Soutien aux sans papiers et exilé-es

...Sans Papiers, antifascisme...

Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede jean » 05 Nov 2008, 18:25

Pour les plus de cent résidents expulsés de la MECI 150 bd Vincent Auriol, il n'y a à ce moment que 7 relogements assurés. De nombreux autres problèmes se psoent dont celui des sans papiers.Les résidents et leurs soutiens expulsés demandent une réunion de mise à plat des problèmes avec les parties intéressées (mairie, préfecture et GIP).Les pouvoirs publics (mairie et préfecture) font la sourde oreille. aimeraient bien qu'on oublie cette affaire.

Rassemblement vendredi 5 novembre à partir de 16h30 devant la préfecture. Les résidents demanderont qu'une délégation soit reçue. Il est important que nous soyons nombreux à les soutenir.

ATTENTION: il s'agit de la préfecture de Paris et non de la préfecture de police. C'est à côté du métro Sully-Morland.
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 06 Nov 2008, 20:09

charters anglo-français pour l'Afghanistan



Communiqué de presse Cimade, 5 novembre 2008

Paris et Londres organisent des charters pour Kaboul


Le gouvernement français, en coopération avec les autorités britanniques, se prépare à renvoyer collectivement et par charter des exilés afghans placés au centre de rétention administrative (CRA) de Coquelles (62). Un vol Londres-Paris-Bakou-Kaboul est prévu dans les jours à venir.

A ce jour, 57 Afghans interpellés dans la région de Calais et de Dunkerque,ont été placés au CRA de Coquelles.

Alors que les conditions humanitaires et de sécurité ne cessent de se dégrader en Afghanistan et que les ONG comme le secrétaire général des Nations unies se déclarent particulièrement préoccupés par la situation, la France et la Grande-Bretagne organisent conjointement des charters à destination de Kaboul.

La Cimade dénonce les opérations de « charters conjoints » qui sont contraires au principe d’interdiction des expulsions collectives, conduisent à des pratiques arbitraires, discriminatoires et inhumaines. Ils font prévaloir une logique d’efficacité et de rentabilité sur le respect des droits fondamentaux des personnes.

La Cimade appelle instamment les autorités françaises et britanniques à renoncer à tout projet d'expulsion vers l'Afghanistan.
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 07 Nov 2008, 03:53

Je n'ai pas l'habitude d'envoyer des infos presse mais la version
Parisien/Admin Penit mérite qu'on la diffuse notamment pour chercher
plus d'infos, l'OIP a déjà été contactée...

Fresnes : un détenu agressé est dans le coma

Brendan Kemmet | 06.11.2008, 19h21 | Mise à jour : 19h24

INFO LE PARISIEN. Un homme de 34 ans, écroué à la maison d'arrêt de
Fresnes (Val-de-Marne), est dans le coma depuis mardi après avoir été
frappé par son codétenu. Ce dernier, un Estonien de 24 ans, n'aurait pas
supporté le bruit que faisait le trentenaire lors de ses prières. Mis en
examen jeudi pour violences volontaires, il a reconnu lui avoir porté
deux coups au visage.

C'est un surveillant qui a découvert le détenu inanimé lors de sa ronde
du matin. Le blessé, de nationalité tunisienne, avait été placé en
détention provisoire par un juge d'instruction parisien suite à
l'incendie qui a ravagé le centre de rétention administrative de
Vincennes en juin.
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 07 Nov 2008, 03:59

Rue 89 - 6 novembre 2008

Reprise des charters : la France sacrifie les Afghans par Jean-Pierre Alaux | Gisti, association spécialiste du droit ... |
06/11/2008 | 11H47

Après la Cimade, qui a commencé cette semaine à alerter les rédactions de la reprise des charters à destination de Kaboul, c'est au tour du Gisti, le Groupe d'information et de soutien des immigrés,de réagir contre les expulsions d'Afghans.


Combien des jeunes Afghans que la France et la Grande-Bretagne s'apprêtent à expulser par "charters" vont-ils mourir? Quand
succomberont-ils et comment? Telles sont les questions incontournables qui se posent à quelques jours du décollage, en
direction de Kaboul, du premier "vol groupé" franco-anglais depuis 2005.

Officiellement informé de l'imminence de l'opération, le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a discrètement manifesté des réticences dans son langage châtié habituel:

"Les personnes ayant besoin d'une protection internationale au titre du statut de réfugié de la Convention de Genève de 1951 ou d'autres formes de protection complémentaire ne devraient pas être expulsés vers l'Afghanistan."

Près de Calais, des rafles sélectives

Qu'à cela ne tienne: dans le Calaisis, les rafles sélectives d'Afghans ont été déclenchées. Rapidement vidé de ses autres
occupants, le centre de rétention de Coquelles a soudain "accueilli" une soixantaine d'Afghans qui ne se doutent encore de rien. C'est que l'affrètement d'un "charter" coûte cher et que, pour rentabiliser son "investissement", le ministère français de l'Immigration veille à remplir l'appareil.

A ce souci de la gestion des deniers publics, s'en ajoute un autre - contradictoire: celui du respect apparent du droit international qui interdit les "expulsions collectives".

Comme d'ordinaire en pareilles circonstances, Brice Hortefeux s'efforce donc de maquiller à l'aveuglette l'illégalité à coups
d'autant de décisions individuelles stéréotypées d'éloignement qu'il y a des sièges disponibles dans l'avion. En bon Etat de droit d'opérette, la France se doit de sauver... les apparences.

Massacrés au pays après avoir été expulsés d'Australie

Les apparences peut-être. Certainement pas tous les jeunes Afghans du voyage, dont on ne saura pas de quoi quelques-uns vont inévitablement mourir. Seront-ils abattus, voire décapités, comme, il y a un mois,le furent plusieurs expulsés par l'Australie?

S'ajouteront-ils à la liste des 1 445 civils afghans tués depuis le début de l'année 2008, selon le dernier décompte de l'ONU qui relève la multiplication par six du nombre des victimes non combattantes en Afghanistan au cours des derniers mois?

Ou bien vont-ils tout simplement mourir de faim dans un pays sur lequel diverses institutions internationales ont récemment émis des alertes à la famine passées inaperçues, par exemple l'USAID, selon laquelle, dans 15 des 34 provinces d'Afghanistan, la pénurie alimentaire fait craindre un hiver meurtrier, tandis qu'elle serait "moyenne" dans huit autres, y compris Kaboul ?

De ces condamnations à mort, le gouvernement français se moque. Pour lui, le principal est ailleurs. Sept ans après la fermeture, en décembre 2002, du camp de Sangatte décidée par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, il faut à tout prix tenter encore de nettoyer le Calaisis des centaines d'exilés, parmi lesquels beaucoup d'Afghans, qui continuent à essayer d'y survivre, cachés dans leurs "jungles".

Par leur présence, ils narguent les autorités françaises qui avaient imprudemment annoncé que la fin du camp entraînerait leur disparition. Sauver la face au prix de quelques vies afghanes? Qu'à cela ne tienne..
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 07 Nov 2008, 04:03

témoignage d'un copain

Charter : la France sacrifie les Afghans


1 heure du matin
dès la distribution du repas du soir terminé vers 19h30 nous avons suivi la police ....nous rentrons à l'instant du terrain où dans la zone dunaire de calais 200 crs avec des chiens et 40 véhicules ont "chassé" le migrant et notamment
les afghans nous avons entendu parler de tri pour différencier les nationalités !nous avons pu avec nos porte-voix à priori alerter les migarnts et 6 ,certes 6 de trop, ont été arretes nous étions une vingtaine de l'association SALAM ,malheureusement notre appel pour cette action n'a été suivi par AUCUN ELU POLITIQUE, comme d'habitude à 'exemple de l'évacuation du dernier squat.
aucune autre association n'a d'ailleurs étrangement bougé compte tenu des mails annonçant les prochaines déportations.
nous avions été auparavant au CRA et y sommes retournés à l'instant pour assurer nos amis migrants de notre vigilance
pour la petite histoire, trois migrants africains ont été libérés à minuit et demi de coquelles .... à plus de 10 km de Calais !
nous avons été "retenus" sur le parking de la zone dunaire pendant 45 mn par une vingtaine de policiers munis de boucliers, casques !!!!!!! après la première opération certainement pour leur permettre une autre opération en toute tranquilité !
les médias présents ont eux aussi été "retenus " !!!!!
nous déposerons plainte demain pour arrestation et séquestration abusive calais demeure une terre de non droit !
rien ne change, cela ne semble déranger personne !
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 07 Nov 2008, 16:41

6 mises en examen du CRA communique de SôS soutien ô sans papiers



Communiqué de sôs soutien ô sans papier


Sôs soutien ô sans papier, la veille de l’incendie du centre de rétention de
Vincennes avait demandé à M. HORTEFEUX que toute la lumière soit faite sur
le décès de M. SOULI, sur la mise en danger et la non assistance à personne
en danger.


M. ELOUERTANI,un des six boucs émissaires de l’incendie du centre de
Rétention de Vincennes, incarcéré à Fresnes, se trouve depuis quatre jours à l’hôpital dans le coma.

S’agit-il ou non d’un dramatique concours de circonstance ?

M. HORTEFEUX et Mme DATI doivent être personnellement tenus responsables de cette nouvelle voie de fait.
SÔS soutien ô sans papier exige la libération des cinq boucs émissaires de l’incendie de Vincennes. L’enfermement n’est pas la réponse à la politique du chiffre qui tue.

SÔS appelle à se joindre au rassemblement du 11 novembre devant le centre de rétention de Vincennes. (RER Joinville le Pont :15h)

Fermeture des centres de rétention
Libre circulation, libre installation
Des papiers pour tous.
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 07 Nov 2008, 23:29

Le Monde/ Mobilisation contre charter vers Kaboul



lemonde.fr 7 novembre 2008
http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... id=1115883


Mobilisation contre l'expulsion d'Afghans sans-papiers


Les autorités françaises seraient en train de préparer, conjointement à la Grande-Bretagne, le renvoi vers Kaboul de 57 immigrés afghans en situation irrégulière rassemblés aujourd'hui au centre de rétention de Coquelles (Pas-de-Calais). Une expulsion dénoncée par de nombreuses associations,comme la Cimade, le Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti) ou encore l'association Salam, et par la députée européenne Hélène Flautre.Elles craignent qu'ils connaissent le même destin que Mohammed Hussein,à qui l'Australie avait refusé une demande d'asile et qui a été décapité à son arrivée en Afghanistan.

Hélène Flautre vient d'envoyer une lettre à Brice Hortefeux pour demander la suspension de cette opération.

L'élue écologiste souligne que le renvoi de ces Afghans en situation irrégulière est contraire à plusieurs dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme et des libertés fondamentales (CEDH) et à l'accord tripartite signé en 2002 entre le gouvernement afghan, le gouvernement français et le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations
unies, étant donné les conditions sécuritaires et humanitaires sur place.

Bénévole de l'association Salam, Sylvie Copyans intervient auprès des Afghans de Calais au quotidien. Elle connaît le parcours de ces migrants qu'elle considère comme des réfugiés. Certains ont combattu contre les talibans.

La préfecture du Pas-de-Calais dément : il n'y a "pas d'action particulière menée sur le public afghan". Elle explique que c'est le fruit du hasard, et non dans le dessein de "rentabiliser un vol charter", si une soixantaine d'Afghans sont regroupés au centre de rétention de Coquelles. Elle ajoute que la Grande-Bretagne a proposé de participer à des vols conjoints vers
Kaboul, mais que pour l'instant la France ne s'y associe pas.

Les associations affirment que le consul afghan devrait se rendre, vendredi 7 novembre, au centre de rétention de Coquelles pour relever l'identité des retenus. Si rien n'est fait, elles craignent le départ du charter dans les prochains jours.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... 1115843_32 224.html

Jean-Pierre Alaux est permanent au Gisti. Et co-auteur des ouvrages "Immigration: fantasmes et réalités", la Découverte, 2008 et de "Egalité sans frontière: les immigrés ne sont pas une marchandise", Syllepse, 2001.:

http://www.rue89.com/2008/11/06/reprise ... es-afghans


Cimade 7 novembre 2008
Un charter est toujours prévu pour Kaboul

La Cimade annonçait le 5 novembre que le gouvernement français, en coopération avec les autorités britanniques, se préparaient à renvoyer collectivement et par charter des exilés afghans placés au centre de rétention administrative (CRA) de Coquelles (62). Un vol Londres-Paris-Bakou-Kaboul est prévu dans les jours à venir. Ce vol est toujours d'actualité.

A ce jour, une quarantaine d'Afghans interpellés dans la région de Calais et de Dunkerque, sont toujours placés au CRA de Coquelles et risquent d'être renvoyés en Afghanistan. Nombre d'entre eux ont entamé une grève de la faim depuis ce matin.

Alors que les conditions humanitaires et de sécurité ne cessent de se dégrader en Afghanistan et que les ONG comme le secrétaire général des Nations unies se déclarent particulièrement préoccupés par la situation, la France et la Grande-Bretagne organisent conjointement des charters à destination de Kaboul.

La Cimade dénonce les opérations de « charters conjoints » qui sont contraires au principe d’interdiction des expulsions collectives, conduisent à des pratiques arbitraires, discriminatoires et inhumaines. Ils font prévaloir une logique d’efficacité et de rentabilité sur le respect des droits fondamentaux des personnes.

La Cimade appelle instamment les autorités françaises et britanniques à renoncer à tout projet d'expulsion vers l'Afghanistan et insiste sur la nécessaire mobilisation de tous pour empêcher cette expulsion collective qui mettrait sérieusement en danger la vie de ces exilés qui sont venus chercher refuge en Europe.
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 08 Nov 2008, 12:59

Il semble que les sans papiers grévistes de man power près de gare de
> l'est (88 rue la fayette, métro poissonnières) sont en train d'être
> expulsés, les flics seraient déjà sur place.
> -
> http://bourse.occupee.free.fr
>
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 08 Nov 2008, 13:00

Ali, l’un des sans-papiers accusé d'avoir incendié le centre de
rétention de Vincennes, fait appel contre la décision de prolonger son
maintien en détention pour 4 mois.

L’appel aura lieu le jeudi 13 novembre à 14h devant la chambre
d'instruction à la Cité (M° Cité). C'est dans la grande galerie, par le
grand escalier, à gauche.

Soyons-y nombreux pour exprimer notre solidarité et exiger la remise en
liberté de toutes les personnes inculpées suite à cette révolte.

Contact : liberte-sans-retenue@riseup.net

Caisse de soutien à destination des inculpés : chèques à l’ordre de «
CICP Vincennes » à envoyer à CICP-Vincennes, 21 ter rue Voltaire, 75011
Paris
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 08 Nov 2008, 15:49

Reçu :
Pour trouver des Maliens à embarquer, le mieux est d'aller là où ils ont des
chances de se trouver, s'est sans doute dit le ministre de la rafle et du
drapeau ou l'un de ses sous-fifres. Aussi a-t-il peut-être demandé à sa commère
Dati, ministre des prisons surpeuplées et du record des suicides en prison, de
faire délivrer des réquisitions à la police pour rafler confortablement autour
du Consulat général du Mali. Ce qui fut fait, et à plusieurs reprises,
semble-t-il. Ainsi, lundi 3 novembre, 5 ressortissants maliens ont été arrêtés
en face du Consulat général du Mali (rue Pelleport, Paris 20e). L'un deux a été
placé au Mesnil-Amelot, les 4 autres au Dépôt. L'un d'eux a été assigné à
résidence, un autre a été libéré (pour faute dans la procédure), la rétention
des trois autres a été prolongée de 15 jours. Il faut prévenir les Maliens avec
qui on a le contact : il semble que les réquisitions du proc couvrent la rue
Pelleport mais aussi plusieurs rues avoisinantes.

A transférer, je crois, sur les listes de Paris et d'Ile de France
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede Pïérô » 09 Nov 2008, 00:48

comuniqué du csp 59

Comité des Sans Papiers 59 - CSP59 - 42, Rue Bernos
59.800 Lille email : csp59@wanadoo.fr - http://leblogducsp59.over-blog.com

Calais : Hortefeux ordonne la chasse aux réfugiés Afghans !
Jean-Claude Lenoir, président de l'association Salam est en garde à vue

Libérez les 57 réfugiés Afghans retenus au CRA de Coquelles !
Liberez Jean-Claude Lenoir !


Hier soir, vendredi 7 novembre, à Calais, les C.R.S sont intervenus dans une 1ère " jungle",
comme les réfugiés appellent leur lieu de repli : unhélicoptère muni d'un projecteur survolait
la zone tandis qu'au sol, les C.R.S pourchassaient les réfugiés avec des chiens.

Quelques soutiens se sont rendus sur les lieux accompagnés de 2 journalistesde la presse locale.
Ils ont rapidement été encerclés et retenus pendant 90minutes par la police qui a interdit toute
observation et prise d'images auxjournalistes.

Ensuite, les C.R.S ont recommencé la même opération dans une 2ième jungle,
ils ont embarqués une vingtaine de réfugiés.

Jean-Claude LENOIR, président de SALAM, a voulu se rendre sur le 2ième lieu de l'intervention policière.
Sa voiture a été entourée par la police sous prétexte d'un 2ième contrôle de papiers.
Selon les témoins présents sur place, Jean-Claude est descendu de sa voiture pour essayer de discuter
avec les policiers mais à peine descendu de la voiture, un groupe de C.R.S est arrivé sur lui.
Ils l'ont mis torse nu et l'ont accusé d'outrage à agent avant de l'embarquer dans un camion.

Jean-Claude, qui a déjà eu des démélés avec la police et la justice dans lecadre de ses activités militantes,
risque d'écoper d'une peine-plancher et d'un mois de prison ferme.

Les 52 afghans arrêtés sont toujours au C.R.A de Coquelles, en grève de la faim depuis 2 jours.
Hier, 2 représentants de leur ambassade sont venus les interroger.

Ce matin, ils ont été menacés de coups s'ils ne mangeaient pas. Sous la pression, ils ont avalé un peu de nourriture
et se sont ensuite fait vomir pour reprendre leur grève de la faim.

Depuis 15 h, un rassemblement est en cours devant l'hôtel de police de Calais, Place de Lorraine,
où Jean-Claude LENOIR est toujours retenu. Nous appelons tou-te-s les militant-e-s disponibles à se rendre sur place.


Le CSP 59 affirme son plein et entier soutien aux militants et aux
militantes de SALAM et dénonce la rafle policière commise au nom de la
politique de quotas de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux.


Le CSP 59 exige la libération immédiate des 57 afghans en grève de la faim,
actuellement retenus au CRA de Coquelles en vue de leur expulsion imminente
par charter vers l'Afghanistan, pays toujours en guerre, où ils risquent de mourir.


Le CSP 59 exige la libération immédiate de Jean-Claude Lenoir, président de l'association SALAM.

Fait à Lille, le 8 novembre 2008

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 09 Nov 2008, 05:07

faisant suite à l'article de Piéro, une copine complète:

arrestation d'un défenseur des sans papi ers


J'ai entendu. Il est accusé d'outrage à la force publique, c'est bien
pratique, alors que, d'après les témoins, ce fut une arrestation fort
musclée, alors qu'il ne faisait rien, il s'est retrouvé par terre,
menotté, vêtements déchirés, sans avoir pu prononcer une parole.

Et autres violences de la police : l'évacuation du camping de Vichy, après
la manif :

http://rebellyon.info/article5612.html
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 09 Nov 2008, 05:12

cet article ci-dessous a déjà partiellement été saisi sur le forum, mais comme je préfère ne rien oublier..

Ecrivez, téléphonez, faxez au préfet de Région et à ses collaborateurs, au
ministre Hortefeux et à ses directeurs de cabinet ministériels :

Voici les coordonnées :

Préfet de la Région Nord-Pas de Calais et Préfecture :

- Mr Jean-Michel Bérard : jean-michel.berard@nord.pref.gouv.fr
- le fax de la prefecture du Nord : O3 20 30 52 58
- le secrétaire général : pierre-andre.durand@nord.pref.gouv.fr
- la page accueil du site préfectoral
http://www.nord.pref.gouv.fr/page.php?P=static/contact/

Gouvernement :

- Fax ministère Hortefeux : 01 77 72 61 30 Standard 01 77 72 61 00
- Directeur de cabinet : thierry.couderc@iminidco.gouv.fr
- Conseiller du ministre : patrick.stefanini@iminidco.gouv.fr
- Directeur-adjoint : guillaume.larrive@iminidco.gouv.fr
- Conseillers techniques : sabrina.belkhiri-fadel@iminidco.gouv.fr et
geoffroy.didier@iminidco.gouv.fr
- Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr
- Matignon : http://www.premier-ministre.gouv.fr
- Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html





____________________
Date: Fri, 7 Nov 2008 21:18:05 +0100
From: alaux
To: resf@rezo.net
Subject: [Resf] Attention : "charter" franco-anglais vers Kaboul
Rue89, 6 novembre 2008
REPRISE DES CHARTERS : LA FRANCE SACRIFIE LES AFGHANS

Après la Cimade, qui a commencé cette semaine à alerter les rédactions de la
reprise des charters à destination de Kaboul, c'est au tour du Gisti, le
Groupe d'information et de soutien des immigrés, de réagir contre les
expulsions d'Afghans.
par Jean-Pierre Alaux (Gisti)

Combien des jeunes Afghans que la France et la Grande-Bretagne s'apprêtent à
expulser par "charters" vont-ils mourir ? Quand succomberont-ils et comment
? Telles sont les questions incontournables qui se posent à quelques jours
du décollage, en direction de Kaboul, du premier "vol groupé" franco-anglais
depuis 2005.
Officiellement informé de l'imminence de l'opération, le Haut Commissariat
des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a discrètement manifesté des
réticences dans son langage châtié habituel : "Les personnes ayant besoin
d'une protection internationale au titre du statut de réfugié de la
Convention de Genève de 1951 ou d'autres formes de protection complémentaire
ne devraient pas être expulsés vers l'Afghanistan."
Près de Calais, des rafles sélectives
Qu'à cela ne tienne : dans le Calaisis, les rafles sélectives d'Afghans ont
été déclenchées. Rapidement vidé de ses autres occupants, le centre de
rétention de Coquelles a soudain "accueilli" une soixantaine d'Afghans qui
ne se doutent encore de rien. C'est que l'affrètement d'un "charter" coûte
cher et que, pour rentabiliser son "investissement", le ministère français
de l'Immigration veille à remplir l'appareil.
A ce souci de la gestion des deniers publics, s'en ajoute un autre -
contradictoire : celui du respect apparent du droit international qui
interdit les "expulsions collectives" (1).
Comme d'ordinaire en pareilles circonstances, Brice Hortefeux s'efforce donc
de maquiller à l'aveuglette l'illégalité à coups d'autant de décisions
individuelles stéréotypées d'éloignement qu'il y a des sièges disponibles
dans l'avion. En bon Etat de droit d'opérette, la France se doit de
sauver... les apparences.
Massacrés au pays après avoir été expulsés d'Australie
Les apparences peut-être. Certainement pas tous les jeunes Afghans du
voyage, dont on ne saura pas de quoi quelques-uns vont inévitablement
mourir. Seront-ils abattus, voire décapités, comme, il y a un mois, le
furent plusieurs expulsés par l'Australie (2) ?
S'ajouteront-ils à la liste des 1 445 civils afghans tués depuis le début de
l'année 2008, selon le dernier décompte de l'ONU qui relève la
multiplication par six du nombre des victimes non combattantes en
Afghanistan au cours des derniers mois ?
Ou bien vont-ils tout simplement mourir de faim dans un pays sur lequel
diverses institutions internationales ont récemment émis des alertes à la
famine passées inaperçues, par exemple l'USAID, selon laquelle, dans 15 des
34 provinces d'Afghanistan, la pénurie alimentaire fait craindre un hiver
meurtrier, tandis qu'elle serait "moyenne" dans huit autres, y compris
Kaboul (3) ?
De ces condamnations à mort, le gouvernement français se moque. Pour lui, le
principal est ailleurs. Sept ans après la fermeture, en décembre 2002, du
camp de Sangatte décidée par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas
Sarkozy, il faut à tout prix tenter encore de nettoyer le Calaisis des
centaines d'exilés, parmi lesquels beaucoup d'Afghans, qui continuent à
essayer d'y survivre, cachés dans leurs "jungles" (4).
Par leur présence, ils narguent les autorités françaises qui avaient
imprudemment annoncé que la fin du camp entraînerait leur disparition.
Sauver la face au prix de quelques vies afghanes ? Qu'à cela ne tienne...
---
(1) Article 4 du Protocole 4 de la Convention de sauvegarde des Droits de
l'Homme et des Libertés fondamentales (CEDH) : « Les expulsions collectives
d'étrangers sont interdites ».
(2) Voir « taliban 'kills denied asylum seekers' », the Age (Australie), 27
octobre 2008, ou « Beheaded after trying for asylum in Australia », Sydney
Morning Herald (Australie), 1er novembre 2008, ou encore « Australia Probes
Afghan 'Death' », BBC, 27 octobre 2008, et aussi « taliban killed Afghan
asylum seekers that Australia sent back, report claims », the Guardian, 27
octobre 2008.
(3) USAID, 29 juillet 2008, « Famine Early Warning Systems Network:
Afghanistan Food Security Outlook July to December 2008 » ou AFP, 31 octobre
2008, « Afghanistan : la famine est une menace plus grave que la rébellion »
(4) Lire le rapport de septembre 2008 de la Coordination française pour le
droit d'asile (CFDA), « La loi des 'jungles' : la situation des exilés sur
le littoral de la Manche et de la Mer du Nord »,
http://cfda.rezo.net/download/La loi de la jungle_12-09-2008.pdf

http://www.rue89.com/2008/11/06/reprise ... rifie-les-
afghans
_________________
lemonde.fr 7 novembre 2008
Mobilisation contre l'expulsion d'Afghans sans-papiers
Les autorités françaises seraient en train de préparer, conjointement à la
Grande-Bretagne, le renvoi vers Kaboul de 57 immigrés afghans en situation
irrégulière rassemblés aujourd'hui au centre de rétention de Coquelles
(Pas-de-Calais). Une expulsion dénoncée par de nombreuses associations,
comme la Cimade, le Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti)
ou encore l'association Salam, et par la députée européenne Hélène Flautre.
Elles craignent qu'ils connaissent le même destin que Mohammed Hussein,à qui
l'Australie avait refusé une demande d'asile et qui a été décapité à son
arrivée en Afghanistan.
Hélène Flautre vient d'envoyer une lettre à Brice Hortefeux pour demander la
suspension de cette opération.
L'élue écologiste souligne que le renvoi de ces Afghans en situation
irrégulière est contraire à plusieurs dispositions de la Convention
européenne des droits de l'homme et des libertés fondamentales (CEDH) et à
l'accord tripartite signé en 2002 entre le gouvernement afghan, le
gouvernement français et le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations
unies, étant donné les conditions sécuritaires et humanitaires sur place.
Bénévole de l'association Salam, Sylvie Copyans intervient auprès des
Afghans de Calais au quotidien. Elle connaît le parcours de ces migrants
qu'elle considère comme des réfugiés. Certains ont combattu contre les
talibans.
La préfecture du Pas-de-Calais dément : il n'y a "pas d'action particulière
menée sur le public afghan". Elle explique que c'est le fruit du hasard, et
non dans le dessein de "rentabiliser un vol charter", si une soixantaine
d'Afghans sont regroupés au centre de rétention de Coquelles. Elle ajoute
que la Grande-Bretagne a proposé de participer à des vols conjoints vers
Kaboul, mais que pour l'instant la France ne s'y associe pas.
Les associations affirment que le consul afghan devrait se rendre, vendredi
7 novembre, au centre de rétention de Coquelles pour relever l'identité des
retenus. Si rien n'est fait, elles craignent le départ du charter dans les
prochains jours.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/11/07/mobil
lisation-contre-l-expulsion-d-afghans-sans-papiers_1115843_32 224.html

_____________________
Cimade 7 novembre 2008
Un charter est toujours prévu pour Kaboul
La Cimade annonçait le 5 novembre que le gouvernement français, en
coopération avec les autorités britanniques, se préparaient à renvoyer
collectivement et par charter des exilés afghans placés au centre de
rétention administrative (CRA) de Coquelles (62). Un vol
Londres-Paris-Bakou-Kaboul est prévu dans les jours à venir. Ce vol est
toujours d'actualité.
A ce jour, une quarantaine d'Afghans interpellés dans la région de Calais et
de Dunkerque, sont toujours placés au CRA de Coquelles et risquent d'être
renvoyés en Afghanistan. Nombre d'entre eux ont entamé une grève de la faim
depuis ce matin.
Alors que les conditions humanitaires et de sécurité ne cessent de se
dégrader en Afghanistan et que les ONG comme le secrétaire général des
Nations unies se déclarent particulièrement préoccupés par la situation, la
France et la Grande-Bretagne organisent conjointement des charters à
destination de Kaboul.
La Cimade dénonce les opérations de « charters conjoints » qui sont
contraires au principe d'interdiction des expulsions collectives, conduisent
à des pratiques arbitraires, discriminatoires et inhumaines. Ils font
prévaloir une logique d'efficacité et de rentabilité sur le respect des
droits fondamentaux des personnes.
La Cimade appelle instamment les autorités françaises et britanniques à
renoncer à tout projet d'expulsion vers l'Afghanistan et insiste sur la
nécessaire mobilisation de tous pour empêcher cette expulsion collective qui
mettrait sérieusement en danger la vie de ces exilés qui sont venus chercher
refuge en Europe.
http://www.cimade.org/communiques/1253-Paris-et-Londre
es-organisent-des-charters-pour-Kaboul


_______________
Hélène Flautre, parlementaire européenne, 6 novembre 2008
Lettre ouverte à Brice Hortefeux
Monsieur le Ministre,
57 ressortissants afghans sont actuellement retenus au Centre de Rétention
Administrative de Coquelles, dans le Pas-de-Calais. Ils sont arrivés par
plusieurs groupes, pendant que le centre libérait des retenus d'autres
nationalités. Cette volonté manifeste de concentrer le plus grand nombre
d'Afghans dans un même CRA a nécessairement impliqué des pratiques
arbitraires et discriminatoires telles que des arrestations massives visant
les étrangers en fonction de leur nationalité, et des examens bâclés des
situations individuelles. En effet, la Préfecture planifie actuellement un
retour groupé vers leur pays d'origine, en partenariat avec la
Grande-Bretagne, afin de rentabiliser au mieux ce vol charter.
La reconduite vers l'Afghanistan est une pratique que les autorités
françaises se sont interdites depuis de nombreuses années, eu égard à la
situation sécuritaire de ce pays. La majorité des États-membres de l'Union
Européenne ne refoule pas les ressortissants afghans en situation
irrégulière sur leur territoire, puisque leur sécurité ne peut être garantie
dans leur pays d'origine. Les opérations de rapatriement volontaires depuis
le Pakistan et l'Iran, assistées par le HCR, ont été suspendues du fait de
la situation sécuritaire et humanitaire en Afghanistan. Des milliers
d'Afghans qui sont retournés dans leur pays vivent actuellement dans des
camps de fortune et ne peuvent regagner leur village, car des conditions de
retour satisfaisantes ne peuvent être assurées. Le Secrétaire Général des
Nations-Unies ainsi que de nombreuses organisations présentes sur place se
sont déclarés préoccupés par les conditions de sécurité et la situation
humanitaire en Afghanistan.
Les autorités françaises ne semblent pas se soucier du fait que ces
opérations d'éloignement conjointes violent plusieurs dispositions de la
Convention européenne des droits de l'homme et des libertés fondamentales
(CEDH), à commencer par son article 3 qui interdit d'exposer quiconque à des
traitements dégradants et inhumains. Ces éloignements groupés sont également
contraires à l'article 4 du Protocole 4 de la CEDH, qui affirme clairement
que les « expulsions collectives d'étrangers sont interdites ».
Cette mesure d'éloignement est également contraire à l'accord tripartite
signé le 28 septembre 2002 entre le gouvernement afghan, le gouvernement
français et le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies (HCR).
L'article 3 stipule que « Le processus de retour des Afghans qui ne
jouissent pas de protection [...] s'effectuera de manière graduelle,
ordonnée et humaine. » Ceci est manifestement incompatible avec le contexte
d'une expulsion massive.
L'article 2 de ce même accord insiste sur la nécessité de tenir « compte des
conditions qui existent en Afghanistan » et sur « l'importance d'un retour
durable, dans la sécurité et la dignité ». Dans ces conditions, je vous
demande de ne pas commettre l'irréparable. Un migrant afghan récemment
reconduit par l'Australie, Mohammed Hussain, a été kidnappé, torturé puis
décapité. Des cas similaires ont été signalés en 2006, quand 9 Afghans ont
été tués suite à leur expulsion d'Australie.
Les autorités françaises se sont engagées auprès du HCR à ne pas reconduire
à la frontière les personnes vulnérables ainsi que les personnes qui
proviennent de régions et districts en Afghanistan où les conditions de
sécurité ne permettent pas d'envisager un retour. Par ailleurs elles ont
également reconnu que Kaboul ne pourrait pas être considérée comme une
destination alternative à moins que la personne expulsée y ait de la famille
ou une communauté prête à l'accueillir. Alors que le pays est en majeure
partie sous le contrôle des talibans et des chefs de guerre locaux, aucune
garantie de non expulsion vers les régions les plus dangereuses n'a été
donnée à l'heure actuelle.
Par ailleurs, l'Afghanistan est exposé à un risque très élevé de famine
hivernale. L'insécurité alimentaire fait déjà rage et plusieurs provinces
meurent de faim. A cause de mauvaises récoltes et de la hausse
internationale des prix des produits alimentaires, à cause des conflits et
des restrictions sur la migration de travail, plus de 8 millions de
personnes, soit 35% de la population, ont absolument besoin d'aide
humanitaire.
Dans ces conditions, il est particulièrement inhumain de contraindre au
retour ces ressortissants qui ont tout mis en œuvre pour échapper à cette
misère et à cette insécurité.
Je vous demande donc, M. Le Ministre, de bien vouloir m'indiquer les
dispositions que vous entendez prendre pour garantir, dans la procédure
engagée, la régularité des conditions d'arrestation des cinquante Afghans,
le respect de l'article 3 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme,
du principe de non-refoulement, de l'article 4 du Protocole 4 de la
Convention européenne des Droits de l'Homme sur les expulsions massives, de
l'accord tripartite signé le 28 septembre 2002, ainsi que le respect des
lignes directrices du HCR concernant ce pays, qui vous recommandent de
vérifier les régions d'origine de chacune de ces 57 personnes. Je vous
demande également, en cas de non-conformité suspectée à ces obligations, de
procéder à la libération immédiate de ces personnes, et de leur fournir un
permis de séjour à titre humanitaire, afin de leur permettre de mener une
vie décente.
Veuillez, M. le Ministre, agréer l'expression des mes salutations les plus
respectueuses
http://www.flautre.net/




--
Comité des Sans Papiers 59 (CSP59) 42 rue Bernos 59000 Lille
tel : 0680575061 e-mail : csp59@wanadoo.fr
infos : leblogducsp59.over-blog.com
Manifestation tous les mercredis 18 h 30 Place de la République / Lille
________________

Visitez http://www.liberez-les.info/

----

Le Calais-Roissy-Kaboul va-t-il devenir le Calais-Drancy-Auschwitz ?

Calais – Kaboul, non ce n’est pas le dernier titre d’une chanson de Renaud
mais la dernière version hortefienne, gavorienne et vichyste du drame que
vivent depuis 2 jours, les réfugiés afghans sur la côte d’Opale.

A Vichy, il y a quelques jours, les sections d’assaut du gouvernement
arrêtaient et menottés des manifestants pourtant pacifistes qui avaient osés
revêtir l’habit à rayures des camps flanqués d’une étoile rouge. Des
militants qui entendaient dénoncer la politique néo-pétainiste déployait par
les 27 contre les immigrés du sud et d’Asie.

Le 6 novembre, la population sans-papiers de Calais a connu sa nuit de
cristal… Des troupes casquées et armées soutenues par des hélicoptères
munies de projecteurs ont procédé à la rafle de 57 réfugiés afghans dans une
très grande violence.

C’est une véritable chasse à l’homme qui a été ordonnée par le ministère
raciste de l’immigration, après les dernières chasses « aux nègres », c’est
maintenant la chasse aux Pachtounes qui a été ouverte… Tout ceci est
incroyable quelques jours après les propos de la secrétaire d’état aux
droits de l’homme, tenus lors de l’élection d’un métis aux USA.

Mais cette chasse à l’homme d’Asie Centrale a peut être un rapport avec la
sale guerre de colonisation menée contre le peuple d’Afghanistan.

« Il faut venger nos soldats morts au combat », doit-on dire dans les hautes
sphères de la synarchie, à quelques jours de la célébration du 90ème
anniversaire de la fin de la boucherie de 14-18, la « der des der »
disaient-ils, et 90 ans plus tard la France est toujours en guerre d’
occupation dans différents endroits du monde.

Nous dirions nous « soldats morts sous le feu de la résistance afghane »,
car il s’agit bien d’une résistance héroïque d’un petit peuple qui fait
face aux plus grandes et plus modernes armées du monde. Une résistance
organisée qui n’est pas composée que de talibans, ceux mêmes qui avaient
été armés par les grandes puissances capitalistes pour lutter contre l’armée
soviétique.

Comment tromper le Peuple, comment cacher que 7 mois de cette sale guerre
coûtent à l’Etat Français, l’équivalent du salaire annuel de 40 000
fonctionnaires ? Simplement en déclenchant des opérations de propagande
dignes des années les plus sombres de notre histoire contemporaine.

Et au moment ou les travailleurs subissent de plein fouet les contre coups
directs de la crise financière qui va engendrer la casse de milliers d’
emplois, on ne va pas tarder à entendre à nouveau les fachos, puisque les
élections européennes sont proches et que les licenciements dans la région
sont déjà nombreux : « achetons français, produisons français, et avec des
français ! »

57 afghans arrêtés et conduits manu militari vers le centre de rétention où
ils sont entrés de suite en grève de la faim malgré les menaces. 57 plus un
responsable d’association d’aide aux réfugiés, Jean-Claude LENOIR de Salam.
Arrestation très violente du camarade, menottes et vêtements arrachés,
plaqué au sol, insulté et mis en garde à vue dans un endroit tenu secret
pendant des heures avant d’être transféré vers l’hôtel de police de Calais.
Bien sûr comme d’hab.’, on lui reproche des insultes envers des forces de
police qui comme toujours sont très courtoises et très polies… c’est connu !

Le Calais-Roissy-Kaboul va-t-il devenir le Calais-Drancy-Auschwitz,
comparaison terrible mais nos 57 réfugiés politiques risquent la mort rapide
si ce retour est mis en application.

La situation est grave, les journalistes ont été interdits de filmer et d’
interviewer, mais les média n’ont pas le droit de pratiquer l’omerta sur
cette rafle, ce serait acquiescer un crime contre l’humanité puisque la mort
est au bout du retour.

Ne rie dire, c’est laisser faire ! Ne rien faire, c’est laisser faire !

Libération immédiate des 57 réfugiés politiques afghans arrêtés !

Libération immédiate de Jean-Claude Lenoir, de l’association Salam !

Basta les quotas vichystes !

Fascisme NO PASARAN !


"Libérez-les !"
Comité de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59-62)
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 09 Nov 2008, 05:36

A Angers , les demandeurs d'asile réquisitionnent l'ancienne ge ndarmerie des Ponts de Cé


La réquisition des logements vides est une loi, les demandeurs d’asile
l'ont appliquée !

À Angers, depuis mi septembre, au moins une quinzaine de demandeurs
d’asile étaient sans logement.
Ils étaient hébergés de façon précaire par des particuliers et aidés par
quelques associations, alors qu’ils devraient être logés par la préfecture
du Maine et Loire. Celle-ci, malgré de nombreuses demandes de la part du
monde associatif, syndical et politique, refusait jusqu’à aujourd’hui
d’assumer ses responsabilités. En effet, l’Etat français est dans
l’obligation, selon la convention de Genève qu'il a ratifiée, de fournir
hébergement, nourriture et allocation aux demandeurs d’asile pendant
l’examen de leur demande.

A l’approche de l’hiver, au bout de 2 mois, la situation devient intenable
et dans de nombreuses villes la situation est la même;
faut-il y voir une stratégie politique pour décourager les demandeurs
d’asile dans le cadre d’une politique de fermeture des frontières?…

Devant le refus de la Préfecture de remplir ses obligations
internationales, nous avons donc décidé de réquisitionner un lieu
inoccupé: les demandeurs d'asile ont, maintenant, un toit!
Cette après-midi à 15 h, environ 70 militant-e-s organisé-e-s ou non ainsi
qu’une vingtaine de demandeurs d’asile ont réquisitionné l’ancienne
gendarmerie des Ponts de Cé, près d’Angers.
Les demandeurs d'asile, dont le nombre continue de grossir, vous invitent
à venir les rencontrer dans leur nouvelle maison des Ponts de Cé au rond
point, 25 rue David.

TOUT SOUTIEN MORAL ET MATÉRIEL EST LE BIENVENU!

Contacts téléphoniques au: 06 03 16 85 62
06 42 56 33 33




"Soyons des électrons libres et de notre union naîtra la bombe atomique
sociale"
_____________________________________________
jean
 

Re: soutien aux sans papiers

Messagede jean » 09 Nov 2008, 17:22

Fin de garde à vue pour Jean-Claude LENOIR


Bonsoir,


Jean-Claude Lenoir, vice-président de l'association SALAM, a été remis en
liberté ce samedi soir vers 23h.
A l'issue de la garde à vue, il lui a été notifié une comparution au TGI de
Boulogne-sur-mer le 25 février 2009.

Davantage d'informations vous seront apportées prochainement.

L'association SALAM remercie toutes les personnes, associations,
collectifs... qui ont témoigné de leur soutien, ainsi que les très
nombreuses personnes (citoyens, militants associatifs, syndicaux et
politiques, élus, migrants) qui ont manifesté durant toute la journée devant
le commissariat de Calais.

Notre combat dérange, notre acharnement à soutenir les migrants et dénoncer
l'inhumanité du traitement qui leur est infligé déplaisent. Le soutien
croissant de la part de la population du Calaisis, et plus généralement du
littoral Nord, poussent désormais les "autorités" à agir en catimini: la
nuit et en interdisant à la presse et aux citoyens de simplement observer
les agissements de "leur" police. Nous ne baisserons pas les bras et sommes
bien conscients qu'à travers l'arrestation de Jean-Claude Lenoir, un
avertissement est adressé à tous les militants, les citoyens... et même aux
journalistes!

L'importante mobilisation d'élus et de responsables politiques pour soutenir
Jean-Claude aujourd'hui est un signe fort: plus que jamais nous
continuerons, avec l'ensemble des associations qui partagent ces
revendications, à nous exprimer aux grand jour sur ces questions, tout en
poursuivant avec fierté notre action humanitaire en faveur des migrants en
souffrance.

L'association SALAM
jean
 

Suivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité