Galaxie extrême droite

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Galaxie extrême droite

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 15:29

La Nouvelle librairie : quel est son projet ? Qui est son gérant François Bousquet ?

L’ouverture d’une nouvelle librairie à Paris en septembre dernier a été le principal événement de la rentrée pour l’extrême droite francilienne : quelques journalistes s’y sont intéressés, mais en se contentant d’aller y dénicher des ouvrages “sulfureux”, sans plus s’intéresser ni à la genèse du projet de la librairie, ni au parcours de son gérant, François Bousquet. C’est donc ce que nous vous proposons de découvrir…

L’idée d’ouvrir une nouvelle librairie nationaliste dans Paris semble se concrétiser au début du printemps 2018, motivée par au moins deux raisons.

Premièrement, en particulier en raison d’une forte hausse du loyer, et moins de deux ans après la mort de son fondateur Emmanuel Ratier, la petite librairie Facta se voit contrainte de fermer en juin, faisant ainsi disparaître la dernière librairie d’extrême droite parisienne, si on excepte les librairies catholiques traditionalistes, Librairie française incluse[1].

Deuxièmement, la revue Éléments cherchant à étendre son influence comme passerelle entre toutes les droites, il lui fallait pour cela un espace physique pour organiser des rencontres, mettre à l’honneur certains auteurs et devenir ainsi the place to be de l’union des droites. C’est pourquoi le projet se présente à l’origine comme un projet collectif, auquel participe différentes tendances de l’extrême droite ayant une activité éditoriale importante, avant de finalement accoucher d’une librairie toute entière dédiée au projet de l’aile la plus à droite de la revue Éléments, qu’incarne François Bousquet.

... http://lahorde.samizdat.net/2018/10/29/ ... -bousquet/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Galaxie extrême droite

Messagede bipbip » 18 Nov 2018, 20:23

Fermeture du Pavillon Noir, local lyonnais du Bastion Social

Communiqué de la Coordination des Groupes Anarchistes - Lyon sur la fermeture du Pavillon Noir et mise à jour de la cartographie de l’extrême-droite lyonnaise.

Fermeture du Pavillon Noir, local lyonnais du Bastion Social : une victoire collective emblématique qui en appelle d’autres

Suite à l’échec de l’ouverture d’un squat raciste et discriminatoire en plein centre-ville en juillet 2017, les militants du GUD réunis sous la bannière du Bastion Social, ont ouvert un local en janvier 2018 dans le 5ème arrondissement au 73 quai Pierre Scize.

La Coordination des Groupes Anarchistes Lyon a pris l’initiative d’appeler à une lutte unitaire début janvier 2018 pour tenter de relancer une lutte collective contre ce local et ses occupants.

Depuis cette 1ère réunion, de nombreuses mobilisations ont été à l’initiative de ce collectif : rassemblements devant l’Hôtel de Ville les 13 janvier et 26 mars 2018 ; manifestations les 3 mars et 26 mai 2018 ; réunion publique le 8 février 2018 ; nombreux tractages ; pétitions ; travail avec les associations de quartiers et les habitant-e-s révolté-e-s par cette nouvelle ouverture dans leur quartier.

Nous savions dès le départ que pour réussir à faire fermer ce local, nous devions travailler sur le terrain avec d’autres collectifs, organisations, syndicats et habitant-e-s partageant la nécessité d’agir, afin de créer un rapport de force suffisant : l’isolement nous aurait conduit à un probable échec.

C’est donc grâce à la mobilisation de toutes et de tous que la fermeture a pu avoir lieu mais nous souhaitons insister sur 3 points importants :
- La fermeture administrative décidée par la mairie est le fruit de la mobilisation et non d’une volonté politique réelle. Le lieu n’est pas fermé pour idéologie raciste, incitation à la haine ou apologie du nazisme mais bien pour des raisons de sécurité. Ce fut le cas également pour la fermeture du Bunker Korps Lyon en 2011 et le 1er pavillon noir du GUD l’année dernière.
Il n’y a pas eu de position franche de la mairie en conseil municipal contrairement à Strasbourg et à Chambéry. Et bien évidemment, le retour de Collomb dans sa principauté lyonnaise n’a aucune coïncidence avec la fermeture.
- Les différentes actions de pressions menées hors du collectif contre le pavillon noir ont aussi permis d’afficher une volonté de ne plus laisser la voie libre à ce groupuscule violent. La violence physique est bien du côté de l’extrême-droite : les nombreuses agressions, intimidations, pressions exercées pendant les 1er mois d’ouverture le montrent bien.
- Nous déplorons l’abandon total des habitant-e-s du quartier et de l’immeuble par la mairie centrale pendant les 10 mois où ce local a été ouvert au public. La seule réponse des autorités aura été de mettre en danger les habitant-e-s en leur demandant de régler eux et elles-mêmes les problèmes causés par les néo-nazis du bastion social. Le résultat a été un vrai calvaire pour eux et elles, des intentions de déménager ou d’habiter ailleurs les soirs d’ouverture du local.

Et maintenant que le pavillon noir est fermé, nous allons bien évidemment continuer notre travail de vigilance, d’information et de riposte face au Bastion Social pour éviter une réouverture dans un autre lieu.

Mais surtout, cette victoire pour les habitant-e-s du 5ème et d’ailleurs en appelle d’autres.

Car l’implantation de l’extrême-droite est bien présente sur la ville : il y a encore la Maison Bleue du PNF (à priori inactive), le local de l’Action Française dans le 2ème et surtout la Traboule de Génération Identitaire ainsi que sa salle de sport raciste et discriminatoire l’Agogé.

La lutte collective continue et doit s’amplifier pour aboutir à la fermeture de ces lieux.
Reprenons rue par rue nos quartiers et ne laissons aucune place à ces fascistes et néo-nazis !



cartographie

Image

P.-S.
Quelques compléments d’infos :
- l’Etat via la Préfecture ou la Ville de Lyon n’a pas besoin d’une fermeture d’un local de fachos pour prétexter la fermeture d’un lieu libertaire, autogéré, d’un squat ou de tout autre lieu militant. Il l’a fait et le fera malheureusement encore. A nous de faire en sorte collectivement que cela n’arrive pas notamment en créant des liens avec les habitant-e-s des quartiers où nous sommes implantés pour trouver un soutien suffisant.
- Demander la fermeture d’un local de nazis ne fait pas le jeu de la bourgeoisie : la demande de fermeture est faite pour les habitant-e-s du quartier (et là en l’occurrence de l’immeuble) qui était plus qu’en souffrance face à cette ouverture. On ne peut que difficilement s’imaginer ce que cela peut être de vivre au-dessus d’un local occupé par les nazis du Bastion Social.
- La fermeture est, il est vrai administrative : c’était déjà le cas en 2011 pour le Bunker Korps Lyon et personne ne trouvait trop à redire...il fallait fermer ce lieu et le rapport de force mis en place par le précédent collectif a été suffisant pour faire bouger la mairie. Là, il en est de même : il ne fallait pas attendre autre chose de la mairie lyonnaise.
- Non, le local ne rouvrira pas publiquement : pour cela, il faudrait que les fachos fassent les travaux demandés (choses non faites depuis les 1ères injonctions) ; achètent le local (car celui-ci est en vente) ; et surtout trouvent un terrain d’entente avec les habitant-e-s de l’immeuble pour utiliser la cour intérieure (ce qui semble aujourd’hui impossible à part en rachetant les 4 étages). Les nazis du BS peuvent l’occuper mais aucune ouverture au public n’est toléré : donc plus ou beaucoup moins de rentrées financières.
Déjà que les loyers étaient loin d’être payés et que Steven a pioché dans la caisse...
- sur la cartographie, il manque l’ISSEP qui sera rajoutée prochainement.

https://rebellyon.info/Fermeture-du-Pav ... nais-19773
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34504
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité