Agressions néo-fascistes en France

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede barcelone 36 » 06 Juil 2011, 20:03

l'horreur continue... :evil:

http://vannes.letelegramme.com/local/mo ... 362114.php
Vannes. Plainte pour une agression au cutter
6 juillet 2011 à 15h09

Une jeune femme d’origine martiniquaise de 19 ans a déposé plainte vendredi soir pour une agression à caractère racial à Vannes. Elle a expliqué aux policiers qu’elle revenait d’une promenade avec son chien quand deux personnes ont fait irruption. Elle se trouvait alors dans la cour de son immeuble, rue Mgr Tréhiou.

Selon son témoignage, ils se sont précipités sur elle, l’un l’a immobilisée et a mis sa main sur sa bouche pendant que le second lui tailladait une croix gammée sur le bras avec un cutter. Les coupures sont superficielles et s’apparentent plus à une scarification. Personne dans le voisinage n’a rien vu ni rien entendu. La police n’a pas non plus retrouvé d’indice sur les lieux. La jeune femme est hospitalisée en psychiatrie depuis ce week-end.


http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet ... 1_actu.Htm
Vannes
Vannes. Ils gravent au cutter des croix gammées sur le bras d'une femme
Faits diversmercredi 06 juillet 2011

Agression raciste au cutter samedi à Vannes.
Ouest France
Une jeune fille de 19 ans a déposé plainte, samedi 2 juillet à Vannes, pour agression raciste. Selon la jeune femme, les faits se sont déroulés vendredi vers 21 h 30 non loin du port.

La victime métisse a été « agressée dans le hall de son immeuble, explique la substitut du procureur, alors qu’elle revenait de promener son chien ». Armés d’un cutter, selon le parquet, les deux agresseurs lui ont tailladé les bras dessinant deux croix gammées et la blessant au visage et aux jambes. La jeune femme est toujours hospitalisée.

Une enquête est en cours.
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede bipbip » 07 Juil 2011, 19:47

témoignage

La jeune femme agressée au cutter témoigne

Vendredi dernier, la victime a été tailladée dans le hall de son immeuble rue Mgr-Tréhiou. Toujours hospitalisée au centre hospitalier Bretagne-Atlantique, elle raconte sa difficulté à reprendre pied.
Vendredi 1er juillet, une jeune femme âgée de 19 ans a été agressée par deux hommes dans le hall de son immeuble, rue Monseigneur-Tréhiou (Ouest-France du mercredi 6 juillet). Ses agresseurs l'ont blessée à coups de cutter, gravant une croix gammée et l'ébauche d'une seconde. Le lendemain, elle portait plainte.

Toujours hospitalisée au Centre hospitalier Bretagne-Atlantique, elle raconte douloureusement l'agression, ponctuant son témoignage de longs silences.

Ce vendredi, vers 21 h 30, la jeune victime a fini de promener son chien et revient à son domicile. « Quand je suis rentrée dans le hall, la porte est sans doute restée bloquée par le tapis. » Les deux hommes se sont alors précipités sur elle.

« L'un m'a pris par la taille en me mettant la main sur la bouche, pendant que l'autre m'a donné des coups de cutter. »

Les deux hommes, qui ont agi à visage découvert, « n'ont pas plus de 30 ans ». Hormis une insulte, l'agression, malgré sa violence, s'est déroulée sans bruit. Une voisine, dont l'appartement donne sur le hall, ne sera alertée qu'à l'arrivée de la police.

« C'est très dur à vivre »

Une croix gammée lui a été gravée, ainsi que « le début d'une autre ». Sur l'autre bras, quatre lettres, « shle », sont inscrites, toujours au cutter.

Dans l'agression, des coups de cutter seront donnés aux jambes ainsi qu'au visage. Enfin, la violence cesse. « Ils ont entendu des bruits ». Les deux agresseurs se sont alors enfuis.

« Je suis descendue chez moi et j'ai contacté des amis, avant de prévenir la police. »

Depuis, la jeune femme vit très difficilement. « Je ne dors plus la nuit, à peine une heure. C'est très dur à vivre. » Suivie par un psychiatre et un psychologue, elle a besoin de s'exprimer. « Je trouve qu'il y a beaucoup d'agressions et on n'en dit rien. »

« C'est très dur d'en parler, à force d'y réfléchir tout le temps, je ne sais plus quoi en penser. » Cette jeune métisse d'origine martiniquaise est cependant persuadée que cet acte de violence est à connotation « raciste ». L'enquête se poursuit.

Bruno JEZEQUEL

http://www.vannes.maville.com/actu/actu ... 4_actu.Htm
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede SchwàrzLucks » 08 Juil 2011, 03:20

« C'est très dur d'en parler, à force d'y réfléchir tout le temps, je ne sais plus quoi en penser. » Cette jeune métisse d'origine martiniquaise est cependant persuadée que cet acte de violence est à connotation « raciste ». L'enquête se poursuit.


Ben nan voyons, la croix gammée c'était juste parce qu'ils trouvaient ça joli...
SchwàrzLucks
 
Messages: 406
Enregistré le: 18 Oct 2010, 22:39

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Klément » 09 Juil 2011, 15:37

Nico37 a écrit:
Communiqué de presse suite à l'agression du samedi 2 juillet

Le samedi 2 juillet, à l'aube, une jeune femme, identifiée par ses agresseurs comme proche de militant-e-s du collectif de vigilance 69, a été sauvagement agressée en rentrant à son domicile.

Un véritable piège, une action préparée, attendait la jeune femme à l'entrée de son immeuble. En effet, 3 hommes quettaient la victime dans la cage d'escalier de son domicile, à 6 h du matin. Après l'avoir poussée dans les escaliers puis rouée de coups, les agresseurs ont procédé à un violent interrogatoire, cherchant à soutirer des informations sur les milieux antifascistes.
De par leur tenue vestimentaire et leurs discours, il ne fait aucun doute que ces individus appartiennent aux mouvances d'extrême-droite.

Cette agression s'ajoute à une liste déjà trop longue de violences graves perpétuées à Lyon. Les victimes font les frais d'une stratégie calculée d'installation d'une ambiance de peur sur le territoire lyonnais.

Plus que jamais déterminé, le Collectif de vigilance 69 poursuivra ses actions contre toutes les mouvances de l'extrême droite, contre la banalisation de ses idées et contre la violence de ces différentes composantes.

Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite



Lyon : Une militante de gauche violée par des fachos

À Lyon, le 2 juillet 2011, une militante a été interceptée en rentrant chez elle, interrogée sur ses contacts avec le milieu antifa, tabassée. Face à la résistance dont elle a fait preuve,
elle a été violée ….

Les 3 courageux agresseurs étaient des militants d’extrême-droite. Leurs derniers mots en partant furent : « à bientôt »

La concernée affirme qu’elle a toujours lutté contre le système, qu’en aucun cas elle ne se
réfugiera dans ses bras … elle ne portera donc pas plainte.

Dans un acte de courage de sa part, elle surmonte sa peur, sa douleur, et choque en décidant de communiquer sur ce qui lui est arrivé. Son objectif, c’est que cela ne se reproduise plus.

Elle ne souhaite pas se positionner en tant que victime, et ne veut pas être le porte-étendard d’une campagne de propagande. La lutte antifasciste se mène tous les jours.

Aujourd’hui, l’extrême droite lyonnaise vient de passer un nouveau cap. La violence et les actes de barbarie ne sont pourtant pas nouveaux.

En moins d’un an, nous pouvons comptabiliser une dizaine d’agressions à caractère raciste ou « militant » qui se sont soldées par des hospitalisations.

Les responsables de ces actes ne sont pas les seuls coupables. Tous les représentants de
l’extrême-droite lyonnaise sont à blâmer. Ce sont eux qui fournissent les éléments politiques et instaurent un climat de haine créant un environnement favorable à ce genre d’actes…

D’une manière plus générale, notre silence à tous et notre position passive envers la montée de l’extrême-droite nous laisse perplexe et soulève chez les militant-e-s antifascistes, beaucoup de questionnements et de remises en cause en ce qui concerne nos stratégies de lutte.

Ce communiqué ne cherche pas à indigner les masses, mais tout simplement à éveiller les consciences.

Avec l’accord de la concernée, nous avons choisi de communiquer le plus largement possible. Nous espérons simplement mettre toute personne se considérant comme militante en face de la réalité.

N’attendons pas qu’il soit trop tard.

Nos slogans, devenus folkloriques pour certains, prennent ici tout leur sens.
Nous crions du fond de notre âme : ALERTA ANTIFASCISTA !

Merci de diffuser ce message et de prendre part dans les luttes au niveau local .

Collectif Nosotros
« Ni Oubli Ni Pardon »
Avatar de l’utilisateur-trice
Klément
 
Messages: 37
Enregistré le: 04 Oct 2009, 23:35

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Pïérô » 27 Aoû 2011, 13:26

nouvelle agression à Lyon, communiqué du Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême-droite :

Saccage d’un bar par des hooligans lyonnais en plein centre ville

La saison de foot­ball a repris et nous sommes à quel­ques heures du coup d’envoi du pre­mier match de la saison match à Gerland.
Tout à coup, une ving­taine de « sup­por­ters » appar­te­nant appa­rem­ment a un groupe de sup­por­ters ayant rési­dence à Gerland quitte le bar « le Wallace » où ils ont l’habi­tude de venir le week-end, tra­verse le pont et se diri­gent en direc­tion des Terreaux.

Quelques minu­tes plus tôt, un des leurs col­lè­gues s’était fait affi­ché en pleine rue par trois cama­ra­des anti­fas­cis­tes qui l’avaient traité de « nazi » (ce que son accou­tre­ment lais­sait for­te­ment pré­sa­ger).
Malheureusement pour les trois cama­ra­des, ils sont vite repé­rés par la ving­taine de hoo­li­gans et se réfu­gient dans un bar rue Lanterne. Et là en plein centre-ville un samedi, les pseu­dos-sup­por­ters se livrent à une véri­ta­ble atta­que du bar en ques­tion.

Le gérant tente alors de pro­té­ger (avec l’aide d’un sala­rié d’un com­merce avoi­si­nant) son bar et ses clients dont cer­tains sont mineurs, mais ils ne peu­vent rien faire face à un tel déchaî­ne­ment de haine et de vio­lence : la balus­trade est cassée (ils se ser­vi­ront des plan­ches pour frap­per une des per­son­nes défen­dant le bar) ; les chai­ses, les bou­teilles et même les plan­tes sont lancés à l’inté­rieur du bar...
Les nervis finis­sent par partir en scan­dant un der­nier « Lyon Lyon Hooligans »...

Au bout d’un cer­tain temps, la police arrive mais les témoins sont tel­le­ment cho­qués qu’ils n’ont pu détailler pré­ci­sé­ment l’atta­que ; mis à part le fait qu’un des agres­seurs avait un bras dans le plâtre et qu’un autre a été blessé à l’oreille. Résultat : 400 euros de frais pour le gérant...

Le Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême-droite ne s’étonne pas de ce nou­veau défer­le­ment de vio­lence commis par les pseudo-sup­por­ters de Gerland ; en effet, nous avions déjà fait le lien entre des grou­pes issus du stade et la mani­fes­ta­tion fas­ciste d’octo­bre der­nier lors du mou­ve­ment social, et lors de la marche des cochons du 14 mai qui avait ras­sem­blé tout le « gratin » de l’extrême-droite lyon­naise.

Il n’est un secret pour per­sonne que le stade de Gerland compte en son sein des grou­pes de sup­por­ters très pro­ches des mou­van­ces d’extrême-droite mais cela devient plus que gênant (même si cela l’est aussi à l’inté­rieur du stade) quand la vio­lence sort du stade et vient se répan­dre dans le centre ville lyon­nais.

Nous insis­tons une nou­velle fois sur le fait que la vio­lence ne vient que d’un seul côté !

Nous nous étonnons par contre que ce sac­cage n’ait pas été relaté dans la presse écrite ou Internet pour­tant si alerte quand un délit de ce genre est commis. Et nous le sommes d’autant plus quand un site d’infor­ma­tion sur le web donne la parole sans aucune ana­lyse, ni oppo­si­tion ou inves­ti­ga­tion à ces grou­pes de sup­por­ters (voir arti­cle de Lyon Capitale).

Nous res­tons plus que jamais vigi­lants face à ces grou­pus­cu­les hai­neux et nous conti­nue­rons à lutter contre ce fléau.

Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême-droite en col­la­bo­ra­tion avec le bar atta­qué.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Le GUD/JN "vandalise" un local PCF à Lyon

Messagede altersocial » 28 Sep 2012, 17:47

Les boutonneux du néo-gud et des JN s'en prennent à un local communiste à coups d'autocollants :lol: ... puis repartent piteusement :slt: :

A Lyon, l’extrême droite vient chercher la baston au siège du parti communiste

Ce mercredi après-midi, des étudiants d’extrême droite du GUD ont attaqué de belle manière la rentrée. Ils ont tenté de provoquer une bagarre à la fédération communiste du Rhône, dans le 3e arrondissement de Lyon, qu’ils ont couvert d’autocollants. Trois personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

Reformé à Lyon en septembre dernier à l’université Lyon 3 (son fief historique), le Groupement Union Défense (GUD) a déjà fait parlé de lui pour des actions violentes. C’est pour cela que la direction départementale du PCF ne prend pas « l’agression » dont son siège a été l’objet à la légère, même s’il n’y a pas eu de coups distribués.

Ce mercredi, vers les 16 heures 30, cinq militants communistes étaient en réunion à leur siège départemental. Ils préparaient la fête de l’humanité du Rhône quand un groupe de sept personnes ont tenté un coup de force, en recouvrant d’abord la porte d’autocollants du GUD et de l’organisation sœur, les Jeunesses nationalistes.

Parce qu’il entendait « gratter » derrière la porte, un des permanents de la fédération a ouvert et est tombé nez à nez avec les membres du GUD.
Les cinq communistes sont alors, en groupe, intervenus, avec à leur tête Ingrid Merlinc, une militante de l’Ouest lyonnais qui a la particularité de travailler dans la sécurité. Elle décrit sept jeunes hommes habillés tout en noir. Quatre auraient eu selon elle le visage masqué par une capuche et une écharpe.

Elle raconte que sa présence a fait capoter l’ »agression » :

« Ils étaient venus pour casser du communiste mais comme je me suis mise en avant, ils n’ont pas osé frapper une femme. Ils disaient « une femme ça vaut rien » et provoquaient les hommes ».

Jusqu’à l’arrivée de la police, quelques échanges d’amabilités ont eu lieu.
Les sept personnes se sont présentées comme des membres du GUD et des Jeunesses nationalistes et ont déclaré être étudiants en droit à l’université Lyon 3.

D’après la militante communiste, le leader du groupe s’est présenté comme « nazi » en tendant le bras.

Trois militants en garde à vue

Au son des sirènes de la police, ils ont tous détalé. Sur le signalement des communistes, trois personnes ont été interpellées à quelques centaines de mètres du siège du PCF et ont été placées en garde à vue. Les communistes sont allés porter plainte. Contacté par Rue89Lyon, la Direction Départementale de la Sécurité Publique n’a, pour l’instant, pas précisé ce qui était retenu contre les trois militants d’extrême droite.

Quant au responsable des Jeunesses nationalistes et membres du GUD, Alexandre Gabriac, il dit ne pas avoir été mis au courant de cette action :

« Un militant m’a prévenu qu’il y avait trois militants du GUD en garde à vue, arrêtés devant la permanence du PCF. Mais je ne les connais pas personnellement. Je ne sais pas ce qui leur est reproché mais je les soutiens car, quoiqu’il arrive, on soutient toujours nos amis ».

La secrétaire fédérale du parti communiste, Danielle Lebail-Coquet explique que « ce n’est pas la première fois que [le local] se fait agresser ». Il y aurait déjà eu des autocollants collés et croix celtiques taguées.

Elle considère que ce cas-là est « plus grave » car c’est la première fois que les communistes retrouvent leurs agresseurs dans l’allée. Le PCF veut « se donner le temps de la réflexion » pour savoir quelle réponse politique donnée à cette « agression ».

Tags néo-nazis et opérations coups de poing

Sous l’appellation d’UDJ (Union Défense de la Jeunesse), les « gentlemen fascistes », comme se surnomment les membres du GUD, ont demandé leur référencement à Lyon 3 en octobre dernier, ce que la direction de l’université leur a refusé.

Le GUD a notamment fait parlé de lui pour des tags néo-nazis dans une commune du Beaujolais en décembre dernier et, au printemps, pour une opération coup de poing lors des élections étudiantes.


Réaction de la gauche étatiste :
http://www.lyoncapitale.fr/Journal/univ ... Republique
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Le GUD/JN "vandalise" un local PCF à Lyon

Messagede altersocial » 29 Sep 2012, 15:24

Et à la périphérie du PCF une tendance trotsko-chaviste, La Riposte, découvre l'extrême droite activiste :
Provocations fascistes à Lyon : il faut une riposte organisée !

Nous étions sur le point de publier l’article ci-dessus lorsque nous avons appris que le siège du PCF du Rhône a été victime d’une attaque de la part d’une bande fasciste se réclamant des Jeunesses Nationalistes, mercredi 26 septembre. Cette agression prouve encore ne fois qu’une réponse sérieuse et organisée à la violence fasciste est nécessaire et urgente.

Depuis quelques années, les habitants de Lyon font face à une recrudescence de provocations et d’actes violents de la part des militants d’extrême droite locaux, organisés en différents petits groupes aux noms évocateurs tels que Jeunesses Identitaires, Jeunesses Nationalistes ou encore « Bunker Korps ». Le point commun entre ces différents groupes ? La haine de l’autre et la volonté de s’imposer dans l’espace public, par l’intimidation et la violence si besoin.

La situation a connu une certaine médiatisation au niveau national suite à l’ouverture d’un local à vocation « culturelle » dans le quartier de Gerland : le fameux Bunker Korps. Entre la salle de musculation, la salle télé pour permettre aux hooligans interdits de stades de voir les matchs de l’Olympique Lyonnais et les entraînements au combat de rue, on ne sait pas trop où la culture trouvait un endroit pour se réfugier mais ce qui est sur, c’est que ceux qui y entraient n’en sortaient pas plus ouvert sur le monde qui les entoure. Les multiples agressions à caractère raciste ou homophobe commises aux alentours de ce local ont amené des partis de gauche, des syndicats et des associations à se regrouper au sein d’un collectif de vigilance contre l’extrême droite et à obtenir la fermeture administrative du local auprès de la mairie.

Cependant, on ne vainc pas le fascisme avec des mots d’ordre ou des décisions administratives. Pour preuve, après cette fermeture, les provocations ont continué avec l’organisation de différentes manifestations « identitaires », telle la marche des cochons, souvent émaillées de violences. Les agressions aussi ont continué, avec le saccage de plusieurs restaurants tenus par des personnes d’origine immigrée dans le Vieux Lyon où, justement, un nouveau local a récemment été ouvert par les Jeunesses Identitaires. Il faut également signaler l’intimidation systématique à l’encontre des militants de gauche ou syndicalistes « repérés », voire les agressions perpétrées au cutter ou à la batte contre ces mêmes militants, s’ils ont le malheur de croiser seuls ces courageux « défenseurs de la patrie » qui ne frappent qu’en groupe et de nuit.

Face à ces violences, les militants qui se sont regroupés au sein du collectif de vigilance ont eu un sain réflexe. C’est en s’organisant tous ensemble que les travailleurs peuvent riposter à la violence des fascistes. Cependant, on peut regretter que l’Union Départementale CGT du Rhône ait choisie de rester à l’écart de ce collectif pour ne pas « faire le lit des anars », même si différents syndicats CGT y ont adhéré de leur propre initiative. On peut regretter aussi la manière dont le collectif se limite à demander à la mairie ou au préfet de « faire appliquer la loi » alors que nous avons constaté plus d’une fois qu’elle était insuffisante, voir que certains policiers pouvaient faire preuve de complaisance à l’égard des militants d’extrême droite. Les travailleurs doivent compter sur leurs propres forces pour vaincre les fascistes. S’ils menacent les manifestations, il faut un service d’ordre solide pour les chasser. S’ils attaquent des passants ou des commerçants depuis leurs locaux, il faut organiser la surveillance de leurs QG et la protection des personnes par une véritable garde populaire, appuyée sur les organisations de masse des travailleurs.

Faute d’organiser une riposte concrète, on se priverait du moyen d’éradiquer la violence fasciste à Lyon, qui n’est l’œuvre que d’un petit nombre d’individus. Ce serait justement faire le « lit des anars » en leur abandonnant la lutte de terrain contre le fascisme, que la plupart d’entre eux considèrent comme une affaire de spécialistes devant être menée selon un code d’honneur. La lutte contre le fascisme devient alors une suite d’escarmouches entre groupuscules d’extrême droite et d’extrême gauche par laquelle les travailleurs ne se sentent nullement concernés.

Au contraire, il faut que les masses s’impliquent dans la lutte contre les provocations fascistes pour réellement anéantir cette menace dans l’œuf. Cela passe nécessairement par l’implication sérieuse des organisations de masse dans cette lutte.

Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Pïérô » 30 Oct 2012, 09:54

Appel à rassemblement ce 30 octobre à Grenoble

Nouvelle agression fasciste à Grenoble : appel à la mobilisation

Le Vendredi 19 octobre dernier l’extrême-droite à prouver une fois de plus sa détermination à frapper les forces progressistes, quelles quelles soient et où que ce soit, avec violence et lâcheté.

Alors que six militants des jeunesses communistes se réunissaient au locale du parti communiste (près de la gare) ces derniers ont été victimes d’un guet-apens d’une rare violence et extrêmement bien organisé.

Sur les coups de 23h, alors que trois de ces jeunes prennent l’aire devant le locale, un petit groupe d’individus surgit soudain et se jette sur les trois communistes avant de prendre la fuite. Un des militants se fait casser le nez et voler ses papiers. L’ensemble des jeunes militants sortent alors du local pour venir en aide à leurs camarades. C’est alors que, s’éloignant de local, une quinzaine d’hommes munis de baramind, triplex et autres joujou font soudain irruptions du bar adjacent, le « D’enfer pub », et se ruent sur le groupe. Heureusement ces derniers sont parvenus à prendre la fuite, sans quoi les choses auraient pu tourner extrêmement mal.

Au regard des insultes proférés à leurs encontre « sale rouge »…, et du style vestimentaire des agresseurs (bombers, crânes rasés et autres symboles folkloriques) l’identité politique de ces derniers ne fait aucun doute. Il semblerait que malgré le « métissage politique » auquel l’extrême droite se livre avec la « droite républicaine » le « facho de souche » reste attaché à son « patrimoine communautaire » à savoir la bière, la baston et la baramind. Cet acte n’est pas isolé, à Grenoble ces actions se sont multipliés ces dernières semaines et à Lyon elles sont d’ores et déjà devenus monnaies courantes. Chacun doit avoir à l’esprit, quelle que soit sa chapelle politique que l’implantation de groupuscules violents et fascisants dans la région aurait un impact dévastateur pour les luttes sociales dans leurs ensembles.

Dans le contexte qui est le nôtre : chômage de masse, privatisations, hausse du coût de la vie…les exploiteurs cherchent à nous diviser : c’est « l’assisté » contre le « bon travailleur », « l’étranger » contre « le français » et « le français musulman » contre « le français de souche »… Ces groupuscules ne sont que la partie visible et active d’un mouvement de fond du paysage politique dans ce pays.

Restons solidaires face à la xénophobie, le racisme, et toutes les formes de divisions populaires.

Restons à l’offensive contre les exploiteurs.

Rassemblement Mardi 30 octobre à 18H devant le « D’enfer pub » 25 Rue Colonel Denfert Rochereau.


http://grenoble.indymedia.org/2012-10-2 ... fasciste-a
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede altersocial » 18 Nov 2012, 18:49

Des photos à faire circuler : les nazillons tabassent les féministes à Paris

viewtopic.php?f=75&t=538&p=81078#p81078

la presse parle du GUD, il semblerait plutôt que ce soit le Renouveau français. A suivre.

Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Diogène » 04 Avr 2013, 17:54

A écouter aussi : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1106 :antifa:
Où comment un militant de "Vox Populi 37" dégaine son racisme au quotidien...
Avatar de l’utilisateur-trice
Diogène
 
Messages: 59
Enregistré le: 15 Mar 2009, 20:42

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede altersocial » 20 Mai 2013, 00:38

Lyon, encore. :confus:

Trois jeunes d'extrême droite soupçonnés d'agression raciste

Trois jeunes de la mouvance d'extrême droite, soupçonnés d'avoir violemment agressé pour des raisons racistes deux couples, dans la nuit de vendredi à samedi à Lyon, devaient comparaître dimanche 19 mai devant un juge des libertés.

Selon une source judiciaire, le parquet a requis le placement en détention de ces trois jeunes, âgés de 19, 20 et 24 ans, membres du groupe d'extrême-droite GUD (groupe union défense), dans l'attente de leur jugement en comparution immédiate, vraisemblablement mardi.

Ils devaient être poursuivis pour violences aggravées, en réunion et à connotation raciste.

COUPS DE PIEDS ET DE POINGS

Samedi vers 3 heures du matin, les deux couples rentraient chez eux à vélo, lorsqu'ils ont été pris à partie par un groupe de jeunes leur reprochant de fréquenter une jeune femme asiatique.

Très vite, quatre jeunes de ce groupe ont violemment frappé à coups de pieds et de poings les deux hommes à vélo, ainsi que la jeune Asiatique, avant de prendre la fuite en courant.

Les deux cyclistes blessés se sont vu prescrire 3 et 15 jours d'interruption de travail (ITT).

Les agresseurs ont été interpellés un peu plus tard par une patrouille de police et placés en garde à vue samedi. Si le juge des libertés et de la détention (JLD) décide dimanche de les placer sous contrôle judiciaire, au lieu de les écrouer, ils seront alors jugés ultérieurement.


Cette fois le parquet de Lyon aura du mal à relaxer les prévenus nazillons comme à son habitude. Ou alors ils attendent un mort ? :roll:
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Meurtre de Clément Méric, et suite en mobilisation antifa

Messagede L . Chopo » 21 Juin 2013, 10:41

Solidarité avec Ibrahima Dia, victime d’une agression raciste. Ne pas accepter l’intolérable !

Ibrhima Dia, un militant syndical de Sud santé, a été victime d’une odieuse agression raciste en Dordogne pendant ses vacances. Ses agresseurs ont été arrêtés et seront jugés début 2014 à Bergerac. Dans un contexte de banalisation du racisme et de violence fasciste, alors même qu’un autre militant Clément Méric a été assassiné à Paris, nous tenons à affirmer haut et fort notre refus de voir leurs idées nauséabondes s’exprimer en toute impunité et leurs nervis d’imposer la peur et la haine. Un comité de soutien à Dia s’est constitué à Évry autour des premiers signataires, d’organisations ou d’individu.

Le comité appelle les soutiens et militants de l’Essonne et de l’île de France à rejoindre le dimanche 23 juin à 15h la manifestation contre le fascisme et l’extrême droite sur la place de l’Opéra.
Le comité de soutien à Ibrahim Dia appelle à se rassembler le samedi 29 juin prochain à 11 h sur la Place des droits de l’Homme à Évry pour dénoncer l’agression dont notre camarade a été victime. Soyons solidaires et n’acceptons plus l’intolérable !
En vacances en Dordogne dans la commune de Nabirat, dans le canton de Domme en Périgord noir, Ibrahima Dia, a été victime d’une lâche et odieuse agression raciste par trois hommes qui considéraient que sa place n’était pas là... Pas là sa place ? Qu’y a t-il de surprenant à passer ses vacances en Dordogne avec sa famille ? Ibrahima Dia vit à Evry (91) et travaille depuis 12 ans comme aide-soignant dans un centre de soin aux poly-handicapés. Il a la double nationalité franco-sénégalaise... L’agression s’est déroulée mardi 7 mai, alors qu’Ibrahima était allé se promener en fin d’après-midi.

D’abord apostrophé, « Qu’est-ce-que tu fais là ? Retourne chez toi ! », il a ensuite été tabassé par ses trois agresseurs : coups de pieds et de poings, insultes racistes : « Sale nègre, sale bougnoule, pédé... on t’avait dit de rentrer chez toi »... Ibrahima a dû recevoir des soins à l’hôpital. Il a eu une interruption de travail. Plainte a été déposée auprès de la gendarmerie. Les trois agresseurs ont été identifiés, interpellés et placés en garde à vue. L’un d’entre eux est un entrepreneur qui vit entre la Dordogne et les Antilles. Interrogé par le journal Sud-Ouest, l’un des agresseurs a tenu à faire savoir qu’il souhaitait être défendu par maître Collard. Une façon de dire clairement que les agresseurs ne sont pas seulement des racistes mais bien des amis du Front national.
Le procès aura lieu le mardi 14 janvier 2014 à Bergerac (24). L’affaire a été relayée dans les médias locaux et nationaux, et de multiples réactions de sympathie et de solidarité sont déjà parvenues à Ibrahima, sa compagne et leur fils. Les signataires de ce texte, organisations, associations ou individus, tiennent eux aussi à exprimer leur sympathie et leur solidarité à Ibrahima et à sa famille. Ils appellent à constituer un comité de soutien à Ibrahima Dia :

• afin de se donner tous les moyens pour que les agresseurs d’Ibrahima soient reconnus coupables lors du jugement de la plainte. De tels actes ignobles ne doivent pas rester impunis.
• afin de combattre à travers cette campagne d’opinion la propagande raciste, xénophobe, réactionnaire qui arme le bras des agresseurs.

Premières organisations signataires : ATTAC Centre Essonne, ATTAC Nord Essonne, CNT Solidarité Ouvrière, Fédération SUD Éducation, Ligue des Droits de l’Homme (LDH 91), Maison du Monde Evry, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA 91), Parti Communiste Français (PCF), Parti de Gauche (PG), ÉVRY, Solidaires 91, Sud Éducation 91, Sud Santé-Sociaux 91, Sud SFR, Sud PTT 91, Union Solidaires Transport (UST Evry), Sud Santé-APHP.

Vous pouvez contacter le comité et soutenir financièrement son action via ces deux adresses : http://solidaires-justice84.org/ ; sud91@free.fr
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 17:00

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede altersocial » 23 Juin 2013, 06:41

:arrow: Metz :

Metz : un Sénégalais agressé par des skinheads

Trois hommes ont été mis en examen, mercredi, pour une bagarre au centre-ville de Metz, au cours de laquelle une victime a reçu un coup de couteau.

La brigade des violences urbaines de la Sûreté départementale a interpellé, cette semaine, trois hommes soupçonnés d’avoir participé à une rixe sanglante au centre-ville de Metz. C’était le 9 juin. Vers 5h30, un groupe de quatre individus quitte un bar de nuit. Place Jean-Paul-II, ils croisent leur future victime. Après les insultes, les coups. Dans la bagarre, elle reçoit un coup de couteau dans le dos. Cet homme d’une trentaine d’années gît au sol lorsqu’il est secouru. Ses jours ne sont pas en danger, mais « il l’a échappé belle », selon des sources médicales. Ses blessures lui valent dix jours d’ITT. Les enquêteurs travaillent à partir d’un téléphone portable retrouvé sur les lieux. Son possesseur et deux complices sont identifiés. Arrêtés mardi, ils auraient reconnu la bagarre mais imputent le coup de couteau à la quatrième personne du groupe. Elle n’a pas encore été retrouvée. Déféré mercredi soir, le trio a été mis en examen pour violences aggravées. Le parquet de Metz vise notamment des violences à caractères raciales. Les assaillants font partie ou sont proches des Hammerskins , un groupe d’extrême droite à l’idéologie néonazie. La victime, elle, est d’origine sénégalaise. « Ce mobile est envisagé mais n’est pas encore prouvé », tempère Hadrien Baron, vice-procureur au parquet de Metz. « La victime ne parle pas d’insultes racist es », ajoute Me Olivier Rondu, avocat d’un des auteurs présumés. En fuite, le chaînon manquant pourrait s’être réfugié à l’étranger, au sein d’un autre groupe des Hammerskins. En attendant la fin des investigations, les trois mis en examen, originaires de Metz et Toul, ont été laissés libres, sous contrôle judiciaire.


:arrow: Gironde :

Six étudiants chinois agressés en Gironde : acte «xénophobe»

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a qualifié ce samedi d'«acte xénophobe» l'agression dont ont été victimes six étudiants chinois en œnologie dans la nuit de vendredi à samedi à Hostens (Gironde).

Deux des agresseurs présumés ont été interpellés et placés en garde à vue par les gendarmes du groupement de la Gironde.

«Alors qu'ils se trouvaient à leur domicile, ces étudiants ont été violemment pris à partie par trois habitants de la commune, visiblement en état d'ébriété et connus des services de gendarmerie», indique-t-on au ministère de l'Intérieur.

Valls condamne «avec une grande sévérité»

Au cours de cette agression, une étudiante d'une vingtaine d'années a été sérieusement blessée au visage par le jet d'une bouteille en verre. Hospitalisée dans un premier temps à Langon, elle a été ensuite transférée au CHU de Bordeaux.

Ces étudiants étaient arrivés en France il y a deux mois pour suivre une scolarité d'un an.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, condamne «avec une grande sévérité cet acte xénophobe, dont les auteurs devront répondre devant la Justice». Il affirme partager «l'émotion des proches des étudiants» et «les assure de son entier soutien».


:arrow: Dordogne :

Après l'agression raciste, le village de Nabirat est sous le choc

Il y a une semaine, un touriste de 47 ans en vacances a été insulté, roué de coups et traité de "sale nègre". Ses trois agresseurs seront convoqués devant le tribunal correctionnel de Bergerac en janvier 2014. Les habitants de Nabirat condamnent les propos racistes et se disent "dégoutés.

C'était un village sans histoire connu surtout pour sa Foire aux fraises... Depuis quelques jours, l'agression raciste d'un touriste, aide-soignant à Evry en banlieue parisienne, defraie la chronique. Cet homme de 47 ans, originaire du Sénégal, était en vacances dans le Périgord avec sa femme et son fils. Parti seul en balade en voiture mardi dernier, le vacancier a eu le malheur de se garer sur un chemin.Trois hommes l'ont roué de coups et traité de "sale nègre".

Le séjour s'est transformé en cauchemar pour Ibrahim Dia, la victime. Le père de famille est rentré chez lui, traumatisé par ce qu'il a vécu. (audio)

Les habitants de Nabirat se disent aujourd'hui sous le choc. Reportage de Jules Brelaz (audio)

Les trois auteurs de l'agression, un agriculteur de la commune, un
entrepreneur et un de ses employés, ont été interpellés en début de semaine. Placés en garde à vue, ils ont été relâchés et seront convoqués le 14 janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Périgueux.


:arrow: Et Lyon, comme chaque semaine :

- Cérémonies perturbées à Lyon,"du négationnisme" pour Carenco

- A Lyon, trois militants antifascites agressés avant une manif en hommage à Clément Méric
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Pïérô » 24 Juin 2013, 01:42

Appel à rassemblement le 29 juin à Évry (91)

Rassemblement de
Solidarité avec Ibrahima Dia, victime d'une agression raciste


Le facisme et le racisme frappent, et tuent !

Solidarité avec Ibrahima Dia, victime d'une agression raciste. Ne pas accepter l'intolérable !

Ibrhima Dia, un militant syndical de Sud santé, a été victime d'une odieuse agression raciste en Dordogne pendant ses vacances. Ses agresseurs ont été arrêtés et seront jugés début 2014 à Bergerac. Dans un contexte de banalisation du racisme et de violence fasciste, alors même qu'un autre militant Clément Méric a été assassiné à Paris, nous tenons à affirmer haut et fort notre refus de voir leurs idées nauséabondes s'exprimer en toute impunité et leurs nervis d'imposer la peur et la haine. Un comité de soutien à Dia s'est constitué à Évry autour des premiers signataires, d'organisations ou d'individu.

Le comité appelle les soutiens et militants de l'Essonne et de l'île de France à rejoindre le dimanche 23 juin à 15h la manifestation contre le fascisme et l'extrême droite sur la place de l'Opéra.

Le comité de soutien à Ibrahim Dia appelle à se rassembler le samedi 29 juin prochain à 11 h sur la Place des droits de l'Homme à Évry pour dénoncer l'agression dont notre camarade a été victime. Soyons solidaires et n'acceptons plus l'intolérable !

En vacances en Dordogne dans la commune de Nabirat, dans le canton de Domme en Périgord noir, Ibrahima Dia, a été victime d'une lâche et odieuse agression raciste par trois hommes qui considéraient que sa place n'était pas là... Pas là sa place ? Qu'y a t-il de surprenant à passer ses vacances en Dordogne avec sa famille ? Ibrahima Dia vit à Evry (91) et travaille depuis 12 ans comme aide-soignant dans un centre de soin aux poly-handicapés. Il a la double nationalité franco-sénégalaise... L'agression s'est déroulée mardi 7 mai, alors qu'Ibrahima était allé se promener en fin d'après-midi. D'abord apostrophé, « Qu'est-ce-que tu fais là ? Retourne chez toi ! », il a ensuite été tabassé par ses trois agresseurs : coups de pieds et de poings, insultes racistes : « Sale nègre, sale bougnoule, pédé... on t'avait dit de rentrer chez toi »... Ibrahima a dû recevoir des soins à l'hôpital. Il a eu une interruption de travail. Plainte a été déposée auprès de la gendarmerie. Les trois agresseurs ont été identifiés, interpellés et placés en garde à vue. L'un d'entre eux est un entrepreneur qui vit entre la Dordogne et les Antilles. Interrogé par le journal Sud-Ouest, l'un des agresseurs a tenu à faire savoir qu'il souhaitait être défendu par maître Collard. Une façon de dire clairement que les agresseurs ne sont pas seulement des racistes mais bien des amis du Front national. Le procès aura lieu le mardi 14 janvier 2014 à Bergerac (24). L'affaire a été relayée dans les médias locaux et nationaux, et de multiples réactions de sympathie et de solidarité sont déjà parvenues à Ibrahima, sa compagne et leur fils. Les signataires de ce texte, organisations, associations ou individus, tiennent eux aussi à exprimer leur sympathie et leur solidarité à Ibrahima et à sa famille. Ils appellent à constituer un comité de soutien à Ibrahima Dia :
•- afin de se donner tous les moyens pour que les agresseurs d'Ibrahima soient
•reconnus coupables lors du jugement de la plainte. De tels actes ignobles ne doivent pas rester impunis.
•- afin de combattre à travers cette campagne d'opinion la propagande raciste, xénophobe, réactionnaire qui arme le bras des agresseurs.

Premières organisations signataires : ATTAC Centre Essonne, ATTAC Nord Essonne, CNT Solidarité Ouvrière, Fédération SUD Éducation, Ligue des Droits de l'Homme (LDH 91), Maison du Monde Evry, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA 91), Parti Communiste Français (PCF), Parti de Gauche (PG), ÉVRY, Solidaires 91, Sud Éducation 91, Sud Santé-Sociaux 91, Sud SFR, Sud PTT 91, Union Solidaires Transport (UST Evry), Sud Santé-APHP.

Vous pouvez contacter le comité et soutenir financièrement son action via ces deux adresses : http://solidaires-justice84.org/ ; sud91 free.fr

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Nico37 » 24 Juin 2013, 22:46

Depuis 39 ans, la prairie du pont canal accueille le Festival de la Prairie, plus vieux festival Libertaire et alternatlf de France. Chaque année, depuis maintenant cinq ou six ans, les agressions de l'Extrême-Droite lors de cet évènement et, hélas, lors d'autres manifestations culturelles (Agen ville anti-raciste, rassemblements RESF, ...) , se multiplient.

Loin des coups de poing échangés les années précédentes, cette édition aurait put connaitre un drame.

Comme a leur habitude, ne brillant pas par leur courage, les milices d'Extrême-Droite attendaient les festivaliers vers 2h du matin dans les rues étroites du quartiers Jasmin à Agen. Un Militant de l'Alliance antifasciste agenaise en a fait les frais, se faisant agresser par 4 personnes en quittant le festival.

Mais le pire restait à venir. Ce dimanche matin, alors que l'équipe du festival nettoie le lieu de la fête, un jeune homme d'une vingtaine d'année se présente à elle, le visage tuméfié de coups. Les dents cassées, minerve au coup pour tenter de réparer les vertèbres brisées par les coups de matraques. Le jeune raconte son calvaire et son attaque par un groupe armé car il “venait du festival anarchiste” comme l'ont dit ses agresseurs. La violence des coups n'est pas qualifiable: battes de base-ball, matraques téléscopiques, poings américains ... les coups pleuvent sur un homme à terre pendant que les petites amies des nazi rient de la scène.

Nous vous tiendrons informés de l'état de santé de notre camarade qui a reçu plus de 15 jours d'ITT.

Une plainte sera déposé par la victime et par le Festival de la Prairie qui ne cesse de prôner son attachement aux valeurs de solidarité et d'égalité.

À Agen comme ailleurs, pas de place pour le Fascisme, ni dans la culture, ni ailleurs.

No Pasaran !
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité