L'université en lutte

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 21 Mar 2018, 08:45

Menace d’intervention des forces de l’ordre au Mirail ! Appel à soutiens !

L’Université du Mirail (Jean Jaurès) est en grève depuis plus de 3 mois contre la fusion des universités toulousaines et contre la loi ORE. Après une première victoire avec la non attribution du financement IDEX, la ministre de l’Enseignement Supérieur Frédérique Vidal a déclaré l’université « ingouvernable ». L’ensemble des conseils centraux de la fac, dont le conseil d’Administration, ont été dissous. L’Université du Mirail a été placée sous tutelle et les personnes mobilisées sont désormais sous la menace d’une intervention policière.

Alors qu’une journée de grève et de convergence est prévue ce jeudi 22 mars, et qu’une mobilisation nationale se dessine dans la jeunesse contre Parcoursup et le Plan Etudiants, le gouvernement tente d’abattre la mobilisation au Mirail et d’en faire un exemple. C’est sans compter sur notre détermination et sur la solidarité de l’ensemble du mouvement social. En effet des initiatives de soutiens sont d’ores et déjà organisées à Paris, Bordeaux,Rennes Nantes, Clermont Ferrand, et Lille mais aussi à l’international à Barcelone ou encore à Madrid.

Nous, étudiant.e.s et personnels mobilisé.e.s, déclarons que l’université du Mirail est désormais occupée contre ce véritable coup de force de l’Etat. L’Assemblée Générale prévue ce jeudi 22 mars a 10h se tiendra dans tous les cas pour décider collectivement des suites de la mobilisation. Enfin, nous maintenons notre appel à la Coordination Nationale Etudiante du 24 mars à la fac du Mirail.

Nous appelons l’ensemble des organisations syndicales, politiques, associatives, mais aussi l’ensemble des pôles d’enseignements et des lieux de travail à faire front et à prendre position publiquement contre la répression dont nous sommes victimes et à organiser partout des actions de représailles. En effet, c’est bien le même gouvernement qui nous réprime et qui s’en prend aux cheminot.e.s, aux travailleur.euse.s de la santé, aux fonctionnaires, aux travailleur.euse.s du privé, retraités, chômeur.euse.s et aux jeunes.

Nous nous donnons rendez vous ce jeudi partout en France !


https://iaata.info/Menace-d-interventio ... -2488.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 22 Mar 2018, 21:09

Communiqué des occupant.e.s de l’ARRRche à la fac du Mirail

Alors que le ministère de l’Enseignement Supérieur a déclaré l’université "ingouvernable" et décide de la passer sous tutelle du rectorat, nous , occupant.e.s faisons un point sur le mouvement et proposons des pistes pour les jours qui viennent.

A la fac du Mirail, la lutte a de l’allure. Le déclencheur, un projet de fusion des différentes écoles et universités toulousaines (UT2 Mirail, UT3 Paul Sabatier, INP, INSA) afin de former un grand collège universitaire. Un projet dans la pure tradition néolibérale. Un objectif, se spécialiser dans certains domaines de recherches et faire sa place dans l’infame classement de Shangaï. L’opposition à ce projet est déjà ancienne mais depuis décembre et la grève des personnels ainsi que l’annonce de la loi ORE. Aux tractages, envahissement de CA et rassemblements s’ajoute désormais des AG massives (jusqu’à 2 500 personnes) et un blocage de la fac continue depuis le 6 mars.
Nous ne sommes pas naï.ves.fs et savons bien que la fusion et le Plan Etudiant suivent une feuille de route identiques depuis longtemps inscrite dans le Processus de Bologne. Ainsi, lorsque Daniel Lacroix, président de l’UT2M, par sa voix prépondérante tranche en faveur de la candidature à l’IDEX (Initiative D’EXellence), préliminaire à la fusion, c’est grâce aux statuts de l’université instaurés par la loi LRU en 2007. De même, nous ne sommes pas surpris.e.s de voir les réformes de l’université, la sélection, sont défendues par un gouvernement qui propose également une avalanche de réformes néolibérales, une précarité généralisée, une destruction systématique des services publiques et des acquis sociaux. Ces mesures annoncées comme nécessaires ne visent qu’à nous mettre au pas, en marche forcée.
Cravacher pour avoir un Bac. Lutter pour rentrer à la Fac. Galérer pour trouver un taf imbuvable. Suer pour garder son chômage. Poireauter des heures à l’hosto. Faire ses fonds de poches pour payer un ticket de métro.
A mesure que la pression s’accroit, l’Etat affute la répression. Au quotidien c’est la chasse aux migrant.e.s, l’état d’urgence permanent, des dizaines de nouvelles prisons et des flics toujours plus féroces. Voilà ce qu’il faut désormais pour faire tenir une société qui ne tolére plus que l’excellence. Voilà , entre autres, pourquoi nous luttons et occupons l’université du Mirail.

Ce mardi 20 mars, le verdict est tombé : mise sous tutelle de l’université et imminence d’une expulsion policière de l’occupation de l’Arrrche.Ce qu’ils veulent détruire, c’est cette colère qui s’organise, ces espaces arrachés à des exigences qui se cachent derrière l’excellence pour en masquer la rentabilité.
Nous refusons d’être rentables puisque nous exigeons autre chose. L’excellence est ici puisqu’il s’agit de sortir de la torpeur politique qui nous guette : ces hectares que nous fréquentons se réduisent à des trajectoires individualisées par un pécule de compétences. Et bien non ! Nos désirs débordent : plutôt que des murs blancs des mots qui chantent, plutôt qu’une arche un labyrinthe de barricades, plutôt que des tribunes des cercles de parole, plutôt que des plats micro-ondables des récups, plutôt que la morne misère la joyeuse débrouille, plutôt que des carrières de la solidarité, plutôt que des profs des lectures collectives, plutôt qu’une chambre des dortoirs, plutôt qu’une opinion des prises de position.
Ce qui se dessine ici leur échappe, et quand bien même ils déploieraient leur arsenal répressif, nous résisterons, nous nous propagerons, car tout cela à plus de sens que leur injonctions parsemées de critères.

À Toulouse aussi la lutte collective s’organise dans des assemblées non sectorialisées, offensives dans leur essence et ouvertes à toutes et à tous, ou lors des manifestations lorsque deviennent visibles des cortèges de tête qui ont en commun non pas une étiquette mais la volonté d’abolir l’ordre établi.Ce qu’il se passe au Mirail est un combat qui dépasse éminemment le cadre de l’université, c’est un modèle de société qui est en jeu. Un modèle élitiste qui tend à marchandiser le savoir et chaque recoin de nos existences, qui se heurte à une vision du monde où les individus sont libres et affranchis de toute forme d’exclusion.
Un monde qui appartient à tou.te.s et pas seulement à une élite. Un monde où notre capacité à survivre n’est pas conditionnée par la nécessité de vendre son temps et sa force de travail à ceux qui possèdent le capital. Un monde libre. Il ne le sera pas sans révolte.


https://iaata.info/Communique-des-occup ... -2491.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 22 Mar 2018, 22:20

Université de Grenoble : "Les CRS nous ont matraqué sans sommation"
A l'université de Grenoble, les étudiants, personnels de la fac et militants manifestaient contre la présence de représentants de Frontex dans l'Université. La présidence de l'université a envoyé les forces de police pour réprimer le rassemblement. Résultat : 5 blessés, 4 à l'hôpital, dont 2 gravement. Après Bordeaux, Dijon, les menaces à Toulouse, c'est à Grenoble que les forces de polices tabassent les étudiants qui se mobilisent.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Camp ... nes-dont-2

Les étudiants qui voulaient bloquer le palais universitaire de Strasbourg évacués par la police
Plus d'une centaine d'étudiants ont brièvement occupé le palais universitaire de Strasbourg, ce jeudi 22 mars à la suite de la manifestation dans le centre-ville. Ils ont été évacués par les forces de l'ordre vers 20h15.
... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 45419.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede Pïérô » 23 Mar 2018, 13:44

Montpellier

VIDÉO - Un commando armé de lattes de bois sème la terreur à la fac de droit de Montpellier : trois blessés

Vers minuit jeudi soir, un commando armé de lattes de bois a fait irruption dans un amphithéâtre de la faculté de droit de Montpellier occupé par une quarantaine d'étudiants. Trois d'entre eux ont été blessés

Jeudi, à l'occasion de la journée de mobilisation nationale pour la défense du service public, une assemblée générale intersyndicale se tenait à la faculté de droit et de sciences politiques de Montpellier. L'occupation de l'amphithéâtre était votée jusqu'à la prochaine AG qui devait se dérouler ce vendredi matin. Vers minuit, alors que l'amphithéâtre était occupé par une cinquantaine d'étudiants, des individus masqués, un dizaine environ, ont fait irruption. Cagoulés, armés de lattes de bois, de gants renforcés (et même, selon certains témoignages, d'un taser), ils ont semé la terreur parmi les étudiants.

... https://www.francebleu.fr/infos/faits-d ... 1521797547
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 24 Mar 2018, 13:36

Strasbourg
Communiqué commun Sud Education Alsace/Solidaires Etudiant.e.s Alsace

Ni police, ni fascistes contre les étudiant.e.s occupant des locaux universitaires Libre occupation des universités contre la sélection et son monde

Ce jeudi 22 mars, à l’appel de 7 syndicats de fonctionnaires, plus de 5 000 personnes ont défilé dans les rues de Strasbourg. Peu avant l’arrivée à la place Kléber, plusieurs centaines de manifestant.e.s ont pris la direction du Palais Universitaire. Une Assemblée Générale s’y est tenue. L’Université de Strasbourg a fait état à l’AEF de « 300 personnes concentrées dans une salle et un bâtiment ». Les étudiant.e.s et lycéen.ne.s ont voté l’occupation du bâtiment mais sans blocage de ce dernier.

Contrairement à ce qu’affirme la présidence de l’université par voix de presse, à aucun moment, la présidence n’a demandé aux occupant.e.s de « libérer les lieux avant 20h sous peine d’intervention des forces de l’ordre ».

Peu avant 20h, les personnels de la DALI (Direction des Affaires logistiques intérieures), qui étaient sur place depuis le début de l’occupation, ont fait savoir aux occupant.e.s que consigne leur avait été donné de fermer le bâtiment à 20h et que celles et ceux qui ne voulaient pas rester devaient donc quitter les lieux avant cette heure. Lorsqu’un représentant de Sud Education Alsace a demandé à la directrice de la DALI si cela sous-entendait une intervention policière après 20h, il lui a été répondu qu’elle n’avait pas d’information à ce sujet.

Vers 20h30, un déploiement impressionnant de CRS a eu lieu, depuis plusieurs entrées, dans la Aula Marc Bloch au centre de laquelle les occupant.e.s se sont rassemblées. Encerclé.e.s et gazé.e.s, les occupant.e.s se sont dirigé.e.s, en groupe, vers la sortie.

Il est à noter que la présidence a délibérément tenu non informé les personnels de la DALI présent.e.s sur place et que ces personnels ont subi eux aussi, les effets des gaz lacrymogènes utilisés par les CRS.

Plus soucieuse de communication que d’engager un réel dialogue avec les étudiant.e.s mobilisé.e.s ou même d’assurer la sécurité des personnels qu’elle envoie en première ligne, l’Université de Strasbourg a :

· annulé tous les cours devant se tenir à partir de 17h au Palais Universitaire hier ;

· interrompu et fait évacué la cérémonie « Ma thèse en 180s » qui se tenait au Patio hier soir ;

· fermé le Palais Universitaire jusqu’à lundi ;

· annulé la soirée de gala Alumni au Palais Universitaire ce soir.

Toute cette communication s’est faite sur un seul argument : des blocages dus aux étudiant.e.s mobilisé.e.s. Rappelons qu’il n’y a pas eu de blocage voté hier au Palais Universitaire, l’opération « don du sang » a pu, par exemple aller jusqu’à son terme. Aucun.e manifestant.e n’est allé au Patio en début de soirée. Aucune dégradation n’a été commise par les occupant.e.s du Palais Universitaire.

Il est d’autant plus important de préciser ce fait que des dégradations ont bien été commises, mais par les policiers qui n’ont montré aucune considération pour les lieux et le matériel.

Force est de conclure que c’est donc la présidence de l’Université de Strasbourg qui organise elle même un blocage de certains de ses bâtiments et qui en fait porter la responsabilité aux étudiant.e.s mobilisé.e.s contre la loi ORE et son monde.

Alors qu’hier un groupuscule d’individus cagoulés et armés de barres de fer et de tasers ont attaqué des occupant.e.s d’un amphi de la Fac de Droit de Montpellier faisant plusieurs blessé.e.s dont certain.e.s gravement, sous l’œil complice du Doyen ; Alors qu’un groupuscule fasciste dispose d’un local à 2 pas du campus, une telle communication de la présidence diabolisant une occupation pacifique est irresponsable !

Sud Education Alsace et Solidaires Etudiant.e.s Alsace apportent leur soutien :

· aux occupant.e.s de la Fac de Droit de Montpellier victimes d’une attaque d’une violence inouïe et condamnée par la Ministre Frédérique Vidal elle-même,

· aux étudiant.e.s et lycén.ne.s strasbourgeois.e.s mobilisé.e.s qui sont stigmatisé.e.s par la présidence de l’Université.

Ils condamnent :

· le recours aux forces policières et leur action au cœur d’un bâtiment universitaire historique

· le blocage de nos lieux d’études et de travail par la présidence de l’Université

· le manque de solidarité de la présidence avec les personnels de la DALI.

Nos organisations syndicales continueront la lutte jusqu'au retrait de la loi ORE et l'abandon des réformes délétères en cours de l'ESR.

Fait à Strasbourg, le 23/03/18

Sud Education Alsace et Solidaires Etudiant.e.s Alsace


http://sudeducalsace.info/spip.php?article1320
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 24 Mar 2018, 13:47

Montpellier : Agressions des occupant-e-s de la fac de droit

Une milice cagoulée et armée tabasse des étudiants en lutte sous le regard complaisant du doyen de la faculté de droit de Montpellier

Scène surréaliste la nuit dernière dans la faculté de droit et de science politique de Montpellier. La cinquantaine de lycéens et d’étudiants qui occupaient l’amphi A, dans le cadre de la mobilisation contre la loi Vidal, se sont fait tazer et taper à coups de bâtons par une dizaine d’hommes cagoulés. Au moins trois personnes seraient partis à l’hôpital dans la foulée. Tous les témoignages désignent le doyen de la faculté de droit et de science politique de Montpellier, Philippe Pétel, comme le commanditaire de l’attaque.

« Sortez, ça va rentrer »

Le témoignage de Camille* est accablant : « Je suis arrivé peu avant le début de l’attaque et le doyen a cru que j’étais de son côté. Du coup j’ai tout entendu. Le doyen a d’abord réuni les étudiants qui étaient contre l’occupation et il leur a sommé de se rassembler dans un coin de l’amphithéâtre. Ils ont compté le nombre de personnes présentes dans l’amphi et ils ont dit ‘‘ok, c’est bon.’’ Ensuite, ils ont fait placer les personnels de la sécurité-incendie en haut de l’amphi et au bord de la porte extérieure qui donne sur la rue. Après, l’un des subordonnés du doyen a ouvert une porte au fond du hall d’entrée qui était restée fermée toute la soirée. Une dizaine de personnes sont arrivées, la plupart cagoulées et armées de bâtons qui ressemblaient à des sortes de bouts de palette. Le doyen leur a ordonné d’aller dans l’amphi occupé, et ils se sont mis à taper tout le monde. La sécurité-incendie a fait semblant de ne pas trop savoir ce qu’il se passait. Quand les étudiants ont fui en se faisant taper, le doyen m’a regardé en faisant un pouce levé. J’ai vu quelqu’un se faire tazer au sol. Quand tout le monde était dehors, les grilles de la faculté se sont fermées, ce qui veut bien dire que les gens cagoulés sont restés avec le doyen. Il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas comprendre que l’attaque a été mené sur ordre du doyen ».

Cette version des faits est attestée par de nombreux témoignages, comme celui de Maël* : « un membre du personnel de l’administration, qui a visiblement cru que j’étais de son côté, m’a dit juste avant l’attaque ‘‘sortez, ça va rentrer’’ ». Sous les cagoules des assaillants, un étudiant a cru reconnaitre certains de ses professeurs. Antoine* a quant à lui distinctement entendu le doyen dire : « qui sème le vent récolte la tempête ». Dans une interview donnée à France 3, le doyen de la faculté de droit et de science politique affirme « être fier de ses étudiants », sous-entendu, de ceux qui ont mené cette opération.

*Prénoms modifiés


http://www.lepoing.net/une-milice-cagou ... ntpellier/


Image

https://solidaires.org/Montpellier-Agre ... c-de-droit

Liens vidéos montrant ces actes haineux :
https://www.facebook.com/lena.rosada/vi ... 809948247/
https://www.facebook.com/etudiantes.mon ... 142759962/
https://www.facebook.com/etudiantes.mon ... 832758493/
https://www.facebook.com/leah.jgt/video ... 569320286/




Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 25 Mar 2018, 14:53

Montpellier : le doyen de la faculté de droit démissionne après la violente évacuation d’étudiants
Philippe Pétel avait été mis en cause après que des hommes cagoulés ont violemment expulsé des étudiants qui occupaient la faculté, jeudi soir.
Le doyen de la faculté de droit de Montpellier, Philippe Pétel, a démissionné, vendredi 23 mars au soir, a annoncé dans un communiqué le président de l’université, Philippe Augé, confirmant une information donnée au Monde. M. Augé a nommé un administrateur provisoire à compter de samedi.
... http://www.lemonde.fr/campus/article/20 ... oLPkuAc.99

Etudiants tabassés à la fac de Montpellier : la polémique résumée en quatre actes :
http://www.anti-k.org/2018/03/25/etudia ... tre-actes/

Face à la direction de la fac, la lutte se radicalise
La grève et le blocage sont reconduits jusqu’au 26 mars à la fac de Lettres de Montpellier. Le mouvement se construit face au president Patrick Gilli.
... https://lepressoir-info.org/spip.php?article1193
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 25 Mar 2018, 16:51

Toulouse

L’université du Mirail à Toulouse, cœur de la contestation étudiante contre la sélection
L’université du Mirail à Toulouse est mobilisée depuis trois mois contre un projet de fusion. Etudiants, enseignants et personnels administratifs craignent que ce projet entraîne une plus grande sélection, la hausse des droits d’inscription et la disparition progressive des sciences humaines au profit de filières plus « rentables » du point de vue des investisseurs. Le gouvernement a répondu par la dissolution des instances universitaires et la nomination d’un administrateur provisoire. Résultat : le blocage continue. Explications.
... https://www.bastamag.net/L-universite-d ... -contre-la

Retour sur une semaine agitée au Mirail et dans la rue
La semaine du 19 mars a été une semaine particulièrement agitée sur le campus du Mirail à Toulouse, le mouvement étudiant a même fini par déborder de la fac faisant plusieurs tours dans le centre-ville. Retour jour par jour.
... https://iaata.info/Retour-sur-une-semai ... -2495.html


Nancy

Lundi 26 mars, le blocage du campus de la fac de lettres continue


Suite à l’AG du vendredi 23 mars, la décision est prise de continuer le blocage commencé jeudi.


D’ores et déjà la coordinatrice du campus lettres et sciences humaines a annoncé l’annulation des cours, décision permettant à l’ensemble des étudiant.e.s de pouvoir se lancer à plein temps contre la loi Vidal instaurant la sélection à l’entrée de la fac.

Cependant Pierre Mutzenhardt, Président de l’université de Lorraine, a déjà fait part de sa volonté de voir les cours reprendre dès le début de la semaine, indiquant que les organisations représentatives des étudiants seraient contre le blocage. Il faut croire que l’UNEF, bien qu’impliquée dans le mouvement, a plus peur de voir le campus bloqué le jour des élections des représentant.e.s étudiant.e.s prévu mardi 27 mars que de voir la loi Vidal s’appliquer. Espérons une mobilisation forte lundi des étudiant.e.s afin de ne pas donner raison à Mr Mutzenhardt, et rappelons qu’il n’est pas possible d’être plus représentatif qu’une Assemblée Générale organisée par et pour les étudiant.e.s et professeur.e.s.

https://manif-est.info/Nancy-Lundi-26-m ... e-481.html


Lille

Image

https://www.facebook.com/LilleInsurg/ph ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 26 Mar 2018, 11:54

Montpellier

Affaire Pétel : police complice, enfumage de la ministre, profs agresseurs identifiés
Vingt quatre heures après l’agression d’étudiants par une milice cagoulée et armée, Philippe Pétel, le doyen de la faculté de droit et de science politique de Montpellier accusé d’avoir commandité l’attaque, a démissionné. De nombreuses questions restent toujours en suspens. Philippe Pétel va-t-il être mis en examen ? Les professeurs identifiés comme des assaillants vont-ils être radiés ? Les policiers accusés d’avoir protégé la milice vont-ils être inquiétés ?
... http://www.lepoing.net/affaire-petel-po ... dentifies/

Affaire Pétel : Paris, Rennes, Toulouse, Lyon, et Lille se sont mobilisés pour soutenir les étudiants de Montpellier
Les étudiants de Montpellier agressés par une milice cagoulée et armée ont reçu des messages de soutien des quatre coins de la France, provenant de sections syndicales, de collectifs militants, d’associations citoyennes et de personnes scandalisées. Des manifestations de solidarité ont eu lieu à Rennes, Paris et Toulouse. Les étudiants de Lille ont réquisitionné un amphithéâtre et ceux de Lyon ont fait annuler un gala auquel devait participer Philippe Pétel.
... http://www.lepoing.net/affaire-petel-pa ... ntpellier/

Situation confuse devant la faculté de droit et de science politique de Montpellier
Plus d’une centaine d’étudiants sont rassemblés devant la faculté de droit et de science de Montpellier ce matin à l’appel de la page facebook Je suis Pétel, du nom de l’ancien doyen accusé d’avoir commandité l’attaque d’une milice cagoulée et armée contre des étudiants grévistes. Parmi ces étudiants se trouvent des militants des groupuscules fascistes de la Ligue du Midi et de Génération Identitaire.
Ces étudiants dénoncent le blocage de la faculté de droit et de science politique. La faculté n’est pourtant pas bloquée, mais fermée administrativement depuis l’attaque de la milice. Les étudiants anti-grévistes font face à plusieurs dizaines d’étudiants venus à l’appel du comité de mobilisation de la faculté de droit et de science politique pour exiger « la reconnaissance publique des faits et l’engagement de la responsabilité des personnes concernées. »
... http://www.lepoing.net/situation-confus ... ntpellier/


Lyon

Rassemblement de soutien aux étudiant.es de Montpellier à la Fac de Bron, le lundi 26 mars

Afin de donner une réponse collective ferme à ces évacuations réalisées dans la violence, une réponse aux attaques fascistes et policières dans les universités, afin d’affirmer notre totale solidarité aux étudiant.e.s bléssé.e.s et encore hospitalisé.e.s et afin de répondre à l’appel de Lille, qui propose à toutes les facs de France de se mobiliser lors de la journée du 28 Mars, nous appelons à un rassemblement ce Lundi 26 mars à 14H au forum de Bron, suivi d’une Assemblée générale pour réunir tou-te-s les étudiant-e-s pour décider de la suite du mouvement

Depuis plusieurs jours, le mouvement étudiant fait face à une répression sans équivoque de la part du gouvernement. Celui-ci, par le biais des présidences de différentes facultés, a fait intervenir les forces de l’ordre à plusieurs reprises au sein même des établissements. Les étudiant.e.s de la faculté de Grenoble ont ainsi été délogé.e.s violemment d’une conférence sur Frontex (dispositif européen placé sur les frontières maritimes) où ils et elles faisaient un sitting pacifique ce jeudi 22 mars.

De même les étudiant.e.s de la faculté de Strasbourg ont été violemment expulsé.e.s de leur université alors qu’ils et elles souhaitaient occuper le palais universitaire. Ces évacuations violentes réalisées à coup de matraques par les forces de l’ordre ont fait plusieurs blessé.e.s graves et font suite à celles vécues par les étudiant.e.s de Bordeaux ou de Dijon.

Non content de ces évacuations, le gouvernement est allé jusqu’à mettre l’université de Toulouse 2 sous tutelle de l’État, qui dirige désormais l’université, démettant ainsi de ses fonctions la totalité des conseils de l’université et sa présidence. Cette mise sous tutelle intervient dans un contexte particulier puisque l’Université du Mirail est sans conteste l’une des plus combatives du pays depuis plusieurs mois, celle-ci luttant sans relâche contre la loi ORE et le projet de fusion des universités. Cette fac a ainsi vu des AG de plusieurs milliers de personnes mobilisées ainsi que des semaines de blocage complet de la faculté qui ont permis aux étudiant.e.s d’engager un rapport de force suffisant pour pousser la présidence à voter contre le projet de fusion. A travers cette mise sous tutelle et la menace constante de l’intervention des forces de l’ordre, c’est ce mouvement que le gouvernement cherche à casser et à réprimer.

Dans ce climat de violence à l’encontre de la mobilisation étudiante, les étudiant.e.s occupant un amphi de la faculté de droit de Montpellier suite à la journée de mobilisation du jeudi 22 mars ont été violemment agressé.e.s dans la nuit suivante par une milice fasciste d’une quinzaine de personnes cagoulées et armées de gourdins en bois ainsi que de tasers. Ces personnes ont clairement été identifiées par les occupant.e.s comme appartenant d’une part à des groupuscules d’extrême-droite (ceux-ci ayant notamment clairement revendiqués leur acte par le biais de nombreuses insultes à caractère raciste), et d’autre part à la faculté de droit de Montpellier puisque les étudiant.e.s ont pu reconnaître au moins deux de leurs enseignants de droit sous les cagoules. Si cette agression aurait pu sembler similaire à celles vécues par les étudiant.e.s mobilisé.e.s dans les années 60 ou 70, il n’en est pourtant rien.
En effet, de nombreux témoins affirment avoir vu le doyen de la faculté de droit de Montpellier, Philippe Pétel, ouvrir les portes aux agresseurs et s’enfermer à l’intérieur de l’amphi avec eux alors même que ceux-ci enlevaient leur cagoules. Le lendemain, ce même doyen a par ailleurs pu affirmer face aux caméras son total soutien aux agresseurs, allant jusqu’à se déclarer « fier de ses étudiants ».

Si le gouvernement ne peut à priori pas être tenu pour responsable direct de ces événements, il est néanmoins responsable du climat de violence extrême actuellement présent dans les universités. Climat qu’il a lui-même instauré par les multiples interventions policières et qui induit de violentes agressions comme celle ayant eu cours à Montpellier jeudi soir. Ces actes s’inscrivant plus largement dans la politique répressive et autoritaire mise en place par le gouvernement pour tenter de neutraliser tous mouvements sociaux ou contestations populaires, il est urgent et nécessaire d’affirmer notre droit et notre légitimité à s’opposer aux ordonnances de Macron et à ses réformes des services publiques afin de ne pas se laisser tomber dans l’autoritarisme .

Afin de donner une réponse collective ferme à ces évacuations réalisées dans la violence, une réponse aux attaques fascistes et policières dans les universités, afin d’affirmer notre totale solidarité aux étudiant.e.s bléssé.e.s et encore hospitalisé.e.s et afin de répondre à l’appel de Lille, qui propose à toutes les facs de France de se mobiliser lors de la journée du 28 Mars, nous appelons à un *rassemblement ce Lundi 26 mars à 14H* suivi d’une ASSEMBLÉE GÉNÉRALE pour réunir tou-te-s les étudiant-e-s pour décider de la suite du mouvement, notamment des actions possibles pour cette journée de mobilisation.

Solidaires étudiant.e.s Lyon


https://rebellyon.info/Rassemblement-de ... t-es-18886
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede Pïérô » 27 Mar 2018, 12:12

Occupation de Tolbiac !

Lundi, une AG de 700 personnes a voté le blocage avec occupation à la fac de Tolbiac pour toute la semaine. Rejoignez-nous !

Nous, étudiant.e.s, personnel et enseignant.e.s de l’université Paris 1, avons voté en assemblée générale l’occupation du site de Tolbiac (PMF) pour toute la semaine, en opposition au Plan Étudiants et en réponse à la répression policière et aux attaques fascistes subies par les étudiant.e.s mobilisé.e.s des universités de Montpellier, Toulouse, Strasbourg, Grenoble, Lille, Bordeaux et Nantes.

Nous appelons toute personne désirant apporter son soutien à l’occupation. toute personne mobilisée contre les menaces qui pèsent sur l’université, à nous rejoindre dès ce soir pour se rencontrer, discuter et s’organiser.
Nous appelons également toute personne souhaitant s’informer et s’impliquer dans la suite du mouvement contre la sélection à venir nous soutenir tout au long de cette occupation.

Ce mouvement s’inscrit dans le rejet de cette loi, et plus largement contre l’offensive libérale dans laquelle s’inscrit la politique de Macron.

L’occupation nous permet de dégager du temps et de libérer un lieu pour nous organiser concrètement en vue des prochaines échéances, notamment le 28 mars et le 3 avril.

Mais occuper une université requiert énormément d’énergie ; c’est pourquoi le soutien de chacun.e est non seulement bienvenu, mais surtout indispensable à la réussite de l’occupation de Tolbiac.
Nous vous encourageons donc à nous rejoindre dans la déter et la bonne humeur dès maintenant, et toute la semaine.


https://paris-luttes.info/occupation-de ... te-de-9810
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 28 Mar 2018, 03:36

Montpellier

Plusieurs organisations dénoncent la lenteur de l'enquête sur les incidents de la fac de droit de Montpellier
Cinq jours après les incidents qui se sont produits à la fac de droit de l'université de Montpellier 1, plusieurs organisations ont dénoncé ce mardi devant l'hôtel de police de Montpellier la lenteur de l'enquête. Une dizaine de témoins de ces incidents sont donc venus apporter leurs témoignages.
... https://www.francebleu.fr/infos/faits-d ... 1522161876

Dijon
Rassemblement contre les interventions policières et fascistes dans les universités
mercredi 28 mars, à 12h30, esplanade Érasme (campus)


Toulouse

Deux jours contre la répression ! Grève/Action 28/03-29/03

Flics, fachos, hors de nos facs ! Deux jours contre la répression :

Rassemblement mercredi 28 Mars à Toulouse, 13h12 à Saint Sernin

Rendez-vous pour jeudi 29 Mars après l’AG au Mirail pour une action !


Depuis des décennies, les interventions policières sur les campus sont des détonateurs, des actes de répression qui ne passent pas et qui entraînent systématiquement des réactions déterminées de la part des étudiant.es. Le 6 mars, une intervention policière ultra violente contre une occupation de l’Université Bordeaux Victoire montrait le vrai visage du gouvernement, de la police et de la Présidence de l’Université de Bordeaux. Depuis, les facs de Nantes, Dijon, Grenoble, Lille et Strasbourg ont connu des interventions policières similaires, parfois avec une grande violence, comme à Grenoble où cinq manifestant.es ont du être hospitalisé.es. À Montpellier, ce ne sont pas des policiers mais une milice d’extrême droite qui sont intervenus très violemment pour déloger une occupation de la fac de droit, et ce à la demande du doyen, le bien nommé Maréchal Philippe Pétel qui a depuis démissionné, bon débarras.

Suite à cette scandaleuse répression d’un mouvement s’opposant à la sélection à l’Université et militant pour une université libre, gratuite, ouverte à tous et émancipatrice, les militant.es de Lille ont appelé à une journée nationale contre la présence policière et fasciste sur les campus pour le mercredi 28 mars. Nous nous joignons donc à cet appel et appelons à une grande manifestation contre la présence de flics et de fascistes dans toutes les facs de France et d’ailleurs.

Nous appelons donc à un rassemblement mercredi 28 mars à 13h12 à Saint Sernin (Côté rue du Taur), ainsi qu’à une action le jeudi 29 vers 14h pour un départ (déter) après l’AG.

Afin d’être le plus nombreu.ses possible à cette manifestation, nous appelons les lycéens à bloquer leurs lycées et les étudiant.es à bloquer leurs universités. Nous appelons tous les travailleur.ses à se mettre en grève et à nous rejoindre afin de témoigner de leur solidarité vis à vis des étudiant.es victimes de répression policière et fasciste.

Venez nombreux avec vos parapluies contre la pluie (de coup) et de réformes (et de répression) en cours ! Défendons la fac goute que goute !


https://iaata.info/Deux-jours-contre-la ... -2501.html


Lille

COMMUNIQUÉ DU 26 MARS SUITE A L’AG DANS L’AMPHI B DE LA FACULTÉ DE SCIENCES JURIDIQUES, POLITIQUES ET SOCIALES, LILLE 2

Ce lundi 26 mars, dans la continuité de la mobilisation contre le plan étudiant et en solidarité avec les violences systématiques perpétrées à l’encontre des mobilisé.e.s, 250 personnes se sont réunies à 18h devant la faculté de sciences juridiques, politiques et sociales de Lille 2.
Une assemblée générale s’est spontanément organisée dans amphi B malgré la présence de nombreux.se.s policier.e.s et certaines difficultés pour rentrer à l’intérieur de l’établissement.
Avec pour revendication commune : « flics, fachos, hors de nos facs », nous avons débattu pendant deux heures sur la poursuite du mouvement et ses prochaines actions. Les discussions débutent avec une pensée pour les étudiant.e.s agressé.e.s de Montpellier ainsi qu’à toutes les autres facultés ayant été investies par les forces de l’ordre depuis le début de la mobilisation partout en France.

L’assemblée a été interrompue par la présence de militants d’extrême droite aux alentours de la faculté. Des gens qui se trouvaient devant la fac ont été violemment agressé.e.s par ces individus mais des habitant.e.s du quartier sont intervenu.e.s pour prendre leur défense. Il n’a suffi que d’une riposte de notre part pour que les lieux soient vidés de toute présence fasciste, mais, encore une fois, nous marquons notre résistance à l’égard de la montée de l’extrême droite en France. Nous avons donc communément décidé le départ d’une manifestation sauvage à 21h30 dans les rues de Lille. 150 étudiant.e.s ont manifesté depuis la faculté de Lille 2 jusque place de la République, puis le cortège a poursuivi vers la Gare Lille Flandres en soutien aux cheminot.e.s.

A l’issue de la discussion, l’Assemblée Générale revendique :

- La liberté d’accès à nos facultés, et donc l’arrêt des contrôles exercés à l’entrée

- La démission de la présidence de l’université du fait de sa décision d’envoyer systématiquement la police sur ses étudiant.e.s se mobilisant

- La fin de l’autorisation de faire venir les forces de l’ordre sur les campus universitaires

- Une abrogation de la loi O.R.E

Si ces revendications ne sont pas appliquées dans les plus brefs délais nous garderons notre volonté de créer le rapport de force nécessaire à l’application de ces dernières.

Aussi, l’assemblée générale rappelle la journée nationale de mobilisation déjà suivie par Paris, Rennes, Bordeaux, Grenoble, Dijon, Rouen, Toulouse, Nantes et bien d’autres le mercredi 28 mars (départ 14h place de la République à Lille) contre les interventions policières et fascistes sur les campus universitaires et à rejoindre les manifestations des fonctionnaires, cheminot.e.s, étudiant.e.s etc luttant contre les réformes ultra-libérales du gouvernement. Nous appelons également à la manifestation le jeudi 29 mars (14h place de la République), journée de mobilisation votée lors de la CNE tenue à Toulouse le 24 mars.

Partout en France le 28 mars, soyons dans la rue pour dénoncer le comportement des présidences d’universités ayant systématiquement recours aux forces de l’ordre ou aux fachos pour calmer la rage révolutionnaire des facultés mobilisées. Partout en France, luttons contre ce gouvernement austère qui cherche à noyer toute résistance.

FLICS, FACHOS, HORS DE NOS FACS, ON RÉPONDRA CHAQUE FOIS QU’ON NOUS ATTAQUE !


https://lille.indymedia.org/spip.php?article31444
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 28 Mar 2018, 03:58

La mobilisation étudiante se renforce malgré la répression
Dans une ambiance de Nuit debout, les étudiants se mobilisent contre la sélection à l’université. Malgré la violence de la répression, ils cherchent la convergence des luttes. Reportage à Paris et analyse d’un mois de mouvement estudiantin.
Paris, reportage
... https://reporterre.net/La-mobilisation- ... repression

Le point sur les mobilisations étudiantes et lycéennes
La mobilisation contre la sélection à l’université, couplée à un mécontentement social lié à la destruction du service public, semble enfin prendre de l’ampleur en région parisienne. La fac de Tolbiac a voté la grève et l’occupation. Plusieurs RDV devraient circuler dans les prochains jours.
... https://paris-luttes.info/mobilisation- ... eenne-9806

Échos des mobilisations n°7 contre la sélection & l’école du tri social - 26 mars 2018
Bulletin d’information et de mobilisation de Sud éducation Paris contre la loi relative à « l’Orientation et à la Réussite des Étudiants » dit Plan étudiant et les projets gouvernementaux de réforme du lycée général et professionnel. La sélection ne passera pas ! Des moyens pour l’éducation !
... https://paris-luttes.info/echos-des-mob ... ontre-9802
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 31 Mar 2018, 18:30

Montpellier

Affaire Pétel : une vidéo identifierait nommément des présumés complices actifs ou passifs du commando armé
L’ancien doyen (démissionné) de la faculté de droit Philippe Pétel, et le professeur de droit Coronel de Boissezon, tous les deux accusés d’être impliqués dans l’attaque du commando armé de la faculté de droit, ont été placés hier en garde à vue. Plus de mille personnes ont manifesté hier à Montpellier pour fêter la nouvelle. La ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal a déclaré ce matin que Philippe Pétel et « un professeur », probablement Coronel de Boissezon, « vont être suspendus » de leurs fonctions de professeurs, suite « aux premières conclusions de l’enquête administrative ». Une vidéo publiée hier sur la page facebook du Royal Occupé (ancien squat de Montpellier) identifierait nommément certaines des personnes présentes aux côtés du doyen juste après l’attaque du commando armé et cagoulé.
... http://www.lepoing.net/affaire-petel-un ... ando-arme/

L’assemblée générale de la faculté Paul Valéry de Montpellier vote le blocus illimité et la démission de Macron
La journée d’hier aura été décisive pour l’avenir des luttes sociales. Entre 2000 et 2500 personnes se sont réunies sur le campus de l’université Paul-Valéry de Montpellier pour une assemblée générale (AG) de lutte contre la loi Vidal, Parcoursup et, plus généralement, contre les réformes antisociales du gouvernement Macron. L’AG devait se tenir dans l’amphi A, mais face à l’affluence grandissante, il a finalement été décidé de déplacer l’AG sur les pelouses de la faculté. Après le déploiement d’un vidéo-projecteur, d’un barnum, d’enceintes et la libération d’allées de sécurité, l’AG a pu débuter. Le Poing vous fait le compte-rendu des informations transmises et des décisions adoptées pendant l’AG.
... http://www.lepoing.net/lassemblee-gener ... de-macron/


Nantes
[Nantes - 28 mars] le gouvernement tente de briser le mouvement étudiant
Il n'y a pas eu de manifestation étudiante mercredi 28 mars, à Nantes. Malgré un mouvement extrêmement dynamique, une Assemblée Générale réunissant plus de 800 personnes, une lutte qui prend de l'ampleur dans toute la France, le gouvernement semble bien décidé à écraser toute contestation à coups de matraque. Notamment en interdisant de fait toute expression de la jeunesse.
Avant même la manifestation nantaise, la quasi-totalité des moyens d'expression des étudiants avait déjà été confisquée par les forces de l'ordre : banderoles, pancartes en cartons, tracts, drapeaux. Volés par la police. Comme s'il s'agissait d'armes. De nombreuses personnes sont aussi contrôlées, fouillées, fichées, filmées, menacées, avant d'avoir pu atteindre le point de rendez-vous.
... https://nantes.indymedia.org/articles/40656

Bordeaux
Récit du combat judiciaire contre la répression de la fac
Les pratiques de la présidence de l’université de Bordeaux suspendues par la justice
Le 7 mars dernier, 29 étudiants de l’université de Bordeaux avaient reçu un arrêté leur interdisant l'accès au campus en dehors de leurs heures de cours durant 30 jours, du fait de leur implication dans la mobilisation. La justice vient de casser cette décision manifestement illégitime et illégale.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Les- ... la-justice


Nancy

Communiqué du Collectif de personnels de l’Université de Lorraine contre la selection
Communiqué de soutien aux actions des étudiant.e.s en lutte contre la loi "Orientation et Réussite des Étudiants",
... https://manif-est.info/Communique-du-Co ... a-485.html

L’utopie ou la mort : l’émancipation par le blocage
Aujourd’hui les étudiants et les étudiantes de Nancy, de la fac de lettres mais aussi d’autres universités et établissements (droit, IECA, ESPE, Sciences…) se sont réuni.es. Plus de 1000 personnes dans un amphi pour une AG de presque 4heures.
... https://manif-est.info/Communique-des-e ... e-489.html


Coordination Nationale de Lutte à Bordeaux le 31 et 1er Avril
Ce week-end se tiendra à Bordeaux la Coordination Nationale des Luttes. Nous appelons des délégations de toutes les villes des universités en luttes à rejoindre cette coordination pour envisager la suite du mouvement.
La prochaine Coordination Nationale des Luttes se déroulera à Bordeaux les 31 mars et 1er avril comme décidé à la précédente CNL de Rennes du 17 et 18 mars.
... https://paris-luttes.info/cnl-bordeaux- ... avril-9855
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 31 Mar 2018, 21:30

Ambiance explosive à l'université de Tolbiac, blocage reconduit

Le blocage à l'université de Paris 1 Tolbiac à été reconduit, lors d'une AG ce jeudi 29 à plus de 1000 étudiants, et ce jusqu'à mardi, jour de la mobilisation des cheminots et d'autres secteurs, pour réaliser la convergence.




Université de Bourgogne : occupation d'une salle par les étudiants



Nice
Les étudiants de l'université de Nice votent le blocage du site de Valrose
Entre 200 et 300 étudiants du collectif Sauve ta fac réunis ce vendredi dans les jardins de la faculté des sciences de Valrose ont voté le blocage du site à partir de mardi. Ils demandent le retrait de la réforme et l'arrêt des coupes budgétaires.
... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 50497.html

Universités. La colère monte dans les facs
Dans un contexte de fortes tensions, à la suite des violences de la semaine dernière, la fronde contre le « plan étudiant » du gouvernement prend de l’ampleur. Elle pourrait franchir un cap avec la journée de mobilisation du 3 avril.
Ils allaient peut-être un peu vite en besogne, ceux qui, au gouvernement et ailleurs, pensaient pouvoir se frotter les mains en observant un mouvement contre le « plan étudiant » qui peinait à prendre son envol. Cette semaine, plusieurs facs ont bel et bien franchi un cap dans la mobilisation – et beaucoup d’éléments semblent réunis pour que les choses ne s’arrêtent pas là.
... https://humanite.fr/universites-la-cole ... acs-652941

Dans plusieurs universités, la mobilisation contre la réforme se durcit et le climat se tend
A Paris, Montpellier ou Toulouse, des assemblées générales d’étudiants ont voté la poursuite des blocages.
... http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... _3224.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30590
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede Pïérô » 01 Avr 2018, 14:19

Mobilisation à l'université: à Lyon, opposition à toutes les formes de répression

Les manifestations de soutien et de solidarité avec les étudiant.e.s montpelliérain.ne.s ont été massives suite aux “événements” du jeudi 22 mars. A Lyon, l'une de ces manifestation a provoqué des réactions institutionnelles renvoyant dos à dos les mobilisations étudiantes et les violences commises par des milices d'extrême droite. Cette tribune s'oppose à cette délégitimation du mouvement.

... https://blogs.mediapart.fr/enseignantes ... repression
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21674
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité