l’Éducation n’est pas une marchandise.

Re: l’Éducation n’est pas une marchandise.

Messagede bipbip » 16 Aoû 2018, 19:25

Les écoles publiques de Marseille entre les mains de multinationales

Par Michelle Olivier, SNUipp-FSU

Les écoles publiques de Marseille entre les mains de multinationales

A Marseille, un Collectif [1] s’insurge contre le Partenariat Public Privé (PPP), modalité choisie par la mairie pour réaliser des travaux urgents dans une trentaine d’écoles vétustes.

Toute cette affairé est née d’un dossier, très illustré, du journal Libération, publié en 2016: Ecoles à Marseille: la honte de la République. Le tableau est très sombre : classes surchargées, murs décrépis, présence éventuelle d’amiante… Dans cette ville, la vétusté des locaux provoque régulièrement la colère des enseignants et des parents d’élèves.

En effet, pour les élèves, la situation est telle que des parents ont décidé de rassembler les certificats médicaux pour déposer un dossier à l’ARS[2]. Une quinzaine d’enfants souffriraient de sinusites, bronchites et autres maladies respiratoires.

Des témoignages recueillis par les journalistes font état de murs couverts de salpêtre, de fenêtres qui ferment mal, de chauffage insuffisant en hiver … ou de températures extrêmes en été.

Pour remédier à cette situation, la mairie a fait le choix d’un financement pourtant déconseillé par la Cour des Comptes et le Sénat, mais aussi par la Cour des comptes Européenne.

Pour reconstruire en urgence (sur 6 ans) 34 écoles, alors que les 400 autres qui auraient besoin de travaux également devront attendre encore, ce mode de financement est inacceptable pour le Collectif, qui alerte sur ses conséquences, à savoir l’endettement de la population pendant plus de 25 ans pour rembourser ce pacte qui est estimé à un peu plus d’un milliard d’euros.

L’école n’est pas à vendre
Il faut dire que cette ville a pourtant déjà de l’expérience (amère) dans le domaine du PPP, avec son stade Vélodrome, dont le budget, estimé à environ 160 millions d’euros, a finalement atteint 268 millions d’euros. Mais ce n’est pas tout : avec les loyers que la municipalité devra verser au propriétaire, la Cour des comptes évalue le coût brut à 1,051 milliard d’euros.

Alors forcément, cette décision municipale a fait réagir!

Qu’ils soient simples citoyens, syndicalistes de l’éducation (FSU, CGT, Solidaires, Unsa), élus ou architectes, les membres du Collectif dénoncent cette opération coûteuse : « Ça suffit, il faut retomber dans un équilibre plus simple et plus sain. C’est dans les écoles que se joue l’avenir des enfants », plaide ainsi André Jollivet, l’un des architectes.

Au-delà du coût pour les contribuables —certains d’entre eux ont d’ailleurs déposé un recours auprès du tribunal, le Collectif dénonce de multiples conséquences et fait des propositions alternatives, car les travaux sont bien sûr absolument nécessaires.

Pour Pierre-Marie Ganozzi, secrétaire départemental de la FSU 13, les risques liés à ce type de financement sont nombreux : « Cela coûte 100M€ de plus que le coût d’une maîtrise d’œuvre publique. » Et avec ce système, ce n’est pas la mairie qui va décider, en derniers recours. « On dépossède les marseillais de leur école publique. »

Mais ce qui se cache aussi derrière ce type de partenariat, c’est la mainmise des multinationales qui pourront décider seules de ce qu’elles implantent autour des écoles. En effet, le risque est grand que, par souci de rentabilité, les terrains qui environnent les écoles soient transformés, par exemple, en zone commerciale. «Il n’y a pas obligation que ce soit des équipements sportifs ou culturels » prévient Pierre-Marie.

Si l’appel d’offre a bien été lancé, le Collectif ne baisse pas les bras et fait des propositions concrètes « pour la rénovation des écoles mais avec une vision technique et pragmatique », basée sur la consultation des enseignant.es, des parents, des architectes, … comme cela se produit naturellement lorsque le cadre choisi n’est pas un PPP.

Il appelle ainsi à réaliser les travaux avec une procédure MOP (maîtrise d’ouvrage publique) qui permet de réduire le coût, et qui est la seule procédure garante de l’intérêt public; à réaliser un audit technique de l’ensemble des écoles marseillaises avant toute décision —pour pouvoir établir une stratégie foncière…

Il fait valoir aussi que la Maîtrise d’ouvrage publique permet de maintenir les emplois locaux des architectes et artisans locaux; que la pédagogie, les méthodes éducatives, et les réglementations thermiques étant en constante évolution, engager un contrat de partenariat sur 25 ans serait une erreur; …

Le Collectif va donc rester mobiliser, car assurément, à Marseille comme ailleurs, l’école publique n’est pas à vendre!


https://www.unite4education.org/fr/la-r ... iale/4150/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: l’Éducation n’est pas une marchandise.

Messagede bipbip » 21 Oct 2018, 18:32

Stage de 5 jours en entreprise pour les personnels : tout pour l’entreprise, rien pour la formation et le droit syndical

La fédération SUD éducation a découvert avec étonnement les propositions du Cerpep ( Centre d’Études et de Recherches sur les Partenariats avec les Entreprises et les Professions) qui offre aux personnels de l’Éducation nationale la possibilité de faire des stages en entreprise jusqu’à 5 jours ! Au menu, la possibilité “de découvrir des métiers, des pistes d’orientation pour les élèves”, “d’approfondir leurs compétences disciplinaires”, mais aussi “d’offrir un accompagnement en management pour les postes des personnels d’encadrement.”

Les personnels rencontrent des difficultés pour obtenir des remplaçant-e-s et pour obtenir nos absences syndicales de droit mais par contre l’administration autorise des absences de 5 jours pour découvrir et nous s’imprégner du monde de l’entreprise. De même, la formation continue des personnels est sans cesse réduite à peau de chagrin.

Manifestement, le ministère a le sens des priorités : rien pour le droit syndical, rien pour la formation continue, tout pour l’entreprise.
La fédération SUD éducation dénonce cette énième intrusion du patronat dans le monde éducatif, et réaffirme avec force son slogan toujours actuel : “l’éducation n’est pas une entreprise, l’école n’est pas une marchandise !”


https://www.sudeducation.org/Stage-de-5 ... -rien.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 5 invités