Travail Social et Engagements

Re: Travail Social et Engagements

Messagede bipbip » 16 Oct 2016, 19:03

Rencontre avec la Ruche des Citoyens et la CNT69
Épisode 1 - Les occupations

Le site d’information sur les alternatives et les luttes dans le travail social et la santé, Nebuleuses.info et le Canut Infos du vendredi (émission qui passe sur Radio Canut) vous proposent une série de reportages issus d’une rencontre avec deux militants de la CNT69 et la Ruche des citoyens. On a pu échanger avec eux sur leurs pratiques de luttes mais aussi leur pratiques professionnelles, interroger les limites du travail social. De petites actions en petites actions, ils et elles posent les bases d’une bouffée d’air qui redonne espoir.

Le premier épisode de cette série se consacre aux occupations de CCAS, de Maison du Rhône ou de bâtiments vides qu’elles et ils mettent en place pour pallier le manque de places d’hébergement.

... https://rebellyon.info/Rencontre-avec-l ... s-et-17012
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Travail Social et Engagements

Messagede Pïérô » 09 Déc 2016, 23:38

Montreuil, samedi 10 décembre 2016

Présentation de la brochure

« Les fossoyeurs du travail social »

en présence de Muriel Bombardi et Keltoum Brahna, assistantes sociales et auteures

à 17h, Café-librairie Michèle Firk, La Maison de l’Arbre / La Parole Errante
9 rue François Debergue, Montreuil (93)

Image

Depuis plusieurs années, le travail social s'uniformise, se marchandise. Les services publics et le secteur associatif sont gérés comme des entreprises privées. Le temps des travailleurs sociaux et des personnes est compté, les tâches sont divisées, les actions doivent donner des résultats tangibles et visibles, le travail est prescrit par des bureaucrates et doit être exécuté via des protocoles. L'informatique et la statistique suffisent à la compréhension du travail social. C'est en partant de la lecture d'un article écrit par quelque uns de ces prescripteurs que nous avons souhaité répondre en tant qu'assistantes sociales à ceux que nous avons appelés « Les fossoyeurs du travail social ».

Ecrire nous a également poussées à revisiter certaines notions (parfois galvaudées) du travail social ; telles que la temporalité, l'autonomie, l'accès aux droits ou l'action collective.

« La multiplication de règles, de contrôles, de critères, de dispositifs qui évaluent l'endurance des usagers dans la course à l'autonomie par le logement, l'emploi et autres, ne fait que repousser les limites de leur asservissement aux institutions, à la production, aux patrons qu'ils soient directeur général des services au sein d'un conseil départemental ou gérant d'une PME ».

.Débat.

En écho un appel du collectif Ecran total à Résister à la gestion et l'informatisation de nos vies

Un repas à prix libre sera proposé

Présentation de la brochure « Les fossoyeurs du travail social »

de Muriel BOMBARDI et Keltoum BRAHNA éditée en février 2016 par le syndicat Solidaires SUD Collectivité Territoriales

Entre activité imperceptible et organe de contrôle social, le travail social pâtit au mieux d'une méconnaissance au pire est la cible d'une opprobre.

Depuis quelques années déjà des travailleurs sociaux ont commencé à s'exprimer sur le métier et son évolution négative mais aussi sur ce que vivent les personnes qu'ils rencontrent. Par contre, l'analyse est encore confiée à des experts sociologues ou psychologues pour apporter une justification (si possible médicale ou comportementale) aux inégalités générées par la société de masse.

Depuis plusieurs années, le travail social s'uniformise, se marchandise. Les services publics et le secteur associatif sont gérés comme des entreprises privées. Le temps des travailleurs sociaux et des personnes est compté, les tâches sont divisées, les actions doivent donner des résultats tangibles et visibles. Le travail est prescrit par des bureaucrates et doit être exécuté via des protocoles. L'informatique et la statistique suffisent à la compréhension du travail social.

C'est en partant de la lecture d'un article paru dans les Actualités Sociales Hebdomadaires et écrit par quelque uns de ces prescripteurs, que nous avons souhaité répondre en tant qu'assistantes sociales à ceux que nous avons appelés « Les fossoyeurs du travail social ».

Nous avons ressenti le besoin de témoigner. Ecrire nous a également poussées à revisiter certaines notions du travail social ; telles que la temporalité, l'autonomie, l'accès aux droits ou l'action collective.

« La multiplication de règles, de contrôles, de critères, de dispositifs qui évaluent l'endurance des usagers dans la course à l'autonomie par le logement, l'emploi et autres, ne fait que repousser les limites de leur asservissement aux institutions, à la production, aux patrons qu'ils soient directeur général des services au sein d'un conseil départemental ou gérant d'une PME ».

Une assistante sociale tente d'établir avec la personne qui vient la voir une relation d'abord faite d'écoute, de paroles et d'émotions.

La loi, ses prestations et les procédures qui en découlent, sont des « outils » qui peuvent quelques fois répondre aux besoins et demandes exprimés par la personne.

Mais ces « outils » ne font pas TOUT. Loin de là…

Entre l'assistante sociale et la personne, il s'agit alors de construire quelque chose en plus de la relation et cette autre chose peut être appelée une stratégie.


https://paris.demosphere.eu/rv/51603
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Travail Social et Engagements

Messagede Pïérô » 16 Jan 2017, 23:52

Jeudi 19 janvier 2017 à Paris

Débat avec Laurent Ott « La rage du social. »

Rencontre et débat avec Laurent Ott pour son livre La rage du social (Editions du monde Libertaire)

19h30, Publico, librairie du Monde libertaire, 145 rue Amelot, Paris 11e

Le travail social est aujourd'hui en crise comme tous les secteurs et toutes les institutions. C'est en dehors des institutions, des structures, et des pratiques traditionnelles que s'invente, ou s'inaugure jour après jour, le travail social de demain.

Celui-ci expérimente d'autres modalités d'intervention : le travail hors cadre et hors institutions au plus près des publics et des groupes marginalisés. Bien que minoritaires et précarisées, ces expériences existent et se répandent. Elles appellent l'ensemble des acteurs éducatifs et sociaux, au delà des cloisonnements (professionnels / usagers), ou par secteur (l'Ecole, l'Education populaire, l'Education spécialisée) à s'approprier leurs pratiques, leurs terrains et l'ingénierie de leur intervention.

Les textes réunis dans ce recueil sont directement liées aux pratiques concrètes qui les inspirent. Ils sont écrits par un seul auteur mais s'inspirent d'une expérience plurielle et collective. Ils traitent des questions vives de l'intervention sociale et éducative dans une perspective engagée.

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Travail Social et Engagements

Messagede bipbip » 17 Fév 2018, 21:38

Discussion avec la revue Z et des travailleuses du secteur social à l’occasion de la parution de Z n°11 « Travail social ».

Lyon mardi 20 février 2018
à 19h à la librairie Terre des livres, 86 rue de Marseille.

Le numéro 11 de la revue itinérante d’enquête et de critique sociale Z s’attaque à la question éternelle du travail social : « qui servons-nous ? » L’État dans sa volonté de contrôle où les personnes accueillies dans leurs tentatives d’accéder à leurs droits ? Les réponses politiques à la « crise migratoire » interrogent à nouveau les personnes travaillant dans le secteur social. Alors qu’elles sont incitées à prendre une part active dans de nouveaux dispositifs qui organisent le tri des exilé·es et limitent leur accès aux droits sous prétexte de prise en charge humanitaire, certaines d’entre elles choisissent la résistance.

Que cache le centre « humanitaire » de la Porte de la chapelle à Paris ?
Quel est vraiment le rôle de la fameuse « procédure Dublin » dans la gestion des exilé·es ? Quelles transformations touchant l’ensemble du secteur social se jouent dans l’ouverture de nouveaux lieux d’ « accueil » pour les exilé·es ? Les occupations de bâtiments, les blocages d’avions de déportation, les cours de français sauvages se font-ils avec, contre ou à côté du travail social ? Quel rôle les employé·es du secteur social peuvent jouer au sein du mouvement de solidarité et de lutte contre les frontières ?

Venez-en discuter avec un membre de la revue Z et des personnes
investies dans les luttes lyonnaises de solidarité avec les exilé.es

Entrée libre

http://www.terredeslivres.fr 09 505 884 22

https://rebellyon.info/LE-TRAVAIL-SOCIA ... E-ES-18705
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Travail Social et Engagements

Messagede Pïérô » 26 Aoû 2018, 12:30

Êtes vous prêt à devenir un travailleur social radical ?

Le « travail social radical » est une pratique professionnelle qui existe dans de nombreux pays. Avec les crises au sein des nations, il se développe dans les pays latinos américains mais aussi dans les pays anglos-saxons. Plus près de nous il s’est développé en Grèce et en Espagne. En effet, les inégalités et la pauvreté ont parfois des effets dévastateurs sur les utilisateurs de services sociaux. Le travail social radical reconnaît cela, et agit pour réaliser favoriser et permettre le changement dans la société.

Cet article fait aussi référence à un colloque qui s’est tenu en 2016 en Angleterre. Il traite de la fonction du travail social dans le contexte de conflits politiques (tels que ceux que nous connaissons aujourd’hui en France). L’ un des participants avait souligné la contradiction historique l’action sociale vis à vis de des mouvements sociaux. Cette personne, qui mène un projet militant soutenant les réfugiés au Royaume-Uni, avait précisé que : « Bien sûr, notre engagement est soutenu par les travailleurs sociaux. Nous avons beaucoup de bénévoles et de militants qui sont des travailleurs sociaux. Cependant, ils contribuent à notre travail principalement en soirée et durant les week-ends, en dehors de leur travail formel en journée où ils reprennent leur activité professionnelle « .

Cette séparation que connait le travailleur social qui est agent de l’Etat entre 9h et 17h et devient militant entre 17 h et 21 h peut nous interroger. La question peut se résumer ainsi : existe-t-il un espace, une volonté et une action possible pour que le travail social permette de s’engager pleinement sur les problèmes structurels qui affectent la vie des gens avec lesquels nous travaillons pendant la journée ?

Le travail social radical estime que les pratiques des travailleurs sociaux devraient toujours intégrer des éléments liés à l’action politique. Les travailleurs sociaux doivent mesurer et comprendre les causes publiques de la souffrance sociale et de la misère et ne pas les limiter à des sujets relevant de la vie privée.

Malgré les écarts et les erreurs d’interprétation du terme « travail social radical », nous devons le concept de radicalité à Saul Alinsky, auteur d’un ouvrage culte intitulé en anglais « rules for radicals » (« règles pour les radicaux » traduit en français par « manuel de l’animateur social »). Il se réfère historiquement à une théorie politique et à une pratique qui vise à analyser les causes profondes des problèmes sociaux et à accompagner les mouvements de contestation en aidant à créer des rapports de force. Bien sûr, l‘appréciation des causes de la misère et l’atténuation de ses effets néfastes sur la vie des personnes accompagnées sont des dimensions importantes du travail social, mais ce qui différencie vraiment des approches traditionnelles du travail social classique du travail social radical est l’accent mis sur l’action qui vise à un changement social.

les travailleurs sociaux ne peuvent pas et ne doivent pas ignorer le corpus de preuves qui montre l’inégalité et la pauvreté comme des cause qui affectent la vie de la plupart des utilisateurs des services sociaux. Les chercheurs Pickett et Wilkinson ont confirmé que ce sont les circonstances matérielles qui déterminent principalement la vie des gens, et non pas leur moralité. Si nous ignorons l’inégalité et la pauvreté alors notre pratique serait réduite à la fonction futile d’une « aspirine sociale ». L’appréciation de ce corpus de preuve sur les origines de l’exclusion façonne la base de connaissances du travail social radical.

Le travail social radical et critique existe depuis le début de la profession. Du mouvement de décolonisation , aux approches sociales féministes et anti-racistes des années 1970 et, plus récemment, avec certains réseaux d’ action de travail social, les travailleurs sociaux radicaux ont contribué au développement de pratiques inclusives et véritablement anti-oppressives. Ces influences se trouvent non seulement dans les actuels programmes, projets et déclarations éthiques, mais aussi dans la définition internationale du travail social qui indique que : « Le travail social favorise le changement social et l’autonomisation et la libération des personnes. »

Les exemples les plus influents du travail social radical proviennent d’Amérique latine où les travailleurs sociaux ont utilisé depuis fort longtemps la pratique de l’autonomisation des populations grâce au processus de conscientisation (Paulo Freire). Ces techniques donnent la primauté aux aspects matériels qui affectent la vie de la population, ainsi qu’aux effets psychologiques liés à différentes formes d’oppression.

La récente vague d’austérité a également contribué à donner lieu à conceptualisation encore plus radicale du travail social en Europe du Sud. En Grèce, les travailleurs sociaux ont utilisé leurs compétences et expériences afin de dire la réalité de ce que subit la population au pouvoir en place ; ils ont apporté des documents démontrant l’impact catastrophique de l’austérité sur la vie des utilisateurs de services. Ils se sont engagés dans des actions de désobéissance civil.e Ils ont aussi refusé de mettre en œuvre des politiques punitives. L’exemple le plus notable est aussi venu d’Espagne où les travailleurs sociaux ont contribué à développer la marée orange ; un mouvement diversifié qui met l’accent sur la défense des services sociaux et contestent les discours des néolibéraux. Ils ont noué des alliances de base avec les utilisateurs de services sociaux, en veillant à ce que personne ne soit isolé ni démoralisé. Leurs t-shirts oranges sont emblématiques . Ils incarnent le caractère radical de leurs actions: «Dites non aux suppressions des aides. Ne la fermez pas ! «

Note : J’ai rédigé cet article en juin 2016 au moment où se vivait l’expérience de « nuit debout » en France. J’ai aussi adapté une traduction de « A guide to radical social work » article de Vasilios Ioakimidis senior lecturer in social work, Durham university


https://dubasque.org/2018/08/02/le-trav ... einventer/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Travail Social et Engagements

Messagede Pïérô » 29 Aoû 2018, 12:44

Brochure : Travail Social, défis et résistance

Retrouvez notre brochure « Travail social défis et résistances ». Il s’agit d’une grille de lecture des attaques en cours de l’idéologie libérale et de ses pratiques managériales qui en découlent. Aujourd’hui nous ne pouvons que lutter contre toutes ces politiques, qui essaient de travestir le sens du travail le social et provoquent des inégalités de traitement tant au niveau des publics et qu’au niveau du territoire.

Sommaire

Introduction
Rappel historique
Idéologie et glissements sémantiques : travail social /intervention sociale
Critique de la loi 2002-2
La marchandisation du travail social (Impact social bond, fonds européens, tarification à l’acte…)
Les écoles de formation et la qualification
Décentralisation et pouvoir
Travail social et droit
La démarche interculturelle dans le travail social
L’éthique en travail social : le risque du conflit
Comment défendre notre engagement militant et résister aux injonctions paradoxales
Socle revendicatif
Conclusion
Bibliographie

Introduction - Le Travail Social est résistance !

Analyser les défis auxquels sont confrontés les travailleurs sociaux et voir comment ceux-ci organisent la résistance, revient à interroger les fondamentaux du Travail social. On pourrait nous reprocher de ne pas avoir au préalable défini ce qu’est le Travail social. Cette définition, nous la laissons aux meilleurs connaisseurs qui soient, c’est-à-dire nous tous, agents, salariés, professionnels qui, au quotidien, vivons, expérimentons, réinventons et surtout défendons le Travail Social.
Les travailleurs sociaux ont souvent choisi de se mettre au service de... de...
Là, une question se pose : Au service de qui ? D’un citoyen ? D’un usager ? D’un patient ? D’un client ?
Cette difficulté à donner un nom qui globaliserait l’ensemble des personnes accueillies et accompagnées chaque jour par les travailleurs sociaux illustre la position particulière de ce champ professionnel. Celui-ci ne relève pas uniquement d’une action civique, d’une prestation de service, de santé, et encore moins d’une activité commerciale. Ce positionnement au carrefour de multiples histoires et influences, ces acteurs divers, tout cela rend plus tentant les manipulations à des fins idéologiques et politiques, voire financières. Celles-ci se doivent d’être démasquées.
C’est l’objectif de cette publication que d’aider à mieux cerner et comprendre les enjeux et les problèmes qui se posent au travail social, en questionnant les mots, les lois et les politiques qui ces dernières années sont venus s’imposer à lui. Mais le "travail social" n’est pas que fragilité. Il est aussi une force d’action. Son histoire est adossée aux grandes conquêtes sociales, gagnées contre les effets mortifères du capitalisme, du 19eme siècle jusqu’à maintenant.
C’est son action et sa faculté de penser celle-ci, auprès des populations, qui ont nourri les avancées sociales, pour la santé des ouvriers, la prise en charge des enfants et des jeunes "abandonnés" ou non, l’aide aux familles, la lutte contre la pauvreté, l’absence de logement, le maintien de relations humaines, l’aide aux migrants, etc.
Le syndicalisme de transformation sociale porté par Solidaires n’en a que plus de facilité à se faire l’écho, relayer et conduire les combats des salariés-ées et agents-es du "Social". Parce que le Travail social est avant tout une action sur le réel, il est par essence militant.

Brochure : Le Travail Social, Résistance et Défis (PDF – 1.2 Mo)
http://www.sudsantesociaux.org/IMG/pdf/ ... isee-2.pdf
Notre ancienne Brochure : Quel Travail Social ? - avril 2015 (HTML – 45.5 ko)
http://www.sudsantesociaux.org/brochure ... ocial.html

http://www.sudsantesociaux.org/brochure ... is-et.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21807
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité