Petite enfance en luttes, " Pas de bébés à la consigne ! "

Petite enfance en luttes, " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 07 Avr 2010, 11:58

Mobilisation nationale le 8 avril contre le démantèlement du service public d’accueil de la petite enfance.

Appel « Pas de bébés à la consigne ! », http://www.pasdebebesalaconsigne.com/ :

Pas de bébés à la consigne !

Pour améliorer et développer les modes d' accueil et la scolarisation des jeunes enfants

Nous affirmons qu’une politique publique ambitieuse pour la petite enfance constitue un investissement pour l’avenir. Elle doit permettre à toutes les familles qui le souhaitent d’accéder pour leur enfant à un mode d’accueil de qualité ou à l’école maternelle sans barrière financière. Elle est la première condition pour assurer le droit au travail des femmes.

A l’inverse, les mesures et projets gouvernementaux concernant les modes d'’accueil et l'école maternelle convergent, en dépit des annonces ministérielles, vers une dégradation des dispositifs existants, au détriment des attentes des familles et des besoins fondamentaux des enfants.

Il s’agit notamment :

- du projet de diminuer la proportion des professionnels les plus qualifiés (éducateurs de jeunes enfants, puéricultrices et auxiliaires de puériculture) dans les établissements et services d’accueil des jeunes enfants (crèches, multi-accueils…) ;

- de l’extension des capacités maximales d’accueil des assistantes maternelles de trois à quatre enfants et de la création de regroupements d’assistantes maternelles pouvant accueillir jusqu’à 16 enfants sans aucune règle collective de fonctionnement ;

- de la création expérimentale de 8000 places de jardins d’éveil d'ici 2012 pour les enfants de deux à trois ans, prévoyant un taux d’encadrement d’un adulte pour 8 à 12 enfants au lieu d’un pour 8 enfants du même âge actuellement pratiqué dans les crèches ;

- de la perte de 68 000 places depuis 2000 pour cette tranche d’âge en école maternelle du fait des suppressions massives de postes d’enseignants, qui pourrait augurer d’une attaque plus globale contre l’école maternelle, malgré les propos du ministre de l'Education nationale..

Il en résulte :

- une atteinte inadmissible à la qualité d’accueil des enfants. En effet, selon de nombreuses études réalisées en France et à l’étranger, celle-ci serait liée à un ensemble de critères prenant en compte les niveaux de qualifications professionnelles, les taux d’encadrement, la taille restreinte des groupes d’enfants ainsi que des temps de réflexion sur les pratiques, qui favorisent une prise en compte de l’enfant et de sa famille dans une relation individualisée ;

- une croissance annoncée des capacités d’accueil, sans garantie d’une augmentation correspondante du personnel qualifié auprès des enfants ;

- une pénalisation financière supplémentaire pour les familles concernées, si le taux de scolarisation des 2-3 ans régresse.

- la pérennisation d’une situation où plus de la moitié des familles demeurent privées de tout véritable choix, ce qui conduit de nombreuses femmes à adopter une solution contrainte de retrait du marché du travail.

Cette dégradation des conditions d’accueil ou de scolarisation des jeunes enfants est inacceptable mais elle n’est pas inéluctable. L’exigence de qualité pour l’accueil des jeunes enfants est légitime et indispensable pour promouvoir leur développement et leur bien-être et répondre aux attentes de leurs familles, sur l’ensemble des territoires.

C’est pourquoi, nous nous mobilisons pour la reconnaissance de la spécificité des besoins d’enfants de moins de 3 ans lors de leur accueil en dehors du milieu familial et en collectivité, conformément aux connaissances scientifiques et pratiques acquises depuis 30 ans : à savoir la nécessité d’assurer au sein du groupe d’enfants un accompagnement en mesure de soutenir le développement singulier de chaque enfant.

Nous demandons en conséquence :

- le respect d’un taux d’encadrement d’au moins un adulte pour 5 enfants qui ne marchent pas puis d’un pour 8 enfants qui marchent en établissement d’accueil (sachant que ces taux sont de un pour 3 à un pour 5 avant trois ans dans plusieurs pays européens). En maternelle, nous demandons la présence d’un enseignant et d’un ATSEM à temps plein pour 15 enfants ;

- le maintien et l’amélioration des taux actuels de professionnels qualifiés, par l’accroissement des places dans les écoles de formation (auxiliaires de puériculture, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants…) et par l’accroissement des postes d’enseignants et d’ATSEM, formés à l'éducation et à l’accompagnement de tout jeunes enfants ;

- l’arrêt des politiques publiques en défaveur des modes d’accueil collectifs et la promotion d’un plan de formation et de recrutement de professionnels qualifiés de la petite enfance ;

- l’arrêt des suppressions de postes dans l’éducation nationale et le rétablissement des postes supprimés (40 000 en trois ans). L’école maternelle ne doit pas servir de variable d’ajustement et doit au contraire être dotée des moyens nécessaires pour que chaque famille qui le souhaite puisse scolariser son enfant entre deux et trois ans dans des conditions adaptées à cet âge d’entrée à l’école maternelle ;

- le renforcement et le développement des structures et des dispositifs, publics ou à but non lucratif, pour l’accès aux modes d’accueil et à l’école maternelle des jeunes enfants, en privilégiant la continuité de l’accueil (0-3 ans en établissement d’accueil, 2-6 ans en maternelle) ;

- l’abandon des regroupements d’assistantes maternelles qui constitue le sommet de la déréglementation avec l’absence de tout encadrement et le maintien des contrats de gré à gré avec les parents employeurs ;

- l’abaissement du reste à charge financier pour les familles, leur permettant réellement d’accéder au mode d’accueil de leur choix, pour aller progressivement vers la gratuité des modes d’accueil.

Associations et syndicats, représentant les familles, les professionnels de la petite enfance et de l’Education nationale, nous nous engageons conjointement et appelons tous les citoyens à nous rejoindre et se mobiliser pour atteindre ensemble ces objectifs.



Initiatives locales :

Agen : Rassemblement Jeudi 8 Avril 2010à 14h Place de la Préfecture Aix en Provence : à 9h30 devant la mairie avec un collectif de parent Amiens rendez vous salle dewailly à 10 heures (organisé par Interco CFDT) une délégation sera reçue à la prefecture. Angers : Manifestation de 10h à 12h devant la préfecture Annecy, en Haute-Savoie se mobilise pour la journée du 8 avril et essaye de rassembler toutes les structures de la Région : devant la Mairie d’Annecy à 14 heures - pour un sitting, des « tables rondes », des fabrications de banderoles ou d’autres actions pour montrer que nous sommes très inquiètes de toutes ses mesures. Avignon : Manifestation à 10H devant la poste principale, cours Jean Jaurès Bordeaux : Manifestation à 10h30 en partant de la place PEY BERLAND face à la mairie de Bordeaux Caen : 8 avril 2010 à 10h30 devant la préfecture Calais : Rendez-vous le 8 avril 2010 à 9h devant la mairie Chalons en Champagne : Rassemblement A 10 heures Place de Verdun Chartres Rassemblement à 14h devant le Conseil Général. Clermont Ferrand Rassemblement à 10H devant la mairie, cortège jusqu’à la préfecture. Cholet Rassemblement à 11 heures devant la sous-préfecture Colmar : rassemblement devant la préfecture à 10h Dijon La Cgt, la CSF et la FNEJE proposent une rencontre vendredi pour définir les modalités d’organisation de la journée du 8 avril 2010. Foix : Rassemblement 17 h 00 Préfecture Grenoble : manifestation au départ de la place de Grenette vers la préfecture à 13h30 Limoges Rassemblement devant la PMI (place des Carmes) dès 10h, ensuite nous manifesterons en direction du conseil général, pour finir devant la préfecture de la Haute-Vienne. Lyon : Manifestation 10h 00 Place des Terraux Marseille : devant l’Hotel de Ville jeudi 8 avril de 10:00 à 13:00 Montauban : Fermeture des établissements l’après midi, avec pique nique au centre ville à 12h et 14h Une réunion débat est prévue à 14h à la maison du peuple Un rendez vous chez le préfet a été demandé Une information aux parents sera distribuée mercredi devant chaque établissement Montpellier : 14H30 jardins du PEYROU Nantes : manifestation le 8 avril à 10h30 Place du Commerce, suivie d’un pique-nique. Nice : à 10h place Masséna Nîmes : rassemblement à 10H devant la préfecture coté conseil général, pour plus d’info contacter : gregory.poidevin@neuf.fr. Paris - Ile de France 10 h : manifestation à Paris, Attention : le départ de la manifestation parisienne du 8 avril à 10h est déplacé au RER Port-Royal (et non plus à Luxembourg) 14h30 : assemblée générale, Bourse du Travail, Salle Hénaff, 85 rue Charlot Poitiers : rassemblement des parents et professionnel-le-s des lieux d’accueil parentaux (appel de l’ACEPP86) et municipaux (appel de la CGT des Territoriaux) le jeudi 8/04 à 10H30 dans la cour de l’hotel de ville de Poitiers Privas : rassemblement à 18h30 précises, place de la Mairie Quimper : rassemblement de 10:30 à 13:00 devant le Conseil Général, rue Dupleix Rennes : Devant la préfecture (avenue Cucillé - Quartier Beauregard) de 11:30 à 14:30 La Réunion : de la préfecture au conseil général jeudi 8 avril de 09:30 à 12:30 Saint-Brieuc : rassemblement devant la préfecture à 10h30 Saint-Etienne : rassemblement devant la préfecture à 11 heures Contact Cgt : Magali Badiou mail : magali.badiou@wanadoo.fr port : 06 40 12 08 52 St Maximin : à 16h30 rendez vous devant le pole enfance Strasbourg : place de l’Etoile de 11:00 à 13:00 Toul jeudi 8 avril 2010 à 14 heures Rassemblement devant la permanence parlementaire de M. MORENVILLIER (1 rue St Waast à Toul), ancien suppléant de Mme MORANO, afin qu’il porte les revendications du collectif à la secrétaire d’Etat à la Famille Toulon : Journée du 8 avril 2010 : rassemblement sur TOULON (préfecture) et double interpellation Préfet / secrétaire d’Etat / Hubert Falco Toulouse : à 14H30 départ de la Place Saint-Etienne (Préfecture) jusqu’au Capitole Pour discuter des suites du mouvement, Assemblée générale Place du CAPITOLE Tours : devant la mairie 10:00 à 13:00 Valence devant le kiosque PEYNET jeudi 8 avril de 14:30 à 17:30


appel de la Fédération CNT des travailleurs de la santé et du social :

Non au démantèlement du service public d’accueil de la petite enfance

Après plusieurs journées d’action et de grève nationale dans le secteur de la petite enfance, le gouvernement reste sourd aux revendications des professionnel-le-s. Voici maintenant plusieurs années que la casse du service public d’accueil des jeunes enfants s’accélère. Les réformes et décrets ne visent qu’à améliorer la "productivité" des établissements aux dépens de la qualité du service d’accueil et des conditions de travail des salarié-e-s.

Parallèlement à ces politiques, c’est tout l’univers de la petite enfance qui est attaqué. Par exemple, suite aux fermetures de classes en école maternelle découlant des dizaines de milliers de suppressions de postes depuis dix ans, des enfants se retrouvent chaque année sans lieux d’accueil à la rentrée.

Concrètement, afin de subvenir aux besoins d’accueil des enfants, l’état plutôt que de choisir de développer les capacités d’accueil en augmentant le personnel, en diminuant le temps de travail pour favoriser la qualité du service, en favorisant l’accès à la formation, choisit la politique la plus destructrice :

• L’augmentation de la capacité d’accueil des assistantes maternelles de 3 à 4 enfants, donc plus de charge pour le personnel et moins d’attention pour les enfants

• Même logique dans la création de regroupements d’assistantes maternelles pouvant accueillir jusqu’à 16 enfants sans aucune règle collective de fonctionnement

• Enfin la création expérimentale de 8000 places de jardins d’éveil d’ici 2012 pour les enfants de deux à trois ans, prévoyant un taux d’encadrement d’un adulte pour 8 à 12 enfants au lieu d’un pour 8 enfants en âge de marcher actuellement pratiqué dans les crèches

Les conséquences :

• Pour le personnel, des conditions de travail plus difficiles, la diminution des professionnel-le-s qualifié-e-s, une perte de sens dans la pratique de leur profession, une quête de la rentabilité toujours plus poussée.

• Pour les enfants, un environnement moins dédié à l’épanouissement et l’éveil car les établissements n’auront pour ambition que d’être de simples garderies de masse. Souvenons nous des propos du ministre Darcos considérant les enseignants de maternelle comme de simples « changeurs de couches ». Enfin cette politique provoque une augmentation des risques liés à la diminution du taux d’encadrement.

• Pour les parents, la baisse du taux de scolarisation aboutira à la nécessité de recourir plus fréquemment aux établissements d’accueil de jeunes enfants, les privant ainsi d’une possibilité de choix, augmentant leurs dépenses et favorisant de fait les inégalités sociales. Les familles les plus aisées seront donc les seules à pouvoir offrir à leurs enfants un service de qualité.

La Fédération CNT des travailleur-se-s de la santé et du social dénonce les politiques mises en oeuvre par le gouvernement. Une nouvelle fois, ce n’est pas la qualité du service public et les conditions de travail des personnels qui sont défendues mais la seule volonté de rentabiliser le secteur. Pourtant, depuis longtemps, nous savons que pour les enfants, l’essentiel se joue avant cinq ans. Cette politique s’attaquant aux crèches comme aux écoles, nous estimons indispensable de s’organiser conjointement entre parents, professionnel-le-s de la petite enfance et enseignant-e-s.

La CNT, signataire de l’appel "pas de bébés à la consigne"*, se joint à ses revendications et soutient partout les mouvements des travailleuses et des travailleurs des établissements d’accueil des jeunes enfants dans la défense de leurs emplois, de leurs sites, de leurs conditions de travail et de leurs pratiques professionnelles. Le projet du gouvernement est d’ouvrir le marché aux entreprises privées dont les objectifs sont loin de l’épanouissement des enfants, mais plutôt de réaliser des profits sur le dos des salarié-e-s sous payé-e-s et précarisé-e-s.

*http://www.pasdebebesalaconsigne.com/


La Fédération CNT des travailleurs de la santé et du social appelle à la grève et à manifester le jeudi 8 avril
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

" Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 13 Mai 2010, 14:21

Appel à journée d'action nationale dans le domaine de de la petite enfance,
" Pas de bébés à la consigne ! " :

journée de Grève générale de la petite enfance

samedi 29 mai,

MANIFESTATION parents-professionnel-LE-s, à caractère national

et appelons à constituer dans toutes les villes des collectifs locaux Pas de bébés à la consigne pour organiser ces initiatives.

Pas de bébés à la consigne !


Plus d'informations sur le site http://www.pasdebebesalaconsigne.com : - préavis de grève, - listes des organismes du collectif, - argumentaires, - contacts en province, - et carte-pétition à signer en ligne
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 14 Fév 2011, 16:18

appel à journée nationale d'action le 11 mars :

« Pas de bébés à la consigne ! » : acte II le 11 mars 2011

Le collectif « Pas de bébés à la consigne » a organisé le 29 janvier 2011 une rencontre
nationale de collectifs, équipes, associations, syndicats engagés localement, en région
parisienne et dans 20 villes de province. Il en ressort les constats et propositions qui
suivent.
Un an après le mouvement inédit des professionnel-le-s de la petite enfance et des
parents pour la défense de la qualité d’accueil, collectif et individuel, des jeunes enfants, la
colère n’est pas retombée. Ainsi, sous des formes variées, des résistances se sont
manifestées contre des logiques de plus en plus comptables qui mettent à mal la qualité et
la sécurité de l’accueil des jeunes enfants et le travail des professionnel-le-s.

Le collectif « Pas de bébés à la consigne ! » appelle à une
mobilisation nationale du monde de la petite enfance le 11 mars prochain !


Dans la période de débats sur les choix de société qui s’ouvre avec la séquence politique
et sociale 2011-2012, nous entendons faire valoir notre contribution pour des modes
d’accueil de qualité sous la forme d’un Plan d’urgence pour l’accueil de la petite
enfance.
journée nationale « Pas de bébés à la consigne ! »



Parents et professionnel-le-s nous nous mobiliserons le 11 mars pour rappeler que :

Aucun problème concernant l'accueil des jeunes enfants n'a été réglé. Le mouvement de
la petite enfance est toujours là !
En effet les conditions d’accueil collectif se dégradent toujours plus avec le surbooking des
établissements. Les assistantes maternelles attendent le développement de véritables
formations professionnalisantes. La privatisation de l’accueil se poursuit du fait de l’essor
des entreprises de crèches et des services à la personne. L’accès des enfants de 2-3 ans
en maternelle est réduit à la portion congrue et la formation des enseignants sacrifiée.
La nécessité de créer 300 000 à 400 000 places pour répondre aux besoins des familles
ne doit pas s’accompagner d’une dégradation de la qualité d’accueil des jeunes enfants.

Nous rendrons public dans les prochains jours
notre Plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance portant
notamment l’exigence de former 10 000 professionnel-le-s qualifié-e-s par an.

Le collectif « Pas de bébés à la consigne ! » appelle professionnel-le-s et parents à
cette journée nationale d’action pour faire du 11 mars prochain l’acte II
du mouvement de la petite enfance. Des initiatives diverses auront lieu dans
de nombreuses villes : grève, manifestations ou rassemblements, débats publics…
Mail : pasdebebesalaconsigne@hotmail.fr, site : http://www.pasdebebesalaconsigne.com


communiqué du 1er février
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 22 Fév 2011, 11:11

vidéo :

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 17 Mai 2011, 12:23

Le collectif "pas de bébés à la consigne" fait circuler aujourd'hui une nouvelle pétition en faveur de son plan d'urgence qui s'adresse à la fois aux professionnel-les et aux parents. Lien pour télécharger la pétition et/ou la faire signer en ligne :
http://www.pasdebebesalaconsigne.com/petition2011.php

Plan d'urgence pour l'accueil de la petite enfance à télécharger sur ce lien :
http://www.pasdebebesalaconsigne.com/DO ... rs2011.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede ivo » 12 Juin 2012, 09:58

j'ai trouvé que ça avait bien sa place ici ..............

En Europe, les "boîtes à bébés" se multiplient
http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... picks=true
On les trouve à l'entrée des hôpitaux, sur le parvis des mairies, à proximité des églises ou dans des rues très fréquentées. De loin, elles ressemblent à de larges coffre-forts vitrés, souvent peints en jaune vif. A l'intérieur, un lit autochauffant, une caméra, et un signal d'alarme relié au centre de soins le plus proche. Sur la porte, un mode d'emploi rudimentaire indique comment ouvrir le coffre, y déposer son bébé, puis le refermer.
Au Moyen-Age, on les appelait les "tours d'abandon". Aujourd'hui, les "boîtes à bébé". Destinées aux parents en détresse qui veulent abandonner leur nouveau-né dans l'anonymat absolu, ces boîtes se multiplient en Europe, à tel point que les Nations unies tirent la sonnette d'alarme.


ONZE PAYS EUROPÉENS CONCERNÉS

Le système avait pourtant disparu depuis plus d'un siècle en Europe. Mais la médiatisation de faits divers glaçants, comme l'abandon de nouveaux-nés dans des poubelles, a remis au goût du jour cette pratique qui semblait d'un autre temps. L'Allemagne a été la première à réintroduire le mécanisme en avril 2000. Depuis, dix autres pays européens l'ont adopté, comme l'Italie, la Suisse ou encore la Pologne. Aujourd'hui, plusieurs centaines de "boîtes à bébé" sont installées sur le Vieux continent.

Le fonctionnement est simple. Dans la plupart des pays qui utilisent ce système, le parent qui abandonne anonymement son enfant dans une de ces "boîtes" a huit semaines pour revenir sur sa décision. Les services hospitaliers vérifient son identité grâce aux empreintes digitales prélevées sur le nouveau-né au moment où il est récupéré. Passé ce délai, une procédure d'adoption classique est enclenchée, tandis que l'Etat devient légalement responsable de l'enfant.

VIOLATION DU DROIT D'UN ENFANT DE CONNAÎTRE SES PARENTS

S'il semble progressivement être entré dans les mœurs, un tel système n'en est pas moins controversé, tant au point de vue éthique que légal. Les défenseurs de cette pratique sont souvent les mêmes qui militent contre l'avortement. Différents groupes religieux ou partis politiques de droite affirment ainsi que le dispositif "protège le droit d'un enfant à la vie" et sauve "des centaines de nourrissons". Depuis 2000, près de 400 enfants auraient été ainsi abandonnés.

Mais les Nations unies ont exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude grandissante sur le système, car il viole le droit fondamental d'un enfant de connaître ses parents. Le comité chargé de contrôler l'application de la Convention internationale des droits de l'enfant estime en effet que ces "boîtes à bébés" vont "à l'encontre du droit de l'enfant à ce que son ou ses parents le connaissent et s'occupent de lui".

La Convention relative aux droits de l'enfant précise en effet que tout enfant a "dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux". En outre, elle stipule que "si un enfant est illégalement privé des éléments constitutifs de son identité ou de certains d'entre eux, les Etats parties doivent lui accorder une assistance et une protection appropriées, pour que son identité soit rétablie aussi rapidement que possible". Or les bébés récupérés grâce à ces "boîtes" ne peuvent avoir accès, une fois adultes, à l'identité de leurs parents.

Dans les faits, le système soulève également de nombreuses interrogations. Un chercheur de l'université de Nottingham, Kevin Browne, a étudié pendant deux ans le phénomène. Cité par Le Guardian, il affirme que "ce sont fréquemment des hommes ou des proches qui abandonnent l'enfant, ce qui pose des questions sur la situation de la mère, et sur son consentement à cet abandon". Le caractère anonyme de l'abandon empêche également le déclenchement de tout accompagnement du parent, et annihile toute "chance pour l'enfant d'être élevé par d'autres membres de sa famille".

LÉGISLATIONS DIVERSES

Dans la plupart des pays européens qui les ont mises en place, les "boîtes à bébé" viennent pallier une absence ou un flou de la législation sur le droit d'abandonner un enfant, voire sur le droit à l'avortement. Presque toujours illégal, l'abandon d'enfant n'en est pas moins une réalité avec laquelle les Etats doivent composer.

En France, la question ne se pose pas. Une femme a en effet le droit "d'accoucher sous X", ce qui lui permet d'abandonner son bébé juste après l'accouchement. L'enfant ainsi né, lorsqu'il atteint "l'âge de discernement" et avec "l'accord de ses représentants légaux", peut avoir accès aux informations laissées par ses parents à la naissance. Mais le système ne fait pas non plus l'unanimité, et nombreux sont ceux qui réclament sa suppression.
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
ivo
 
Messages: 2806
Enregistré le: 02 Nov 2011, 12:11

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 16 Oct 2012, 01:25

Communiqué de presse du collectif "Pas de bébés à la consigne ! "
du 12 octobre 2012

L’annonce gouvernementale d’abrogation prochaine du décret Morano
doit être le signal d’un plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance


Madame Bertinotti, ministre de la Famille, vient d’annoncer l’ouverture d’une consultation
citoyenne « afin de répondre aux besoins des familles en matière d’accueil de la petite
enfance et d’aide aux parents ». La ministre conclut son communiqué en annonçant
l’abrogation du décret du 7 juin 2010 dit « décret Morano » en 2013 pour le remplacer « par
des dispositifs cohérents avec les nouvelle orientations ».

Le collectif « Pas de bébés à la consigne » qui a pris en 2010 l’initiative d’une mobilisation
inédite des parents et des professionnels de la petite enfance pour le retrait de ce décret se
réjouit de sa prochaine abrogation. Elle constituera une première réponse à l’attente du
monde de la petite enfance pour des modes d’accueil de qualité, et doit inaugurer une
rupture avec la politique précédente de dégradation des conditions d’accueil des jeunes
enfants.

La situation actuelle reste marquée par un décalage important entre l’offre et les besoins
d’accueil des familles puisque les modes d’accueil proposent un peu plus d’un million de
places aux 2,4 millions enfants de moins de trois ans (dont les deux-tiers en accueil
individuel et un tiers en accueil collectif), sachant que le taux d’activité des mères de ces
enfants est d’environ 70%. C’est pourquoi une politique publique ambitieuse pour la petite
enfance doit permettre d’améliorer globalement l’offre d’accueil tout en développant la qualité
de cet accueil. Il s’agit à la fois d’offrir aux bébés et aux jeunes enfants un accueil
personnalisant dans un cadre collectif ou individuel et de permettre aux mères, aux parents
de concilier vie familiale et vie professionnelle.

Dans la phase de consultation qui s’ouvre, la Ministre annonce la tenue d’ateliers citoyens
dans quatre régions, débouchant sur une rencontre nationale début 2013.
Le collectif « Pas de bébés à la consigne » :
- appelle le gouvernement à faire de cette rencontre un véritable Grenelle de l’accueil de
la petite enfance réunissant tous les acteurs concernés.
- invite parents et professionnel-les dans tous les villes, départements et régions à s’emparer
des questions posées par l’accueil de la petite enfance et à participer ainsi à la consultation.

Le collectif « Pas de bébés à la consigne » y sera porteur de nombreuses propositions
issues du Plan d’urgence en faveur de l’accueil de la petite enfance1 qu’il a publié en
2011, notamment :
- un plan de création de 400 000 nouvelles places d’accueil prenant en compte un
rééquilibrage de l’offre d’accueil collectif par rapport à l’offre en accueil individuel ;
- un plan ambitieux de formation des professionnels de la petite enfance en développant
l’offre de formation qualifiée pour les professionnels de l’accueil collectif et en prenant de
nouvelles mesures en faveur de la professionnalisation et de la qualification dans le secteur
de l’accueil individuel ;
- le soutien aux modes d’accueil publics ou à but non lucratif.

Le président de la République a annoncé une priorité à la jeunesse,
il y a maintenant urgence à développer des modes d’accueil de qualité,
première pierre d’une société accueillante pour ses tout-petits

1 http://www.pasdebebesalaconsigne.com/DO ... rs2011.pdf
http://www.pasdebebesalaconsigne.com/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 20 Mar 2013, 12:31

Pas de bébés à la consigne

Forum national sur les modes d'accueils de la petite enfance,

samedi 23 mars, à Paris,
de 9h à 17h, Annexe Varlin de la Bourse du travail (annexe Charlot / Temple), Salle Eugène Henaff
29 boulevard du Temple, ou 85 rue Charlot

Annonce PDF : http://www.pasdebebesalaconsigne.com/DO ... rs2013.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 07 Sep 2014, 00:46

Jeudi 11 septembre

Assemblée Générale et grève - petite enfance de Paris

Toutes et tous ensemble le 11 septembre !

Sous-effectifs, horaires prolongés ou qui ne cessent de changer, agents seuls en section ou en cuisine, lingerie et ménage, polyvalence imposée à tous-tes, des difficultés pour prendre ses congés, agents sans poste fixe baladés comme des pions d'un établissement à l'autre pour remplacer,…

Surcharge de travail, mobilité forcée, stress, atteintes à notre santé, épuisement professionnel, démotivation…
Ce n'est plus supportable !

En juin, à plusieurs reprises, les personnels se sont mobilisés et la CGT Petite Enfance a été reçue en audience. A chaque étape de cette mobilisation, la CGT a rappelé l'urgence de répondre à la souffrance au travail des agents.

Les difficultés rencontrées ont largement été médiatisées, de nombreux parents ont été informés et ont exprimé leur solidarité. La DFPE et la Ville n'ont pu nier la dégradation des conditions de travail et ont été contraints de rouvrir le dossier du dispositif de remplacement. La DFPE a ainsi déclaré « avoir besoin de temps » pour travailler sur « la composition et la dimension du volant de remplacement et les moyens qui pourraient lui être attribués ».

A l'issue de ces actions, la CGT dit la vérité : c'était un premier pas important mais le compte n'y était pas (du tout !). Il n'y avait strictement rien de nouveau, en dehors de ce qui était déjà programmé par la Ville. De nouvelles mobilisations sont nécessaires.

Car pour gagner face à notre employeur, il faut être le plus nombreux et nombreuses à faire Grève, à se réunir, s'organiser, et à manifester.

Sans concertation, un syndicat a déposé un préavis de grève pour début septembre.

Pas question pour la CGT Petite Enfance de prendre le risque d'affaiblir la mobilisation des personnels, en faisant (comme d'autres syndicats) un appel à faire Grève un autre jour.

La CGT Petite Enfance a déposé un préavis reconductible et appelle l'ensemble des personnels de la DFPE (établissements, PMI, administratifs) à faire Grève ce Jeudi 11 septembre.

La CGT Petite Enfance propose à l'ensemble des syndicats de la DFPE d'appeler à la Grève ce jour-là et de constituer une intersyndicale.

Anne Hidalgo et Dominique Versini doivent répondre aux demandes légitimes des agents de la Petite Enfance !
• La création immédiate de postes permettant d'améliorer les conditions de travail et de limiter les absences.
• Le respect des fiches de postes. Un corps de remplacement conséquent avec des professionnelles expérimentées et volontaires, donc la fin de la mobilité forcée de la « mutualisation » pour les agents qui n'ont pas demandé à remplacer.

Tous-tes en Grève et dans la rue le jeudi 11 septembre !

Assemblée Générale à 9h30 Salle Ambroise CROIZAT 3 Rue du Château d'Eau 75010 Paris pour parler de nos conditions de travail et décider de nos actions.

http://www.ulcgt11.fr/spip.php?article4278
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 14 Sep 2014, 02:41

Paris : la grève dans les crèches se poursuit
Un point sur la grève dans les crèches parisiennes : http://paris-luttes.info/paris-la-greve ... creches-se
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede Pïérô » 12 Mar 2015, 18:32

Non à la fermeture de la crèche familiale de Limeil Brévannes.

Mobilisation des parents et assistantes maternelles.
Rassemblement samedi 14 mars 2015 à 10h.

Signer la pétition : http://chn.ge/1ExPC8x
Lire le tract : http://www.pasdebebesalaconsigne.com/DO ... s.2015.pdf
La page Facebook : https://www.facebook.com/groups/fermetu ... familiale/

http://www.pasdebebesalaconsigne.com/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 26 Mar 2015, 03:05

La Réunion

Impayées depuis janvier, les taties sont en grève

Les parents de la micro-crèche Clair de Lune à Saint-André ont dû récupérer leurs enfants ce mercredi en milieu de journée. Les employées de cette structure privée ont manifesté suite au non-paiement de leurs salaires depuis le mois de janvier.

... http://www.clicanoo.re/467645-impayees- ... greve.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 27 Mai 2015, 02:39

Appel à la grève jeudi dans les crèches parisiennes

La CGT-Petite enfance appelle à une « grève reconductible » jeudi dans les crèches parisiennes de la Ville de Paris pour dénoncer le manque de personnel. Selon le syndicat majoritaire, « les conditions de travail […] sont devenues insupportables ».

... http://www.leparisien.fr/paris-75/paris ... 22%2Cd.d24
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 30 Mai 2015, 15:08

Crèches parisiennes : la grève reconduite vendredi

PETITE ENFANCE – A l'appel de la CGT, une partie des agents des crèches municipales parisiennes a décidé de reconduire le mouvement de grève lancé ce jeudi.

... http://www.metronews.fr/paris/creches-p ... 4cWsl6z7s/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: " Pas de bébés à la consigne ! "

Messagede bipbip » 19 Juin 2015, 02:03

La grève dans les crèches se poursuit ce vendredi

Les parents qui n’ont pas pu déposer leur enfant en bas âge à la crèche jeudi devront encore prendre leur mal en patience. La grève à laquelle ont pris part de nombreux agents des 465 établissements municipaux de la capitale — « des milliers » selon les syndicats CGT, l’Unsa, la CFTC, FO, FSU — est reconduite ce vendredi.

D’après les chiffres de la Ville, 18 % des 7 500 agents ont cessé le travail, ce qui aurait entraîné la fermeture totale de 40 crèches et la fermeture partielle d’une centaine d’autres.

« En dépit de cette mobilisation des personnels et de la solidarité affichée par de nombreux parents, la maire de Paris continue d’ignorer leurs revendications légitimes, écrivent les syndicats dans un communiqué commun. Réunis en assemblée générale, plusieurs centaines d’agents mobilisés ont décidé la reconduction de la grève. »

... http://www.leparisien.fr/paris-75/paris ... 873753.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31719
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité