People and Baby : répression syndicale

People and Baby : répression syndicale

Messagede barcelone 36 » 01 Avr 2010, 00:35

People and Baby : pour que la petite enfance rime avec respect et pas avec business
Communiqué de presse confédéral du 30 mars 2010
Suite à un mouvement de grève destiné à défendre de meilleures conditions de travail et une autre conception des pratiques professionnelles dans la petite enfance, six salariées, venant de créer une section syndicale, de la halte-garderie Giono, située dans le 13e arrondissement et gérée par la société "People and baby", se sont vu signifier une mise à pied conservatoire.

Pour justifier ces procédures, la direction de People and Baby évoque la question de l’hygiène de l’établissement. Pourtant, avant ce jour, aucune de ces salariées n’avait fait l’objet de la moindre sanction ou même de remarques sur ces questions.

La médecine du travail a d’ailleurs précisé que les faits qui pourraient être reprochés aux salariées ne sont pas de leur ressort mais de celui de la direction !

De son côté, l’inspection du travail a envoyé un courrier à la direction lui demandant de retirer ses sanctions.

Les parents ont également apporté leur soutien au salariées choqués que leurs enfants aient pu du jour au lendemain être confiés à des « inconnues » alors qu’ils étaient extrêmement satisfaits de l’équipe en place et de son projet pédagogique.

Aujourd’hui, la direction confirme sa volonté de licencier, ou de muter de force pour une salariée, la majorité du personnel de Giono ! Nous ne laisserons pas faire. La Confédération nationale du travail, en soutien à la section syndicale People and Baby et à sa Fédération santé-social, appelle à combattre le plus largement cette atteinte grave à la liberté syndicale.

Parce qu’une politique respectueuse de la petite enfance nécessite de bonnes conditions de travail pour les équipes ! Parce que le projet pédagogique doit primer sur les intérêts financiers ! Parce que se syndiquer et faire grève est un droit !

La CNT appelle à amplifier la mobilisation pour :
la réintégration dans la halte garderie Giono des salariées licenciées ou mutée de force
la suppression des heures supplémentaires « imposées » !
l’augmentation des salaires !
l’embauche de personnel compétent !
8 semaines de congés pour tous et toutes !
l’arrêt des vacances imposées !
le droit à la formation et à l’information !

D’ores et déjà, la CNT appelle à un rassemblement devant la mairie du 13e arrondissement de Paris, donneur d’ordre de People and Baby sur la halte- garderie Giono, Jeudi 1er avril, métro Place d’Italie, à partir de 17h

Publié le 31 mars 2010
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28


Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede barcelone 36 » 02 Avr 2010, 02:39

communiqué de presse
Le siège de people and baby occupé

Ce jeudi 1er avril alors que se tenait le comité d'entreprise de people and baby, les salariées de la section CNT people people and baby avait appelé à une grève. Elle demandent la réintégration des trois salariées licenciées de la halte garderie Giono dans le 13 eme arrondissement ainsi que la réintégration d'une quatrième salariée mutée dans une autre structure.
En fin de matinée les salariées de la section syndicale sont intervenues lors de la réunion du comité d'entreprise avec le soutien d'une quinzaine de militants de la CNT et ont décidée de rester occuper le siège social de l'entreprise. Lors d'une première entrevue, Le PDG Christophe Durieux a proposé de soutenir en tant que conseil la création d'une entreprise pour les salariées licenciées. Peut-être veut-il proposer des formations de management pour apprendre à licencier ?
Dans l'après midi, alors que de nombreux militants de la CNT, de SUD, du NPA et des sans étiquette ont porté le nombre d'occupants à une cinquantaine, la direction se refusait toujours à toute ouverture de négociations concernant la réintégration des salariées. Nicole Borvo(PC), sénatrice et Emmanuelle Becker élue PC au conseil de Paris sont également intervenues auprès de la direction. Lors de l'entrevue, où étaient également présentes la représentante de la section syndicale et la fédération CNT santé social, la direction une nouvelle fois fait preuve de sa mauvaise foi lorsque les élues lui ont fait part de leurs inquiétudes quant à sa gestion du conflit et des motifs de licenciement. La direction n'a cessé de stigmatiser les salariées de la Halte garderie Giono, oubliant qu'il y a quelques mois une directrice adjointe d'une structure de l'est de France a été mise à pied de manière encore plus violente et est restée 3 mois sans salaire. C'est aussi sans compter le nombre de salariées « gênantes » à qui la direction de people and baby propose régulièrement des ruptures conventionnelles de contrats dès qu'elle veut s'en débarrasser.
L'occupation s'est prolongé jusque dans la soirée où le PDG a fait intervenir deux agents de police pour tenter de négocier des occupants puisque l'huissier qu'avait mandaté la direction n'a pu constater de dégradations sur les lieux de l'occupation. Peu avant 22h00, la direction a fait intervenir des vigiles qui avec l'aide de la police ont escorté la direction vers la sortie.
Une fois de plus, en réponse à des revendications salariales, le patron fait intervenir la police et sa milice patronale.
N'ayant plus personne avec qui négocier, les salariées de la section et leurs soutiens ont décidé de quitter les lieux.
Dans le même temps, un rassemblement à l'appel de la section CNT people and baby se tenait à 17h00 devant la mairie du 13me arrondissement, qui est le donneur d'ordre de l'entreprise gestionnaire. Une cinquantaine de personnes, militants et militantes de la CNT, de la CGT, des alternatifs et du NPA entre autres, ainsi que des parents se sont retrouvés devant la marie pour demander la réintégration des salariées et une intervention de la mairie auprès de l'entreprise. Une délégation a été reçue et un nouveau rendez-vous a été fixé vendredi 2 avril avec le directeur du cabinet du maire.
Nous ne lâcherons pas la pression tant que les salariées ne seront pas toutes réintégrée et que la direction de people and baby n'aura pas ouvert de négociations pour répondre aux revendications sur les conditions de travail de toutes les salariés de people and baby.
La lutte et le soutien continuent avec un concert de soutien aux salariées licenciées vendredi 2 avril à la CNT.

Paris, le 2 avril 2010

Section CNT people and baby : 06 19 34 51 27 mail : sectionpetb@cnt-f.org

Fédération CNT santé social : 06 28 33 42 43 mail : fede.sante-social@cnt-f.org
33 rue des vignoles
75020 Paris

Liens:: http://www.cnt-f.org/sante-social.rp/co ... 3.....html
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede barcelone 36 » 21 Avr 2010, 20:17

sur le blog des camarades en lutte, un article du Canard Enchainé:

http://peopleandbaby-enlutte.over-blog. ... 18800.html
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede barcelone 36 » 26 Avr 2010, 15:52

dans le Monde Libertaire de cette semaine:
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Nico37 » 01 Mai 2010, 19:04

People and Baby : pour que la petite enfance rime avec respect et pas avec business
Communiqué de presse confédéral du 30 mars 2010
Suite à un mouvement de grève destiné à défendre de meilleures conditions de travail et une autre conception des pratiques professionnelles dans la petite enfance, six salariées, venant de créer une section syndicale, de la halte-garderie Giono, située dans le 13e arrondissement et gérée par la société "People and baby", se sont vu signifier une mise à pied conservatoire.

Pour justifier ces procédures, la direction de People and Baby évoque la question de l’hygiène de l’établissement. Pourtant, avant ce jour, aucune de ces salariées n’avait fait l’objet de la moindre sanction ou même de remarques sur ces questions.

La médecine du travail a d’ailleurs précisé que les faits qui pourraient être reprochés aux salariées ne sont pas de leur ressort mais de celui de la direction !

De son côté, l’inspection du travail a envoyé un courrier à la direction lui demandant de retirer ses sanctions.

Les parents ont également apporté leur soutien au salariées choqués que leurs enfants aient pu du jour au lendemain être confiés à des « inconnues » alors qu’ils étaient extrêmement satisfaits de l’équipe en place et de son projet pédagogique.

Aujourd’hui, la direction confirme sa volonté de licencier, ou de muter de force pour une salariée, la majorité du personnel de Giono ! Nous ne laisserons pas faire. La Confédération nationale du travail, en soutien à la section syndicale People and Baby et à sa Fédération santé-social, appelle à combattre le plus largement cette atteinte grave à la liberté syndicale.

Parce qu’une politique respectueuse de la petite enfance nécessite de bonnes conditions de travail pour les équipes ! Parce que le projet pédagogique doit primer sur les intérêts financiers ! Parce que se syndiquer et faire grève est un droit !

La CNT appelle à amplifier la mobilisation pour :
la réintégration dans la halte garderie Giono des salariées licenciées ou mutée de force
la suppression des heures supplémentaires « imposées » !
l’augmentation des salaires !
l’embauche de personnel compétent !
8 semaines de congés pour tous et toutes !
l’arrêt des vacances imposées !
le droit à la formation et à l’information !
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Nico37 » 02 Mai 2010, 19:09

Que font les politiques de la petite enfance

Jeudi, les professionnels de la petite enfance se sont mobilisés dans toute la France contre le décret proposé par Nadine Morano.
Sophie est représentante syndicale CNT, elle raconte.

« Je travaille dans une halte garderie privatisée en 2006, par la société People and baby. A l’époque, les parents et les professionnels s’étaient inquiétés et avaient alpagué Mr Delanoë pour exprimer leur mécontentement. Et depuis 2006, nos inquiétudes se sont confirmées, nos conditions de travail se sont dégradées. Avant, nous étions beaucoup plus nombreuses auprès des enfants, là nous somme piles dans la norme, et ça ne suffit pas. Et pour les enfants, notre philosophie était de ne pas mettre de barrières, de faire se côtoyer les grands et les petits. Dès que les gens de People and Baby sont arrivés, ils ont voulu tout cloisonner. Des collègues ont décidé de se syndiquer et ont fait une journée de grève. Le lundi 1er mars elles se sont arrêtées. Le mardi quand elles sont revenues elles se sont vues signifier une mise à pied conservatoire. Les parents ont dû confier leurs enfants à des inconnus. L’inspection du travail a fait un courrier à la direction, dénonçant le parallèle entre la grève et la mise à pied et en demandant l’arrêt des sanctions. Le PDG n’a rien écouté et trois collègues sont actuellement licenciées.

Qu’est-ce qu’on fait de la petite enfance ? Que font les politiques de la petite enfance ? Quand on entend le PDG qui parle de ‘clients’ quand il parle des parents, nous ne pouvons pas cautionner, c’est intolérable. On demande la remunicipalisation des crèches et bien sûr on se mobilise contre le décret Morano car tout est lié. »
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 13 Mai 2010, 17:42

sympa !

Lettre de soutien aux camarades de People and Baby

Camarades,

L’ensemble des membres du comité de lutte des CONTI tient haut et fort à vous apporter son soutien, plein et entier, pour la difficile situation que vous traversez depuis plusieurs semaines maintenant.

Bien sûr, nous soutenons non seulement les camarades de People and Baby incriminées de par les attaques d’un nouvel exploiteur de l’homme par l’homme, se retranchant derrière la petite enfance pour engranger des bénéfices colossaux, et qui de ce fait ne respecte pas les droits de ses salariés comme tout exploiteur qu’il est, ni dans des instances représentatives, ni dans les droits constitutionnels qu’ils ont, mais nous soutenons aussi tous les camarades de People and Baby qui bien que n’étant pas mis sur le devant de la scène par des procédures du même genre, doivent traverser quotidiennement les mêmes attaques, bien plus insidieuses car tout se passe dans l’ombre, au bon vouloir de hiérarchiques zélés qui, se pensant « intouchables », se permettent tout et n’importe quoi car n’ayant jamais connu de situation de défense comme celle que vous leur infligez actuellement.

Nous sommes heureux et fiers de vous apporter ce modeste soutien au regard de la lutte exemplaire que vous menez, et dont les efforts ont en partie été récompensés.

Nous acclamons aussi haut et fort les gens qui vous apportent leur aide dans cette lutte, et bien que nous pensons à tous ceux qui vous aident, sans oublier qui que ce soit, nous sommes solidaires de l’action et la combativité des camarades de la CNT qui n’ont eu de cesse de monter au créneau tous les jours depuis le début de cette triste et sordide affaire.

Courage et détermination, solidarité et rapport de force, voilà les maîtres mots d’une lutte qui ne peut que vous faire obtenir tout ce dont vous voulez obtenir, mais tout cela vous l’appliquez déjà depuis le début alors vous ne pouvez pas entrevoir autre chose que la victoire.

Camarades, une nouvelle fois nous vous réitérons notre soutien. HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !!

CONTINENTAL - Les Membres du Comité de Lutte, 11 mai.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 27 Mai 2010, 20:45

je sais pas où çà en est à l'heure qu'il est mais Le siège social de People & Baby, situé 16 avenue Hoche, 75008 Paris (Métro Ch. de Gaulle Étoile ou Ternes) est occupé par des militantEs de la CNT depuis la fin de matinée.

communiqué de la CNT :

People and Baby : quand le patron refuse la discussion ,
les salariés répondent par l’occupation


Le 2 mars 2010, suite à une journée de grève des salariés de la halte-garderie Giono (13e arrondissement de Paris), à l’appel de la section syndicale CNT, la direction de l’entreprise privée gestionnaire de ce marché public, People and Baby, décidait de mettre à pied l’ensemble des grévistes, puis de licencier trois d’entre elles.

Depuis presque trois mois, les salariées, licenciées ou réintégrées, sont donc en lutte pour obtenir la réintégration de l’ensemble des salariées à la halte-garderie Giono.

Grâce au soutien des salariés de la société solidaires,, de parents, de syndicalistes de la CNT, de la CGT, de SUD, des Conti ou du STC, de militants politiques et d’associations (PCF, NPA, Parti de gauche, etc.), ou de voisins.

Grâce aux centaines de signataires des pétitions papier ou en ligne.

Grâce aux nombreuses manifestations et rassemblements organisés (mairie du 13e, hôtel de ville de Paris, siège social de l’entreprise, etc.).

Grâce à la popularisation de cette lutte à travers le blog (http://peopleandbaby-enlutte.over-blog.com) et les articles de presse (Le Canard enchaîné, La Parisien, Politis, L’Humanité, CQFD, etc.).

Grâce à la solidarité manifeste lors de manifestation “Pas de bébés à la consigne”, où nos collègues du privé comme du public, nous ont apporté à maintes fois leur soutien, car elles savent que ce qui arrive aujourd’hui à People and Baby pourrait leur arriver si on laisse faire.

Grâce à toutes ces actions, la réintégration d’une salariée à la halte-garderie Giono a été obtenue, et une clause sociale sera intégrée dans les contrats de sous-traitance de la mairie de Paris, suite à un vote du Consil de Paris du 11 mai dernier. Mais ce n’est pas encore assez !

Ce 27 mai au matin, avait lieu la conciliation aux prud’hommes (le syndicat a lancé une procédure en nullité des licenciement et demande de réintégration). Encore une fois, Christophe Durieux, patron de People and Baby, a refusé tout dialogue et toute concession, ne daignant même pas venir à la conciliation. Il préfère les coups bas : mensonges au parents, tentatives d’intimidation sur le syndicat comme sur tous les salariés, non-respect du droit du travail, etc.

Face à ce refus clair de la direction d’engager toute discussion, les salariés et leur syndicat ont décidé d’occuper le siège une nouvelle fois. La lutte continue et continuera tant que la réintégration des toutes les salariées n’aura pas été obtenue.

Parce que se syndiquer et faire grève est un droit, parce qu’on ne peut laisser briser ainsi le service public de la petite-enfance en le confiant à des financiers sans scrupules ; nous ne lâcherons rien !

La section syndicale CNT People and Baby, soutenue par sa Confédération, a décidé d’occuper, dès aujourd’hui 13h30, le siège de l’entreprise People and Baby.

Par ailleurs, la CNT appelle également à participer massivement aux manifestations du collectif "Pas de bébés à la consigne" du samedi 29 mai,

Un coup contre l’un d’entre nous est un coup contre tous ! Ne laissons pas faire, Solidarité !
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 28 Mai 2010, 21:16

l'occupation tient,
communiqué de la CNT :

People and Baby : deuxième jour d’occupation du siège

Depuis hier, le siège de l’entreprise People and Baby (16 avenue Hoche, Paris 8e), gestionnaire de crèches privées d’entreprise ou en marchés et délégations publics (1000 salariés en France), est occupé par les salariées de la halte-garderie Giono et leur confédération syndicale CNT.

Le but de cette action syndicale est d’obtenir la réintégration des 5 salariées de la section syndicale CNT People and Baby, licenciées pour avoir oser faire une journée de grève et se syndiquer.

Elle dure depuis hier 27 mai, suite à l’échec de la conciliation aux prud’hommes (le syndicat a lancé une procédure en nullité des licenciement et demande de réintégration). Encore une fois, Christophe Durieux, patron de People and Baby, a refusé tout dialogue et toute concession, ne daignant même pas venir à la conciliation.

Depuis le début de cette action syndicale, Mr Durieux refuse toujours d’ouvrir des discussions avec les salariées. L’occupation continuera donc tant que la direction n’acceptera pas d’ouvrir des négociations sur les conditions de réintégration des salariées licenciées.

Parce que se syndiquer et faire grève est un droit, parce qu’on ne peut laisser briser ainsi le service public de la petite-enfance en le confiant à des financiers sans scrupules ; nous ne lâcherons rien !

Par ailleurs, la CNT appelle également à participer massivement aux manifestations du collectif "Pas de bébés à la consigne" du samedi 29 mai.

Nous vous invitons également à visiter le blog avec les premières photos de cette occupation, ainsi que l’historique de la lutte :
http://peopleandbaby-enlutte.over-blog.com/


. . . . . . . . . . . . . . . . . Image

photos de la première journée d’occupation : http://peopleandbaby-enlutte.over-blog. ... 45592.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede barcelone 36 » 30 Mai 2010, 23:59

People and Baby à Chantepie

Nous avons appris récemment que la société people and baby risquait d’obtenir une délégation de service public dans le domaine de la petite enfance dans la commune de Chantepie. Nous dénonçons les méthodes de management de cette entreprise qui, non contente de ne pas respecter le droit syndical dans ses crèches à Paris, a été jusqu’à licencier 3 de ses salariées syndiquées à la CNT. Licenciements faisant suite à un mouvement de grève. Licenciement dont le caractère consécutif à la grève n’a pas échappé à l’inspection du travail.

En soutien à la section people and baby du syndicat santé social de la CNT, l’UL du bassin de Rennes des syndicats de la CNT demande à la municipalité de Chantepie de prendre en considération les actes anti sociaux de cette entreprise dans sa gestion du personnel : le non respect des libertés syndicales de cette entreprise est scandaleux. Nous invitons aussi les conseillers municipaux, les services et personnels de mairie à réfléchir aux conséquences de gestion aussi désastreuse en termes sociaux et humains dans un service ou ces préoccupations doivent être au centre : celui de la petite enfance. De bonnes conditions de travail pour l’accueil des enfants. Voilà juste ce que réclamaient ses salariées !

Union Locale CNT Rennes
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 01 Juin 2010, 07:19

communiqué de la CNT People & Baby :

Fin de l'occupation du siège de People and Baby : c'est nous qui travaillons, c'est nous qui décidons !

Depuis le 2 mars 2010, la section CNT-People and Baby de la halte-garderie Giono (13e arrondissement) lutte pour la réintégration des cinq salariées sanctionnées abusivement pour fait de grève (cinq mises à pied suivies de trois licenciements).

En quelque trois mois de mobilisation, nous avons multiplié les formes d’intervention : occupation du siège social le 2 avril, manifestations de rue dans le cadre des mobilisations «Pas de bébés à la consigne», occupation d’un établissement People and Baby de Lyon le 7 avril, puis de la halte-garderie Giono durant trois jours du 14 au 16 avril, nombreuses manifestations de rue, rassemblements unitaires (partis et syndicats), collages et distributions de tracts, et même une manifestation devant le domicile du patron à l’occasion du 1er Mai, la fête des travailleurs.

Suite au refus du PDG Christophe Durieux de se présenter à la conciliation devant le conseil des prudhommes jeudi 27 au matin, nous nous sommes invités le même jour au siège social de la société, 16 avenue Hoche, pour exiger la réintégration des salariées licenciées et faire valoir notre dignité de femmes en lutte.

Pendant cinq jours, les drapeaux rouge et noir ont flotté dans le 8e arrondissement.

L’employeur a accepté qu’une nouvelle réunion de négociation se tienne demain mardi 1er juin matin à 8 heures, sous l’égide d’un médiateur.

Ce lundi 31 mai 2010 à 21h10, nous avons quitté le siège et levé l’occupation.

Au terme de cette occupation joyeuse et revendicative, qui a renforcé notre détermination face aux agissements des patrons voyous comme Christophe Durieux, nous décidons donc de poursuivre la lutte sous d’autres formes.

Le syndicalisme est un droit !
C’est nous qui travaillons alors c’est nous qui décidons !
On ne lâchera rien !


CNT - section People & Baby, 31 mai 2010.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 24 Juin 2010, 17:10

Appel à rassemblement le 29 juin :

Face à la répression d’un patron voyou : des femmes en lutte -
Rassemblement de soutien aux salariées de People and baby le 29 juin à Paris



La halte-garderie Giono, associative jusqu’en 2006, a été depuis confiée par la mairie de Paris à l’entreprise privée People & Baby. Les salariées sont immédiatement confrontées à une dégradation de leurs conditions de travail et à la remise en cause de leur projet pédagogique collectif, peu conforme aux exigences financières de People & Baby.

Celles-ci décident de monter en novembre 2009 une section syndicale CNT. Le 1er mars 2010, la section appelle à une journée de grève pour dénoncer les pressions de la direction de People & Baby et revendiquer de meilleures conditions de travail. Les 5 salariées grévistes sont mises à pied avant d’être licenciées pour 3 d’entre elles, pour une mutée dans une autre structure, seule la représentante de la section syndicale étant réintégrée sur son lieu de travail grâce à sa protection légale. Les raisons fallacieuses et changeantes (insubordination, problèmes d’hygiène et de sécurité, etc.) invoquées par la direction de People & Baby, alors même qu’aucun reproche n’avait jusque-là été fait à ces salariées, ne doivent pas faire illusion.

Après quatre mois de mobilisation, le soutien des parents des enfants de la halte-garderie, d’autres syndicats (SUD, CGT, STC ou encore Conti), d’associations ou de partis politiques (NPA, PCF, PG, etc.), elles ont comme seule réponse de leur patron, mépris, mensonges et menaces. Le PDG de cette entreprise, Christophe Durieux, animé par sa volonté de casser la section syndicale et de ne pas se laisser « impressionner » par des salariées trop remuantes, s’obstine dans sa logique répressive. Il ne vit que de son pouvoir de supériorité de chef d’entreprise sur ses salariées, qui sont par ailleurs en grande majorité des femmes. En effet, il abuse sans cesse de son statut d’homme et de chef pour mettre une pression psychologique sur ces femmes, sans aucun respect des droits du travail.

Les inégalités entre hommes et femmes persistent au sein de nombreuses entreprises, en termes de rémunération, de statut, de reconnaissance professionnelle. Nous devons rester solidaires face aux inégalités qui existent au sein de notre société, quelles qu’elles soient : discrimination par le sexe, l’âge, la nationalité, l’accès à l’éducation et aux soins, etc.

Commençons par faire entendre raison à M. Durieux, patron voyou, autocrate, sexiste et caricatural de People & Baby. Face à un PDG qui se sent comme un coq en pâte entouré de sa basse-cour, nous vous appelons à la plus large solidarité.

Visitez notre blog, envoyez des messages de soutien, faites tourner l’information, signez la pétition en ligne, et surtout :

RENDEZ-VOUS LE 29 JUIN AU RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ pour appuyer la demande de réintégration des salariées, à partir de 9 h devant le conseil des prud’hommes de Paris, 27 rue Louis Blanc, 75010 PARIS

FEMMES EN LUTTE, REPRENONS LA PAROLE POUR NOUS EXPRIMER, NOUS ORGANISER ET NOUS FAIRE ENTENDRE !


RASSEMBLEMENT MARDI 29 JUIN 2010,
À PARTIR DE 9 H, AU CONSEIL DES PRUD’HOMMES DE PARIS,
27 RUE LOUIS-BLANC, PARIS 10e, M° LOUIS-BLANC

LE SYNDICALISME EST UN DROIT! C’’EST NOUS QUI TRAVAILLONS,
ALORS C’EST NOUS QUI DÉCIDONS! ON NE LÂCHERA RIEN!

Premiers signataires :

Syndicats : Confédération nationale du travail (CNT), Union syndicale Solidaires, Union syndicale départementale CGT Paris santé privée et action sociale, Comité de lutte des Conti, Syndicat des travailleurs corses (STC), CGT-E (Espagne).

Organisations politiques et associatives : Fédération Paris du PCF, NPA 75, Parti de Gauche 75, Alternative libertaire, Fédération anarchiste région parisienne.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 01 Juil 2010, 21:15

Soirée de solidarité ce jeudi 2 juillet :

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: People and Baby : répression syndicale

Messagede Pïérô » 29 Juil 2010, 12:19

Message de la section syndicale :

Dans sa logique de vouloir en finir avec la section syndicale CNT, le patron de People and baby convoque à un entretien préalable au licenciement ce vendredi 30 juillet les 2 dernières syndiquées de la garderie Giono !!

Un rassemblement est prévu ce vendredi 30 juillet à partir de 8h30 devant le siège de People and
baby, 16 avenue Hoche, Paris 8e, métro Charles de Gaulle/Étoile.

Soyons nombreuses et nombreux pour dénoncer cette répression anti-syndicale
et soutenir les 2 camarades !

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21786
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité