L'université en lutte

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 08 Oct 2018, 15:04

Montpellier
Université Paul-Valéry : la direction refuse de banaliser les cours et prend le risque d’un nouveau blocage

La mobilisation contre Parcoursup reprend du service. La majorité des 250 personnes présentes hier lors de l’assemblée générale (AG) de l’université Paul-Valéry ont voté pour banaliser les cours le 9 octobre – jour de manifestation contre « la régression sociale » – et le 16 octobre – date de la prochaine AG. Dans un mail envoyé aux étudiants et aux équipes administratives et enseignantes, le président de l’université, Patrick Gilli, refuse de satisfaire la revendication des étudiants : « Alors que l’université Paul-Valéry se remet à peine du mouvement très dur de l’hiver et du printemps derniers, il est évidemment inenvisageable que de nouvelles perturbations viennent dégrader la situation sur le campus […] En conséquence, la direction de l’université ne banalisera pas les journées de cours des 9 et 16 octobre. »

... http://www.lepoing.net/universite-paul- ... u-blocage/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 11 Oct 2018, 19:27

Invitation à une inter-fac autonome

vendredi 12 octobre à l’EHESS au 96 bd Raspail, Paris

Les administrations et présidences des facs ont tout fait pour que la rentrée se passe sous le signe du retour à la normale. Grand bien leur fasse.

Les administrations et présidences des facs ont tout fait pour que la rentrée se passe sous le signe du retour à la normale. Grand bien leur fasse. Pour notre part, nous n’oublions pas les nouvelles trajectoires militantes et les alliances qui se sont nouées au cours des derniers mois.

En ce temps de rentrée, il nous semble donc nécessaire de nous retrouver et d’inventer les multiples manières de prolonger les dynamiques lancées par le - trop court - printemps 2018.

Pendant le mouvement, les structures majoritaires de coordination (CNE, CRE, et autres assemblées convoquées pour décider la date de la prochaine assemblée) réservées aux pseudo militants spécialisés, ont laissé de côté toute une part d’expérimentations collectives, de capacités d’auto-organisation, d’inventivité politique qui nous semble fondamentale. Il nous manque donc un espace de coordination inter-fac autonome ouvert à toutes et à tous. Un espace pour nous construire politiquement et collectivement, échanger sur nos pratiques, pour monter des actions en autonomie et s’organiser sur le temps long afin de ne plus être pris de court par les attaques capitalistes, libérales et autoritaires qui s’intensifient plus que jamais.

On voudrait donc tendre vers une forme d’organisation dans laquelle chacun-e puisse se sentir investie, puisse proposer des choses et en contredire d’autres. Que la lutte soit auto-gestionnaire dans ses perspectives comme dans ses pratiques. On a bon espoir de ressentir à nouveau la puissance collective d’une assemblée en refusant de sortir esseulé-e-s, affaibli-e-s et désespéré-e-s, comme c’est trop souvent le cas, d’AG procédurières et virilo-martiales.

Le mouvement de 2018 a eu pour effet d’engager celles et ceux qui y ont participé dans un processus de politisation et d’expérimentation quotidienne, en interrogeant parfois jusqu’aux dimensions les plus personnelles de nos vies. Dans le sillage de ces occupations, nos désirs révolutionnaires devraient pouvoir se diffuser partout : dans nos rapports à la bouffe, au logement, au travail, à nos relations (et au cul), à la rue, à l’argent, à la fête, à la « culture » … L’université n’est pas un îlot encore protégé dans un océan capitaliste. Tout nous concerne donc directement, et en aucun cas nos actions et nos envies devraient se borner au cadre restrictif des « questions universitaires » (ce que souhaiteraient les profs, les bureaucrates et les flics).

Bien sûr on ne pense pas que tout viendra des facs, mais on ne compte pas pour autant les « déserter ». On a bien vu que des universités occupées et ouvertes pouvaient servir de lieu d’organisation et de rencontres politiques. En revanche, nos manquements lors du dernier mouvement doivent nous pousser à une certaine modestie : l’identification à la figure abstraite de « l’étudiant-e » nous a trop souvent coupé-e-s de certaines dynamiques sociales, faisant de nous le seul sujet de notre lutte. Par exemple, dans le cadre de la mobilisation contre Parcoursup, les principaux concerné-e-s (les lycéen-e-s non-blanc-ches des filières professionnelles et technologiques, vivant dans certaines zones périurbaines) étaient dans nos discours comme dans nos lieux de vies aux abonnés absents.

Il s’agirait donc de détruire cette figure abstraite et ainsi de conjurer le risque de l’auto-marginalisation des groupes étudiants. L’idée serait d’entretenir a minima de véritables alliances avec les lycéen-n-es, et donc particulièrement celleux de banlieues et de lycées professionnels, touché-e-s de plein fouet par la sélection sociale et la disciplinarisation quotidienne, et quasiment absent-e-s de la première vague de contestation de Parcoursup (raison pour laquelle ça n’a pas entièrement pris). Avec les secteurs en luttes, certains avec lesquels des liens et des pratiques communes existent déjà et ne demandent qu’à être actualisés. Avec les exilé-e-s qui ont fait beaucoup bouger les lignes d’un militantisme étudiant traditionnel, souvent blanc, sur les questions propres aux politiques migratoires et au racisme en France et dont les occupations de facs avec leurs soutiens ont été parmi les moments les plus forts de début 2018.

Enfin, la remise en cause de la figure de « l’étudiant.e » doit nous faire prendre acte de la diversité de nos identifications et de nos trajectoires sociales ainsi que des rapports de dominations qui se déploient jusque dans nos mouvements contestataires. Organisons-nous, en tenant compte de nos différentes expériences du monde social, car ce n’est que de cette façon que nous serons à la hauteur de notre désir de foutre le feu.

Nous nous convions donc à la première assemblée interfac autonome qui aura lieu à l’EHESS au 96 bd Raspail vendredi 12 octobre à 18h30


https://paris-luttes.info/invitation-a- ... nome-10848
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 17 Oct 2018, 15:16

Montpellier-III : des vigiles empêchent la tenue d’une assemblée générale étudiante

Une trentaine de vigiles de la société de sécurité privée APS Sud ont empêché ce matin une centaine d’étudiants de l’université Paul-Valéry (Montpellier-III) de participer à une assemblée générale contre Parcoursup et la loi ORE. Un comité de mobilisation a tout de même réussi à se réunir, en extérieur et sous la pluie.

... http://www.lepoing.net/montpellier-iii- ... etudiante/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 17 Oct 2018, 18:29

Interfac autonome, round 2

Plus d’une centaine de personnes se sont réunies lors de l’inter-fac autonome vendredi dernier ! Nouvelle assemblée jeudi 18 octobre à 18h au 96 Bd Raspail !

Fini de shlaguer, il est temps de s’organiser. N’attendons pas d’être attaqué.e.s pour agir, ne courrons plus après le mouvement social, construisons ensemble notre propre calendrier.

Il est temps de se débarrasser de cette identité étudiante qui « nous enferme dans une espèce d’adolescence tardive » qui délégitime notre engagement, et ne nous permet pas de nous saisir d’un paquet de problématiques qui pourtant nous concerne toutes et tous.

Il s’agit de bâtir de réelles alliances avec les secteurs en luttes ; les faire entrer dans nos lieux autogérés, mais aussi en sortir, avec eux, avec des idées d’écrits, d’actions et de véritables perspectives politiques.

Pour ça, il est peut être nécessaire de former une coordination régionale, de construire une plateforme qui nous permettra de nous organiser ensemble sur la durée.

Nous vous invitons donc au deuxième round de l’assemblée inter-fac autonome, qui aura lieu le Jeudi 18 octobre 2018 à 18h au 96 boulevard Raspail

Proposition d’ordre du jour !

10 mins de point information (prochaines dates, état de la répression, état de la mobilisation dans les différentes facs)
Proposition de thèmes de pétales puis fractionnement de l’assemblée
Où se passera la prochaine inter-fac ? Il y a nécessité de ne pas se fixer à l’EHESS.

En se basant sur les différents compte-rendus, nous proposons modestement plusieurs pétales [1] :

Prolongement du travail entamé avec les camarades exilé-e-s (Logement, Maraudes, Actions)
Ouverture de lieux dans le respect des lois de la République (logement, fac comme lieu ouvert)
Vie quotidienne (transport, cantine)
Riposte féministe en vue du 24 novembre (#NousToutes) et au-delà.
Communication entre nous (Signal, Discord ?)
Alliance avec le mouvement lycéen (#LoiOre)
Venue de Trump le 11 novembre

Ce ne sont bien sûr que des propositions, et ce qui sera discuté lors de l’assemblée est encore ouvert.

Notes

[1] C’est à dire en groupes plus restreints avant de revenir en assemblée plénière


https://paris-luttes.info/interfac-auto ... nd-2-10903
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 17 Oct 2018, 21:08

Nanterre

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CE JEUDI À 12H DEVANT LE BÂTIMENT B

Le verdict du procès des trois de Nanterre est tombé ce mercredi matin, et la juge a fait le choix de suivre, pour deux des étudiants, les peines extrêmement lourdes requises par la Procureure le 19 septembre : 4 mois de prison avec sursis pour un étudiant, 6 mois de prison ferme pour un autre. Le troisième a été relaxé. Pour leur simple participation à une AG à la fac contre Parcoursup.
Cette décision est une véritable attaque de la justice bourgeoise qui, en faisant des 3 de Nanterre des exemples, condamne la mobilisation étudiante du printemps dernier et tente d'étouffer celles de la rentrée ! Elle veut placer une épée de Damoclès sur les étudiants mobilisés, les empêcher de militer, taire leur colère et leur lutte contre les réformes de ce gouvernement !
Une seule réponse à la répression, la mobilisation ! Organisons-nous contre la répression et pour exiger la relaxe des deux camarades, tou-te-s en AG demain à 12h dans l'amphi D1 !

https://fr-fr.facebook.com/events/2550942968256461/

Evacuation de l’université de Nanterre : deux jeunes condamnés pour violences
voir : viewtopic.php?f=74&t=4669&p=295068&sid=c47a65870d454feaa43ab42229ae71af#p295068
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 18 Oct 2018, 17:46

Brochure : recueil de textes du mouvement étudiant du printemps 2018 à Nancy

Le campus lettres et sciences humaines de l’université de lorraine de Nancy a été occupé pendant plusieurs semaines par les étudiant­-e­-s en lutte contre le dispositif "Parcours Sup’" instaurant une sélection plus formelle dans les universités. Le campus est évacué fin avril 2018, une personne est alors embarquée et inculpée d’outrage & rébellion. Le 3 mai 2018, un groupe d’opposant­-e­-s décide de se regrouper alors que les examens commencent tout juste...

Cette brochure est un recueil de plusieurs textes extraits d’internet. Si la plupart est issue du site d’informations manif­-est.info, certains viennent de listes mails ou de sites capitalistes (facebook©, à déserter au plus vite...). Quand ce n’était pas déjà le cas, les textes ont été féminisés.

... https://manif-est.info/Brochure-recueil ... y-775.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 19 Oct 2018, 15:32

De Nanterre à Paul Valéry, la répression cherche à étouffer le mouvement étudiant

Montpellier Poing Info, le 18 octobre 2018 – Comme celle du mardi 16 octobre, l’assemblée générale de l’université Paul Valéry contre Parcoursup et loi ORE prévue dans la matinée du 17 octobre a été empêchée par la société de sécurité privée APS Sud mobilisée par l’administration du campus. Un évènement qui fait échos au délibéré rendu hier par le tribunal de grande instance de Nanterre, qui condamne deux étudiants mobilisés pendant les évènements du printemps dernier à de lourdes peines.

Cette nouvelle tentative de tenir une assemblée générale faisait suite à celle de la veille, et se voulait acte de protestation contre le déploiement de vigiles à l’entrée des bâtiments de l’université aux heures où l’assemblée générale était censée avoir lieu. Une pratique complètement inédite sur le site universitaire Montpellier-3. D’après le communiqué du comité de mobilisation, certains membres du personnel se seraient même vus « interdire de participer aux AG sans l’autorisation de la Direction générale des Services (DGS)».Une nouvelle réunion de ce comité de mobilisation est donc prévue le vendredi 19 octobre sous le parvis des amphis A, B et C à 14h.

Au même moment à Nanterre, le tribunal de grande instance rendait son délibéré pour le procès du 19 septembre où trois étudiants mobilisés étaient accusés de violences sur des forces de police. Une relaxe, une condamnation à quatre mois de prison avec sursis et une autre à six mois fermes avec aménagement de peine. Pendant l’audience, les intéressés avaient nié tout recours personnel à la violence pendant l’évacuation par les CRS du bâtiment où se tenait une assemblée générale. « On était en train de calmer les étudiants en pleine AG et j’ai été menotté et extrait en dehors de la salle. Je n’ai exercé aucune violence », avait affirmé l’un des accusés.

Les universités Paul Valéry à Montpellier et Nanterre avaient été deux fers de lance de la contestation étudiante de l’an dernier.


http://www.lepoing.net/de-nanterre-a-pa ... -etudiant/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 22 Oct 2018, 18:54

Rattrapages/Compensation/Répression : tou.te.s en AG !

Mardi 23 octobre 2018 de 12:30 à 14:30
Fac de Nanterre, Amphi E2

Le gouvernement et les présidences de facs s'attaquent à la compensation et aux rattrapages. À Nanterre, deux camarades viennent d'être condamnés à de la prison : l'un avec sursis, l'autre ferme.
D'un côté la casse de nos droits, de l'autre une répression censée stopper notre combativité !

Regroupons nous nombreux et nombreuses en Assemblée Générale, mardi 23 octobre à 12h30 en amphi D1

Amphi E2 ou amphi D1 ?

https://www.facebook.com/events/340201820062043/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 29 Oct 2018, 20:13

le démantèlement des universités est en marche

Ordonnance sur les statuts : le démantèlement des universités est en marche

La loi « Pour un état au service d’une société de confiance » du 10 août 2018 permet au gouvernement de faire passer des ordonnances portant sur le statut des établissements de l’enseignement supérieur qui fusionnent ou des ComUE (Communautés d’Universités et d’Etablissements). Le gouvernement a décidé de travailler sur ces ordonnances avec quelques universités ayant reçu un IdEx (Initiative d’Excellence, budget alloué à « l’excellence » universitaire), c’est-à-dire celles qui seront les principales bénéficiaires de l’expérimentation de nouveaux statuts que les ordonnances permettront. La méthode en dit long sur le projet porté par ces ordonnances : les premier·es de cordée reçoivent la part du lion et les autres se contentent des miettes.

Le projet d’ordonnances permettra de créer, dans le cadre de fusions des établissements, des statuts expérimentaux qui dérogeront au code de l’Éducation. Ainsi la proportion de membres élu·es dans les conseils pourra descendre à un tiers contre deux tiers actuellement. De plus les établissements fusionnés pourront conserver leur personnalité morale mais seront de fait sous tutelle, avec leurs budgets, décisions et recrutements soumis à l’approbation de l’établissement expérimental issu d’une fusion. Il n’existe plus aucune limite de nombre de mandats ni d’âge pour les président·es d’établissements.

En plus des conséquences directes liées à des modifications réglementaires, on peut entrevoir des conséquences plus importantes pour les personnels et les étudiant·es : la « mutualisation » des formations entre les établissements fusionnés sera accélérée conduisant les étudiant·es à devoir suivre leurs formations sur des sites différents séparés parfois par une heure de transport si ce n’est plus. Il est aussi à craindre que les établissements les plus prestigieux au sein des fusions (comme Centrale dans le cas de Nantes, ou Science-Po dans le cas de Rennes) annexent les meilleures formations des autres établissements afin d’augmenter leur influence, leur prestige … ainsi que les frais d’inscription.

L’une de nos principales craintes tient aux frais d’inscription. Les établissements expérimentaux pourront se pérenniser sous la forme de « grands établissements ». Le statut de grand établissement permet de déroger à un certain nombre d’obligations comme celui de respecter le cadre national des diplômes en termes de frais d’inscription. Ce statut a permis à Paris-Dauphine d’élever ses frais d’inscription à 6000 € l’année pour certains de ses diplômes.

Pour ces raisons, Solidaires étudiant·es demande le retrait du projet d’ordonnances et l’abandon des fusions en cours. De plus l’abrogation des dispositions de la loi Fioraso portant sur les rapprochements est nécessaire. Enfin pour les établissements déjà fusionnés, Solidaires demande la tenue de référendums décisionnels des étudiant·es et personnels des anciennes universités fusionnées sur l’avenir de leurs établissements.

Cela ne peut être obtenu que grâce à la mobilisation de tou·te·s les étudiant·es et personnel s de l’Enseignement Supérieur.

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes
Porte-parolat : 06.86.80.24.45
http://www.solidaires-etudiant-e-s.org/
contact@solidaires-etudiant-e-s.org


https://www.solidaires-etudiant.org/blo ... en-marche/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 30 Oct 2018, 15:10

Bulletin Gagner ici n° 4 : Grève victorieuse des personnels de l’université paris 1

Image

à télécharger : https://solidaires.org/Bulletin-Gagner- ... site-paris

https://solidaires.org/Bulletin-Gagner- ... site-paris
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: L'université en lutte

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 22:00

« Militer ou étudier, il faut choisir » La nouvelle règle à l’Université Paul Valéry Montpellier 3

Image

https://solidairesetudiants34.wordpress ... pellier-3/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34111
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Education, culture et recherche, santé et social

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité