Agressions néo-fascistes en France

...Sans Papiers, antifascisme...

Agressions néo-fascistes en France

Messagede Inuq » 11 Nov 2009, 21:55

Agression raciste à Montauban

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/10/un-homme-ecroue-apres-l-agression-raciste-de-montauban_1265234_3224.html#ens_id=1261661

Deux hommes ont été mis en examen et l'un d'eux écroué, vendredi 6 novembre à Montauban, plus d'un mois après la violente agression raciste de deux amis au sortir d'un bar de la ville (Le Monde du 3 novembre). L'affaire a mis en lumière plusieurs dysfonctionnements des services de police, qui ont mis assez peu de zèle à conduire une enquête sur un quasi-lynchage commis en plein centre-ville.

Dieudonné Kaffack, un Français d'origine camerounaise de 38 ans, et Stéphane Denys, l'un de ses amis du même âge, avaient été violemment frappés, le 19 septembre dans la nuit, par deux inconnus qui avaient traité le premier de "sale Noir". Les deux hommes s'étonnaient qu'au moins l'un des agresseurs, formellement reconnu par plusieurs personnes, n'ait pas été interpellé. "On nous a dit que c'était une procédure longue, qu'il fallait le convoquer, et que, s'il ne venait pas, il faudrait demander au parquet", explique Stéphane Denys.

Une lettre au parquet de l'avocate des victimes, Me Isabelle Schoenacker-Rossi, qui dénonçait le caractère raciste de l'agression, semble s'être perdue. Ce n'est qu'à la lecture de l'article du Monde que le substitut de permanence a sommé la police, mercredi 4 novembre, d'interpeller le suspect que les enquêteurs ne pensaient convoquer que le 8.

Placé en garde à vue, Clément Hamelle, 23 ans, employé dans un club de rugby et déjà condamné pour deux agressions, s'est refusé à donner le nom de son complice. Il a fallu qu'il soit présenté au parquet pour enfin livrer le nom de l'autre agresseur, Thierry Kramer, 31 ans, un militaire du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban, à son tour interpellé. Les deux hommes nient le caractère raciste de l'agression.

Une information judiciaire a été ouverte, vendredi 6 novembre. Les deux hommes ont été mis en examen pour "violences volontaires" suivies d'une incapacité totale de travail de plus de huit jours, avec les circonstances aggravantes qu'elles ont été "commises en réunion" et comportent un "caractère raciste". Déjà condamnés pour violences, tous deux étaient en récidive. Le parquet a réclamé deux mandats de dépôt : seul Clément Hamelle a été incarcéré, Thierry Kramer ayant été placé sous contrôle judiciaire.

Dieudonné Kaffack et Stéphane Denys se sont dits "très soulagés", mais l'affaire souligne l'inquiétante inertie des policiers, dans une enquête techniquement simple. Tout d'abord les policiers, arrivés vite sur les lieux avec les pompiers, se sont contentés, de retour au commissariat, de déposer une main courante, en dépit de l'état des victimes et de la présence de nombreux témoins.

L'épouse de Dieudonné, ensuite, a dû se rendre à deux reprises au commissariat, qui a refusé de prendre sa plainte. Il a fallu attendre le 29 septembre date de sortie des deux blessés de l'hôpital, pour qu'ils soient entendus. Les enquêteurs, qui ont "ordre de ne pas communiquer", se sont excusés auprès de Mme Kaffack de l'accueil réservé par le commissariat.

Le policier qui a entendu à nouveau les victimes, jeudi 5 novembre, s'est par ailleurs étonné qu'ils aient eu une interruption totale de travail de plus de huit jours, qui indique la gravité de l'agression. "On a pourtant été vus tout de suite par un médecin expert envoyé par le commissariat", s'étonne Dieudonné.

Enfin, jeudi, lors des nouvelles auditions, les enquêteurs n'ont pas hésité à présenter en face-à-face et sans autre précaution aux deux victimes un militaire en uniforme en leur demandant simplement "si c'était le deuxième homme". "Je me suis trouvé face à cet homme, j'ai eu un peu peur, explique Dieudonné Kaffack, j'ai dit : "Vous me prenez de court, je ne peux pas dire que c'est lui"."

Une heure avec un substitut du parquet semble plus efficace que quarante-huit heures de garde à vue chez les policiers de Montauban.
Inuq
 
Messages: 1
Enregistré le: 16 Oct 2009, 21:31

Agressions néo-fascistes en France

Messagede Nico37 » 16 Jan 2011, 20:50

Agression fasciste à Villeurbanne samedi 15 janvier 2011

Samedi 15 janvier au soir, à Villeurbanne, avait lieu un concert de soutien à la création d’un Centre Culturel et Social Populaire. Cette
initiative populaire a été la cible d'agressions de la part de nervis d'extrême-droite.

Alors que le concert est une réussite, avec une participation importante pour soutenir ce projet, plusieurs fachos sont repérés dans les rues alentours par des personnes venant ou repartant du concert. Ce sont d'abord plusieurs personnes qui sont violemment prises à partie sur le trajet entre le métro et le lieu du concert (soit environ 800m). Agressions clairement motivées par l’engagement politique des agressé-e-s, comme en témoigne les insultes proférées par les fachos. Plusieurs participant-e-s au concert, mis au courant, organisent alors des trajets groupés pour assurer la sécurité et récupérer les individu-e-s isolé-e-s.

Peu avant minuit, alors que plusieurs personnes commençaient à quitter le lieu pour prendre le dernier métro, un couple sur le chemin du retour est pris dans un véritable guet-apens sur le parking du carrefour Villeurbanne, à proximité de la station essence. Agressé-e-s car identifié-e-s comme militant-e-s ou sympathisant-e-s du milieu libertaire et antifasciste, ils ont subi un véritable lynchage, l'acharnement de fascistes en nombre provoquant des blessures importantes, particulièrement à la tête. Ils ont été rapidement pris en charge par les pompiers.
L'arrivée d'un groupe plus important de personnes revenant du concert a permis de mettre en fuite les nervis d’extrême-droite. Les graves
blessures de nos camarades font qu’ils sont toujours hospitalisés à l’heure d’écriture de ce texte (dimanche 16/01/2011 à 18h). Nous nous
inquiétons pour leur état de santé et les assurons de tout notre soutien.

Nous étions plusieurs milliers à manifester le 10 avril dernier dans les rues de Lyon, pour pointer la recrudescence de la violence d’extrême-droite à Lyon et affirmer un antifascisme sans concession. Notre constat est toujours d’actualité aujourd’hui. Entre le laisser-faire des pouvoirs publics et la popularisation du discours et des politiques d’extrême-droite par l’actuel gouvernement, les fachos de toutes sortes ont le vent en poupe et se sentent la capacité de menacer physiquement les initiatives du mouvement social comme d’agresser des camarades dans la rue en toute impunité.

Nous ne tolèrerons pas plus longtemps les exactions de quelques nervis fascistes, et nous y opposerons tant sur le terrain politique que sur celui de la sécurité de nos camarades, de nos lieux, de nos initiatives.
Nous affirmons, après l’agression de nos camarades plus que jamais, que nous ne laisserons pas l’extrême-droite fascisante s’implanter à Lyon ou ailleurs, que ce soit sous la forme de nervis agressifs ou de politique xénophobe.

Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos !

Premiers signataires : CGA-Lyon, UD CNT 69, Les Voraces, le Centre Culturel et Social Populaire, FSE, OCL Lyon, UPC, collectif libertaire
anti-sexiste, Sud Education 69,
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede barcelone 36 » 21 Jan 2011, 14:39

Dans la nuit du 15 au 16 janvier, à Villeurbanne, un groupe d'extrême droite a patrouillé durant plusieurs heures, insultant, provocant des personnes se rendant à une soirée de soutien à l'ouverture d'un centre social. Vers minuit, un couple se fera violemment agresser nécessitant l'intervention des pompiers et leur hospitalisation. Cette dernière agression fait suite à une longue série, ces derniers mois: attaques à caractères racistes et antisémites dans le quartier Saint-Jean et ailleurs , passage à tabac de militants d'extrême gauche, libertaires et associatifs, dégradations de lieux de culte musulman, de piquets de grève, attaques à la bombe incendiaire de lieux alternatifs... Nous sommes en droit de nous interroger sur l'impunité dont semblent bénéficier ces groupuscules violents et sur le silence des autorités locales.

Faudra-t-il attendre un mort pour qu'enfin les autorités réagissent? Faudra-t-il intervenir par nous mêmes pour que cessent ces exactions criminelles motivées par une idéologie fascisante?

Ces actes scélérats interviennent dans un contexte politique et social qui entretient ce climat délétère: rafles de sans-papiers, destruction des camps de roms, débat sur l'identité nationale orchestré par le gouvernement l'an passé, propos racistes d'un ministre toujours en exercice. Ajoutons à cela, un congrès du FN bénificiant d'une couverture médiatique encore jamais atteinte !

La CNT, organisation syndicale antifasciste et antiraciste, sera toujours présente pour dénoncer et organiser la riposte aux exactions et idées xénophobes ou réactionnaires.

Face à la racaille fasciste ne reste pas seul, syndique toi !"


Communiqué UD CNT 69
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede un passant » 22 Jan 2011, 08:58

Pourquoi les gens ne se sont pas organisé pour faire face ? Pourquoi demander aux autorités de le faire?
un passant
 

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede barcelone 36 » 25 Jan 2011, 15:31

http://www.lyoncapitale.fr/journal/univ ... -en-examen
FAITS DIVERS
Coups de batte de base-ball : deux militants d'extrême droite mis en examen
Par Lucie Blanchard , Fabien Fournier
Posté le 24/01/2011 à 22:04 | lu 870 fois | 3 réactions|

Double agression le 15 janvier à Villeurbanne sur fond de règlements de comptes entre extrême droite et extrême gauche. Première victime, une femme de 35 ans, frappée au visage à coups de batte de base-ball. (Actualisé à 12h20 le 25 janvier).

Les tensions s'attisent-elles actuellement entre l'extrême droite et l'extrême gauche lyonnaises ? La police vient en tout cas de révéler une violente affaire qui a donné lieu à plus d'une vingtaine d'arrestations parmi les deux communautés ces dix derniers jours à Villeurbanne, Villette d'Anton, Pierre-Bénite et Lyon 4e notamment. Deux personnes ont finalement été mises en examen.

Samedi soir 15 janvier, une soirée était organisée dans un squat à Villeurbanne, au 47 rue de Bienvenues. Le lieu, occupé par des jeunes d'extrême gauche qui souhaitent en faire un centre culturel social et populaire attire également ce soir là une bande de militants d'extrême droite, soucieux d'en découdre. "Plusieurs personnes ont violemment été prises à partie sur le trajet de la soirée entre le métro et le lieu du concert", précise un article cosigné par plusieurs associations de gauche sur Internet. Et c'est à la sortie, peu avant minuit, que les choses dégénèrent. Un couple qui se dirige vers la station de métro Gratte-Ciel est attaqué à coups de batte de base-ball par une dizaine de personnes, au niveau de Carrefour Gratte-ciel. "Un guet-apens", soulignent les associatifs sur leur blog.

"Un véritable lynchage"

La police révèle aujourd'hui que les victimes, une femme de 35 ans et un homme de 21 ans, subissent alors des violences volontaires avec arme. La femme violemment frappée au visage s'en tire avec un important traumatisme crânien et 60 jours d'arrêt de travail. "Un véritable lynchage", selon les associations. Son compagnon prend 15 jours d'interruption temporaire de travail. Heureusement pour eux, d'autres membres du collectifs alertés par les cris parviennent à faire fuir les agresseurs, sans réussir à les maîtriser. Les pompiers finissent par prendre les victimes en charge et par les transporter à l'hôpital.

Par suite, les militants "anarcho-libertaires" venus prêter main forte à leurs amis s'en prennent gratuitement à trois jeunes hommes aux crânes rasés qui se servent par hasard de l'essence au même moment à la station service du Carrefour, située à proximité. Persuadés qu'il s'agit de militants d'extrême droite, ils essaient d'ouvrir les portières du véhicule pour en faire sortir les passagers et caillassent violemment la voiture qui prend la fuite, se sentant en danger.

Une vingtaine de personnes entendues

Après une enquête minutieuse et "difficile" des services de police de la division-est de la sureté départementale, les enquêteurs du commissariat de Villeurbanne aidé par les Services départementaux d'information générale (SDIG, les anciens RG), ont arrêtés jeudi dernier les cinq auteurs présumés de la première agression. Âgés de 20 à 22 ans, domiciliés à Villeurbanne, Lyon 4e. Villette d'Anton et Pierre-Bénite, le cinquième étant SDF, les cinq jeunes gens qui appartiennent tous à la mouvance d'extrême droite ont reconnu les faits pour deux d'entre eux. La police, dans le cadre de cette enquête aurait entendu une vingtaine de personnes, selon le réseau anarcho-libertaire.

Les deux auteurs présumés des coups ont été mis en examen pour violences volontaires aggravées et écroués lundi en attente de leur procès qui se tient ce mardi après midi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Lyon. En garde à vue, ils ont reconnu avoir porté des coups de ceinture et des coups à la tête notamment aux victimes. L'un d'eux, en fuite après les faits, avait été mis en cause par trois des quatre autres, comme étant l'auteur des coups de battes de base-ball. Il est bien connu des services de police pour "son militantisme actif". Par ailleurs, dans l'affaire de la voiture caillassée à la station service de Carrefour par des militants d'extrême gauche, une plainte a été déposée au commissariat.
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede barcelone 36 » 26 Jan 2011, 17:41

http://rebellyon.info/Agressions-d-extr ... -Lyon.html

Agressions d’extrême-droite : Lyon Cap’ ment, invente et torture les faits

Publié le 25 janvier


Ce qui s’est passé samedi dernier n’est sans doute pas évident à comprendre pour quelqu’un de complètement étranger aux questions d’extrême-droite ou aux mouvements alternatifs anti-autoritaires, surtout sans enquêter et en bricolant une histoire à partir des infos qu’on chope chez les flics, mais Lyon Capitale vient aujourd’hui de commettre l’un des chefs-d’oeuvre d’approximation et d’invention de l’histoire de la presse lyonnaise. Ce ne serait pas grave si l’histoire n’était tragique.

Dans un arti­cle inti­tulé Coups de battes de base-ball : cinq mili­tants d’extrême droite mis en examen, les deux auteurs, Lucie Blanchard et Fabien Fournier ont réussi à ren­voyer dos à dos « extrême-gauche » et « extrême-droite » (ah ma bonne dame, c’est bien connu, les extrê­mes…) alors que des per­son­nes ont été vio­lem­ment et gra­tui­te­ment agres­sées en reve­nant d’un concert par des nervis nazillons armés lors d’un véri­ta­ble guet-apens. Pour Lyon Cap’, se faire tabas­ser par l’extrême-droite quand on est « d’extrême-gauche » c’est un peu normal en somme. Il leur aurait entre autres suffi de lire Rebellyon pour en savoir un peu plus sur le contexte de cette soirée, et d’une montée inquié­tante des vio­len­ces d’extrême-droite contre les anti-racis­tes et anti­fas­cis­tes, qui avait motivé une mani­fes­ta­tion de plu­sieurs mil­liers de per­son­nes au prin­temps der­nier.

Pour Blanchard et Fournier, arri­ver en cou­rant sur un par­king où des amis gisent en sang par terre, aler­tés par des cris et des bruits de coups, et se dire que les crânes rasés qui s’engouf­frent rapi­de­ment dans leur caisse à quel­ques mètres de là y sont pour quel­que chose, c’est aussi, de la même manière, une agres­sion « gra­tuite ». 1 par­tout balle au centre. En fait il existe une simple plainte pour le pare-brise de cette voi­ture, qui ne devrait pas avoir de suites d’après la police au vu du contexte.

Sinon on les remer­cie de redon­ner l’adresse du squat où était orga­nisé le concert après lequel les per­son­nes ont été agres­sées (on ima­gine la scène « Vas-y, note l’adresse, Fabien ! ça fait grave inves­ti­ga­tion si on donne l’adresse du squat !- Ah ouais, t’as trop raison Lucie »). Au fait, c’est rue des Bienvenus. Le lieu du concert était annoncé publi­que­ment, sur Rebellyon notam­ment. Mais non, contrai­re­ment à ce qui est écrit dans leur arti­cle, ce squat n’a jamais eu l’inten­tion de deve­nir un centre social auto­géré. Et au bout de 6 ans d’exis­tence, il n’est tou­jours pas « d’extrême-gauche » mais le loge­ment de tra­vailleurs/ses très pré­cai­res, d’étudiantEs, de glan­deurs à mi-temps et de plu­sieurs chats, loin d’être tous actifs poli­ti­que­ment…

Par ailleurs, nous sommes heu­reux de voir que Blanchard et Fournier repren­nent les mêmes caté­go­ries « jour­na­lis­ti­ques » (le réseau « anar­cho-liber­taire ») que le glo­rieux Daubé (Dauphiné Libéré), notre maître à tous et toutes en terme d’infor­ma­tion de qua­lité, qu’ils lisent appa­rem­ment plus que le quo­ti­dien local. Leur « scoop » a en effet un sacré goût fre­laté : cette affaire (puisqu’il faut l’appe­ler comme ça), a déjà fait l’objet de trois arti­cles en une semaine dans Le Progrès ! En cher­chant bien, on en trouve un de scoop dans leur papier : « une ving­taine d’arres­ta­tions dans les deux com­mu­nau­tés ». En fait il n’y a eu aucune arres­ta­tion du côté anti­fas­ciste. Aucune inculpa­tion. Aucune audi­tion à part celles des témoins de l’agres­sion. Sérieux, ça fait peur un tel degré d’incom­pé­tence. Là on le remar­que parce qu’on est au cou­rant de l’his­toire, mais en fait c’est tous les jours comme ça ce jour­nal ?

Rappelons plus sérieu­se­ment que cette agres­sion fait suite à une longue série de vio­len­ces phy­si­ques d’extrême-droite sur Lyon ces der­niers mois, à des appels à vio­lence contre des syn­di­ca­lis­tes sur des sites « iden­ti­tai­res », à des photos de mili­tants dif­fu­sés avec leurs noms et pré­noms… Des per­son­nes tra­vaillent actuel­le­ment à l’établissement des faits tels qu’ils se sont dérou­lés lors de cette soirée atroce où l’une de nos cama­ra­des a failli y rester. Nous lais­sons les grat­tes-papiers sen­sa­tion­na­lis­tes, sans mémoire et sans honte de Lyon Capitale à leur infâme gagne-misère. Nous nous en sou­vien­drons.

Mais ce serait-y pas l’actuel manque de per­son­nel à Lyon Cap’ qui ferait reco­pier de tra­vers les ragots de la pré­fec­ture ?
P.-S.

PS : ce soir, le passage sur le lieu du concert a été modifié dans l’article de Lyon Cap’.

http://rebellyon.info/Agressions-d-extr ... -Lyon.html
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Pïérô » 12 Avr 2011, 14:26

Communiqué du collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite.
Lyon le 11/04/2011 :

Nouvelle agression fasciste dans le quartier Saint-Jean

Ça n’en finit plus. Samedi 9 avril, une manifestation unitaire antifasciste avait lieu pour dénoncer les violences d’extrême-droite à Lyon et l’implantation d’une salle de concerts néo-nazis. Alors qu’ils quittaient la manifestation et rejoignaient un groupe d’amis dans le quartier Saint-Jean, deux manifestants ont été sauvagement attaqués par des militants d’extrême-droite.

Ils auraient été suivis lors de la dis­per­sion de la mani­fes­ta­tion des Terreaux jusqu’au lieu de l’agres­sion par quatre mili­tants fas­cis­tes.

Arrivés dans le quar­tier Saint-Jean, les deux mili­tants anti­fas­cis­tes ont été inter­pel­lés et pro­vo­qués par ces der­niers. C’était en fait un véri­ta­ble guet-apens : une quin­zaine d’agres­seurs ont simul­ta­né­ment surgi d’un coin de rue, armés de barres de fer, de battes de base­ball et de man­ches de pioche. Se ruant sur eux, ils les ont lit­té­ra­le­ment lyn­chés place du Change.

Le plus dure­ment touché a 21 jours d’ITT en raison de plu­sieurs frac­tu­res et d’une mâchoire brisée due à la mul­ti­pli­ca­tion des coups portés à la tête. Il devra pro­chai­ne­ment subir une lourde opé­ra­tion chi­rur­gi­cale. L’autre per­sonne s’en tire avec quel­ques contu­sions.

Ce n’est mal­heu­reu­se­ment pas (et de loin) la pre­mière agres­sion orches­trée par des nervis appar­te­nant à la mou­vance iden­ti­taire et fas­ciste lyon­naise dans ce quar­tier. Trois syn­di­ca­lis­tes en avait déjà fait les frais en mars 2010 (http://rebellyon.info/Agression-fasciste-de-trois.html). Un exem­ple parmi d’autres.

Voici plus d’un an que nous, col­lec­tif 69 de vigi­lance contre l’extrême droite, poin­tons la recru­des­cence des vio­len­ces fas­cis­tes dans l’agglo­mé­ra­tion lyon­naise. Trois jours avant cette agres­sion, une autre s’était dérou­lée devant le lycée Jean-Paul Sartre à Bron où deux per­son­nes dif­fu­sant des tracts pour la mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste avaient été atta­qués (http://rebellyon.info/Agression-fasciste-a-lyon.html).

Malheureusement, nous devons une fois de plus condam­ner une énième agres­sion de la part des nervis fas­cis­tes et/ou iden­ti­tai­res à l’encontre de ceux qui ne leur plai­sent pas : jeunes issus de l’immi­gra­tion, actri­ces-eurs des mou­ve­ments sociaux, mili­tan­tes-mili­tants de gauche ou liber­tai­res…

Une fois encore nous inter­ro­geons les pou­voirs publics sur cette situa­tion, sur leur capa­cité à y remé­dier, et sur leur volonté d’agir enfin contre ce que nous sommes contraints d’appe­ler une véri­ta­ble résur­gence de l’extrême-droite radi­cale à Lyon. La vio­lence des agres­sions étant chaque fois plus intense nous nous inter­ro­geons : faudra-t-il un mort pour qu’une prise de cons­cience poli­ti­que et média­ti­que- ait lieu ?

Banalisation du dis­cours raciste, débats nau­séa­bonds, oppro­bre jetée sur une partie de la popu­la­tion fran­çaise, chasse aux sans-papiers : les poli­ti­ques por­tent leur lot de res­pon­sa­bi­li­tés dans la situa­tion que nous subis­sons aujourd’hui.

Nous tenons à inter­pel­ler toutes-s les lyon­nai­ses-s sur la dan­ge­ro­sité crois­sante que font peser les diver­ses com­po­san­tes de cette droite extrême en recom­po­si­tion - des iden­ti­tai­res aux néo-nazis en pas­sant par le Front National et divers grou­pus­cu­les, les fron­tiè­res entre ces grou­pes étant lar­ge­ment per­méa­bles selon nous.

Nous aler­tons les habi­tan­tes-s de St Jean et les per­son­nes qui y tra­vaillent sur cette triste réa­lité, à savoir que leur quar­tier risque aujourd’hui de deve­nir un véri­ta­ble bas­tion de l’extrême droite vio­lente.

Nous ne nous lais­se­rons pas inti­mi­der par ce déchaî­ne­ment de vio­lence et nous conti­nue­rons plus que jamais le combat sur le ter­rain poli­ti­que et popu­laire !

Collectif 69 de vigi­lance contre l’extrême-droite
apa69@riseup.net.

Lire aussi : Retour sur 2 ans de lutte à Lyon contre l’extrême-droite et ses agres­sions, http://rebellyon.info/Retour-sur-2-ans- ... -Lyon.html

http://rebellyon.info/nouvelle-agressio ... -dans.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede bipbip » 05 Juin 2011, 00:14

Lyon, rassemblement de soutien antifasciste le Jeudi 9 juin à 14h :

Face à la violence des fascistes et à la répression :
rassemblement de soutien pour deux camarades antifascistes !


Deux camarades antifascistes sont convoqués devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon en tant que prévenus le jeudi 9 juin prochain, après qu’ils aient été agressés par des nervis fascistes. Le Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême-droite appelle à un rassemblement
devant le TGI, 67 rue Servient
Jeudi 9 juin à 14h

Le jeudi 14 avril der­nier, deux de nos cama­ra­des anti­fas­cis­tes cher­chaient à garer leur voi­ture pour se rendre chez une amie, qui rési­dait à proxi­mité du local néo-nazi Bunker Korps/Lyon Dissident, local que le col­lec­tif de vigi­lance dénonce, preu­ves à l’appui, comme tel depuis plus de 6 mois. Alors que la voi­ture de nos cama­ra­des se ran­geait, deux nervis viru­lents de l’extrême-droite lyon­naise ont ameuté du monde de leur local tout en les blo­quant. Après une brève alter­ca­tion, nos deux cama­ra­des ont réussi tant bien que mal à s’échapper. Le len­de­main, ce sont nos cama­ra­des qui ont été placés en garde-à-vue. Les rai­sons invo­quées ont été que les deux fas­cis­tes avaient déposé plainte la veille au soir, par­lant d’une agres­sion de la part d’anti­fas­cis­tes, qui auraient été une quin­zaine selon leurs dires !
La police n’a en aucun cas cher­ché à écouter la ver­sion des mili­tants, pré­fé­rant donner du crédit aux décla­ra­tions tota­le­ment fal­la­cieu­ses des nervis d’extrême-droite, mon­trant une fois de plus la col­lu­sion entre fas­cis­tes et cer­tains poli­ciers. A noter que l’une de nos cama­ra­des s’était vue refu­ser le droit de dépo­ser une plainte contre les nervis du Bunker Korps dans ce même com­mis­sa­riat un mois plus tôt, ce qui est tota­le­ment illé­gal.
Le par­quet a même sou­haité dans cette affaire faire placer nos deux cama­ra­des en déten­tion pro­vi­soire. Pourtant, l’enquête a démon­tré qu’ils n’étaient en pos­ses­sion d’aucune arme, hormis une bombe de gaz lacry­mo­gène qui leur avait permis de pren­dre la fuite. Au nom de quoi les fas­cis­tes auraient une parole qui vau­drait plus que celle de nos cama­ra­des, alors que les deux nervis sont connus en outre pour leurs actions vio­len­tes ? De plus, il est à noter que l’un des deux plai­gnants auraient eu 3 jours d’ITT. Cependant, lors­que le com­mis­sa­riat l’a convo­qué pour une confron­ta­tion, il ne pou­vait s’y rendre car il pas­sait les épreuves phy­si­ques du concours d’entrée de l’admi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire. Le même qui lors de la-dite confron­ta­tion, qui a fina­le­ment eu lieu, a demandé ce que fai­saient deux mili­tants anti­fas­cis­tes dans un quar­tier où « ils sont en danger de mort » !

Nos cama­ra­des sont convo­qués devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon le jeudi 9 juin pro­chain à 14h. Afin de les sou­te­nir, mais aussi afin de dénon­cer la vio­lence des fas­cis­tes et de l’extrême-droite en géné­ral, nous vous appe­lons à venir vous ras­sem­bler devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon, situé 67, rue Servient dans le 3e arron­dis­se­ment (arrêts Métro B Place Guichard, tram­way T1 Palais de Justice-Mairie du 3e).


Le Collectif 69 de vigi­lance contre l’extrême-droite.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Kzimir » 06 Juin 2011, 09:53

Communiqué AL Toulouse par rapport aux attaques de fafs le week end dernier :

AL Toulouse a écrit:Attaques fascistes à Toulouse
Durant le week-end du 27 au 29 mai, des fascistes se sont manifestés à plusieurs reprises à Toulouse. Venus de plusieurs villes de la région pour une manifestation et pour un concert, ils ont profité de leur présence pour attaquer le campement des indigné-e-s place du Capitole. Puis ils ont tentés de perturber le gala des Enragé-e-s, festival anticapitaliste / antifasciste / antisexiste organisé en soutien aux sept étudiant-e-s du Mirail inculpé-e-s suite à un mouvement social.
Ces évènements sont symptomatiques d'une volonté de l'extrême droite de conquérir la rue toulousaine. Pour cela elle applique la stratégie mise en œuvre à Bordeaux, à Lyon, etc. en s'attaquant physiquement aux mouvements sociaux et aux militant-e-s lutte de classe. A Rennes, le 21 mai, un militant antifasciste était victime d'une tentative de meurtre de la part de nervis fascistes. Une semaine auparavant, l'extrême droite se réunissait à Lyon pour une manifestation contre la pseudo-islamisation de la France et profitait de l'occasion pour briser les devantures de boutiques supposément tenues par des personnes d'origine immigrée.
Une partie de la bourgeoisie tente d'offrir une nouvelle jeunesse à un système de plus en plus contesté. Les fascistes sont là pour ça. Leur stratégie est simple : ils se parent d'un discours social pour tenter de récupérer le soutien des masses populaires ; ils attaquent dans la rue les mouvements progressistes afin de prouver à la bourgeoisie qu'une fois puissants ils n'hésiteront pas à briser par la force les mouvements sociaux ; ils construisent une propagande visant à développer une identité nationale pour affaiblir l'identité de classes des travailleurs et des travailleuses. A mesure que les tensions sociales se renforceront, les fascistes tenteront donc de plus en plus souvent d'attaquer les militant-e-s lutte de classe.
Ces attaques ne nous empêcheront pas de mener notre combat pour une autre société sans État ni patron, sans patrie ni frontières.
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 17:15

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Nico37 » 03 Juil 2011, 21:52

Communiqué de presse suite à l'agression du samedi 2 juillet

Le samedi 2 juillet, à l'aube, une jeune femme, identifiée par ses agresseurs comme proche de militant-e-s du collectif de vigilance 69, a été sauvagement agressée en rentrant à son domicile.

Un véritable piège, une action préparée, attendait la jeune femme à l'entrée de son immeuble. En effet, 3 hommes quettaient la victime dans la cage d'escalier de son domicile, à 6 h du matin. Après l'avoir poussée dans les escaliers puis rouée de coups, les agresseurs ont procédé à un violent interrogatoire, cherchant à soutirer des informations sur les milieux antifascistes.
De par leur tenue vestimentaire et leurs discours, il ne fait aucun doute que ces individus appartiennent aux mouvances d'extrême-droite.

Cette agression s'ajoute à une liste déjà trop longue de violences graves perpétuées à Lyon. Les victimes font les frais d'une stratégie calculée d'installation d'une ambiance de peur sur le territoire lyonnais.

Plus que jamais déterminé, le Collectif de vigilance 69 poursuivra ses actions contre toutes les mouvances de l'extrême droite, contre la banalisation de ses idées et contre la violence de ces différentes composantes.

Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede doctor louarn » 04 Juil 2011, 10:45

C'est vraiment a gerber. Ils torturent les militant-e-s chez eux. Ils sentent vraiment en toute impunité! :x
doctor louarn
 
Messages: 69
Enregistré le: 08 Fév 2010, 18:46

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede barcelone 36 » 06 Juil 2011, 20:03

l'horreur continue... :evil:

http://vannes.letelegramme.com/local/mo ... 362114.php
Vannes. Plainte pour une agression au cutter
6 juillet 2011 à 15h09

Une jeune femme d’origine martiniquaise de 19 ans a déposé plainte vendredi soir pour une agression à caractère racial à Vannes. Elle a expliqué aux policiers qu’elle revenait d’une promenade avec son chien quand deux personnes ont fait irruption. Elle se trouvait alors dans la cour de son immeuble, rue Mgr Tréhiou.

Selon son témoignage, ils se sont précipités sur elle, l’un l’a immobilisée et a mis sa main sur sa bouche pendant que le second lui tailladait une croix gammée sur le bras avec un cutter. Les coupures sont superficielles et s’apparentent plus à une scarification. Personne dans le voisinage n’a rien vu ni rien entendu. La police n’a pas non plus retrouvé d’indice sur les lieux. La jeune femme est hospitalisée en psychiatrie depuis ce week-end.


http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet ... 1_actu.Htm
Vannes
Vannes. Ils gravent au cutter des croix gammées sur le bras d'une femme
Faits diversmercredi 06 juillet 2011

Agression raciste au cutter samedi à Vannes.
Ouest France
Une jeune fille de 19 ans a déposé plainte, samedi 2 juillet à Vannes, pour agression raciste. Selon la jeune femme, les faits se sont déroulés vendredi vers 21 h 30 non loin du port.

La victime métisse a été « agressée dans le hall de son immeuble, explique la substitut du procureur, alors qu’elle revenait de promener son chien ». Armés d’un cutter, selon le parquet, les deux agresseurs lui ont tailladé les bras dessinant deux croix gammées et la blessant au visage et aux jambes. La jeune femme est toujours hospitalisée.

Une enquête est en cours.
Avatar de l’utilisateur-trice
barcelone 36
 
Messages: 566
Enregistré le: 04 Oct 2009, 13:28

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede bipbip » 07 Juil 2011, 19:47

témoignage

La jeune femme agressée au cutter témoigne

Vendredi dernier, la victime a été tailladée dans le hall de son immeuble rue Mgr-Tréhiou. Toujours hospitalisée au centre hospitalier Bretagne-Atlantique, elle raconte sa difficulté à reprendre pied.
Vendredi 1er juillet, une jeune femme âgée de 19 ans a été agressée par deux hommes dans le hall de son immeuble, rue Monseigneur-Tréhiou (Ouest-France du mercredi 6 juillet). Ses agresseurs l'ont blessée à coups de cutter, gravant une croix gammée et l'ébauche d'une seconde. Le lendemain, elle portait plainte.

Toujours hospitalisée au Centre hospitalier Bretagne-Atlantique, elle raconte douloureusement l'agression, ponctuant son témoignage de longs silences.

Ce vendredi, vers 21 h 30, la jeune victime a fini de promener son chien et revient à son domicile. « Quand je suis rentrée dans le hall, la porte est sans doute restée bloquée par le tapis. » Les deux hommes se sont alors précipités sur elle.

« L'un m'a pris par la taille en me mettant la main sur la bouche, pendant que l'autre m'a donné des coups de cutter. »

Les deux hommes, qui ont agi à visage découvert, « n'ont pas plus de 30 ans ». Hormis une insulte, l'agression, malgré sa violence, s'est déroulée sans bruit. Une voisine, dont l'appartement donne sur le hall, ne sera alertée qu'à l'arrivée de la police.

« C'est très dur à vivre »

Une croix gammée lui a été gravée, ainsi que « le début d'une autre ». Sur l'autre bras, quatre lettres, « shle », sont inscrites, toujours au cutter.

Dans l'agression, des coups de cutter seront donnés aux jambes ainsi qu'au visage. Enfin, la violence cesse. « Ils ont entendu des bruits ». Les deux agresseurs se sont alors enfuis.

« Je suis descendue chez moi et j'ai contacté des amis, avant de prévenir la police. »

Depuis, la jeune femme vit très difficilement. « Je ne dors plus la nuit, à peine une heure. C'est très dur à vivre. » Suivie par un psychiatre et un psychologue, elle a besoin de s'exprimer. « Je trouve qu'il y a beaucoup d'agressions et on n'en dit rien. »

« C'est très dur d'en parler, à force d'y réfléchir tout le temps, je ne sais plus quoi en penser. » Cette jeune métisse d'origine martiniquaise est cependant persuadée que cet acte de violence est à connotation « raciste ». L'enquête se poursuit.

Bruno JEZEQUEL

http://www.vannes.maville.com/actu/actu ... 4_actu.Htm
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29822
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede SchwàrzLucks » 08 Juil 2011, 03:20

« C'est très dur d'en parler, à force d'y réfléchir tout le temps, je ne sais plus quoi en penser. » Cette jeune métisse d'origine martiniquaise est cependant persuadée que cet acte de violence est à connotation « raciste ». L'enquête se poursuit.


Ben nan voyons, la croix gammée c'était juste parce qu'ils trouvaient ça joli...
SchwàrzLucks
 
Messages: 406
Enregistré le: 18 Oct 2010, 22:39

Re: Agressions néo-fascistes en France

Messagede Klément » 09 Juil 2011, 15:37

Nico37 a écrit:
Communiqué de presse suite à l'agression du samedi 2 juillet

Le samedi 2 juillet, à l'aube, une jeune femme, identifiée par ses agresseurs comme proche de militant-e-s du collectif de vigilance 69, a été sauvagement agressée en rentrant à son domicile.

Un véritable piège, une action préparée, attendait la jeune femme à l'entrée de son immeuble. En effet, 3 hommes quettaient la victime dans la cage d'escalier de son domicile, à 6 h du matin. Après l'avoir poussée dans les escaliers puis rouée de coups, les agresseurs ont procédé à un violent interrogatoire, cherchant à soutirer des informations sur les milieux antifascistes.
De par leur tenue vestimentaire et leurs discours, il ne fait aucun doute que ces individus appartiennent aux mouvances d'extrême-droite.

Cette agression s'ajoute à une liste déjà trop longue de violences graves perpétuées à Lyon. Les victimes font les frais d'une stratégie calculée d'installation d'une ambiance de peur sur le territoire lyonnais.

Plus que jamais déterminé, le Collectif de vigilance 69 poursuivra ses actions contre toutes les mouvances de l'extrême droite, contre la banalisation de ses idées et contre la violence de ces différentes composantes.

Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite



Lyon : Une militante de gauche violée par des fachos

À Lyon, le 2 juillet 2011, une militante a été interceptée en rentrant chez elle, interrogée sur ses contacts avec le milieu antifa, tabassée. Face à la résistance dont elle a fait preuve,
elle a été violée ….

Les 3 courageux agresseurs étaient des militants d’extrême-droite. Leurs derniers mots en partant furent : « à bientôt »

La concernée affirme qu’elle a toujours lutté contre le système, qu’en aucun cas elle ne se
réfugiera dans ses bras … elle ne portera donc pas plainte.

Dans un acte de courage de sa part, elle surmonte sa peur, sa douleur, et choque en décidant de communiquer sur ce qui lui est arrivé. Son objectif, c’est que cela ne se reproduise plus.

Elle ne souhaite pas se positionner en tant que victime, et ne veut pas être le porte-étendard d’une campagne de propagande. La lutte antifasciste se mène tous les jours.

Aujourd’hui, l’extrême droite lyonnaise vient de passer un nouveau cap. La violence et les actes de barbarie ne sont pourtant pas nouveaux.

En moins d’un an, nous pouvons comptabiliser une dizaine d’agressions à caractère raciste ou « militant » qui se sont soldées par des hospitalisations.

Les responsables de ces actes ne sont pas les seuls coupables. Tous les représentants de
l’extrême-droite lyonnaise sont à blâmer. Ce sont eux qui fournissent les éléments politiques et instaurent un climat de haine créant un environnement favorable à ce genre d’actes…

D’une manière plus générale, notre silence à tous et notre position passive envers la montée de l’extrême-droite nous laisse perplexe et soulève chez les militant-e-s antifascistes, beaucoup de questionnements et de remises en cause en ce qui concerne nos stratégies de lutte.

Ce communiqué ne cherche pas à indigner les masses, mais tout simplement à éveiller les consciences.

Avec l’accord de la concernée, nous avons choisi de communiquer le plus largement possible. Nous espérons simplement mettre toute personne se considérant comme militante en face de la réalité.

N’attendons pas qu’il soit trop tard.

Nos slogans, devenus folkloriques pour certains, prennent ici tout leur sens.
Nous crions du fond de notre âme : ALERTA ANTIFASCISTA !

Merci de diffuser ce message et de prendre part dans les luttes au niveau local .

Collectif Nosotros
« Ni Oubli Ni Pardon »
Avatar de l’utilisateur-trice
Klément
 
Messages: 37
Enregistré le: 04 Oct 2009, 23:35

Suivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité