Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antifa

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 17:45

L’extrême droite tue, faisons son procès

Du 4 au 14 septembre, 5 ans après la mort de Clément : ni oubli ni pardon.

Le 5 juin 2013, à Paris, Clément Méric, syndicaliste à Solidaires étudiant-e-s et militant antifasciste, mourait sous les coups de skinheads néo-nazis.

Du 4 au 14 septembre aura lieu à la Cour d’Assises de Paris le procès des agresseurs de Clément et de ses camarades présents à ses côtés ce jour là.

Qu’en attendons-nous ?
Essentiellement que la vérité soit dite publiquement sur les circonstances de la mort de Clément et que la dimension politique de ce crime soit clairement mise en évidence. Il ne doit pas y avoir d’impunité pour les crimes fascistes.

Le procès sera l’occasion d’une attention particulière des médias et de l’opinion envers la question des violences de l’extrême droite. Il devra aussi être l’occasion de déconstruire le schéma que certains discours tentent d’imposer, renvoyant dos à dos extrême gauche et extrême droite.

Tout soutien est le bienvenu.
Les audiences sont publiques : toutes celles et ceux qui le souhaitent peuvent y participer.
Il importe que le procès se déroule en toute sérénité.
Il se tiendra à l’ancien Palais de Justice, sur l’Ile de la Cité. Il commencera le mardi 4 à 9h30.
Des moments d’expression militante sont prévus dans des lieux et des moments distincts de ceux des audiences.

Comité pour Clément

P.-S.
http://www.pourclement.org/

https://paris-luttes.info/l-extreme-dro ... -son-10690

Image

Rassemblements prévus :

4 septembre : 18h30 à Havre Caumartin, à l’endroit du meurtre, pour y apposer une plaque en l’honneur de Clément,

11 septembre : 18h30 au Pont du Carrousel, où Brahim Bouarram était assassiné en 1995 par un militant d’extrême droite,

14 septembre : 18h30 à République pour une courte marche vers Ménilmontant.

http://www.solidaires-etudiant.org/blog ... on-proces/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 19:43

Et le 3 septembre

03/09 Rassemblement pour Clément Méric place Saint-Michel (18h)

Rassemblement place Saint-Michel lundi 3 septembre pour ouvrir la mobilisation autour du procès des meurtriers de Clément Méric, tué le le 5 juin 2013 par des militants néo-nazis.

Pour nous, militants révolutionnaires et antifascistes, les tribunaux ne sont pas des lieux qui se prêtent à la lutte politique. Ces dernières années, nous avons fréquenté les tribunaux en soutien des personnes interpellées, gardées à vue, incarcérées dans le cadre des mouvements sociaux, pour réclamer vérité et justice contre les violences policières avec les familles de victimes.
Mais nous savons trop bien, et toutes ces expériences en témoignent, combien les salles d’audience sont façonnées pour maintenir l’ordre établi. Quels que soient les faits, les éléments des dossiers, les institutions judiciaires, les juges, le ministère public, adoptent toujours à priori un récit contre un autre : celui, par exemple, des fonctionnaires de police assermentés et de leurs syndicats contre les habitants des quartiers populaires ou contre les militants.
Par ailleurs, le système punitif et carcéral n’a rien à voir avec notre idée de la justice et avec la transformation révolutionnaire pour laquelle nous nous battons.
Ce n’est donc pas par des « condamnations exemplaires » des assassins de Clément que nous pensons pouvoir combattre le fascisme aujourd’hui.
Ce procès doit dès lors pour nous constituer un moment de vérité.
Nous savons que le traitement judiciaire et médiatique de l’affaire privilégiera une approche dépolitisante, dans laquelle il s’agira d’établir avec obscénité qui a versé le premier sang. Nous aurons non seulement droit aux mensonges des fascistes et de leurs alliés, mais aussi des discours criminalisants, qui ont fleuri ces dernières années, à l’encontre de l’antifascisme militant.
En effet, depuis le 5 juin 2013 et la mort de Clément, à l’époque où toute la gauche semblait communier dans un rejet moral de l’extrême droite, l’offensive répressive et médiatique frappe depuis lors lourdement les groupes et mouvements qui se revendiquent d’un antifascisme de lutte.
Lors de la fameuse affaire de la voiture brûlée du quai de Valmy pendant le mouvement contre la loi travail, la figure de « l’antifa » est venue incarner le casseur, le « militant ultra-gauche », et s’est vue presque à elle seule personnifier le « black bloc » épinglé dans le cadre des affrontements du 1er Mai 2018.
Ce revirement de la stratégie d’État à l’encontre de l’antifascisme montre bien le ridicule des mensonges de l’extrême droite sur Clément : la figure de l’étudiant blanc, débonnaire, de classe moyenne qui s’encanaille, propagée par Ayoub et consorts, est si loin des réalités de terrain que notre antifascisme est désormais en plein dans le viseur étatique.
Notre antifascisme a construit sa légitimité dans les luttes en solidarité avec la Palestine, contre l’état d’urgence, contre les violences policières et contre l’islamophobie. C’est aussi pourquoi il n’est pas suffisant à nos yeux de demander des comptes aux agresseurs de Clément mis en examen et à eux seuls ; pour nous, la fascisation des institutions et du pouvoir se joue ailleurs, dans le racisme d’État, dans l’institutionnalisation de l’islamophobie, dans l’impunité policière et l’agitation quasi-insurrectionnelle des syndicats policiers (manifestations de nuit, armés, en direction des lieux de pouvoir).
Elle se joue aussi dans les marges de l’État, les groupes de sécurité, milices privées, dont l’affaire Benalla révèle l’ampleur dans le fonctionnement actuel des institutions. Ces liens obscurs entre personnel politique, policier et barbouzes ne sont pas exceptionnels, mais constituent de toute évidence un système amené à se généraliser, comme l’indique bien le rôle joué par l’extrême droite à Lyon sous Collomb, ou encore l’affaire « Claude Hermant » – un fasciste dont les liens avec les institutions répressives est notoire et qui s’avère suspecté d’avoir livré des armes à Amedy Coulibaly, tueur de l'Hyper Cacher.
Dans un contexte d’escalade répressive de l’État, il n’est pas fortuit que des instances répressives parallèles, qui satisfont les tendances jusqu’auboutistes des forces sécuritaires, se mettent en place et montent en puissance.
Le moment de vérité que nous attendons, c’est à nous de le construire, non seulement en mettant en accusation et en demandant des comptes aux fascistes qui ont tué Clément, mais en mettant en accusation le système qui nourrit et qui renforce ces franges réactionnaires.
Nous sommes militants politiques et, pour nous, les responsabilités ne sont pas d’abord légales, mais politiques.
Clément a choisi son camp et c’est depuis ce camp que nous continuons le combat et que nous accusons, dans la rue, les fascistes et l’État.
Nous appelons tous les collectifs antifascistes, anti-racistes, individus, organisations politiques et syndicats à prendre part à la mobilisation, que ce soit au tribunal, dans la rue, partout en France et en Europe pour réaffirmer l’actualité des combats de notre camarade Clément."


https://www.facebook.com/events/889350504595904/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 02 Sep 2018, 17:03

Procès des agresseurs de Clément Méric : “C'est un meurtre politique”, rappellent les antifas

Du 4 au 14 septembre se tiendra le procès des trois skinheads impliqués dans la mort du militant antifasciste Clément Méric en 2013. Trois de ses amis, membres de l'Action Antifasciste Paris-Banlieue (AFA), exposent leurs attentes, et définissent leur politique.

D'une voix impérieuse, Antho, militant à l'Action Antifasciste Paris-Banlieue (AFA), le répétera à plusieurs reprises lors de notre rencontre : “C'est un meurtre politique”. Comme si cette évidence n'allait pas de soi. Comme si, cinq ans après la mort de son ami et camarade Clément Méric, le 5 juin 2013 sous les coups d’Esteban Morillo, militant de l'organisation d'extrême droite Troisième Voie, cet événement gisait dans la poussière des archives, oublié de tous. Un indice le conforte dans ce désagréable sentiment d'amnésie collective : le 4 septembre s'ouvrira le procès aux assises des trois skinheads impliqués dans la mort de l'étudiant à Sciences-Po, alors âgé de 18 ans, et personne n'en parle encore. Esteban Morillo et Samuel Dufour comparaîtront pour “violence commise en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner” et “violence avec usage ou menace d'une arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner”. Le troisième accusé, Alexandre Eyraud, sera jugé pour “violence”.

“Notre histoire collective, c’est d’être sur le banc des accusés”

A l'approche de cette date, Maxime, Gabriel et Antho - des prénoms d'emprunt -, tous âgés d'une vingtaine d'années et militants à l'AFA, qui regroupe une trentaine de membres actifs, veulent se mobiliser pour que cet épilogue judiciaire soit “un moment de vérité”. Attablé dans un café du XIIIe arrondissement de Paris, Antho, engagé à l'AFA depuis son inscription au lycée autogéré de Paris (LAP), à l'époque “seul bastion d’extrême gauche dans un territoire d’extrême droite”, résume la position à la fois distante et attentive du mouvement antifasciste vis-à-vis de la délibération à venir : “Notre histoire collective, c’est plus d’être sur le banc des accusés. On a été arrêtés, incarcérés, jugés, placés sous contrôle judiciaire... Notre lien avec les quartiers populaire nous a montré que la justice est une institution qui légitime les crimes policiers, car elle ne condamne pas ceux qui commettent des crimes racistes. Il est donc hors de question pour nous d’attendre quelque chose d'elle. Mais on considère que si ce procès peut être un moment de vérité, s'il peut servir à rétablir le fait que c’est un meurtre politique, que Clément a été ciblé en tant que militant antifa, ce sera important.”

... https://www.lesinrocks.com/2018/08/30/a ... 111119014/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05


Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 04 Sep 2018, 07:06

Tract AL

L’extrême droite doit répondre de ses crimes

Clément Méric était militant à l’action antifasciste Paris Banlieue et syndicaliste à Solidaires étudiant-e-s. Il luttait pour une société juste, débarrassée de toute forme d’oppression. C’est pour ses idées et pour son combat qu’il a été tué par des nervis d’extrême droite le 5 juin 2013. Cinq ans après les faits, ses assassins passeront en procès du 4 au 14 septembre 2018.

Clément Méric préférait la solidarité de classe plutôt que le capitalisme qui entretient la division des travailleurs et des travailleuses en utilisant la xénophobie, les oppressions liées au genre ou à l’orientation sexuelle, et le sexisme à notre détriment. Les capitalistes ont pour intérêt de toujours faire plus de profit sans se soucier des vies humaines. Ils licencient et cassent le code du travail et nous rendent toujours plus précaires et vulnérables.

Des luttes émancipatrices contre un projet réactionnaire

Il préférait la lutte antiraciste plutôt que la xénophobie proposée par l’extrême droite et prise à son compte par le gouvernement qui laisse mourir des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants en Méditerranée ou en France plutôt que de les accueillir.

Il préférait se battre contre les LGBTQIphobies alors que l’extrême droite appelait à la manif pour tous. Cette année-là, en 2013, un pic d’agressions liées au genre ou à l’orientation sexuelle avait été enregistré par SOS homophobie. En 2017, l’association a reçu plus de témoignages d’agression que l’année précédente.

Il préférait une société antipatriarcale plutôt que celle que défend l’extrême droite. Les fascistes se battent contre le droit à l’avortement en faisant des “marches pour la vie” et défendent un système basé sur l’inégalité entre les hommes et les femmes. En 2016 les député-es Front National ont voté contre la loi sur « l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ».

Clément Méric était militant à l’action antifasciste Paris Banlieue et syndicaliste à Solidaires étudiant-e-s. Il luttait pour une société juste, débarrassée de toute forme d’oppression. C’est pour ses idées et pour son combat qu’il a été tué par des nervis d’extrême droite le 5 juin 2013. Cinq ans après les faits, ses assassins passeront en procès du 4 au 14 septembre 2018.

Le procès de l’extrême-droite

Si le Front National, désormais Rassemblement National, tout comme les groupuscules fascistes tentent de colorer leur projet de société en y ajoutant du "social", nous ne sommes pas dupes. Les militants du "Bastion social" se sont fait condamnés pour agressions racistes et pour antisémitisme. Les maires FN attaquent les plus pauvres en supprimant les aides et prestations sociales dans les villes où ils sont élus.

Après la mort de Clément, des politiques et des médias ont prétendu que ce qui s’est passé le 5 juin 2013 était le fruit d’une rixe entre bandes dont les torts étaient partagés en renvoyant dos à dos fascistes et antifascistes. Il n’en est rien. Le projet des assassins de Clément est un projet d’extrême droite, donc réactionnaire, basé sur la contrainte, la haine et la violence. Celui de Clément était en faveur de la justice sociale, de l’émancipation et de l’égalité entre tous les individu.es quelles que soient leurs identités. Ce combat nous le partageons.

L’extrême-droite tue, faisons son procès du 4 au 14 septembre.

Alternative Libertaire


http://alternativelibertaire.org/?L-ext ... ses-crimes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 05 Sep 2018, 06:37

Mort de Clément Méric : péripétie de dernière minute pour la première audience

Le procès de trois hommes impliqués dans la rixe fatale au jeune militant antifasciste, a débuté ce mardi devant la cour d’assises de Paris avec l'absence d'un des prévenus. Entre faux départ et ambiance tendue.

Deux accusés à l’air sage et une chaise vide : c’est ainsi que s’est ouvert mardi matin le procès faisant suite au décès de Clément Méric, jeune militant antifasciste de 18 ans, tué lors d’une rixe avec des skinheads en 2013. «Nous commençons cette audience avec une réelle difficulté», a déploré la présidente, Xavière Siméoni, soulignant que Samuel Dufour «est introuvable». Renvoyé aux côtés d’Esteban Morillo pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner» avec les circonstances aggravantes qu’elles ont été commises avec une arme et en réunion, le jeune boulanger de 25 ans ne s’est tout simplement pas montré dans la cour d’assises de Paris. Panique ultime ? Vertige des 20 ans de réclusion criminelle encourus ? Pas vraiment. «C’est pas que je ne me suis pas présenté. Je me suis fait interpeller par la police ce matin à 8 heures devant le Palais parce qu’il y avait une manifestation et ils cherchaient des signalements comme moi…», raconte l’intéressé en début d’après-midi, au retour d’une matinée au commissariat.

... http://www.liberation.fr/france/2018/09 ... ce_1676556
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 06 Sep 2018, 17:13

Procès de l’affaire Méric. Entre Grand-Guignol et grande lessive

La première journée du procès de l’affaire Méric a été marquée par la volonté du principal accusé, comme des témoins de la défense de fuir leurs responsabilités.
La première journée du procès des agresseurs de Clément Méric, ce jeune militant antifasciste ayant trouvé la mort le 5 juin 2013, à Paris, sous les coups de militants d’extrême droite, a d’abord été bousculée par l’absence de plusieurs participants. En premier lieu celle de Sébastien Dufour, principal co-accusé d’Esteban Morillo, renvoyé comme lui devant cette cour d’assises pour avoir « volontairement commis des violences », en l’occurrence des « coups ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Convoqué le matin, Dufour ne s’est pas présenté. « Introuvable », estimait la présidente du tribunal, qui a suspendu l’audience. A la reprise, en début d’après-midi, le prévenu expliquait avoir été « arrêté par la police » (!) devant le palais de justice, car en raison d’une manifestation - des antifascistes, ndlr- les policiers cherchaient « des profils comme le (mien) ». Selon l’avocat général il n’a quitté le commissariat qu’à 10h45...

Serge Ayoub, le fondateur de Troisième voie, considéré comme le mentor des Jeunesses nationalistes révolutionnaire, n’était pas non plus présent à l’audience. Son témoignage n’était certes pas prévu hier, mais lui n’a a priori pas envie de témoigner du tout. Certes, il dit le contraire dans une lettre datée du 3 septembre, adressée à la présidence de la cour: « Je ne souhaite pas me soustraire à la justice », écrit-il... avant de produire un certificat médical - « pour le moins succinct », ironisera un avocat des parties civiles- qui lui interdirait de venir. De plus, explique-t-il, sa présence générerait des « troubles à l’ordre public »: « Comment allez-vous assurer la tranquillité des débats ? », interroge Ayoub, sans gêne. Avant de manier la menace, avançant qu’il serait dommage qu’il soit « obligé de se défendre » en cas de problème... La remarque fait même tiquer l’avocat des prévenus, Me Maisonneuve, selon qui malgré la présence en nombre hors de la salle de l’Action antifasciste Paris Banlieues, le mouvement dont Clement Méric était membre, « les conditions de sécurité sont assurées ». Comme l’avocat général, qui juge qu’Ayoub a « certainement des choses à nous dire », il souhaite sa présence. Comme la juge et le ministère public , qui ne manqueront pas de « s’enquérir de sa santé » pour qu’il puisse produire son témoignage...

Deux autres témoins manquent aussi à l’appel, peut-être seulement provisoirement. Le premier, Stéphane Calzaghe, était présent au moment de la rixe qui a coûté la vie à Clément Méric. Il est « en vacances à partir du 5 en Corse » pour quinze jours. Le procès débutant le 3 pour finir le 14, c’est ballot... La deuxième, Katia Veloso, était serveuse au Local, le bar de Serge Ayoub qui selon Morillo servait de QG à Troisième voie. C’est elle qui après avoir reçu son appel depuis les lieux du drame a contacté d’autres membres pour envoyer des renforts. Mais voilà, elle travaille en milieu hospitalier, écrit-elle à la présidente de la cour, et ne peut pas venir le jour fixé, le 10. Pas de problème: elle propose d’autres jours, provoquant la colère de la magistrate qui ne veut pas se laisser dicter son agenda...

Sur son bras, le tatouage « Travail, famille, patrie »

Le ton de cette première journée d’audience ne doit pas faire oublier la gravité des faits examinés. D’ailleurs, lors de l’examen des parcours de vie des accusés qui ont conclu l’audience, Sébastien Morillo s’est acharné à gommer son image de militant neonazi. A Troisième voie, ce « syndicat ni de droite ni de gauche à vocation solidariste » (sic) « j’étais là pour faire le nombre ». Sur son bras, le tatouage « Travail, famille, patrie », devise du régime de Vichy (opportunément recouvert avant le procès)? « Je ne savais pas ce que c’était. Je trouvais la devise belle. » En clair, dit-il, « j’ai arrêté d’être skinhead ».

Si l’on comprend bien les échanges avec la présidente, puis avec les différents avocats, ce sont plutôt les événements du 5 juin 2013, et ses conséquences, qui ont conduit Esteban Morillo à prendre du recul sur ses activités passées. Car son parcours, que la présidente lui rappelle, jamais au cours de l’audience il ne le regardera en face, éludant, biaisant, floutant à dessein chacun des engagements, chacune des prises de positions xénophobes, islamophobes, racistes, qu’il a publiquement affirmés jusqu’au drame. Son exclusion du centre d’apprentissage de Picardie, où il a grandi, pour avoir arboré des bijoux et porté des vêtements qui lui donnaient un look nazi. Son profil Facebook sur lequel il glorifiait Mein Kampf ou affichait sa volonté de se faire tatouer un 88 (pour HH, les initiales de Heil Hitler). Les plaintes pour bagarres (comme agresseur, et parfois victime). Son arrestation en 2011 avec (déjà) un poing américain... La présidente, puis les avocats des parties civiles déroulent un parcours qui n’a pas vraiment besoin de sous-titres. C’est l’avocate des parents de Clément Méric, Cosima Ouhioun, qui contredit définitivement l’affirmation selon laquelle il n’a émargé que six mois, courant 2011, à Troisième voie. Ne portait-il pas, demande-t-elle, un drapeau des JNR au sein de la manifestation en mémoire de Sébastien Deyzieu (un militant d’extrême droite tombé d’un immeuble lors d’une course-poursuite avec la police après une manifestation organisée en 1994 par le GUD et les JNR, ndlr) quelques semaines à peine avant de frapper Méric? « Vous dites j’ai changé », l’interroge ensuite Christian Saint-Palais, également avocat de la famille Méric. « On vous voyait en 2010 sur votre page Facebook brandissant une croix gammée. Puisque vous avez changé, vous en souvenez-vous? » « Non », répond Morillo. « Vous n’avez pas changé, vous avez gommé. Ça veut dire que c’est encore ancré en vous. »

... https://www.humanite.fr/proces-de-laffa ... ive-660256
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 07 Sep 2018, 01:35

Le procès des assassins de Clément Méric a débuté, la mobilisation aussi

Le procès a débuté, la mobilisation en mémoire de Clément aussi.

Le procès des assassins de notre camarade Clément, s’est donc ouvert ce mardi 4 septembre aux Assises de Paris. L’un des prévenus s’est présenté avec quelques heures de retard, prolongeant ainsi la séance dans la journée. La veille un premier rassemblement en hommage à Clément avait déjà eu lieu place Saint-Michel. Jusqu’à la clôture du procès le 14 septembre, des initiatives auront lieu dans tout l’hexagone pour honorer la mémoire de Clément et rappeler la violence quotidienne des extrême-droites.

Les accusés ont joué hier la carte de l’erreur de jeunesse, du passé oublié... Tatouages vichystes effacés, nouveau look pour une nouvelle vie et des trous de mémoires à répétition pour Esteban Morillo, qui publiait Mein Kampf sur sa page Facebook, juste pour se faire bien voir de ses amis fascistes, mais soi-disant sans le lire pour autant...

Serge Ayoub alias « Batskin », leader du groupuscule Troisième Voie a transmis mardi un certificat médical indiquant qu’il ne pourrait être présent à sa convocation comme témoin le 6 septembre, en adressant une lettre à la cour qui à été lue à l’audience. Il évoque les « risques de troubles à l’ordre public » liés à ce procès, redoutant la violence des militants antifascistes... « Il est hors de question que le drame se réitère... et qu’une fois agressé, je sois obligé de me défendre » écrit-il, laissant ainsi entendre que les facistes se seraient simplement défendus le jour de la mort de Clément.
Les prochains rendez-vous :

Vendredi 7 septembre : réunion publique dans le théâtre de verdure de Belleville à 19h
Mardi 11 septembre : rdv à 18h30, rassemblement sur le pont du Carrousel (là où Brahim Bouarram a été tué). Happening en hommage aux victimes de l’extrême-droite.
Vendredi 14 septembre (jour du rendu de verdict) : manif 18h30 à République. Jusqu’à Ménilmontant en passant par l’avenue de la République, Parmentier et Oberkampf.

Une plaque à afficher dans toutes les villes :
- Le 7 septembre à Montreuil (place François-Mitterrand, à 17h30)
https://www.facebook.com/events/697716243940176/
- Le 8 septembre à Nantes (place de la Bourse, 15h)
https://www.facebook.com/events/2261449460751476/
- Le 12 septembre à Orléans (place Charles-de-Gaulle, 17h30)
https://www.facebook.com/events/731811100493015/
- Le 14 septembre à Rennes

Au soir de ce premier jour de procès, plusieurs centaines de personnes se sont réunies rue Caumartin, rebaptisée à l’occasion rue Clément Méric :

Le procès, qui durera jusqu’au 14 septembre, peut être l’occasion de faire la lumière sur le meurtre de notre camarade, sur la violence de l’extrême droite et sur ses mensonges. Pour autant restons méfiant de la justice bourgeoise, ce n’est pas la nôtre. Gardons nous de la laisser, seule, faire le récit de l’assasssinat de Clément, Mais ce n’est pas la justice bourgeoise qui fera reculer dans les têtes et dans la rue les extrêmes droites et leurs nervis. Seules nos luttes, la solidarité de classe et l’éducation populaire le fera. Il n’y a pas une minute à perdre.


http://alternativelibertaire.org/?Le-pr ... aussi-7919
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 09 Sep 2018, 15:19

Procès Méric: Une fracture compatible avec une arme, selon une contre-expertise

L'usage ou non d'une arme détermine la peine maximale encourue...

Une contre-expertise médicale présentée vendredi aux assises de Paris a contredit l'autopsie et conclu à l'existence d'une fracture «compatible avec l'usage d'un poing américain» contre Clément Méric, étudiant antifasciste tué lors d'une rixe avec des skinheads en 2013. «Clément Méric a été victime de plusieurs traumatismes directs, compatibles autant avec des poings nus qu'avec des bagues et un poing américain», a déclaré à la cour un médecin expert.

L'usage d'un poing américain est une des questions clés du procès : deux des trois accusés sont jugés pour des coups mortels portés en réunion et avec arme, un crime pour lequel ils encourent jusqu'à vingt ans de prison. Quinze ans si l'usage d'arme est écarté. Cette contre-expertise contredit le rapport d'autopsie du premier légiste, qui n'avait constaté «aucune fracture des os propres du nez» et écarté fermement l'utilisation d'un poing américain.

... https://www.20minutes.fr/justice/233291 ... -expertise
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 09 Sep 2018, 18:14

Affaire Clément Méric : le fond de l'air est noir
Mardi dernier, s'est ouvert aux assises le procès des agresseurs de Clément Méric, ce jeune militant antifasciste, mort il y a 5 ans sous les coups de skinheads.
Toute la semaine, ses proches, ses amis et ses camarades du syndicat Solidaires et de l’Action Antifasciste Paris Banlieue lui ont rendu hommage.
Comme un bruit qui court s'est rendu sur les places, à Saint-Michel dans le Vème arrondissement pour le rassemblement de mobilisation autour du procès, mais aussi au Palais de justice, et à la rencontre de spécialistes de l’extrême droite violente car au-delà de ce drame, c’est la résurgence partout en Europe des politiques autoritaires et xénophobes qui inquiètent.
à écouter : https://www.franceinter.fr/emissions/co ... embre-2018


Nantes : défilé en hommage à Clément

Alors que des milliers de personnes marchaient pour le climat dans les rues de Nantes, un autre rassemblement, en hommage à Clément Méric et contre les agressions fascistes, était organisé Place de la Bourse. Une grosse centaine de personnes étaient réunies pour rappeler que 5 ans après sa mort, Clément reste vivant dans nos combats.

Après quelques prises de parole qui évoquaient le procès en cours des agresseurs de Clément, le cortège a déambulé dans le centre-ville, en rebaptisant plusieurs rues et places du nom de notre jeune camarade tombé sous les coups de néo-nazis. Il s’agit de rappeler que ce drame s’inscrit dans un contexte de banalisation des discours racistes, et de multiplication des violences d’extrême droite. A Nantes, deux adolescents ont été tabassés par des militants néo-nazis le 7 mai 2017. L’un d’eux a failli y laisser la vie et gardera de lourdes séquelles de l’agression.

L’antifascisme est donc l’affaire de toutes et tous. Rendez-vous le samedi 22 septembre dans les rues d’Angers, contre l’extrême droite et ses idées.

http://lahorde.samizdat.net/2018/09/09/ ... a-clement/

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 11 Sep 2018, 11:01

Procès des assassins de Clément Méric : Minables mensonges fascistes

Voilà une semaine que le procès aux Assises des assassins de Clément Méric a démarré. Clément Méric était notre camarade. Militant antifasciste et syndicaliste à Solidaires étudiant-es, il est mort à 18 ans tué par des fascistes, tué par l’extrême-droite. Ces faits, qui remontent à plus de 5 ans, sont jugés en ce moment à Paris. Esteban Morillo, Samuel Dufour et Alexandre Eyraud sont sur le banc des accusés. Voici notre récit de ces quelques jours éprouvants pour la famille et les proches et politiquement importants pour démontrer les dangers de l’extrême-droite.

Le procès s’est ouvert sur de premières déclarations des accusés, qui mettent tout en œuvre pour se faire passer pour de gentils agneaux, peut-être un peu bêtes, mais certainement pas des néo-nazis ultra-violents, porteurs d’une idéologie raciste, sexiste, homophobe et liberticides. Ils se sont fait pousser les cheveux, Morillo a fait recouvrir ses tatouages nazis quelques mois avant le procès (par une tatoueuse… néo-nazie) et ils expliquent qu’ils ne connaissaient pas la signification de leurs tatouages (« Travail, famille, patrie » ou encore « Sang et honneur »). Morillo s’empresse de raconter qu’ils ont rompu leurs liens avec l’extrême-droite, que tout ça est derrière eux. Ce qu’ils veulent aujourd’hui : une femme, des enfants, un chien, une maison à la campagne. Mais qui va les croire ? Les trois étaient des militants de Troisième voie, un groupuscule ultra-nationaliste dirigé par Serge Ayoub. Le culte de la violence était une habitude de ce groupe, les insultes et la provocation leur quotidien. Leur stratégie visant à être pris pour d’anciens jeunes un peu bagarreurs et un peu paumés ne peut qu’échouer. Troisième voie s’inscrit dans l’histoire de l’extrême-droite française. Ce procès est une occasion de démontrer ce qui devrait être une évidence pour toutes et tous : le fascisme c’est la haine, la violence et la mort.

La vidéo d’une caméra de vidéosurveillance diffusée lors de cette semaine est formelle : ce sont les skinheads qui fondent sur les jeunes antifascistes. La violence, ils l’ont cherchée. La mort de Clément Méric, ils l’ont provoquée. Ceci vient une bonne fois pour toutes prouver que l’opération médiatique de dédouanement des skins, qui avait commencé quelques jours après la mort de Clément Méric, était pure invention. RTL et France 2, qui ont diffusé à l’époque ces fausses informations, seraient bien indiquées de couvrir convenablement ce procès et de faire amende honorable.

C’est vendredi que les personnes qui accompagnaient Clément Méric ce jour de 2013 ont développé leur version des faits. Ils ont su souligner le caractère politique de ce procès. Oui, c’est l’extrême-droite qui a tué Clément Méric. Ce n’est pas un hasard. Esteban Morillo a été en contact avant et après les faits avec Serge Ayoub. Comme le précise le Comité pour Clément : « Clément Méric a été victime d’un groupe de jeunes gens entretenus dans le culte de la violence par un chef porteur d’un programme politique fascisant, ce que souligne la devise des JNR [Jeunesses nationalistes révolutionnaires, la milice d’Ayoub, NDLR], empruntée au parti de Mussolini : « Croire, combattre, obéir ». L’extrême-droite et l’antifascisme ne sont pas équivalents. Tracer une équivalence, c’est jouer le jeu de la dédiabolisation de l’extrême-droite. C’est prétendre que les combats pour l’égalité et la liberté valent ceux des racistes, des sexistes, des homophobes, des fascistes destructeurs.

Ainsi, le Comité pour Clément indique son objectif pour ce procès : « Nous espérons qu’il soulignera ainsi la différence fondamentale des postures politiques : refuser de fermer les yeux, dénoncer résolument des idéologies contraires aux principes d’égalité, de liberté, et de fraternité, ce n’est pas faire acte de violence, c’est faire acte de résistance salutaire. »

Cet objectif, les militantes et militants d’Alternative libertaire ne peuvent que le partager pleinement.


https://www.alternativelibertaire.org/? ... -fascistes


Mardi 11 septembre 2018
Rendez-vous autour du procès des meurtriers de Clément Méric
à 18h30, Pont du Carrousel, Paris 1e

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 12 Sep 2018, 07:19

Clément Méric : rassemblement antifasciste

Orléans mercredi 12 septembre 2018
17h30, Place du Général de Gaulle

Le 5 juin 2013, Clément Méric, jeune militant syndicaliste et antifasciste, mourrait sous les coups de ses agresseurs d’extrême droite. Aujourd’hui, cinq ans après, ces mêmes agresseurs passent en procès devant une cour d’assises du 4 au 14 septembre. Justice doit être rendue.
Il faut sans cesse rappeler la menace que représente une extrême droite de plus en plus décomplexée, prônant la haine, le racisme, le sexisme, et dont le projet politique est profondément inégalitaire et violent.
Sur Orléans même, des groupuscules d’extrême droite réapparaissent depuis quelques années, Renouveau français hier, Action française aujourd’hui, qui n’hésitent pas à faire le coup de poing contre les militantes et militants progressistes.
Le FN, même rebaptisé Rassemblement national reste un danger mortel. Mais les idées et thèmes d’extrême droite progressent bien au-delà de ses seuls rangs : en témoigne la honteuse politique de criminalisation des migrant·es, réfugié·es et de leurs soutiens par le gouvernement Macron comme la multiplication des violences policières.

LE MERCREDI 12 SEPTEMBRE
nous appelons à nous rassembler, à 17h30,
Place De Gaulle à Orléans, pour une action symbolique où nous apposerons une plaque en la mémoire de notre camarade Clément Méric.

Clément est mort pour ses combats, qui sont aussi les nôtres : la lutte contre les discriminations et les oppressions, pour une société juste, solidaire et démocratique.

Premiers signataires : Alternative libertaire Orléans (AL), Attac Loiret, Collectif des femmes Kurdes, Confédération nationale du travail (CNT), Fédération anarchiste (FA), France insoumise (FI), Jeunesses communistes du Loiret (JC), Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti communiste français du Loiret (PCF), Solidaires étudiant·es Orléans, Union syndicale Solidaires Loiret...

https://www.facebook.com/events/731811100493015/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 12 Sep 2018, 20:51

[Rennes] Clément Méric. Rassemblement contre l’extrême droite

vendredi 14 septembre 2018 à 18h place de la République

L’extrême droite tue, faisons son procès !

Du 4 au 14 septembre les assassins de Clément Méric passent en procès à Paris. Clément Méric était un syndicaliste de Solidaires Étudiant-e-s et un militant antifasciste, il a été tué par des néo-nazis le 5 juin 2013.

Ce meurtre n’est pas une simple rixe, mais un assassinat politique. Clément Méric a été tué pour les idées et la société émancipatrices qu’il défendait, à une période où l’extrême droite déchaînait son homophobie avec la Manif pour tous. Le combat de Clément contre toutes les formes d’oppressions est toujours d’actualité, quand on voit ne serait-ce que le dernier événement en date où, en Allemagne l’extrême droite organise en pleine rue des chasses aux migrant-e-s. Et ce type de réaction de l’extrême droite n’est pas isolé comme on peut le voir depuis quelques années en Hongrie ou en Italie par exemple. L’extrême droite souhaite l’inégalité entre les hommes et les femmes, elle veut retirer aux femmes le droit à l’avortement avec ses « marches pour la vie ». L’extrême droite veut récupérer la colère des travailleurs et des travailleuses face aux mesures anti-sociales des gouvernements successifs mais les maires étiquetés Rassemblement National ne font que couper dans les aides et les services sociaux. La loi asile-immigration de Colomb votée cet été par la majorité LREM, la constitutionnalisation de l’état d’urgence, les lois liberticides et sécuritaires et racistes (visant particulièrement les musulman-e-s) : toutes ces politiques d’extrême-droite sont aujourd’hui menées par les derniers gouvernements, de droite, de gauche comme d’extrême-centre. Leurs avancées sont faîtes de nos reculs : il est temps de relever la tête, en France comme ailleurs !

En Bretagne, l’extrême droite est toujours un danger, en manifestant contre l’immigration à Pontivy en 2015, en attaquant les cortèges de soutien aux sans papiers à Rennes ou encore en fichant plusieurs militant-e-s du mouvement social il y a quelques années. Alors que des rues ou des places rennaises portent des noms de réactionnaires, comme Alexis Carrel (eugéniste proche de Pétain) ou encore Thiers, renommons-en une Clément Méric !

Rassemblement place de la République à Rennes, vendredi 14 septembre 2018 à 18h.

Premiers signataires : AL Rennes, FA La sociale, NPA Rennes, SDAS FO 35, Solidaires étudiant-e-s Rennes ...

http://www.rennes-info.org/Rennes-Cleme ... semblement
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 13 Sep 2018, 00:11

Rassemblement contre l'extrême droite, fin du procès Méric

Clermont-Ferrand vendredi 14 septembre 2018
à 18h, place de la victoire

Le 5 juin 2013, notre ami et camarade Clément Méric était assassiné par des fascistes à Paris. Comme nous, il était alors étudiant, militant, antifasciste, syndicaliste.

Du 4 au 14 septembre se tiendra le procès de ses assassins, à la cour d'assises de Paris.

Pris pour cible du fait de ses engagements politiques, Clément Méric a été victime d'un assassinat politique.

Dans un contexte de criminalisation des mouvements sociaux et des militants, il est important de rappeler que c'est l'extrême droite et ses idées qui violentent, blessent et tuent partout en France, hier comme aujourd'hui. Ce procès doit être l'occasion de réaffirmer, publiquement, partout, que le fascisme est un poison, et que la résistance antifasciste doit continuer à s'organiser.

Nous ne baisserons jamais les bras face aux idéologies mortifères, racistes. Le fascisme doit être combattu partout, dans nos facs comme sur nos lieux de travail, dans les rues comme dans les discours. Ce procès sera l'occasion de faire la lumière sur les circonstances de cet assassinat, et que soit reconnue et jugée la dimension politique de cet acte.

L'extrême droite tue, faisons son procès !

https://63.demosphere.eu/rv/714
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antif

Messagede bipbip » 13 Sep 2018, 15:32

Mort de Clément Méric : 7 et 12 ans de prison requis contre les deux principaux accusés skinheads

La peine la plus lourde a été demandée contre Esteban Morillo, qui a reconnu être l’auteur des coups mortels.

Une bagarre « évitable » et d’une « sauvagerie parfaitement inadmissible ». L’accusation a requis, jeudi 13 septembre, des peines de sept et douze ans de prison à l’encontre de deux skinheads pour des coups mortels portés à l’antifasciste Clément Méric en 2013 à Paris.

La peine la plus lourde a été demandée contre Esteban Morillo, qui a reconnu être l’auteur des coups mortels. Sept ans ont été requis pour Samuel Dufour, porteur d’une « arme » – poing américain ou bagues –, et une peine de quatre ans dont deux avec sursis contre Alexandre Eyraud, arrivé plus tard mais dont la seule présence a favorisé « l’action collective ».

... https://www.lemonde.fr/societe/article/ ... _3224.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités