Mouvement dans l'éducation, à suivre...

Re: Mouvement dans l'éducation, à suivre...

Messagede bipbip » 29 Sep 2018, 18:26

Réforme de l’enseignement professionnel : première mobilisation syndicale à Montpellier pour les profs de la région

Ce jeudi, les syndicats des lycées professionnels étaient en grève pour s’opposer à la nouvelle réforme du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. À Montpellier, c’est une intersyndicale regroupant la CGT, le SNUEP-FSU et Sud Éducation qui a appelé à se rassembler en début d’après-midi devant le rectorat. Mobilisation suivie par une cinquantaine de professeurs de la ville, mais aussi de Nîmes ou d’Alès.

« Casser une voie professionnelle originale »

Pour Matthieu Bravant, délégué syndical de la CGT Éduc’Action, « cette réforme a pour objectif de supprimer au moins 4 000 emplois dans les lycées professionnels. Sur l’académie de Montpellier, on parle de 250 à 300 suppressions de postes, même s’il n’y a pas encore de chiffres officiels. Les enseignements généraux vont donc se retrouver profondément modifiés. La filière gestion administrative va même totalement disparaître. Moi, par exemple, je suis prof de maths, et ce qu’on va me demander, c’est tout simplement d’avoir une vision utilitariste de mon métier, c’est-à-dire faire des maths appliquées seulement pour le métier et pas pour se former comme citoyen. Ça s’accompagne d’une réduction du volume horaire sur toutes les matières dites généralistes. J’aurais par exemple 100 heures de moins en bac pro. On est donc clairement sur une réforme qui a pour but de casser la voie professionnelle au lycée, qui était pourtant très originale dans le monde par son alliance entre la formation à un métier et la formation à un esprit critique. C’est une politique très réactionnaire qui est portée. »

« On veut nous faire peur »

Réforme Blanquer ou pas, et malgré les avantages comparatifs persistants du système français, l’enseignement professionnel est déjà saigné à blanc depuis des décennies. D’après un autre participant au rassemblement, non-syndiqué et professeur de maths-sciences à Alès, « ces nouvelles suppressions de postes aggravent un contexte déjà pénible pour tout le monde, profs, parents et élèves. Par exemple, pour les stages de fin d’études dans mon lycée, il y a 120 élèves dans le besoin pour 60 places disponibles en entreprise à Alès et aux alentours. Et aucun dispositif officiel pour favoriser la mobilité des stagiaires. La casse sociale va de plus en plus vite, et le gouvernement le fait exprès. C’est pour ça qu’il y a ces cordons de police devant le rectorat aujourd’hui. Maintenant, la présence de la police, c’est devenu systématique, même pour des petits rassemblements. On veut nous faire peur pour que les choses passent en force. »

« Une journée de grève ne suffit pas »

Et Matthieu Bravant, le délégué syndical CGT, d’ajouter : « On fait une grève unitaire aujourd’hui, puis on va s’inscrire dans les prochaines mobilisations. On sait qu’une journée de grève ne suffit pas. Aujourd’hui c’est modeste, mais on voulait marquer le coup, comme pour dire qu’il y a des lycées pros où il se passe quelque chose. Les taux de grévistes sont intéressants sur l’académie, ça monte jusqu’à 50% dans pas mal de bahuts. Pour la suite, il y aura une réunion nationale à Paris et on participera à la journée de grève interprofessionnelle du 9 octobre. »


http://www.lepoing.net/reforme-de-lense ... la-region/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mouvement dans l'éducation, à suivre...

Messagede bipbip » 10 Nov 2018, 20:44

Appel à grève dans l'éducation lundi 12 novembre 2018

Non aux réformes Blanquer qui attaquent l'École et les personnels !
Non aux suppressions de postes !

CGT Éduc'action, FO, SUD éducation, SNALC

Le projet de loi « pour une école de la confiance » est présenté aux instances consultatives dans la précipitation. Le ministre veut le soumettre au parlement en janvier pour une application à la rentrée 2019.

Ce projet de loi autorise le gouvernement à légiférer par ordonnances sur la réforme territoriale. La fusion des académies existantes est un pas de plus vers une régionalisation de l'Éducation nationale et la remise en cause des règles nationales. Les autres dispositions essentielles de ce projet de loi sont en totale cohérence avec la remise en cause des garanties nationales avec la possibilité, sous couvert d'expérimentation, d'adapter localement les horaires d'enseignement. Nous demandons le retrait de ce projet de loi.

2 650 postes seraient supprimés dans le 2nd degré à la rentrée 2019, auxquels il faut ajouter la suppression de 400 postes de personnels administratifs : les annonces ministérielles ne font que confirmer ce que nous savions déjà : la « priorité à l'éducation » revendiquée par le gouvernement n'est qu'une illusion. Ces suppressions sont indissociables des contre-‐-‐-‐réformes engagées par le ministre, en particulier celles du lycée, du baccalauréat et de la voie professionnelle.

Ces attaques inacceptables contre l'École publique et ses personnels font système avec les attaques contre le statut général des fonctionnaires et les 120 000 suppressions de postes prévues dans la Fonction publique, sur le quinquennat.
Des salaires toujours gelés !

La valeur du point d'indice a été gelée de 2010 à 2016 et l'est de nouveau depuis 2017, les retenues pour pension civile ont augmenté, et la CSG majorée de 1,7 point.
Et maintenant : les retraites !

Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, a confirmé l'intention du gouvernement d'instaurer un régime universel par points en vigueur à partir de 2025 et donc de supprimer le Code des pensions. Cela signifierait la fin de la référence aux 6 derniers mois de salaire, dès lors, les salarié·∙es ne pourront plus prévoir leur âge de départ ni le montant de leur retraite, c'est pourquoi nous nous opposons à ce projet.

Face à cette offensive généralisée contre nos droits, nos salaires, nos postes et nos conditions de travail, nos organisations FNEC FP-FO, CGT Éduc'action, Sud Éducation appellent les personnels à se réunir en assemblée générale, et exiger du ministre :

l'arrêt des suppressions de postes et la création des postes statutaires nécessaires ;
le retrait de Parcoursup, de la réforme du lycée et du baccalauréat, l'abandon de la réforme de la voie professionnelle et le retrait du projet de loi pour « l'école de la confiance » ;
l'abandon de la fusion des académies.

Elles appellent les personnels de l'Éducation nationale à se mettre en grève le 12 novembre.


https://paris.demosphere.net/rv/64300
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Mouvement dans l'éducation, à suivre...

Messagede bipbip » 13 Nov 2018, 09:51

Lyon
Près de 3000 personnes dans la rue contre les réformes de l’éducation nationale

Depuis un moment déjà, on sentait que la colère grondait chez les profs, entre les suppressions de postes et la réforme du lycée. Pour un premier tour de chauffe en effet il y avait beaucoup de monde dans les rue de Lyon ce lundi 12 novembre. Les lycéen.nes du centre-ville ce sont joint à la mobilisation, en bloquant leurs bahuts et en affichant sur leurs pancartes des critiques politiques sur la réforme du lycée. Retour en image sur cette manifestation.

... https://rebellyon.info/Pres-de-3000-per ... ntre-19768
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34477
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité