SUD éducation - le journal fédéral et publications

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 04 Mai 2017, 15:31

Le Panneau Syndical SUD éducation #040 • Fin-Avril 2017

Sélection condensée de l’actualité syndicale, le Panneau Syndical SUD éducation est destiné à l’affichage en format A3 ou à l’impression sous forme de tract en A4.

Au sommaire du numéro 40 :
Un 1er mai de lutte pour toutes et tous
- Une journée de lutte pour les exigences sociales et la solidarité internationale
- Meeting contre le LSUN

à télécharger : http://sudeducation.org/docrestreint.ap ... 017_1_.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 10 Mai 2017, 00:53

En marche arrière ? Riposte sociale !
Expressions de la fédération SUD éducation après le second tour de la présidentielle 2017
L’élection d’Emmanuel Macron annonce une nouvelle accélération des politiques de régression sociale, de destruction des droits sociaux, des solidarités et des services publics, au bénéfice des classes possédantes. Son projet pour l’école est à la fois de poursuivre les politiques libérales en ce qui concerne les structures et d’opérer un tournant réactionnaire dans les contenus. Pas de répit, pas d’état de grâce !
... http://www.sudeducation.org/En-marche-a ... ciale.html

Sud éducation - le journal n°72 - mai/juin 2017
p.2 Les Utopiques
p.3 Édito
p.4 Quid de la promesse présidentielle ? Les lycées professionnels offerts aux régions
p.5 Enseignant-es, soyons solidaires avec les agent-es !
p.6 En Limousin et ailleurs, l’école publique ouvre ses portes aux charlatans
p.7 Les écoles privées « Espérance banlieues »
p.8-9 Comment apprendre à nager à contre-courant ?
p.10-11 Trop de fonctionnaires ?
p.12 Derrière les PPMS Vigipirate…
p.13 Les syndicats des nations sans État
p.14 « Pou la Gwiyann dekole ! ! ! »
p.15 Mayotte
p.16 Violence managériale et répression syndicale (Communiqué Sud Rail)
http://www.sudeducation.org/Sud-educati ... 2-mai.html

Le Panneau Syndical SUD éducation #041 • Début Mai 2017
Au sommaire du numéro 41 :
En marche arrière ? Riposte sociale !
- Riposte sociale face à la casse totale
- Meeting contre le LSUN
http://www.sudeducation.org/Le-Panneau- ... -7060.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 25 Mai 2017, 16:55

Le Panneau Syndical SUD éducation #042 • Fin Mai 2017

Sélection condensée de l’actualité syndicale, le Panneau Syndical SUD éducation est destiné à l’affichage en format A3 ou à l’impression sous forme de tract en A4.

Au sommaire du numéro 42 :
Blanquer-vous, ça va saigner !
- Un projet d’école de droite et de droite
- Droit du travail, mort programmée sur ordonnances ?

à télécharger : http://sudeducation.org/docrestreint.ap ... i-2017.pdf

Lire en ligne : http://sudeducation.org/Le-Panneau-Synd ... -7084.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 05 Juin 2017, 14:46

Le Panneau Syndical SUD éducation #043 • Début Juin 2017

Au sommaire du numéro 43 :
Contre la régression sociale générale, mobilisé-e-s dès le 19 juin
- Construisons un front social !
- Rythmes scolaires et collège, la dérégulation en marche
- Leur marche. La nôtre. Riposte sociale !

à télécharger : http://sudeducation.org/docrestreint.ap ... n-2017.pdf

Lire en ligne : http://sudeducation.org/Le-Panneau-Synd ... -7093.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 26 Juin 2017, 08:39

Collège, rythmes scolaires, loi travail XXL... Premiers pas en Macronie
La lettre d’information de la fédération SUD éducation (mi juin 2017)
http://www.sudeducation.org/lettre/fede ... 62017.html


Le Panneau Syndical SUD éducation #044 • Mi Juin 2017
Au sommaire du numéro 44 :
Etat d’urgence, loi travail XXL, rythmes scolaires, collège... Premiers pas en Macronie
- 3 mois d’été pour détruire le code du travail, -et les 6 mois qui suivent pour tout le reste ?
- 1er Conseil supérieur de l’éducation de l’ère Macron/Blanquer
à télécharger : http://www.sudeducation.org/docrestrein ... n-2017.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 13:20

Lyon
Sud Education fête ses 20 ans de luttes le 1er juillet 2017

Sud Education fête ses 20 ans au bar l’Autre Côté du Pont, 25 Cours Gambetta - 69003 à Lyon le 1er juillet de 16h à 25h.
Au menu musique, miam, diaporama sur 20 ans de luttes avec celles et eux qui ont été dans l’action, depuis 20 ans et parfois bien plus…

Ce n’est pas tous les jours que l’on a 20 ans, et lorsqu’il s’agit de 20 ans de luttes, alors il faut les fêter dignement !

Pour cette occasion, Sud Education a invité toutes celles et ceux qui ont participé à la vie du mouvement depuis 20 ans, au sein du syndicat bien entendu, mais aussi tous les groupes, collectifs, syndicats et associations avec lesquels Sud Education lutte depuis depuis sa création.

Cette fête commencera dès 16H00. Au programme, grand diaporama reprenant 20 ans de luttes à partir de 17H00 - 17H30. Tout le monde sera amené à présenter son organisation, son collectif, et à évoquer ces moments de luttes pour évoquer ensuite les luttes à venir.

Nous tiendrons également une table de presse où nous vendrons la cuvée "spéciale 20 ans de luttes", bière artisanale de la brasserie l’Origine du Monde que réalise un camarade de l’Ain, et des T-shirts sérigraphies pour l’occasion par nos soins.

Nous assurerons la restauration le soir à partir de 19H00, avant de continuer la soirée en musique avec les Perkutés et Erwan Pinard.

Nous vous attendons nombreu-x-ses pour fêter les luttes, échanger, nous retrouver, et reprendre des forces avant la rentrée sociale !

Evénement Facebook : Sud Education, 20 ans de luttes https://www.facebook.com/events/1393232 ... nref=story

https://rebellyon.info/Sud-Education-fe ... ttes-17980
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 02 Sep 2017, 15:21

Le Panneau Syndical SUD éducation #046 • Début Septembre 2017

Sélection condensée de l’actualité syndicale, le Panneau Syndical SUD éducation est destiné à l’affichage en format A3 ou à l’impression sous forme de tract en A4.

Au sommaire du numéro 46 :
École, salarié-e-s du public, salarié-e-s du privé, tou-te-s attaqué-e-s En grève le 12 septembre !
- Attaques contre les salarié-e-s du public et du privé
- L’école en ligne de mire

à télécharger : http://www.sudeducation.org/panneau-syn ... debut.html

lire en ligne : http://www.sudeducation.org/Le-Panneau- ... -7146.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 10 Sep 2017, 12:22

Sud éducation - le journal n°73 - septembre/octobre 2017

p.2 Dominique, notre amie, notre camarade, militante et impliquée dans notre syndicat Sud éducation Vaucluse, Solidaires.
p.3 Édito
p.4 Menace sur les petits collèges
p.5 CP à 12, pour 100% de réussite... mais laquelle ?
p.6 La lutte ? C’est classe !
p.9 http://www.sudeducation.org/Attention-d ... ode=calcul
p.10 Pour une école ouverte à tout-es les élèves
p.12 La grève des agents du 93
p.13 Vu cet été, au off du festival d’Avignon
p.14 L’état d’urgence permanent nous vise tout-es
p.15 Construire la mobilisation

à lire en ligne et télécharger : http://www.sudeducation.org/Sud-educati ... -no73.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 11 Sep 2017, 11:10

En grève le 12 septembre !

École, salarié-e-s du public, salarié-e-s du privé, tou-te-s attaqué-e-s


En cette rentrée, le ministre de l’Éducation multiplie les annonces de mesures hostiles aux élèves et aux personnels. Selon la même logique, les emplois et les droits des agent-e-s du secteur public ne seront pas plus épargnés. Le projet libéral de Macron touche la société dans son ensemble. Le projet le plus emblématique de sa politique est la réforme du code du travail par ordonnances. Le gouvernement attaque sur tous les fronts. Alors qu’il annonce déjà une nouvelle réforme des retraites, la grève public/privé du 12 septembre doit être le point de départ d’un vaste mouvement d’ensemble pour mettre un coup d’arrêt à cette offensive ultra-libérale.

L’école dans la ligne de mire

En cette rentrée, le ministre de l’Éducation multiplie les annonces de mesures hostiles aux élèves et aux personnels.

Dans le 1er degré, la gestion des 12 élèves par classe est d’ores et déjà une farce : moyens en personnels insuffisants, bâtiments inadaptés, remise en cause des dispositifs Plus de Maîtres Que de Classes (qui étaient supposés compenser la disparition des RASED). Le ministre voudrait en outre imposer ses conceptions pédagogiques rétrogrades, notamment en ce qui concerne l’apprentissage de la lecture.

Le ministère imposera aux enseignant-e-s et aux élèves de CP et de 6e des évaluations nationales unanimement décriées par les communautés éducatives et scientifiques.

Dans le 2d degré, le pire des réformes de ces dernières années est conservé et l’autonomie des établissements est encore accentuée. Le ministre prétend ainsi donner le pouvoir de recrutement aux chef-fe-s d’établissement et met en chantier la remise en cause du baccalauréat et du droit aux études supérieures.

Dans l’enseignement supérieur, le ministère prépare la sélection à l’entrée de l’Université pour masquer son refus de mettre les moyens nécessaires pour une université ouverte à tou-te-s.

À tous les niveaux, cette rentrée ne pourra à nouveau être assurée qu’avec des personnels précaires, le ministère ne recrutant même pas tous les postes ouverts au concours, pourtant déjà insuffisants.

Dans sa conférence de presse de rentrée, le ministre prétend que le budget de l’Éducation nationale augmente fortement. En réalité, son ministère absorbe le champ de la Jeunesse et des Sports qui relevait auparavant d’un ministère distinct. Une augmentation en trompe-l’œil donc…

Enfin, l’école s’était vue promettre le maintien des emplois CUI-CAE par la Ministre du Travail. Il n’en est rien : les non-renouvellements sont massifs en cette rentrée. Il s’agit d’un vaste plan de licenciements. Ces personnels (AED, CUI-CAE, services civiques…) assurent pourtant des missions essentielles. SUD éducation exige le réemploi de tous les personnels en contrat CUI-CAE et la titularisation sans condition de tou-te-s les précaires.

Dès la rentrée, organisons-nous en AG, en réunion d’informations syndicales... Préparons la résistance à ce projet d’école néolibéral et réactionnaire !

La fonction publique visée

Selon la même logique, les emplois et les droits des agent-e-s du secteur public ne seront pas plus épargnés.

Le gouvernement prévoit 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires sur les cinq années à venir.

Les salaires sont gelés de nouveau : après de timides mesures en fin de mandat précédent, le gouvernement annule les augmentations prévues du point d’indice alors que se profile une hausse de la CSG.

Chez les enseignant-e-s de CP et CE1, la prime annuelle de 3000€ promise par le candidat Macron en REP+ est repoussée sine die.

La journée de carence en cas de maladie est ré-instaurée, dans la droite ligne du sarkozysme. Mais le gouvernement porte un tel attachement à la santé et la sécurité et la santé des personnels que ce n’est sans doute pas si important…

Les syndicats qui avaient accepté avec le PPCR (Protocole Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations) l’individualisation des carrières et les remises en cause des statuts des fonctionnaires en échange des maigres promesses de gains salariaux en sont pour leurs frais…

Nos rémunérations, nos conditions de vie et de travail vont nettement se dégrader sans une mobilisation massive pour stopper ces projets, qui préfigurent une remise en cause des statuts.

La destruction du code du travail

Le projet libéral de Macron touche la société dans son ensemble. Le projet le plus emblématique de sa politique est la réforme du code du travail par ordonnances, sans contrôle du Parlement, et après seulement six heures de réunion avec les syndicats que le gouvernement a daignés invité (Solidaires a été exclue des négociations).

L’enjeu : démunir encore un peu plus les salarié-e-s face à leur patron.

Le projet de loi travail 2 vise ainsi à plafonner les indemnités de licenciement qu’un-e salarié-e peut percevoir devant le conseil de prud’hommes. Cette mesure, réclamée depuis des années par le Medef, permettra au patron de savoir à l’avance combien lui coûtera un licenciement illégal… c’est bien pratique.

Le projet d’ordonnance prévoit également la généralisation du « CDI de projet » déjà connu dans le BTP. C’est un contrat qui dure tant que dure le projet. Quand le projet est terminé, le patron peut jeter les salarié-e-s sans indemnités de licenciement.

Le gouvernement attaque sur tous les fronts. Alors qu’il annonce déjà une nouvelle réforme des retraites, la grève public/privé du 12 septembre doit être le point de départ d’un vaste mouvement d’ensemble pour mettre un coup d’arrêt à cette offensive ultra-libérale.

http://www.sudeducation.org/En-greve-le ... embre.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 19 Sep 2017, 09:31

Le Panneau Syndical SUD éducation #047 • Mi Septembre 2017

Au sommaire du numéro 47 :
Dans le public et dans le privé, après le succès de la mobilisation du 12, tou-te-s en grève le 21/09 !
- Amplifier la mobilisation le 21 septembre
- Contre les évaluations nationales

à télécharger : http://www.sudeducation.org/docrestrein ... n-_047.pdf

Lire en ligne : http://www.sudeducation.org/Le-Panneau- ... -7203.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 21 Sep 2017, 20:16

Toutes et tous en grève le 21 septembre !

Dans le public comme dans le privé, après la réussite du 12...


La journée de grèves et de manifestations du 12 septembre a été un succès : plus de 450 000 personnes ont manifesté dans toute la France pour demander le retrait des ordonnances et mettre un coup d’arrêt aux attaques tous azimuts du gouvernement. Cette réussite appelle des suites. C’est pourquoi, sans attendre, nous appelons à une nouvelle mobilisation par la grève et les manifestations le jeudi 21 septembre, veille d’examen des ordonnances par le conseil des ministres.

La mobilisation des personnels de l’éducation doit s’amplifier.

Les raisons de se mobiliser sont nombreuses. Dans le 1er degré, les premières décisions du ministère désorganisent le service public et accroissent la pression sur les personnels. Le ministre voudrait en outre imposer ses conceptions pédagogiques rétrogrades, notamment en ce qui concerne l’apprentissage de la lecture, les évaluations nationales et les programmes. Dans le 2nd degré, le pire des réformes de ces dernières années est conservé et l’autonomie des établissements est encore accentuée. Le ministre prétend ainsi donner le pouvoir de recrutement aux chef-fe-s d’établissement et met en chantier la remise en cause du baccalauréat et du droit aux études supérieures pour tou-te-s. Dans l’enseignement supérieur, le ministère prépare la sélection à l’entrée de l’Université pour masquer son refus de mettre les moyens nécessaires pour une université ouverte à tou-te-s.
Il veut aussi promouvoir l’individualisation des parcours et la généralisation des blocs de compétences. Cette logique est dangereuse. Elle détruit le cadre national des diplômes et leur reconnaissance par les conventions collectives. Elle augmente les processus de tri social. Elle contribue à précariser les salarié-e-s.

Public, privé… Le gouvernement attaque sur tous les fronts.

Alors qu’il annonce déjà de nouvelles réformes des retraites et de l’assurance chômage, les salaires sont de nouveau gelés dans la Fonction publique : après de timides mesures en fin de mandat précédent, le gouvernement annule les augmentations prévues du point d’indice alors que se profile une hausse de la CSG, rétablit la journée de carence et prépare la fin du statut de fonctionnaire. Dans le même temps il annonce la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, la fin des contrats aidés et développe les services civiques (un statut encore plus précaire).
C’est la démonstration que le projet libéral de Macron touche la société dans son ensemble. Le projet le plus emblématique de sa politique est la réforme du code du travail par ordonnances. Le contenu des ordonnances : attaques contre le CDI, inversion de la hiérarchie des normes pour encore plus de domaines, facilitation des licenciements, pénibilité encore moins reconnue, mise en cause des droits collectifs, destruction des CHSCT, référendums d’entreprise à l’initiative de l’employeur… L’enjeu : démunir encore un peu plus les salarié-e-s face à leur patron.

Construisons le mouvement social pour faire reculer Macron !

L’expérience l’a prouvé : les journées d’actions isolées ne suffiront pas à elles-seules à faire plier le gouvernement. C’est pourquoi SUD éducation, avec l’Union syndicale Solidaires, appelle à se réunir sur nos lieux de travail et discuter de l’ancrage d’une grève reconductible et interprofessionnelle. Celle-ci doit se construire dans chaque secteur, à l’image du mouvement reconductible qu’engagent les routier-e-s à partir du 25 septembre, et qu’il ne faudra pas laisser isolé-e-s.

La grève public/privé du jeudi 21 septembre doit contribuer à construire ce fort mouvement social pour imposer le retrait des ordonnances et stopper cette offensive ultra-libérale. Les personnels de l’éducation doivent y prendre toute leur part.

http://www.sudeducation.org/Toutes-et-t ... le-21.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 21 Sep 2017, 20:19

Pourquoi nous refusons les évaluations nationales

Ces évaluations nationales ne constituent pas un outil professionnel pour la classe et ne sont pas au service du diagnostic ni de la réduction des difficultés scolaires.


Ces tests seront exclusivement ciblés sur la mesure des acquis scolaires des élèves par rapport aux programmes. Autrement dit, ils ne viseront qu’à mesurer la performance du système éducatif, des élèves, des enseignant-e-s et des équipes pédagogiques. Elles mènent ainsi à la stigmatisation des élèves et elles servent à légitimer des dispositifs d’aide “personnalisée” qui ont pourtant prouvé leur inefficacité à l’inverse des RASED et de la réduction des effectifs.

Elles seront utilisées pour contrôler le travail des enseignant-e-s, sur la base d’objectifs purement quantitatifs.

Elles contribuent à la standardisation de nos pratiques de classe. C’est une façon méprisante de s’asseoir sur le travail en équipe pour la passation, la correction et l’analyse des évaluations. Elles poussent à centrer le travail en classe sur une pratique de bachotage et la recherche de résultats quantitatifs à tout prix. D’ailleurs, l’expérience le montre : les pseudos formations parfois imposées aux enseignant-e-s dont les élèves ont des résultats insuffisants à ces évaluations ne sont de fait que des reformatages.
Ces évaluations nationales ne sont en réalité aucunement nécessaires pour l’évaluation du système scolaire. Il est illusoire de penser que les résultats produits par ce genre de dispositif sont représentatifs. Le Haut Conseil de l’Éducation dans son bilan annuel de l’école de 2011 a pointé le peu de fiabilité de ces évaluations. En effet, les conditions de passation ne sont pas homogènes sur tout le territoire et les codes de correction ne permettent pas une analyse fine des erreurs des élèves et sont une vision simpliste des processus d’apprentissages. Des protocoles sur des cohortes d’élèves choisis, avec des analyses quantitatives et qualitatives, sont largement suffisants pour cela, et même plus efficients que ces évaluations nationales généralisées.

Progressivement, on prépare l’opinion publique à l’idée que la mission première de l’enseignement réside en la quête permanente de la performance et du classement. On développe dans l’école une culture du résultat et du mérite, dont on connaît pourtant bien les dégâts dans l’univers impitoyable de la grande entreprise.

Cela n’aura pour effets que d’accentuer les pressions sur les enfants en difficulté scolaire et à disqualifier les enfants des classes populaires. Ce pilotage par l’évaluation fait peser une menace lourde sur le système éducatif, en instaurant des outils de mesure de résultats qui visent à mettre toujours plus en concurrence les écoles et établissements, les enseignant-e-s et les élèves, à travers la publication de leurs résultats, de “palmarès” des meilleures écoles et établissements. Ce “pilotage par les chiffres », dont l’objectif reste la réduction des moyens et du nombre de postes, s’inscrit, avec la disparition de la carte scolaire, dans un projet de transformation de l’éducation en un vaste marché.

Ces évaluations préparent la mise au pas réactionnaire de l’école que programment Macron et Blanquer, sur les méthodes et les programmes.

Ces évaluations nationales sont à l’opposé de nos aspirations, de nos convictions éducatives et de nos missions professionnelles. Les enseignant-e-s évaluent leurs élèves tout au long de l’année et au cours des apprentissages. Les enseignant-e-s n’attendent pas ces évaluations pour différencier leur pédagogie et adapter leurs enseignements en fonction des difficultés des élèves. Nous considérons que l’évaluation des élèves ne peut pas relever d’injonctions institutionnelles normatives. Les évaluations et leurs rendus doivent être des outils construits par les enseignant-e-s dans le cadre de leurs pratiques pédagogiques pour faire progresser les élèves à leurs rythmes en s’appuyant sur les acquis et les recherches des pédagogies alternatives et coopératives. SUD éducation revendique ainsi une évaluation formative plutôt que sommative, une évaluation dans un cadre pédagogique ne donnant pas lieu à un quelconque fichage de l’élève, la réduction du temps d’enseignement pour permettre une réflexion collective sur l’évaluation.

Pour SUD éducation, ces évaluations nationales sont donc incompatibles avec les valeurs et les pratiques d’une école égalitaire, émancipatrice et autogestionnaire que nous promouvons. C’est pourquoi SUD éducation réaffirme son refus complet de ces évaluations nationales et invite les équipes pédagogiques à débattre des moyens de leur résister et à ne pas faire remonter les résultats. Un appel intersyndical au boycott de ses évaluations est nécessaire pour les mettre en échec : SUD éducation s’adresse aux autres organisations syndicales dans cet objectif.


http://www.sudeducation.org/Pourquoi-no ... s-les.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 14:14

Le Panneau Syndical SUD éducation #047 • début Octobre 2017

Public-privé : mêmes attaques, mêmes ripostes. En grève le 10 octobre !

à télécharger : http://www.sudeducation.org/docrestrein ... e-2017.pdf

Lire en ligne : http://www.sudeducation.org/Le-Panneau- ... -7223.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 15:11

Toutes et tous en grève le 10 octobre !

Public, privé : mêmes attaques, même riposte !


Un gouvernement qui tape sur l’école

Conceptions pédagogiques rétrogrades, autonomie accrue des établissements du 2nd degré et de leurs directions, réforme annoncée du baccalauréat ou encore sélection à l’entrée de l’Université : le projet d’école du gouvernement ne manque pas de nous inquiéter. En plus de fragiliser le service public d’éducation, il s’en prend également aux travailleurs et travailleuses de l’éducation par la suppression massive des CUI ou ses attaques contre les fonctionnaires.

Un gouvernement qui tape sur la fonction publique

Le ministre du Budget a assuré que le gouvernement appliquerait l’objectif de suppression de 120 000 postes dans la fonction publique d’ici à la fin du quinquennat dont 50 000 dans la Fonction Publique d’Etat. C’est un vrai choix de société que fait le gouvernement : en fragilisant encore les services publics, le gouvernement s’attaque à l’ensemble de la population et veut casser le lien social, les solidarités. Au contraire, SUD éducation revendique la création immédiate de postes à hauteur des besoins. Enfin, le rétablissement du jour de carence c’est‐à‐dire le non-remboursement du premier jour d’un arrêt maladie même si celui‐ci ne dure qu’une journée est une insulte aux salarié-e-s de la Fonction publique en même temps qu’une attaque contre leur rémunération.

Hausse de la CSG : bonjour l’arnaque !

Macron a annoncé remonter le pouvoir d’achat des salarié‐e‐s du privé en supprimant d’un côté les cotisations salariales maladie et chômage prélevées uniquement sur les paies des salarié‐e‐s du privé et en augmentant d’un autre côté la CSG qui finance la protection sociale et qui est prélevée sur les salaires de tou‐te‐s les salarié‐e‐s, du privé comme du public, sur les pensions de retraites et les allocations de chômage. Macron joue la division en faisant payer aux retraité‐e‐s, aux chômeur‐euse‐s et aux fonctionnaires les "augmentations" de salaires du privé. Les fonctionnaires devraient payer 3 à 4 milliards d’euros de cotisations sociales supplémentaires chaque année. Les scenarii proposés par le gouvernement pour compenser cette perte ne sont pas suffisants et ont été rejetés par les syndicats : d’abord ils ne concernent que les personnels en poste au 1er janvier 2018. Quid de nos futur-e-s collègues ? Ensuite ils reposent sur l’instauration d’une indemnité alors même que les indemnités ne sont pas prises en compte dans le calcul de la retraite. Dans le même temps, la réforme de l’ISF va faire perdre 2 milliards d’euros à l’État au profit des plus riches alors que le gouvernement précédent leur avait déjà fait plus de 30 milliards de cadeaux fiscaux !

Des attaques coordonnées contre les salarié-e-s

C’est bien une logique globale que met en place le gouvernement en privilégiant les plus riches au détriment des plus fragiles. Dans le privé comme dans le public, nous sommes visés par des réformes qui s’inscrivent dans la même stratégie. Plutôt que de morceler les ripostes, l’heure est à unifier nos luttes.

L’expérience l’a prouvé : les journées d’actions isolées ne suffiront pas à elles seules à faire plier le gouvernement. C’est pourquoi SUD éducation, avec l’Union syndicale Solidaires, appelle à se réunir sur nos lieux de travail et à discuter de l’ancrage d’une grève reconductible et interprofessionnelle. Celle-ci doit se construire dans chaque secteur, y compris l’éducation.

Public, privé : mêmes attaques, même riposte !

Les mesures prises par le gouvernement pour le secteur privé et pour les fonctions publiques ne sont pas les mêmes, puisque les lois les régissant sont différentes, mais elles suivent toutes une même logique néo-libérale menée au détriment des salarié-e-s, et nécessitent donc une riposte commune. Petit comparatif des contre-réformes dans le public et dans le privé.

PRIVÉ

Baisse des Salaires

Des salaires tirés vers le bas au nom de la compétitivité des entreprises. La loi travail XXL permet à une entreprise de réclamer des baisses de salaires en échange du maintien de l’emploi.

Explosion des normes

Quasi disparition de la hiérarchie des normes qui imposait qu’un accord d’entreprise ne pouvait être que plus favorable au salarié que l’accord de branche, lequel ne pouvait être que plus favorable que la Loi.

Contrats courts

Jusqu’à présent, les CDD et contrats de mission étaient encadrés par des règles strictes. L’ordonnance n°3 prévoit qu’un accord de branche peut définir la durée maximale d’un contrat précaire (donc plus de 18 mois), le nombre de renouvellements possibles (donc plus de 2 fois), ainsi que la durée du délai de carence entre deux contrats précaires.

Fin des contrats aidés

Suppression des emplois aidés, facteur d’accès durable à l’emploi salarié (en 2014, 71 % des sortant-e-s de CUI-CIE ont été embauché-e-s en CDI) et utiles socialement (emplois associatifs pour une bonne part).

Règne des petits chefs

Possibilité, pour le chef d’une petite entreprise, de discuter de tout ce qui ne relève pas de la branche avec ses employé-e-s sans la participation d’un-e délégué-e syndical-e (par ex. référendum d’entreprise lancé à l’initiative de l’employeur).

PUBLIC

Baisse des Salaires

Blocage du point d’indice des fonctionnaires depuis 2010 au nom de l’équilibre des comptes publics. Hausse de la CSG, rétablissement du jour de carence, là aussi les baisses de salaires sont significatives.

Explosion des normes

Tendance à la décentralisation des agents publics vers les collectivités locales ce qui conduit à des réglementations distinctes entres les régions, les départements, les académies (ex : sur les règles de recrutement des contractuel-le-s, sur les mutations au mouvement intracadémique)

Contrats courts

Là, c’est le public qui est en avance sur le privé : dans l’Éducation Nationale (enseignant-e-s contractuel-le-s, AED), les CDD sont déjà sans durée minimale obligatoire, renouvelables à volonté (jusqu’à 6 années), et sans délai de carence !

Fin des contrats aidés

Réduction drastique des emplois aidés (CUI-CAE) dans les établissements scolaires au mépris des personnels et des élèves dont la présence d’un AVS par exemple est souvent indispensable pour suivre une scolarité normale.

Règne des petits chefs

Dans le cadre de l’autonomie des établissements et de la gestion des « nouvelles carrières », le pouvoir du chef d’établissement est accru et étendu au domaine pédagogique.

http://www.sudeducation.org/Toutes-et-t ... le-10.html

Tract PDF : http://www.sudeducation.org/docrestrein ... obre-3.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SUD éducation - le journal fédéral et publications

Messagede bipbip » 21 Oct 2017, 13:01

Le Panneau Syndical SUD éducation #049 • Mi Octobre 2017

Sélection condensée de l’actualité syndicale, le Panneau Syndical SUD éducation est destiné à l’affichage en format A3 ou à l’impression sous forme de tract en A4.

Au sommaire du numéro 49 :
Le 19 octobre et après... Construire le rapport de force
- Construire une grève massive, prolongée, unifiante
- SUD éducation rencontre Blanquer
- Rapport de la cour des comptes

à télécharger : http://www.sudeducation.org/docrestrein ... n-_049.pdf

http://www.sudeducation.org/Le-Panneau- ... -7256.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité