Luttes secteur santé public-privé

Re: Luttes dans et pour la santé publique

Messagede bipbip » 06 Juin 2013, 14:22

Mobilisation du 15 juin
de l'Union syndicale Solidaires
Santé, Action sociale, Retraite, Protection Sociale
Toutes et tous à PARIS le 15 juin 2013


La protection sociale, variable d’ajustement des politiques d’austérité : Comme dans tous les autres pays d’Europe, la crise de la dette, la mise en place de politiques d’austérité sont le prétexte à l’attaque de la protection sociale sous toutes ses formes (santé, action sociale, retraites, politique familiale, systèmes de sécurité sociale, assurance chômage…).

Le gouvernement n’a pas rompu avec la politique de Sarkozy.

Les plans d’économie de la sécurité sociale concernent tous les domaines : une grande partie de la population n’a plus accès aux soins et y renonce. Les dépassements d’honoraires et les déremboursements des soins coûtent de plus en plus cher.

La désertification sanitaire s’amplifie par la fermeture d’hôpitaux et de services de proximité.

Les politiques d’austérités aggravent la précarité et créent une misère croissante. Dans le même temps les réponses sociales, pour garantir les droits de la population, ne sont plus à la hauteur des enjeux (diminution drastique des budgets sociaux).

Les premières victimes de la crise : les chômeurs-ses, les jeunes précaires et les retraité-e-s, les malades et les handicapé-e-s, se voient privés de leurs principaux droits à la santé, au logement, à un revenu décent dans tous les cas où ils sont privés des revenus du travail.

La santé, l’action sociale, la Sécurité Sociale, les retraites : c’est l’affaire de tous.

Le droit à la santé et à la protection sociale ne sauraient être l’apanage des seuls professionnel-le-s. C’est l’ensemble de la population qui a le devoir de se mobiliser pour préserver les outils de solidarité.

Il y a urgence à agir contre la voracité des assurances privées, des multinationales de la santé (pharmacie, groupe de cliniques privées) et du secteur bancaire !

La santé n’est pas une marchandise, le social n’est pas à vendre !

L’Union syndicale SOLIDAIRES s’inscrit totalement dans la campagne unitaire du collectif Notre Santé en Danger qui regroupe des Associations d’usagers, des comités de défense des hôpitaux de proximité, des syndicats professionnels (Fédération SUD Santé Sociaux, Fédération CGT Santé Action Sociale…), des partis politiques...

Toutes et tous le 15 juin à PARIS à la manifestation nationale unitaire


Grèce, Espagne, Portugal laboratoires de la marchandisation de la santé et de la protection sociale.

Le FMI, la Banque Centrale Européenne, et tous les gouvernements ont soumis tous les peuples d’Europe à un plan concerté, décliné différemment dans chaque pays qui vise à détruire une protection sociale solidaire et égalitaire, une santé et une action sociale accessible à tous partout et tout le temps.
Depuis des mois, une mobilisation très importante existe dans ces trois pays. Etre solidaires, c’est d’abord construire la mobilisation dans notre pays pour éviter demain la destruction, partout, des principales conquêtes sociales.

Retraites : contre leurs mauvais coups, organisons-nous !

A la grande satisfaction du patronat, le gouvernement annonce une nouvelle contre - réforme des retraites. Allongement de la durée de cotisations, diminution des pensions, décote, ... comme en 1993, en 2003, en 2007, en 2010, on va nous dire qu’il faut « sauver les retraites » alors que leur objectif est de diminuer les droits des travailleurs et des travailleuses.
La fin des exonérations de cotisations sociales, le règlement de la dette patronale, l’arrêt de la fraude sociale du patronat, ainsi qu’une autre répartition de la richesse créée, plus favorable aux salarié-e-s, pourrait garantir nos retraites pour très, très longtemps !
Le gouvernement préfère prendre dans la poche des salarié-e-s et des retraité-e-s que de s’affronter réellement au « monde la finance » qui s’alimente en parasite de la richesse créée par le travail ! La mobilisation c’est maintenant !
http://www.solidaires.org/article44664.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes dans et pour la santé publique

Messagede Pïérô » 14 Juin 2013, 00:49

Affichette unitaire

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes dans et pour la santé publique

Messagede Pïérô » 16 Juin 2013, 18:11

Peu d'informations sur cet évènement. Il y en a eu hier brièvement sur France-infos. La mobilisation n'a pas été à la hauteur ni des espérances ni de l'enjeu. La CGT a oblitéré le fait qu'il s'agissait d'une mobilisation unitaire dans sa communication en mobilisation. Il semble que les vieux stals sectaires ont repris la main sur la fédé santé. SUD-Solidaires n'était pas ridicule du tout et plutôt conséquente au regard des forces. Quelques petits cortèges politiques seulement en PG, PCF, FDG, EELV, FA (pas d'apparition AL en tant que telle cause réunion de coordination fédérale, mais des camarades dans le cortège syndical, et pas de CNT non plus).

A noter qu'au départ de la manif, on s'est à pas mal de monde de SUD, FA, AL, solidarisé avec le rassemblement des sans papiers encerclé par les flics à côté de la manif, et on est resté sur place un bon moment.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes dans et pour la santé publique

Messagede Pïérô » 18 Juin 2013, 01:50

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes dans et pour la santé publique

Messagede pascal » 19 Juin 2013, 23:14

Image


Il y a le feu dans la santé et l’action sociale : aucun secteur du public et du privé non lucratif n’échappe aux plans d’économies préjudiciables aux usagers et aux professionnels de la santé et de l’action sociale.

Il n’y aura pas de changement sans luttes, luttons
jusqu’au changement !

SUD santé sociaux, avec la CGT, l’USP et les organisations du collectif Notre Santé En Danger, ont décidé d’une campagne prolongée sur la santé et l’action sociale.

Conscient que l’avenir de l’action sociale, de la santé publique et de la protection sociale appartient à tous les assurés sociaux, nous appelons à la construction d’une mobilisation citoyenne.

En associant les professionnels, les usagers, les citoyens, les associations populaires, le syndicalisme interprofessionnel construisons le rapport de force nécessaire.

Cela passe par une campagne de mobilisation à partir des revendications spécifiques existantes dans les établissements, celles portées par notre fédération et celles communes à la plate forme de Notre Santé en Danger.

Pour l’arrêt des restructurations dans le sanitaire et le social, des plans de licenciements, des plans de redressements, pour des effectifs à la hauteur de nos missions.
Pour la défense et la rénovation par le haut des conventions collectives du privé et du statut FPH, (projet SUD de CC BASS)http://sud-sante.org/Projet-BASS.html.

Pour le refus du moins disant social et de la concurrence entre professionnels, pour la parité salariale privé public : « à travail égal, qualification égale, salaire égal ».

Pour l’abrogation de la loi Bachelot (HPST) et de tous les ordres professionnels.

Pour la défense d’une sécurité sociale égalitaire, solidaire et accessible à toutes et tous.

Pour agir contre tout nouveau recul de l’âge de la retraite et du montant des pensions.

Pour la suppression de toutes les franchises, du forfait hospitalier, des dépassements d’honoraires…

Mettons nous en campagne !


Pour la santé, L’action sociale
Et la protection sociale
Manifestation Nationale
à Paris le 15 juin 2013


http://sud-sante.org/Il-n-y-aura-pas-de ... -sans.html

video manif Paris du 15/06/2013

Contre l'austérité dans la santé à l'appel de CGT et SUD

http://www.youtube.com/watch?v=ffWeslWy ... e=youtu.be

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actu ... e-la-sante

http://orta.dynalias.org/fotorouge/pres ... s?nuphot=1
pascal
 
Messages: 24
Enregistré le: 03 Juin 2013, 22:27

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 25 Juin 2013, 00:44

Mercredi 26 juin, Paris

Happening « Ni Bonnes Ni Nonnes Ni Pigeonnes »

infirmières, soignants

Le collectif Ni Bonnes Ni Nonnes Ni Pigeonnes organise un happening mercredi 26 juin à 15 heures place de la Bourse à Paris : un simulacre de pendaison de patients et de soignants afin d'illustrer la mise en danger du patient par manque de personnel et de moyens et le suicide soignant par burn out. La place de la bourse a été choisie comme métaphore afin d'illustrer ce sacrifice humain sur l'autel de la rentabilité. 7 soignants se sont suicidés à l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris depuis le mois de janvier 2013. Le collectif dénonce le désengagement de l'état face aux besoins croissants qu'exige la prise en charge des patients en ville et à l'hôpital et alerte la population par le biais de cet happening sur la mise en danger quotidienne des professionnels de santé et des patients hospitalisés au profit de la performance économique. Nous avons peur pour l'avenir de nos professions: peur car nous ne pouvons plus exercer avec nos valeurs de soins.
http://www.demosphere.eu/rv/26927
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 19 Sep 2013, 11:28

Fermeture de maternités,
Aux Lilas, une manifestation est prévue le 21 septembre à 11H00 à la mairie des Lilas.

suppression de services d'urgences, casse des hôpitaux, c'est notre santé qui est en danger !

Les maternités des Lilas, des Bluets, de Thann sont fortement menacées, les maternités de Vire, de Marie-Galante, de la Seyne sur Mer, de Valréas, Lannemezan, Quimperlé, d'Ivry, de Saint-Antoine et de Saint Vincent de Paul et bien d'autres ont fermé ainsi que les centres d'interruption volontaire de grossesse.

Les urgences de Wattrelos, Pont à Mousson, Pont l'Abbé, Lure, Juvisy… sont attaquées ou fermées.
A l'Hôtel Dieu, le démantèlement de l'hôpital se poursuit, vidant le centre de Paris de son hôpital de proximité. La fermeture des urgences est programmée renvoyant sur les autres hôpitaux, déjà saturés, les 43 000 personnes qui les fréquentent chaque année.

Les méthodes utilisées sont dignes des patrons voyous ! On diminue le personnel, on ne remplace plus le matériel, on ferme des activités indispensables, on dit que cela ne fonctionne pas, on crie que la sécurité n'est plus assurée et ON FERME !

Ils ferment, regroupent, fusionnent, pour réduire les dépenses publiques et créer les conditions de la privatisation de la Santé : assurances privées contre Sécurité Sociale, cliniques commerciales contre hôpitaux publics, maisons de santé libérales contre centres de santé, usines à bébés contre maternités.

Toutes ces restructurations remettent en cause l'accès aux soins pour les populations et dégradent encore la prise en charge des plus démunis.

Nous sommes toutes et tous concernées !

Partout, des résistances s'organisent : usagers, personnels, associations, syndicats, élus et politiques se mobilisent pour défendre l'hôpital public et l'accès aux soins.

A l'Hôtel Dieu, un bras de fer s'est engagé pour sauver l'hôpital.
Le comité de soutien et les personnels assurent une présence permanente dans les locaux depuis le 1 septembre.
• A l'Hôtel Dieu, une soirée de soutien avec conférence de presse et présentation du pacte hospitalier pour l'Hôtel Dieu se tiendra le jeudi 12 septembre de 17H00 à 22H00 -
• Aux Lilas, une manifestation est prévue le 21 septembre à 11H00 à la mairie des Lilas.

A Carhaix, Saint-Affrique, Guéret, Argenteuil, Lure, Mondor, Tenon… la lutte a payé !

Ces luttes sont les nôtres, celles de tous les soignantes et les soignants, de tous les citoyennes et citoyens, qui se battent pour leurs hôpitaux publics de proximité, , de Lannemezan à Longwy, de Lure à Marie-Galante, des Lilas à Saint Affrique, de Vire à Briançon, de l'Hôtel Dieu à Valréas... et pour l'accès aux soins de toutes et tous.

Battons nous toutes et tous ensemble ! Pour maintenir et améliorer une santé publique de qualité et de proximité !

Collectif Notre Santé en danger
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 24 Sep 2013, 11:57

Menace de fermeture de l’Hotel Dieu
A Paris, le 12 septembre 2013, ce tenait une soirée de soutien pour l’hôpital hôtel dieu . Ce lieu subit un démantèlement et en première ligne les urgences. Cela illustre les restructurations mise en place dans le domaine de la santé.
Emission à écouter sur Sons en luttes : http://www.sonsenluttes.net/spip.php?article646
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 16 Oct 2013, 19:04

PLFSS, Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale, 50 jours pour agir contre les mauvais coups

PLFSS, 50 jours pour agir ! Unité contre les mauvais coups !

En séance du conseil des ministres, le gouvernement a présenté le PLFSS 2014 qui sera débattu et voté au parlement à partir du 16 octobre. Ces débats apparaissent souvent lointains et techniques, néanmoins ils conditionnent les conditions de travail et de rémunérations de l’ensemble des profesionnel-le-s du secteur sanitaire, social et médico-social et l’organisation du dispositif de soin pour la population.
Le PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) présenté au conseil des ministres le 9 octobre a pour objectif affiché de ramener le déficit de la sécurité sociale à 13 milliards d’euro, projet ambitieux alors que l’évolution des dépenses tendancielles est de 4 %.

Pour ce faire, le gouvernement table sur une évolution de l’ONDAM (Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie) à 2.4%, ce qui dégagerait 2.4 milliards d’économie.

D’ores et déjà les établissements hospitaliers sont invités à trouver 500 millions d’économies supplémentaires sur les achats et le prix des médicaments.

Ne nous leurrons pas ces milliards d’économies se feront sur le dos des salarié-e-s du public et du privé avec les conséquences néfastes pour les usagères et usagers de la santé.

Pour les établissements de la santé, le secteur médico-social et social, c’est :

• la poursuite des restructurations, la fermeture d’activités ou de services,
• la dénonciation des accords d’établissements (RTT…),
• les attaques sur les statuts et conventions collectives,
• le blocage des salaires pour toutes et tous, public et privé.

Main mise de l’état sur le financement de la sécurité sociale.

Les grandes lignes du financement sont déclinées dans le projet de loi de finance :
• prélèvement de 200 millions sur le Fonds de l’emploi hospitalier vers la CNRACL (Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales),
• transfert des excédents de la contribution sociale de solidarité vers le Fonds Social Vieillesse.

10 millions de hausse d’impôts pour les ménages et les retraité-e-s :

• redéploiement des aides aux familles,
• réforme du quotient familial : baisse du plafond de 2 000 € à 1 500 €,
• fiscalisation des contrats collectifs de complémentaire santé
• 800 millions pris dans les poches des retraité-e-s en décalant la revalorisation des pensions en octobre au lieu du mois d’avril,

Le gouvernement cède aux exigences du MEDEF !

Pour les patrons, c’est 20 milliards de cadeaux qui seront financés par :

• le transfert des cotisations dites patronales de la branche famille (0.15 %) vers la branche vieillesse,

• l’augmentation de la TVA de 19.6% à 20% au 1er janvier 2014. (c’est le retour de la TVA sociale)

Ce plan s’inscrit dans un plan d’austérité basé sur la diminution du coût du travail, en transférant une part importante des cotisations sociales vers l’impôt et la TVA .

Pour les usager-ère-s de la santé, la fermeture d’hôpitaux de proximité rend l’accès aux soins sur les territoires toujours plus loin. Le « reste à charges », les franchises, les forfaits et dépassements d’honoraires, mesurettes sociales comprises, font que certain-e-s ont tout simplement renoncé aux soins.

50 jours pour se mobiliser !

Calendrier du PLFSS :

• le 16 octobre dépôt à l’assemblée nationale pour examen, le 12 novembre examen au Sénat,

• le 25 novembre : PLFSS modifié, examen à l’assemblée nationale,

• le 28 novembre : PLFSS modifié, examen au Sénat,

• le 3 décembre : examen définitif du PLFSS à l’assemblée nationale,

• mi-décembre : publication de la loi au Journal Officiel.

Nous ne pouvons pas attendre la fin du débat parlementaire !
Il faut agir et maintenant !


Il faut peser de toutes nos forces pour obtenir un ONDAM hospitalier et médico-social à la hauteur des besoins de la population.

Nous savons toutes et tous, par expérience, qu’une fois les enveloppes adoptées, toutes les luttes locales qui dénoncent des situations intenables n’auront pour effet, si elles sont gagnantes, que d’amoindrir l’enveloppe fermée de l’établissement d’à côté.

50 jours pour se mobiliser !
Informer les salarié-e-s,
Alerter la population
et interpeller les élu-e-s

Sud Santé Sociaux propose, (avec les acteurs impliqués dans la défense des soins et de la prise en charge du handicap, collectif Notre Santé En Danger…) d’organiser partout des débats, diffusions de tracts, des manifestations pour informer et mobiliser les salarié-e-s et la population.
Et toutes et tous ensemble aller interpeller les élus-e- sur leurs intentions de vote et les conséquences locales de ce vote.


http://www.sud-sante.org/PLFSS-50-jours ... Unite.html

tract pdf : http://www.sud-sante.org/IMG/pdf/plfss_2013.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 27 Oct 2013, 14:58

Mouvement des sages-femmes
Les sages-femmes en grève, campent devant France télévisions

PARIS - Les sages-femmes sont en grève illimitée dans toute la France depuis le 16 octobre et organisent des rassemblements dans tout le pays ce samedi. Une action est menée devant le siège de France télévisions.

Puisque personne ne parle de nous, allons les chercher. C'est en substance le message que souhaitent passer les sages-femmes qui ont décidé, ce samedi, de camper devant les locaux de France Télévisions (Paris 15e). En grève illimitée dans toute la France depuis le 16 octobre, elles dénoncent notamment l'absence de traitement médiatique de leurs revendications et organisent des rassemblements un peu partout dans le pays ce 26 octobre.

"Alors que dans la plupart des maternités de France les sages-femmes font grève, avec parfois jusqu'à 100% de grévistes, aucun mot ne paraît dans les médias à ce sujet. Je m'interroge vraiment sur les raisons de ce silence. Pourquoi notre profession est-elle à ce point méprisée, méconnue, et non reconnue?", s'interroge une internaute dans le forum de France 2.

24 000 euros de rémunération par an et une assurance à 19 000 euros

Depuis le 16 octobre en effet, à l'appel de plusieurs syndicats, un vaste mouvement de grève touche cette profession. Au cœur des revendications, une réforme des statuts demandée à de multiples reprises. Actuellement, le cursus des sages-femmes débute par l'obtention du Paces (Première année commune aux études de santé, dont le taux d'échec est supérieur à 70%) et se poursuit jusqu'à la validation d'un bac+5. Mais malgré ces qualifications, c'est la seule profession médicale à être classée en tant que paramédicale à l'hôpital. Face cette situation jugée "scandaleuse", elles revendiquent l'acquisition du statut de praticien hospitalier, qui permettrait d'être reconnues pleinement comme profession médicale et d'être mieux rémunérées.

La profession pointe notamment du doigt le coût des assurances obligatoires. "Une sage-femme gagne en moyenne 24.000 euros par an, les assureurs lui en demandent entre 19 000 et 25 000 pour couvrir l’accouchement à domicile programmé. Or cette assurance est obligatoire depuis 2002", explique le HuffPost ce samedi. Les différents syndicats dénoncent également l'absence de mention des sages-femmes dans la loi de santé publique de 2014.

Au-delà de Paris, la mobilisation est très suivie en province. Selon les chiffres de l'ONSSF, près de 70% des maternités sont touchées dans toute la France. Les sages-femmes ont fait valoir un droit de grève illimité, sans gêner le bon fonctionnement des maternités. Réquisitionnées, elles assurent tout de même le service pour les accouchements mais n'effectuent plus le suivi des grossesses.

http://www.metronews.fr/paris/les-sages ... s2zEwQm7A/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 11 Nov 2013, 17:10

Sages-femmes en grève

Après la manifestation de plusieurs milliers d’entre elles, à Paris, la ministre de la santé, Marisol Touraine, a reçu, jeudi 7 novembre dans la soirée, une délégation de sages-femmes. "Elles se sentaient invisibles, mal reconnues (…) Moi, je veux leur permettre d’être plus visibles", a-t-elle indiqué, précisant leur avoir expliqué qu’elle reconnaissait "pleinement leur travail et leur mission"..

Elle a également annoncé la mise en place "d’un groupe de travail qui tiendra[it] sa première réunion avant la fin du mois de novembre". Si elle a affirmé "vouloir mettre en place une réflexion pour (…) définir la manière de conforter leur rôle et leur mission de professionnelles médicales de premier recours", la ministre a précisé que l’objet de ce groupe de travail était de réfléchir à leur statut au sein des hôpitaux..

"COMPÉTENCES MÉCONNUES".

En grève depuis le 16 octobre, plusieurs milliers de sages-femmes ont défilé jeudi à la mi-journée à Paris pour réclamer une meilleure reconnaissance de leurs compétences et une visibilité plus importante auprès du grand public. Ces professionnels et étudiants sages-femmes venus de toute la France ont pris le départ de la manifestation peu après midi depuis la place Denfert-Rochereau (14e arrondissement) en direction du ministère de la santé (7e)..

Les organisateurs ont recensé plus de 4 000 manifestants, avec les rassemblements organisés en province, soit un quart de la profession, ont-ils précisé à l’AFP, faisant part de leur "grande satisfaction". Dans le cortège parisien se côtoyaient blouses blanches, masques blancs et sifflets. Parmi les slogans entendus : "Métier formidable, conditions fort minables", en référence aux paroles du succès du chanteur Stromae ; ou encore : "Le changement des statuts, c’est maintenant". Les manifestants, dont beaucoup de femmes et de jeunes, brandissaient des pancartes sur lesquelles était écrit : "Je gère votre hémorragie" ; "Je réanime les nouveau-nés" ; "Sages femmes maltraitées = bébés en danger"..

"Nous avons des sages-femmes venues de toute la France, mais aussi des rassemblements en province pour ceux qui n’ont pas pu se déplacer, ainsi qu’à Cayenne, en Guadeloupe et à La Réunion, a expliqué Nicolas Dutriaux, du Collège national des sages-femmes de France (CNSFF). Notre priorité, c’est d’obtenir une plus grande visibilité de notre profession, dont les compétences sont méconnues du grand public mais également de nos tutelles." Les sages-femmes "sont présentes dans 70 % des naissances qu’elles sont capables d’assumer en toute autonomie", selon lui..

La revendication principale des manifestants est d’obtenir le statut de praticien hospitalier pour les sages-femmes de la fonction publique, afin qu’elles intègrent le personnel médical et obtiennent une meilleure rémunération. Elles sont actuellement considérées comme personnel non médical, avec un salaire mensuel net débutant à 1 400 euros. "Nous ne voulons pas remplacer les médecins mais travailler en collaboration avec eux. Eux sont formés pour s’occuper des malades, nous pouvons suivre les femmes en bonne santé", a souligné M. Dutriaux..

A l’issue de la manifestation, une délégation doit être reçue par des conseillers au ministère de la santé, mais les syndicats souhaitent "idéalement rencontrer la ministre ou au moins son cabinet". Mercredi à l’Assemblée nationale, Marisol Touraine, ministre de la santé, a rappelé la programmation d’une rencontre au ministère, le 13 novembre, "pour que la concertation sur la revalorisation de leur métier (…) puisse s’engager". Selon l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF), 70 % des 20 000 sages-femmes de France sont en grève illimitée depuis le 16 octobre, mais souvent réquisitionnées par les maternités..

http://www.lemonde.fr/sante/article/201 ... 51302.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede bipbip » 06 Mar 2014, 16:21

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’INTERSYNDICALE SAGES-FEMMES

Marisol Touraine intervient sur les sages femmes. Soulagées mais pas satisfaites .

Ce 4 mars 2014, après des mois de mobilisation et de concertation, Marisol Touraine a annoncé à l’occasion d’une conférence de presse que le nouveau cadre statutaire proposé aux sages femmes hospitalières se ferait dans le périmètre de la fonction publique hospitalière. C’est une victoire pour les professionnelles qui se voient garantir leurs acquis sociaux (temps de travail, retraite, maladie)

L’Intersyndicale ne peut que se réjouir de cette prise de position de la Ministre qui vient en*in clari*ier la situation et poser le cadre des futures négociations. La Ministre a entendu la majorité des sages femmes hospitalières qui ont massivement exprimé leur attachement à la fonction publique hospitalière.

Cependant, la question statutaire ne doit pas faire diversion. Les annonces de Marisol Touraine ne sont pas une *in en soi mais bien le début de négociations. Les attentes, depuis plus de dix ans, des sages femmes hospitalières sont immenses. Au regard de leurs responsabilités, leur rémunération est indécente et doit être
renégociée au plus vite.

Les annonces de la Ministre sont aussi trop vagues concernant le périmètre des responsabilités et de la reconnaissance des sages femmes. Les groupes de travail entamés depuis novembre 2013 peinent à dégager des propositions concrètes. Il est temps de conclure ces travaux par une revalorisation effective du métier, par la reconnaissance des sages femmes en responsabilité des unités physiologiques au
sein de l’hôpital public, par leur rôle dans l’organisation du premier recours, par leur haut niveau de formation initiale et continue.

La vigilance des sages femmes va se poursuivre et l’Intersyndicale appelle à l’unité de toutes les sages femmes, de toutes les organisations qui les défendent qu’elles aient ou non soutenu le maintien du statut Fonction Publique Hospitalière.
Maintenant que la question du cadre statutaire a été tranchée, nous devons nous rassembler pour obtenir les revalorisations salariales et professionnelles que toutes les sages femmes demandent depuis des années. Le travail ne fait que commencer. Et la mobilisation de tous reste plus que jamais nécessaire.

Paris, le 4 mars 2014
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede Nyark nyark » 06 Mar 2014, 20:35

Grève illimitée des brancardiers à l’Hôpital Privé de Bois-Bernard

Dans la soirée du mardi 4 mars 2014, les brancardiers – et notamment Séb, notre RSS – avaient pourtant pris les devants en prévenant la hiérarchie directe ainsi que l’équipe directionnelle de la surcharge du programme opératoire les invitant fortement à convoquer des effectifs au complet pour faire face.

En arrivant ce matin, l’équipe découvre le planning. Il manque deux brancardiers sur six, soit 33% des effectifs en moins ! Approximativement, au doigt mouillé, la même proportion de travail supplémentaire par bonhomme ! 40 brancardages par brancardier pour la journée ! Ce qui est énorme surtout en considérant que l’Hôpital Privé de Bois-Bernard est un des rares établissements où le brancardier opère seul et non en binôme comme il se devrait, ce qui ne manque pas d’occasionner de multiples blessures. Six brancardiers ont déjà subi des interventions chirurgicales au niveau des épaules, du dos ou de l’abdomen et tous sont atteints de troubles musculo-squelettiques et en souffrent à des degrés divers… Le 7 février dernier, déjà, la section CNT de l’hôpital alertait la direction sur l’état déplorable du parc de lits (dangereux pour les personnels comme pour les patients !) et sur les pannes récurrentes des deux blocs d’ascenseurs ! S’en était suivit le baratin de la direction mais, comme d’habitude, rien n’a été fait pour remédier à la situation.

Dans la matinée du mercredi 5 mars, devant le mépris et l’inconséquence de la direction, les brancardiers ont décidé de ne pas enfiler leur tenue et de se mettre en grève pour une durée illimitée. On verra si demain les effectifs sont adaptés à la charge de travail.

Aujourd’hui, les brancardiers ont refusé de mettre en péril leur santé. Demain, ils refuseront encore d’être les victimes et les dupes d’une course irraisonnée aux gains de productivité !

La section syndicale CNT
de l’Hôpital Privé de Bois-Bernard (Pas-de-Calais)

Mise à jour du jeudi 6 mars :

Ce matin, les grévistes ont décidé de reprendre le travail, la direction ayant écouté leurs revendications et adapté les effectifs à la charge de travail. La DRH doit recevoir incessamment le représentant de la section syndicale CNT et traiter avec lui la plupart des dossiers jusqu’alors en suspens. Qui a dit que les grèves ne servaient à rien ? Cela dit, les camarades restent sur le qui-vive, prêts à remettre ça s’il le faut !

Image


http://www.cnt-f.org/59-62/2014/03/grev ... s-bernard/
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede Pïérô » 13 Avr 2014, 00:38

Appel et AG de CAEN Pari tenu !

Assemblée Générale des Hôpitaux A l’EPSM :

Le 4 avril dernier, plus de 40 hôpitaux se sont rencontrés à l’EPSM. A l’appel des syndicats CGT et SUD et des personnels mobilisés de l’EPSM de Caen, c’est une centaine de délégué(e)s d’hôpitaux en lutte ou ayant été en lutte qui ont participé à cette journée. Face aux attaques contre le service public de santé généralisées à tous les hôpitaux dans le pays,notre appel stipulait : « …aujourd’hui, l’heure n’est plus seulement à la contestation hôpital par hôpital (…) mais bien de donner une réponse nationale à un problème national. »

Nous avons donné une première réponse le 4 avril !

UN EXCELLENT DEBUT !!

Venus de Rennes, de Toulouse, Rouen, Besançon, Perpignan, de Picardie, de Paris (APHP), de Tours….et bien sûr de notre région, Vire, Bayeux, Cherbourg, CHRU Caen…ainsi qu’un représentant de la Fédération SUD santé sociaux et une représentante de la Fédération CGT Santé Action Sociale. En tout une centaine de délégués ont convergé vers Caen pour cette rencontre. Il faut ajouter à cette liste une dizaine d’établissements qui n’ont pu venir mais ont envoyé des messages de soutien et qui veulent connaitre les suites de cette initiative.

Ici et là, les mêmes attaques.

La matinée du 4 a permis un tour d’horizon des établissements, le constat est partout le même : une situation sombre, très sombre, partout des suppressions de postes, des suppressions de services, des budgets en berne obligeant les établissements à s’endetter… Les salariés ont à faire à des directions de plus en plus brutales et cyniques à l’image des Agences Régionales de Santé qui répercutent la politique du ministère.

Une concertation obsolète.

Beaucoup d’établissement ont souligné l’impasse de la « concertation » et du dialogue social, « on ne peut pas mener le combat dans les instances, il faut s’appuyer sur la mobilisation » d’autres pensent que « rester au niveau local, c’est l’enlisement qui guette »…ou encore un autre intervenant « il faut trouver une solution pour que la santé soit enfin entendue, il faut créer un rapport de force national, en agissant ensemble » et un syndicaliste de Quimper d’ajouter « avec les usagers ».

CONVERGENCE ET MOBILISATION NATIONALE.

L’après midi du 4 a été consacrée aux propositions. Les participant(e)s à l’AG ont constaté que le moral des personnels en lutte ou ayant lutté était meilleur que celui des hôpitaux résignés. Elles et ils ont affirmé leur volonté de ne plus être maltraité(e)s pour bien soigner. Après le succès de cette première AG, les participant(e)s ont adopté à la quasi unanimité le principe d’une nouvelle AG pour la convergence des luttes, le 22 mai 2014 à Paris à l’Hôtel dieu (vous trouverez l’appel ci dessous).

Les syndicats CGT et SUD de l’EPSM participeront à cette assemblée à Paris pour trouver les moyens d’un mouvement national de grande ampleur.

Caen le 9 avril 2014


Appel de l’Assemblée générale des hôpitaux réunis à Caen le 4 avril 2014

Plus de 40 établissements de santé réunis à Caen à l’initiative de l’intersyndicale sud santé sociaux et CGT de l’EPSM de Caen.

L’ensemble des établissements présents fait le constat que partout en France les hôpitaux souffrent des mêmes maux : des budgets toujours en baisse qui ne couvrent pas toutes les dépenses, une volonté délibérée du ministère via les ARS d’assécher les finances des établissements pour les obliger à restructurer, à diminuer l’offre de soin, la masse salariale, donc à supprimer des postes, des services…

Cette politique attaque le service public de santé avec deux armes : la loi HPST et la Tarification à l’Activité. Son unique objectif est la marchandisation de la santé par la destruction du service public.

Tous les participants à cette assemblée générale ont témoigné du ras-le-bol des personnels hospitaliers considérés comme simple variable d’ajustement. Ils ont évoqué la souffrance des salariés dans les hôpitaux : précarité de l’emploi, dégradation des conditions de travail et de vie privée des personnels et son impact sur les conditions de soins donnés aux patients, dérèglementation des horaires, sous effectifs, externalisations, vétusté des locaux… La liste est longue !!

Ça ne peut plus durer !
c’est le sentiment unanime de tous les participants présents à l’assemblée générale. Devant les attaques à venir, l’assemblée générale exige l’annulation de la dette, l’abrogation de la loi HPST, la suppression de la Tarification à l’Activité, l’augmentation des salaires, la titularisation des contractuels, l’embauche de personnels…

Devant la nécessité de faire converger les luttes, retrouvons-nous le plus grand nombre pour une nouvelle AG nationale à Paris le 22 Mai à l’Hôtel-Dieu pour discuter et établir ensemble une plateforme de revendication collective et organiser une mobilisation nationale pour défendre un véritable service public de santé.

RDV le 22 mai 2014, 10h à 17h, Amphi La Personne, Hôtel Dieu, 1 parvis Notre Dame, place Jean Paul II, Paris 75004.

Premiers signataires : EPSM Caen (14) CGT/SUD, CHU Caen (14) SUD, CH Vire (14) CGT/SUD, CH Bayeux (14) CGT/SUD, CHU Purpan Toulouse (31) CGT, Syndicat SUD Santé Sociaux 14, Solidaires 14, Centre François BACLESSE (14) SUD, CH de Novillars (25)-SUD, CHU Besançon (25) CGT, Nouvel Hôpital de Navarre (27) CGT, EPSM Quimper (29) SUD, CH St Malo (35) SUD, CH Redon (35) CGT, Centre Guillaume Régnier Rennes (35) SUD, SUD Santé Sociaux 35, CHU Tours (37) SUD, CHD Daumezon Fleury les Aubrais (45) SUD, Centre de Santé Mentale Angevin (49) CGT, CHU Angers (49) CGT, CHIC Alençon-Mamers (61) CGT, Centre Psychothérapie de l’Orne (61) CGT, Union Syndicale Départementale santé action sociale CGT 61, CH Perpignan (66) CGT, CHS de la SartheAllones(72) SUD, APHP (75) SUD, Fédération SUD Santé Sociaux, CH du Rouvray Sotteville-Lès-Rouen (76) CGT, Groupe Hospitalier du Havre (76) SUD, Hôpital Père Jamet Le Havre (76) SUD, Hôpitaux de Saint Maurice (94)-SUD, Paul Guiraud Villejuif (94) SUD,

http://www.sudsantesociaux.org/tension- ... appel.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes secteur santé public-privé, et pour la santé publ

Messagede Pïérô » 21 Avr 2014, 00:34

Tract et appel SUD santé sociaux

Les employeurs publics écrivent à Manuel Valls pour demander la purge des hospitalier-ère-s. Salarié-e-s des hôpitaux et maisons de retraite publics : la Fédération Hospitalière de France (FHF), qui regroupe et représente nos établissements au niveau national, entend encore diminuer les emplois, réduire le coût de nos salaires et nous faire travailler plus !

Tais-toi et bosse !

Un choc d’austérité réclamé par les dirigeant-e-s des hôpitaux public au 1er ministre !

La FHF entend réaliser, en 5 ans, cinq à sept milliards d’économies, essentiellement sur le dos des personnels, autour de 7 propositions présentées comme une véritable « feuille de route » pour le gouvernement.

La FHF se félicite de la « remarquable capacité d’adaptation » de ses établissements et nos directions se posent en véritable bras armés du gouvernement pour participer au plan d’économie de 50 milliards d’euros annoncé par Manuel Valls.

Nos directeur-trice-s demandent au gouvernement de faire sauter les derniers verrous afin d’intensifier la maîtrise de la masse salariale :
Diminuter le coût de l’heure de travail (gel des avancements, du point indiciaire, arrêt des revalorisations catégorielles…),
intensifier et généraliser la réduction des jours de RTT, initiée dans de nombreux établissements à ce jour, jusqu’à leur suppression,
diminuer le coût des expertises CHS-CT (objectif : réduire les marges de manœuvre des représentant-e-s du personnel pour agir contre la souffrance au travail),
réduire l’intérim médical,
imposer des glissements de tâches en cascade (actes médicaux vers les paramédicaux, d’infirmières vers les AS, des AS...),
réduire drastiquement de 50% des personnels des ARS et du Ministère,
rogner les statuts des personnels médicaux et non médicaux (pour rendre les professionnel-le-s plus corvéables),
externaliser/privatiser les « fonctions supports », c’est à dire les services logistiques, médico-techniques et administratifs.

Les directions demandent les pleins pouvoirs pour ronger les droits des salariés jusqu’à l’os !

La lettre de la FHF fait état de 4 milliards d’euros en 10 ans, d’efforts « d’efficience », entendez d’économies. Il s’agit aujourd’hui d’économiser le double d’argent en moitié moins de temps et d’augmenter encore « la productivité des personnels ! »
Les dirigeants hospitaliers savent qu’il faudra compter avec de vives résistances des salarié-e-s et des réactions de la part des usager-e-s des hôpitaux, c’est pourquoi ils demandent par avance le soutien du gouvernement. « Ces démarches difficiles génèrent de fortes économies. Les pouvoirs publics doivent afficher clairement leur soutien aux établissements et à leurs dirigeants », c’est on ne peut plus clair comme carte blanche.

Les réformes successives : loi Hôpital Patients Santé Territoire (HPST), Tarification à l’activité (T2A), Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses (EPRD) ont déjà lourdement impactés l’organisation et l’offre de soins et de services de nos établissements.
Les emplois sont devenus la principale variable d’ajustement des patron-ne-s du public pour équilibrer les budgets et être les bon-ne-s élèves des Agences Régionales de Santé.
C’est le constat du Centre d’Etude de l’Emploi, qui ajoute : « ...les soignants ont depuis longtemps l’impression d’exercer leur métier sous pression,... cette course contre la montre s’accompagne d’une perte de repères sur les finalités et le sens du travail... »

L’activité de nos établissements s’accroît et les effectifs diminuent en regard, si bien que nombre de nos services et établissements fonctionnent aujourd’hui au quotidien en « mode dégradé » comme disent nos gestionnaires.
Equipes exsangues, difficultés pour la pose de congés, repos déplacés, heures supplémentaires à gogo, Comptes Epargne Temps saturés, équipes éclatées, rappels à domicile, passage en 12H00, appel à des renforts quotidiens, disparition du collectif de travail et isolement sur le poste de travail, souffrance liée au sentiment d’un travail bâclé, perte du sens du travail, précarisation des emplois…

Les personnels s’échinent au quotidien à maintenir des soins décents dans des conditions de plus en plus périlleuses, à l’hôpital et dans les maisons de retraites, au péril de leur santé et jusqu’à l’usure professionnelle.

Déjà malade de trop d’économies, l’hôpital va agoniser avec ce trop d’austérité, à croire que l’idéal de la FHF serait un hôpital sans soignants ni patients !

Des feux s’allument, un embrasement général s’impose !

La Fédération SUD Santé Sociaux s’adresse à l’ensemble des Organisations Syndicales et les appelle à construire, dans l’unité la plus large, un mouvement durable, seul capable de faire reculer le rouleau compresseur du gouvernement et localement, nos directeur-trice-s d’établissements.

La Fédération SUD Santé Sociaux salue et soutient l’initiative de l’intersyndicale SUD Santé Sociaux et CGT de l’EPSM de Caen pour l’Assemblée Générale des hôpitaux en lutte qui s’est tenue à le 4 avril dernier. Celle-ci a réuni plus de quarante établissements qui appellent à une nouvelle assemblée générale nationale le 22 mai à Paris.

SUD Santé Sociaux appelle partout les personnels, syndiqué-e-s et non syndiqué-e-s, des établissements hospitaliers et médico-sociaux publics à se réunir, s’organiser en comité de lutte dans la perspective d’un mouvement national coordonné, avec leurs collègues des secteurs sanitaire, social et médico-social du privé qui subissent la même politique et les mêmes effets.



Tract PDF : http://www.sudsantesociaux.org/IMG/pdf/ ... _2_pdf.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités