Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 17 Juin 2018, 12:24

Semaine de solidarité en soutien avec les familles sans toit de Villeurbanne du 18 au 23 juin

Enfants scolarisés sans toit à Villeurbanne : J-30 avant l’enfer des vacances d’été

Suite à la mobilisation de parents d’élèves, de personnels et d’habitants depuis la rentrée 2017, des dizaines d’enfants sans toit scolarisés dans les écoles, collèges et lycées de Villeurbanne avaient pu connaître quelques mois de répit en intégrant le dispositif d’hébergement hivernal mis en place par la préfecture début décembre.

Malheureusement, avec la fin de l’hiver, les remises à la rue ont repris de façon tout à fait illégale. En dépit de la loi garantissant l’inconditionnalité et la continuité de l’hébergement d’urgence, des dizaines de familles et d’enfants se retrouvent aujourd’hui sans abri, sans aucune solution proposée, y compris des bébés de moins de 2 ans et des femmes enceintes, comme à l’école Albert Camus ou à l’école Lakanal, où les parents d’élèves et les personnels ont de nouveau occupé l’école fin mai pour arracher le relogement d’une famille à la rue.

Face à de telles situations, le collectif Jamais sans toit Villeurbanne s’est remobilisé en urgence, d’autant qu’il a dû faire face à l’arrivée de nouvelles familles expulsées des centres d’hébergement (caserne Chabal à Saint Priest, foyer de la Sarra,…). Le collectif dénonce avec force l’inhumanité de ces remises à la rue et fait part de son inquiétude quant au sort de ces enfants pendant la période estivale, à quelques jours des vacances scolaires.

Goûters solidaires dans de nombreuses écoles, actions lors de la Fête des Enfants du 23 juin,... sont organisés tout au long de la semaine afin d’alerter les autorités compétentes sur l’urgence de la situation et affirmer de nouveau le droit inconditionnel au logement. Nous exigeons le relogement de toutes les familles conformément à loi ! Un toit c’est un droit !

Programme de la semaine d’action :
- Lundi 18/06 : goûter solidaire à l’école Albert Camus dès 16h
- Lundi 18/06 : goûter solidaire au collège des Gratte-Ciel Môrice Leroux à partir de 16h30
- Mardi 19/06 : action à l’école Renan B + collecte solidaire durant toute la semaine organisée par les parents d’élèves et l’équipe éducative
- Jeudi 21/06 : goûter en musique à l’école Jean Zay dès 16h (Fête de la musique)
- Samedi 23/06 : Fête des Enfants : action concertée avec le Collectif X et le Centre Social de Cusset (Parc de Cusset)

https://rebellyon.info/Semaine-de-solid ... -les-19367
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 23 Juin 2018, 22:17

Nouvelle expulsion à Lyon d’un squat réservé aux mineurs isolés étrangers

Le nouveau lieu réquisitionné pour héberger les mineurs isolés a été expulsé illégalement ce 21 juin sur ordre de la préfecture et avec le consentement coupable de la Métropole.

... https://rebellyon.info/Nouvelle-expulsi ... quat-19383
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede fernand » 28 Juin 2018, 15:21

Projet Baudin. Jeunes gens dynamiques
AMPHI Z
Préambule
« Il y a quelque chose qui se vit, c’est tout et ça n’est pas parfait mais c’est tellement un milliard de fois mieux que ce qu’on nous propose, que ce qu’on nous impose et qu’on nous vend come une vie qui fait envie, les études, les diplômes, le travail, les week-ends de détente avant la semaine à vomir, et puis dehors, vos dehors si proprets, les immeubles tout neufs et puis les gens par terre, et les mots dégueulasses qui sortent de la bouche du président, le président de la grande trieuse, du grand centre de formation des esprits bien cadrés, des cadres qui s’appliqueront bien à rendre demain encore pire qu’aujourd’hui. »
Le président a annoncé qu’il fera intervenir la police pour expulser les personnes occupant les lieux si elles ne sont pas parties d’elle-même après la trêve hivernale. Ça laisse quelques mois.
Quand l’occupation a commencé, un tract disait : « Etudiant.e, trouve-toi une occupation ! » Je crois que nous l’avons trouvé notre occupation. Elle s’organise et vit de mille façons depuis le premier jour, et cet espace, qui est né pour que les migrant.e.s qui se retrouvaient à la rue en plein mois de novembre puissent dormir au chaud, est devenu come une maison pour pas mal de monde, pas une maison ou chacun.e a sa chambre, mais un grand moulin plein de portes et de vents qui s’engouffrent et chahutent le cours normal des choses. Et même si la fatigue est là, l’enthousiasme nous tient, les questions, les AG, les joies et les problèmes s’enchainent, la cohabitation entre tous et toutes est parfois complexe, mais tout le monde ce soir crie de joie pour une maison, un toit.
Il y a quelque chose là-dedans qui ne concerne pas ces personnes avec qui l’on croit négocier, le président, le préfet, l’administration, là-dedans c’est juste la vie qui est née, parce qu’en décidant simplement d’aider celles et ceux que l’Etat et tous ceux qui le font vivre condamnent à des traitements ignobles, on s’est juste retrouvé.e.s à l’intérieur de la vie, dans cet endroit ou nous sommes entré.e.s sans demander l’autorisation.
En voulant simplement aider, on a mis un pied dans un truc bien plus grand et plus simple à la fois, organiser la vie, la rendre plus vivable, plus sensible parce que collective, et au fond quand on y pense, c’est juste ce qu’on nous a appris quand on était petit.e.s, les beaux sentiments de quand on y croyait encore, l’égalité, la justice, la fraternité, les droits, c’est tout ça qu’on cherche à appliquer, et alors qu’on nous vantait ça comme des valeurs universelles et tout le blabla des adultes, on nous envoie les CRS.
J’ai l’impression de protéger un trésor, et ce trésor ce sont ces gens ici, c’est cette impression d’être des enfants bien décidé.e.s à simplement apprendre et se battre et avancer comme ils et elles l’entendent, pour des idées simples et justes, pour inventer du positif et du beau, et que dehors ce sont les adultes qui ne comprennent rien à rien. Qui viennent nous expliquer avec leurs fliengues et leurs matraques qu’il vaut mieux ne rien ressentir, ne rien penser, simplement laisser le monde tourner comme on a l’habitude de le laisser tourner. Les adultes beaucoup trop terrifié.e.S par l’inattendu et l’inconnu, et qui préfèrent se mentir que de comprendre et se risquer à être tuché.e.s et à vivre des relations et des situations qui ne sont pas que des mots ou des kits de citoyenneté.
Infimement, sans le vouloir nous avons troublé la surface des choses, nous avons renversé le rythme de la vie ou chacun ne se soucie que de lui-même et des quelques personnes qui l’entourent, que nous retrouvons juste à vivre de la vie politique, de la vie quotidienne ou personne ne se repose sur personne, nous apprenons et apprivoisons la cohabitation, livré.e.s à nous-mêmes nous devons penser les rapports humains, le conflit, la violence, la confiance, le sexisme, le racisme, l’amour, l’oppression.
C’est juste de la réalité avec tout ce qu’elle a de frustrant, d’irréel et d’absurde. Nous sommes les jeunes gens dynamiques de vos dépliants macabres, nous sommes le présent –eux ne sont que le futur en marche qu’on voit venur depuis longtemps, la froideur, le vide désespérant des bâtiments et des esprits – nous venons gentiment les habiter et les hanter comme des enfants-sorcières et des fantômes, notre maison est faite de kaplas et de tâtonnements. Et à la fin j’espère que ce seront les CRS qui devront faire tomber cette tour de bois si fragile et grandiose, qu’elle leur pèsera lourd sur la conscience, s’ils finissent un jour par s’en découvrir une.
Introduction
Amphi C. Amphi Z.
F.
Avatar de l’utilisateur-trice
fernand
 
Messages: 9
Enregistré le: 20 Nov 2017, 13:26

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede fernand » 28 Juin 2018, 15:23

AMPHI Z
Objectif
Pérenniser le lieu.
Messages.
Les migrants ;
Passé / Présent / Future.
Différents pays et origines.
Leurs vie.
Le lieu
Etages disponible
Rez de chaussée, sous-sol et extérieur.
Ben dit que ce lieu est spacieux et à un grand potentiel.

Pièces potentielles
Amphi Z (pièce 50 m2 environ en escalier)
Pièce photo avec établi intéressant
Salon / cuisine Pièces de vie
Pièce enfant.
Pièce pour les ateliers d’écritures.
Pièces médecin du monde.
Pièce sportive (table de ping-pong)

Différents moyens / support
Bombe, graph, moderne.
Peinture, pinceau.
Expos, cadres, tableaux
Collages / Pochoirs
Fresque peinture.
Ecriture. Calligraphie. Connaissance d’une personne très douée dans le domaine.
Poésie. Texte. Rime. Réalisé à l’amphi C. Thème l’enfance.
Photos. Noir et blanc. Représenter et développer sur place.

Idée : sensibiliser lors d’un évènement
Parcours dans le lieu avec différentes œuvres et thématiques.
F.
Avatar de l’utilisateur-trice
fernand
 
Messages: 9
Enregistré le: 20 Nov 2017, 13:26

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede fernand » 28 Juin 2018, 15:25

Bonjour à tous,
Le quotidien à l'amphiez est bien améliorer grâce à toutes les bonnes énergies.
Il reste encore du "job" comme des demandes pour eau chaude douches et plomberie.
Sous l'impulsion de beaucoup de gens avec l'objectif de pérenniser l'amphiez et aussi de réquisitionner un second immeuble à cuisset,
des ateliers positifs ont été mis en place : Dessins et peinture. Poésie (étudiante togolaise), atelier prise de clichés et développement photo en cours.
L'artiste militant "ben" a fait une visite à l'amphiez rue baudin et croit entièrement en nous et remarque notre potentiel.
Bonne continuation à tous.
A bientôt.
FERNAND
F.
Avatar de l’utilisateur-trice
fernand
 
Messages: 9
Enregistré le: 20 Nov 2017, 13:26

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede fernand » 28 Juin 2018, 15:27

AMPHI Z
Disponible : voitures Bras
Budgétiser les travaux. (1 semaine)
Réaliser les travaux (1 semaine) Agir on est nombreux donc nettoyage coup de peinture en une semaine c’est facilement fait
➢ Tirer des câbles ➢ En profiter pour remettre les douches chaudes sanitaires et toilettes aux étages
Financement en ligne (cagnotte pot commun) déjà existant.
Chambre du 3ème étage qui a pris feu. Le condamner inutilisable ? Faire une terrasse ?
A TANTOT
FERNAND
F.
Avatar de l’utilisateur-trice
fernand
 
Messages: 9
Enregistré le: 20 Nov 2017, 13:26

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 21:52

Au lendemain du rassemblement « Jamais Sans Toit », 4 familles du foyer de la Sarra remises à la rue et une nouvelle école occupée !

En pleine vague de chaleur, des jeunes enfants se retrouvent jeter à la rue par la préfecture ! À quelques jours de l’annonce par M. Emmanuel Macron de la mise en œuvre d’un hypocrite plan contre la pauvreté, le collectif « Jamais Sans Toit » refuse la fatalité et continue la lutte pour que toutes et tous puissent bénéficier d’un logement.

Le collectif « Jamais Sans Toit » organisait hier soir un rassemblement devant la Préfecture du Rhône à l’occasion de la tenue du Conseil Départemental de l’Education Nationale (CDEN) au cours duquel les syndicats enseignants et la FCPE, principale fédération de parents d’élèves ont une nouvelle fois alerté les autorités compétentes sur les dangers que courent les élèves et leur famille à être remis à la rue avant les vacances d’été.

Ce matin, les familles (dont les enfants sont scolarisés à l’école maternelle de la Sarra, dans les écoles élémentaires Lakanal et Marc Bloch et au collège Georges Clémenceau) qui étaient encore hébergées au foyer de la Sarra situé dans le 5e arrdt. de Lyon ont découvert avec stupeur que leur appel au secours relayé par « Jamais Sans Toit » n’avait pas été entendu. Bien au contraire…

A 7 heures du matin, ce mardi 26 juin, la police se présentait au foyer en donnant trois heures aux 4 familles encore présentes pour rassembler leurs affaires et vider les lieux. Avec elles, 13 mineurs qui avaient trouvé refuge au foyer suite à l’expulsion du squat de la Cabane ont reçu de la part de la MEOMIE une évaluation négative quant à leur minorité ont donc été remis à la rue.

Mais pour aller où ?

En pleine vague de chaleur, des jeunes enfants et des bébés se retrouvent de nouveau dehors ! À quelques jours de l’annonce par M. Emmanuel Macron de la mise en œuvre d’un plan contre la pauvreté qui ciblera la petite enfance… Quel cynisme !

Une famille dont les enfants sont scolarisés à l’école Lakanal à Villeurbanne (qui a déjà été occupée deux fois afin de mettre des familles à l’abri) s’est même vue notifier une OQTF !

Cette remise à la rue – totalement contraire au principe de continuité de l’hébergement d’urgence – est l’épilogue dramatique d’une gestion bureaucratique calamiteuse des dossiers par les autorités (Préfecture, Métropole, Ville) au mépris de la prise en considérations des situations humaines et des besoins fondamentaux des personnes.

Puisque les autorités compétentes sont incapables d’assurer la continuité de l’hébergement d’urgence, l’école Marc Bloch sera occupée dès ce soir afin de mettre à l’abri les élèves et leurs familles. Cette occupation s’ajoute à celle des écoles Robert Doisneau (Lyon 1er), Gilbert Dru (Lyon 7e) et Ernest Renan (Villeurbanne).

Pour reprendre les propos tenus début mai par M. Guy Corazzol, adjoint au Maire de Lyon, délégué à l’Education à propos de l’occupation de l’école Léon Jouhaux, l’école est bien un « sanctuaire ». Les citoyens engagés auprès des élèves sans-abri et de leur famille tiennent justement à faire de l’école un espace préservé de la brutalité du monde extérieur au sein duquel les élèves les plus faibles peuvent malgré tout vivre leur enfance.

Les comités de soutien fédérés au sein du collectif « Jamais sans toit » n’accepteront aucune remise à la rue des élèves et de leur famille. Ils continueront d’accompagner les familles dans leurs demandes d’un hébergement stable dans lequel elles pourront être accompagnées dans leurs démarches d’insertion.

Aucun enfant ne doit dormir dehors quelle que soit la température !

Un toit c’est un droit, faisons respecter la loi !


https://rebellyon.info/Au-lendemain-du- ... Sans-19410
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 05 Juil 2018, 16:57

Expulsion de trois familles à Saint-Priest : la Police aux Frontières s’invite dans les centres d’hébergement

Jeudi 28 juin, la Police aux Frontières (PAF) et la Préfecture procèdent à l’expulsion de trois familles du centre d’hébergement de Saint-Priest, où elles se maintenaient depuis la fin du plan froid. La seule proposition qui leur est faite : accepter de retourner dans leur pays d’origine en échange de quelques jours d’hébergement.

Jeudi 28 juin matin trois familles ont été expulsées de l’ex-caserne Chabal, devenue centre d’hébergement d’urgence (CHU) depuis l’automne 2017.

Ce foyer, géré par l’Armée du Salut, a hébergé 380 personnes pendant le plan froid. Peu après la fin du plan froid, le 24 avril, 56 familles dont les enfants sont scolarisé-e-s dans l’agglomération lyonnaise, ont été remises à la rue.

Trois familles ont refusé de partir et se sont maintenues sur les lieux. Il s’agit de trois familles avec des enfants mineur-e-s et scolarisé-e-s. Après avoir été déboutées de leur demande d’asile, elles se trouvent sans droit de séjour en France. Alors que le foyer commençait à accueillir d’autres personnes répondant à d’autres critères, elles ont trouvé refuge dans le dortoir de la structure.
Si cette situation était tolérée par les travailleur-euse-s sociales, ce n’est pas le cas de la Préfecture, financeur des CHU, qui menaçait depuis plusieurs semaines d’intervenir pour exclure à titre définitif ces familles. Et jeudi 28 juin ils ont fait les choses en grand : à 7 heures moins le quart, avant l’arrivée des premier-e-s salarié-e-s qui travaillent en journée et en l’absence des responsables de la structure, des agents de la Préfecture sont arrivés accompagnés par la PAF et par des agents de la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale, responsable de l’hébergement sur l’agglomération lyonnaise).
Tout ce beau monde a tout d’abord signifié aux trois familles leur sortie définitive de la structure. Ils leur ont ensuite expliqué que pour obtenir un hébergement temporaire elles pouvaient se rendre à l’OFII, accepter une aide au retour et attendre leur avion à l’abri.

Les années précédentes, des collectifs parmi lesquels Jamais Sans Toit avaient dénoncé le même type de “chantage” fait envers des familles albanaises, poussées à accepter de retourner dans leur pays en échange de quelques semaines d’hébergement.

... https://rebellyon.info/Expulsion-de-tro ... iest-19416
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 31 Juil 2018, 22:47

David Kimelfeld enfariné pour 1.8 million

La semaine dernière, la métropole votait un budget d’ 1.8 million d’euros pour « la sécurité des bâtiments vides », aujourd’hui en réponse à cette dépense insensée, David Kimelfeld président de la métropole, s’est fait enfariner.

... https://rebellyon.info/David-Kimelfeld- ... euro-18667
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 19:00

La « TRAPPE » a besoin de soutien !

Squat se tenant au 39 rue Bourgchanin, nous sommes expulsables depuis le 13 juillet et avons besoin d’appui afin de négocier (exiger) une prolongation d’accord d’occupation avec la Métropole du Grand Lyon.

La « Trappe », aussi appelée « Petite maison » ou « maison des étudiants » a ouvert mi-janvier sur la parcelle de l’amphi Z. Ce bâtiment, propriété de la Métropole à l’image de la maison Mandela, dépend du même projet d’urbanisme que l’Amphi Z et sera ainsi démoli pour la construction d’un collège.

Dans cette maison vivent une trentaine de personnes, à savoir des sans-papiers mineurs et majeurs, des sans domiciles fixes migrants dont plusieurs enfants, (et) un nourrisson ainsi que des étudiants.

Suite au procès ayant eut lieu en février-mars et au regard de la réponse transmise en avril, nous sommes expulsables à compter du 13 juillet. Depuis le 17 juillet, date à laquelle nous avons reçu le commandement de quitter les lieux par l’avis de passage de l’huissier, nous vivons dans la crainte d’être expulsés à tout moment.
Actuellement, nous refusons de quitter les lieux. En effet, il serait aberrant d’expulser les occupants de la Trappe alors même que cet espace de vie se situe au cœur de la parcelle de l’Amphi Z et de la Maison Mandela et que son maintien est indispensable au bon fonctionnement de l’ensemble des bâtiments.
Le lancement des travaux de démolition du bâtiment étant bloqués par la demande d’expulsion de l’Amphi Z, laissée sans suite par les différents jugements (aucune date de démolition n’ayant été fixée), aucun argument valable ne peut servir à la métropole pour justifier une quelconque urgence de nous expulser.

De plus, « la Trappe » entretient un lien de cohabitation fort avec l’amphi Z. Nombre des habitants de l’amphi Z fréquentent ce lieu, et inversement, nombre des habitants de la Trappe s’investissent dans l’amphi Z. Il convient de rappeler que si la Trappe a été ouverte initialement, c’était pour permettre à certains étudiants déjà impliqués à l’amphi Z et en situation de mal-logement de résider à proximité du lieu pour y être le plus facilement mobilisables.
La Trappe a depuis longtemps prolongé son action en hébergeant successivement de nombreux mineurs primo-arrivants, trop rarement pris en charge par les services de la Métropole et devant souvent « survivre » jusqu’à deux mois sans logement du fait de lenteurs administratives. Il convient également d’insister sur le paradoxe que représente l’abandon d’un bâtiment sur une parcelle qui restera dans tous les cas occupée par l’amphi Z et la maison Mandela, alors même que de nombreux jeunes mineurs y sont actuellement hébergés faute de proposition sérieuse de prise en charge par la Métropole.

Aussi, il faut noter que nous sommes aujourd’hui bien accueillis et acceptés dans le voisinage. Plusieurs voisins et habitants de Villeurbanne sont à plusieurs reprises venus prêter main forte au bon fonctionnement du lieu (dons, repas partagés, etc…).

Considérant ces éléments, nous souhaitons rencontrer les élus de la métropole afin d’affirmer notre refus de quitter les lieux avant même qu’une date de démolition précise soit fixée. Nous souhaitons également insister sur l’inutilité de laisser ce bâtiment vide, pourtant indispensable au bon fonctionnement de l’Amphi Z et de la maison Mandela, sur une parcelle qui restera forcement occupée dans les mois à venir.

Dans tous les cas RESTEZ SUR VOS GARDES car, en cas d’expulsion, nous aurons besoin de votre plus grand soutien et d’une forte mobilisation sur le lieu.

Luttons tous afin de conserver ensemble ces trois bâtiments auxquels, depuis plusieurs mois maintenant, nous avons redonné vie.

La Trappe


https://rebellyon.info/LA-TRAPPE-A-BESO ... TIEN-19468
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Droit au logement, luttes, réquisitions...à Lyon

Messagede bipbip » 20 Sep 2018, 20:56

« Nettoyage » de la place Sathonay, les familles sans logement installées sur place depuis le mois août ont été expulsées par la police

Installées place Sathonay depuis le mois d’août dernier car déjà expulsées deux fois en moins de deux semaines, des dizaines de personnes ont été à nouveau délogées de leur camp de fortune par la police ce mardi 18 septembre.

Au petit matin autour de 7 h 15, la police a délogé les familles de leur camp de fortune place Sathonay.
Installées sur les quais de Saône depuis ce mardi matin, c’est à nouveau pour elles l’épreuve de l’expulsion.
Rappelons que ces familles se sont vues contraintes à s’installer sur ce lieu faute de mieux et de solution offerte par les autorités compétentes.
Laissées aux bons soins de l’aide du collectif « Ouvrons les yeux » et des habitants du quartier,
Les familles ont été conduites grâce à des aides place Colbert dans le même arrondissement, les policiers vont très certainement suivre.

L’aide sur place est nécessaire.

Il est urgent de répéter qu’un toit est un droit pour tous !

P.-S.
« Les Rroms à l’extérieur de la ville à la rigueur mais pas dans un immeuble » : des familles deux fois expulsées dorment sur la place Sathonay depuis le 20 août
https://rebellyon.info/Les-Rroms-a-l-ex ... a-la-19520


https://rebellyon.info/Nettoyage-de-la- ... atin-19550
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités