Lycéens-ennes en lutte

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 12 Mai 2018, 20:07

Evry : plus de 200 lycéens manifestent devant la mairie contre Parcoursup

Venus de divers établissements du secteur, ces élèves étaient réunis pour marquer leur opposition au dispositif Parcoursup.

Le parvis de l’hôtel de ville d’Evry a rassemblé du monde en début d’après-midi ce lundi. A quelques pas de riverains profitant des fontaines pour se rafraîchir et épaulés par des étudiants de l’université toute proche, plus de 200 lycéens du secteur ont fait chauffer mégaphones et cordes vocales afin de dénoncer Parcoursup. Ce dispositif destiné à recueillir et statuer sur les vœux d’affectation des futurs étudiants continue en effet de provoquer manifestations et rassemblements contre la sélection après le baccalauréat.

Les élèves, venus d’établissements d’Evry, Courcouronnes, Bondoufle et Corbeil-Essonnes, ont signifié d’une même voix les inquiétudes animant leurs rangs. « Les lycéens sont perdus, ils ne sont pas assez informés, souligne une lycéenne. Et personne ne nous écoute. »

... http://m.leparisien.fr/essonne-91/evry- ... 703676.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 19 Mai 2018, 17:51

Contre Parcoursup/ORE : évacuation à 23h du lycée Hugo occupé par les lycéen·nes ce jeudi 17 mai

Jeudi 17 mai : communiqué des occupant.e.s du Lycée Victor Hugo.

Nous, lycéen.ne.s d’Ile-de-France mobilisé.es occupons le Lycée Victor Hugo en signe de protestation contre la loi ORE, la réforme du lycée et du bac, et de manière générale contre la politique menée par le gouvernement en place. Notre action constitue une réponse légitime à la fermeture d’esprit et aurefus de négocier dont a fait preuve ce même gouvernement jusqu’à présent.
Elle signifie aussi, plus largement. le refus d’une société inégalitaire qu’Emmanuel Macron prône et que sa politique accentue.
Nous nous opposons à la sélection des personnes SOUS toutes ses formes. d’autant plus lorsqu’elle est basée sur des critères socio-économiques. L’université doit être libre pour tou.te.s, gratuite et émancipatrice. Elle doit favoriser la réflexion, le développement de l’esprit critique de chacun.e. Cela permet une réappropriation des espaces scolaires par les élèves, et de leur éducation.
Cette occupation se rallie aux luttes contre les oppressions, qu’elles soient sociales, économiques, culturelles. politiques. etc. Nous condamnons de même la répression policière et fasciste. Cette occupation appelle à soutenir toutes les luttes actuelles, en particulier la défense du service public sous toutes ses formes. Par conséquent. nous appelons le plus grand nombre de personnes à rejoindre la mobilisation et grossir nos rangs, notamment dans une manifestation unitaire le mardi 22 mai.
Nous tenons à préciser qu’aucune dégradation n’a été constatée et que l’occupation se déroule paisiblement, malgré la tension engendrée par la possible répression administrative et policière d

Les lycéen.nes d’Ile-de-France

Mercredi 16 mai, une 100aine de militant·es dans la cour du lycée Voltaire après la manif de cette après midi... Une chouette représentation de la compagnie Jolie Môme, une ambiance de feu !


Communiqué de presse des personnels et parents d’élèves des lycées parisiens et franciliens engagés dans l’action d’occupation nocturne du lycée Voltaire

ce Mercredi 16 mai 2018 19h30 - soutenus par des sections syndicales CGT, SNES et SUD Education.
• Contre Parcoursup, contre les réformes du bac et du lycée général et professionnel.
• Contre la loi Pénicaud de démantèlement de l’ONISEP, de fermeture des CIO et de liquidation de l’enseignement professionnel sous statut scolaire.
• Pour le service public d’éducation nationale et contre le plan social dans la Fonction publique.

Nous, personnels enseignants et parents d’élèves, qui sommes confrontés depuis de nombreuses années à la ségrégation scolaire et au désengagement de l’État, dans des établissements parfois vétustes, mal connectés et subissant des diminutions récurrentes de moyens (réductions spectaculaires cette année encore), ne pouvons accepter la stigmatisation supplémentaire de nos élèves, de nos enfants que représenterait la mise en œuvre de la sélection à l’entrée à l’université avec la nouvelle procédure Parcoursup.
Issus d’établissements de gestion de flux en sureffectifs ou de relégation, nous refusons la disparition du bac national, seul garant de l’égalité de traitement entre nos élèves et ceux des « lycées d’élite » .
Attachés à ce diplôme donnant droit à la poursuite d’études supérieures, nous nous opposons, comme nos collègues universitaires et leurs étudiants, à la mise en place, dès le lycée, d’une formation enfermant les élèves dans une orientation contrainte par une offre scolaire restreinte et inégale d’un établissement à l’autre, par un parcours réduisant les horizons post bac possibles — ou, par une discrimination sociale aggravée, réservant les plus grands choix aux seuls initiés.

L’objectif du gouvernement est clair !

Il s’agit de barrer l’accès à l’enseignement supérieur public aux enfants des classes populaires et des classes moyennes auxquels la loi dite « pour la liberté de choisir son orientation professionnelle » (encore une antiphrase !) entend assigner une place la formation par apprentissage sous le contrôle du patronat.
Encore un paradoxe de nos gouvernants : l’orientation sert de justification à cette casse du service public d’éducation à laquelle elle n’échappe pas elle-même ! Fermeture des CIO, démantèlement de l’ONISEP, création enfin d’un marché lucratif de l’orientation.
Toujours moins d’heures d’enseignement, des enseignements toujours plus déconnectés de savoirs et pratiques pédagogiques disciplinaires, toujours moins d’enseignants (rendus interchangeables par les nouvelles polyvalences et le recours massif à la contractualisation), des effectifs toujours plus nombreux... Au lycée comme à l’université les recettes de Blanquer sont connues : elles garantissent assurément l’échec scolaire, l’exclusion d’un grand nombre d’élèves et la crise des vocations enseignantes.

Nous disons simplement assez !

Derrière ces nouvelles réductions programmées des moyens, nous avons bien compris qu’il s’agissait d’organiser un plan social d’une ampleur sans précédent, que les attaques des statuts de la Fonction publique devraient bientôt rendre plus facile encore.
Nous disons simplement stop !


https://paris-luttes.info/fontenay-sous ... -des-10231

Récit de plusieurs occupants du lycée Victor Hugo
Des lycéens d’Île-de-France ont occupé le lycée Victor Hugo le 17 mai au soir avant de se faire déloger par une cinquantaine de CRS. Une occupation contre Parcoursup et la loi ORE, une occupation qui se veut en soutien aux autres secteurs mobilisés.
... https://paris-luttes.info/recit-de-plus ... s-du-10282
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 24 Mai 2018, 23:07

50 ans après, le Lycée du Parc est toujours le Lycée National de la Révolte

Communiqué des lycéen.ne.s du lycée du Parc contre la loi O.R.E. et son monde.

Mai 68, pour beaucoup de jeunes, c’était d’abord une période marquée par un sentiment de plénitude, de joie profonde, où chacun sortait des sentiers apparemment tracés de sa propre vie pour se retrouver dans une volonté collective d’être ensemble pour changer le monde. » Le monde, Gérard Collomb, ancien khâgneux du lycée du Parc, n’est pas prêt de le changer : répression policière des mouvements sociaux, harcèlement policier des exilé.e.s et placement en rétention des enfants, ou encore transformation de l’Hôtel-Dieu de Lyon en temple du capitalisme.

Aujourd’hui, Macron, Philippe et Collomb, tous des anciens khâgneux, cassent allègrement les services publics, les droits des travailleur.se.s et des migrant.e.s, et attaquent à coups de grenades et de blindés les alternatives salvatrices qui se construisent sur les ZAD.

Nous, la Team Révoltée d’Action Déterminée pour l’Implosion des Traditions Iniques de l’oligarchie Nationale (T.R.A.D.I.T.I.O.N.) rêvons d’un monde sans sélection, ni aux frontières, ni dans les facs, un monde sans grandes écoles ni CAC40, sans travail ni concurrence... Nous dénonçons les CPGE comme un système aliénant pour les préparationnaires et discriminant pour ceux qui ne peuvent accéder à cette fabrique à élites. La connaissance intellectuelle ne devrait pas être un outil d’oppression capitaliste et technocratique, mais une arme critique pour les opprimé.e.s. Moins d’excellence, plus d’égalité, moins de traditions, plus de révolutions, moins d’ « humanisme » et plus de communisme !

C’est pourquoi nous exigeons :
• Le retrait de la loi ORE, la démission du gouvernement Philippe et du président Macron, la dissolution de l’Assemblée Nationale et la fin de la Ve République ;
• La double ration de frites (pas trop salées) au self et l’agrandissement du rayon BD du CDI ;
• La démission du proviseur Pascal Charpentier, pour ses positions réactionnaires et élitistes ;
• La délocalisation des enseignements dans le Parc de la Tête d’or et l’ouverture des cages du zoo (et autres salles de khôlle) ;
• L’abolition immédiate de toutes les classes préparatoires.

Nous proclamons la Commune Autogérée du Parc et invitons tou.te.s les lycéen.ne.s et étudiant.e.s à rejoindre la lutte I

Vive le zbeul

Pour suivre les mobilisations sur Lyon, lisez rebellyon.info, et suivez les pages Facebook Université Lyon 2 en Lutte, ENS de Lyon en lutte, Lumière commune — Lyon 2 occupée

https://rebellyon.info/50-ans-apres-le- ... -est-19245


Arago - 101 lycéens et grévistes placés 48h en garde à vue
Le message gouvernemental est clair : ceux qui refusent d’être évalués, sélectionnés et triés par des algorithmes, le seront par la police.
Mardi 22 mai, alors que la manifestation parisienne se termine, une centaine de lycéens et de grévistes pénètrent dans le lycée Arago (XIIe arrondissement). Le scandale #parcourssup a déjà commencé. Sur place une armada policière cerne l’assemblée générale qui n’a pas encore commencée et interpelle 101 personnes. Après avoir passé deux nuits en garde à vue ils devraient être présentés à la justice ce jeudi.
... https://lundi.am/Arago-101-lyceens-et-g ... arde-a-vue
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 29 Mai 2018, 08:23

Manifestation lycéenne contre Parcoursup

Le 29 mai : journée nationale de grève, blocage et manifestation contre Parcoursup !

Paris
à 11h Départ depuis le lycée Arago (RER/M° Nation)
Une Assemblée inter-lycée se tiendra à 14h dans la foulée de la manif' (lieu à confirmer).

Parcoursupercherie : on s'est plaint sur twitter, maintenant il faut se bouger !

Le 22 on a reçu les premiers résultats de Parcoursup. Tout le monde s'est bien rendu compte à quel point ce système ne fonctionne pas : 400 000 d'entre nous refusés ou en attente sur 880 000 candidatures ! Sachant qu'il y a 600 000 places, donc déjà ¼ d'entre nous qui n'auront aucune affectation à la rentrée.

Le système n'a aucun sens : pleins de gens sont 8000ème sur une list...e d'attente de 400...avec au final 45 places !

En plus, les délais sont tellement courts que cela en devient absurde et met la pression à tout le monde : actuellement il nous reste 4-5 jours pour répondre aux propositions !

La loi ORE mise en place par le gouvernement avait soit-disant pour but de donner sa chance à tout le monde... on voit bien que c'est un mensonge. Elle instaure une vraie sélection sociale à l'entrée de la fac : avec des critères très sélectifs (avoir le BAFA pour aller en STAPS, avoir fait des séjours à l'étranger pour les filières en langues...), avec un tri selon le lycée d'origine (des gens avec 16 de moyenne sont refusés parce que venant de lycées de banlieue !) Le but est clairement d'exclure de la fac les lycéens des milieux populaires. Avec les résultats, il y a des gens qui sont tellement dégoûtés qu'ils ne veulent même plus passer le bac. Sans diplôme dans le supérieur, on arrive sans rien sur le marché du travail, où on servira juste de main d'oeuvre pas cher et où beaucoup de droits ont déjà été détruits par d'autres lois des gouvernements successifs (licenciement facilités, défense collective plus difficile...)

Nous sommes tellement nombreux à être refusés que si on s'y met tous ensemble nous pourrons faire reculer le gouvernement ! Partout, il faut qu'on s'organise, qu'on se réunisse dans chaque lycée pour en parler et décider de ce qu'on fait. Il y a beaucoup de lycées qui ont bloqué ou occupé à Paris, en banlieue parisienne, en région... Aujourd'hui, au moins un lycée du 92 va bloquer. Beaucoup de lycéens ont aussi manifesté le 22 mai avec les grévistes de la fonction publique (donc beaucoup de profs qui sont aussi contre la loi!) et les étudiants.

Nous exigeons :
• L'abrogation de la loi ORE et du Plan Etudiant
• L'accès à la fac et à la filière des son choix
• Un investissement de 10 milliards dans l'enseignement supérieur pour ouvrir des places

https://www.facebook.com/events/1830742536990044/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Re: Lycéens-ennes en lutte

Messagede bipbip » 08 Juin 2018, 17:13

Compte-rendu de la manif lycéenne contre ParcourSup à Nantes

le jeudi 7 juin, manifestation à l'initiative du Comité Lycéen Nantais contre parcoursup et sa politique de classes.

Le rendez-vous fixé à 16h30 a vu converger environ 300 personnes, qui sont parties en défilé un petit quart d'heure après. Entouré de la CDI et de CRS, le cortège s'élance dans les rues de Nantes, et effectue le petit tour désormais habituel autour du centre ville. Aucune violence physique ne sera constatée pendant le défilé : Macron laisserait-il enfin la jeunesse s'exprimer ?

Oui, mais pendant une petite heure seulement, avant que la manifestation ne soit repoussée puis nassée devant la préfecture. Les 500 personnes alors présentes finissent donc la manifestation sur les bords de l'Erdre, dans un bar, assis autour de la végétation ou devant les policiers. La nasse sera de courte durée, et le cordon laissa peu à peu passer les manifestants, par groupes.

Fait notable, un CRS s'est retrouvé entouré de manifestants lors de la mise en place de la nasse, car il a répondu par une intimidation physique à des provocations verbales. N'ayant pas suivi l'ordre de ses collègues, il sort une grenade de désencerclement et menace de la dégoupiller. Il rejoindra ses rangs tranquillement mais sûrement, sous les moqueries et les sifflets des manifestants.
La grenade restera dans sa main, et une simple bousculade est à déplorer, bien peu par rapport à ce à quoi la police nous avait "habitué".

Pour une première manifestation lycéenne de notre part c'est très encourageant, et nous voudrions remercier chaleureusement tous les participants.

À très bientôt dans la rue !


https://nantes.indymedia.org/articles/41796
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité