Contre logement cher, Plateforme logement mouvements sociaux

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 31 Aoû 2013, 10:40

Appel à marche le 11 septembre à Paris
Loi ALUR : Baisse des loyers !
Droit à un logement stable et décent pour tous !


MARCHE merc. 11 sept à 17h Place du Palais royal

Le projet de loi ALUR de Mme Cécile Duflot, qui sera débattu à l’assemblée nationale à partir du 10 septembre a bien mauvaise allure. Il menace de faire monter les loyers et de chasser vers la périphérie les locataires modestes ou anciens qui se maintiennent dans les centres.

Il ne prévoit rien pour protéger les locataires contre la précarisation de leur statut, contre les abus des bailleurs indélicats (marchands de sommeil, loueurs de logements indignes ou indécents…) ou contre les expulsions « représailles » ou illégales.

Il ne prévoit pas non plus d’aider les plus mal lotis : améliorer la loi de réquisition, qui reste inappliquée malgré les promesses de Mme Duflot, reloger les prioritaires DALO qui sont 40 000 en attente, suspendre les expulsions sans relogement, respecter le droit à l’hébergement des sans abri jusqu’à leur relogement, sortir les mal logés des taudis et des hôtels pour les reloger dignement…

Il n’est nulle part question d’abroger la Loi Boutin et les autres lois qui conduisent à la marchandisation du logement social, à la hausse des loyers HLM, tandis que le 1 % logement et le Livret A qui permettent de financer la construction des HLM sont détournés pour d’autres usages (30 milliard du Livret A ont été offerts aux banques sans contre partie le 1er aout 2013)

La crise du logement elle n’attend pas ; depuis 2000 le nombre d’expulsions a doublé, le nombre de sans abri aussi, les locataires sont étranglés par des loyers de plus en plus chers tandis que les bailleurs privés s’enrichissent comme jamais : les profits locatifs ont augmenté de 74% en 10 ans.


C’est pourquoi nous demandons à nouveau :

- L’encadrement à la baisse des loyers privés : 20% sous le loyer moyen de référence ;
- Le gel des loyers en HLM, le relèvement des APL et des aides à la pierre pour leur construction ;
- Le renforcement des droits des locataires et des résidents de foyers à un logement stable, décent, et accessible, l’interdiction des congés ventes, des congés frauduleux;
- L’arrêt des expulsions sans relogement et la pénalisation des expulsions illégales ;
- Le respect et le renforcement des lois pour les mal logés et les sans logis : Loi DALO, Droit à l’hébergement, loi de réquisition, logement indécent ou indigne ;
- L’abrogation de la loi Boutin et de toutes les mesures de marchandisation des HLM ;
- La restitution des 60 milliards d’euros du livret A offerts, par les gouvernements depuis 2009, au banques sans contrepartie, et le rétablissement du 1% logement, afin de financer annuellement 1 million de mise aux normes thermiques et 150 000 logements sociaux promis François Hollande.


PLATE FORME LOGEMENT DES MOUVEMENTS SOCIAUX : http://contrelelogementcher.org/ <http://contrelelogementcher.org/>
Logement : CSF, DAL, CNL, ACDL, CGL , Advocacy, AFVS, Bagagérue, CAHL 94, CAL, Copaf –
Syndicats: CGT, FSU, Sud Santé Sociaux, SAF, Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaires, Union Syndicale Psychiatrique,
Solidarité : AITEC, ATTAC, AC !, CNAFAL, Fondation Copernic, MRAP ...

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 21 Oct 2013, 06:09

Rassemblement mardi 22 octobre devant le Sénat
Rassemblement devant le sénat

Contre le projet de loi Duflot sur le logement

Le projet de Loi Duflot sur le logement, dite loi ALUR, est examiné au Sénat le mardi 22 octobre

Rapporteurs principaux : Dilain (PS 93), et un député PS de la Dordogne Rapporteur pour avis : Aline Archimbaud (EELV 93)

Rassemblement Mardi 22 octobre devant le Sénat à partir de 17h métro Odéon ou RER Luxembourg

Loi Duflot, dite loi Alur, nous demandons :
• L'encadrement à la baisse des loyers privés : 20% sous le loyer moyen de référence ;
• Le gel des loyers en HLM, le relèvement des APL et des aides à la pierre pour leur construction ;
• Le renforcement des droits des locataires et des résidents de foyers à un logement stable, décent et accessible, l'interdiction des congés ventes, des congés frauduleux ;
• L'arrêt des expulsions sans relogement et la pénalisation des expulsions illégales ;
• Le respect et le renforcement des lois pour les mal logés et les sans logis : Loi DALO, Droit à l'hébergement, loi de réquisition, logement indécent ou indigne ;
• L'abrogation de la loi Boutin et de toutes les mesures de marchandisation des HLM ;
• La restitution des 60 milliards d'euros du livret A offerts par les gouvernements aux banques sans contrepartie depuis 2009
• le rétablissement du 1% logement, afin de financer annuellement un million de mise aux normes thermiques et 150 000 logements sociaux promis par François Hollande.

Plate forme logement des mouvements sociaux :

Logement : CSF, DAL, CNL, ACDL, CGL , Advocacy, AFVS, Bagagérue, CAHL 94, CAL, Copaf

Syndicats: CGT, FSU, Sud Santé Sociaux, SAF, Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaires, Union Syndicale Psychiatrique

Solidarité : AITEC, ATTAC, AC !, CNAFAL, Fondation Copernic, MRAP...

Avec le soutien de : PCF, PG, les Alternatifs...

http://contrelelogementcher.org/

http://www.demosphere.eu/rv/28144
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 23 Mai 2015, 10:44

Non à la baisse des allocations logement !

Baisse des loyers et hausse des aides à la construction de HLM !


DAL est fermement opposé à toute baisse des allocations logement, alors que les loyers n’ont jamais été aussi élevés.

Actuellement, les 20% les moins riches consacrent 36% de leurs ressources au loyer, dont 41% dans le parc locatif privé et 31% en HLM ; et c’est une moyenne !* .

95,4% des allocations logement sont versées à la moitié la moins riche de la population , et 48,6% sont versées au 10% les moins riches** .

Toute mesure d’économie sur les allocations logement impactera donc frontalement le budget des classes populaires, déjà fortement affaibli par la baisse de leurs revenus et la hausse des coûts du logement et des autres postes de dépenses prioritaires !

Une nouvelle augmentation des expulsions et du nombre de sans abris s’annonce …

Depuis quelques mois des rapports publics se suivent et se ressemblent, préparant ces mesures d’économie :

Les allocations logement premières visées seraient responsables de l’inflation des loyers. Or la 1ère cause de cette flambée dans le secteur privé a été la dérégulation des loyers engagée depuis plusieurs décennies, doublée par des politiques d’urbanisme de gentrification.

La hausse des loyers en HLM été provoquée par le désengagement financier de l’État dans les aides à la pierre (constructions et réhabilitations), puis par une série d’autres mesures (CUS, spéculation foncière, hausse des charges …).

Le scénario de la suppression des allocations logement pour une partie des étudiants n’est pas complètement abandonné; comment vont se loger, ou se maintenir dans leur logement la grande part des étudiants à la rentrée 2016, face à la cherté des petits logements et aux renoncements de M. Valls à encadrer les loyers.

Gare aussi aux mesures de rabotage des APL, comme on en connaît depuis 20 ans, qui touchent en premier lieu les plus modestes, les jetant dans la procédure d’expulsion .

Mais si l’on en croit la presse, une autre piste se dessinerait : réduire voire supprimer les allocations lorsque les allocataires ont un petit patrimoine.

Le message est clair : si tu es pauvre, reste-le !

N’est-ce pas là aussi un moyen indirect de remettre en cause les allocations logement pour les étudiantes ?

Pourtant il y a des mesures d’économies possibles, indolore pour les locataires déjà à la peine :

1 – sanctionner les marchands de sommeil et les bailleurs indélicats qui abusent des victimes de la crise du logement cher : Une disposition de la loi ALUR, prévoit de baisser le loyer du montant de l’APL, lorsque le logement loué ne satisfait pas aux normes de décence.C’est donc disposition qui ne se retourne pas sur les locataires, à condition de les protéger contre une « expulsion représaille ».

2 – Baisser les loyers, dans toutes les agglomérations tendues : Le Gouvernement a beau retourner la question, pour faire des économies il doit taper les riches et les spéculateurs, qui profitent du logement cher, des loyers exorbitants et des remises d’impôt indécentes lorsqu’ils achètent pour loger … leurs proches !

3 – Contrôler (ou donner les moyens aux locataires entrants de le faire) que les loyers à la relocation n’augmentent pas.

4 – Supprimer les cadeaux fiscaux aux riches, moteurs de l’inflation immobilière et foncière.

5 – Cesser la destruction des quartiers populaires et l’épuration socio-urbaine par le marché, politiques excessivement couteuses au plan budgétaire et humain.

Ces mesures de rigueur sur les budgets qui au final enrichissent les riches, permettront de faire des économies pour :
• relancer la production de “vrais” logements sociaux accessibles (renforcement des aides à la pierre),
• aider les locataires en difficulté en augmentant notamment le plafond de loyer et de charges de l’APL,
• lancer un programme de mobilisation/réquisition de 100 000 logements vacants pour loger en urgence les sans logis et les prioritaires DALO.

Un toit c’est un droit !

http://droitaulogement.org/2015/05/non- ... es-loyers/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 27 Juil 2015, 13:33

Manifestation à Paris le jeudi 30 juillet 2015
La baisse du taux du Livret A menace l’épargne populaire !

Agissons ensemble pour le Livret A, l’épargne populaire et le logement social, marchons :
jeudi 30 juillet, à 12h30, Place du Palais Royal


(Marche vers la banque de France, la fédération des banques françaises, et une représentation gouvernementale)

La Plate forme logement des mouvements sociaux, et les signataires ci dessous, dénoncent la décision du ministère des finances de réduire le taux du livret A à 0,75%, suite à la campagne menée par le Directeur de la Banque de France Christian NOYER en faveur des banques. Cette campagne est appuyée par Christine LAGARDE du FMI et auteure de la 1ere loi de dérégulation du Livret A.

Cette décision aura pour effet d’accélérer le mouvement de décollecte sur le Livret A qui a déjà perdu 10 milliards d’Euros en 2014. ... Un nouveau cadeau pour les banques, qui lorgnent sur les 260 milliards de dépôts du livret A ! 

Cette baisse serait la conséquence d’une formule de calcul qui prend en compte la faiblesse de l’inflation. Or en 2012, C. NOYER qui milite depuis longtemps pour la baisse des taux, voire la liquidation du Livret A avait obtenu que le taux du Livret A reste à 2,25%, au lieu d’être relevé à 2,75%, selon la même formule de calcul …

L’INSEE annonce que la croissance devrait remonter en 2016 à 1,5%, et donc entrainer une nouvelle hausse du taux d’intérêt. Plutôt que de lisser les taux, ils ont préféré prendre le risque d’une décollecte massive du Livret A...

Les tenants de la baisse ont été ralliés récemment par PR LEMAS Directeur de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), « au nom » de l’intérêt des bailleurs sociaux, qui selon la CDC font des économie conséquentes sur le remboursement des emprunts lorsque le taux du Livret A baisse. Une économie de 340 millions d’euros aurait été obtenue en 2014, suite à la baisse du taux de 0,25%, dont les locataires HLM n’ont évidemment pas vu la couleur.

La PFLMS rappel qu’une nouvelle décollecte menace les capacités de financement du logement social et des besoins d’intérêt général (transports en commun, université, hôpitaux, ..). Elle ne profitera ni aux classes populaires qui y placent leurs économies et celles de leurs enfants, ni aux locataires HLM, qui n’ont jamais vu leur loyer baisser malgré la baisse quasi ininterrompu du taux du Livret A depuis 1981.

Le livret A, principale source de financement pour la réalisation de logements sociaux est déjà affaibli par une ponction d’environ 50 milliards au profit des banques (loi LAGARDE – 2009). C’est prétendument pour financer les PME et les travaux d’isolation de l’habitat privé, sans contrôle... On ne sait pas non plus quel usage est fait des 100 milliards du LDD déjà laissés aux banques pour la même mission ... Il faudrait aussi un vrai contrôle démocratique


La plate forme logement des mouvements sociaux, et les signataires ci-dessous demandent au Gouvernement :


de renoncer à baisser le taux du livret A, car la menace de décollecte massive doit être prise au sérieux
la restitution à la CDC des 50 milliards issus du Livret A détenus par les banques pour financer des travaux de relance économique : HLM, environnement, santé, éducation, transports en commun, services publics …
Le doublement du plafond du livret A, selon la promesse de campagne de François Hollande. Depuis 5 ans, il est passé de 15 300 à 22 950 € ; il devrait être à 30 600 €.

de préserver et augmenter les aides à la pierre pour réaliser des HLM, car C. ECKERT délégué au budget, a annoncé son intention de les réduire ...
De renoncer à économiser sur les APL, car les locataires souffrent de l’inflation des loyers et des charges courante - De baisser les loyers HLM en revalorisant les APL et en renégociant la dette des bailleurs sociaux, et de produire 200 000 vrais logements sociaux par an à 4 à 5 € le m2.
De baisser les loyers privés dans les grandes agglomérations en durcissant la loi ALUR.

Les banques et les spéculateurs n’auront pas la peau de l’épargne populaire,
du logement social et des investissements d’intérêt général !

1er Signataires :
Plate forme logement des logements sociaux :
Logement : ACDL, Advocacy, AFVS, Bagagérue, CAHL 94, CAL, Copaf, CoL3e, CoL14e, CSF, CGL, DAL...
Syndicats : CGT, FSU, Sud Santé Sociaux, SAF, Syndicat de la Magistrature, UNEF, Union Syndicale Solidaires, USP ...
Solidarité : AITEC, ATTAC, AC !, CNAFAL, Fondation Copernic, MRAP ...

http://droitaulogement.org/2015/07/la-b ... nt-social/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 10 Oct 2015, 12:15

Paris, samedi 10 octobre 2015 à 15h Place de la République

PLATE-FORME LOGEMENT DES MOUVEMENTS SOCIAUX

Non aux expulsions, à la baisse des APL, à la casse du logement social…

Un toit pour tou(te)s, baisse des loyers et des charges, réalisation annuelle de 200 000 vrais HLM …

Rassemblement Samedi 10 Octobre

RV 14h30 à République – PARIS


Dans toute l’Europe le logement pour tous est attaqué. Nous nous associons à la semaine européenne contre les expulsions et la mobilisation des logements vides lancée par la Coalition européenne pour le droit au logement et à la ville dans une vingtaine de pays.

En France, le Gouvernement veut réduire l’APL de nombreux ménages à bas revenu, supprimer des aides à la pierre pour les HLM … les mouvements sociaux du logement et de défense du logement social se mobilisent.

Menaces sur le financement des HLM :

Le projet de budget 2016 menace de réduire à nouveau les aides à la pierre pour construire des HLM.

Il prévoit aussi de réduire les allocations logement des ménages modestes qui payent des loyers élevés !

Déjà cet été, le taux du Livret A est passé à 0,75% au risque d’une décollecte massive déstabilisant les moyens de financement du logement social, tout comme la réforme du 1% logement .

Pour compenser la baisse des financements externes, les bailleurs sociaux doivent financer la construction avec leurs fonds propres, c’est à dire l’argent des locataires, au détriment d’un meilleur entretien des logements… ou avec la vente de logement, c’est à dire leur privatisation.

Mobilisation des fonds publics pour réaliser 200 000 vrais HLM par an !

Les expulsions sont en hausse constante et menacent jusqu’à la trêve hivernale :


Tout l’été des familles avec enfants, locataires, réfugiés, migrants… ont été expulsées. Des campements ont été installé dans plusieurs villes en Ile-de-France, Paris, et dans les grandes villes régionales.

Alors qu’il y a 1,8 millions de demandes HLM non satisfaites en France, que les dispositifs d’hébergement sont saturés, que le nombre de sans abris augmente, que le Gouvernement peine à faire face à l’arrivée des réfugiés, les expulsions sans relogement ni hébergement se poursuivent laissant des familles entières à la rue, y compris des prioritaires DALO et ce au mépris de la loi. C’est inadmissible !

Non aux expulsions, réquisition des logements vides, respect de la Loi DALO et des mesures de protections contre les congés abusifs et les logements indécents.

Jamais les loyers n’ont été aussi chers dans notre pays, accablant les classes populaires. Plutôt que de généraliser l’encadrement des loyers privés (Loi ALUR) dans toutes les agglomérations, le gouvernement ne l’applique qu’à Paris. De plus, il continue à accorder plusieurs milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux riches pour se constituer un patrimoine locatif. Encadrement et baisse des loyers et des charges, partout ! Suppression des cadeaux fiscaux pour les riches !

La spéculation et la crise du logement frappent les quartiers populaires :

Pour soutenir les promoteurs, le gouvernement relance l’accession à la propriété, au lieu de financer la réhabilitation, l’entretien et la construction des HLM. Un projet de loi prévoit de renforcer la discrimination sociale dans l’attribution des HLM notamment contre le relogement des prioritaires DALO dans les quartiers populaires.

Non aux discriminations sociales et à la spéculation immobilière !

TOUS ENSEMBLE POUR LE LOGEMENT !


A l’appel de : Plate forme logement des mouvements sociaux1, ACDL, DAL, ATMF, FTCR, Droits Devant, MNCP, SUD santé sociaux, , …, Avec le soutien de : Ensemble, NPA…

PLATE-FORME LOGEMENT DES MOUVEMENTS SOCIAUX
http://contrelelogementcher.org

Logement : ACDL, Advocacy, AFVS, Bagagérue, CAHL 94, CAL, Copaf, CoL3e, CoL14e, CSF, CGL, DAL…

Syndicats: CGT, FSU, Sud Santé Sociaux, SAF, Syndicat de la Magistrature, UNEF, Union Syndicale Solidaires, USP …

Solidarité : AITEC, ATTAC, AC !, CNAFAL, Fondation Copernic, MRAP, MNCP …

http://droitaulogement.org/2015/10/rass ... epublique/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 25 Oct 2015, 14:27

Paris, mercredi 28 octobre 2015

Rassemblement Place Édouard Herriot, à partir de 17h

Budget logement 2016 : une régression historique

Nous avons pris connaissance du projet de budget logement présenté par le gouvernement, et qui sera discuté mercredi 28 octobre à l'assemblée nationale. Nous désapprouvons vivement ce projet pour les raisons suivantes :

Disparition des aides à la pierre pour les HLM en 2016 :
Pour la 1ère fois depuis au moins 50 ans, l'État supprime les subventions à la construction de logements sociaux et très sociaux. Désormais, les bailleurs sociaux devront compter sur leur propre trésorerie pour financer les futurs HLM.

En effet, l'État ne devrait pas mettre un euro dans le fond national des aides à la pierre annoncé par le président Hollande, c'est un recul historique qui révèle le désengagement de l'État dans ce secteur, et les risques qui pèsent désormais sur la construction de logement à loyer accessible aux classes populaires, d'autant plus que le Livret A est également fragilisé (baisse des taux et décollecte).

Nous rappelons que la trésorerie des bailleurs est issue des loyers et donc des locataires. Ce n'est pas aux classes populaires de financer le logement social de demain, c'est à la solidarité nationale !

Les organisations signataires dénoncent cette régression historique, sont hostiles à la création de ce fond qui n'est qu'un leurre, et exigent le rétablissement des aides à la pierre dans le budget 2016.

Baisse voire la suppression des APL pour 600 000 locataires modestes :
Elles pourront être supprimées pour les locataires du secteur privé qui malgré de faibles ressources payent un loyer cher, petit et souvent indécent, autrement dit les mal logés, les jeunes... C'est une mesure brutale, car elle sanctionnera les locataires du privé qui consacrent déjà plus de la moitié de leur revenu au loyer. Pour justifier la mesure d'économie, qui va accroître les expulsions, le gouvernement accuse ces locataires déjà en difficulté d'avoir des "ressources cachées" .

De plus, les allocations logements seront réduites pour les locataires modestes qui détiennent un patrimoine (petite maison ou mobil-home pour passer les vacances, Livret A et autre épargne défiscalisée, biens divers ...), les contraignant ainsi à s'en séparer ou à être expulsés.

D'autres mesures sont programmées qui impacteront les allocataires, notamment les jeunes, donc les ménages modestes.

Maintien de cadeaux fiscaux disproportionnés pour les riches, les promoteurs et les banques :
Environ 3 milliards d'euros seront encore consacrés aux réductions d'impôt octroyées aux investisseurs qui achètent des logement locatifs neufs, par exemple pour y loger leurs enfants ou leurs parents ...
Plusieurs milliards seront aussi mobilisés à relancer le secteur de l'accession à la propriété sinistré par la cherté du logement.

Les promoteurs et les banques sont les principaux bénéficiaires de ces deux secteurs économiques.
Or la production massive de logements sociaux serait créatrice de plus d'emploi et de moins d'inégalité .

Les signataires dénoncent ces choix qui creusent les inégalités sociales, aggravent la crise du logement, et demandent une réorientation déterminante de la politique du logement vers la production massive de logements sociaux, le soutien aux locataires et aux mal logés :
• Rétablissement des aides à la pierre à hauteur minimum de 1 milliard d'euro pour le logement social
• Renforcement des APL
• Suppression des aides à l'investissement locatif, aux promoteurs et aux banques
• Baisse et encadrement des loyers et des charges, notamment dans les secteurs tendus ; ...

Premiers signataires :
CNL, DAL, CNAFAL, COPAF ...

http://www.ussolidaires.fr/Budget-logem ... historique
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 30 Déc 2016, 20:24

Orléans : mobilisation contre la hausse des loyers

A l’initiative de la CNL du Loiret, les locataires de l’OPH d’Orléans se sont rassemblés pour faire part de leur ferme opposition à l’augmentation des loyers prévue pour 2017.

... http://www.lacnl.com/orl%C3%A9ans-mobil ... des-loyers
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 10 Mar 2017, 03:24

Pour un Encadrement des loyers dans la métropole toulousaine !!!

Comme vient encore de le rappeler le 22ème rapport du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, la plupart des indicateurs sont au rouge. Près de 15 millions de personnes sont aujourd’hui victimes de la crise du logement et soumises à des formes plus ou moins graves de mal-logement : 4 millions sont mal logées et 12 millions fragilisées dans leur rapport au logement (dont un million entrent dans ces deux grandes catégories).

Et l’agglomération toulousaine n’est pas épargnée, loin de là !

Alors que la ville de Lille vient de décider, après Paris, l'encadrement des loyers, M. BIASOTTO, adjoint à l’Habitat du Maire de Toulouse écarte l’idée de la mise en place de ce nouvel outil créé par la loi ALUR en 2014 dans un article de la Dépêche paru le 3 février dernier. Celui-ci s’appuie sur les chiffres de l’observatoire des loyers, créé suite à cette même loi, pour estimer que la tendance à l’augmentation serait « raisonnée » et que Toulouse resterait une « ville accessible ».

Nous ne devons pas habiter dans la même ville car c’est plutôt une difficulté croissante à se loger pour un loyer abordable que beaucoup observent par eux-mêmes.

Faut-il rappeler qu’entre 2002 et 2014, les loyers dans les grandes agglomérations ont augmenté de 55 %, soit deux fois plus vite que l’inflation.

Sûrement faut-il commencer par regarder un peu plus finement les chiffres de l’observatoire toulousain, car on peut faire dire ce qu’on veut à des chiffres si on explique pas comment ils sont calculés et de quoi on parle.

1.Une augmentation de 0,3 €/m²/mois représenterait une augmentation moyenne de 216 €/an pour un logement de 60 m², ce qui n’est pas négligeable pour des personnes dont les ressources sont contraintes.

2.Comme cette moyenne est calculée en incluant les logements qui n’ont pas changé de locataires, cela se traduit par des augmentations beaucoup plus fortes pour les logements dont le locataire change.

3.De plus, si les grands logements ont des loyers plus abordables au m², ils sont de moins en moins nombreux et ils sont remplacés par des petits logements pour lesquels les loyers sont proportionnellement beaucoup plus chers (en moyenne : 9 €/m² pour un T4, 14,3 €/m² pour un T1 soit 50 % de plus).

En résumé, petit à petit, les loyers deviennent inaccessibles pour beaucoup et, les classes populaires et moyennes sont progressivement chassées des lieux les plus attractifs, notamment du centre-ville de Toulouse. Les travaux menés par la Fondation Abbé Pierre dans douze grandes agglomérations confirment que 60 % des ménages ne peuvent accéder, dans des conditions correctes, au parc locatif privé. La conséquence est un report vers la demande de logement social ou vers des fractions dégradées du parc privé, ou des taux d’effort déraisonnables.

Comme le détaille le rapport 2017 de la Fondation Abbé Pierre, l’encadrement des loyers à Paris donne des premiers résultats modestes mais encourageants. Ainsi, selon l’Olap (Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne), 30 % des nouveaux emménagés à Paris en 2015 ont bénéficié d’une baisse de loyer, une proportion inédite. Et, contrairement aux prévisions alarmistes, très peu de contentieux sont apparus et il n’y a pas eu de fuite des investisseurs.
« Nous sommes contre le principe d'encadrement des loyers pour ne pas casser l'attractivité de la métropole et ne pas envoyer de signes négatifs aux investisseurs. » indiquait M. BIASOTTO pour justifier le refus de l’encadrement des loyers.
Cette phrase d’un élu, ancien agent immobilier et récent soutien d’Emmanuel MACRON, témoigne des réels objectifs poursuivis : favoriser l’embourgeoisement de Toulouse et permettre aux professionnels de l’immobilier de continuer leurs business inflationniste en faveur de la bulle immobilière au détriment des habitants qu’ils soient locataires ou propriétaires.
Ces mêmes milieux qui n’ont cessé de faire du lobbying ces dernières années pour s’opposer au décret de la loi ALUR qui, contrairement aux cris d’orfraie de ces « importants », n’avait pour objectif que de freiner les abus les plus importants comme les augmentations de loyers à la relocation. D’ailleurs si l’encadrement des loyers était une catastrophe, pourquoi autant de villes l’appliquent elles avec une certaine réussite dans des cas aussi divers qu’en Allemagne, Suède, Pays-Bas ou Suisse ?
Tous les élus métropolitains, à commencer par la Vice-Présidente à l’Habitat Mme TRAVAL-MICHELET, partagent-il la position de M. BIASOTTO ?

Le DAL Toulouse31 souhaite la mise en place de l’encadrement des loyers par Toulouse Métropole afin de lutter contre l’inflation des prix de l’immobilier qui asphyxie les locataires et pénalise aussi les propriétaires et ceux qui aspirent à l’être, sans être dans une démarche de spéculation.
En premier lieu, nous demandons à ce que :

• les données de l’observatoire soient partagées en opendata afin que tous les habitants de l’agglomération puissent savoir précisément quels sont les niveaux de loyers dans les différents quartiers,

• qu'un débat public ait lieu lors des prochains Conseil métropolitain et municipaux lors duquel il n’y a aucun point à l’ordre du jour sur la politique de l’habitat, Le DAL sera en tout cas présent pour interpeller les élus et écouter leurs débats.

DAL Toulouse31-No Vox International

Un toit c'est un droit!!

https://www.facebook.com/notes/dal-toul ... 3580495504
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre logement cher, Plateforme logement mouvements soc

Messagede Pïérô » 20 Mar 2017, 07:23

Victoire pour l’encadrement des loyers

Conseil d’État : belle victoire pour l’encadrement des loyers !
Honte à Valls, Pinel et Cosse !


Droit Au Logement salue l’arrêt symbolique du Conseil d’État, obtenu par J. Bayou et son avocat, annulant pour excès de pouvoir, la décision prise par Manuel Valls en septembre 2014 de réduire l’encadrement des loyers issu de la loi ALUR à une expérimentation limitée à Paris.

Droit Au logement avait mobilisé les associations et syndicats réunis dans la Plate Forme Logement des Mouvements Sociaux (PFLMS) pour une marche le 3 septembre 2014 contre la politique du logement néo-libérale annoncée quelques jours avant par M. Valls, réduisant l’encadrement des loyers à la seule ville de Paris, baissant les impôts sur les profits issus de la spéculation foncière, et annonçant l’amortissement Pinel, produit de défiscalisation permettant aux riches de loger leurs enfant ou leurs parents avec l’aide de l’Etat.

Valls appliquait les revendications des promoteurs et des bailleurs, parmi lesquels Mr Dilin dirigeant de NEXITY est un des plus influents représentants.

Mercredi 15 mars les mal logés ont d’ailleurs barbouillé la vitrine du siège de NEXITY, à l’occasion du MIPIM à Cannes (Marché international des professionnels de l’immobilier), ou se réunissent les spéculateurs du monde entier afin de dénoncer l’enrichissement sans fin des milieux de l’immobilier, et l’appauvrissement des locataires et des habitants des quartiers populaires.

Résultats : L’année 2016 est une année record pour les transactions, le logement neuf privé et l’enrichissement du secteur, tandis que les communes et les départements populaires sont gangrénés par la spéculation immobilière, que le nombre d’expulsions locatives continue d’augmenter en 2016 comme celui des sans abris et des logements vacants.
C’est pourquoi Mme Cosse, sans vergogne, 1ère Ministre du logement à se rendre au MIPIM et à l’inaugurer (à notre connaissance), a été si bien accueillie à Cannes par les spéculateurs.
La politique du logement de M. Valls, appliquée par Mme Pinel puis Mme Cosse, est honteuse.

Le DAL revendique la baisse des loyers et l’encadrement depuis 2002, seule mesure capable de faire revenir les prix du logement à un niveau décent pour la population et d’éviter une correction brutale engendrant une nouvelle crise immobilière et bancaire dont les classes populaires feront à nouveau les frais.

Si l’encadrement actuel n’est pas suffisant, son application dans toutes les communes tendues aurait permis d’amorcer une baisse des loyers, et de commencer à alléger cette charge incompressible et de plus en plus lourde pour les locataires, d’autant plus que leurs revenus et les APL sont à la baisse.

Cet arrêt vient tardivement, trop proche d’une élection où le lobby immobilier a déjà placé ses vues rétrogrades et égoïstes auprès des candidats libéraux – populistes qui défendent avec zèle l’intérêt des riches et des rentiers, sans que le candidat du parti au pouvoir n’ait fait l’aggiornamento de ces politiques et de ces décisions désastreuses pour les locataires et les mal logés.

C’est pourquoi le DAL appelle avec les mouvements sociaux et la plate forme logement à manifester dans toute la France le 1er avril, date de la fin de la trêve hivernale ( Paris à 15h Place de la république) :
– Pour la baisse des loyers, contre les expulsions !
– Pour le droit au logement pour tou-te-s, contre la marchandisation du logement !
– Pour nos droits et contre leurs privilèges !


https://www.droitaulogement.org/2017/03 ... nt-loyers/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 18409
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Logement, squats, luttes de quartiers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité