Page 6 sur 6

Re: Syndicalistes contre l’extrême-droite, VISA, campagnes .

MessagePosté: 02 Nov 2018, 15:37
de bipbip
"Ripostes syndicales face à l’extrême droite" - Nov. 2018 #5

Image

à télécharger : https://solidaires.org/IMG/pdf/2018-10- ... 9ee0185611

https://solidaires.org/Ripostes-syndica ... bre-2018-5

Re: Syndicalistes contre l’extrême-droite, VISA, campagnes .

MessagePosté: 11 Nov 2018, 19:38
de bipbip
"La possibilité du fascisme"

Soirée de présentation de l’ouvrage à la librairie Transit en présence de l’auteur Ugo Palheta et en association avec le VISA 13.

Image

Marseille mardi 13 novembre 2018
19h30, Librairie Transit

Mouvement réactionnaire de masse contre l’égalité des droits ; migrants enlevés, tabassés et laissés pour mort par des milices à Calais ; large diffusion de thèses réactionnaires, xénophobes et islamophobes ; intensification du quadrillage répressif des quartiers populaires et violences policières impunies ; manifestations interdites et criminalisation croissante de toute contestation ; scores inégalés du Front national à toutes les élections depuis 2012. Sous des formes disparates et encore embryonnaires, mais dont la seule énumération dit le pourrissement actuel de la politique, c’est le fascisme qui fait retour.
Et celui-ci s’annonce non comme une hypothèse abstraite mais comme une possibilité concrète. Pourtant, la possibilité du fascisme est généralement balayée d’un revers de main par les commentateurs : comment la République française, patrie autoproclamée des droits de l’homme, pourrait-elle engendrer le monstre fasciste ? La France ne s’est-elle pas montrée « allergique » au fascisme tout au long du XXe siècle, comme le prétendent certains historiens français ? Le Front national n’a-t-il pas renoncé au projet ultranationaliste, raciste et autoritaire qui le caractérisait depuis sa création ? N’assiste-t-on pas au renouveau du capitalisme français sous les auspices d’un jeune président réalisant enfin les « réformes » prétendument nécessaires ?
C’est à démonter ces fausses évidences que s’attache ce livre, scrutant ainsi la trajectoire d’un désastre possible, enraciné dans la triple offensive – néolibérale, autoritaire et raciste – dont Emmanuel Macron est la parfaite incarnation, mais un désastre résistible, pour peu que le danger soit reconnu à temps et qu’émerge un nouvel antifascisme, capable de mener de front le combat contre l’extrême droite et celui contre les politiques destructrices qui favorisent son ascension.

*VISA 13 : VISA 13 est une déclinaison départementale du réseau VISA (Vigilance et initiatives syndicales antifascistes)

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT SO,de la CNT,de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

https://mars-infos.org/la-possibilite-du-fascisme-3512

Re: Syndicalistes contre l’extrême-droite, VISA, campagnes .

MessagePosté: 12 Nov 2018, 20:21
de bipbip
Rencontre intersyndicale contre l’extrême droite le 17 novembre

organisée pas VISA,

Cher.es camarades,

En France comme en Europe, l’extrême droite est de plus en plus menaçante et violente. Et même quand elle n’est pas directement au pouvoir, ses idées nauséabondes sont reprises par d’autres, gagnent du terrain et gangrènent la société.
Pour lutter ensemble contre ce fléau, VISA, association intersyndicale de vigilance et de lutte contre l’extrême droite, propose à toutes les organisations syndicales qui le souhaitent une journée de rencontre unitaire samedi 17 novembre de 9h30 à 18h au 80-82 rue de Montreuil à Paris 11ème.
L’idée est de relancer une dynamique syndicale unitaire, d’échanger les expériences et les pratiques, de travailler aux outils nécessaires, le tout afin de remettre la lutte contre l’extrême droite au cœur des préoccupations syndicales.

Les thèmes de débats :

1/ Comment réagir face aux violences de l’extrême droite (agressions de militant.es, de migrant.es, de grévistes, attaques contre des locaux syndicaux…) et à son imposture sociale ?

2/ Comment mener les luttes syndicales quand les fascistes sont au pouvoir ou quand leurs idées sont reprises ?

3/ Quels outils unitaires pour faire barrage à l’extrême droite et/ou aux unions des droites lors des prochaines élections ?

4/ Quelles campagnes mener sur les sujets « migrant.es/sans papiers » et « imposture sociale » ?

Des militant.es d’Allemagne, d’Italie et de la Horde apporteront un éclairage sur l’actualité et les liens de l’extrême droite en Europe.
En complément et soutien de la campagne « Uni-es contre ED, ses idées ses pratiques » ré initiée le 31 mai dernier par l’intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, cette invitation est lancée aux confédérations / unions syndicales et à leurs fédérations et syndicats, à toutes les structures membres de VISA, aux syndicats signataires de l’appel de VISA de décembre 2016, à tous les abonnés de notre lettre d’informations, à tous les syndicats qui ont organisé des formations VISA, à nos « ami.es » sur les réseaux sociaux, aux UD…
Faites le savoir dans vos organisations et dans vos intersyndicales !
Cette journée de rencontre intersyndicale a pour ambition de s’adresser aux militant.es déjà investi.es mais aussi à un public militant plus large.
Les syndicalistes convaincu.es de la nécessité de dénoncer et de contrer les pseudos solutions, les mensonges et les violences de l’extrême droite, sont donc toutes et tous bienvenu.es.

Pour l’organisation, merci de nous informer de votre présence par mel à assovisabis@gmail.com.

En espérant vous voir nombreu.ses le 17 novembre,
Fraternellement,


https://solidaires.org/Rencontre-inters ... eme-droite

Re: Syndicalistes contre l’extrême-droite, VISA, campagnes .

MessagePosté: 18 Nov 2018, 18:22
de bipbip
Cinq ans déjà, et toujours déterminé·e·s !

Le collectif intersyndical « Uni·e·s contre l’extrême droite, ses idées et ses pratiques » s’est engagé dans une campagne de longue haleine, il y a maintenant près de cinq ans.

Régulièrement, sur l’ensemble du territoire, nous avons multiplié les initiatives pour mobiliser nos forces, former nos équipes en lien avec la jeunesse, les salarié·e·s, précaires, retraité·e·s, mesurer in situ les effets des politiques d’extrême droite sur la population (austérité, attaques des services publics et du milieu associatif, stratégie
d’intimidations…). Nous avons lancé l’observatoire national des villes gérées par l’extrême droite et en avons favorisé des déclinaisons locales (Vaucluse, Pas-de-Calais…). Il s’est notamment réuni à Béziers, à quelques mètres de Hayange ou d’Hénin-Beaumont…

Dès son lancement, nous savions l’importance d’engager un travail syndical de fond. L’actualité nous donne malheureusement raison. Le poids de l’extrême droite et d’élu·e·s prônant des idées et des pratiques racistes, homophobes, contraires aux droits des femmes, pointant les migrant·e·s comme autant de boucs émissaires augmente, tant en Europe (Italie, Hongrie, Suède, Allemagne…) qu’ailleurs
dans le monde, le Brésil étant un des derniers exemples en date.

En France également, les violences racistes, les actes islamophobes et antisémites, les agressions LGBTphobes sont en hausse. Des actions ont visé ceux qui agissent pour l’accueil des migrant·e·s, tandis que la solidarité avec les exilé·e·s est criminalisée, comme le sont des initiatives syndicales. Plusieurs projets d’attentats par des groupes d’extrême droite ont été mis au grand jour ces derniers mois.

Le gouvernement et sa majorité, arrivés au pouvoir non pas tant par adhésion à son programme que par refus de voir l’extrême droite diriger le pays, mènent une politique d’austérité et de bouleversement de notre modèle social. Le niveau de vie baisse, contrairement au chômage et à la précarité. Dans ce contexte, l’extrême droite développe ses propositions démagogiques et identitaires, dont l’analyse montre à quel point elles sont contraires aux intérêts des travailleurs et travailleuses, étudiant·e·s, chômeurs et chômeuses, précaires et retraité·e·s.

Cette situation ne fait que renforcer notre détermination à agir, avec nos adhérent·e·s, avec les salarié·e·s, pour une société plus juste, pour un modèle social solidaire et généreux, qui protège les droits et libertés individuels et collectifs, qui mette en œuvre l’égalité des droits.

Aujourd’hui et plus que jamais, nos organisations réaffirment ensemble les fondements de notre campagne de lutte contre l’extrême droite et s’engagent dans la construction déterminée des ripostes syndicales les plus larges. Une initiative est d’ores et déjà en préparation au premier trimestre 2019 à Lyon. Le collectif intersyndical « Uni·e·s contre l’extrême droite, ses idées et ses pratiques » s’est engagé dans une campagne de longue haleine, il y a maintenant près de cinq ans.


https://solidaires.org/Cinq-ans-deja-et ... ermine-e-s