Enseignants précaires en luttes

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 28 Mai 2018, 11:49

Rassemblement - Précaires de l'éducation

Paris mercredi 30 mai 2018
à 15h, Rectorat de Paris, 12 bd d’Indochine

Exigeons le renouvellement de tous nos contrats

Rassemblement devant le rectorat de Paris
le 30 mai 2018 à 15h

Dans l'Éducation nationale 1 personnel sur 4 est contractuel (soit 300 000 CDD). AED, AVS en CUI CAE, AESH, professeur.e.s contratuel.le.s, nous sommes soumis.e.s à des conditions de travail précaires, à la merci de toutes les pressions hiérarchiques possibles, mal-formé.e.s et sous-payé.e.s. Les logiques budgetaires adoptées par l'Éducation nationale redéfinissent en permanence nos contrats, qu'ils soient de droit privé ou de droit public, CDD renouvelables ou services civiques, sans pour autant remettre en question leur nature précaire. Alors que plus de 20 000 personnes en CUI ont vu leur contrat supprimé l'été dernier par le gouvernement, une nouvelle vague de suppression devrait avoir lieu avec la fin de l'année pour celles et ceux qui avaient pu conserver leur poste.

L'Éducation nationale entretient ce système d'emplois subalternes, proposant des contrats à peine plus élevés que le RSA. Par le recours à des contrats précaires, elle fragilise nos droits. En réduisant les postes, elle nous met en concurrence, nous isole et nous contraint à accepter ses conditions. De plus, elle délègue le renouvellement de nos contrats à d'autres volontés que les nôtres : celles des gestionnaires du budget, notamment ceux de nos établissements. Ainsi, nous sommes soumis.e.s à l'arbitraire et aux représailles de nos chefs d'établissement, jusqu'à être puni.e.s par le licenciement pour avoir exigé de voir nos droits respectés. Nous voulons que notre recrutement puisse relever du Rectorat, non plus des chefs d'établissement, afin que nos contrats soit renouvelés sans arbitraire. À plus long terme, nous voulons la titularisation de tout-es celles et ceux qui le souhaitent, sans conditions de concours, de diplôme, de nationalité, de formation ou de stage.

Les conditions de précarité contre lesquelles nous luttons ne sont pas limitées à l'Éducation nationale. Aux postes précaires du premier et du second degré il faut ajouter les milliers de précaires de l'ESR (Enseignement supérieur et la recherche) : situations de travail gratuit, vacations payées des mois plus tard, dépassement des heures de service sans rémunération complémentaire. Ce recours systématique et massif à des contrats précaires et à des formes d'emploi associatif qui tournent vite à l'exploitation agit partout à l'intérieur de la fonction publique, la pliant à des logiques de plus en plus libérales. C'est pourquoi notre mobilisation ne doit pas restée isolée. Nous sommes solidaires et nous nous joignons au mouvement qui s'oppose à l'adoption du projet de loi Vidal-Blanquer (sélection à l'entrée à l'Université, réforme du bac et du lycée) contre lequel étudiant.e.s et personnels se mobilisent depuis plusieurs mois.

Sans compter l'ensemble des travailleur.euse.s municipaux qui interviennent dans les établissements, qu'ils/elles soient animateur.trice.s, agents d'entretiens, de cantine, etc, et dont un grand nombre se trouve embauché sur des conditions de contrat et de paie similaires aux notres, ou pour des vacations encore plus précaires, remises en questions chaque jours, et faisant d'elleux, en pratique, des travailleur.euse.s journalières.

Plus généralement, nous soutenons les divers secteurs actuellement en grève contre la déterioration des conditions de travail (cheminot-e-s, postier-e-s, éboueur-e-s, ...) Nous nous inscrivons dans ce même refus d'un État capitaliste qui pilonne les acquis sociaux tous azimut, réformes sur réformes, accroit les inégalités sociales et la précarisation du travail.

Car l'incertitude professionnelle tue, rassemblons-nous pour exiger le renouvelement de nos contrats ! Réclamer nos renouvellements c'est réclamer nos droits !

Ne restons pas isolé.e.s, organisons-nous!
Rassemblement mercredi 30 mai 2018
15h devant le Rectorat de Paris
12 Boulevard d'Indochine, 75019 Paris

Pour exiger :
• le renouvellement de tous nos contrats ;
• refuser la politique du non renouvellement sanction ;
• l'embauche et affectation par le rectorat plutôt que par les chef.fes d'établissement ;
• le droit à la conversion des tous les CUI CAE en contrat de droit public ;
• la titularisation de tou.te.s les précaires de l'éducation, sans conditions de diplôme, de concours ou de nationalité.

Mail : precaires.education@riseup.net
Facebook : Assemblée des précaires de l'éducation - IDF
Twitter : @Precaires_Educ

précaires de l'éducation

Appel soutenu par:

CGT éduc'action Paris, CNT éducation, SUD éducation Paris


https://fr-fr.facebook.com/events/183307642322744/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 08 Juin 2018, 17:41

Rencontres nationales des travailleurs précaires de l'enseignement supérieur / recherche

Appel aux 3ème rencontres nationales des travailleur·e·s précaires de l'ESR - le 9 juin à Nanterre

La mobilisation en cours contre la loi ORE a une fois de plus été portée massivement par les personnels les plus précaires. Impliqué·e·s fortement dans les AG des personnels, étant parfois les seul·e·s à mettre en place effectivement la grève et/ou la rétention des notes, les personnels non-titulaires ont été souvent isolés et invisibilités. Cela a été le cas à Nanterre et Paris 1 où nos collègues se sont vu refuser le droit de vote dans les cadres institutionnels, ou encore à Aix où des doctorant·e·s se sont vu refuser l'accès à une réunion officielle par l'administration.

De nombreux foyers de mobilisations, à Aix-Marseille, Lille, Lyon, Science Po, Paris 1 et Paris 3, Toulouse etc. existent : des collectifs locaux se (re)constituent et organisent la mobilisation selon leurs modalités propres d'action. Les appels des 68+ de Nanterre ou celui des 1000 fourmi·e·s ont tracé de nouvelles perspectives pour la mobilisation et la grève des personnels précaires de l'ESR. Ces démarches constituent un saut qualitatif sans précédent pour nos mobilisations, qu'il s'agit désormais d'étendre et de renforcer.

En continuité avec la constitution en 2016 du Collectif national des travailleur·e·s précaires de l'ESR, la mobilisation nationale en cours contre la loi ORE et les mobilisations locales actuelles de précaires, il nous semble décisif de parvenir à coordonner nos mobilisations et amplifier l'audience de nos revendications. Plus encore, nous souhaitons que démarre une nouvelle phase de mobilisation des précaires, prête à s'inscrire dans la durée et à porter de nouvelles modalités d'actions.

C'est pourquoi nous appelons à la tenue d'une Rencontre nationale des travailleur·e·s précaires de l'ESR le 9 juin 2018 à Nanterre, à la suite de celles de Paris/St Denis en mai 2016 et de Lille en novembre 2016.
Cette rencontre aura pour but de discuter :

De la poursuite à court et moyen terme de la mobilisation contre la loi ORE ;
D'une campagne de mobilisation contre la précarité à la rentrée prochaine, selon des modalités d'action à définir et qui ont commencé à être débattues autour de l'appel des 1000 fourmi·e·s ;
De la refondation d'un collectif national des précaires, appuyé sur les collectifs locaux et les organisations disponibles.

Nous appelons l'ensemble des organisations, AGs et collectifs de précaires à envoyer 2 mandaté·e·s avec droit de vote, et à faire remonter leurs noms au bureau de l'ANCMSP. Nous appelons l'ensemble des organisations professionnelles et syndicales à soutenir l'organisation de ces rencontres et à y envoyer des observateur·trice·s. Nous invitons enfin les précaires de l'Education Nationale actuellement mobilisé·e·s à participer en tant qu'observateur·trice·s à ces rencontres.
Premiers signataires :

ANCMSP,
Dicensus (Strasbourg),
Doctorant.e.s Mobilisé-e-s pour l'Université Paris 1
Collectif des enseignant-e-s vacataires et précaires de l'UPEM
Collectif des travailleur-e-s précaires de l'ESR d'Aix-Marseille
Collectif des docteur-e-s sans poste
Collectif des doctorant-e-s et non-titulaires de Lyon 2
Collectif des précaires de l'Université du Mirail
Le collectif des doctorant-e-s en SHS mobilisé-e-s de l'Université de Picardie Jules Verne
L'appel des 68+ de Nanterre


https://precairesesr.fr/2018/06/01/appe ... -nanterre/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede Pïérô » 03 Juil 2018, 21:36

AED en lutte : rassemblement #2 mercredi 4 juillet à 14h

Précaires de l’éducation et titulaires solidaires, nous appelons à un nouveau rassemblement devant le rectorat de Paris mercredi 4 juillet à 14h pour soutenir nos collègues AED non-renouvellé.es, 12 boulevard d’Indochine 75019 Paris

Précaires de l’éducation et titulaires solidaires, nous nous sommes rassemblé.es ce mercredi 27 juin devant le rectorat de Paris pour protester contre le non-renouvellement d’un certain nombre de collègues.

Ces non-renouvellements n’ont à nos yeux aucune légitimité : c’est la réponse de l’administration à des actions revendicatives menées durant cette année scolaire (réunions d’information syndicale, grève, tracts, revendications de meilleurs conditions de travail, etc.).

Nous ne pouvons l’accepter sans rien faire. Déjà le 30 mai dernier nous nous sommes réuni.es devant le réctorat pour alerter sur ces non-renouvellements sanction qui pendaient au nez de nos collègues. Nous avions été reçu.es et le rectorat, représenté par la secrétaire générale, par le DRH et la cheffe du Baca, nous avait demandé de faire remonter les situations concrètes.

Depuis nous avons appris que des collègues d’au moins 4 collèges et lycées parisiens n’étaient pas renouvellé.es par équipe entière.

Des actions ont été menées : communiqués, grève de 10 jours au lycée Bergson, rassemblement...

Mais le rectorat ne semble pas prendre la mesure de l’urgence de la situation. Nous avions demandé à être reçu.es de nouveau ce mercredi 27 mais le rectorat joue la montre et n’a accepté de nous recevoir que le 4 juillet.

Nous n’allons pas nous arrêter là : d’autres actions sont prévues dans les jours à venir et nous appelons à un nouveau rassemblement mercredi 4 juillet 2018 à 14h00 devant le rectorat de Paris pour accompagner la délégation et maintenir ma pression.

Soyons nombreux.euses et solidaires ! On ne se laissera pas intimider, l’année 2018 2019 sera l’année des luttes des précaires de l’éducation !

Les AED en lutte
Assemblée des précaires de l’éducation
Sud éducation Paris
CNT éducation 75
CGT éduc’action 75


https://paris-luttes.info/aed-en-lutte- ... nt-2-10550
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 16:20

Casse du service public universitaire

À Nanterre, « notre grève de précaires »

Cinquante ans après, dans la fac où débuta Mai-68, des précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche ont repris la lutte. En bloquant les notes de leurs étudiants, ils et elles ont dénoncé l’introduction de la sélection à l’université, déjà mise à mal par une décennie de réformes libérales. Ils prennent la plume ici, pour expliquer leur combat. Tribune.

... http://cqfd-journal.org/A-Nanterre-notre-greve-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 02 Sep 2018, 17:48

Rassemblement intersyndical pour le réemploi des contractuel.le.s

Créteil (94) mercredi 5 septembre 2018
à 8h, Rectorat de Créteil, 4 Rue Georges Enesco

Les organisations syndicales de l'académie de Créteil, CGT-Educ'action, SNES-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, Sud-Education informent l'ensemble des collègues qu'elles ont
déposé en commun une demande d'audience au Recteur sur les conditions de rentrée des contractuels enseignants du second degré :
Mercredi 5 septembre 2018
Nos organisations seront présentes devant le rectorat pour accueillir, conseiller et défendre tous les collègues non nommés ou mal nommés.

https://herault.demosphere.eu/rv/9391
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 23 Sep 2018, 13:57

Biatss en lutte

"On est en train de généraliser une politique diabolique qui s’appelle la précarisation, la flexibilité", entretien avec un gréviste de Tolbiac

Depuis lundi, une partie du personnel administratif de l'Université de Paris 1, et en particulier du site Pierre Mendès-France, Tolbiac, s'est mis en grève pour s'opposer au non-renouvellement du CDD de deux de leurs collègues. Parmi la vingtaine de grévistes on retrouve la quasi-totalité du service intérieur, d'où sont issus les deux travailleurs victimes de ces licenciements abusifs déguisés. Depuis la fosse de Tolbiac, Halim, qui fait partie de ce service revient sur les raisons de la mobilisation, les conditions de travail à l'université et les perspectives de cette lutte qui concerne autant les BIATSS que les étudiants, mais aussi l'ensemble des travailleurs touchés par la précarité.

... http://www.revolutionpermanente.fr/On-e ... isation-la
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 25 Sep 2018, 07:55

AG de rentrée 2018 des précaires de l’éducation IDF

L’Assemblée des précaires de l’éducation fait sa rentrée le mercredi 26 septembre 2018 à 18h30 à la Bourse du travail.

L’Assemblée des précaires de l’éducation fait sa rentrée le mercredi 26 septembre à 18h30 à la Bourse du travail (salle Ferrer), venez nombreux.euses, on débattra des actions que l’on souhaite mener pour l’année 2018 2019 !

3 rue du Château d’Eau, métro République ou Jacques Bonsergent

Pour un mouvement des précaires de l’éducation

Nous, précaires de l’Éducation nationale, nous réunissons régulièrement à la Bourse du travail de République, en assemblée ouverte, afin de nous organiser, recenser nos revendications et agir pour la reconnaissance de notre travail.
Puisque c’est par la grève que nous obtiendrons la satisfaction de nos revendications et puisque c’est la satisfaction de nos revendications qui transformera nos conditions de travail respectives, nous considérons que seule une grève nationale des précaires de l’éducation nous permettra d’atteindre notre but. Il appartient à chacun.es d’entre nous de s’approprier localement cette journée de mobilisation du jeudi 5 avril 2018 et de la préparer dans nos établissements respectifs.

Professeur-es contractuel-les, AVS/AESH, CUI, AED, AP, personnel d’entretien et de cantine, mais aussi élèves, enseignant-es titulaires et parents d’élèves, nous sommes tou.tes concerné-e-s par la montée de la précarité dans la fonction publique : classes sur-chargées, sous-effectifs, salaires minuscules, renouvellements incertains, missions aléatoires et informelles etc.

Considérés comme des variables d’ajustement, alors même que nous sommes nécessaires au bon fonctionnement des établissements, nous enchaînons les contrats précaires souvent payés en-dessous du seuil de pauvreté.
Sans statut digne de ce nom, nous sommes souvent en but au mépris de nos hiérarchies.

Par ailleurs, par l’usage des contrats précaires, l’Éducation nationale fragilise nos droits, réduit les postes et nous met ainsi en concurrence, nous isole et nous contraint à accepter ses conditions. L’Éducation nationale est le premier employeur de précaires de France : elle entretient un système d’emplois subalternes fondé sur la précarité, en proposant une flopée de contrats à peine plus élevée que le RSA et en laissant leur renouvellement entre d’autres volontés que les nôtres : celles des gestionnaires du budget, notamment ceux de nos établissements (nous voulons entre autres que notre recrutement puisse relever du Rectorat, non plus des chefs d’établissement). Ces contrats effectuent aussi la casse de la fonction publique, la mise au pas par la précarité de nouvelles générations de surveillants, AVS/AESH, assistants pédagogiques et enseignants, tout.e.s non titulaires. Cette situation ne fait que s’aggraver avec l’arrivée des services civiques dans les collèges et lycées.
Nous nous mobilisons pour de meilleurs salaires, des effectifs à la hauteur des besoins, la reconnaissance pleine et entière de nos fonctions pédagogiques, une maîtrise de nos emplois du temps et la garantie du renouvellement de nos contrats.

À plus long terme, nous voulons la titularisation de tout-es celles et ceux qui le souhaitent, sans conditions de concours, de diplôme, de nationalité, de formation ou de stage.


https://paris-luttes.info/ag-de-rentree ... ires-10694
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede Pïérô » 01 Oct 2018, 11:46

Poursuite de la grève à Tolbiac, nouveau rassemblement lundi 1er octobre !

Mercredi 26 septembre était le 8e jour de grève à Paris 1, le point sur le mouvement et appel à un nouveau rassemblement de soutien aux grévistes lundi 1er octobre à 13h !

Lundi 24 septembre : journée de soutien réussie à PMF ! De nombreux collègues Biatss, enseignant-e-s et des étudiant-e-s ont rejoint les collègues grévistes dans la fosse de PMF à 13h30 pour apporter leur soutien au mouvement qui s’est constitué suite au non renouvellement des CDD de nos deux collègues.
Toutefois, nous avons essuyé un refus de la direction du centre de PMF de recevoir la délégation de 8 personnes présentée par les grévistes ! C’est par l’intermédiaire du chef de la sécurité que nous avons été informé-e-s de ce refus : ni l’administrateur du centre, ni le directeur du centre n’ont daigné sortir de leur bureau pour nous parler directement.

Mardi 25 septembre : une délégation s’est alors rendue au centre Panthéon dans l’espoir d’être reçue par le président de l’université... En vain. La DGS est passée devant notre délégation avec mépris sans nous adresser la parole alors qu’elle pénétrait dans les bureaux de la présidence. Sans nous adresser la parole ou presque ! Avant de fermer la porte derrière elle, elle nous a lancé « vous n’avez qu’à sonner ! ».
Nous avons exigé un rendez vous auprès de la présidence en urgence afin qu’une solution à la hauteur des difficultés rencontrées par les collègues soit apportée.
Pour l’instant aucune réponse de la part de la direction. Face à ce silence nous continuons la grève et la mobilisation.

Rappel des faits

Malgré les promesses de renouvellement lors d’une réunion sur l’organisation des examens, 2 collègues agents logistiques du centre PMF ont été convoqués individuellement en juin (informellement, par téléphone) et ont appris que leur contrat ne serait pas renouvelé après 5 ans et 3 ans ce service.
La direction n’a jamais justifié réellement ces non-renouvellements.
De plus, 4 nouveaux contractuels ont été recrutés et affectés au service intérieur à la rentrée, en plus d’un collègue en retour de disponibilité. Autant de collègues à former. Cela rend les non-renouvellements d’autant plus choquants.
Nous exigeons la réintégration immédiate de nos deux collègues, dans la continuité des contrats précédents et aux mêmes conditions, sans toucher bien sûr aux 5 agents arrivés dans le service dernièrement.
Nous invitons tous les personnels (grévistes et non grévistes solidaires)
et étudiants de Paris 1 à soutenir nos revendications :

en faisant grève lundi 1er octobre (un préavis est déposé),
en venant manger votre sandwich ou partager nos pizzas de 12h à 14h dans la fosse de PMF ! Et à 13h, rassemblement et point d’information sur la situation.

Si ce n’est pas encore fait vous pouvez signer la pétition, déjà plus de 2450 soutiens : https://www.unepetition.fr/accueilpmf

Et participez à la caisse de grève pour soutenir les collègues : https://www.lepotcommun.fr/pot/uni3xgxo

Le collectif des agents en grève, soutenu par les syndicats CGT, SNASUB, SUD, SNESUP


https://paris-luttes.info/poursuite-de- ... biac-10801
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 08 Oct 2018, 16:14

Entretien avec les salariés grévistes de la logistique de Paris 1

Voilà 2 semaines que dure la grève des agents d’accueil de l’Université Paris 1, pour s’opposer au non-renouvellement abusif de deux de leurs collègues.

Depuis le 19 septembre a débuté, au centre Pierre Mendès France (plus communément connu sous le nom de « Tolbiac »), une grève des personnels logistiques du service intérieur de l’Université Paris 1. A la suite de la mobilisation contre la reforme de la loi ORE, libéralisant en faveur des enfants des différentes strates de la bourgeoisie les conditions d’entrée à la fac, la direction de l’Université avait fait la promesse de renouveler tous les contrats des personnels d’accueil, promesse non tenue puisque, dans une totale informalité, deux salariés ont appris que leurs contrats ne seraient pas renouvelés.

Dans cet entretien, on comprendra que les non-renouvellements de postes sont aussi bien économiques que politiques. Ces non-renouvellements, non justifiés, s’accompagnent du recrutement de nouveaux personnels : la direction cherche à briser ce qu’il reste d’unité chez les travailleurs qui font vivre l’Université en les remplaçant par d’autres travailleurs plus malléables et moins protégés. Il s’agit, comme bien souvent aujourd’hui, de casser toute entente des travailleurs prolétaires (souvent organisés dans diverses inter-syndicales des différents secteurs du service public) afin de simplifier leur passage du public au privé. Déjà, au sein de l’Université, les travailleurs de la sécurité sont depuis quelques temps salariés dans le privé. De manière générale, la privatisation du service public se joue à tous les niveaux : dans les hôpitaux, dans le rail, à la poste, etc.

L’intégration dans les services logistiques de la fac de nouveaux travailleurs n’est pas une preuve de bonne foi de la direction : ces derniers disposent de moins de moyens en raison des baisses de dotation de l’État, s’occupent de faire vivre un espace comptant de plus en plus d’étudiants. En bref, la pénibilité au travail s’aggrave et la précarisation des travailleurs est de plus en plus grande, d’autant plus que les travailleurs sont dans le flou complet concernant leur avenir professionnel. En effet, la direction refuse toute discussion ou négociation, et elle sait que la précarisation d’un grand nombre de contractuels les empêche de trop se mouiller dans la mobilisation, par peur de représailles. Entendons nous bien : par peur de perdre leur travail.

... https://paris-luttes.info/entretien-ave ... ries-10828
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Enseignants précaires en luttes

Messagede bipbip » 12 Oct 2018, 14:40

Lutte victorieuse à Tolbiac pour la réintégration des agents non-renouvelés !

Après 19 jours de grève, la direction de l’université a fini par céder et a accepté de renouveler les contrats des deux agents vacataires !
Communiqué des personnels grévistes de l’Université Paris 1 - 11 octobre 2018.

À ce jour deux propositions ont été faites aux agents. La présidence s’est engagée à renouveler leurs contrats au 1er janvier 2019 et à signer un pré-contrat au mois de novembre. Elle s’est engagée à ce que ces contrats soient sur fonction pérenne, à temps complet, et qu’ils durent jusqu’au 31 août pour les caler sur l’année universitaire 2019-2020 dans les mêmes conditions que les contrats précédents. Elle a aussi affirmé que ces contrats seront ensuite renouvelés.

Pour obtenir ce succès, il a fallu la réaction unanime des collègues du service intérieur qui ont refusé l’injustice qui a frappé leurs collègues en commençant la grève dès le 3 septembre. Il a fallu 19 jours de grève de tous les agents logistiques titulaires ou CDIsés pour que la direction de l’université prenne conscience de la gravité de la situation et décide la réintégration des deux collègues.

Les grévistes remercient tous ceux qui ont soutenu la mobilisation depuis le 3 septembre, personnels et étudiants. Nous remercions les plus de 4000 signataires de la pétition ainsi que tous ceux qui nous ont soutenus financièrement. Nous remercions les 135 enseignants qui ont signé la lettre au président sollicitant son intervention. Nous remercions les syndicats qui nous ont soutenu : CGT, Sud Education, SNESUP-FSU et SNASUB-FSU ainsi que les syndicats étudiants. Nous remercions tous les soutiens, notamment des autres universités, qui se sont exprimés, les quelques médias qui ont relayé la situation, ainsi que tous les encouragements des anonymes.

C’est aussi tous ces soutiens et toute cette solidarité qui ont permis ce dénouement positif de la grève.

Nous sommes fiers de notre lutte qui est restée exemplaire du début à la fin malgré un certain nombre de provocations et le mépris de la part de la direction du centre PMF et de l’université envers les grévistes et certains de leurs soutiens.
Notre succès sera aussi un encouragement pour la réussite des autres luttes en cours. Nous pensons notamment aux sans-facs et aux sans-papiers.

Nous restons vigilants par rapport à la situation de nos deux collègues. Et nous continuerons à revendiquer nos droits pour l’amélioration de nos conditions de travail qui se sont dégradées depuis deux ans au service intérieur, mais aussi plus généralement à l’université depuis plusieurs années.

Nous sommes fiers que notre lutte participe au combat contre la précarisation croissante à l’université et ailleurs. Mais aussi contre le traitement injuste réservé à certains d’entre nous.

Nous tenons à réaffirmer que le centre Tolbiac-PMF est un lieu de savoir et de débat contradictoire et le restera.


Page Facebook :
https://www.facebook.com/collectifpmf

Vous pouvez toujours participer à la caisse de grève :
https://www.lepotcommun.fr/pot/uni3xgxo

https://paris-luttes.info/lutte-victori ... pour-10873
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32739
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité