Soutien aux sans papiers et exilé-es

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 21 Jan 2018, 15:49

Ouistreham. Au moins 700 personnes manifestent sur le port en soutien aux migrants

Ce samedi 20 janvier 2018, environ mille personnes (700 selon les gendarmes) ont réclamé des conditions d’accueil, dignes de ce nom, pour les migrants qui, par grappes, errent dans les rues de Ouistreham.

Le 16 décembre dernier, la cause des migrants avait déjà mobilisé dans les rues de Ouistreham. Samedi, un régime d’averses n’a pas douché les convictions d’une foule, à nouveau très compacte, rassemblée sur le port. « Au fil des mois, nous avons fait la connaissance d’hommes, non pas dangereux, mais courtois et gentils, témoigne, au micro, une représentante du collectif d’aide aux migrants de Ouistreham, créé l’été dernier. Leurs récits de voyage, et tous les dangers qu’ils ont bravés, nous ont bouleversés. Les voir errer dans nos rues nous fait honte. »

... https://www.ouest-france.fr/normandie/o ... um=twitter
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 25 Jan 2018, 15:43

Manifestation contre le projet de loi immigration

samedi 27 janvier 2018 à Saint-Denis (93)
à 14h30, Au métro Porte de Paris

Manifestation contre le projet de loi immigration

• Contre le projet de loi Macron / Coulomb sur l'immigration
• Contre les conditions d'accueil inhumaines faites aux migrants
• Pour un accueil décent, l'hébergement, la régularisation des sans-papiers

La Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers (CSP93), les collectifs de sans-papiers de l'avenue du Président Wilson à Saint Denis (168/99 et 57/59), la Coordination des Foyers de la Plaine, le Collectif Schaeffer d'Aubervilliers décident de se mobiliser ensemble dans un contexte politique de plus en plus hostile aux sans papiers, spécialement dans le cadre de la loi d'urgence et des ordonnances chargées de démanteler le code du travail.

La prochaine loi sur l'immigration, prévue pour début 2018, s'annonce scélérate. Le premier acte est la circulaire envoyée aux préfets les appelant à faire le tri dans les centres d'hébergements entre titulaires d'un titre de séjour et ceux qui n'en ont pas. Elle est dénoncée par l'ensemble des associations humanitaires.

Ainsi que le revendique Emmanuel Macron : « nous reconduisons beaucoup trop peu » selon ses propres mots. Il prévoit :
• De rallonger les délais de « retenue pour vérification » et de rétention administrative
• Des « moyens spécialisés » pour accélérer le transfert des « Dublinés » (les migrants qui ont été enregistrés dans le pays d'entrée et dont ils dépendent ensuite)
• Une intervention auprès des pays d'origine pour accélérer le retour.

A terme, pour bien barricader les frontières européennes, Macron « a souhaité que soient mis en place des centres d'orientation pour les demandeurs d'asile dans des pays situés au sud de la Libye », à l'égal des accords passés avec la Turquie.

Nous refusons le piège que nous tend Macron en distinguant sans-papiers et migrants, migration politique et économique. Personne ne quitte son pays de gaîté de cœur sans y être poussé par des causes extrêmes. D'ailleurs, à qui profite la mondialisation capitaliste ? Ce sont les mêmes qui d'un côté pillent les richesses et provoquent les guerres dans des continents entiers, et d'un autre côté refusent les droits démocratiques aux migrants et maintiennent les sans-papiers dans l'irrégularité pendant de nombreuses années. Tout ceci pour gagner des 2 côtés : surexploitation là-bas et ici.

Les papiers, c'est la clef de toute vie sociale : vivre en famille, circuler librement, travailler, étudier, se soigner, se loger. Sans papiers, on est à la merci des marchands de sommeil, de la surexploitation au travail, on est sous la pression permanente de la police, des contrôles de rue, sous l'angoisse de l'expulsion.

Depuis des mois le traitement des migrants à la Porte de la Chapelle est particulièrement inacceptable: tentes lacérées, duvets gazés, nourriture rendue impropre à la consommation par la police, alors qu'aucun hébergement digne de ce nom n'est proposé.

Depuis plusieurs mois, nous nous heurtons à une dégradation de l'accueil dans les préfectures -particulièrement en Seine Saint Denis- avec des délais scandaleux,pour toute demande de régularisation (de 12 à 18 mois d'attente, depuis la recherche d'un 1er rendez-vous sur internet jusqu'à l'éventuel titre de séjour). L'accueil doit se faire dans des conditions dignes d'un état de droit !

La régularisation par le travail (fiches de paie et contrats de travail) relève d'une véritable hypocrisie : légalement sans droit au travail, les sans-papiers doivent pourtant prouver qu'ils travaillent légalement pour être régularisés ! Tout ceci favorise la surexploitation et la dépendance face à des patrons voyous quitirent profit du travail dissimulé. La taxe OFII et la demanded'autorisation d'embauche par le CERFA doivent être abrogés.

Faceà la dégradation des conditions de vie sur le sol français, nous exigeons :
• des conditions d'accueil en Préfecture et des délais d'attente soucieux du respect des usagers
• des papiers pour toutes et tous
• la suppression des centres de rétention administratifs qui permettent d'enfermer des étrangers pendant des périodes de plus en plus longues
• des conditions d'hébergement dignes et des logements pour tous et toutes

La ville de Saint-Denis est directement concernée par la situation des sans-papiers, des migrants, des mal-logés. La mobilisation contre le projet de loi, contre le tri des sans papiers et leur expulsion, pour un accueil digne des migrants, pour l'hébergement et le logement de toutes et tous, doit connaitre sur la ville une ampleur particulière.

Nous appelons les organisations, associations, partis, syndicats, élu-e-s, citoyens, citoyennes de Saint Denis et, plus largement, du 93, à nous soutenir et à se mobiliser avec nous, pour une société plus juste, moins violente, qui refuse les discriminations.

Régularisation de tous et toutes les sans-papiers, liberté de circulation !

Manifestation samedi 27 janvier 2018
Rendez vous 14h30 à Porte de Paris, Métro Porte de Paris

Signataires :
La Coordination 93 de lutte pour les Sans Papiers, les Collectifs 168/99 et 57/59 de l'avenue du président Wilson à Saint Denis, la Coordination des Foyers de la Plaine, le Collectif Schaeffer d'Aubervilliers

Soutenus par : DAL, Réseau Solidarité Logement, MRAP Saint-Denis, Collectif de l'Attiéké, Mouvement de la paix, EVTC, LDH Saint-Denis, Union Locale Sud-Solidaires Saint-Denis, SUDCT Mairie de Saint-Denis, Action Catholique Ouvrière du 93 nord, Solidarité migrants Wilson, Coopérative Andines, Confédération Paysanne, CGA, LFI, NPA, OCML-VP, UPML,...


https://paris.demosphere.eu/rv/59486
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 28 Jan 2018, 13:22

Manifestation pour la Régularisation des Etudiant.e.s Sans Papiers le 31 janvier

Nous demandons aux autorités d’en finir avec la traque aux « sans-papiers » qui n’est rien d’autre qu’une chasse aux migrant-e-s et dont sont également victimes les étudiant-e-s. Nous exigeons qu’aucun-e étudiant-e ne puisse être placé-e en CRA ou menacé-e d’expulsion. Rejoignez-nous devant le Ministère de l’Enseignement Superieur et de la Recherche le 31 janvier à 10h ! (attention : un autre horaire avait été précédemment diffusé)

Nous sommes des centaines d’étudiants et d’étudiantes d’Île-de-France comme les autres. Nous sommes inscrit-e-s à l’université, nous suivons des cours, participons aux examens. Pourtant, parce que nous ne possédons pas de titre de séjour en règle, nous ne pouvons pas réaliser des stages nécessaires à la validation de nos diplômes. Nous avons des difficultés pour nous loger et travailler. Nous avons toujours peur de révéler notre situation et qu’un simple contrôle dans les transports nous entraîne dans un Centre de Rétention Administratif (CRA) et nous place sous la menace d’une expulsion. Chaque année en France, des centaines d’étudiant-e-s sans papiers sont ainsi enfermé-e-s dans des CRA et plusieurs dizaines sont expulsé-e-s.
Il faut en finir avec ces conditions de vie et d’étude indignes. Nous ne demandons pas un privilège, nous réclamons un droit, celui d’être traité-e-s comme tou-te-s les autres étudiant-e-s, de bénéficier des mêmes droits afin de pouvoir étudier dans les mêmes conditions.

Depuis deux mois, nous nous sommes rassemblé-e-s à trois reprises devant l’antenne de la préfecture de Paris dédiée aux étudiant-e-s étranger-e-s à Cité Universitaire pour lui demander d’accepter les demandes de régularisation des étudiant-e-s concerné-e-s. À Paris 8, Paris 1 et Paris 7 des mobilisations ont commencé tandis qu’ailleurs en France, des mouvements d’occupation associent étudiant-e-s et migrant-e-s comme à Nantes ou Lyon.

Depuis septembre, partout en Île-de-France, les préfectures se refusent à recevoir les dossiers de demande de régularisation, tout dépôt est jusqu’à ce jour impossible. Cela est l’aboutissement d’une dégradation terrible des conditions d’accueil des étudiant-e-s étranger-e-s depuis 10 ans. Alors que des dépôts collectifs (qui offrent le plus de chance aux étudiant-e-s notamment isolé-e-s) étaient encore acceptés, les étudiant-e-s de L1, L2 et L3 étaient également autorisés à déposer des dossiers. Ce n’est plus le cas depuis novembre 2015.

Aujourd’hui, nous appelons les présidences des universités à soutenir les étudiantes et étudiants inscrit-e-s dans leur établissement et souhaitant déposer une demande de titre de séjour.

Nous demandons aux préfectures d’autoriser n’importe quel-le étudiant-e à déposer une demande de titre de séjour dans le département où il/elle étudie, un groupe d’étudiant-e-s à déposer s’ils le souhaitent une demande collective, et surtout qu’elles s’engagent à ne jamais délivrer d’Obligation à Quitter le Territoire Français (OQTF) en cas de refus.

Nous demandons aux autorités d’en finir avec la traque aux « sans-papiers » qui n’est rien d’autre qu’une chasse aux migrant-e-s et dont sont également victimes les étudiant-e-s. Nous exigeons qu’aucun-e étudiant-e ne puisse être placé-e en CRA ou menacé-e d’expulsion.

Pour cela, nous appelons à une série de mobilisation sur les universités d’Île-de-France à la rentrée de janvier 2018 pour alerter sur notre situation et mobiliser le plus grand nombre d’étudiant-e-s « sans papiers » et de leur soutien.

Tou-te-s devant le Ministère de l’Enseignement Superieur et de la Recherche le 31 janvier à 10h !

*** RDV à l’angle de la rue Montagne Sainte Genevieve et de la rue Clovis, 75005 Paris (métro Cardinal Lemoine) ***


https://paris-luttes.info/manifestation-pour-la-9387
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 31 Jan 2018, 08:58

Les exilé.e.s occupent Paris 8 !

Nous occupons depuis ce Mardi 30 janvier le bâtiment A de Paris 8 Université à Saint Denis. Nous, personnes exilées et leurs soutiens, avons pris possession de ce bâtiment pour prolonger le mouvement général contre les politiquesmigratoires racistes.

Les exilé·e·s occupent Paris 8 à Saint Denis

Le bâtiment A de l’université Paris 8 à Saint Denis est occupé depuis le mardi 30 janvier 2018 par des personnes exilé·e·s et leurs soutiens.

Nous avons pris possession du bâtiment A. Notre occupation s’inscrit dans le mouvement général de protestation contre les politiques migratoires européennes indignes et dans la continuité des occupations d’universités à Grenoble, Lyon, Nantes et dans d’autres villes.

Migrant·e·s, associations et particulier·ère·s s’élèvent et se mobilisent aujourd’hui plus que jamais, contre le traitement désastreux réservé aux personnes migrants vers l’Europe.

De l’enfer de la Libye aux conditions « d’accueil » aux frontières de Schengen ; des dizaines de milliers de noyé·e·s dans la Méditerrannée, au harcèlement policier à Porte de la Chapelle et à la Villette ; de la répression bureaucratique menée par l’OFPRA et l’OFII au « délit de solidarité » dont on accuse les soutiens militants : la politique migratoire européenne continue de s’illustrer par son racisme et son inhumanité. Le règlement de Dublin est responsable de l’expulsion des exilé·e·s vers les périphéries de l’Europe et contraint ces mêmes personnes à dormir dans la rue et à subir le froid et le harcèlement des forces de l’ordre. Parmi eux·elles, beaucoup de mineur·e·s. Pour les dubliné·e·s comme pour beaucoup de demandeur.euses.s d’asile et de sans-papiers, l’incertitude administrative et matérielle est la source d’une profonde détresse psychologique alors qu’ielles sortent d’un voyage éprouvant.

Dans les prochains mois, le gouvernement français va faire voter la loi « Asile et Immigration ». Sous couvert d’améliorer l’accueil d’une faible proportion de personnes obtenant l’asile, cette loi condamne encore la majorité des exilé·e·s à la déportation, à l’enfermement ou à la clandestinité.

Dans un même temps, le pouvoir exécutif organise la répression et les expulsions jusque dans les centres d’accueil et d’hébergement (circulaire Collomb et règlement de Dublin) poussant les exilé·e·s à dormir dans la rue plutôt que dans ces lieux.

Les personnes exilé·e·s participant à l’occupation en ont fait l’expérience. Nous condamnons ces choix politiques. Nous voulons :
• La fin immédiate du règlement de Dublin
• La fin de la distinction entre « migrants économiques » et « réfugiés politiques », pour en finir avec une politique qui trie les « bon·ne·s » et les « mauvais.es » migrant·e·s
• Des papiers pour tous.tes
• La liberté de circulation et d’installation pour tous.tes
• Le droit au logement, à l’éducation et à la formation
• Et enfin, des excuses publiques pour les milliers de vies détruites.

Nous vous appelons à nous rejoindre et à nous soutenir sur le lieu d’occupation (matériellement, financièrement et physiquement) et à participer avec nous à la marche des solidarités, le 17 mars, partout en France. Nous rejoignons l’appel de Lyon et de Nantes. L’Université doit être un lieu politique et ouvert à tous.tes. Contre l’Université élitiste et sélective que nous promet le projet de loi du gouvernement, nous défendons une Université libre et collective : un lieu de résistance en écho aux lieux occupés.

Nous appelons à occuper les universités et tout autre lieu, partout où vous le pouvez.

Les occupant·e·s du bâtiment A & le Comité de Soutien aux Occupant·e·s
Mardi 30 Janvier 2018, Saint-Denis


https://paris-luttes.info/les-exile-e-s ... ris-8-9484
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 01 Fév 2018, 23:00

Paris VIII : la direction de l’université contrainte d’accepter l’occupation des locaux pour les réfugié.e.s

Hier, dans la journée, des collectifs de soutien aux réfugiés, des étudiants et des réfugiés à la rue ont décidé d’occuper une partie des locaux du bâtiment A, non utilisés, de l’Université Paris 8 Saint-Denis. Tandis qu’hier, la direction de l’université entendait les déloger le plus rapidement, aujourd’hui, elle a accepté l’ensemble de leurs revendications !

... http://www.revolutionpermanente.fr/Pari ... x-pour-les
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 02 Fév 2018, 00:29

Marche solidaire Stop Dublin, le 3 février à Villeneuve-lès-Maguelone

Nous étions très nombreux-ses devant le PRAHDA de Villeneuve lès Maguelone le 6 janvier pour une soupe solidaire. Rejoignez-nous plus nombreux-ses encore, le samedi 3 février à 15h pour marcher depuis le CAO de la rue Marconi (quartier du Millénaire) jusqu’à la place de la comédie.

Rendons visibles les migrants qui ont fui misère, guerre, et persécutions. Avec nous, venez informer et sensibiliser la population sur ces parcours de vie dramatiques et sur le sort que réserve le gouvernement à des hommes, des femmes, des enfants en les enfermant, en les expulsant, en les privant de leurs droits. Notre solidarité n’a pas de frontières !

http://www.alternativelibertaire.org/?V ... TOP-Dublin
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 02 Fév 2018, 20:48

Communiqué des migrant.e.s du bâtiment A de l’Université Paris 8

Nous sommes des exilé.e.s du monde entier, des dubliné.e.s, des réfugié.e.s statutaires à la rue. Nous sommes débouté.e.s de l’asile, nous venons de traverser la mer, nous sommes des mineurs sans papiers. Nous occupons l’Université Paris 8 depuis le 30 janvier 2018.

Au peuple français, aux étudiant.e.s, à celles et ceux qui dorment dans la rue, aux personnes solidaires, aux personnes torturées par le règlement Dublin.

Nous sommes des exilé.e.s du monde entier, des dubliné.e.s, des réfugié.e.s statutaires à la rue. Nous sommes débouté.e.s de l’asile, nous venons de traverser la mer, nous sommes des mineurs sans papiers. Nous occupons l’Université Paris 8 depuis le 30 janvier 2018. Pourquoi avons-nous du faire cette action ? Ces derniers mois, la France a déporté de nombreuses personnes. Nombre d’entre nous se sont suicidés. Il y a trois mois, un ami sous le coup du règlement de Dublin, déprimé, s’est allongé sur les rails d’un train qui l’a percuté. Il y a dix jours à Calais, la police a frappé et gazé des éxilé.e.s dormant dans la rue. Un jeune a eu la moitié du visage arrachée par un tir policier. Un ami qui avait rendez-vous à la préfecture y a été arrêté et mis en centre de rétention administrative (CRA), avant d’être déporté en Italie. La police française a ses gyrophares, ses sirènes et ses gaz, mais ni foi ni loi. Ce que le système d’immigration français attend de nous, ce sont nos empreintes, pas nous. L’arbitraire et l’aléatoire sont notre quotidien, à l’OFPRA, à la CNDA, à la préfecture. A l’issue des démarches, certain.e.s sont refusé.e.s, d’autres dubliné.e.s indéfiniment, assigné.e.s à résidence, déporté.e.s, et ce sans aucune logique.

Nous revendiquons les choses suivantes :
• Des papiers pour tou.te.s
• Des logements décents et pérennes
• Pouvoir apprendre le français et continuer nos études
• La fin des refus au Dispositif d’Evaluation des Mineurs Isolés Etrangers (DEMIE)
• L’arrêt immédiat des déportations vers tous les pays, en Europe comme ailleurs.

Nous attendons de tou.te.s les exilé.e.s qu’ils et elles luttent partout en France contre l’oppression et l’injustice et contre les pratiques de la police dans la rue. A la population française : vous qui avez fait cette révolution que l’on étudie dans les livres d’histoires, reprenez-la ! Nous remercions la population de son soutien, qui, contrairement à son gouvernement, nous montre sa solidarité. L’administration de la fac utilise la carotte et le bâton dans les négociations. Les un.e.s disent qu’ils vont nous donner un autre endroit dans la fac, les autres nous menacent à mots couverts de faire entrer la police. Nous demandons aux étudiant.e.s et aux professeur.e.s de l’Université Paris 8 de nous soutenir dans nos revendications. Nous les remercions et leur demandons de rester totalement avec nous, jusqu’au bout. Nous nous joignons à la lutte des étudiants sans-papiers de l’Université.

A nos ami.e.s mort.e.s en traversant la mer,
A nos ami.e.s suicidé.e.s,
A nos ami.e.s mort.e.s à cause des frontières,
A nos ami.e.s mort.e.s dans le désert,
A nos amies violées en Libye,
Nous ne vous oublions pas.

Les migrant.e.s de Paris 8


P.-S.
Contact :
mail : paname-solidarite@riseup.net
facebook :https://www.facebook.com/Les-Exil%C...
twitter : @ExileesOccupP8


https://paris-luttes.info/communique-de ... -s-du-9497
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 14:09

Situation des exilé.e.s et Anti-répression

Nantes dimanche 4 février 2018
à 14h30, Fac occupée - Tram ligne 2, arrêt Audencia, Château du Tertre

Expulsion de squats, manifestations, contrôle d'identité suite à un défaut de titre de transport...Les exilé-e-s sont comme chacun.e confronté-e-s à la répression, sauf que suivant leur situation administrative illes n'encourent pas les mêmes risques et un contrôle ou une arrestation peuvent parfois mener à la déportation.

Gasprom et Legal team interviendront pour nous mettre au clair là-dessus et apprendre aussi collectivement les attitudes et démarches possibles pour lutter plus efficacement contre la répression et s'en prémunir.

Au programme :
* Présentations des risques en fonction des différentes situations administrativo-juridiques
* Conseils en cas de contrôle, d'arrestation, de garde à vue ou d'incarcération en centre de rétention
* Discussion autours des stratégies et organisations collectives que l'on peut mettre en place pour lutter
contre les expulsions.
* Infokiosque et cafet' à prix libre *
Goûter partagé : Ramène ton thé, ton jus et tes gâteaux !

Image

https://nantes.indymedia.org/events/39941
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 17:08

Rassemblement de soutien aux occupant.e.s de Paris 8 ce soir

Texte d’appel pour un rassemblement de soutien aux exilé-e-s occupant une salle de l’université Paris 8 ce jeudi à 18h.

Depuis 7 jours aujourd’hui, des exilé-e-s occupent une partie du bâtiment A de l’uiversité Paris 8 saint-denis.

En une semaine, l’occupation a gagné le soutien de beaucoup d’étudiant-e-s, de RUSF, de Solidaires étudiant-e-s, de la CGT FERC-SUP

Paris 8 ainsi que de plusieurs enseignant-e-s, UFR, de personnalités publiques et d’artistes.

Une quinzaine de médias ont envoyé des journalistes qui sont venu-e-s sur place, ont parlé avec les éxilé-e-s et des soutiens et publié des articles pour relayer l’occupation.

Mais en 7 jours, les adversaires de l’occupation ont aussi eu le temps de serrer leurs rangs :
1. La pression que subit la présidence menace le blocage des négociations avec les occupant-e-s.
2. Des journaux comme Le Monde qui relaye la préidence sans jamais avoir mis les pieds sur place. (Beau travail de journalisme).
3. Plusieurs départements de l’université ont décidé de ne pas soutenir l’occupation.

Alors pour répondre à tous ceux et toutes celles qui défendent une université fermée sur elle-même , et souhaitent que les exilé-e-s soient renvoyé-e-s à la rue et dans la neige :

Rassemblement jeudi a 18h devant l’université Paris 8
Métro 13 arrêt Saint Denis Université

Soyons nombreux-ses et motivé-e-s pour que l’université soit ouverte à tou-te-s, avec ou sans papiers !

Les exilé-e-s,
Leur comité de soutien,
RUSF Paris 8
Solidaires étudiant-e-s Paris 8



Image

https://paris-luttes.info/rassemblement ... -soir-9554
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 20:19

Les exilé.e.s occupent un bâtiment de Paris 8 depuis 10 jours

Nous occupons depuis ce Mardi 30 janvier le bâtiment A de Paris 8 Université à Saint Denis. Nous, personnes exilées et leurs soutiens, avons pris possession de ce bâtiment pour prolonger le mouvement général contre les politiques migratoires racistes.

... https://paris-luttes.info/les-exile-e-s ... iment-9484
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 23:04

Festival sans frontières, année 1

Un festival sur les migrations, petite extension du bout du monde. De Nantes à Dournenez, et retour.

Les 26, 27 et 28 Janvier s'est déroulé sur plusieurs lieux (Pol'n, le Gasprom et la maison de quartier des Olivettes) le Festival Sans Frontières. Trois endroits garantis « à une minute trente » les uns des autres. C'est donc un peu le festival trois minutes en trois jours.

... https://nantes.indymedia.org/articles/40045
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 10 Fév 2018, 19:57

Réponse des exilé.e.s au dernier communiqué de la Présidente de l’Université Paris 8

Madame la présidente,

Dans votre dernière communication à l’ensemble de la communauté universitaire de Paris 8, vous nous demandez d’exprimer des positions claires et d’engager un véritable dialogue. Nous pensons le faire depuis le premier jour de notre occupation. Voici tout de même un récapitulatif des demandes que nous vous adressons, décidées lors d’une dernière réunion entre les représentants des occupant.e.s exilé.e.s du bâtiment A :
• En ce qui concerne les locaux : nous décidons de rester dans les salles occupées du bâtiment A. Dans le souci d’assurer les conditions de sécurité et d’hygiène optimales du bâtiment, nous vous proposons d’utiliser la cuisine de l’amphithéâtre X et les douches attenantes. Nous n’utiliserons plus d’installations pour cuisiner dans le bâtiment A.
• Nous sommes convaincus que la présidente peut jouer un rôle important pour nous aider dans nos démarches afin de faire aboutir nos revendications. Voici nos suggestions : ◦ Elle n’a jusqu’à présent pas publiquement soutenu nos revendications, ni adressé de lettre publique au gouvernement pour exiger que des titres de séjour et des logements soient accordés pour tou.te.s les exilé.e.s occupant.e.s, ni même publiquement dénoncé l’inhumanité des politiques migratoires françaises et européennes qui nous conduisent aujourd’hui dans cette situation. Nous lui demandons de le faire.
◦ Nous lui demandons également de réitérer par écrit son engagement de ne pas faire appel à la police pour évacuer les occupant.e.s.
◦ La présidence annonce avoir contacté l’OFPRA. Nous la remercions mais à ce jour aucune preuve écrite de ce rendez-vous ne nous est parvenue.
◦ La présidence exprime son engagement auprès de tous ses étudiant.e.s, même les plus démunis. Nous demandons alors que des cartes d’étudiant.e.s soient accordées à tout.e.s les exilé.e.s occupant.e.s, statut qui nous protégerait. Cela permettrait également d’assurer la sécurité des lieux en empêchant toute personne extérieure à l’occupation de s’en réclamer.

• La présidence nous demande une liste des exilé.e.s présent.e.s dans le bâtiment A. Cette liste a été dressée et un état des lieux des situations administratives de l’ensemble des exilé.e.s occupant.e.s a été fait. Nous sommes tout à fait disposés à travailler avec la présidence pour la résolution des questions administratives. Toutefois nous sollicitons une réunion pour présenter les conditions dans lesquelles nous pourrions travailler ensemble (associations avec lesquelles nous acceptons de travailler, traitement collectif des dossiers etc.).

Pour garantir que nos échanges ne soient pas pollués par de fausses informations et rumeurs, nous demadons que l’intégralité de nos futurs échanges soient consignés par écrit.

Les migrant.e.s occupant.e.s du bâtiment A.


https://paris-luttes.info/reponse-des-e ... rnier-9563
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 15 Fév 2018, 22:38

Des salariés d'un centre d'hébergement pour migrants de Rouen mobilisés contre la « circulaire Collomb »

Une trentaine de salariés ont bloqué jeudi après-midi l'entrée du centre d'hébergement de l'association Emergence-s à Rouen. Ils voulaient empêcher la visite d'une équipe venue appliquer la « circulaire Collomb».

Pour la quatrième fois chez nous en Haute-Normandie, une équipe mobile est venue visiter un centre d'hébergement pour migrants en application de la « circulaire Collomb ».

Les salariés mobilisés

Ce texte en vigueur depuis le mois de décembre permet à des équipes dites mobiles et composé de représentants de la préfecture, de la direction départementale de la cohésion sociale et de l'office français de l'immigration et de l'intégration, de venir dans les centres d'hébergement pour évaluer la situation des migrants. Un texte qui révolte certains salariés du centre Emergence-s de Rouen.

Ils étaient une trentaine ce jeudi pour tenter d'empêcher la visite. Parmi eux Corinne, cette infirmière est révoltée. Cette circulaire lui rappelle _« les heures sombres de l'histoire »_. Sa collègue Virginie dénonce carrément un système de « délation ». Pour elle, ce texte instrumentalise le travail des salariés des centres d'hébergement.

... https://www.francebleu.fr/amp/infos/soc ... ssion=true
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 17 Fév 2018, 18:24

[Brest] Marche solidaire en soutien aux habitants de la maison des mineurs

Suite aux agressions violentes et aux menaces de mort subies à la maison des mineurs mercredi dernier, affirmons notre soutien aux habitants et aux personnes blessés ainsi que notre refus du
racisme sous toutes ses formes.
Retrouvons-nous ce dimanche 18 février à 13h30 sur la Place de la Liberté à Brest pour une Marche Solidaire (départ prévu à 14h) en direction de la Maison des Mineurs au bois du Dour Braz (Quartier de St-Marc).

... https://brest.mediaslibres.org/spip.php?article894
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 19 Fév 2018, 11:59

Manifestation contre le projet de loi asile / immigration

Paris mercredi 21 février 2018
à 18h30, Place Saint Michel

Le mercredi 21 Février 2018, la loi Asile et Immigration sera présentée au conseil des ministres. Cette loi marque un tournant ultra-répressif de la politique migratoire.
Si elle s'inscrit dans les politiques anti-migrants menées par l'union européenne depuis 1992 (du traité de Maastricht à la création de l'agence FRONTEX), elle les devancé par son caractère ultra répressif.

Voici quelques exemples de cette loi liberticide.

Ainsi l'article 5 de cette future loi, abaisse le délai de 120 jours à 90 jours pour présenter une demande d'asile en procédure normale, permet à l'OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides) d'imposer la langue dans laquelle le demandeur d'asile sera entendu et pire encore, permet la convocation des migrantes par tous moyens (téléphone, mail, texto).

L'article 8, en rendant non suspensif les recours devant la cour national du droit d'asile (CNDA) pour les personnes ressortissantes des pays sûrs, met en danger, par exemple, les migrantes LGBTI originaire de ces pays. En effet, ceux ci pourront être expulsés vers des états menant des politiques LGBT-phobe (peine de mort, prison, torture ...).

L'article 6, en réduisant le délai de recours de 1 mois à 15 jours, va considérablement limiter l'accès aux droits des demandeurs d'asile.

L'article 16 prévoit d'aligner le régime de retenue administrative (16h) sur le régime de la garde à vue (24h). Cette augmentation du délai de rétention posera davantage de problèmes aux migrantEs malades et nécessitant de prendre un traitement. Il crée un délit de franchissement non autorisé des frontières de l'espace Schengen passible d'un an d'emprisonnement et de 3700€ d'amende.

L'article 13, relatif à la rétention administrative, a pour projet d'augmenter la durée maximal d'enfermement en centre de rétention pour passer de 45 jours a 135 jours.
• Parce que nous refusons le système de FRONTEX, EURODAC et Dublin.
• Parce que nous refusons les violences quotidiennes a l'encontre des migrantes dans le calaisis, à Paris et dans le sud de la France.
• Parce que nous refusons la mise en concurrence des demandeurs d'asile et des sans papiers.
• Parce que nous refusons d'être les témoins passif d'une politique gouvernementale attentatoire aux libertés des migrantEs.

Nous vous appelons à une manifestation le 21 février à 18h30 à la place Saint Michel. Nous nous dirigerons ensuite vers l'Assemblée Nationale.

https://paris.demosphere.eu/rv/60045
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité