusé de manière large, et plus particulièrement dans les réseaux d’ami-es, de militant-es, de sympathisant-es, sur les listes mails et réseaux anti-autoritaires, autonomes, féministes…

Pour nous contacter : nonauxexpulsionslaborie@riseup.net
La Borie en luttes : https://laborie.noblogs.org/

Si vous voulez venir ou organiser un truc ici et que vous connaissez pas bien l’endroit, écrivez-nous ! On pourra vous donner un peu plus de précisions sur comment venir, sur les différents espaces (certains sont des habitations, d’autres des cultures, certains sont tranquilles, d’autres plus collectifs, etc.). C’est plutôt cool de venir ici sans animaux de compagnie (y en a déjà plusieurs et ça peut faire trop pour certains-es). Les comportements relous, sexistes, racistes, homophobes, etc. ne sont pas les bienvenus.


https://nantes.indymedia.org/articles/42342
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 11 Aoû 2018, 20:35

Mi-août contre les expulsions !

C'est le moment où le juge nous demande d'être parti-es...

Et bien... On est pas d'accord !

Une AG le 14, une manif et un concert le 15, des discussions sur les jours d'avant et d'après... Bientôt plus d'infos mais vous êtes déjà invité-es à gardez ces dates pour un séjour prolongeable à la Borie !

https://herault.demosphere.eu/rv/9454
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 23 Aoû 2018, 11:26

Grenoble le jeudi 23 août à 19h, au 6 rue Jay

Contre la criminalisation des squats incule dans la loi ELAN, le DAL invite à une discussion-apéro. Apportez de quoi grignoter !

Le Sénat a fait passer dans la loi ELAN un amendement anti-squat, réclamé depuis des années par la droite et l’extrême droite.

Cette amendement crée une sanction pénale, 1 an de prison et 15 000 euros d’amende et l’expulsion administrative à l’encontre des personnes qui se sont introduites à l’aide de … voie de fait dans un local à usage d’habitation. Un amendement supprimant la trêve hivernale aux occupants sans titre a été également adopté.

De plus, loin de viser exclusivement les “squatters”, cet amendement menace d’autres personnes, qui pourront être accusées d’être entrées dans les lieux par “voie de fait”, c’est à dire, en l’absence de l’autorisation du propriétaire. En effet, dès lors que l’occupant ne pourra démontrer que le propriétaire avait donné son accord, l’occupant sera jugé délinquant. Sont visées :

Les squatters par nécessité, par exemple les familles et personnes sans abris, qui s’installent dans des locaux d’habitation vacants, comme par exemple :
– les familles réfugiées de la cité de l’air à Athis Mons,
– les sans abris qui occupent une maison de retraite municipale à Rouen
– ou ceux qui occupent avec le DAL un bâtiment hospitalier dans le centre de Toulouse….
Les squatters artistiques ou alternatifs qui recherchent des locaux pour créer des œuvres ou des alternatives, dans de nombreux lieux en France.
Les habitants victimes d’une escroquerie au faux bail, et qui de bonne foi et après avoir payé la caution et le 1er mois de loyer à un escroc se retrouvent face au vrai propriétaire
Les habitants restés dans le logement après le départ du locataire en titre
Les locataires exploités par des marchands de sommeil ou des bailleurs indélicats, qui font disparaître toute trace de la location afin de mieux imposer le silence à leur victimes ou dissimuler des ressources non déclarée …
Les personnes hébergées (qui peuvent être des proches) en conflit avec le propriétaire ou l’occupant en titre
Des personnes qui louent une chambre contre services, sans contrat

Pour en parler et organiser une riposte, rendez-vous le jeudi 23 août au 6, rue Jay à 19h. Présence à confirmer d’une avocate du syndicat de la magistrature et de la fédération Droit au Logement.


https://cric-grenoble.info/infos-locale ... ue-jay-684
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 28 Aoû 2018, 22:08

Genève
Prenons la ville occupe Porteous

Le bâtiment Porteous (renommé désormais "Le Plongeoir"), situé au bout du chemin de la Verseuse (Vernier/Ge) est occupé par le mouvement Prenons La Ville depuis samedi après midi (25 août), à l’issue de la 19ème course de radeaux.

Le bâtiment Porteous (renommé désormais "Le Plongeoir") situé au bout du chemin de la Verseuse (Vernier/Ge) est occupé par le mouvement Prenons La Ville depuis samedi après midi (25 août), à l’issue de la 19ème course de radeaux.

Pour rappel, ce lieu est propriété de l’État de Genève et est vide depuis 20 ans. Il devait initialement être attribué à la Culture pour y développer des activités. Or le Département de la sécurité de Pierre Maudet a fait main basse sur ce batiment pour le transformer en un énième établissement carcéral, dans le prolongement de la politique de développement exponentiel des infrastructures pénitentiaires du Canton.

C’était sans compter sur la résistance de certain.e.s. qui sont en ce moment même en train d’élaborer un programme de réhabilitation de cet endroit, hors des logiques marchandes et sécuritaires dominantes de la ville.

... https://renverse.co/Prenons-la-ville-oc ... ramme-1682
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 06 Sep 2018, 15:53

le Capelium passe a nouveau en procès

FOIX (09) Vendredi 7 septembre 2018

Le Capelium c'est ce café associatif ouvert dans un immeuble squatté depuis l'hivers dernier, au pied du chateau.

Comme on occupe ce batiment vide depuis plus de 5 ans sans aucune autorisation, les défenseurs habituels de la propriété privée nous cherchent des noises ! On passe donc en procés au tribunal de Foix le vendredi 7 a 14H.

Et pour pas passer une journée trop triste face a la décision de justice, on organise une après midi un peu spééciale ! A partir de 18h30 on propose la projection d'un film sur les prisons et en particulier les longues peines : "Faites sortir l'accusé" dont vous pouvez trouver le synopsis ici https://quartierslibres.wordpress.com/2017/11

Le film sera projeté en présence du réalisateur, on vas donc poursuivre la soirée avec des tapas a grignotter et une discution ensemble autour du film, de la justice, de la prison.

Et puis après tout ceci, soirée musicale avec l'habituelle Jam session du vendredi soir.

On espère vous voir nombreux.ses !!

La petition de soutient au Capelium : https://www.change.org/p/ville-de-foix- ... u-capelium

https://ariege.demosphere.eu/rv/10740
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes et expulsions squats

Messagede bipbip » 15 Sep 2018, 21:57

Bruxelles
Appel à un rassemblement devant l’Étal

Dimanche 16 septembre 2018
14h, L'Etal, 102 Avenue Adolphe Buyl, Bruxelles

Le 102 était un bar étudiant qui a brûlé en 2014. Depuis plusieurs années, des travaux dans ce bâtiment n’ont jamais aboutis, pour des raisons qui nous sont inconnues. Le voisinage parle d’un Delhaize, haut lieu de consommation au lieu d’un espace de rencontre, de partage, ouvert sur le quartier, les jeunes, les enfants, les plus vieux et toute autre personne qui aurait envie de passer un instant tranquillement hors de ces zones hyper-marchandes qui nous sont imposées, partout en ville.

Hier 13 septembre 2018, l’ouverture de l’Étal s’est passé magnifiquement, dans la joie et le partage, entre potes, curieux.ses et passant.es. L’Étal est un squat, et pourtant beaucoup de personnes se sont montrées très intéressées et motivées par ce projet : de la nourriture et des vêtements gratuits récupérés afin de leur donner une seconde vie, des brochures et textes politiques et poétiques à prix libres, mis à dispositions à qui veut et pas à qui peut. L’idée était d’insuffler un peu de vie à ce lieux qui croupissait dans sa vacuité, son vide.

Aujourd’hui 14 septembre 2018, le propriétaire est venu non pas se présenter et ouvrir le dialogue avec nous mais menacer une copine, qui était seule à l’intérieur, et d’appeler la police. Elle s’est sentie en danger et a décidé de partir illico presto. Oui, on le sait, le pouvoir sacré de la propriété privé est toujours couverte par le bras armé de l’État.

Cependant, non, nous ne les laisserons pas réduire nos efforts à néant sans broncher ! Nous appelons quiconque désireux.se de soutenir des initiatives non-marchandes à se rassembler devant l’Étal au 102 avenue Adolphe Buyl le dimanche 16 septembre à 14 h afin d’établir un rapport de force avec le propriétaire. En nombre, ne serait-ce qu’une cinquantaine voir une centaine, nous pourrions au moins une dernière fois nous réapproprier les lieux, et de s’organiser pour proposer des choses allant l’encontre de ces temples de la consommation, destructrice de nos vies que sont ces supers-marchés, qui se font concurrence les uns les autres dans la seule optique de nous rendre dépendants de leurs merdes et de se faire du fric. Ils ne voient que notre « pouvoir » d’achat. En tant qu’individus, notre pouvoir ne se limite pas à notre porte feuille, bien au contraire ! Montrons leur qu’on a la force, ensemble, de leur faire face.

Nous ne voulons pas nous battre à tout prix pour ce lieu. Mais pour quelque chose de bien plus grand. Pour se réapproprier nos vies en dehors des sphères nauséabondes du capitalisme !

L’Étal peut se multiplier dans chaque bâtiment vide abandonné qui n’est pas habitable dans le sens de se loger. Se loger est essentiel, se nourrir et s’habiller également !

Ce dimanche 16 septembre, la journée Bruxelles sans-voiture sera turbulente.


https://bruxelles.indymedia.org/spip.php?article21418
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité