écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 18:32

Fougères (35) vendredi 30 juin 2017

A quoi ça sert, l’école ?

Réunion publique au local autogéré de Fougères sur « le mouvement Freinet : pour une école ouverte et coopérative qui offre aux enfants les clés de leur émancipation »

Dans le cadre plus large d’un cycle de réfléxion et de construction sur l’éducation (programme à venir), le collectif pour une Alternative Libertaire de Fougères organise un premier temps d’échange qui aura pour thème la pédagogie Freinet.

Des enseignants membres du groupe Freinet de Loire Atlantique seront nos invités à cette occasion pour partager avec nous leur expérience.


Image

http://www.alternativelibertaire.org/?A ... rt-l-ecole
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 20 Juil 2017, 17:01

Rentrer avec la pédagogie Freinet

Image

Les vacances d’été commencent, et le temps de lire avec elles. Pour les enseignants qu’ils débutent ou tout simplement se questionnent sur une autre pédagogie, ce petit livre ouvre des portes.
Bien sûr la pédagogie Freinet, bien qu’octogénaire est méconnue dans notre système éducatif. Elle ne franchit guère les portes des ESPÉ… et elle est donc peu utilisée par les enseignants.
Et ce n’est pas notre nouveau ministre qui va changer les choses, préférant les apports des experts en neurosciences à ceux des pédagogues, je pense même que sa conception de l’éducation est à l’opposé de celle du mouvement Freinet (lire sa feuille de route : http://www.catchabrun.com/2017/06/jean- ... senat.html ).
Ce que propose Jean-Michel Blanquer peut déplaire à de nombreux enseignants et ainsi les pousser à chercher, à rencontrer d’autres pratiques pédagogiques et à vouloir les mettre en place.
Ce livre peut participer à cette recherche.
En l’écrivant, j’ai voulu rendre accessible – qu’on soit débutant ou non –, la mise en place d’une pédagogie attentive, humaniste pour faciliter la construction d’un enfant, d’un jeune citoyen auteur et acteur de son parcours éducatif.
Le choix d’une pédagogie est intimement lié à la conception de la société qu’on désire. En effet, proposer une pédagogie de la répétition, de l’obéissance craintive, de la compétition… ce n’est pas viser la même société qu’avec une pédagogie de la construction, de la discipline réfléchie, de la coopération. C’est aussi donner à vivre aux enfants des principes démocratiques et des valeurs humanistes. Offrir des « petits matins qui chantent » plutôt que d’attendre un éventuel « grand soir ».
La pédagogie Freinet s’intègre dans un véritable projet éducatif émancipateur et ne peut donc se réduire à une somme de techniques pédagogiques.
Cette réflexion sur le « pourquoi » est essentielle avant la mise en place de nouvelles situations pédagogiques. Par exemple la coopération, si l’on décide d’en faire un principe incontournable, va permettre un autre regard sur l’enfant, sur les relations entre pairs, entre l’adulte, le groupe… elle va changer les moments de travail personnel, les apprentissages, les évaluations et il faudra alors utiliser des pratiques pédagogiques différentes. On pourrait décliner la puissance d’autres principes comme le respect des cheminements singuliers d’apprentissages, le tâtonnement et le droit à l’erreur, la parole de l’enfant…
J’ai aussi voulu donner envie sans faire peur, montrer qu’on peut changer ses pratiques sans tout bouleverser, qu’on peut offrit un quotidien d’apprentissage respectueux de chaque personne et sans avoir des années et des années d’expérience et que le chemin se fait en marchant, si on pose quelques principes essentiels pour guider.
L’impatience de voir changer la classe est compréhensible, mais elle doit être contenue pour éviter un bouleversement qui ressemblerait à un cataclysme et effraierait les enfants, les parents et les collègues.
Ce petit livre donne des clés, mais il est important de ne pas rester seul, de rencontrer d’autres enseignants pour questionner, mutualiser… que ce soit dans des groupes départementaux Freinet, dans des stages, dans les congrès du mouvement Freinet .
Bonne lecture pour une bonne rentrée !

Entrer en pédagogie Freinet, éditions Libertalia, 10 €, 120 pages.
http://www.editionslibertalia.com/catal ... ie-freinet

Sur le site de Questions de classe
http://www.questionsdeclasses.org/?Comm ... s-ouvrages

http://www.questionsdeclasses.org/?Rent ... ie-Freinet
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 19 Sep 2017, 09:41

Limay (78) mercredi 20 septembre 2017

Rencontre avec Véronique Decker

« L'école du peuple sera l'œuvre des éducateurs du peuple. », Célestin Freinet.

La librairie La nouvelle Réserve, le syndicat Sud éducation 78 et le collectif Questions de classe(s) vous invitent à une rencontre-débat…

à 19h30, Librairie « La Nouvelle Réserve », 5 rue du Maréchal Foch, Limay (78)

Véronique Decker, directrice d'école à Bobigny, reprend la plume et livre 64 billets inspirés par son quotidien d'enseignante et de cadre de l'Éducation nationale engagée au service de ses élèves de la cité Karl-Marx.

Il y est question d'apprentissages lents, d'éveil au monde, de pédagogie Freinet, de fraternité, d'amour et d'empathie, mais aussi d'injustice et de casse de l'école, des quartiers populaires et des solidarités.

Celle qui entame ses dernières années d'exercice livre un regard rétrospectif tantôt sombre, tantôt cocasse, mais résolument combatif.

Véronique Decker vit et travaille à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Directrice impliquée, citoyenne engagée, formatrice, syndicaliste, elle propose, avec L'école du peuple, un récit fort, après le succès de Trop classe ! en 2016.

Des rencontres pour parler et penser l'école autrement

Le syndicat Sud éducation 78, en partenariat avec la librairie coopérative La nouvelle Réserve et le collectif Questions de classe(s) lance une série de rendez-vous autour de l'école.

Il s'agit de créer un espace d'échanges et de réflexions sur nos pratiques pédagogiques et militantes en donnant la parole à celles et ceux qui font l'école, au quotidien, et qui militent pour la transformer.

Image

http://www.questionsdeclasses.org/?Lima ... que-Decker
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 12:23

Paris samedi 7 octobre 2017

Rencontre N'Autre école « Entrer en pédagogie Freinet »

Catherine Chabrun, auteure de Entrer en pédagogie Freinet est l'invitée de la rencontre N'Autre école du mois d'octobre.
Elle nous parlera de la pédagogie Freinet au quotidien.
• 15h : Rendez-vous dès 15h, participer à la conférence de rédaction de la revue (ouvert à toutes et tous),
• 18h : puis à 18 h pour participer à la présentation de Catherine Chabrun

Au Centre international de culture populaire (CICP), 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e

Présentation de Catherine Chabrun (18h)

Quand on s'intéresse aux « chemins des émancipations concrètes », l'étude de la pédagogie Freinet relève assurément de l'évidence. Le mouvement impulsé et inspiré par l'instituteur de Vence au début des années 1920 se confond avec l'histoire des alternatives pédagogiques et de la contestation du modèle scolaire français. Une contestation qui s'est installée, non sans combats et polémiques, au sein même de l'institution qu'elle entend subvertir. Cette volonté d'agir dans le cadre du service public d'éducation, cet engagement revendiqué auprès des milieux populaires, a contribué et contribue toujours à faire de la pédagogie Freinet un élément moteur des pratiques pédagogiques émancipatrices. Aujourd'hui encore, des centaines d'enseignantes et d'enseignants s'inspirent de ces pratiques auprès de milliers d'élèves qui travaillent et vivent dans des classes coopératives.

Avec ce livre, Catherine Chabrun propose une clé d'accès à la pédagogie Freinet, en faisant entendre les « voix » de toutes celles et de tous ceux qui ne se satisfont pas de l'école telle qu'elle est et qui souhaitent la transformer en changeant leurs pratiques au quotidien.

Pour cette rencontre, Valérie Girardon nous proposera des lectures d'extraits d'Entrer en pédagogie Freinet.

Catherine Chabrun

Catherine Chabrun , aujourd'hui retraitée, anime Le Nouvel Éducateur, la revue de l'Institut coopératif de l'école moderne (ICEM-pédagogie Freinet). Elle siège au Centre national de liaison de l'enseignement et des médias d'information (CLÉMI).

Image

http://www.questionsdeclasses.org/?Entr ... -7-octobre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 15:48

Fougères (35) vendredi 13 octobre 2017

Projection débat sur les pédagogies alternatives

Le constat que l'on peut faire est que l'école est souvent génératrice de mal-être et crée de fortes inégalités.
On y valorise certaines aptitudes au détriment d'autres jugées inutiles ou moins importantes, on y encourage la performance et la compétition et le rythme imposé y est soutenu.
Bon nombre d'alternatives existent ou sont encore à imaginer. Nous proposons donc un cycle de réunions, débats, projections, ateliers... pour échanger autour de ces questions.
Après une première réunion sur la pédagogie Freinet Alternative Libertaire Fougères vous invite le :

Vendredi 13 Octobre à 19h30 aux Oiseaux de la tempête, 14 rue de la Pinterie à Fougères

SOIRÉE : L'éducation nouvelle, un mouvement ancien pour une enfance libre et une société meilleure !

Lors de cette soirée nous proposons une projection-débat autour d'un film documentaire sur une portion de l'histoire, dans l'entre-deux guerres, du mouvement dit de l'éducation nouvelle en Europe. L'occasion de connaître les origines des pédagogies Alternatives.

Image

https://www.facebook.com/events/1381282 ... y%22%3A%22[%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22page%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22page_upcoming_events_card%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A[]%7D]%22%2C%22has_source%22%3Atrue%7D
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 18:19

La Pédagogie Freinet, dans le Secondaire ? Lancement groupe 2e degré IdF

Ce samedi 30 septembre, a eu lieu la première journée de travail pour le groupe Second degré/Pédagogie Freinet - Île-de-France (voir présentation du groupe ci-dessous), à la Bourse du travail.

Après un petit temps d’accueil nous laissant arriver à notre rythme, voici le 1er tour de table, où chacun dit quelques mots pour se présenter. S’ensuit le Quoi de neuf ? qui donne tout de suite le ton freinétiste de la journée : celles et ceux qui le souhaitent évoquent une pratique de classe et/ou interviennent pour préciser ou commenter les récits. Sont ainsi abordés les conseils d’élèves au lycée, les classes coopératives, la pratique du texte libre, ou encore les enquêtes en histoire-géographie.

... http://www.questionsdeclasses.org/?La-P ... -degre-IdF
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 07 Nov 2017, 22:09

Salon de la pédagogie Freinet

Paris mercredi 8 novembre 2017

Huitième édition - ICEM 75 - pédagogie Freinet

Entrée libre (sous-réserve du nombre de places disponibles)

Programme

• 13 h - Accueil
• 13 h 15 - Ouverture
• 13 h 30/15 h - Ateliers
Découvrir la pédagogie Freinet
Place de la communication en pédagogie sociale - utilisation de l'image et du spectacle
Les moments d'expression en PF
Gestion des émotions
• 15 h/15 h 30 - Cheminement autour des stands et expositions
• 15 h 30/17 h - Table ronde inversée : « Quelles pratiques émancipatrices des médias peut-on développer aujourd'hui ? »
1. Les participants échangent par petits groupes
2. Chaque groupe pose ses questions et réponses des intervenants
3. Temps personnel (5 minutes) des intervenants
Intervenants : David Eloy (Reporters citoyens), Jean-Pierre Fournier (Questions de classe(s) / N'autre Ecole) et Michel Mulat (secteur Images de l'ICEM)
• 17 h/17 h 15 - Pause
• 17 h 15 /18 h 30 - Ateliers
La pédagogie Freinet en maternelle
La pédagogie Freinet au second degré : Atelier Numérique et Bâtons de colle ! Freinet 3.0
Méthode naturelle de lecture-écriture
Faire un journal en pédagogie Freinet

Des stands présenteront les publications, les organisations amies et les activités pédagogiques...

http://www.questionsdeclasses.org/?Salo ... einet-4387
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 27 Nov 2017, 16:05

Bagnolet (93) mardi 28 novembre 2017

Projection de "Votre enfant m’intéresse" , film de Jean-Michel Carré, 1981, 90’

19h30, Le Rémouleur, 106 Rue Victor Hugo, Bagnolet (93)

Le film analyse les idéologies, les étapes et les choix politiques qui
ont abouti à la conception contemporaine et dominante de l’éducation.
Des scènes réelles, filmées à l’école Vitruve, mettant en scène des
façons d’apprendre différentes autour de projets en contrepoint de
scènes de fiction historique illustrant la place de l’enfant depuis
l’ancien régime (milieu du XVIIe siècle) à nos jours, interrogent les
valeurs qu’on nous présente comme intemporelles alors qu’elles ne sont qu’idées reçues.

https://paris-luttes.info/en-novembre-au-remouleur-8967
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 30 Nov 2017, 15:26

A l’abordage des pédagogies alternatives !

Soirée de présentation et discussion sur des pédagogies alternatives au CSA d’Ivry

Jeudi 30 novembre 2017
Centre Social Autogéré d’Ivry sur Seine au 37 rue Marceau, Ivry sur Seine

18h / Présentation de différents courants de pédagogie avec Romain G. pirate de l’éducation
nationale et membre du GFEN.

19h30 / Repas, à prix libre

20h30 / Projection du film « Une journée dans la classe de Sophie. A la rencontre du 3e type en éducation prioritaire » de Claire Lebrun
suivie d’une discussion avec la réalisatrice

https://paris-luttes.info/a-l-abordage- ... ogies-9157
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 30 Nov 2017, 19:12

De l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice – CONTRETEMPS

Quelle emprise le capitalisme a-t-il sur l’École ? Pourquoi et comment celle-ci reproduit-elle non seulement les inégalités de classe, de genre et de race, mais l’ensemble des rapports sociaux d’exploitation et de domination ? Dans quelle mesure, et dans quelle direction, la contre-révolution néolibérale a-t-elle transformé le système éducatif ? Une éducation émancipatrice, libérée des logiques de concurrence et de hiérarchie propres à l’École capitaliste, est-elle possible ? Sur quelles expériences peut-on s’appuyer pour penser – et mettre en pratique(s) dès maintenant – cette éducation émancipatrice ?

Ce sont toutes ces questions qu’aborde ce dossier, en tentant de surmonter les divisions entre préoccupations militantes et questions scientifiques, propositions pédagogiques et constats sociologiques, ce qui suppose de travailler à briser les frontières entre disciplines (en particulier entre sociologie, histoire et sciences de l’éducation) mais aussi entre éducateurs et chercheurs (les uns et les autres assumant bien souvent ces deux rôles).

... http://www.contretemps.eu/dossier-ecole ... ncipation/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 19:56

Ce que disait Célestin Freinet de Maria Montessori...

Les différents articles "grand public" se proposant de mettre en parallèle la pédagogie Freinet et la pédagogie Montessori sont, la plupart du temps, d’une indigente nullité et contribuent à une confusion des plus désolantes...

Avec cette contribution, nous proposons de mettre à disposition des lecteurs et lectrices une compilation des textes de Freinet sur la pédagogue italienne. Une manière de clarifier le débat sur les enjeux d’une pédagogie réellement populaire et émancipatrice.

Lors d’une récente émission radio (La Marche de l’histoire, "La pédagogie Montessori", 5 septembre 2017 https://www.franceinter.fr/emissions/la ... embre-2017), Jean Lebrun interpellait Charlotte Poussin (éducatrice Montessori et auteure du « Que sais-je ? » sur le sujet) avec cette remarque, à la fois subtilement naïve et délicieusement provocatrice : « Et Freinet ? Moi, je crois que si ça marche bien, Montessori, c’est que c’est moins politique, c’est moins “de gauche”, non ? » (à écouter ci-dessous à partir de 26’34…)

La réponse de son interlocutrice – « Je pense vraiment qu’il faut apolitiser la question de l’éducation, et c’est justement le discours de Maria Montessori. » – nous invite à revisiter ici le regard porté par Célestin Freinet sur la personnalité et la pédagogie de Maria Montessori à partir d’une recension (1) de ses écrits et prises de position sur la pédagogue italienne et sa méthode.

Textes présentés :

1 - « À propos de la méthode Montessori », L’École Émancipée n°21, 17 février 1923.

2 - « Notes sur l’adaptation de notre enseignement », L’École émancipée, n°28, 5 avril 1925.

3 - « Notes sur l’adaptation de notre enseignement (suite) », L’École émancipée, n°29, 19 avril 1925.

4- « Mes impressions de pédagogue en Russie soviétique, le travail et la vie à l’école russe, II. les méthodes », L’École émancipée, n° 17, 17 janvier 1926.

5 - Note de lecture : Le congrès de Locarno (suite), (Pour l’ère nouvelle, novembre 1927), L’École émancipée, n° 19, 29 janvier1928.

6 - « La vraie figure de la Montessori », L’École émancipée, n° 7, 9 novembre 1930, C. FREINET C. et K. STORM.

7 - « Un congrès aristocratique. La nouvelle éducation », L’École émancipée, n°28, 12 avril 1931.

8 - « Le cours Montessori de Nice », L’Éducateur prolétarien, n° 3, 1er novembre 1934, C. Freinet.

9 - Note de lecture :« Mme M. Montessori : L’Enfant (traduction G.-J.-J.), un vol. in-16, 15 F. Desclée de Brouver, édit., Paris. », L’Éducateur prolétarien, N°11, 10 mars 1936.

10 - À propos du congrès de Nice (1932) Naissance d’une pédagogie populaire. Historique de l’École moderne (Pédagogie Freinet), Élise Freinet, Maspero, 1968, page 162.

... http://www.questionsdeclasses.org/?Ce-q ... Montessori
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 16:47

Montessori et le Bon berger

La « pédagogie Montessori » connait actuellement une vogue très importante, essentiellement à travers la création de dizaines d’écoles privées hors contrat qui s’en réclament. Mais ce qui fait son attrait repose essentiellement sur deux aspects : d’une part le caractère « naturel » revendiqué à travers l’attention portée au développement des sens de l’enfant ; d’autre part la « technique » mise en œuvre, dont l’attractivité est renforcée par l’intense promotion commerciale dont le « matériel Montessori » est l’objet, des « lettres rugueuses » aux bâtons de bois ou aux perles de couleur certifiées « montessoriennes ».

Le substrat idéologique qui, dès l’origine, fonde la pédagogie développée par Maria Montessori est rarement pris en compte, quand il n’est pas carrément passé sous silence. Il mérite pourtant qu’on s’y attarde. D’autres ont critiqué ou dénoncé la proximité entre la médecin italienne et l’Eglise catholique comme avec le régime mussolinien, à commencer par Célestin Freinet 1. Mais curieusement ce dernier, lorsque, en 1930, il dénonce « le danger qu’il y a aujourd’hui à suivre Mme Montessori et ses admirateurs », ne remet toujours pas en cause la méthode elle-même, précisant seulement : « Ce sont là des considérations dont nous devrons toujours tenir compte quand nous essaierons de tirer du montessorisme ce qui peut être utile à l’École prolétarienne. » Il semble même penser que l’aspect religieux relève d’une évolution tardive de la doctrine montessorienne : « Mme M... qui recommandait de laisser vivre librement les enfants, […] déclare maintenant (c’est moi qui souligne) avoir un autre but supra naturel. »

Pourtant, c’est bien dès l’origine que les fondements religieux de son anthropologie et, partant, de sa pédagogie, ont été manifestés, et il serait pour le moins délicat de considérer que sa « méthode », sauf à la réduire, comme on le voit parfois sur Internet, à quelques procédés techniques (dont la pertinence peut être avérée) et à des généralités (« présenter à l’enfant l’aliment qui lui est nécessaire », « liberté dans l’école », bienveillance, …), puisse être totalement indépendante des conditions politiques et de la visée idéologique de son élaboration. C’est bien le fond même du « montessorisme » qui demande à être examiné.

Maria Montessori, qui n’est pas enseignante, parle d’enfants, non d’élèves. Mais de quels enfants ? De l’enfant comme pure créature divine, non encore pervertie par les vicissitudes de la vie adulte. Son livre de 1932 La sainte messe expliquée aux enfants 2, fondamental pour connaître sa doctrine, développe longuement ce point : « L’enseignement du Christ sur les enfants touche le cœur de leur éducation. Ils ont une personnalité différente de la nôtre et certaines impulsions spirituelles sont vivantes en eux qui sont souvent atrophiées chez l’individu devenu adulte […] Nous sommes tenus d’aider les enfants en leur enseignant ce qu’ils ont besoin de savoir sur la religion, mais nous ne devrions pas oublier que l’enfant peut nous aider aussi, car il nous montre le chemin vers le royaume de Dieu. »

Elle y revient avec insistance à la fin de sa vie dans son adresse aux enseignants anglais du « Catholic Montessori Guild » 3 : « Je voudrais demander à chacun d’entre vous qui êtes rassemblés à ce congrès de considérer la grande aide que les enfants peuvent apporter à la défense de notre foi. Les enfants viennent à nous comme une rosée d’âmes, comme une richesse et une promesse qui peut toujours s’accomplir mais qui nécessite l’aide de nos efforts pour son accomplissement. […] Vous qui vous réjouissez de ce grand don d’appartenir à la Foi catholique, vous devez sentir intensément la grande responsabilité que vous avez pour les générations futures parce que, parmi vous, il y a ceux qui ont renoncé au monde pour amener le monde à Dieu. Prenez alors comme une aide dans votre tâche, avec foi et humilité, “les enfants tout puissants” (Benoît XV). Considérez comme votre tâche spéciale que leur regard limpide ne soit pas abîmé. Protégez dans leur développement ces énergies naturelles inscrites dans les âmes des enfants par la main guidante de Dieu. »

Cet aspect du montessorisme est patent dès 1910, et le très conservateur pape Pie X ne s’y trompe pas, qui salue alors son « œuvre de régénération de l’enfance » 4. Ce qui sera considéré comme la base de sa pédagogie : la bienveillance, l’autonomie, le respect d’un développement « naturel », Montessori l’a exprimé à propos de cet aspect divin de l’enfance : « Nous savons [sic] que le sentiment de l’existence de Dieu existe dans le cœur de l’enfant. Ce n’est pas conscient, mais c’est bien là et cela ne peut être perdu bien que cette réalité puisse être obscurcie. C’est quelque chose qui demande à grandir doucement. Le plus important est de ne pas interférer. La plante ne pourra en effet fleurir si une main impatiente vient en détruire les bourgeons. Nous devons regarder attentivement cette plante, lui donner les conditions optimales de croissance, la protéger du froid et des mauvais temps, mais nous devons surtout avoir la patience de la voir croître en son temps et selon son propre chemin. » 5

Il serait erroné de voir dans ces notions de « nature », de développement « naturel », essentiels chez Montessori, le fruit d’une approche seulement biologique : elles ne prennent tout leur sens qu’en relation avec la conception de l’être humain comme créature de Dieu. L’identification des périodes sensibles de l’enfant, qui constitue une des « découvertes » importantes de Montessori, est elle-même étroitement liée à ces conceptions religieuses : « L’âge de l’enfance semble être lié étroitement à Dieu, comme le développement du corps est strictement dépendant des lois naturelles qui le transforment à ce moment-là. » Là où la médecin prenait en compte les lois biologiques qui gouvernent le corps, l’éducatrice prend en compte les lois divines qui gouvernent l’âme, et orientent sa pédagogie.

Il est vrai que ce lien entre religion et pédagogie ne relève pas du hasard. Les conditions même dans lesquelles Maria Montessori élabore sa « méthode » sont elles aussi souvent occultées. A ses débuts, à la fin du XIXe siècle, elle est un médecin qui, travaillant en clinique psychiatrique, s’intéresse au développement cognitif des « retardés mentaux », selon la terminologie de l’époque. En 1898, elle déclare au congrès de pédagogie de Turin avoir eu « l’intuition que le problème de ces déficients était moins d’ordre médical que pédagogique ». En 1899 elle intervient à l’Ecole magistrale d’orthophrénie (Scuola Magistrale Ortofrenica) de Rome 6, étudie en 1901 les travaux de Jean Itard sur les sourds-muets et d’Edouard Seguin sur l’éducation des « idiots » et ouvre sa propre école d’orthophrénie. Mais ce n’est qu’en 1906 qu’elle quitte le domaine médical et va s’occuper d’enfants « normaux ».

C’est qu’entre temps, il s’est passé un évènement essentiel. Maria Montessori participe au Congrès eucharistique international de 1905 7, qui se tient à Rome. Le pape Pie X y exprime sa volonté que les enfants participent à l’eucharistie avant l’âge de 12 ans alors requis pour la première communion ; ce deviendra la règle après qu’il aura promulgué en 1910 le décret Quam singulari 8 qui fixe cet âge à sept ans, dans des termes et avec des préoccupations qui sont du même ordre que celles de Montessori évoquées ci-dessus : « Il arrivait, en effet, que l’innocence de l’enfant, arrachée aux caresses de Jésus-Christ, ne se nourrissait d’aucune sève intérieure ; et, par suite, la jeunesse, dépourvue de secours efficace, et entourée de tant de pièges, perdait sa candeur et tombait dans le vice avant d’avoir goûté aux saints mystères. ». Il faut donc que l’enfant ait reçu dès son plus jeune âge une éducation qui le prépare, qui le familiarise avec la religion et avec les sacrements en développant le sentiment du divin, sentiment qui, on l’a vu, préexiste pour Montessori dans le cœur de l’enfant.

Ce sera la tâche de Montessori, qui parcourt l’Europe pour diffuser sa doctrine pédagogique à l’intention, cette fois, de tous les enfants. En 1915, à l’invitation de prêtres vincentiens, elle ouvre ainsi à Barcelone le premier Atrium, pour y développer sa catéchèse du « Bon berger » 9 : dans un environnement adapté aux enfants et sécurisant, ceux-ci travaillent sur la Bible et la vie du Christ et s’initient à la liturgie et à la prière. C’est « un lieu propice au recueillement qui provoque un “étonnement” sensoriel et qui exige une tenue faite de vigilance. Pour que les plus petits puissent s’approprier ce lieu de prière, il est bon d’y disposer quelques belles images ou statuettes qu’ils pourront manipuler à leur guise. Ce lieu prendra de préférence une ressemblance avec l’Eglise et notamment son point focal qu’est l’autel. » 10 On retrouve là, dans cette description par une des disciples de Montessori, l’essentiel des principes de sa pédagogie : accompagnement d’un développement « naturel », bienveillance, éveil sensoriel, manipulations.

Ces atriums, qui vont se multiplier, sont peu connus en dehors des cercles chrétiens, et pour cause : ce qui est le plus souvent mis en avant au sujet de Montessori est non pas l’aspect religieux mais un aspect caritatif, voire social, qui peut être agréé par un plus large public. C’est le cas avec la Maison des enfants (Casa dei bambini), créée à Rome en 1907 et que mentionnent toutes les biographies : dans le cadre de la réhabilitation du quartier populaire de San Lorenzo sont construits deux immeubles destinés à loger les occupants des taudis. Montessori est chargée d’organiser la vie des enfants de ces immeubles, dans le but de les empêcher de vagabonder et de leur permettre une meilleure hygiène. Les enfants sont donc regroupés le jour avec une institutrice-éducatrice dans une « petite maison » au sein des immeubles, où Montessori peut perfectionner sa méthode, la Maison des enfants permettant une sorte de transition entre aspect médical et aspect pédagogique.

La suite, ce sera la création des « écoles Montessori », et, après la création de l’Association Montessori Internationale en 1929, leur développement dans le monde entier (plus de 20 000 écoles actuellement). Mais, on le voit, la réalité de cette entreprise idéologique, reposant sur des conceptions religieuses et une visée ouvertement prosélyte, est assez éloignée de l’image de simple « pédagogie de la bienveillance » que ses disciples en présentent souvent.

A. C.

Post scriptum :
En 1909 Maria Montessori publie le premier tome de son livre Pédagogie scientifique. Cette aura de scientificité lui restera jusqu’à nos jours (le livre est régulièrement réédité chez Desclée de Brouwer) et n’est pas sans lien avec l’attrait actuel des montessoriens pour les neurosciences. On peut cependant s’interroger sur la scientificité d’une doctrine fondée sur une anthropologie religieuse. J’y reviendrai dans un autre article.

Notes :
1 : Voir le dossier que Questions de classe(s) a consacré le 24 novembre aux relations entre Freinet et Montessori : http://www.questionsdeclasses.org/ecrir ... icle=4489#
2 : Maria Montessori, La santa messa spiegata aï bambini, éd. Garzanti, 1932. Edition française sous le titre La messe vécue pour les enfants, Desclée de Brouwer, 1949.
3 : Maria Montessori, message à la réunion du "Catholic Montessori Guild", 6 mai 195, texte intégral (en anglais) ici : http://goodshepherdcatechesis.net/id12.html
4 : Cité ici : http://atriumdubonberger.blogspot.fr/20 ... ation.html . Soixante ans plus tard, le pape Paul VI lui fera écho en intervenant dans le même sens lors du Congrès international consacré à « Maria Montessori et le problème de l’éducation dans le monde moderne » ; texte ici : http://w2.vatican.va/content/paul-vi/fr ... ssori.html .
5 : Cité par http://atriumdubonberger.blogspot.fr/20 ... ement.html.
6 : Orthophrénie : éducation et rééducation de jeunes sujets atteints de troubles mentaux partiellement améliorables (Larousse).
7 : Congrès eucharistique : rassemblement de clercs et de laïcs en vue de l’évangélisation par l’adoration de l’Eucharistie.
8 : Texte complet ici : http://www.evangelium-vitae.org/documen ... t-pie-x-/décret-quam-singulari-sur-la-communion-des-enfants-8-août-1910.htm
9 : La métaphore du Bon berger est tirée de l’évangile de Jean (10, 14-16), qui fait dire au Christ « Je suis le bon berger, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent », et également, avec une idée d’évangélisation : « Il y a encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos, elles écouteront ma voix, ainsi il n’y aura plus qu’un seul troupeau avec un seul berger ».
10 : http://atriumdubonberger.blogspot.fr/20 ... riere.html .


http://www.questionsdeclasses.org/?Mont ... Bon-berger
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 17:26

La classe mutuelle, entretien avec Vincent Faillet

En librairie depuis quelques jours, le livre de Vincent Faillet (La métamorphose de l’école quand les élèves font la classe - voir notre recension http://www.questionsdeclasses.org/?La-m ... nt-Faillet) a retenu notre attention. Nous avons contacté Vincent Faillet qui a bien voulu répondre à nos questions...

Questions de classe(s) - Après avoir longtemps expérimenté l’enseignement mutuel dans votre classe - et après bien des tâtonnements pédagogiques racontés dans l’ouvrage - comment l’idée de publier un livre sur le sujet s’est-elle imposée ? S’agit-il de simplement présenter / partager cette expérience ou bien l’idée est-elle d’impulser une nouvelle dynamique, de fédérer des initiatives ?

... http://www.questionsdeclasses.org/?La-c ... nt-Faillet
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 21 Jan 2018, 15:37

Rencontre « Entrer en pédagogie Freinet »

Limay (78) mardi 23 janvier 2018
à 19h30, Librairie « La Nouvelle Réserve », 5 rue du Maréchal Foch

Image

Catherine Chabrun, auteure d'Entrer en pédagogie Freinet (Libertalia) et des membres du Groupe Freinet 2d degré d'Ile-de-France sont les invité.e.s de la nouvelle rencontre « L'école se livre » co-organisée par Sud éducation 78, le collectif Questions de classe(s) et la librairie La nouvelle réserve.

Quand on s'intéresse aux « chemins des émancipations concrètes », l'étude de la pédagogie Freinet relève assurément de l'évidence. Le mouvement impulsé et inspiré par l'instituteur de Vence au début des années 1920 se confond avec l'histoire des alternatives pédagogiques et de la contestation du modèle scolaire français. Une contestation qui s'est installée, non sans combats et polémiques, au sein même de l'institution qu'elle entend subvertir. Cette volonté d'agir dans le cadre du service public d'éducation, cet engagement revendiqué auprès des milieux populaires, a contribué et contribue toujours à faire de la pédagogie Freinet un élément moteur des pratiques pédagogiques émancipatrices. Aujourd'hui encore, des centaines d'enseignantes et d'enseignants s'inspirent de ces pratiques auprès de milliers d'élèves qui travaillent et vivent dans des classes coopératives.
Avec ce livre, nous entendons proposer une clé d'accès à la pédagogie Freinet, en faisant entendre les « voix » de toutes celles et de tous ceux qui ne se satisfont pas de l'école telle qu'elle est et qui souhaitent la transformer en changeant leurs pratiques au quotidien.

http://sudeducation78.ouvaton.org/Entre ... nvier-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: écoles alternatives, alternatives dans l'éducation

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 16:41

Ce que disait Célestin Freinet de Maria Montessori...

Les différents articles "grand public" se proposant de mettre en parallèle la pédagogie Freinet et la pédagogie Montessori sont, la plupart du temps, d’une indigente nullité et contribuent à une confusion des plus désolantes...

Avec cette contribution, nous proposons de mettre à disposition des lecteurs et lectrices une compilation des textes de Freinet sur la pédagogue italienne. Une manière de clarifier le débat sur les enjeux d’une pédagogie réellement populaire et émancipatrice.

... https://www.questionsdeclasses.org/?Ce- ... Montessori
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité