Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Ian » 10 Jan 2014, 20:44

Pïérô a écrit:Valls participe à mettre en œuvre une politique qui s'apparente à un racisme d'Etat
Elle ne fait que s'apparenter? Je pense que c'est du racisme d’État.

Et au delà de l'antisémitisme évident de Dieudonné, cette interdiction crée un dangereux précédent : quand demain les intégristes catholiques s'en prendront à une pièce de théâtre ou tout autre spectacle jugé blasphématoire pour tenter de le faire interdire, ils pourront utiliser exactement les mêmes arguments (risque de trouble à l'ordre public, atteinte à leurs personnes, etc).

De toute façon, on ne combat pas le racisme ni l'extrême droite en s'en remettant à .... son principal pourvoyeur de voix (l’État et le gouvernement). Ce sont bien les politiques racistes d’État qui légitiment et alimentent le racisme et l'extrême droite.
Avatar de l’utilisateur-trice
Ian
 
Messages: 388
Enregistré le: 13 Déc 2009, 14:43

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Kzimir » 11 Jan 2014, 00:15

L'argument du "Si Valls interdit Dieudonné, il pourrait tout aussi bien interdire les progressistes" ne tient pas un quart de seconde. Sinon à tomber dans un espèce de relativisme du tout est pareil. Je suis contre la liberté d'expression pour les fascistes, ça veut pas dire que je sois contre pour tout le monde. De même je suis pour quand les antifas vont chercher à empêcher des meetings fascistes, et je suis contre quand des fachos cherchent à empêcher nos initiatives. Tout simplement parce qu'on est pas d'égal à égal, on est pas symétriques eux à droite et nous à gauche. Attention à ne pas tomber dans un espèce d'idéalisme à la sauce 18e siècle.
Ensuite personne ici ne dit que Valls soit devenu antiraciste, mais que sur ce point, son action d'interdiction est en cohérence avec la lutte à mener contre l'antisémitisme. Donc sur ce point là cela ne me pose pas problème de soutenir cette mesure. Cela n'empêche pas de lutter contre l'islamophobie et le racisme anti-Rom par ailleurs. D'ailleurs sur d'autres points cette logique ne pose pas de problèmes : Les progressistes ont soutenu la loi pour le mariage pour tous, cela n'empêche pas que le PS ne soit pas spécialement à la pointe du combat antisexiste ou antihomophobe.
Par contre on peut considérer ici qu'il y a une idéologie antisémite et complotiste qui progresse parmi les masses populaires, et qu'il faut combattre cette idéologie là. Et je constate que notre courant politique ne peut lutter contre l'antisémitisme sans chercher à s'autolimiter (du genre "on est contre l'antisémitisme, mais on est aussi contre Valls et contre le sionisme"), qu'on se sent obligé de nuancer. Et je trouve ça extrêmement dommageable. Le racisme doit être combattu sans nuances, que ce soit l'antisémitisme, l'islamophobie, ou la romophobie, et pas avec des positions faussement dialectiques de type "ni ... ni ...". Et je trouve encore plus dommageable quand la condamnation de l'antisémitisme n'est qu'un prétexte pour taper sur le sionisme ou sur Valls, ce qui, vu la situation actuelle, est soit totalement hors sujet, soit du dieudonnisme qui s'ignore (et en lisant certains articles anti-Dieudonné, j'ai parfois l'impression que le principal reproche qui lui est fait n'est pas d'être un antisémite, mais d'avoir osé quitter la gauche pour faire pote avec des fachos).
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 17:15

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Blackwater » 12 Jan 2014, 20:41

Ce sont les politiques antisociales du gouvernement dont fait partie Valls qui font monter l'extrême-droite et Dieudonné... donc oui, je trouve qu'il est 100% cohérent, ce ni-ni.

Et trouver la lutte contre le sionisme comme quelque chose de "totalement hors sujet", c'est nier totalement ce qui se passe en permanence en Palestine. C'est quand même assez honteux de dire ça.
(Rapport de voyage à Gaza (décembre 2013) par Pierre Stambul sur le site de l'OCL)

Et depuis quand en tant qu'anarchistes, on doit soutenir la lutte juridique contre l'antisémitisme? Désolé, je suis plutôt partisan de la lutte des classes qui se passe dans la rue, seule à même de préserver le prolétariat du péril fasciste/antisémite/....
Tu ne peux pas dire d'un côté "vive l'abstention, les candidats électoraux sont les candidats de la bourgeoisie, le changement c'est dans les luttes sociales" et de l'autre côté dire bravo à Valls.
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 13:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Kzimir » 12 Jan 2014, 23:46

C'est la crise du capitalisme qui fait monter le racisme, et Valls a sa place dans cette crise puisqu'il incarne une fraction de la bourgeoisie au pouvoir. Je ne vois en aucun cas en quoi ça nous empêche de soutenir des initiatives gouvernementales faisant fermer leur gueule aux fachos. Comme quand après le meurtre de Méric le gouvernement a dissous Troisième Voie. Ou comme quand il force des Faurisson à se taire. Et ça ne veut en aucun cas dire que c'est suffisant, ni que c'est le top du combat antifasciste, juste que ça va plutôt dans la bonne direction, et qu'en conséquence ben pourquoi pas ?
Quand à la Palestine, c'est au contraire le fait de lier les deux qui est grave. C'est une manière de faire croire que l'antisémitisme en France est une conséquence de la politique israélienne. Et c'est à la fois une méconnaissance totale de l'histoire de France (parce que l'antisémitisme est enraciné dans l'histoire occidentale depuis des siècles, et que son renouveau aujourd'hui s'inscrit dans cette histoire) et une manière de rejetter la responsabilité de l'antisémitisme sur une frange de ceux qui en sont les victimes (du genre "l'antisémitisme c'est la faute des juifs sionistes").
Et oui, le changement passe par les luttes. Mais croire que l'Etat intervient forcément à contre-sens et qu'il est complètement déconnecté des pressions sociales c'est du mauvais idéalisme. L'Etat n'est qu'un outil utilisé par la bourgeoisie pour refléter les rapports de force en son sein et les imposer aux classes populaires. Et il se trouve qu'il y a des fractions plus ou moins réactionnaires au sein de la bourgeoisie, et que les intérêts de certaines de ses franges peuvent entrer en concordance avec ceux du prolétariat. Quand la frange démocrate de la bourgeoisie utilise l'Etat pour taper sur la frange fasciste de la bourgeoisie, je ne vois pas de raison de ne pas la soutenir. Et cela ne veut en aucun cas dire que je m'imagine que l'Etat soit devenu un reflet des intérêts des travailleurs, ou un outil de démocratie réelle.
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 17:15

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Blackwater » 13 Jan 2014, 20:02

Je comprends ton point de vue, même si je ne le partage pas. Mais ça a le mérite de montrer un autre son de cloche au sein de notre courant. :wink:

Moi je reste d'avis que c'est totalement contre-productif d'interdire Dieudonné tout comme ça l'était d'interdire l'Oeuvre Française et Troisième Voie, car cela, dans les faits, les arrange souvent beaucoup. Les fascistes, l'un de leur truc qui convainc le plus les prolétaires déboussolés, c'est la posture anti-système et la posture de martyr. Et ça c'est quelque chose de commun à toute l'extrême-droite entière. Du FN à Soral en France, ou Aube Dorée en Grèce, ils jouent la carte des rebelles, ils ne demandent que ça d'être détesté par le pouvoir en place!
En interdisant les fascistes étatiquement, cela ne fait que les renforcer à mon avis.
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 13:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Ian » 13 Jan 2014, 21:03

Kzimir a écrit:Mais croire que l'Etat intervient forcément à contre-sens et qu'il est complètement déconnecté des pressions sociales c'est du mauvais idéalisme.
Sauf que là, l'interdiction n'a rien à voir avec de quelconques pressions sociales si ce n'est de faire diversion pour faire oublier tout le reste (à commencer par le racisme d’État).

Et en réalité, cette interdiction est un énorme coup de pub à Dieudonné et à ses idées. Elle accrédite l'idée bidon comme quoi il serait réellement "antisystème".

Il me semble que nous avons un désaccord sur la nature du fascisme. L’État bourgeois ne peut pas être un rempart contre le fascisme. Aujourd'hui, le gouvernement est d'ailleurs le premier pourvoyeur de l'extrême droite au travers de son racisme d’État qui légitime les idées d'extrême droite. Les ridicules gesticulations de Valls ne sont là que pour faire oublier qu'il est le raciste numéro un en actes de notre pays.

Kzimir a écrit:Quand la frange démocrate de la bourgeoisie utilise l'Etat pour taper sur la frange fasciste de la bourgeoisie, je ne vois pas de raison de ne pas la soutenir. Et cela ne veut en aucun cas dire que je m'imagine que l'Etat soit devenu un reflet des intérêts des travailleurs, ou un outil de démocratie réelle.
C'est pour moi une vision très idéaliste de la question du fascisme. Dans les faits, la "frange démocrate" est la même que celle qui amène le fascisme au pouvoir. C'est plus une question de période, de situation politique et sociale.
D'un point de vue matérialiste, la bourgeoisie cherche avant tout à préserver ses intérêts et en temps normal, ça ne passe pas par le fascisme (mais par contre, le racisme, le sexisme, etc peuvent être bien utiles). C'est seulement lorsque la bourgeoisie a peur pour ses intérêts qu'elle peut basculer vers une option fasciste. Et la peur, ça fait oublier tous les beaux principes "démocrates" et autres.

Autrement dit, si les bourgeoisies allemande, italienne ou espagnole ont choisi la voie du fascisme à l'époque, c'est par peur d'une révolution sociale, pas parce qu'elles étaient moins "démocrates" que les autres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Ian
 
Messages: 388
Enregistré le: 13 Déc 2009, 14:43

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Blackwater » 13 Jan 2014, 22:29

BlackBombA a écrit:Je comprends ton point de vue, même si je ne le partage pas. Mais ça a le mérite de montrer un autre son de cloche au sein de notre courant. :wink:

Moi je reste d'avis que c'est totalement contre-productif d'interdire Dieudonné tout comme ça l'était d'interdire l'Oeuvre Française et Troisième Voie, car cela, dans les faits, les arrange souvent beaucoup. Les fascistes, l'un de leur truc qui convainc le plus les prolétaires déboussolés, c'est la posture anti-système et la posture de martyr. Et ça c'est quelque chose de commun à toute l'extrême-droite entière. Du FN à Soral en France, ou Aube Dorée en Grèce, ils jouent la carte des rebelles, ils ne demandent que ça d'être détesté par le pouvoir en place!
En interdisant les fascistes étatiquement, cela ne fait que les renforcer à mon avis.


Et je rajoute même que c'est précisément en prouvant au prolétariat en quoi l'antisémitisme, Dieudonné, le FN, l'UMP, le PS sont dans le même camp qu'on pourra réussir ce qu'on souhaite. De toute manière, c'est bien en développant la conscience de classe qu'on fait le meilleur rempart contre le fascisme!
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 13:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Kzimir » 13 Jan 2014, 23:20

Ian a écrit:C'est pour moi une vision très idéaliste de la question du fascisme. Dans les faits, la "frange démocrate" est la même que celle qui amène le fascisme au pouvoir. C'est plus une question de période, de situation politique et sociale.
D'un point de vue matérialiste, la bourgeoisie cherche avant tout à préserver ses intérêts et en temps normal, ça ne passe pas par le fascisme (mais par contre, le racisme, le sexisme, etc peuvent être bien utiles). C'est seulement lorsque la bourgeoisie a peur pour ses intérêts qu'elle peut basculer vers une option fasciste. Et la peur, ça fait oublier tous les beaux principes "démocrates" et autres.

Autrement dit, si les bourgeoisies allemande, italienne ou espagnole ont choisi la voie du fascisme à l'époque, c'est par peur d'une révolution sociale, pas parce qu'elles étaient moins "démocrates" que les autres.

Il me semble que tu oublies qu'il existe des contradictions internes au sein de la bourgeoisie également. Par exemple la grande bourgeoisie n'aura pas les mêmes intérêts que la petite bourgeoisie. Et même au sein de la grande bourgeoisie, les milieux issus des secteurs de l'armement n'auront pas forcément les mêmes intérêts que celle du secteur agricole par exemple. Ce qui fait l'unité de la bourgeoisie, c'est qu'elle se nourrit du travail du prolétariat, rien de plus. En ce sens, par exemple quand le nazisme a pris le pouvoir, une frange de la bourgeoisie a soutenue l'option Hitler (plutôt les milieux de l'armement ou de la chimie), et une autre a soutenue l'option Hindenburg et le Front de Fer (plutôt les milieux bancaires). Actuellement une majorité de la bourgeoisie française soutient l'UMP et le PS, c'est à dire des options démocrates bourgeoisies, une autre soutient des options fascistes autour de Dieudonné et du FN.

Je clos un peu le truc parce que je viens de lire un texte que je trouve très intéressant sur le site d'Anarkismo, je balance le lien : http://www.anarkismo.net/article/26612 Je ne sais pas qui l'a écrit, mais il me semble poser des questionnements vraiment pas mal.
Kzimir
 
Messages: 782
Enregistré le: 13 Fév 2010, 17:15

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Ian » 14 Jan 2014, 02:00

Oui, j'admets tout à fait avoir été schématique dans mon propos. Il y a des contradictions tant matérielles qu'idéologiques dans la bourgeoisie, et elle ne fait pas des choix en bloc. Par contre, ce sont bien les mêmes qui un jour sont "démocrates", et le lendemain les meilleurs supporters du fascisme.

Parce qu'il faut bien voir que la victoire du fascisme passe par le basculement d'une part décisive de la grande bourgeoisie vers l'option fasciste, comme dernier rempart contre la révolution sociale.
En disant ça, je ne rentre pas dans le débat de ce qui en constitue les troupes (petite bourgeoisie déclassée etc), mais qui est évidemment une condition également. Il lui faut bien une base sociale!

Enfin tout ça pour dire que le problème n'est pas de faire confiance à une "frange démocrate" de la bourgeoisie (qui serait "démocrate" presque par essence) contre une "frange fasciste" (plus ou moins par essence aussi), mais de comprendre que l'on ne peut compter que sur nos propres forces pour combattre le fascisme, à commencer par combattre le racisme d’État, pour l'égalité des droits, l'internationalisme, etc.
Parce que l’État fait bien plus de ravages que les spectacles antisémites d'un "comique" pas très drôle...
Avatar de l’utilisateur-trice
Ian
 
Messages: 388
Enregistré le: 13 Déc 2009, 14:43

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede altersocial » 14 Jan 2014, 13:32

Kzimir a raison de souligner les contradictions internes à la bourgeoisie, qui n'agit pas comme un bloc par le biais d'un Etat abstrait qui auto-agirait d'un façon linéaire pour les intérêts d'une bourgeoisie, l'analyse inverse serait une analyse quelque peu "complotiste". Mais là où je rejoins Ian c'est qu'il n'est pas opératoire de se ranger derrière cette bourgeoisie paternalo-raciste du parti socialiste représentée à la perfection par Manuel "trop de Blacks sur le marché mettez-y moi des blancs" Valls, tout comme il ne serait pas opératoire de marché avec Arno "Les Roms sont en partie responsables de leur situation" Klarsfeld contre MbalaMbala.
Si j'ai souri de la dissolution des groupes fachos en pensant à tout leur matériel militant foutu en l'air en conséquence, je n'oublie pas d'une que c'est l'Etat bourgeois qui a favorisé les groupuscules fachos de Lyon à Paris (idiots utiles de la diversion politique pour gauchistes) de deux que cette tendance répressive-spectaculaire de l'Etat peut s'appliquer (pour Hollande l'ennemi n°1 c'est l'Union Solidaires) à notre militantisme - et s'y applique déjà d'ailleurs-, de trois cette diversion de la bourgeoisie démocrate contre le nanti MbalaMbala n'est pas opératoire d'un point de vue classiste, il ne faut pas alors masquer nos faiblesses -légitimes car effectifs militants insuffisants?- en nous réfugiant derrière une partie de la bourgeoisie démocrate, mais xénophobe, là où il faut renvoyer dos à dos deux logiques basées sur le même populisme aclassiste, celle du démocrate Valls et celle du businessman MbalaMbala.

Parce que l’État fait bien plus de ravages que les spectacles antisémites d'un "comique" pas très drôle...


Oui et non. Oui si on en reste à une grille de lecture nationale où les ravages de l'Etat xénophobe affaiblissent une partie du prolétariat fragilisée et freinée dans ses luttes par la chasse aux sans-papiers. Non si on part d'un point de vue de classe où il nous faut mettre un cordon sanitaire entre la formidable machine de propagande du complotisme/rougebrunisme/solidarisme et une partie -minoritaire mais réelle- de notre classe. Rien n'est alors plus ravageur que la paranoïa antisémite en guise de critique simpliste du "capital" au sein de notre classe.

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Ian » 14 Jan 2014, 20:39

altersocial a écrit:Non si on part d'un point de vue de classe où il nous faut mettre un cordon sanitaire entre la formidable machine de propagande du complotisme/rougebrunisme/solidarisme et une partie -minoritaire mais réelle- de notre classe. Rien n'est alors plus ravageur que la paranoïa antisémite en guise de critique simpliste du "capital" au sein de notre classe.
Mais l'idéologie d’État, le racisme d’État, font bien plus de dégâts dans notre classe. Faut pas oublier qu'une très grosse partie de notre classe croit sérieusement les conneries du type "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde" etc, et applaudit les rafles de sans-papiers, les expulsions...

Là où je te rejoins par contre, c'est que les Dieudonné et cie détournent une révolte légitime contre le système vers des objectifs de division de notre camp social et de préservation du système. En ça, ils sont clairement un frein à ce que la révolte s'exprime sur un terrain de classe, et là dessus c'est vrai que c'est un problème central auquel il faut être en mesure de répondre.
Avatar de l’utilisateur-trice
Ian
 
Messages: 388
Enregistré le: 13 Déc 2009, 14:43

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede bipbip » 16 Jan 2014, 14:53

Dieudonné-Valls : ni peste ni choléra !
http://alternativelibertaire.org/?Dieud ... i-peste-ni
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30503
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede altersocial » 16 Jan 2014, 21:06

Dieudonné : occupons-nous de nos libertés, pas de celle des fascistes

Depuis plu­sieurs semai­nes, l’affaire Dieudonné fait grand bruit. Dans sa prét­ention à lutter contre le racisme, sous l’impul­sion d’un Manuel Valls prompt à faire oublier ses propos contre les Roms, le gou­ver­ne­ment a décidé de passer à la sanc­tion. L’arti­cle de Sujette Sensible, qui suit, remet quel­ques pen­du­les à l’heure, pré­cisant que la lutte contre le racisme, la xénop­hobie, l’antisé­mit­isme, etc., n’est pas l’apa­nage de l’État répub­licain et de sa jus­tice. Ni Patrie Ni Frontières.

Depuis des années, je regarde les mee­tings et les vidéos de Dieudonné et Soral. Horrifiée, en colère, humi­liée aussi. Bien que la nos­tal­gie n’ait aucune uti­lité poli­ti­que, et bien que sou­vent on recons­truise le passé, même récent, je ne peux m’empêcher de penser aux réactions de colère qu’auraient décl­enchées UNE seule de ces vidéos, « autre­fois ». Autrefois, c’est à dire le temps où le néo-nazisme n’avait pas encore pris tout cet espace poli­ti­que , par­tout en Europe. Autrefois, quand il n’y avait ni Aube Dorée, ni Breivik, ni Beppe Grillo, ni Dieudonné. Autrefois, quand on n’était pas obligés de voir des croix gammées dans la presse, au moins une fois par semaine sur une mos­quée , sur une syna­go­gue, sur un local de gauche. « Autrefois », il n’y a même pas dix ans.

Et puis, oh sur­prise, un jour, tout le monde parle de ça. Et plein de gens que tu ne savais pas si pas­sionnés par la poli­ti­que, s’indi­gnent et s’émeuvent... qu’un néo-nazi se soit vu couper le sif­flet quel­ques soirées.

Depuis hier soir, la République est en danger, le monde libre trem­ble, c’est 1984 qui frappe un peu en retard aux portes de nos mai­sons tran­quilles.

Un néo-nazi n’a pas pu chan­ter contre les vic­ti­mes de la Shoah. C’est grave. Ah bon ?

D’aucuns vien­nent doc­te­ment t’infor­mer que c’est ta propre liberté d’expres­sion qui est menacée, que toi non plus , « dés­ormais » tu ne pour­ras plus mani­fes­ter et t’expri­mer comme tu le sou­hai­tes. Non, sérieux ?

L’année der­nière, un col­lec­tif de sans-papiers avait décidé, chaque semaine, de mani­fes­ter place de la Bastille. Manuel Valls dont le domi­cile se trou­vait non loin, avait décidé que non. Aussi bien, pen­dant des semai­nes, les sans-papiers furent « encagés », comme on dit élég­amment en argot poli­cier, pen­dant des heures, chaque semaine. Souvent éga­lement, ils furent frappés, insultés, embar­qués. Dans l’indiffér­ence géné­rale. Il est vrai que n’étant pas néo-nazis, ils n’étaient pas méd­ia­tiques. Il est vrai aussi qu’un cer­tain confor­misme dans l’expres­sion poli­ti­que prévaut sou­vent dans les mou­ve­ments de sans-papiers, qui ont rare­ment le sens de l’humour pro­vo­ca­teur et décalé des néo-nazis moder­nes. Après tout, eus­sent-ils impro­visé une ver­sion tek­to­nik de « Maréchal nous voilà », en cos­tume de la divi­sion Charlemagne, qu’on en eût parlé, et qu’il se serait sans doute alors trouvé de nobles voix pour protéger leur liberté d’expres­sion.

Entendons-nous bien : per­sonne n’est obligé de se mobi­li­ser pour la liberté d’expres­sion des sans-papiers, ni même de s’en inquiéter vague­ment à l’apéro. Nous sommes en démoc­ratie, chacun a le droit de considérer, de facto, que d’aucuns sont moins égaux que d’autres, qu’il faut s’y résigner, car on ne change pas le monde, ou y accor­der quel­ques minu­tes d’atten­tion émue, puis d’oublier

Mais quand une fièvre subite saisit tout ce petit monde, parce qu’un néo-nazi n’a pas eu le droit de chan­ter, quand c’est là que le grand mot de Liberté est invo­qué, on est en droit de se deman­der qui est le plus hypo­crite. Un Ministre de l’Intérieur , qui certes n’est pas dépo­urvu d’arrières pensées ambi­tieu­ses , et dont la pos­ture anti­ra­ciste contraste effec­ti­ve­ment avec ses pra­ti­ques habi­tuel­les, ou toute cette foule de belles âmes qui demain, lais­se­ront les libertés bafouées , parce que c’est ainsi que le monde va ? Les deux sans doute.

Certes, comme beau­coup, j’aurais préféré que des mil­liers de per­son­nes soient hier , dès le matin, devant le Zénith de Nantes pour en inter­dire l’accès aux néo-nazis. Certes, comme beau­coup, je ne crois pas que la petite claque donnée hier à un fas­ciste, va endi­guer le flot du néo-fas­cisme, et encore moins faire de ce gou­ver­ne­ment, un organe de combat contre le racisme en général.

Mais enfin, il faudra m’expli­quer quel mal­heur il y a eu hier soir pour la liberté, quand de pathé­tiques petits bruns sont ren­trés chez eux, leur ananas défraîchi sous le bras, déc­onfits de n’avoir pu l’agiter en dan­sant gaie­ment sur la mém­oire d’un géno­cide.

D’autant qu’on peut se ras­su­rer, dès ce matin, sans doute, leur chef pondra une nou­velle vidéo, et quand bien même, l’ins­pi­ra­tion un peu coupée par le trou creusé sur son compte en banque, il gar­de­rait le silence 24 heures, ils pour­ront se conso­ler, au choix, avec celles de Le Pen, de Zemmour ou de Soral, avec Fdesouche ou avec Egalité et Réconciliation.

On res­pire, on se calme, le fas­cisme est tou­jours là, la démoc­ratie est sauvée.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Le GARAP » 27 Jan 2014, 02:09

Un tract du GARAP qui a été distribué dans les rues de Paris au sujet du "jour de colère" de ce dimanche.

« Jour de colère » ? : CARNAVAL RÉACTIONNAIRE !



Ils ont décrété le 26 janvier 2014 « Jour de colère » et c’est comme s’ils avaient aboyé « Mets ta muselière ! », « Crève en silence ! » ou encore « Réclame qu’on t’achève ! ». Sous des apparences trompeuses, Ils défileront pour vanter ta passivité, ils scanderont à ta pacification, ils prieront pour la destruction de tes droits, l’effondrement de ton salaire, la fin des grèves, ta soumission définitive à ton manager, ta réclusion dans une mentalité identitaire, religieuse, conspirationniste. « Ils », ce sont des spécialistes historiques de la falsification du réel, qui font dire aux mots le contraire de ce qu’ils signifient, qui tentent de profiter de tes frustrations, de tes peurs, de ta colère, de ta difficulté à comprendre et à combattre le capitalisme, pour amener ta révolte à se retourner contre toi-même. « Ils », ce sont ces bouffons arrogants qui composent l’extrême-droite. Ils démarchent pour le Front National, s’agitent au Bloc Identitaire, se flagellent à Civitas, commercent à Egalité et Réconciliation, s’emballent pour M’bala M’bala… « Ils » sont bouffons, car ils servent le pouvoir de classe en te divertissant, en semant la confusion dans ton esprit. Ainsi, ils prennent part aux opérations de diversion suscitées par les gouvernements mais sont aussi chargés d’en proposer, d’en propager, en permanence au travers de l’immense dispositif spectaculaire qui maille nos existences. Ils s’esclaffent, parce qu’ils triomphent de toi, quand tu réclames la liberté d’expression pour mieux célébrer l’apogée de son atroce anéantissement par le totalitarisme nazi. Ils rient de toi, parce que tu ne reconnais pas leur inhumanité, celle commune à l’esclavagiste catholique, au SS Totenkopf, au soldat de Tsahal tueur d’enfants palestiniens, quand ils s’amusent à opposer entre-elles les victimes de ces monstres. « Ils » sont arrogants, car pour attirer ton attention, voire gagner ton adhésion, ils essayent de squatter toutes les formes d’expression potentielle de ta révolte : ils feignent de descendre à ton niveau social tout en confortant ta posture de spectateur, ils rassurent les perversions marchandes qui minent ton intimité, flattent ta paresse intellectuelle. Sur l’écran, par lequel ils s’invitent chez toi, ils jouent à l’insurrection contre de fausses cibles (les « juifs », les « homosexuels », les « illuminati », les « francs-maçons », les « financiers », les « immigrés », les « reptiliens »…). L’essentiel, pour eux et les capitalistes qu’ils servent, est que tu renonces à tes propres intérêts de classe, c'est-à-dire que tu ne t’organises pas collectivement, de façon autonome, comme tu as pu le faire déjà dans l’Histoire, pour virer ton patron, déterminer les choix de production, t’attaquer efficacement à l’Etat, abolir l’argent. En un mot, ils veulent que tu fuies l’idée d’un univers libéré de l’inégalité économique, le communisme : un futur où aucun de ces sous-fascistes n’aura évidemment sa place. Si tu doutes, analyse sérieusement « l’affaire Dieudonné ».

Comme le mal nommé « Printemps français », intervenu pour faire passer la réforme des retraites, elle a été manigancée par le Parti Socialiste pour conclure dans l’ombre médiatique son « Pacte de Responsabilité », c'est-à-dire un énième pillage en règle des travailleurs au bénéfice du MEDEF, en collaboration avec les bureaucraties syndicales. Pauvres victimes, Soral, Dieudonné et leur clique sont donc hors de cause ? Non, justement. En effet, ces produits de l’industrie du spectacle devenus agents iraniens, syriens, antisémites, ces tapins du Front National, ces communautaristes, ces religieux délirants, ces alliés objectifs de l’extrême-droite sioniste (la LDJ et le CRIF préfèrent les antisionistes antisémites aux antisionistes antiracistes, car les premiers discréditent le combat antisioniste), petits boutiquiers en ligne de la barbarie, constituent les guignols parfaits dont a présentement besoin la bourgeoisie alors qu’elle frappe durement le prolétariat. Mieux vaut que tu les suives, ce qui, comme ils le souhaitent, te fera peut-être voter Front National
(ce qui arrange toujours le PS et rassure le patronat). Ainsi, tu croiras que tu as une identité à défendre alors que celle-ci n’est plus que fantasme, dans une société où la vie de chacun ressemble de si près à celle du voisin. Cette identité culturelle, religieuse, nationale, ne t’est d’aucune aide pour abattre le coeur des problèmes titanesques de notre temps : le capitalisme. Et cela même quand ce système te colle une couleur, une race, une religion à la peau pour mieux t’opprimer. Revendiquer ces pseudo-distinctions d’origine te conformera encore plus aux desseins des dominants car elles te séparent artificiellement des prolétaires d’autres origines, et sont de potentielles sources de déchirements fratricides au nom de la différence culturelle, devenue un verni empoisonné sur la division des exploités. Dans la lancée, mieux vaut que tu penses, et le ridicule ne tue pas, qu’Israël, 42ème puissance économique du monde, est la source de tous tes maux. Ça t’évite de réfléchir à l’inutilité de ton patron, de la hiérarchie, de la marchandise. Tu pourras toujours faire des quenelles (devant ton ordinateur, sous la douche, sur ton lit de mort…) tu ne resteras, dans ce cas, qu’un crétin qui méconnaîtra pourquoi, en extirpant la valeur de sa force de travail, la bourgeoisie lui met au plus profond la plus grosse « quenelle » qu’il puisse imaginer ! « Bourgeoisie » ? Oui, et pas « juifs », ni « sionistes ». S’il existe des patrons juifs, il en est de tout aussi puissants sans confessions ou de religion catholique, musulmane, protestante, hindoue, bouddhiste... Et surtout, la religion ici n’a aucune importance, ni la nation d’ailleurs, car le capitaliste est la personnification du capital, rapport social et richesse accumulée qui, pour se valoriser, a su, depuis longtemps, se déconnecter de tout impératif moral, religieux, territorial. Les mollahs iraniens, comme les milliardaires qataris, les pétroliers texans, les maîtres français de l’UIMPP, pourraient t’en parler…D’autre part, tu restes encore idiot si tu défends le petit patron contre le gros, le premier ne cherchant qu’à devenir le second. Enfin, il est vain de distinguer la figure du bon industriel et du méchant financier ; l’un et l’autre sont interdépendants, leurs capitaux se confondant.

Ces quelques vérités en tête, regarde ces mariolles brailler leur soi-disant colère, et que vois-tu ? En fait de colère, il n’y a que de la bile croupie crachée par des résidents des beaux-quartiers, des notables provinciaux. Leurs chiards sont là aussi. Les mêmes ont cru, dans leur agitation contre le mariage gay, enfin vivre une jeunesse parce qu’ils se sont encanaillés en provoquant sans trop de risque les bleus encadrés par l’ami commissaire ou préfet. Mais les plans de carrière les aspirent déjà, car la voie de ces fils à papa est toute tracée. Ils continueront de déstructurer les vies privées de leurs exploités, conformément aux lois du business, en réclamant parallèlement l’encadrement de la masse par l’ordre moral... Des identitaires rêvent éveillés à la servilité de ces « Bonnets rouges » qui se sont livrés corps et âmes à leurs patrons, au nom du petit commerce, de l’enracinement régionaliste, du terroir éternel, ces enjolivures de la peste xénophobe, ces habits respectables de la lâcheté sociale. Quelques beaufs, certains des banlieues pauvres, piétinent en éructant un antisémitisme greffé sur un trip religieux, ethnique, une soif de prendre sa part du gâteau capitaliste, en ignorant crânement que, si elle ne fait pas d’eux des révolutionnaires, leur position dans le rapport de classe les condamne à supporter le poids du monde augmenté de leur propre ressentiment.

Ces goules du pourrissement capitaliste disparaîtront sous nos
luttes autonomes qui refleuriront, bientôt. Nos jours de colère,
devenus temps révolutionnaires, feront regretter aux sousfascistes
de toutes sortes, l’emploi de formules qu’ils feraient
mieux de méditer pour se préparer des fuites réussies.
Avatar de l’utilisateur-trice
Le GARAP
 
Messages: 3
Enregistré le: 17 Déc 2013, 20:05

Re: Dieudonné et ses sbires fafs, antisémites, etc...

Messagede Nyark nyark » 27 Jan 2014, 13:43

09h15 le neuf-quinze
Jour de colère : hétéroclite, mais à surveiller


Hétéroclite : c'est le terme favori des commentateurs institutionnels, pour résumer cette sainte-alliance de la quenelle, du bonnet rouge et de Versailles, qui a manifesté hier à Paris, sous la banderole du "Jour de colère". Hétéroclite, en effet, en apparence, cette union sacrée contre les impôts, les sionistes, et les homos. Première question pour les medias du système : quelle place lui donner ? Un simple "off" de quelques secondes, comme sur France 2, centré sur les affrontements et les arrestations de fin de manif ? De longs reportages circonstanciés, comme Mediapart (1), insistant sur les signes extérieurs de néo-nazisme ? Pas de réponse évidente. On peut soutenir que 17 000 personnes (selon la police, 120 000 selon les organisateurs), ce n'est pas grand chose. Et la principale surprise de cette manifestation, convoquée le jour même où ce gouvernement, après tous les autres, avouait sa piteuse défaite contre le chômage (2), c'est qu'elle se soit au fond retrouvée si peu nombreuse. Au plus fort du mouvement des bonnets rouges et des manifs anti-mariage pour tous, le pouvoir redoutait la "coagulation" des mécontentements. Avec deux mois de retard, elle est faite. Et elle ne rassemble pas grand monde.

Mais elle pourrait grossir. Dans un éditorial à pincettes, Thomas Legrand, de France Inter, stigmatise "l'amplificateur d'Internet", dans la mise sur pied de la manif. Il a raison : sans Facebook, la manif pluvieuse d'hier aurait été inimaginable. Après la page Facebook des soutiens au bijoutier de Nice (3), c'est un deuxième mouvement social français récemment né de la Toile. Ce caractère hétéroclite fait d'ailleurs étrangement écho, au même moment, à l'insurrection de Kiev, que les commentateurs parisiens aveuglés s'obstinent à appeler "pro-européenne", alors que les reporters sur place en soulignent au contraire (4) les tiraillements grandissants, entre l'opposition insitutionnelle, et la base ultra-nationaliste, et très peu pro-européenne.

Mais "hétéroclite", la manif Jour de colère l'est-elle autant qu'elle le semble ? L'unifiait, d'abord, le ciment commun de l'indifférence, justement, à son apparente étrangeté. Ils sont incompréhensibles, indéchiffrables, incohérents, ils le savent, mais ils ont tout de même choisi de marcher ensemble. Et sur le fond ? L'alliance d'hier ne dessine-t-elle pas, en creux, le portrait du hollandisme ? Des profondeurs d'Internet, ce gouvernement est vu comme le gouvernement des impôts (le ras le bol fiscal), des homos (le mariage pour tous) et du sionisme (l'interdiction par Valls, "lié de manière indéfectible à Israël" (5), des spectacles de Dieudonné). Hétéroclite et minoritaire, peut-être, mais instructive. C'est un hétéroclite à surveiller.

Image

(1) http://www.mediapart.fr/journal/france/ ... lent-paris

(2) http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/27 ... lp00000003

(3) http://www.arretsurimages.net/emissions ... ice-id6138

(4) http://www.liberation.fr/monde/2014/01/ ... ain_975678

(5) http://www.arretsurimages.net/articles/ ... nte-id5373

Daniel Schneidermann
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1205
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité