Syndicalistes contre l’extrême-droite, VISA, campagnes ...

...Sans Papiers, antifascisme...

CGT Intérim vs infiltration fasciste

Messagede altersocial » 31 Oct 2013, 02:24

Quand le fascisme s’infiltre dans l’intérim

Alors que le 22 octobre dernier nous venons de commémorer le 72ème anniversaire de la fusillade de Châteaubriant, au cours de laquelle 27 syndicalistes, dirigeants de grandes fédérations de la CGT, communistes, patriotes, résistants de la première heure, furent fusillés par les nazis, avec la complicité du régime de Vichy, les fervents défenseurs de l’idéologie fasciste font acte de présence y compris dans le travail temporaire.

Depuis de plusieurs mois, de nombreux incidents secouent le Comité Central d’Entreprise chez ADECCO. L’ensemble des salariés du CCE sont en grève en réaction à la gestion pour le moins particulière de la coalition minoritaire CFE-CGC / UNSA. Un droit d’alerte déposé par les salariés a entraîné une intervention de l’inspection du travail. Une enquête est en cours.

Parallèlement, la CGT d’ADECCO a également mené ses investigations et vient de faire une découverte alarmante.

Le délégué syndical central de la CFE/CGC et secrétaire adjoint du CCE, Arnaud Raffard de Brienne, fait partie d’une organisation d’extrême droite et côtoie allègrement des anciens de l’OAS, des nostalgiques du régime de Vichy, des négationnistes du racisme, de la colonisation et de l’esclavage. raffardCe sinistre personnage se pose comme « historien », écrivain essayiste théorisant sur l’esclavage, la colonisation et l’immigration au travers de trois ouvrages : « désinformation autour de l’esclavage », « désinformation autour de la colonisation » et enfin « désinformation autour de l’immigration ». Il s’exprime fréquemment dans « Synthèse Nationale », brûlot de l’Union de la Droite Nationale, « organisation » fédérant plusieurs groupuscules d’extrême droite, ainsi que sur son blog arnauddebrienne.wordpress.com.

Vaste programme ! Des dizaines de vidéos, conférences et articles dont il est l’auteur font d’Arnaud Raffard de Brienne, un pour le moins troublant personnage. Le mariage gay, les immigrés, le syndicalisme historique, la défense de la préférence nationale,...tout y passe.

A l’heure où l’extrême droite cherche à s’infiltrer dans les syndicats, il n’est point exagéré d’appeler à la résistance face aux dangers qui menacent la démocratie, le syndicalisme et les conquêtes sociales.

Soixante-douze ans après la fusillade de Châteaubriant, tout démocrate, tout républicain, toute femme ou homme qui se revendique du progrès social, doit prendre ses responsabilités face à ceux qui veulent détruire ce que le Conseil National de la Résistance a bâti. Le patronat, le FN et les groupuscules d’extrême droite qui l’accompagnent défendent la liquidation du service public, la Sécurité sociale, les garanties collectives des travailleurs.

Souvenons-nous des derniers mots de Guy MOQUET, l’un des 27 fusillés de Châteaubriant « Vous qui restez, soyez dignes de nous ». Oui, à la CGT, nous sommes dignes d’eux dans nos actes de résistance et dans notre ambition de transformer la société pour la mettre au service de l’humanité.

Infos en + sur http://www.usi.cgt.fr et sur http://www.adecco.cgt.fr/
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Travailleurs syndiqués vs Front national - Champigny

Messagede altersocial » 07 Nov 2013, 21:05

Mobilisation syndicale contre l'extrême droite frontiste cet après midi au coeur de la banlieue rouge:

Champigny : les anti-FN donnent de la voix

Image

Les opposants au Front national se sont largement fait entendre ce jeudi en fin d’après-midi à Champigny. Le président d’honneur du parti d’extrême-droite Jean-Marie Le Pen est venu soutenir le lancement de la campagne aux municipales de la liste menée par Jean-Marie Rougier, ex-candidat FN aux législatives dans la 5 e circonscription.

Au cours de la présentation de la liste, un anti-FN a réussi à déjouer la vigilance des nombreux agents du service d’ordre du FN. S’approchant du local où Jean-Marie Le Pen tenait sa conférence de presse, il a eu le temps de crier « Si tu fermais ta gueule… », avant d’être rapidement et virilement maîtrisé par le service de sécurité.
250 personnes devant l’hôtel-de-ville

Par ailleurs, environ 250 personnes se sont rassemblées devant l’hôtel-de-ville pour protester contre la venue de Jean-Marie Le Pen dans la ville. Le rassemblement se tenait à l’appel de différents syndicats (CGT, Solidaires et Snuipp) et était soutenu par des formations politiques de gauche telles que le Parti communiste, le Parti de gauche ou le Nouveau parti anticapitaliste.

Le sénateur et président (PC) du conseil général Christian Favier, élu dans la ville de Champigny, a pris la parole pour affirmer que « les valeurs portées par le département sont l’inverse de celles portées par le Front national », citant « la fraternité », « la démocratie » ou encore « la régularisation de tous les sans-papiers ». A.V. et L.M.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: VISA, syndicalistes contre l’extrême-droite

Messagede altersocial » 04 Déc 2013, 21:27

VISA appelle à manifester contre le racisme et pour l’égalité le 30 novembre et le 7 décembre à Paris

Dans le contexte actuel de montée des idées racistes et poujadistes savamment orchestrée par l’extrême droite, les 6 principales organisations syndicales de salariés, les syndicats étudiants et lycéens, ainsi que de nombreuses associations, appellent à manifester le 30 novembre à Paris.

Le 7 décembre, toujours à Paris, une deuxième manifestation est également organisée contre le racisme et pour l’égalité des droits, à l’occasion du trentième anniversaire de la marche pour l’égalité.
VISA, dans un souci d’unité et d’efficacité du mouvement syndical et social, aurait préféré qu’une seule et grande manifestation soit organisée.
Quoi qu’il en soit, VISA appelle à participer à ces deux mobilisations cruciales pour une société solidaire et fraternelle.


« MARCHONS CONTRE LE RACISME » Le 30 novembre 2013 à Paris, en France et dans les Dom Com

Un climat nauséabond s'installe dans notre pays. Le garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Christiane Taubira, a subi ces dernières semaines des attaques racistes venues de temps obscurs que l’on croyait révolus. Les déclarations racistes d’une candidate du Front national, les invectives d’enfants, téléguidés par leurs parents, traitant la ministre de la Justice de «guenon », sont une souillure pour la République.
Ces propos attaquent frontalement des millions d’êtres humains originaires d’Afrique, des Caraïbes, des Amériques, de l’Océan indien, citoyens français ou non et dont les aïeux ont été jadis martyrisés du fait de leur couleur de peau. Ils constituent une atteinte violente contre toutes et tous car ils visent au coeur le pacte républicain.
Nous condamnons solennellement cette dérive raciste, de même que les actes et propos qui en ont permis la maturation. Nous n’admettons pas que des millions de personnes soient déniées dans leur humanité et leur citoyenneté, que ce soit en raison de leurs origines, de leur situation sociale, de leur culture, de leur religion... Nous ne supportons pas que des boucs émissaires soient désignés comme les responsables de nos maux et comme des menaces sur notre avenir.
Alors que la France doit affronter les énormes défis liés à la dégradation économique, au chômage et aux inégalités, face à ceux et à celles qui veulent aviver les souffrances sociales, les peurs et les colères, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu'égale, solidaire et fraternelle.
C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à coeur les valeurs de l’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité aux visages hideux du racisme à participer à une marche le 30 novembre 2013, à Paris, dont le rendez-vous est donné à 14 h 30, place de la République, ainsi que partout en France métropolitaine et dans les Dom Com.

Signataires :
Collectifdom - CM 98 - Ligue des droits de l’Homme - Licra - Mrap - SOS Racisme
CFDT - CFTC - CGT - FSU - UNSA - Union syndicale Solidaires
UEJF (Union des étudiants Juifs de France) - FIDL - UNEF - UNL - UFAT (Union Française des associations Tziganes) - R (Respect) - EGAM - FNASAT - Banlieues du Monde - France Terre d'asile - Ni Pute Ni soumise - Collectif des écrivains nègres - Association ultramarine de France - Les amis du PPM en France - Haut Conseil des Maliens de France - Association pour la Promotion de la Langue et de la culture Soninké (APS) - Association culturelle de musulmans de Drancy - Conseil de Coordination des organisations arméniennes - La Maison des potes - Mémorial 98 - Le Syndicat des Avocats de France (SAF) - Le Syndicat de la Magistrature - Les Marianne de la diversité - RESF - Fédération des Mutuelles de France - Mouvement pour la paix - Fondation Copernic - SNES - FCPE - CIMADE - SNEP - SNUEP - DAL (Droit au logement) - Ligue de l'enseignement
Paris, le 19 novembre 2013



Manifestation contre le racisme et pour l’égalité des droits le samedi 7 décembre 2013 à Paris

Le 3 décembre 1983, 100 000 personnes manifestaient à Paris, concluant une Marche partie de Marseille le 15 octobre. Décidée par un groupe de marcheurs issus des cités de la banlieue lyonnaise, cette Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme marqua l’émergence d’une nouvelle génération, celle des enfants d’immigrés. Elle fût organisée suite aux crimes racistes, aux violences policières, et à une campagne électorale marquée par la xénophobie et l’idéologie sécuritaire qui vit, comme à Dreux, des alliances avec le Front national. Elle prolongeait, à sa manière, les luttes menées dans la décennie précédente par les travailleurs immigrés pour l’égalité des droits. Les « invisibles » devenaient des acteurs à part entière de la société française.

Notre Marche ne s’est pas terminée le 3 décembre 1983. Nous n’avons jamais cessé de marcher et de lutter. Même si nous avons remporté des victoires ou obtenu quelques avancées, la situation des immigrés et de leurs descendants, dont beaucoup sont français, n’a cessé de se dégrader. Les habitants des quartiers populaires d’aujourd’hui sont confrontés à des situations plus dures qu’en 1983. Trente ans pour arriver à ce constat amer : les violences policières comme les crimes racistes n’ont pas cessé et restent impunis. Pire, un racisme d’État fait de lois, de pratiques et de discours nauséabonds s’est propagé d’en haut; la négrophobie et l’islamophobie se sont développées, prolongeant le racisme anti-arabe. La promesse du Président de la République d’alors, celle du droit de vote pour les étrangers extra-communautaires n’a jamais été tenue. Aujourd’hui, après une décennie de pouvoir de droite avec tous ses excès et ses démagogies populistes – débats sur l’identité nationale et le « rôle positif » de la colonisation – le nouveau gouvernement reste dans la ligne de tous ses prédécesseurs : restriction au droit d’asile, accentuation des discriminations dans tous les secteurs de la société, relégation des quartiers populaires et de leurs habitants, menaces de disparition des associations de terrain et de proximité, contrôles aux faciès, justice à deux vitesses, chasse aux sans papiers et aux Rroms, multiplication des expulsions… Et pendant ce temps, les Chibanis, nos anciens, sont reclus et privés de leurs droits.
Trente ans se sont écoulés, après le formidable espoir soulevé par la Marche de 1983. Notre détermination reste intacte. Nous ne lâcherons rien. Le message de la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme, même s’il n’est pas enseigné comme il se doit à l’école, est plus que jamais d’actualité et nous voulons qu’il soit à nouveau entendu avec force. C’est pour cela que partout, dès maintenant, et du 15 octobre au 3 décembre 2013, nous proposons à toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans cet appel de mettre en place des assemblées générales et des initiatives au niveau local, régional, national. Nous ne nous contenterons pas de crier notre colère contre les injustices et les inégalités. Nous proposerons à toute la société d’autres solutions, celles de l’égalité des droits pour en finir avec la République du mépris.
D’ores et déjà, nous appelons à participer aux différentes initiatives organisées en région par des collectifs et associations signataires de cet appel. Partout en France, des semaines pour l’égalité des droits et la justice pour toutes et tous sont organisées d’ici le 8 décembre. Faisons du 7 décembre, une journée de rassemblements et de manifestations.

MANIFESTATION NATIONALE À PARIS LE 7 DÉCEMBRE
CONTRE LE RACISME ET POUR L’ÉGALITÉ DES DROITS TOU-TE-S EN MARCHE,
ON ARRIVE!

http://collectifmarcheegalite.wordpress.com
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: VISA, syndicalistes contre l’extrême-droite

Messagede Pïérô » 19 Déc 2013, 12:36

Deux journées de formation ont été organisées les 27 et 28 novembre à la Maison des syndicats de Saint Avertin (37) par la CGT, la FSU et SUD-Solidaires

Retour sur une formation antifasciste intersyndicale

La montée en puissance des arguments du Front National et des idéologies nationalistes ou réactionnaires au sein de ce qu’il est convenu d’appeler le débat public est perçue par de nombreux militants syndicaux qui y sont parfois confrontés sur leurs lieux de travail et dans les entreprises. Les deux journées de formation organisées les 27 et 28 novembre à la Maison des syndicats de Saint Avertin par la CGT, la FSU et SUD-Solidaires avaient pour but de permettre aux militants de mener une réflexion et de poser les questions que soulève un climat fascisant.

De nombreux thèmes ont été abordés au gré des échanges et des interventions. Nous proposons d’en donner ici un aperçu.

La montée du poujadisme dans les années 1950

Une intervention de l’Institut d’histoire sociale a permis d’effectuer un retour historique sur ce mouvement, mais aussi de percevoir les liens que certaines personnalités politiques d’extrême-droite comme Jean-Marie Le Pen ont pu entretenir avec cet épisode du populisme à la française. Le mélange d’idées colonialistes, nationalistes, de sauvegarde de la famille, anti-politiciennes et antipartis qui caractérisait le mouvement lancé par Pierre Poujade ne semble pas toujours très éloigné de certains discours actuels. Les mouvements nauséabonds qui reprennent aujourd’hui les mêmes inspirations perpétuant la présence dans la société française de mouvements politiques corporatistes à tendance réactionnaire.

Municipalités d’extrême-droite

Le documentaire Mains brunes sur la ville [1] a servi de base à la réflexion des participants à la formation. Centré sur les municipalités d’Orange et de Bollène (Vaucluse), ce documentaire montre quelle gestion de la ville est opérée par des maires frontistes. Ces deux mairies sont dirigées par les époux Bompard, Jacques à Orange, Marie-Claude à Bollène, membres de la Ligue du Sud, formation politique issue du Front national. Le bilan de leur action politique est accablant. Les associations et les structures intervenant dans les communautés immigrées ont vu leurs subventions municipales systématiquement supprimées, au profit notamment d’une politique culturelle du « thé dansant ». L’insécurité, marronnier de l’extrême droite, sert de prétexte à l’attribution de moyens impressionnants à la police municipale. Autre exemple : les bus reliant les « cités » de la périphérie au centre-ville sont supprimés pendant l’été. Nul doute que cette mesure exemplaire évitera aux touristes d’être « menacés » par des jeunes issus des quartiers. Dernière ironie, alors que le Front national et ses alliés se sont récemment faits défenseurs de la « laïcité » face à un « islamisme rampant », la bonne ville de Bollène s’est vue consacrée au Sacré Cœur de Jésus !

Le Front national

En compagnie de militants VISA [2], le problème du Front national en lui-même a également été abordé. Après avoir rappelé l’histoire de ce parti et de ses stratégies, les intervenants ont décrypté le programme du FN. Dès lors la posture sociale, proche des ouvriers et travailleurs, arborée par le FN pour tirer parti d’une situation de crise économique est sérieusement mise à mal. Le programme du FN sur les retraites, l’emploi, les salaires, le temps de travail, le droit du travail et les syndicats est purement antisocial et particulièrement réactionnaire. Le FN des élections municipales à venir reste fidèle à lui-même, malgré un vernis prétendument social : plus de sécuritaire, plus de vidéosurveillance, plus de forces de police, la fin des dépenses sociales ou culturelles [3].


Image


Echange de pratiques

La formation s’est conclue par un temps d’échange autour des diverses pratiques qui peuvent être mises en place pour mieux comprendre et dénoncer les discours à tendance fascisante auxquels nous sommes confrontés sur nos lieux de travail. Comment réagir lorsque des collègues relaient des « blagues » d’un « humoriste » comme Dieudonné, [4] acoquiné avec Alain Soral et J.-M. Le Pen dans la production de discours antisémites et fascistes ? Les solutions résident peut-être dans de « vieilles recettes » du syndicalisme : organiser la sociabilité et l’entraide. Car si le débat d’idées est indispensable, c’est encore la rencontre et la découverte de l’autre qui sont les meilleures armes contre les stéréotypes et la peur. Le syndicat CGT de la construction d’Indre-et-Loire, qui milite dans un secteur d’activité en proie à des stéréotypes racistes récurrents, a montré que, faute de réflexion et d’échange, le racisme et la xénophobie peuvent pénétrer au sein même du syndicat. L’instauration de permanences conviviales le samedi et de réunions communes fréquentes ont permis à des salariés d’origines diverses de se rencontrer et de démonter des idées issues de l’individualisme libéral.

L’organisation de formations intersyndicales comme celle-ci reste encore une chose assez rare. On présente plus souvent les syndicats s’opposant entre eux que se réunissant pour entamer des réflexions collectives. Ce temps de formation a permis à différentes équipes syndicales de se rencontrer et il semble que l’initiative a plu. Reste à voir si le rapprochement se fera effectivement sur les lieux de travail comme le prône VISA.


Notes

[1] Mains brunes sur la ville, Réalisé par Bernard Richard Jean-Baptiste Malet, La Mare Dist, 2011. http://www.youtube.com/watch?v=kw46Nt-U2nE

[2] http://www.visa-isa.org/ à voir la sorti prochaine du décryptage du programme du FN pour les municipales.

[3] http://www.visa-isa.org/node/1203 : FN, le pire ennemi des salariés

[4] Le Pen – Dieudonné – Soral - Extrême-droite : un monstre à trois têtes contre les travailleurs. http://www.visa-isa.org/node/18816

http://tours.mediaslibres.org/retour-su ... ation.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: VISA, syndicalistes contre l’extrême-droite

Messagede Pïérô » 30 Déc 2013, 02:05

Angers, 17 janvier

Combattre l'extrême-droite dans le monde du travail

Depuis quelques années l'extrême-droite, principalement représentée par le Frontnational, tente de s'adresser directement aux salarié-e-s des entreprises en avançant des mesures, présentées comme « sociales » destinées à l'ensemble du monde du travail : salarié-e-s du privé et du public, chomeurs-euses, retraité-e-s, etc. Mais lorsqu'on l'analyse en détail, le programme nationaliste et raciste du FN va à l'encontre des intérêts des travailleurs et des travailleuses et va fondamentalement dans le sens des intérêts du patronat : Sretour des femmes au foyer, « préférence nationale » pour diviser les travailleur(euse)s, attaque contre les syndicats et remise en cause du droit de grève, etc.

C'est pour répondre à ces questions que le Réseau Angevin Antifasciste a décidé d'organiser une réunion publique en présence de membres de VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - http://www.visa-isa.org/). VISA regroupe des militant(e)s de la FSU, de la CGT, de la CFDT et de SOLIDAIRES qui, depuis 1996, recensent, analysent, dénoncent, les incursions de l'extrême droite et plus particulièrement du Front National sur le terrain social.
VISA a pour ambition d'être un outil d'information et de réflexion pour toutes les forces syndicales qui le souhaitent afin de lutter collectivement contre l'implantation et l'audience de l'extrême droite dans le monde du travail.

Lors de cette réunion publique différents thèmes seront abordés notamment : un décryptage du programme économique et social du FN, une réflexion sur la manière de lutter contre l'extrême-droite dans le monde du travail. Nous souhaitons également laisser une large place aux débats et évoquer les problématiques locales.

Vendredi 17 janvier - 20h30 - Salle Pelloutier à la Bourse du Travail 14 place Imbach 49100 Angers

Le Réseau Angevin Antifasciste

Soirée co-organisée avec l'Union Syndicale Solidaires 49
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

Messagede Pïérô » 30 Déc 2013, 02:10

Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite


Rennes, 14 janvier

Soirée débat : « entreprise, syndicalisme et Front National ».

"Le monde du travail est durement frappé par la crise et les politiques d'austérité. La généralisation de la précarité, la montée du chômage, la stagnation des salaires nourrissent le désarroi, jusqu'au désespoir, dans des couches toujours plus larges de la population.

L'extrême-droite prétend exploiter à son profit cette situation en instillant le poison du racisme, de la division entre les salariés suivant leur couleur de peau, leur confession, leur origine ethnique ou nationale. Elle stigmatise aussi volontiers les travailleurs "assistés".

Elle tente d'infiltrer les organisations syndicales, souvent en se dissimulant. Elle ne met pas en avant (ou rarement) ses positions véritables, foncièrement anti-syndicales, hostiles au droit de grève, opposées aux revendications, favorables au camp patronal avec lequel ses dirigeants ont partie liée depuis toujours.

A l'heure où les formations néo-fascistes ont le vent en poupe partout en Europe, il est par conséquent urgent et nécessaire, de développer un travail d'information, de sensibilisation, en particulier dans les entreprises.

Intervenants :

Loïc MOREL, secrétaire général de l'UD CGT

Patrice FORGEAU, secrétaire général de l'UD CFDT

Noël DAUCE de la FSU

Ainsi que l'Union syndicale Solidaires nationale.

à 20h, Carrefour 18 est, 7 rue d'Espagne - Rennes



Paris 29 janvier

Lancement de la campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

• 9h30 à 17h30 - Ateliers/débats
Bourse du travail de Paris
3 Rue du Château d'eau, Paris. Métro République
• 19h30 - Meeting
Siège de la CGT, 263 rue de Paris, Montreuil (Métro
Robespierre ou Porte de Montreuil).

Communiqué intersyndical des organisateurs

La montée des idées et de l'influence de l'extrême droite, et particulièrement du Front National, impacte le monde du travail et par conséquent le mouvement syndical.. Par leur histoire, leurs traditions, leurs valeurs, dans leurs pratiques et leurs capacités à proposer et agir au quotidien contre les inégalités et les injustices, les organisations syndicales sont confrontées aux propos, aux programmes, aux idées et pratiques de l'extrême droite, qu'elles sont déterminées à combattre.

Dans un contexte européen marqué par la remontée de courant d'extrême droite, nos organisations syndicales récusent la banalisation d'un parti dont l'histoire, les idées et pratiques n'en demeurent pas moins antirépublicaines, xénophobes et sexistes. Les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires ont décidé d'initier un travail en commun afin d'unir leurs forces pour construire un argumentaire, utilisable par tous les militants sur l'ensemble des territoires, sur les différentes questions sociales en jeu.

Ce travail s'inscrit dans le prolongement de l'appel « La préférence nationale n'est pas compatible avec le syndicalisme » signée en mars 2011.

Pour lancer cette campagne commune, elles organisent une journée de travail sous forme d'ateliers autour de thématiques diverses, le 29 janvier prochain à Paris. Cette journée se conclura par un temps fort d'expression syndicale, sous la forme d'un meeting avec la participation des premiers responsables de nos organisations, à Montreuil.

Nous entamerons ainsi une campagne de longue durée qui sera marquée par des initiatives larges communes dans les entreprises, administrations, services publics, localités et départements.

--------------------------------------------------------------------------------

Programme

09h30 : Accueil des participant-es à la Bourse du travail

10h00 : ancement de la journée - Depuis toujours, le syndicalisme s'est opposé à l'extrême droite

10h30 : es impostures sociales du FN et de l'extrême droite

Travail en ateliers :

L'extrême droite dans les villes laboratoires

Vitrolles, Marignane, Toulon, Orange, … l'extrême droite a déjà géré, et gère, des municipalités, voulant appliquer localement son programme national. A partir de son bilan catastrophique, pour les habitant-es et les agents de ces villes, il s'agira dans cet atelier d'étudier la gestion et les méthodes autoritaires de l'extrême droite dans les municipalités.

Droits des femmes et des homosexuel-les/préférence familiale

Le FN a changé son discours et ne parle plus directement de «  renvoyer les femmes à leur foyer ». Cet atelier s'intéressera au programme du FN et montrera que l'extrême droite reste fondamentalement traditionnaliste, sexiste et homophobe.

Les luttes des peuples en Europe contre le chômage, la précarité, l'austérité et l'extrême droite

On assiste au niveau européen et dans différents pays à la progression des courants d'extrême droite. Malgré leurs différences, partout ils prônent l'exclusion, le repli ethnique ou nationaliste. Comment le syndicalisme peut-il les combattre en défendant ses revendications internationalistes, anti-libérales et sociales?

Immigration, racisme, préférence nationale

Dans un contexte de racisme décomplexé, l'étranger et l'immigré servent de boucs-émissaires pour détourner des problèmes sociaux. Et si le FN tente de lisser son discours, le concept de «préférence nationale» reste le cœur de son programme afin d'instaurer une ségrégation sociale et raciale en France. Comment affirmer la solidarité, la fraternité et l'égalité des droits ?

12h30 : Pause déjeuner

14h00 : Synthèse des ateliers du matin

15h00 : Combattre syndicalement le discours pseudo-social du FN

Introduction par un-e militant-e de VISA et travail en ateliers

Le monde du travail et la jeunesse sont clairement devenus des cibles privilégiées dans la stratégie du Front national et de l'extrême droite : discours racistes et démagogiques, tentatives d'infiltration et d'instrumentalisation du malaise social, distribution de tracts d'extrême droite à la porte de l'usine. Comment les militant-es syndicaux, confronté-es au quotidien à ces situations, peuvent ils/elles réagir ?

Fin des travaux à 17h30, suivi d'un moment d'échange convivial et militant.

À partir de 19h30 : Meeting dans les locaux de la CGT à Montreuil

Pour témoigner de l'engagement des organisations syndicales à inscrire la lutte contre l'extrême droite, ses idées, ses pratiques dans la durée , Thierry Lepaon (CGT), Bernadette Groison (FSU), Annick Coupé (Solidaires), 1 représentant-e pour les organisations de jeunesse, prendront la parole lors d'un meeting dans les locaux de la CGT.
Durant cette soirée, des associations (LDH, MRAP, VISA) seront présentes et proposeront leur matériel d'information.e
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

Messagede Béatrice » 26 Jan 2014, 11:33

mercredi 29 janvier 2014 à MARSEILLE : à 19h au Local de Solidaires, 29 boulevard Longchamp, 13001

Diffusion en direct
Meeting inter syndical national : campagne unitaire contre l’extrême-droite, ses idées, ses pratiques
Les Unions Départementales CGT, FSU et SOLIDAIRES des Bouches-du-Rhône

Les Unions Départementales CGT, FSU et Solidaires des Bouches-du-Rhône
vous invitent à la diffusion en direct du meeting intersyndical national
CAMPAGNE UNITAIRE
CONTRE L’EXTRÊME DROITE
SES IDÉES SES PRATIQUES

Les absences de réponses aux questions sociales vécues par les salarié-es, les privé-es d’emploi, les retraité-es mais aussi les jeunes ainsi que la crise avec ses conséquences dramatiques fournissent un terreau exploité par l’extrême droite. Les politiques d’austérité génèrent une aggravation du chômage, le développement des inégalités sociales, de la précarité, de la pauvreté et des processus d’exclusion. Cela accroît la désespérance sociale.

La montée des idées et de l’influence de l’extrême droite, et particulièrement du Front national, impacte le monde du travail et par conséquent le mouvement syndical. Par leur histoire, leurs traditions, leurs valeurs, dans leurs pratiques et leurs capacités à proposer et agir au quotidien contre les inégalités et les injustices, les organisations syndicales sont confrontées aux propos, aux programmes, aux idées et pratiques de l’extrême droite, qu’elles sont déterminées à combattre.

Dans un contexte européen marqué par la remontée de courants d’extrême droite, nos organisations syndicales récusent la banalisation d’un parti dont l’histoire, les idées et pratiques n’en demeurent pas moins antirépublicaines, xénophobes et sexistes. Les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires ont décidé d’initier un travail en commun afin d’unir leurs forces pour construire un argumentaire, utilisable par tou-tes les militant-es.

Pour lancer cette campagne commune, elles organisent une journée de travail sous forme d’ateliers autour de thématiques diverses, le 29 janvier à Paris. Cette journée se conclura par un temps fort d’expression syndicale, sous la forme d’un meeting avec la participation des responsables de nos organisations, à Montreuil. Ce meeting sera filmé et mis en ligne sur internet.
Les Unions Départementales des Bouches-du-Rhône ont pris l’initiative de diffuser en direct ce meeting et de prolonger la soirée par une discussion. Nous entamerons ainsi une campagne de longue durée qui sera marquée par des initiatives larges communes dans les entreprises, administrations et services publics de notre département.

Mercredi 29 janvier 2014 à 19h00
Au local de Solidaires 13 - 29 bd Longchamp - 13001 Marseille
P.-S.

Solidaires.13@orange.fr

MARSEILLE
19 h

Local de Solidaires, 29 boulevard Longchamp, 13001

Diffusion en direct
Meeting inter syndical national : campagne unitaire contre l’extrême-droite, ses idées, ses pratiques
Les Unions Départementales CGT, FSU et SOLIDAIRES des Bouches-du-Rhône

Les Unions Départementales CGT, FSU et Solidaires des Bouches-du-Rhône
vous invitent à la diffusion en direct du meeting intersyndical national
CAMPAGNE UNITAIRE
CONTRE L’EXTRÊME DROITE
SES IDÉES SES PRATIQUES

Les absences de réponses aux questions sociales vécues par les salarié-es, les privé-es d’emploi, les retraité-es mais aussi les jeunes ainsi que la crise avec ses conséquences dramatiques fournissent un terreau exploité par l’extrême droite. Les politiques d’austérité génèrent une aggravation du chômage, le développement des inégalités sociales, de la précarité, de la pauvreté et des processus d’exclusion. Cela accroît la désespérance sociale.

La montée des idées et de l’influence de l’extrême droite, et particulièrement du Front national, impacte le monde du travail et par conséquent le mouvement syndical. Par leur histoire, leurs traditions, leurs valeurs, dans leurs pratiques et leurs capacités à proposer et agir au quotidien contre les inégalités et les injustices, les organisations syndicales sont confrontées aux propos, aux programmes, aux idées et pratiques de l’extrême droite, qu’elles sont déterminées à combattre.

Dans un contexte européen marqué par la remontée de courants d’extrême droite, nos organisations syndicales récusent la banalisation d’un parti dont l’histoire, les idées et pratiques n’en demeurent pas moins antirépublicaines, xénophobes et sexistes. Les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires ont décidé d’initier un travail en commun afin d’unir leurs forces pour construire un argumentaire, utilisable par tou-tes les militant-es.

Pour lancer cette campagne commune, elles organisent une journée de travail sous forme d’ateliers autour de thématiques diverses, le 29 janvier à Paris. Cette journée se conclura par un temps fort d’expression syndicale, sous la forme d’un meeting avec la participation des responsables de nos organisations, à Montreuil. Ce meeting sera filmé et mis en ligne sur internet.
Les Unions Départementales des Bouches-du-Rhône ont pris l’initiative de diffuser en direct ce meeting et de prolonger la soirée par une discussion. Nous entamerons ainsi une campagne de longue durée qui sera marquée par des initiatives larges communes dans les entreprises, administrations et services publics de notre département.

Mercredi 29 janvier 2014 à 19h00
Au local de Solidaires 13 - 29 bd Longchamp - 13001 Marseille
P.-S.

Solidaires.13@orange.fr

http://www.millebabords.org/spip.php?article25303
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

campagne unitaire : vidéo syndicale vs réacs

Messagede altersocial » 02 Fév 2014, 10:38

Mercredi dernier, dans le cadre de la campagne ouvrière contre les fachos/réacs, Cécile, instit' et syndicaliste :

Comment les réacs de la Manif pour tous ont propagé la "rumeur du genre"
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

Messagede bipbip » 13 Fév 2014, 01:39

Vidéos, Paris meeting du 29 janvier

http://aful.cgt.fr/aful/stream/stream-v ... ne&apple=0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28940
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

Messagede bipbip » 17 Fév 2014, 01:26

Le 20 février aux Forges de Pyrène (09)

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28940
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

Messagede SchwàrzLucks » 17 Fév 2014, 21:08

"Contre la haine de l'autre et l'intolérance au travail". :shock:

Encore une fois, idéalisme avant tout. Comme si la première raison de mobilisation des salarié-e-s c'était le "refus de la haine de l'autre" (on peut mettre n'importe quoi là derrière. Mon patron n'est pas Français, m'étonnerait pas qu'il range le mépris que j'ai pour lui dans la catégorie "haine de l'autre et refus du vivre ensemble"...). Elles sont où les bases de classe là-dedans ? Pourquoi n'y a-t-il pas le moindre mot sur le programme du FN (et du reste de l'extrême-droite) vis-à-vis des syndicats, des droits des travailleurs, etc. ?
SchwàrzLucks
 
Messages: 406
Enregistré le: 18 Oct 2010, 22:39

Re: Campagne unitaire syndicale contre l'extrême droite

Messagede mimosa rouge » 17 Fév 2014, 22:58

"Contre la haine de l'autre et l'intolérance au travail"

... disons qu'après on aura du mal contre ça par exemple :

http://www.paprec.com/fr/groupe/ressour ... te-laicite

/
La laïcité en entreprise
assure aux salariés un référentiel
commun et partagé, favorisant la
cohésion d’entreprise, le respect
de toutes les diversités et
le vivre ensemble

La laïcité en entreprise permet
l'exercice de la liberté d'expression
des collaborateurs dans la limite du
bon fonctionnement de l’entreprise
comme du respect des valeurs
républicaines et du pluralisme des
convictions

La laïcité en entreprise implique
que les collaborateurs ont un devoir
de neutralité : ils ne doivent pas
manifester leurs convictions politiques
ou religieuses dans l’exercice de
leur travail

La laïcité en entreprise offre aux
collaborateurs les conditions pour
forger leur personnalité, exercer leur
libre arbitre et exercer leur citoyenneté.
Elle protège de tout prosélytisme et de
toute pression qui empêcheraient de
faire ses propres choix et de réaliser
son activité dans un environnement
serein.

Par leurs réflexions et le respect
mutuel, les collaborateurs font vivre
au sein de l’entreprise la valeur
fondatrice du Groupe de promotion
des Diversités
mimosa rouge
 
Messages: 472
Enregistré le: 10 Sep 2011, 19:13

Re: VISA, syndicalistes contre l’extrême-droite

Messagede Béatrice » 21 Jan 2015, 19:44

vendredi 23 janvier 2015 à AUBAGNE à 20 h
Salle des sociétés, rue du Jeu de Ballon, 13400

Les Vendredis de Ballon Rouge
Faire barrage au racisme et au fascisme
débat animé par des représentants de l’association VISA

Visa 13 est une déclinaison départementale du réseau Vigilance et initiatives syndicales antifascistes qui regroupe des sections syndicales et des militants syndicalistes dans les Bouches du Rhône, tous soucieux de faire barrage aux incursions de l’extrême droite et plus particulièrement du Front National sur le terrain social.

P.-S.

contact chez ballonrouge.org
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2781
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: VISA, syndicalistes contre l’extrême-droite

Messagede berneri » 05 Fév 2015, 11:47

VU sur le site de VISA:

"
Solidaires 30 et SUD éducation 30 réagissent aux dernières mesures du Maire FN à Beaucaire
mer, 04/02/2015 - 13:36 | Anonyme

En supprimant les subventions à l’association « Maison du vivre ensemble », le Maire Front National de Beaucaire choisit de renforcer l’échec scolaire et son corollaire, la difficulté à entrer dans le monde du travail, pour des dizaines d’écoliers. Avec son courrier (cf pdf en fin d'article) aux beaucairois et beaucairoises parents d’élèves, au sujet des nouvelles règles de paiement de la cantine scolaire, il « remet le couvert » et distribue les bons et mauvais points à ses administrés, en les assortissant de menaces de dénonciation aux services sociaux pour les « mauvais » parents, les parents « malhonnêtes ».

Ces deux décisions montrent que le Front National préfère renforcer la pauvreté et le chômage plutôt que de favoriser l’instruction et l’emploi.

L’Union syndicale Solidaires du Gard et SUD Éducation du Gard dénoncent la politique de la Municipalité de Beaucaire. Des décisions municipales qui semblent viser une population « issue de l’immigration », celle qui vit dans le centre-ville, qui ferait « trop d’enfants » pour percevoir indûment l’aide social d'État : excellente démonstration de la préférence nationale chère au FN.

Avec la mise en place de sa politique, le Front National montre son vrai visage: il stigmatise, clive, dresse les habitants les uns contre les autres. Qui, en effet, voudrait payer pour les mauvais payeurs, pour les fraudeurs ? Ni Solidaires, ni SUD Éducation, qui ne cessent de dénoncer les cadeaux fiscaux faits aux entreprises et la fraude aux cotisations sociales. Les mauvais payeurs ne sont pas ceux que le maire de Beaucaire jette en pâture à ses administrés.

Le choix de priver la « Maison du vivre ensemble » de subvention témoigne également du caractère revanchard et clientéliste de ce parti.

L’Union syndicale Solidaires du Gard et SUD Éducation soutiennent l’ensemble des salariés et des habitant-e-s qui choisissent d’aider des enfants et des familles en difficulté à mieux appréhender un monde de plus en plus inégalitaire.

Ne laissons pas faire ce parti populiste et xénophobe, véritable soutien de la société capitaliste qu’il prétend dénoncer.

L’Union syndicale Solidaires et SUD Éducation demandent à la Préfecture du Gard, représentant de l'État dans le département, d’annuler ces décisions municipales qui vont à l’encontre du vivre ensemble dont le gouvernement se fait le chantre depuis un mois.

L’Union Syndicale Solidaires et SUD Éducation appellent l’ensemble des habitant-e-s de Beaucaire à refuser cette décision et à lutter pour faire échec à la politique mise en place par le maire et son équipe.

Solidaires 30 et SUD éducation 30, Nîmes, le mercredi 4 février 2015."

la lettre affreuse du maire FN aux parents d'élèves est disponible sur le lien de l'article:
http://www.visa-isa.org/content/solidaires-30-et-sud-education-30-reagissent-aux-dernieres-mesures-du-maire-fn-beaucaire
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: VISA, syndicalistes contre l’extrême-droite

Messagede bipbip » 21 Juil 2015, 02:25

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28940
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité