L'université en lutte

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 01 Fév 2017, 09:30

Après une première semaine de mobilisation réussie

Toulouse. Quelles conséquences aurait la fusion des universités ? Comment riposter ?

Cette semaine aura été marquée par le lancement de la mobilisation contre le projet de fusion des universités toulousaines, notamment au Mirail. Avec une première action de blocage du Conseil d’Administration (CA) mardi dernier, la tenue d’une Assemblée Générale ayant réuni 500 étudiants, enseignants et personnels jeudi et un rassemblement devant le rectorat (80 présents), placé sous protection policières, à l’occasion du CA de la COMUE, force est de constater que cette première semaine est une réussite. Alors que la semaine qui vient sera elle aussi rythmée par la mobilisation (AG Mardi au Mirail, qui devrait être suivie d’une manifestation ou de rassemblements), quelles seraient les conséquences de la fusion des universités ? Comment lutter et quelle revendications mettre en avant ?

... http://www.revolutionpermanente.fr/Toul ... t-riposter
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 02 Fév 2017, 20:56

Les laisser désamorcer l’université ?

Le projet de fusion des universités de Toulouse entend réunir et dissoudre les universités du Mirail, de Paul Sab, mais aussi l’INP et l’INSA au sein d’un mastodonte : "l’Université de Toulouse". Loin d’être le fruit d’une lubie proprement toulousaine, elle est en fait le résultat d’un dispositif bien rodé. Le texte qui suit tâchera d’interroger les enjeux stratégiques de ce dispositif, et plus particulièrement la volonté de désamorcer en amont le potentiel de ses révoltes.

... https://iaata.info/Les-laisser-desamorc ... -1841.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 05 Fév 2017, 16:25

Sélection à l’université : non merci !

Pétition : https://www.change.org/p/sélection-à-l-université-non-merci
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 07 Fév 2017, 10:31

Paris mercredi 8 février 2017

Projection-débat « Devaquet, si tu savais »

à 18h30, Campus Jussieu, Amphi Astier, 4 place Jussieu, Paris 5e

Pour un enseignement de qualité,
Contre la privatisation des universités,
Non aux fusions !

En présence de
• Francis Kandel (co-réalisateur),
• Robi Morder (président du GERME)
• un-e archiviste de La Cité des mémoires étudiantes

En 1986, le ministre Alain Devaquet présente un projet de réforme de l'université. Ses maîtres mots : sélection, hausse des droits d'inscription, autonomie, pôles pluridisciplinaires. Déjà le vent libéral se levait. Mais en moins de quatre semaines, du 17 novembre au 10 décembre 1986, une puissante grève générale étudiante et lycéenne obligeait le gouvernement à retirer son projet et ceux qui allaient suivre, comme celle du Code de la nationalité.

Si la réforme Devaquet a été la dernière tentative de réforme sélective globale de l'université, en trente ans, par petites touches (Loi Pécresse pour l'autonomie en 2007, selection en master en 2016, fusions aujourd'hui), insidieusement la logique libérale sape les bases du service public. Revenir sur 1986 permet de penser la résistance sociale en 2017.

Comment s'est constituée l'auto-organisation des étudiants ? Quelles revendications ont permis de gagner ? L'indépendance vis-à-vis des partis politiques ? La place des syndicats ? Comment le lien s'est-il fait avec le monde du travail ? Qu'estce qui a changé ces 30 dernières années ? Le Comité de mobilisation de Paris 6, le GERME (Groupe d'études et de recherche sur les mouvements étudiants), Solidaires étudiant-e-s Jussieu et la Cité des mémoires étudiantes vous invitent à venir en débattre.

https://paris.demosphere.eu/rv/52924

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 16 Fév 2017, 12:58

Besançon
des étudiant.e.s ont envahi pacifiquement le conseil d’administration de l’Université de Franche-Comté, pour s’opposer à la sélection en master

Image

Image

https://www.facebook.com/ameb.syndicat/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 18 Fév 2017, 18:58

Le dialogue à l’université de Besançon ? Intervention policière et garde à vue !

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 20 Fév 2017, 11:24

Vidéo de l’interpellation des étudiants de la fac de lettres
http://radiobip.fr/site/video-en-exclus ... e-lettres/


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 21 Fév 2017, 10:28

Rassemblement interfac mercredi

Paris. Tou.te.s mobilisé.e.s contre la sélection et la fusion !

La mobilisation sur les universités contre la fusion, la sélection à l’université, continue ! En région parisienne, Paris 3-5-7 sont actuellement en lutte contre le processus de fusion et appellent ce mercredi 22 février à une journée de mobilisation interfac. Rendez-vous à 8h30 au siège de l’USPC - 17 quai d’Anjou !

L’évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/6059035 ... 7820267745

http://www.revolutionpermanente.fr/Pari ... -la-fusion
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 28 Fév 2017, 17:00

Paris 1 Panthéon-Sorbonne se cherche une nouvelle ComUE : quelles conséquences pour les étudiants et la recherche ?

La nouvelle était passée relativement inaperçue en novembre : l’université Paris 1 quittait la ComUE (communauté d’universités) Hésam, qui s’en retrouvait particulièrement faible. Cette porte claquée n’était évidemment pas fermée à jamais et Paris 1 est plus que jamais à la recherche de partenaires pour fonder ou rejoindre une nouvelle ComUE, selon la politique de regroupement et de fusion imposée par le ministère, pour peser dans les classements internationaux et dans les attributions de subventions publiques. La présidence a ainsi publié un « Projet stratégique en vue d’un prochain regroupement » cette semaine. Cependant, ces regroupements, qui, pour certaines universités, ont abouti à des fusions d’universités, sont loin de se dérouler pour le plus grand bien de l’enseignement et de la recherche : marchandisation des savoirs, exclusion des étudiants des processus de décision, plus grande sélection et fermeture de parcours, les implications de tels regroupements sont souvent très importantes pour les étudiants et étudiantes.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Pari ... udiants-et
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 05 Mar 2017, 20:07

Contre la répression à l’Université de Franche-Comté

Communiqué CGT-INRA, CGT FERC Sup, SNTRS-CGT, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNPREES-FO , SUD Recherche-EPST, SUD Education, Solidaires étudiant-e-s

Non à la répression à l’Université de Franche-Comté !

Le 14 février 2017, le président de l’Université de Franche-Comté a fait intervenir la police dans la salle du Conseil d’Administration pour “évacuer” 16 étudiant-e-s, une lycéenne et deux jeunes militants. Ils/elles protestaient contre l’application, sans débat et sans information de la communauté universitaire, de la réforme des masters.

Les organisations signataires affirment leur soutien plein et entier aux 19 jeunes ainsi qu’aux membres du conseil d’administration choqué-e-s par la violence disproportionnée de l’intervention policière, alors même que la CPU affirme dans un communiqué du 17 février : « L’Université est un lieu de dialogue où l’expression libre et le respect de la parole de l’autre doivent être garanties, la brutalité, l’agressivité, la violence n’y ont pas leur place ».

Le président Jacques Bahi ne s’est pas montré pendant cette pseudo “occupation”. Il a préféré faire fi de la franchise universitaire plutôt que de chercher à dialoguer. C’était par ailleurs la troisième fois en quatre mois que ce président faisait entrer la police dans l’université.

Suite à cette intervention policière, dix-sept jeunes ont passé 24 heures en garde à vue. Deux autres y ont passé 45 heures, dont l’élu AMEB Solidaires Etudiant-e-s au C.A..

La procureure de la république a parlé de “violences psychologiques”. Le président Jacques Bahi a annoncé avoir saisi la section disciplinaire. Des plaintes auraient été déposées pour “séquestration” alors que la porte de la salle du conseil est restée ouverte.

Considérant que le refus du dialogue et de la confrontation de points de vue est un déni de démocratie qui foule aux pieds les principes mêmes de l’Université, les organisations signataires demandent :
une enquête administrative pour faire toute la lumière sur cette affaire ;
le retrait des plaintes contre les 19 militant-e-s ;
l’abandon de toute procédure disciplinaire à l’encontre des 16 étudiant-e-s.

Signataires :
CGT-INRA, CGT FERC Sup, SNTRS-CGT, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNPREES-FO , SUD Recherche-EPST, SUD Education, Solidaires étudiant-e-s


http://www.sudeducation.org/Non-a-la-re ... -6957.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 18 Mar 2017, 18:31

Trouver une occupation
Appel des salles universitaires occupées en Île de France

A l’heure où nous écrivons ce texte, il y a quatre salles dans les universités d’Île-de-France qui ont été arrachées aux autorités universitaires. Nous aimerions raconter ici cette vague d’occupations, et proposer quelques pistes pour la suite.

Le déchaînement de violences policières, la capture de la question politique par des élections présidentielles plus ridicules que jamais, exigent que nous nous constituions en force d’affirmation. L’expérience du mouvement contre la Loi travail nous a démontré l’importance et la difficulté que nous avions à trouver des espaces d’organisation et de rencontres qui se tiennent à distances des partis politiques et des syndicats. C’est dans la rue que s’est déployée une entité multiforme où chacun-e apprenait à créer sa place. Le cortège de tête nous a permis de nous voir, de nous rendre compte de notre puissance, et aussi de mettre-en-lumière les limites que nous avions à franchir.

La mobilisation des dispositifs antiterroristes pour empêcher toute forme d’activité politique devient trop grossière pour être tenue par les présidences d’université ; creusons cette brèche. Nous ne rentrons pas chez nous, nous prenons des espaces, nous tissons des complicités inédites : c’est cela que permet la prise d’un lieu commun. C’est peut-être également cela, le premier geste d’une ingouvernabilité en acte. Nous avons des histoires à nous raconter, des savoirs à partager, des actions à envisager et à mener. Sans écarter la possibilité et la pertinence possible de blocages et d’occupations totales des facultés et d’écoles supérieures (ce ne sont pas les raisons qui manquent), les occupations de salles sont pour le moment envisagées à partir du désir de trouver et d’affiner une rythmique commune. Un jaillissement qui contraste avec le bruit permanent de cette immobilité fulgurante que constituent la temporalité et l’ordre normal des choses.

Ce que nous voulons dire, c’est que ces occupations veulent répondre à des besoins concrets, urgents, en constituant des espaces de vie commune, et que c’est depuis celle-ci que nous envisageons la lutte politique. Nous pensons qu’une lutte sans commun en partage est une lutte mortifère et sans doute perdue d’avance. Notre imaginaire est nourri par les zad, où la défense offensive que les habitants mettent en place pour contrer les expulsions est à la hauteur de la qualité de vie qui s’y expérimente patiemment et intensément. Il importe peu que l’espace libéré soit grand, nous partons depuis là où nous sommes, depuis l’endroit que nous habitons, avec les forces que nous avons. Comme disait Archimède « Donnez-moi un point d’appui, et je soulèverai le monde ».

Face à l’évidente absurdité de l’organisation de ce monde, trouver du sens dans une vie partagée est un point de départ pour la conjurer. Si les occupations se déploient, c’est parce qu’il est aujourd’hui plus sensé de passer du temps à nous rencontrer, à discuter, à voir des films, jouer de la musique et en écouter, imaginer des actions, nous saisir de quoi faire des repas et des fêtes ensemble, que de vouloir « devenir quelqu’un » dans une société aussi misérable.

Nous voulions raconter de façon sommaire ce qu’il se passe dans nos facs à l’heure actuelle. Mais aussi et surtout, nous aimerions faire un appel : multiplions les occupations, dans toutes les facs, dans tous les lycées, dans tout lieux de passage. Constituons, sans attendre, une constellation d’espaces ingouvernables. Pour le moment, ici, nous tenons : Spring is here.

Assemblée inter-fac d’Île-de-France


https://paris-luttes.info/trouver-une-occupation-7750
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 22 Mar 2017, 09:49

Pétition

Non à la fusion des universités Paris 3, 5, et 7 !

Contre ce projet de fusionner Paris 3, Paris 5, et Paris 7 qui n’a aucune légitimité démocratique, qui se fait contre l’opinion majoritaire de ceux qui participent à la vie de l’université, et qui annonce une dégradation des conditions d’étude et de travail pour le plus grand nombre.

... http://nonalafusionp357.wesign.it/fr
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 01 Avr 2017, 18:22

Des étudiant.e.s de Nanterre évacué.e.s d’un CA par la Police

Mercredi 29 mars au matin, des étudiant.e.s de Nanterre se sont introduit.e.s au sein d’un Conseil d’Administration de l’Université de Nanterre dans le cadre de leur lutte contre la sélection en master.
Le président de l’université, en réponse, a autorisé les forces de l’ordre à intervenir afin d’évacuer les étudiant.e.s.

Communiqué de presse et vidéo :

https://paris-luttes.info/des-etudiant- ... terre-7831
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 03 Avr 2017, 15:33

La BRÊCHE ne prend pas de vacances

La BRÊCHE est une salle autogérée par les étudiant.e.s de l’EHESS, obtenue suite à une occupation le 9 mars. Le programme des vacances vise, par une série de projections, à continuer à rassembler tout.e.s celleux qui veulent réfléchir et agir collectivement.

Rappel des faits. La BRÊCHE (Baraque Radicale des Êtres Qui CHatouillent l’État), a été obtenue suite à l’occupation du 9 mars. Depuis trois semaines, la vie et l’organisation étudiante reprend ses droits à l’EHESS, à travers ateliers, discussions et projections.
La BRÊCHE, anciennement salle Lombard, est accessible par le rez-de-chaussée du 96 boulevard Raspail (75006).

Programme des vacances

MARDI 4 AVRIL.
15h30 : Double projection-débat : "Alors c’est qui les casseurs" (Activideo) et "Nous sommes tous des casseurs" (France 2). Un des membres du collectif d’Activideo sera présent.

MERCREDI 5 AVRIL.
16h : Projection-débat : "Z32" ou "Dans un jardin je suis entré", d’A. Mograbi.

MARDI 11 AVRIL.
16h30 : Projection-débat : "Les moissons de la révolte", sur les agriculteurs anarchistes en Andalousie, avec la présence d’A. Stella, co-réalisateur.

D’autres projections sont en attente de programmation pour la semaine du 10 au 14 avril.

https://paris-luttes.info/la-breche-ne- ... ances-7840
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 25 Avr 2017, 01:06

Toulouse

Les étudiant.e.s occupent le Mirail

Pourquoi nous occupons le Mirail ?

Nous revendiquons, étudiant.e.s, le droit de savoir et de participer à l’élaboration de des projets de la faculté du Mirail. Ce local, attribué en toute opacité à des investisseurs privés démontre une nouvelle fois que la route est encore longue. C’est pour cela que nous occupons ce lieu, pour amener à une réflexion sur notre rôle d’acteur.ice.s sur notre rôle en tant qu’étudiant.e.s.

De plus, le décalage de réalité entre un restaurant au tarif excluant et le quotidien de galère des étudiant.e.s précaires (¼ d’entre nous) est symptomatique du manque de considération qui nous est fait.

Occuper ce lieu nous permet de visibiliser cette lutte ainsi que d’ouvrir un espace de rencontre et d’information : notre but est d’inclure ces 30.000 étudiant-e-s, professeur-e-s et personnel-le-s dans la prise de décision concernant cet espace.

... https://iaata.info/Le-MIRAIL-est-occupe-2020.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités