Travail Social et Engagements

Re: Travail Social et Engagements

Messagede bipbip » 16 Oct 2016, 19:03

Rencontre avec la Ruche des Citoyens et la CNT69
Épisode 1 - Les occupations

Le site d’information sur les alternatives et les luttes dans le travail social et la santé, Nebuleuses.info et le Canut Infos du vendredi (émission qui passe sur Radio Canut) vous proposent une série de reportages issus d’une rencontre avec deux militants de la CNT69 et la Ruche des citoyens. On a pu échanger avec eux sur leurs pratiques de luttes mais aussi leur pratiques professionnelles, interroger les limites du travail social. De petites actions en petites actions, ils et elles posent les bases d’une bouffée d’air qui redonne espoir.

Le premier épisode de cette série se consacre aux occupations de CCAS, de Maison du Rhône ou de bâtiments vides qu’elles et ils mettent en place pour pallier le manque de places d’hébergement.

... https://rebellyon.info/Rencontre-avec-l ... s-et-17012
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Travail Social et Engagements

Messagede Pïérô » 09 Déc 2016, 23:38

Montreuil, samedi 10 décembre 2016

Présentation de la brochure

« Les fossoyeurs du travail social »

en présence de Muriel Bombardi et Keltoum Brahna, assistantes sociales et auteures

à 17h, Café-librairie Michèle Firk, La Maison de l’Arbre / La Parole Errante
9 rue François Debergue, Montreuil (93)

Image

Depuis plusieurs années, le travail social s'uniformise, se marchandise. Les services publics et le secteur associatif sont gérés comme des entreprises privées. Le temps des travailleurs sociaux et des personnes est compté, les tâches sont divisées, les actions doivent donner des résultats tangibles et visibles, le travail est prescrit par des bureaucrates et doit être exécuté via des protocoles. L'informatique et la statistique suffisent à la compréhension du travail social. C'est en partant de la lecture d'un article écrit par quelque uns de ces prescripteurs que nous avons souhaité répondre en tant qu'assistantes sociales à ceux que nous avons appelés « Les fossoyeurs du travail social ».

Ecrire nous a également poussées à revisiter certaines notions (parfois galvaudées) du travail social ; telles que la temporalité, l'autonomie, l'accès aux droits ou l'action collective.

« La multiplication de règles, de contrôles, de critères, de dispositifs qui évaluent l'endurance des usagers dans la course à l'autonomie par le logement, l'emploi et autres, ne fait que repousser les limites de leur asservissement aux institutions, à la production, aux patrons qu'ils soient directeur général des services au sein d'un conseil départemental ou gérant d'une PME ».

.Débat.

En écho un appel du collectif Ecran total à Résister à la gestion et l'informatisation de nos vies

Un repas à prix libre sera proposé

Présentation de la brochure « Les fossoyeurs du travail social »

de Muriel BOMBARDI et Keltoum BRAHNA éditée en février 2016 par le syndicat Solidaires SUD Collectivité Territoriales

Entre activité imperceptible et organe de contrôle social, le travail social pâtit au mieux d'une méconnaissance au pire est la cible d'une opprobre.

Depuis quelques années déjà des travailleurs sociaux ont commencé à s'exprimer sur le métier et son évolution négative mais aussi sur ce que vivent les personnes qu'ils rencontrent. Par contre, l'analyse est encore confiée à des experts sociologues ou psychologues pour apporter une justification (si possible médicale ou comportementale) aux inégalités générées par la société de masse.

Depuis plusieurs années, le travail social s'uniformise, se marchandise. Les services publics et le secteur associatif sont gérés comme des entreprises privées. Le temps des travailleurs sociaux et des personnes est compté, les tâches sont divisées, les actions doivent donner des résultats tangibles et visibles. Le travail est prescrit par des bureaucrates et doit être exécuté via des protocoles. L'informatique et la statistique suffisent à la compréhension du travail social.

C'est en partant de la lecture d'un article paru dans les Actualités Sociales Hebdomadaires et écrit par quelque uns de ces prescripteurs, que nous avons souhaité répondre en tant qu'assistantes sociales à ceux que nous avons appelés « Les fossoyeurs du travail social ».

Nous avons ressenti le besoin de témoigner. Ecrire nous a également poussées à revisiter certaines notions du travail social ; telles que la temporalité, l'autonomie, l'accès aux droits ou l'action collective.

« La multiplication de règles, de contrôles, de critères, de dispositifs qui évaluent l'endurance des usagers dans la course à l'autonomie par le logement, l'emploi et autres, ne fait que repousser les limites de leur asservissement aux institutions, à la production, aux patrons qu'ils soient directeur général des services au sein d'un conseil départemental ou gérant d'une PME ».

Une assistante sociale tente d'établir avec la personne qui vient la voir une relation d'abord faite d'écoute, de paroles et d'émotions.

La loi, ses prestations et les procédures qui en découlent, sont des « outils » qui peuvent quelques fois répondre aux besoins et demandes exprimés par la personne.

Mais ces « outils » ne font pas TOUT. Loin de là…

Entre l'assistante sociale et la personne, il s'agit alors de construire quelque chose en plus de la relation et cette autre chose peut être appelée une stratégie.


https://paris.demosphere.eu/rv/51603
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Travail Social et Engagements

Messagede Pïérô » 16 Jan 2017, 23:52

Jeudi 19 janvier 2017 à Paris

Débat avec Laurent Ott « La rage du social. »

Rencontre et débat avec Laurent Ott pour son livre La rage du social (Editions du monde Libertaire)

19h30, Publico, librairie du Monde libertaire, 145 rue Amelot, Paris 11e

Le travail social est aujourd'hui en crise comme tous les secteurs et toutes les institutions. C'est en dehors des institutions, des structures, et des pratiques traditionnelles que s'invente, ou s'inaugure jour après jour, le travail social de demain.

Celui-ci expérimente d'autres modalités d'intervention : le travail hors cadre et hors institutions au plus près des publics et des groupes marginalisés. Bien que minoritaires et précarisées, ces expériences existent et se répandent. Elles appellent l'ensemble des acteurs éducatifs et sociaux, au delà des cloisonnements (professionnels / usagers), ou par secteur (l'Ecole, l'Education populaire, l'Education spécialisée) à s'approprier leurs pratiques, leurs terrains et l'ingénierie de leur intervention.

Les textes réunis dans ce recueil sont directement liées aux pratiques concrètes qui les inspirent. Ils sont écrits par un seul auteur mais s'inspirent d'une expérience plurielle et collective. Ils traitent des questions vives de l'intervention sociale et éducative dans une perspective engagée.

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Travail Social et Engagements

Messagede bipbip » 17 Fév 2018, 21:38

Discussion avec la revue Z et des travailleuses du secteur social à l’occasion de la parution de Z n°11 « Travail social ».

Lyon mardi 20 février 2018
à 19h à la librairie Terre des livres, 86 rue de Marseille.

Le numéro 11 de la revue itinérante d’enquête et de critique sociale Z s’attaque à la question éternelle du travail social : « qui servons-nous ? » L’État dans sa volonté de contrôle où les personnes accueillies dans leurs tentatives d’accéder à leurs droits ? Les réponses politiques à la « crise migratoire » interrogent à nouveau les personnes travaillant dans le secteur social. Alors qu’elles sont incitées à prendre une part active dans de nouveaux dispositifs qui organisent le tri des exilé·es et limitent leur accès aux droits sous prétexte de prise en charge humanitaire, certaines d’entre elles choisissent la résistance.

Que cache le centre « humanitaire » de la Porte de la chapelle à Paris ?
Quel est vraiment le rôle de la fameuse « procédure Dublin » dans la gestion des exilé·es ? Quelles transformations touchant l’ensemble du secteur social se jouent dans l’ouverture de nouveaux lieux d’ « accueil » pour les exilé·es ? Les occupations de bâtiments, les blocages d’avions de déportation, les cours de français sauvages se font-ils avec, contre ou à côté du travail social ? Quel rôle les employé·es du secteur social peuvent jouer au sein du mouvement de solidarité et de lutte contre les frontières ?

Venez-en discuter avec un membre de la revue Z et des personnes
investies dans les luttes lyonnaises de solidarité avec les exilé.es

Entrée libre

http://www.terredeslivres.fr 09 505 884 22

https://rebellyon.info/LE-TRAVAIL-SOCIA ... E-ES-18705
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité