Lycéens-ennes en lutte

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede Pïérô » 12 Sep 2017, 04:03

Blocage des lycées, manifestation

« Loi travail, second round ! »

Pré-rencard mardi 12 septembre, place de la République à 13h12 pour un départ groupé du cortège lycéen jusqu'à la place de la Bastille pour prendre la tête de la manifestation syndicale.

Dans la droite lignée de la loi travail, Macron s'apprête à faire passer ses ordonnances, dans l'espoir de rassembler ce qu'il reste de ruines d'un monde capitaliste qui court à sa perte. Au programme : précarité, course à un plein emploi imaginaire et délétère et surtout, une énième tentative d'écraser nos vies sous le poids de l'économie et de les réduire à la misérable existence de « producteur » et de « consommateur ». Sans parler de l'entrée de l'état d'urgence dans le droit commun, du plan de systématisation des expulsions de migrants, de la baisse des APL et de l'ISF - enfin, d'une froideur libérale qui ne se cache pas. Nous ne nous cacherons pas non plus : nous refusons l'avenir que Macron nous promet et nous battrons pour précipiter sa chute.

Il est donc maintenant à nous de faire entendre notre voix, de montrer que le projet de société qui est en train de s'instaurer, tout comme celui qui existait avant les réformes néolibérales, n'est pas dans notre intérêt. A nous d'affirmer que ce n'est pas telle ou telle réforme du système qui est le problème, mais bien le système lui même !

Nous appelons donc toutes les franges de la jeunesse, des lycéen-ne-s aux étudiant-e-s, des travailleur-euse-s aux chômeur-euse-s, à se mobiliser contre Macron, ses ordonnances et leur monde. Pour cela, nous appelons les lycéen-ne-s :
• A bloquer leur établissement le mardi 12 septembre.
• A prendre la tête de la manifestation syndicale de 14h.
• A s'organiser localement au sein de leur lycées (assemblé générale, occupation...).

Face à la destruction de nos vies présentes et futures, prenons la rue !


https://paris.demosphere.eu/rv/56469
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 27 Sep 2017, 15:36

Grève des lycéens le 25.09 au lycée Mozart au Blanc Mesnil en solidarité avec les routiers, contre la loi travail et pour leurs revendications propres

Image

https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 15:33

De nombreuses grèves dans des lycées de Seine-Saint-Denis depuis la rentrée

Une dizaine de lycées de Seine-Saint-Denis ont été à plusieurs reprises en grève depuis la rentrée pour dénoncer des infrastructures vétustes ou inadaptées et un manque de personnel. Les enseignants sont inquiets pour leurs élèves.

Depuis la rentrée scolaire, une dizaine de lycées de Seine-Saint-Denis sont mobilisés. À peine un mois après la reprise des classes, certains ont déjà été en grève à plusieurs reprises. À l'exemple du lycée Germaine-Tillion, au Bourget, qui a même gardé ses portes closes le 4 septembre, le jour de la rentrée. Tous dénoncent une augmentation du nombre d'élèves qui ne s'est pas accompagnée d'une hausse des moyens humains et matériels.

... http://www.bfmtv.com/societe/de-nombreu ... 70646.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 16:52

Mardi 10 octobre 2017

Appel à Blocus des lycées

Déjà un mois que le mouvement a commencé - ou essayé de commencer. Déjà trois dates, et une quatrième se profile. Et loin d'être la dernière, car du mouvement on observe une volonté perpétuelle de ne pas s'enfermer dans les cadres qui le traversent: refus de sa tentative de mise au pas et en ordre par le gouvernement, refus de sa tentative d'institutionnalisation par Mélenchon et son parti, refus d'être le simple bis du printemps 2016.

Et le 10 octobre en est l'incarnation, pour la première fois depuis dix ans, l'intégralité des syndicats appelle la fonction publique à descendre dans la rue, à faire grève. Les transports aussi - les routiers, la ...SNCF, la RATP, les contrôleurs aériens, etc. Le 10 octobre apparaît donc comme une date centrale, celle d'un basculement vers un mouvement qui veut s'inscrire dans la durée - s'épaissir. Et d'autres secteurs se greffent à cet appel dans la volonté d'en faire une date inter-professionnelle et inter-luttes, mais surtout de se mettre en route pour bloquer l'économie. Alors à nous de le rejoindre, de le faire et le défaire, dès le 10 et au-delà.

Ordonnances, loi travail XXL, suppression des emplois aidés et de 120 000 emplois dans la fonction publique, réforme de l'APL et de l'ISF, loi d'entrée de l'état d'urgence dans le droit commun, "plan asile" d'accélération des expulsions de migrants, mise en place d'un service national universel, sélection à l'université - la liste est longue et loin d'être exhaustive, mais rarement il fut si urgent de faire mouvement. Rarement une telle accumulation de réformes ultra-libérales, liberticides et rétrogrades furent là, ensemble, en même temps. Mais dorénavant, il nous semble clair qu'il n'est plus simplement question de défendre des acquis sociaux, mais de se confronter au système qui permet et simplifie l'exploitation des travailleurs, isole nos colères, légitime un racisme étatique qui s'en prend aux migrants et aux habitants des quartiers, appauvrit les jeunes qui étudient et poussent à la confrontation plus qu'à la solidarité en jouant sur la méritocratie, bref, un système qui se veut par nature oppressif et hiérarchisant au nom de la logique - raison économique. Alors à nous de réagir, d'agir en réaction. A nous toutes et tous de proposer un point d'inflexion, une autre diagonale.

Nous appelons ainsi toutes les franges de la jeunesse, des lycéen.ne.s et des étudiant.e.s aux chômeur.euse.s et aux travailleur.euse.s à continuer le début, à manifester, et à libérer du temps pour se mobiliser autant qu'il le faut et le faudra. Nous appelons donc les lycéen-ne-s :
• à bloquer leur établissement le mardi 10 octobre.
• à prendre la tête de la manifestation de la fonction publique de 14h
• à s'organiser localement au sein de leur lycées (assemblée générale, occupation...).
• à se joindre au personnel mobilisé de leur établissement - professeurs, AED, ATOSS, etc.

Face à la destruction de nos vies présentes et futures, prenons la rue !


https://www.facebook.com/events/911576722332885/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 17:25

Seine-Saint-Denis : Les lycées veulent mettre le feu à la plaine

Comme souvent en Seine-Saint-Denis, la grogne est forte en cette rentrée scolaire 2017 dans le monde éducatif. Un peu plus original, ce sont les lycées qui mènent la danse.

Depuis la rentrée de septembre, de nombreux lycées du 93 ont fait plusieurs jours de grève  : Suger à Saint-Denis, d’abord, contre la répression antisyndicale subie par un personnel de l’établissement, le chef des travaux Pascal Stoller, muté d’office suite à sa participation à des mobilisations d’ampleur l’année passée. Ensuite et dans le désordre, Utrillo (Stains) et Jean-Rostand (Villepinte) contre la suppression des postes d’agents d’entretien en contrat unique d’insertion (CUI) – et oui, la suppression des contrats aidés ne touche pas que le monde associatif, l’Éducation nationale est bel et bien fortement impactée – Berthelot (Pantin), Jean-Zay (Aulnay) contre les sureffectifs de lycéens et le manque de surveillantes et surveillants, Mozart (Blanc-Mesnil) dénonçant les conditions matérielles du lycée, le nouveau lycée de la Plaine (Saint-Denis) contre les conditions d’ouverture d’un lycée pas prêt à ouvrir…

300 élèves de plus sans plus de moyens

Les revendications sont bien souvent les mêmes d’un lycée à l’autre, et le constat est partagé  : le rectorat ne met pas assez de moyens humains (professeurs, surveillants) à disposition, et le conseil régional laisse pourrir les lycées, à la fois en méprisant les personnels dont il a la charge (les agents techniques), en laissant se dégrader le bâti (dont il a la charge également), et en refusant de construire dans le département le nombre nécessaire de lycées supplémentaires, laissant exploser des lycées déjà à saturation. Les conséquences de ces politiques d’austérité pour les élèves issu.es des quartiers populaires sont immédiatement visibles, ainsi le lycée Mozart du Blanc-Mesnil a vu ses résultats au bac chuter de 10 points alors même que ses effectifs augmentaient de 300 élèves en deux ans sans aucun moyen supplémentaire.

Face à cela, une mobilisation à géométrie variable, ce qui pose différents problèmes. D’un côté, l’intersyndicale pêche par des initiatives dispersées et parfois déconnectées des établissements. De l’autre côté, un cadre d’auto-organisation émerge avec plusieurs réunions de coordination des lycées mobilisés, appelées dans le cadre du collectif «  Touche pas à ma ZEP  ».

Ce cadre a permis de susciter des mobilisations plus dynamiques, comme le matin du 21 septembre, avec une manifestation de près de 200 personnes allant de Sciences Po au ministère. Néanmoins, le collectif Touche pas à ma ZEP est devenu un cadre exogène à la mobilisation en cours, et plus un réel cadre d’auto-organisation – les militants qui l’animent, militants politiques bien connus du Nord du 92 – ont pour eux leur participation à la lutte de l’année passée, mais leurs lycées ne sont pas du tout mobilisés cette année  ! Sous couvert d’auto-organisation, le risque est non négligeable que ce collectif fonctionne comme une direction alternative, déconnectée des vrais enjeux d’unité des personnels, et entretiennent notamment la division avec les syndicats.

Une dynamique qu’il faut prolonger et amplifier

Quoi qu’il en soit, cette mobilisation est une vraie bonne nouvelle, et il faut espérer qu’elle se prolonge, s’amplifie dans l’unité et contribue à une mobilisation d’ampleur du monde éducatif, dans l’objectif de renverser la vapeur et de construire un vaste mouvement pour une éducation égalitaire et émancipatrice dont on a tant besoin !

Maud (AL Paris Nord-Est) et Gyula (AL Montreuil)

http://www.alternativelibertaire.org/?S ... -la-plaine
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 02 Nov 2017, 16:25

Sélection à l'université : les lycéens prêts à descendre dans la rue

A peine connu, le projet de réforme de l'entrée à l'université provoque la grogne des futurs étudiants.

Il menace déjà d'organiser des manifestations et des blocus. Le Syndicat général des lycéens (SGL), principale organisation des élèves du secondaire, attend de pied ferme la réforme qui doit être annoncée ce lundi matin. Son homologue, la Fidl, appelle, elle, à un rassemblement le 16 novembre.

... http://m.leparisien.fr/societe/selectio ... 1481423552
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 20 Nov 2017, 21:18

Manifestation et blocage des lycées
contre la sélection à l'entrée de l'université

mercredi 22 novembre 2017

Image

#LeurSélectionNotreAvenir - dans la rue contre la sélection et son monde !

Ca y est, APB c'est fini. Ca y est, APB va être remplacé. Fin du tirage au sort, mise en place de la sélection à l'entrée de l'université. Le système est mort, vive le système !

Aujourd'hui, en France, chaque bachelier a une place à l'université - quels que soient ses résultats scolaires. Chaque lycéen bachelier peut accéder à la filière de son choix, au-delà de toute considération sociale ou économique. Cela est la règle, mais les faits sont autres. Le nombre d'étudiants augmente chaque année - choc démographique des années 2000 - et la plupart des facs sont très largement surchargées, et de plus en plus de filières sont dites « en tension », c'est-à-dire que le nombre de voeux est supérieur au nombre de places. Cette situation mène à une mise en concurrence des lycéens et des étudiants pour accéder à la filière souhaitée ou pour y rester. Depuis trop longtemps les prémisses d'une sélection insidieuse sont donc déjà bien là. Or, Macron franchi maintenant un nouveau cap, considérable. Ce dernier veut, dès la rentrée prochaine, remplacer APB par un système de sélection réelle et assumée. Cela veut dire que, dès juin prochain, tous les bacheliers n'auront plus de place assurée à l'université. Dès juin prochain, les lycéens seront officiellement mis en concurrence et sélectionnés ou pas dans les filières demandées en fonction de leurs résultats scolaires, les facs auront accès aux bulletins et à l'avis unique de chaque prof. Le but étant de décharger les facs en envoyant plus de lycéens vers des filières technologiques ou professionnelles après le bac. Que vont donc devenir ceux qui n'auront pas été sélectionnés ?

Si tout le monde comprend ce que signifie sélection, il faut comprendre ce qu'elle induit - ou plutôt ce qu'elle ignore. Si le tirage au sort était arbitraire, la sélection entend être la solution en camouflant les réalités du système scolaire français dont elle est l'incarnation. L'incarnation d'un système méritocratique qui, par la mise en concurrence des élèves, efface les possibles solidarités entre ceux-ci. Autrement dit, un système qui ne réfléchit pas à ses faiblesses - qu'elles résident dans un certain déterminisme social, ou une reproduction des inégalités en milieu scolaire - et trouve comme issue pour sa survie de donner une valeur supplémentaire aux élèves. La sélection n'est que l'incarnation d'un système en fin de vie, essoufflé et essayant de recycler les mêmes réformes depuis 50 ans afin de se donner une consistance, de survivre. Au-delà de la sélection, c'est donc la survie et la signification de tout un système scolaire qui est ici remise en cause. À nous d'affirmer le système scolaire que nous voulons - ou plutôt de s'opposer à la poursuite de la libéralisation de l'école, et de l'affirmation de l'école et de la fac comme lieu de compétition capitaliste et de hiérarchisation sans questionnement social ni humain.

Depuis plus de 50 ans les gouvernements successifs veulent instaurer cette sélection, et ont toujours échoué face aux contestations massives. Alors, pourquoi réessayer aujourd'hui ? Macron profite de la faillite programmée d'APB pour justifier une mesure qui jamais ne serait acceptée en d'autres temps. Depuis près de quinze ans, tout le monde est au courant du choc démographique des années 2000 (environ 40.000 nouveaux bacheliers chaque année), or jamais les moyens ni les places des facs n'ont réellement été augmentés. Il est donc prévu depuis un moment que tout le monde n'aura pas sa place à l'université, et ce seraient les générations 2000 qui s'en feraient les cobayes. Ainsi, si la « crise d'APB » était prévue - et n'a pas été devancée - c'est bien pour justifier la sélection en espérant peu d'opposition. Ici la solution n'est surtout pas dans le tirage au sort ou la sélection, mais bien dans les moyens que l'on décide d'allouer aux universités. Au-delà du retrait de la loi Vidal, nous réclamons donc que chaque bachelier puisse accéder à la licence de son choix dans la fac de son choix - soit simplement libre d'étudier comme il le veut et non comme il le peut, selon des critères élitistes et socialement injustes.

Et, puisque la sélection ne suffit pas, Macron enchaîne une série de réformes contre la jeunesse - réforme complète de l'enseignement supérieur, baisse des APL et mise en plaise d'un service militaire obligatoire dès 2019 pour les 18 à 21 ans. Il est donc à nous de manifester notre opposition à ces réformes régressives et rétrogrades qui furent toujours abandonnées ou abolies, mais surtout de proposer une autre diagonale par laquelle la jeunesse peut échapper à cet avenir pré-sélectionné.

Nous appelons ainsi toutes les franges de la jeunesse, des lycéen.ne.s aux étudiant.e.s à faire grève et bloquer leur établissement afin de libérer du temps, mais surtout de faire pression en bloquant le lieu central de la conflictualité (le lycée, la fac) entre les élèves et le gouvernement quant à la sélection - et ainsi renverser le rapport de force. Nous appelons donc les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s:
• à faire grève et bloquer leur établissement le mercredi 22 novembre, jour de l'examen du projet de loi Vidal en conseil des ministres.
• à rejoindre la manifestation du même jour, place de la République à 13h jusqu'à la place de la Bastille.
• à prendre la tête de la manifestation inter-syndicale du 16/11, contre la loi travail et son monde (14h place de la République).
• à rejoindre la marche nationale sur l'Elysée du Front Social le 18/11 (métro Pereire).
• à s'organiser localement au sein de leur établissement dès la rentrée (assemblée générale, occupation, comité d'action, etc.).
• à se joindre au personnel mobilisé de leur établissement (professeurs, AED, ATOSS, etc.).


https://www.facebook.com/events/2008525846072660/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 30 Nov 2017, 21:12

Cachan : des élèves ont décidé de bloquer un lycée pour soutenir une lycéenne

A Cachan, des élèves ont appelé à bloquer jeudi le lycée Gustave-Eiffel et Maximilien-Sorre. Ils veulent soutenir une lycéenne blessée au cours d'affrontements avec la police la semaine dernière. A 8h l'ambiance était tendue mais calme.

Des lycéens sont en colère à Cachan. Ils ont décidé de bloquer le lycée Gustave-Eiffel et Maximilien-Sorre. Ils veulent montrer leur soutien à une lycéenne qui a été blessée à un œil la semaine dernière au cours d'affrontements avec la police. L'adolescente est toujours en convalescence à l'hôpital. Une enquête est en cours.

... https://www.francebleu.fr/infos/educati ... 1512026871
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 10 Déc 2017, 20:35

Amiens : après une manifestation au lycée Delambre, les élèves décident d'interpeller E. Macron

Vendredi 8 décembre, 150 lycéens ont décidé de bloquer leur établissement pour protester contre la suppression d’une classe. La police a dû intervenir pour calmer la situation.

Après la mobilisation des professeurs jeudi, c’était hier au tour des élèves de protester contre la suppression d’une classe.

Situé au cœur d’un quartier sensible, l’établissement est déjà débordé.

La suppression de cette classe ramènerait à 35 le nombre d’élèves par classe : hors de question pour les adolescents, qui ont déjà du mal à étudier convenablement.

Selon eux, les classes surchargées cristallisent les tensions dans le lycée où les bagarres et incivilités sont croissantes. 80 exclusions ont déjà été enregistrées depuis le début de l’année.

Mais la manifestation lycéenne a tourné court lorsque la police a chargé. Coup de matraque, gaz lacrymogène : quelques élèves ont même été blessés.

Pour autant, pas de quoi décourager les grévistes : une délégation de lycéens, accompagnée de professeurs a rencontré la rectrice hier en fin de matinée.

... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 81653.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 23:23

Sarlat : les lycéens bloquent Pré-de-Cordy

Des élèves en colère ont érigé une barricade dans la nuit pour empêcher l’accès à l’établissement.

Ce mardi à 8 heures, les lycéens de Pré-de-Cordy, à Sarlat en Dordogne, ont découvert que les entrées de leur établissement étaient bloquées par des amas de palettes, poubelles, vieilles étagères, pare-chocs de voitures, etc.

Il s’agit d’un mouvement de lycéens en colère et inquiets quant à leur avenir après le bac. Dans le plan étudiants que prépare le gouvernement, ils craignent que certaines portes leur soient fermées.

... http://www.sudouest.fr/2017/12/12/sarla ... 7-2147.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 15 Jan 2018, 00:45

Contre la sélection, bloquons nos lycées !

Le 15 janvier, mobilisons-nous tou.te.s ensemble ! Contre la Sélection à l'Université, contre l'omniprésence de l'argent dans le système éducatif, contre la réforme du baccalauréat et du lycée à venir : l'UNL-SD se battra contre toutes ces mesures. En effet, elles menacent directement notre ascenseur social qui est le socle de notre Société.
Ainsi, le 15 janvier est une journée d'action et de mobilisation narionale lancée par l'UNL-SD. Nous appelons au blocus, et ce partout où c'est possible. Nous devons nous faire entendre aujourd'hui.
En 2018, plus que jamais, face à toutes les attaques, un seul mot : la Lutte.
Nous invitons tou-te-s les lycéen.ne.s qui le souhaitent à se joindre à cette action.

https://herault.demosphere.eu/rv/8038
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 20:14

Mobilisation lycéenne contre la fin des contrats aidés et répression à Vaulx-en-Velin

Le lycée Robert Doisneau de Vaulx-en-Velin, comme d’autres établissements, subit de plein fouet la suppression massive des contrats aidés amorcée par le gouvernement Macron. C’est pour exprimer leur mécontentement contre la mise au chômage forcée d’une assistante d’éducation dans quelques semaines, que les lycéen.nes ont organisé une mobilisation le lundi 15 janvier au matin. Les cow-boys de la police sont malheureusement intervenus rapidement pour empêcher le rassemblement et un élève a fini au poste de police...

... https://rebellyon.info/Mobilisation-et- ... es-a-18591
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 25 Jan 2018, 20:35

A l'appel du Mouvement des Lycéens Rouennais, une manifestation a été organisée ce jeudi matin dans les rues de Rouen pour protester contre les réformes en cours : nouveau bac et nouvelles modalités d'accès à la fac. Raphaël Leclerc, porte-parole du mouvement résume les raisons de cette mobilisation.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 17:43

La chef d’établissement de Bergson a raté son parcoursup !

Bref compte-rendu de la matinée du 1er février 2018 devant le lycée Bergson à Paris 19e arrondissement.

Des élèves y avaient prévu de bloquer l’entrée de l’établissement, dans le cadre, notamment -mais pas que ?-, de la contestation qui monte contre les réformes profondément injustes en cours dans l’enseignement secondaire (réforme du baccalauréat) et du supérieur (« parcoursup » !).
C’est au lycée Bergson que de nombreux cas de violences policières se sont déroulés lors du mouvement contre la loi travail et son monde. Depuis 2016, rien n’a changé aux abords de ce lycée : la répression policière et administrative continuent de s’abattre sur les jeunes qui rechignent à se taire. A ne pas exister.
De son côté, la justice fait aussi son travail et a récemment condamné un des lycéens poursuivi depuis la journée du 24 mars 2016.

Récit : https://paris-luttes.info/la-chef-d-eta ... rgson-9495
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 02 Fév 2018, 00:40

CLERMONT-FERRAND : DES LYCÉES BLOQUÉS CE JEUDI
Les lycéens manifestent ce jeudi matin, avec les étudiants, contre la sélection à l'entrée de l'Université et la future réforme du bac.
Selon le syndicat étudiant l'UNEF Auvergne, plusieurs lycées sont bloqués ce matin à Clermont-Ferrand, c'est le cas de Jeanne d'Arc, Ambroise Brugière et Sidoine Apollinaire. Les élèves ont par endroit dressé des barricades de poubelle.
Les lycéens ont ensuite rejoint les étudiants place Delille à Clermont-Ferrand où une manifestation doit partir à 10h. Le cortège se rendra devant le rectorat puis à l'Université.
Ils dénoncent une sélection qui ne dit pas son nom avec le nouveau portail Parcours Sup, la nouvelle plateforme pour inscrire ses souhaits pour les études supérieures .
... https://www.radioscoop.com/infos/clermo ... udi_153408

Massy : des élèves bloquent le lycée Parc de Vilgénis, la police intervient
Des lycéens ont bloqué l’accès à l’établissement ce jeudi matin pour protester contre la nouvelle plate-forme d’inscription aux études post-bac Parcoursup.
Le lycée Parc de Vilgénis de Massy a été le théâtre d’affrontements entre lycéens et policiers ce jeudi matin.
Des élèves ont bloqué l’établissement à partir de 7 heures du matin, suite à l’appel national à la manifestation contre Parcoursup, la nouvelle plate-forme d’inscription aux études post-bac. « Avec ce nouveau système, cela devient très sélectif. On a peur de se retrouver sans rien, sans école après le bac », explique Gabriel, 17 ans.
Des poubelles et des barrières ont été installées devant l’entrée principale pour empêcher les élèves de rentrer. Au fur et à mesure de la matinée, un attroupement ponctué de banderoles s’est créé devant les portes du lycée. Les manifestants laissaient tout de même passer certaines personnes par une autre entrée, notamment les élèves des classes préparatoires.
« Nous étions rassemblés là, pacifiquement […] et nous avons été chargés, gazés »
... http://www.leparisien.fr/essonne-91/mas ... 535124.php

Les « lycéens sacrifiés » par la réforme des lycées défilent dans Neufchâtel-en-Bray
Jeudi 1er février 2018, les élèves du lycée Georges Brassens à Neufchâtel-en-Bray ont protesté contre la réforme des lycées. Ils ont séché les cours pour manifester en ville.
Réforme du bac, entrée à l’université : les lycéens de Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime) étaient mobilisés jeudi 1er février 2018.
« On refuse les classes à 38 élèves contre 25 aujourd’hui », crie Lise, une lycéenne neufchâteloise.
Au cri de « Réforme des lycées, lycéens sacrifiés », ils ont manifesté en ville ce matin pour réclamer le retrait de la réforme des lycées. Ils ont ainsi répondu à l’appel de plusieurs syndicats lycéens et étudiants qui appelaient à la mobilisation dans les rues ce 1er février 2018.
... https://actu.fr/normandie/neufchatel-en ... 25162.html

Les lycéens d’Yser, à Reims, s’élèvent contre la réforme du bac
À entendre les slogans lancés, Emmanuel Macron n’était pas en odeur de sainteté, ce jeudi matin, devant le lycée Yser à Reims. Une soixantaine d’élèves de l’établissement professionnel étaient réunis devant les portes pour dire « non » à la réforme du baccalauréat prévue par le gouvernement.
... http://www.lunion.fr/73353/article/2018 ... rme-du-bac

À Caen, plusieurs lycées bloqués contre la sélection à l’entrée de l’Université
Les lycées Malherbe, Jean-Rostand et Charles-De Gaulle de Caen (Calvados) sont bloqués, jeudi 1er février. Étudiants et lycéens protestent contre la "sélection" à l'Université.
Trois lycées de Caen (Calvados) sont bloqués jeudi 1er février 2018. Devant les grilles de Jean-Rostand, Charles-De Gaulle et Malherbe, grilles, poubelles et banderoles interdisent l’entrée des établissements. Lycéens, étudiants, soutenus par des professeurs, protestent contre la réforme de l’admission en études supérieures, symbolisée par la nouvelle plateforme « Parcoursup ».
(...)
Mise à jour. Le blocage se poursuit demain vendredi 2 février
Quelque 200 étudiants et lycéens ont manifesté dans les rues de Caen, jeudi 1er février 2018. Ils ont notamment rejoint le Rectorat, où une délégation a pu être reçue par le recteur. Malgré cela, le blocage des lycées a été reconduit pour la journée de demain vendredi 2 février.
https://actu.fr/normandie/caen_14118/a- ... 24953.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité