Tsiganes, Rroms... lutte contre exclusion et racisme.

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 31 Mai 2012, 20:12

Pour son action de soutien à des familles Rroms de Châtau-Gombert dans les Bouches-du-Rhône , le président de la fédération des Bouches-du-Rhône de la LDH
s'est fait violemment molesté par des riverains accompagnés de deux élues UMP !

Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme ( LDH )

La LDH sous les coups de l’UMP ?

Le jeudi 24 mai 2012, Bernard Eynaud, président de la fédération des Bouches-du-Rhône de la LDH, a été violemment insulté, bousculé et frappé au cours d’une action entreprise en soutien de familles roms installées à la technopole de Château-Gombert. Il faut dire que ces familles recevaient la visite musclée d’une cinquantaine de personnes se disant habitantes du quartier, flanquées de deux élues UMP en campagne qui avaient bien pris soin de se faire accompagner de journalistes.

La LDH ne peut accepter que ses militants, parce qu’ils font valoir les principes, les idées et les propositions de leur association, et plus largement défendent les droits pour tous, soient ainsi atteints dans leur intégrité morale et physique. A cette occasion, la LDH rappelle que s’attaquer à l’un des siens, c’est s’attaquer à toute l’organisation. La LDH adresse aujourd’hui une lettre de demande d’explications aux autorités publiques, et une autre, de protestation, à la direction d’un parti qui, pour ne pas être identifié aux violences commises, devrait les condamner.

La LDH se garde la possibilité d’une procédure judiciaire, aux côtés de Bernard Eynaud et de la fédération des Bouches-du-Rhône, parce qu’elle ne veut pas laisser croire que l’on peut l’attaquer sans conséquences, au travers de l’un(e) de ses militant(e)s.

Paris, le 30 mai 2012.

http://www.ldh-france.org/La-LDH-sous-l ... s-de-l-UMP
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 26 Juin 2012, 20:06

Communiqué du CADDRIS (Collectif Aixois pour les Droits et la Dignité des Roms, des Immigrés et des Sans-Papiers)
Les Roms du bidonville de Vasarély ont été expulsés par la force publique ce 26 juin au petit matin.

( quelle que soit la couleur politique des gouvernements en place , les ministres de l'Intérieur se succèdent et les mêmes méthodes subsistent ! )


Bidonville de Vasarély - Les pelleteuses de la honte !
Les Roms du bidonville de Vasarély ont été expulsés par la force publique ce 26 juin au petit matin.


Image


Le recours à la force pour expulsion, rendu possible par la décision du juge des référés, a été mis en place ce jour. Même si la police a traité les populations présentes avec humanité le CADDRIS condamne, très fermement, cette opération.

Personne n’avait de solution pour les populations présentes qui demandaient désespérément un endroit pour se réfugier. Personne ne savait quoi répondre à ses mères qui réclamaient un abri pour leurs enfants et leurs bébés. Rien n’a été prévu pour la centaine de personnes qui depuis ce matin, sept heures, déambulent désespérées à quelques mètres de leur campement que des pelleteuses ont mécaniquement détruit. Le CADDRIS a tout fait pour éviter une telle impasse.

Il lance maintenant un appel pour que le même scénario soit évité sur l’Arbois. Le campement de l’Arbois est au moins trois fois plus important que celui de Vasarély, 300 personnes, environ, sont concernées. Les conditions d’évacuation à proximité d’une voie rapide, pour un nombre si conséquent d’individus, sont tout particulièrement périlleuses.

Avec une intervention policière, dans la droite ligne d’un discours de Grenoble que l’on avait cru révolu, et un soutien, de fait, aux errances politiques de la municipalité JOISSAINS « qui ne veut plus un seul Rom sur sa commune » le nouveau pouvoir ne sort pas grandi. Le CADDRIS demande néanmoins à l’État et au Conseil Général des Bouches-du-Rhône (en partie propriétaire des terrains de l’Arbois), de créer une solution d’accueil digne avec de l’eau, de l’électricité et des sanitaires.

A un mois de l’échéance d’expulsion de l’Arbois, prévue autour du 23 Juillet, il est temps de retrouver le sens commun. Plus que jamais les pouvoirs publics (ville, conseils général et régional, État, Europe) doivent coopérer et arrêter des solutions durables.

En matière de solidarité, il est vraiment urgent de changer. Ce matin nous avons vu ces mêmes pelleteuses qui en Août 2010 ont détruit, une première fois et pour rien, le campement de Vasarély. Nous ne voulons plus jamais les revoir !

Collectif Aixois pour les Droits et la Dignité des Roms, des Immigrés et des Sans-Papiers (CADDRIS)

Claudie Hubert - Philippe Chouard - Hervé Guerrera - Philippe Sénégas - Marc Durand
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 13 Juil 2012, 12:19

Pas de changement pour les Rroms

( Vidéo de la manifestation du lundi 9 juillet devant le conseil municipal d’Aix à l’appel du Caddris )

à voir sur :
www.dailymotion.com/video/xs4d05_pa...


Pas de changement pour les Rroms
par Dominique Idir

C’est la misère qu’il faut écraser, pas ses victimes !

Les Roms du bidonville de Vasarély ont été expulsés par la force publique le 26 juin au petit matin. Tous les témoins de cette intervention l’ont indiqué : Personne n’avait de solution pour accueillir les populations. L’appel des mères, qui réclamaient désespérément un abri pour leurs enfants et leurs bébés, est resté sans réponse. Les personnes, alors présentes sur le camp, déambulent maintenant dans la ville.

Avec une intervention policière, dans la droite ligne du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, le nouveau pouvoir ne sort pas grandi de l’écrasement, par les pelleteuses, du bidonville de Vasarély. Cet acte est aussi un soutien, de fait, aux errances politiques de la municipalité JOISSAINS « qui ne veut plus un seul Rom sur sa commune ». Les démocrates, républicains, humanistes, et tout particulièrement celles et ceux qui ont voulu le changement, ne peuvent se satisfaire d’une telle situation !

Aussi nous lançons un appel pour que ce même scénario soit évité sur l’Arbois. Ce campement est beaucoup plus grand que celui de Vasarély. Les conditions d’évacuation, de plusieurs centaines de personnes, à proximité d’une voie rapide, seraient tout particulièrement dangereuses.

Mais ce n’est pas un bidonville que nous défendons ! En l’absence de solutions nous refusons que le travail de scolarisation, de protection maternelle et infantile, de soutien social soit réduit à néant par l’action des pelleteuses. Le CADDRIS demande à l’État et au Conseil Général des Bouches-du-Rhône (en partie propriétaire des terrains de l’Arbois), de créer une solution d’accueil digne avec de l’eau, de l’électricité et des sanitaires.

À quelques jours de l’échéance d’expulsion de l’Arbois, prévue autour du 23 Juillet, il est temps de retrouver le sens commun. Plus que jamais les pouvoirs publics (ville, conseils général et régional, État, Europe) doivent coopérer et arrêter des solutions durables. En matière de solidarité, il est vraiment urgent de changer !

À l’occasion du Conseil Municipal et pour soutenir ces revendications, nous vous demandons de vous rassembler le lundi 9 Juillet à 17 h 30, place de la Mairie, à Aix-en-Provence.

Collectif Aixois pour les Droits et la Dignité des Roms, des Immigrés et des Sans-Papiers (CADDRIS) - Les adhérents du CADDRIS : Aix écologie, Aix-Solidarité, Alternatifs 13, Amnesty groupe 133 d’Aix en Provence, Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés, Association des Travailleurs, Maghrébins de France, ATTAC Pays d’Aix, CFDT du Pays d’Aix, EMMAUS Cabriès, Europe Ecologie Les Verts Pays d’Aix, Féminin(s) Pluriel(s) en Pays d’Aix, Jeunesse Communiste d’Aix-en-Provence, Les Jeunes Ecologistes Aix-Marseille, Ligue des Droits de l’Homme, MAIS International, MRAP Aix, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français - Aix, Parti de Gauche, Partit Occitan, Parti Socialiste, Rencontres Tsiganes, Réseau Education Sans Frontières 13, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Tous Ensemble Pour Aix, Union des Étudiants Communistes, Union Pour Aix, Union locale de la Confédération Nationale du Logement du Pays d’Aix, Unis pour un Monde Solidaire... impression
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 31 Juil 2012, 18:45

La ville de Marseille a fait appel à la justice afin que soient expulsés des familles Rroms qui se sont installées sur le trottoir
devant une unité d'hébergement à laquelle ils n'ont pas accès .

La traque des Rroms continue
Lundi 30 juillet au Tribunal de Grande instance de Marseille 6 rue Joseph Autran
« Les expulser ? Mais ils sont déjà dehors ! »


Image



Image



Image




Nous étions une bonne vingtaine toute la matinée au tribunal pour accompagner les familles Rroms qui y étaient convoquées.

L’avocate de la ville de Marseille a demandé un jugement d’expulsion en s’appuyant sur le respect du droit de propriété et le fait que c’était à l’Etat et pas à la ville d’héberger éventuellement les Rroms.

Maître Cohen a plaidé brillamment

- qu’en dehors de toutes les raisons humanitaires qui pourraient s’opposer à la demande d’expulsion,
et de l’absurdité pour la ville de Marseille de vouloir faire expulser par les forces de "l’ordre " les plus démunis des trottoirs de l’Unité d’Hébergement d’Urgence à laquelle ils devraient légalement avoir accès ;
- Que l’Etat ce n’est pas seulement le pouvoir central mais aussi toutes les collectivités territoriales, tous les responsables institutionnels qui le composent, et donc la Mairie de Marseille ;

- Et que d’un point de vue légal le droit national et international oppose au droit de propriété un autre droit non moins fondamental, celui à un hébergement d’urgence pour les démunis.

Le jugement pour les deux affaires a été mis en délibéré au 12 septembre.

— -

http://www.lamarseillaise.fr/justic...

« Les expulser ? Mais ils sont déjà dehors ! »
Myriam Guillaume

31-07-2012

Droit de propriété contre droit à l’hébergement, c’est la forme que prend le combat des familles roms au TGI.

Près de 120 personnes, des familles venues de Roumanie pour l’essentiel, de Bosnie pour quelques uns vivent depuis des mois sous des tentes, voire de simples draps tendus, installées sur le trottoir devant l’unité d’hébergement d’urgence (UHU) de Marseille, à la Madrague Ville. Hier le Tribunal de grande Instance devait se prononcer sur la demande de la Ville qui requiert leur expulsion.
Un jugement pour expulsion de squat, même quand il s’agit d’un morceau de trottoir, ce n’est malheureusement pas une première à Marseille dont la municipalité a systématiquement opté pour cette non solution...depuis 10 ans. Mais Maître Cohen, défenseur de la trentaine de personnes assignées, veut faire en sorte que ce soit la dernière. « Depuis le temps qu’on joue ici au jeu de la patate chaude on en voit le résultat : il y a toujours 2000 roms à Marseille qui vivent dans une situation dramatique, ce n’est pas tolérable, estime l’avocat, on va encore les expulser et on se retrouvera devant ce tribunal quelques mois plus tard pour la même demande car ils iront 100 mètres plus loin ».

(...)

L’avocate de la Ville ne change pas de cap pour autant : « Vous m’opposez le droit à l’hébergement, mais je revendique le droit à la propriété. Je suis la Ville de Marseille, pas l’État. C’est à la préfecture de prendre ses responsabilités et de trouver un hébergement. Ce n’est pas leur rendre service que de les laisser dans cette situation de danger ». Demander leur mise à la rue serait donc un plus grand service. Dix années que la patate tourne sans refroidir. Maître Cohen veut en sortir : « Le droit fondamental à l’hébergement, pour les Roms, c’est une question que personne ne veut régler. Et il y a là une demande tout à fait singulière que d’exiger l’expulsion de gens qui sont déjà sur le trottoir ». Et l’avocat de souligner, pour le symbole : « ils ne sont pas n’importe où mais devant un établissement d’hébergement d’urgence créé par la Ville pour abriter des gens dans la détresse. Certains y sont accueillis pas les autres... »

Or l’hébergement reste un droit fondamental. « Il y a une obligation qui pèse sur l’État. Et la République c’est tout le monde » rappelle Dany Cohen. Et à l’adresse du juge, il implore : « Pour que les choses bougent, il faut que le tribunal s’en mêle. Et pour cela il faut à la fois une reconnaissance du droit de la Ville et de celui de ces malheureux ». L’affaire est mise en délibéré au 12 septembre. Sur les bancs, quelques assignés, des responsables associatifs de la LDH, Rencontres tsiganes, Action pour la Vie, un élu communiste et les prêtres marseillais auteurs d’une lettre au maire soufflent un peu.

Les familles qui se trouvent sur les trottoirs devant l’unité d’hébergement d’urgence sont assignées au tribunal par la ville de Marseille qui demande leur expulsion.

Des familles qui occupent un terrain Boulevard Plombières sont elles aussi convoquées au tribunal.
Venez nombreux les soutenir
Lundi 30 juillet à 9H
Tribunal de Grande instance de Marseille


http://www.millebabords.org/spip.php?article21219

Rassemblement de solidarité et de protestation demain à 9h devant l'Unité d'Hébergement d'Urgence :

calendar.php?view=event&calEid=5484
Modifié en dernier par Béatrice le 02 Aoû 2012, 14:47, modifié 1 fois.
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 02 Aoû 2012, 15:07

Marseille : le rassemblement de solidarité et de protestation d'hier , suite à l'appel du Collectif Solidarité des Rroms de Marseille
viewtopic.php?f=76&p=75068#p74991 , s'est soldé par une répression violente des forces de l'ordre :

Des solutions pour les sans abris ?
Communiqué du Collectif Solidarité Rroms Marseille du 30 juillet 2012.
Rassemblement de protestation et de solidarité
du mercredi 1er aout à l’Unité d’Hébergement d’Urgence

110 chemin de la Madrague Ville, 15e arrdt, à côté du Marché aux puces (Métro Bougainville, bus 35, 36 arrêt Cap Pinède ou 70).
Compte rendu de la journée, photos et revue de presse ci-dessous.

La répression

16 h Dans l’après-midi les forces de polices sont intervenues très rapidement et violemment pour faire partir les quelques personnes qui s’opposent pacifiquement au passage d’un camion hors de l’UHU.


http://www.millebabords.org/spip.php?article21226
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Ulfo25 » 13 Aoû 2012, 12:53

Article de Midi Libre sur les propos de l'Association des Roms concernant Valls.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls,le 31 juillet 2012 à l'Assemblée nationale à Paris Mehdi Fedouach afp.com

L'association estime que le ministre de l'Intérieur applique une politique comparable à celle de ses prédécesseurs Place Beauvau...



Pour les Roms, la politique n'a pas changé

L'association La Voix des Roms a estimé dimanche que la politique du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, concernant les Roms était comparable à celle de ses prédécesseurs UMP Place Beauvau, affirmant que le ministre PS "pourrait porter les couleurs de l'UMP" en 2017.

La politique de Manuel Valls "ressemble à celle de MM. Hortefeux et Guéant comme deux gouttes d'eau", a affirmé l'association dans un communiqué, jugeant que "les soutiens réitérés au sein de la droite de l'UMP ne sont pas des errements".

"Valls a réussi mieux que Besson"

"M. Valls a réussi mieux qu'Eric Besson et il pourrait même porter les couleurs de l'UMP pour la présidentielle 2017", ironise l'association.

Le ministère de l'Intérieur s'est défendu samedi de toute "stigmatisation" dans sa façon d'aborder la question des Roms, malgré les critiques émises par plusieurs associations à la suite des démantèlements de campements illicites et bien que l'Union européenne ait mis la France "sous surveillance".
Ulfo25
 
Messages: 354
Enregistré le: 04 Juil 2012, 17:09
Localisation: Besançon

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 13 Aoû 2012, 13:39

En France , l'expulsion par charter de 240 Rroms vers la Roumanie a été organisée le 9 août dernier !

Communiqué du Réseau d'Education Sans Frontières ( RESF ) :

Valls : Après les pantoufles de Guéant, les compliments de Ciotti !

L’expulsion par charter (un symbole !) de 240 Roms vers la Roumanie le 9 août 2012 est un geste dont l’image du ministre de l’Intérieur aura du mal à se remettre, tout comme le démantèlement quasi industriel de camps au bulldozer, à Lille, Lyon, Marseille et Paris, sans que – malgré les déclarations de Valls – des mesures alternatives de relogement aient été proposées ni qu’une concertation avec les associations qui travaillent au quotidien avec les communautés roms ait été engagée.

S’inscrivant dans la tradition de Pétain, Nicolas Sarkozy avait, dans son discours de Grenoble, fondé des mesures coercitives sur l’appartenance à un groupe racial ! On est consternés de voir Manuel Valls lui emboîter le pas ! La catégorie visée, les Roms, n’a pas d’existence en droit. La culture, la civilisation, les usages, disent approximativement ce que sont un chrétien, un juif, un musulman, un breton ou un catalan. Le droit, non. On y connaît des citoyens définis par leur état-civil, leur genre, leur nationalité. Rien de plus, rien de moins.

Sur le fond, chacun le sait, ces expulsion sont inutiles, stériles, dispendieuses et dégradantes.
Dix à quinze mille roumains et bulgares étiquetés Roms vivraient en France : il faudrait une bonne cinquantaine d’opérations analogues à celle d’hier pour les expulser tous, à supposer qu’aucun ne revienne. Or, et les intéressés ne s’en cachent pas, la majorité d’entre eux reviendra, parfois en quelques jours. Gratuitement grâce à l’allocation de départ « volontaire » versée par Valls. Légalement puisque le statut européen de la Roumanie et de la Bulgarie le permet. Et définitivement quand, d’ici quelques mois, l’intégration complète de ces pays à l’Europe leur en donnera la possibilité. Au total, une politique imbécile et malfaisante.

C’est à l’évidence à l’échelle européenne et en y mettant les moyens nécessaires que des solutions en termes de logement, d’emploi et de scolarisation pour les enfants doivent être trouvées pour les 12 à 15 millions de Roms européens. Les efforts de scolarisation des enfants et d’insertion des familles roms sont ruinés à chaque évacuation forcée. Il est urgent de mettre fin à la « période transitoire » qui discrimine les Roms roumains et bulgares et leur interdit de travailler et de se loger. Le traitement à la mode sarkozyste de la question rom n’est pas la solution !

Reste l’argument, systématiquement avancé, selon lequel Valls et son ministère ne feraient qu’appliquer les lois. C’est un confortable sophisme qui, par le passé, a permis de tout justifier, y compris l’injustifiable. Des générations entières de fonctionnaires, pas seulement des militaires et des policiers, ont tout couvert, y compris parfois le pire, d’un trop sommaire « j’applique les ordres ». Manuel Valls « applique la loi ». Il est des circonstances où ce n’est pas le plus honorable. D’autant que le ministre d’aujourd’hui applique avec rigueur des lois, des circulaires, couvre des pratiques dont lui-même et ses amis dénonçaient la malfaisance et les dangers il y a quelques mois encore. François Hollande n’a pas été élu pour faire appliquer avec une rigueur quasi intégriste des lois injustes. Mais pour les changer, maintenant. Et, en attendant, décréter un moratoire sur les plus malfaisantes d’entre elles, celles qui, par exemple, conduisent une autorité morale et intellectuelle aussi incontestable que le secrétaire national de l’UMP Ciotti à féliciter Manuel Valls.


Et pour rappel historique :
L’internement des Tsiganes en France 1939-1946 par la LDH de Toulon :

http://www.millebabords.org/spip.php?article21283
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Ulfo25 » 14 Aoû 2012, 11:23

Ecrit de Patrick Doutreligne de la Fondation Abbé Pierre concernant le statut des Roms sur le site du Monde.

Bien sûr que la question des minorités roms est à dimension européenne, bien sûr que cette population est une des plus rejetées de nos sociétés, bien sûr que certains comportements délinquants ou quémandeurs dans les transports en commun ou sur la voie publique sont irritants ou répréhensibles... Comment doivent réagir les autorités pour avancer sur des propositions dignes pour les personnes concernées, dignes de notre République et de ses valeurs, et respectueuses de notre histoire ?

La stigmatisation, la répression, l'opprobre publique qui ont été de mise ces dernières années avec en paroxysme le discours de Grenoble l'été 2010 ont montré, au-delà de leur ignominie, leur inefficacité.

Nous devons sortir d'une spirale qui détermine aujourd'hui les attitudes : droits minorés ou bafoués (conditions de séjour, accès au travail...) pour les uns entraînant des réactions accentuées de rejet, d'exclusion ou pire de racisme pour les autres.

Le gêne de voleur, d'assisté, du délinquant ou de l'illégalité systématique n'existe pas plus dans cette population que chez aucun être humain. Comment penser que des enfants roms seraient surdéterminés à des conditions de vie aussi misérables.

La France n'est-elle pas capable d'offrir une autre réponse, un autre regard, une autre ambition pour ce public ? La plupart de ces familles aspirent comme pour nous à un travail, à un toit, à une éducation pour leurs enfants.

Si la première injustice reste leurs conditions de vie dans leur pays, souvent la Roumanie et la Bulgarie, il nous est impossible de ne pas traiter correctement les quelques milliers de personnes qui ont osé partir et tenter de proposer à leurs enfants des perspectives plus sûres. Que l'on arrête de nous évoquer "le fameux appel d'air" que provoqueraient des solutions justes et humaines.

Serions-nous aussi cyniques que cette "ex" députée qui voulait remettre dans leurs "bateaux-épaves" ceux qui tentaient de débarquer sur l'île de Lampedusa pendant le printemps arabe ? Les décideurs politiques ou les responsables des différents partis se sont-ils un jour interrogés sur ce qu'auraient entrepris leurs parents ou eux-mêmes s'ils étaient nés dans une famille rom en Roumanie ou dans une famille en Libye ou aujourd'hui en Syrie ?

Il ne s'agit pas d'être des "grandes âmes", des "justes" ou des "Abbé Pierre". Il suffit d'un peu d'humanité, de courage personnel et-ou politique et d'examiner des propositions qui viseraient l'accueil et l'insertion au moins pour une partie d'entre eux.

Le droit nous y invite. Certes le ministre de l'intérieur est dans son rôle quand il dit que les décisions judiciaires doivent être appliquées. Certes le maire ou le président d'agglomération est dans son rôle lorsqu'il demande une évacuation d'une installation sauvage parfois dangereuse.

Mais nous avons aussi un droit à l'aide sociale, à l'hébergement pour toute situation d'urgence au titre desquels d'autres responsabilités et obligations leur sont dévolues. N'a-t-on pas défendu la primauté de l'humain sur toute réglementation administrative en reconnaissant l'inconditionnalité de l'accueil dans des structures humanitaires et-ou sociales ?

Mais ce n'est pas suffisant. Chacun peut-il se regarder dans la glace en s'interrogeant si les lois qu'il veut à juste titre appliquer, sont respectées par lui-même ou par les élus de la nation ? Pourquoi la loi DALO imposant de proposer des solutions de logement ou d'hébergement à ceux qui sont reconnus prioritaires n'est pas respectée ? Pourquoi alors la loi sur les aires des gens de voyage sans faire d'amalgame avec les roms n'est toujours pas respectée douze ans après sa promulgation ? Pourquoi près de 50 % de communes ne respectent pas la loi SRU imposant la construction de logements sociaux ? Pourquoi des expulsions sont-elles encore exécutées sans offre de logement ou d'hébergement ?

Des solutions existent, telles que des terrains aménagés pour un accueil de type individuel ou collectif (mal dénommé "villages d'insertion"), pas si coûteux que certains veulent le dire, des dispositifs d'insertion expérimentés dans plusieurs communes, des places d'accueil supplémentaires créées ou réservées pour soutenir ces familles.

La Fondation Abbé-Pierre et le mouvement Emmaüs soutiennent et défendent plusieurs projets comme ceux de Choisy-Le-Roi, de Marseille, en Seine-Saint-Denis et quelques autres.

Sur le site de Choisy, le lieu a été baptisé "permis de vivre" inspiré par l'Abbé Pierre qui dans les années 1950 avait placardé ceci à l'entrée d'un camp de fortune installé en région parisienne à l'improviste, en réponse à l'administration qui lui réclamait les papiers justifiant d'un permis de construire.

Le "permis de vivre", plus qu'un lieu, plus qu'un programme, plus qu'un dispositif, c'est un choix de société.

Patrick Doutreligne, Fondation Abbé-Pierre
Ulfo25
 
Messages: 354
Enregistré le: 04 Juil 2012, 17:09
Localisation: Besançon

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede bipbip » 16 Aoû 2012, 12:46

Communiqué d'AL

Solidarité avec les Roms

Cet été des Roms ont été expulsé-es d’une bonne dizaine de lieux (camps, squats, bâtiments…). A cela on doit ajouter qu’un charter est parti de Lyon plein de rentrant-es « volontaires ». Ceux et celles expulsé-es mardi matin logeaient dans un bâtiment permettant des conditions de vie décentes et étaient soutenu-es par le voisinage."

Les conséquences de ces expulsions sont : la perte de toutes les affaires des personnes expulsées (sauf ce qu’elles peuvent emporter en un voyage), la mise à la rue de familles entières qui se réinstalleront plus loin après avoir erré un peu, la déscolarisation des enfants et surtout la difficulté à continuer la solidarité… Elles ne résolvent rien et caressent seulement les racistes dans le sens du poil. Les personnes raccompagnées dans les pays d’origine, où elles sont assez maltraitées pour préférer la police d’ici, reviendront.

Ceux et celles qui se souviennent des protestations de Valls et Hollande au moment où Sarko et son gouvernement chassaient les Roms ont la nième et peu nécessaire confirmation de l’hypocrisie absolue et de la droitisation du gouvernement actuel.

Ce ne sont pas les urnes qui nous permettront de sortir des situations de violence et de pauvreté mais bien nos luttes et nos solidarités. Ce ne sont pas les politiciens qui stigmatisent les personnes étrangères pour éviter l’unité contre leur propre politique qui feront quoi que ce soit pour l’égalité mais bien nos actions et nos combats.

Solidarité avec les Roms, partout, hier comme demain.

Alternative libertaire le 16 août 2012

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede altersocial » 24 Aoû 2012, 13:10

La CGT réclame pour les Roms "un accès normal au marché du travail"

PARIS, 23 août 2012 - La CGT a demandé jeudi l'abrogation des mesures restrictives imposées aux ressortissants roumains et bulgares en matière d'emploi pour leur "permettre un accès normal au marché du travail".

"On ne peut pas reprocher à des personnes de vivre dans des bidonvilles s'ils n'ont pas une vraie possibilité de travailler", déclare la CGT dans un communiqué au lendemain de la décision du gouvernement d'assouplir les conditions d'accès à l'emploi des Roumains et Bulgares, principales nationalités des Roms.

"La CGT, tout comme la Confédération européenne des syndicats, s'est prononcée pour l'abrogation des mesures transitoires qui frappent l'ensemble des citoyens roumains et bulgares et qui gênent leur accès normal au marché du travail de notre pays", ajoute la centrale de Bernard Thibault, en rappelant que ces dispositions "devront disparaître au plus tard le 31 décembre 2013".

Elle juge aussi "essentiel que les migrants qui travaillent disposent d'un contrat de travail aux normes françaises", soulignant "la responsabilité de l'employeur".

La confédération dénonce au passage "le lourd héritage sarkozyste vis-à-vis de ces populations, en particulier depuis leur odieuse stigmatisation dans le discours de Grenoble" de juillet 2010.

Mercredi, à l'issue d'une réunion interministérielle à Matignon, le gouvernement a annoncé la suppression de la taxe que l'employeur doit verser pour embaucher un Roumain ou un Bulgare et l'élargissement de la liste des 150 métiers auxquels ils ont actuellement accès.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Denise » 24 Aoû 2012, 14:29

ils ont déja oublié quand ils ont expulsé les sans papiers de la bourse du travail de paris les fachos de la CGT. ou bien est ce qu'ils voient dans les roms un nouveau marché comme celui de la régularisation des sans papiers?
Denise
 
Messages: 55
Enregistré le: 06 Nov 2011, 12:57

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede hocus » 24 Aoû 2012, 15:54

Denise a écrit:ils ont déja oublié quand ils ont expulsé les sans papiers de la bourse du travail de paris les fachos de la CGT. ou bien est ce qu'ils voient dans les roms un nouveau marché comme celui de la régularisation des sans papiers?


bien jouer denise de parler de ça après l'ouverture d'un vote de ban contre toi. comme ça tu pourras prétendre que les méchants staliniens ont essayer de censurer ta critique des cgtistes

ça joue fin.
hocus
 
Messages: 167
Enregistré le: 17 Fév 2010, 16:03

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Nyark nyark » 26 Aoû 2012, 23:02

La nomination de Valls, ami d'Alain Bauer, à l'Intérieur, ça ne présageait rien de bon... Va y avoir du taff à la rentrée...
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 16:46
Localisation: Région parisienne

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 30 Aoû 2012, 23:03

Communiqué de la LDH et Rencontres Tsiganes de Marseille du 30 août 2012.
NOUVELLE EXPULSION DE FAMILLES ROUMAINES A MARSEILLE


A l’heure où la circulaire ministérielle relative à « l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements » est communiquée, les familles installées à Château Gombert dans le 13° arrondissement de Marseille, ont été expulsées, sans aucune autre perspective que celle de continuer leur errance....ou de repartir en Roumanie ! Car c’est bien ainsi qu’il nous faut résumer la politique de ce gouvernement, dans la continuité des gouvernements précédents.

Les références à l’égalité des droits, à la dignité, à la concertation masquent difficilement la volonté politique de faire disparaître de notre territoire ces citoyens européens, faisant l’objet, quoiqu’en pense le Ministre de l’intérieur d’une discrimination.

Quand cesserons-nous de parler de démantèlement de camps pour prendre pleinement la mesure à l’échelon européen des discriminations et de la misère grandissante.

Pas plus que le Ministre de l’intérieur, les familles roumaines, les associations et les citoyens ne veulent de bidonvilles.

Il est grand temps de s’attaquer aux vrais problèmes, ceux de la misère et des sentiments de rejets qui se font jour.

Il est grand temps de mobiliser réellement toutes les énergies et de mettre un terme à ce jeu de la patate chaude, aux assignations à répétition et aux expulsions.

Marseille le 30 août 2012
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Tsiganes, Rroms...entre exclusion et racisme.

Messagede Béatrice » 03 Sep 2012, 20:12

Des experts de l’ONU enjoignent la France à respecter les droits de la communauté Rom.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp ?NewsID=28842

29 août 2012 –

Des experts des droits de l’homme mandatés par l’ONU ont appelé mercredi le Gouvernement français à assurer que ses décisions concernant l’expulsion de Rom et le démantèlement des camps respectent toutes les normes de non-discrimination en vigueur aux niveaux européens et international.

Selon les Rapporteurs spéciaux sur les minorités, les migrants, le logement et le racisme, « les expulsions se poursuivent et menacent de mettre des familles dans des situations de grande vulnérabilité ».

« Les expulsions forcées ne sont pas une réponse appropriée, des solutions alternatives conformes aux normes des droits de l’homme doivent être recherchées », a déclaré Raquel Rolnik, la Rapporteuse spéciale sur le droit au logement dans un communiqué de presse publié conjointement par les experts.

« Des mesures contraignantes de protection, y compris la mise à disposition d’alternatives pour un logement décent, doivent être mises en place pour assurer que les individus, en particulier les femmes, les enfants et les personnes handicapées, ne se retrouvent pas sans abris ou soient davantage vulnérabilisés », a-t-elle préconisé.

L’experte a également noté qu’« en dépit du fait que ces actes soient justifiées sur la base de l’insalubrité, très peu d’efforts visibles sont déployés pour trouver des alternatives, comme l’amélioration des conditions de logement de ces communautés ».

En août, plusieurs expulsions, documentées par des ONG et les médias, ont eu lieu, notamment à Lille, Lyon et Paris. Elles devraient se poursuivre, indique le gouvernement français. Les experts ont rappelé que des actions similaires avaient été lancées en août 2010, suscitant des critiques généralisées.

« Ces informations sont préoccupantes, en particulier parce que ce n’est pas la première fois que les Rom sont collectivement expulsés de France », a rappelé l’experte indépendante sur les minorités Rita Izsák. « Les Rom sont des citoyens de l’Union européenne et forme la minorité la plus marginalisée d’Europe. De façon regrettable, ces actes démontrent que les Rom ne jouissent toujours pas des mêmes libertés de circulation et d’établissement et continuent de subir des traitements discriminatoires ».

Selon le Rapporteur Spécial sur les droits des migrants, François Crépeau, « l’objectif ultime semble être l’expulsion de France des communautés migrantes Rom ». Il a relevé que « les expulsions collectives sont interdites par le droit international et que les rapatriements doit être volontaire et basé sur des évaluations individuelles et une surveillance indépendante ».

Le Rapporteur Spécial sur le racisme, Mutuma Ruteere, a prévenu que « ces expulsions alimentent inévitablement le climat d’hostilité –déjà préoccupant- à l’égard des Rom en France ». Il a aussi souligné l’importance d’efforts soutenus pour traiter de la marginalisation des Rom dans les domaines du logement et de l’emploi, et ce afin de faciliter leur insertion sociale.


http://www.millebabords.org/spip.php?article21389
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité