Contre l’antisémitisme

...Sans Papiers, antifascisme...

Contre l’antisémitisme

Messagede Pïérô » 01 Avr 2018, 12:11

Contre l’antisémitisme

Déclarations de différentes orgas du mouvement libertaire

CGA, Coordination des Groupes Anarchistes, Lyon

En mémoire de Mireille Knoll, contre les crimes antisémites : solidarité antiraciste

Le meurtre violent de Mireille Knoll, femme prolétaire juive de 85 ans, est d’autant plus révoltant compte tenu de l’histoire de sa vie profondément marquée par la violence antisémite : elle avait échappé à la rafle du Vel d’Hiv, avait trouvé refuge au Portugal et épousé après la guerre un homme ayant survécu à Auschwitz. C’est pourtant cette violence antisémite qui l’a arrachée à sa famille et à ses proches auxquels nous exprimons notre tristesse et notre solidarité.

À l’heure actuelle, deux personnes sont considérées comme suspectes pour son meurtre. Si le caractère antisémite est retenu par les instances chargées de cette enquête, il est trop souvent minimisé voire totalement écarté, comme cela a longtemps été le cas concernant le meurtre de Sarah Halimi, une autre femme juive âgée assassinée à son domicile l’année dernière.

Ce meurtre intervient dans un climat délétère de violence antisémite et raciste. Partout en Europe, ou encore aux États-Unis, l’antisémitisme connaît une montée en puissance qui va de pair avec la montée des fascismes : que ce soit la loi polonaise visant une déresponsabilisation nationale des crimes commis par les nazis, la campagne d’affichage du gouvernement hongrois de Viktor Orban visant l’homme d’affaire George Soros, clairement inspirée par l’iconographie nazie, les menaces terroristes contre des synagogues ou des lieux communautaires juifs…

Contrairement à ce qu’en disent les réactionnaires, l’antisémitisme est partie prenante de la société française, et n’est certainement pas une relique anecdotique du passé, ou encore un produit d’importation, mais bien la continuité historique d’un rapport social violent : l’oppression de la minorité nationale juive, qui se manifeste ces dernières années en France par des agressions, des viols et des meurtres.

Nous considérons qu’il serait une grave erreur de souscrire à l’opposition de l’antisémitisme aux autres formes de racisme, dans la mesure où cette division entre les minorités nationales est un mécanisme de diversion profitant aux classes dominantes. L’antisémitisme et l’islamophobie, en particulier, s’alimentent mutuellement, fonctionnent en miroir inversé, et doivent être combattus dans un même mouvement par toutes les forces progressistes et antiracistes.

Ainsi, le camp réactionnaire qui n’a de cesse d’attribuer aux musulman-e-s et migrant-e-s la seule responsabilité de l’antisémitisme en France (tout en le minimisant par ailleurs) fait-il preuve d’un cynisme morbide. Qui diffusait des caricatures d’Emmanuel Macron portant haut de forme et cigare pendant la campagne présidentielle, sinon le compte twitter officiel des Républicains ? Qui a tenté de réduire les subventions régionales à la maison d’Izieu, mémorial dédié aux enfants et adultes juifs raflés le 6 avril 1944, sinon Laurent Wauquiez ?

Nous dénonçons donc l’indécence de l’expression d’une pseudo-compassion venant des réactionnaires et des fascistes. Ainsi la présence annoncée de Marine le Pen à la marche blanche organisée en mémoire de Mireille Knoll à Paris n’est rien d’autre qu’une obscène et insultante récupération politique, au lendemain de la condamnation de son père, le fondateur du Front National, pour contestation de crime contre l’humanité.

Rappelons aussi que l’antisémitisme n’est pas l’apanage des fascistes : nous devons avec encore plus de force refuser toute complaisance à l’égard de notre propre camp politique. En particulier, lorsqu’au lieu d’une critique conséquente et matérialiste du capitalisme fleurissent des discours reprenant un imaginaire antisémite, fondés par exemple sur un fantasme de pouvoir financier occulte. Ces dérives confusionnistes et conspirationnistes participent à renforcer l’oppression antisémite, tout en affaiblissant notre camp social au profit des fascistes, l’original surpassant toujours la copie.

De la tristesse à l’indignation, le meurtre de Mireille Knoll appelle à la lutte. C’est pourquoi à Lyon, nous appelons à rejoindre l’appel de nos camarades Juives et Juifs Révolutionnaires 69 à se rassembler ce dimanche 1er avril à 14h sur la stèle d’Anne Franck dans le 3ème arrondissement de Lyon.

Le groupe de Lyon de la Coordination des Groupes Anarchistes


http://cgalyon.ouvaton.org/spip.php?article261

FA, Fédération Anarchiste

Contre l’antisémitisme, marcher ne suffira pas

Si nous étions présentes et présents à plusieurs rassemblements en France en hommage à Mireille Knoll, tuée à l’âge de 85 ans parce que vue comme juive, nous savons en tant que militantes et militants anarchistes qu’une marche ne suffira pas.

L’antisémitisme, jamais réellement éteint, prend aujourd’hui de nouveaux visages. Tous liés à des fantasmes et des préjugés, au complotisme et à la bêtise. Que celui-ci soit le fait d’une extrême-droite nationaliste ou fascisante,des extrêmes droites religieuses ou de pseudo progressistes perdus il empoisonne nos vies.

Il n’y a aucune excuse possible à cette haine larvée qui se réveille par moments dans la violence et la mort. Il ne peut suffire de crier sa colère pour que les choses aillent mieux.

Ni le repli communautaire, ni l’indifférence des soi-disant « non-concernés » ne feront avancer les choses. C’est bien toutes et tous ensemble que nous devons combattre politiquement et pied à pied l’antisémitisme.

Aucun recul, aucun relativisme.

Fédération Anarchiste


https://grainedanar.org/

AL, Alternative libertaire

Mireille Knoll : un meurtre abject, sur fond d’antisémitisme ordinaire

Alternative libertaire réaffirme son combat aux côtés de toutes les victimes du racisme.

Après le meurtre odieux de Mireille Knoll à Paris 11e, Alternative libertaire exprime sa profonde solidarité et transmet ses pensées les plus chaleureuses à sa famille et à ses proches.

Alternative libertaire s’associe aux marches et rassemblements d’hommage.

Un an après le meurtre de Sarah Halimi, le constat de l’antisémitisme, toujours là, est terrifiant. Il se manifeste dans des insultes du quotidien, dans les fantasmes complotistes et dans les agressions, jusqu’à cet acte ignoble. Il réclame notre vigilance systématique.

Alternative libertaire affirme son combat aux côtés de toutes les victimes du racisme, qu’il vise leurs origines ou leur religion, réelles ou supposées, et toutes autres caractéristiques assignées.

Alternative libertaire, le 28 mars 2018


http://alternativelibertaire.org/?Mirei ... -ordinaire
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede clateuf » 02 Avr 2018, 18:54

Communiqué de la liaison "Juste une étincelle noire - FA Lyon"
Les antisémites tuent encore, ripostons !
Les agressions motivées par l'antisémitisme sont extrêmement fréquentes et de plus en plus violentes. Depuis 2006, 11 assassinats antisémites ont été commis. Récemment, Mireille Knoll, tout comme Sarah Halimi l'année dernière, était une vieille dame assassinée par des jeunes
hommes antisémites.
L'antisémitisme apparaît plus clairement depuis quelques années sous une forme, non pas nouvelle, mais que nous n'avions pas suffisamment bien identifiée. Fondé sur la croyance en l'existence d'une « race » juive, il est alimenté par le conspirationnisme et par des préjugés archaïques.
Il est l'un des piliers de l'extrême droite occidentaliste et de l'extrême droite orientaliste.
Il gangrène depuis très longtemps le mouvement pro-palestinien et il fait l'unanimité entre les intégristes chrétiens et islamiques.
La « gauche » française n'est pas épargnée. Il faut bien admettre malheureusement que, même s'il n'y a pas lieu de généraliser, les propos complaisants, ambigües, voir clairement antisémites sont fréquents dans nos rangs.
Nous devons combattre toutes les formes d'antisémitisme, le dénoncer partout où il s'exprime et le nommer à chaque fois qu'il motive des actions militantes, même lorsqu'elles se présentent sous le masque de l'anticolonialisme.
Victimiser les agresseurs antisémites et les faire passer pour des malades est un acte de complaisance, voir de collaboration puisqu'il favorise sa pérennité et son développement.
Nous appelons à la solidarité envers les victimes de violences antisémites.
Contre l'antisémitisme et le conspirationnisme, pas de compromis, pas de complaisance, agissons !

Juste une étincelle noire - Fédération Anarchiste Lyon
"Les antisémites tuent encore, ripostons !"
Avatar de l’utilisateur-trice
clateuf
 
Messages: 125
Enregistré le: 01 Mar 2015, 19:55

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 13:45

Contre les crimes antisémites et le racisme : mobilisation !

Le site Memorial 98 publie un texte retraçant le contexte dramatique de la montée raciste et réactionnaire précédant l’assassinat de Mireille Knoll.

L’assassinat de Mme Mireille Knoll s’inscrit dans le contexte d’une multiplication des actes et propos antisémites en France et en Europe.

Les Juifs de France, qui représentent moins de 1 % de la population, sont, selon les statistiques officielles, la cible d’un tiers des actes haineux recensés dans le pays.

Ce crime revêt un caractère particulièrement dramatique en raison de l’histoire de cette femme. Elle a survécu à la Shoah. Née en 1932 à Paris, Mireille Knoll a pu s’échapper de Paris avec sa mère avant quelques jours avant l’arrestation massive de plus de 13 000 Juifs en juillet 1942, lors de la rafle du Vel’ d’Hiv. C’est un passeport brésilien hérité de son père qui lui avait alors permis de trouver refuge au Portugal. Après la guerre, elle avait épousé un survivant d’Auschwitz, décédé il y a une quinzaine d’années

Elle a été tuée à quelques centaines de mètres de l’Hyper-cacher de la porte de Vincennes, à proximité également du gymnase Japy, lieu de rafles des Juifs pendant la 2e guerre. Son domicile est également très proche du lieu ou a été tuée Mme Sarah Halimi en avril 2017 dans un crime à caractère antisémite. Dans ce dernier cas, il avait fallu plusieurs mois et de nombreuses mobilisations de ses proches avant que soit pris en compte et reconnu par la justice la part de l’antisémitisme dans son meurtre. Dans ce même quartier travaillait Ilan Halimi dont l’assassinat en 2006 avait ouvert un cycle antisémite sanglant.

Nous appelons à une lutte active contre l’antisémitisme, qui prend aujourd’hui en Europe des formes alarmantes, particulièrement tragiques en France, alors que partout en Europe et aux USA, les tenants du fascisme et du nazisme sont à l’offensive notamment en Allemagne, Autriche, Hongrie, Pologne, Italie.
Il ne s’agit pas ici d’un « nouvel antisémitisme » mais de la continuité sanglante de la persécution des Juifs. La confirmation de la condamnation de Jean-Marie Le Pen pour ses propos récidivistes de 2015 sur les chambres à gaz illustre cette continuité. Il a d’ailleurs financé la campagne présidentielle de Marine Le Pen à hauteur de 6 million d’euros, pulvérisant ainsi la fable de la « dédiabolisation ».
Sur de très nombreux sites et sur les plates-formes Internet la propagande antisémite et néo-nazie se diffuse sans limites et sans que la justice y mette fin

L’assassinat de Mme Knoll est ainsi survenu trois jours après la relaxe judiciaire d’Alain Soral, accusé d’incitation à la haine raciale après que celui-ci ait diffusé une nouvelle fois un montage antisémite. Les juges ont estimé que « Le montage en cause, aussi contestable soit-il, ne constitue ainsi pas une provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, contenant un appel ou une exhortation, même implicite, rejaillissant sur la totalité d’une communauté définie par l’appartenance à la religion juive ».
Les magistrats ont utilisé la jurisprudence de la Cour de cassation, qui estime depuis juin 2017 qu’une « incitation manifeste » ne suffit pas à caractériser le délit et qu’il faut désormais « pour entrer en voie de condamnation » que les propos relèvent d’un « appel » ou d’une « exhortation ». Ainsi il faudrait maintenant un appel direct à la violence raciste pour que la justice agisse.

Devant l’adhésion que suscitent Dieudonné et Soraldans une partie de la jeunesse, comment ne pas s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer dans la radicalisation ultra-rapide de beaucoup de jeunes, qui épousent les thèses et la cause des intégristes de Daech en quelques mois, en quelques semaines ? Pour qu’une graine pousse à vitesse accélérée, il lui faut un terreau fertile ; force est de constater que la culture pathologiquement antisémite, propagée par l’extrême-droite française depuis des années, constitue une part importante de ce terreau fatal.

Dans ces mobilisations contre l’antisémitisme et tous les racismes, nous dénonçons les chevaliers de la haine qui cherchent à susciter la haine et la division. C’est le cas notamment de Laurent Wauquiez, croisé du racisme dénonciateur exclusif du « nouvel antisémitisme » des musulmans. Or sa première mesure en tant que président de Conseil régional a consisté à réduire la subvention de Mémorial des enfants juifs d’Izieu déportés par Klaus Barbie. Nous n’oublions pas qu’un des candidats à la primaire de la droite Jean- Frédéric Poisson a tenu publiquement des propos antisémites. Il n’a pas été sanctionné et a été maintenu dans la primaire par une décision unanime de tous les autres candidats.

Nous faisons partie de celles et ceux qui affirment que tous les racismes sont liés, que tous les fascismes et les intégrismes s’alimentent les uns les autres, dans une guerre de tous contre tous qui nourrit les haines.

La lutte contre le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie constitue un enjeu décisif pour toutes et tous. Elle ne doit pas se diviser, sous peine de devenir une caricature stérile et impuissante.

C’est ce que nous affirmons en participant à toutes les marches et mobilisations qui font suite à ce nouveau crime antisémite et notamment aux Marches Blanches du 28 mars. Il ne s’agit pas d’un problème de « communautés » mais d’un enjeu crucial dans la lutte contre tous les racismes.


https://paris-luttes.info/contre-les-cr ... es-et-9845
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 02 Mai 2018, 15:57

Racisme. « Nouvel antisémitisme » : un manifeste qui divise

En prétendant dénoncer les nouvelles formes de l’antisémitisme en France, un manifeste signé de nombreuses personnalités prend le risque de la division et de l’exclusion, principalement à l’encontre des musulmans.

Publié dimanche dans les colonnes du Parisien, « le manifeste contre le nouvel antisémitisme » n’en finit plus de susciter des réactions. Le texte, rédigé par Philippe Val (ancien directeur de Charlie Hebdo puis de France Inter), dresse le tableau d’une France devenue « le théâtre d’un antisémitisme meurtrier », en rappelant que, « dans notre histoire récente, onze juifs viennent d’être assassinés – et certains torturés – parce que juifs », ajoutant qu’ils l’ont été « par des islamistes radicaux ». Évoquant les « 10 % des citoyens juifs d’Île-de-France » qui auraient été « contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité » dans certains quartiers, cet appel estime qu’une « épuration ethnique à bas bruit » est en cours en France.

Forts du lien ainsi établi entre antisémitisme et islam, les signataires demandent que « les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques ». Parmi eux, on trouve des personnalités politiques comme Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, Laurent Wauquiez, des stars du monde du spectacle comme Charles Aznavour, Gérard Depardieu, Renaud, Michel Drucker, des intellectuels comme Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, Élisabeth Badinter, mais aussi deux grands patrons, Xavier Niel (Iliad-Free) et François Pinault (Kering).

Pourquoi la mise en cause exclusive de l’islam et des musulmans ?

L’intention – proclamée – du texte est de tirer la sonnette d’alarme sur la recrudescence des violences antisémites les plus graves, et on ne peut lui donner tort sur ce point. Si l’ensemble des actes antisémites, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, est en effet en recul depuis 2014 (– 7 %), en revanche les violences (homicides, dégradations, incendies, violences diverses) sont en forte augmentation (+ 26 %). Une réalité mise en lumière encore récemment par le meurtre, le 23 mars à Paris, de Mireille Knoll. Ce drame avait donné lieu à une « marche blanche » trahissant, au-delà des polémiques soulevées par certains propos provocateurs, l’émotion et l’inquiétude suscitées par de tels actes, dans la communauté juive évidemment mais bien au-delà, dans toute la communauté nationale.

Mais alors, pourquoi assortir cet appel à la prise de conscience d’une mise en cause directe et exclusive de l’islam et des musulmans ? En affirmant, sur la base de chiffres pour le moins sujets à caution, que « les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans », en reprenant l’antienne des propagandistes de la droite israélienne pour dénoncer « l’antisémitisme d’une partie de la gauche radicale » masqué derrière son antisionisme, les signataires prennent le risque de la division sur un sujet où le rassemblement de tous est exigible et exigé.

C’est ce qu’a dénoncé Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) : « On doit être tous ensemble contre l’antisémitisme », a-t-il déclaré à l’AFP. Dénonçant « une hystérie qui défie la réalité » et le risque de « dresser les communautés religieuses entre elles », la Grande Mosquée de Paris a également pointé « le procès injuste et délirant d’antisémitisme » fait aux Français musulmans. Son recteur, Dalil Boubakeur, a insisté sur la nécessité de « faire de la lutte contre l’antisémitisme et le racisme antimusulman une cause nationale, afin d’éradiquer ces poisons extrêmement nocifs pour notre unité nationale ».

Il est nécessaire, impératif même de s’interroger sur la recrudescence de graves actes antisémites en France, mais aussi sur la persistance de clichés racistes qu’on aurait espérés en recul. Mais on peut aussi s’interroger sur les objectifs de ceux qui prétendent le faire, tordant les faits et opposant les uns aux autres. Le journaliste et éditorialiste à France Inter Claude Askolovitch, dans un article publié sur le site Slate.fr, redoute la « logique dévastatrice » qui sous-tend cette tribune. Une logique qui « fait de la lutte pour les juifs une composante du combat identitaire français, et cette identité exclut. Elle s’énonce dans un syllogisme. La France, sans les juifs, ne serait pas elle-même ? Les juifs, de musulmans, sont les victimes ? La France, par ces musulmans, ne sera plus la France ». Comme Claude Askolovitch l’écrit avec pertinence : « On ne fait pas avancer une cause juste avec d’autres haines et quelques mensonges pernicieux. »

Olivier Chartrain

https://www.humanite.fr/racisme-nouvel- ... ise-654254


Pas de cette façon !

Déclaration de l'Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE).

Merci de prendre notre défense, mais pas de cette façon !

Par un manifeste, paru dans Le Parisien Libéré, 300 personnalités prétendent lutter contre l’antisémitisme.

En contradiction flagrante avec les conclusions des travaux commandés par la Commission nationale consultative des droits de l’homme, les signataires utilisent les mots manifestement outranciers de « terreur » et d’« épuration ethnique ». Ils tendent à faire de l’islam radical la cause principale de l’antisémitisme, ce qui est ignorer non seulement l’antisémitisme traditionnel, mais, au-delà de causes religieuses ou idéologiques, la désespérance provoquée par les discriminations de toute nature qui frappent les jeunes de banlieue comme l’attestent les travaux du Défenseur des droits.

Quant à la dénonciation d’un supposé antisémitisme de la gauche radicale, on cherche en vain dans ses principales composantes, qu’elles soient communiste, insoumise ou écologiste, le moindre fait concret permettant d’étayer une pareille accusation infâme.

L’assimilation entre antisionisme et antisémitisme, ne distinguant même pas la légitime critique de la politique du gouvernement israélien, relève de la même infamie outrancièrement simplificatrice. Opérant un parallèle fallacieux avec la modification d’une prière catholique abrogeant la mention du « juif perfide », ces signataires n’hésitent pas à demander, de façon totalement absurde, non pas la modification d’une prière, mais la suppression de textes du Coran, alors même qu’en l’absence d’autorité hiérarchique propre à l’islam, une pareille demande est dénuée de sens.

Le conflit israélo-palestinien est le grand absent de ce texte alors que l’instauration d’une paix juste au Proche-Orient contribuerait grandement à éradiquer l’antisémitisme.

L’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) remercie les signataires du Manifeste de vouloir lutter contre l’antisémitisme. Elle reste convaincue que la méthode adoptée est la pire de celles à disposition. Car la lutte contre l’antisémitisme, par des méthodes éducatives autant que répressives, est vouée à l'échec si elle est dissociée de la lutte contre tous les racismes.

Jacques Lewkowicz, Président de l’UJRE.


https://www.humanite.fr/merci-de-prendr ... con-654477
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 16:44

Le «manifeste contre le nouvel antisémitisme», une logique dévastatrice
Il fait de la lutte pour les juifs une composante du combat identitaire français, et cette identité exclut. Elle s'énonce dans un syllogisme. La France, sans les juifs, ne serait pas elle-même? Les juifs sont les victimes de musulmans ? La France, par ces musulmans, ne sera plus la France.
Un texte est publié pour défendre les juifs, que ma mère partage et que tant de personnes signent, que pour beaucoup je ne peux qu’estimer. Pourquoi, alors, suis-je glacé par ce «manifeste contre le nouvel antisémitisme», qui témoigne d’une idéologie française, par la variété et l’ampleur de ses soutiens? Enfin, des voix s’élèvent, pour «nous», et j’en prends ombrage? Ce texte est glaçant pour la vérité dont il émane comme pour les mensonges qu’il induit. Il est terrifiant pour ce qu’il rappelle de la vie et de la mort de juifs, ici, depuis le début du siècle; et horrible pour ce qu’il nourrit: une mise en accusation des musulmans de ce pays, réputés étrangers à une véritable identité française, sauf à renoncer à leur dignité. Je ne conteste pas la bonne volonté des signataires. Je voudrais, humblement, qu’ils mesurent leur risque et leurs mots.
... http://www.slate.fr/story/160777/manife ... vastatrice

Notre réponse au « manifeste » de Philippe Val dans « Le Parisien » du 22 avril
« Manifeste "contre le nouvel antisémitisme" » : délirant, provoquant, indigent
Délirant ? Provoquant ? Indigent ? On hésite à la lecture du « manifeste "contre le nouvel antisémitisme" » signé Philippe Val dans Le Parisien du 22 avril [1].
En France, aujourd’hui, selon ce penseur, les Juifs subissent « une épuration ethnique à bas bruit ». Si nous le comprenons bien, la France sera bientôt « Judenfrei », c’est-a-dire « nettoyée de ses Juifs » ? Et qui sont les nazis d’aujourd’hui ? Oui, les musulmans et les gauchistes, vous le saviez déjà, c’est le même disque rayé depuis 20 ans. Ils sont quelques-uns à enfoncer le même clou avec le même marteau depuis des années, en se tapant sur les doigts entre eux de temps à autre. Ils n’ont pas pour but de lutter contre le racisme et l’antisémitisme, les drames qui se succèdent sont pour eux autant de moyens de stigmatiser ceux qu’ils n’aiment pas, « les musulmans-pas-tous-bien-sûr » et « les gauchistes-presque-tous-hélas », ceux-là qui agissent « à bas bruit », c’est-à-dire dans la lâcheté et le silence de tous.
... https://la-bas.org/la-bas-magazine/text ... t-indigent
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 19:55

De l'UFJP

Le manifeste de la haine islamophobe

Un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » écrit par Philippe Val a été signé par 300 personnalités.

Vous avez dit antiracistes ?

Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que « les Roms ont vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie ». Il y a Nicolas Sarkozy qui a passé son quinquennat à pourchasser les sans-papiers et dont un ministre déclarait à propos des Arabes : « Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça peut poser des problèmes ». Il y a Laurent Wauquiez qui fait du copier-coller de Marine Le Pen sur l’immigration. Il y a Alain Finkielkraut qui déclarait sur l’équipe de France de football : « Elle n’est pas black-blanc-beur, elle est black-black-black, ce qui fait ricaner toute l’Europe ».

On pourrait continuer longtemps cet inventaire à la Prévert. Bien sûr, ces braves gens vont s’étrangler si on parle de racisme d’État ou de racisme structurel encouragé par l’État, par les administrations, par la politique de ségrégation territoriale...

L’antisémitisme en France

L’antisémitisme, c’est notre histoire intime. L’attribuer aux musulmans est une contre-vérité meurtrière. Pétain, Laval et les auteurs de la rafle du Vel d’hiv n’étaient pas musulmans. En cette période, ils disaient des Juifs ce qu’aujourd’hui certains disent des immigrés : « inassimilables », « n’ont pas vocation à vivre en France ». Prenez ce qu’on dit aujourd’hui des Noirs, des Roms, des Arabes et des musulmans et mettez à la place le mot « juif ». Vous avez les discours des années 30 et on sait où cela a mené.

Simplisme et contrevérités.

Quand on parle de racisme, on ne parle pas comme au café du commerce, à moins de vouloir faire des simplifications populistes comme le Front National. D’où sortent ces chiffres abracadabrantesques : « les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans. 10% des citoyens juifs d’Île-de-France… ont été contraints de déménager » ? Nos statisticiens amateurs ont sûrement fait des recherches sur les violences subies par ceux qui habitent dans ce qu’ils appellent avec mépris « les quartiers ».

Le texte parle de la « radicalisation islamiste ». Nous y voilà. Toutes les études sur les auteurs d’attentats antisémites ou sur ceux qui sont partis en Irak ou en Syrie montrent que le cheminement a été majoritairement un passage par la délinquance et la prison puis la découverte d’un discours « radical ».

Épuration ethnique ?

On pourrait croire que les signataires de ce texte parlent du nettoyage ethnique de 1948 contre les Palestiniens, cause d’une guerre coloniale qui dure depuis des décennies. Eh bien non ! Ces gens confondent sciemment antisionisme et antisémitisme. Ils essaient de faire croire que tous ceux qui critiquent Israël, à commencer bien sûr par la « gauche radicale » et les « musulmans », sont des antisémites.

La guerre du bien contre le mal

Les signataires de ce texte s’inscrivent dans la logique du discours de Georges W Bush contre l’axe du mal » en 2002. Le mal pour eux, c’est bien sûr l’islam. Pas tout l’islam, pas le roi d’Arabie Saoudite. Ce régime féodal et patriarcal est dans le camp du « bien ». L’ennemi, c’est le musulman des quartiers.

L’islam, voilà l’ennemi

Nos signataires veulent expurger les textes religieux coraniques de propos inacceptables.
Pourquoi ne demandent-ils pas aussi aux Chrétiens de retirer des Évangiles le texte qui dit que les Juifs demandent aux Romains de tuer Jésus ?
Nous autres, Juifs, pouvons leur proposer d’en profiter pour nettoyer certains textes de la Torah repris par les colons passés depuis longtemps aux « travaux pratiques » sur le terrain de la Palestine : « Annihilez les Amalécites du début jusqu’à la fin. Tuez-les, et dépouillez-les de toutes leurs possessions. Ne leur montrez aucune pitié. Tuez sans arrêt, l’un après l’autre. Ne laissez aucun enfant, aucune plante, aucun arbre. Tuez leur bétail, des chameaux aux ânes ». Ils vont sûrement exiger qu’on cesse d’assimiler les Palestiniens aux Amalécites.

Vivre ensemble dans l’égalité des droits.

C’est la seule issue non barbare, en France comme au Proche-Orient. Nous refusons la division, la stigmatisation, le racisme sous toutes ses formes. Et nous serons toujours au côté des victimes de ce racisme.

Le Bureau national de l’UJFP le 24 avril 2018


http://www.ujfp.org/spip.php?article6342
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 03 Mai 2018, 21:22

Juifs et Juives révolutionnaires (JJR)

« Manifeste des 300 » : la lutte contre l’antisémitisme n’est pas soluble dans l’islamophobie

Un antisémitisme qui n’a rien de nouveau

L’une des caractéristiques historiques de l’antisémitisme est de fonctionner par vagues. Après des périodes où la situation des juives et des juifs semble progresser surgissent de violentes vagues de persécutions antisémites. Les périodes qui semblent être caractérisées par un « reflux » ont souvent amené une partie de la minorité juive à « baisser la garde », pensant avoir acquis une sécurité illusoire que les persécutions venaient balayer.
La situation actuelle n’échappe pas à la règle : après une période marqué par une progression de la situation de la minorité juive en diaspora, l’antisémitisme, à la faveur de la crise et de la montée général du racisme, a connu un nouveau regain. Certains au sein de notre minorité ont conclu dans la période qui précédait trop hativement (ou continuent de conlure) à un effacement de l’antisémitisme conçu non plus comme systémique mais comme résiduel.
L’un des fondements de cette analyse erronée est qu’il n’existe plus d’antisémitisme institutionnel, d’antisémitisme d’État, caractérisé par une politique institutionnelle au plus haut du pouvoir. Mais l’étude de l’histoire de l’antisémitisme au cours des siècles montre bien que même quand le pouvoir politique se pose en « protecteur des juifs et des juives », la minorité n’est pas à l’abri des persécutions. L’idéologie antisémite est en effet profondément ancré dans le roman national français.

Depuis plusieurs années, se développe la théorie d’un « nouvel antisémitisme ». Selon cette théorie se développerait en France un antisémitisme qui différerait par nature de l’antisémitisme historique présent en Europe. Cet antisémitisme serait le double produit d’un « antisémitisme musulman » importé conjugué à « l’importation du conflit israelo-palestinien ». Selon cette théorie l’antisémitisme européen n’existerait qu’à l’état marginal et résiduel, comme vestige du passé appelé à disparaître progressivement.
Une récente tribune médiatique, signée par 300 personnes, entend dénoncer ce « nouvel antisémitisme » et le « silence des médias »(sic) qui l’entourerait.

Effacer les traces de l’antisémitisme européen

Cette tribune opère un double tour de passe passe : une révision historique qu’avait déjà opéré l’un de ses initiateurs Manuel Valls, en prétendant que l’histoire de la France et des juifs était une « histoire d’amour », effaçant au passage des siècles de persécutions antisémites. Le transfert de la responsabilité historique de l’antisémitisme de l’europe blanche et chrétienne à « l’islam » et aux «musulmans ».
Or la question qu’évacue consciencieusement les auteurs de cette tribune c’est « d’où vient l’antisémitisme des assassins antisémites de ces dernières années ? ». Pour les signataires, la réponse s’impose d’évidence : ils se revendiqueraient de l’islam politique, donc l’origine de cet antisémitisme serait l’islam et l’islamité. Cette vision est tout bonnement une négation de l’histoire. Car quels sont les ressorts idéologiques des assassins ?
_ L’idée que les juifs et les juives sont riches, dans le cas des assassins d’Ilan Halimi et Mireille Knoll. Cette association des juifs et juives à l’argent est pourtant une construction historique de l’antisémitisme chrétien. Il est par ailleurs significatif dans le cas de l’assassinat de Mireille Knoll que le caractère antisémite a été mis en doute par les enquêteurs au motif qu’il n’était pas établi que le cri « Allah Akbar » ai été prononcé, alors que les mêmes enquêteurs reconnaissent que la motivation de l’assassinat d’une femme prolétaire de 800 euros est l’idée que « les juifs auraient de l’argent », un classique de l’antisémitisme. Une telle approche révèle l’indigence d’une approche, qui à lier antisémitisme et islamité, en vient à renoncer à voir l’évidence d’une vision du monde puisant dans les stéréotypes antisémites forgées par l’europe blanche et chrétienne.
_ L’idée qu’ils contrôlent le monde et seraient responsables de l’oppression, de la politique impérialiste des états, dans le cas de l’assassin d’Ozar Hatorah ou de l’hyper Casher. Cette idée trouve sa formulation dans le protocole des sages de Sion, produit de la police secrète russe de l’époque tsariste, dont le succès a été initialement très européen et chrétien et dans la doctrine contre-révolutionnaire complotiste forgée à l’occasion de la révolution française.
_ L’association entre les juifs et les juives et le diable, dans le cas de Sarah Halimi. La démonologie antisémite (association des juifs et des juives au diable) est pourtant une création historique de l’occident blanc et chrétien.
Cet antisémitisme n’a donc en soi rien de nouveau, sur le plan idéologique. Sa diffusion dans le monde musulman date précisément de la période coloniale.

L’antisémitisme en terre d’islam, produit d’importation colonial

La formulation d’une théorie antisémite politique par le théoricien des frères musulmans, Sayyid Qutb, est bien plus influencée par la « modernité politique » européenne (notamment les écrits d’Alexis Carrel), que par l’hostilité antijuive liée à la controverse religieuse qui existe dans la théologie musulmane classique. La seule figure idéologique qui puisse être rattachée au juifs et aux juives provenant spécifiquement de courant théologiques musulmans est celle de la « traitrise » et de la « perfidie », une figure qui a par ailleurs été régulièrement contestée par certains théologiens musulmans. Si la condition de la minorité juive en terre d’islam est loin d’avoir été « un océan de miel » comme n’hésitent pas à le prétendre certaines et certains dans une relecture inversée, elle a été globalement identique à celle du christianisme : une position d’infériorité légale et sociale, des conversions forcées, des persécutions et massacres qui ont cependant été loin de revétir jusqu’à la colonisation le caractère systématique qui existait dans l’occident chrétien. (voir à ce sujet par exemple les travaux de Léon Poliakov ou de Mark R Cohen).

L’antisémitisme outil de maintien de l’ordre colonial

En réalité donc, les assassins antisémites sont les produit de l’antisémitisme européen et de sa diffusion en terre d’islam à l’occasion de la colonisation : en Algérie coloniale, par une agitation antisémite visant à opposer juifs et musulmans pour préserver l’ordre colonial : Drumont y sera ainsi élu comme député de la ligue antisémitique par le parti colonial français et y mènera une intense agitation politique. Au moyen orient par les pères blancs, puis par les nazis ayant trouvé refuge en offrant leurs services de tortionnaires à certains régimes. La traduction des pamphlets antisémites européens et leur large diffusion est à la source de cet antisémitisme qui donc n’a rien de bien nouveau en ce qu’il est un pur produit de l’europe blanche et chrétienne, et la marque de son influence idéologique au sein de la sphére coloniale, même après la décolonisation.

L’origine du racisme au sein de nos minorités

Cet angle mort de la question coloniale est bien entendu volontaire : en attribuant aux musulmans la responsabilité de la montée en puissance de l’antisémitisme actuel, il s’agit d’éviter toute mise en cause de la responsabilité du supprémacisme blanc dans l’antisémitisme. En refusant de qualifier les assassins pour ce qu’ils sont, les produits idéologiques du supprémacisme blanc (un système qui diffuse son influence raciste au sein même des minorité qu’il opprime, qu’il s’agisse de la minorité musulmane, de la minorité juive ou de toute autre minorité tellement il est devenu idéologiquement hégémonique), les propagateurs d’une telle théorie empêchent en réalité concrètement et matériellement la lutte idéologique contre l’antisémitisme qu’ils prétendent promouvoir. En opposant lutte contre l’antisémitisme et contre l’islamophobie. En refusant d’identifier le caractère colonial de l’idéologie antisémite, et son rôle de maintien de l’ordre raciste. En travaillant à opposer juifs/juives et musulmans, comme le fond leurs alter-égos en miroir inversé qui nient ou minimisent l’antisémitisme au sein de la gauche ou au sein de nos minorités (en voyant en sa dénonciation un discours concourant en soi à l’islamophobie comme les signataires de cette tribune voient en la dénonciation de l’islamophobie un discours en soi antisémite)

Le passé ne s’est envolé nulle part

En Europe de l’Est, notamment en Hongrie ou Pologne : l’antisémitisme, y compris d’Etat y est en roue libre et il est difficile de prétendre qu’il a quoi que ce soit de nouveau… un phénomène de résurgence que la théorie du « nouvel antisémitisme » est incapable d’expliquer…
Le résultat de cette impasse est visible au Etats Unis : à s’être concentré sur un prétendu « nouvel antisémitisme » qui n’est en fait que l’avatar colonial de l’antisémitisme historique, les zélateurs de cette théorie ont en fait contribué à désarmer la minorité juive face à l’explosion antisémite actuelle.
Certains des tenants de cette théorie, notamment les kahanistes et la droite sioniste, en viennent à absoudre d’authentiques antisémites, comme ceux qui voient au sein de notre minorité dans l’alliance avec les racistes et islamophobes un moyen de lutte contre l’antisémitisme, n’hésitant pas à se faire les gardes du corps d’une parti politique historiquement vecteur de l’antisémitisme et du colonialisme au sein de la marche blanche pour Mireille Knoll.

La lutte contre l’antisémitisme, d’où qu’il vienne, suppose de combattre toute instrumentalisation raciste et de situer la provenance coloniale de ce discours. Ce qui permet de dénoncer les courants qui le portent, quels qu’ils soient, comme des relais de l’idéologie coloniale et suprémaciste blanche. L’antisémitisme qui revient comme une vague de fond en France n’a rien de nouveau. Il est à combattre avec détermination, d’où qu’il vienne, sans aucune complaisance ni minimisation, contrairement aux réactions d’une partie de la gauche qui refuse d’affronter la question au prétexte qu’elle serait confisqué par les réactionnaire. Cette confiscation est en réalité le produit de son silence et de ses atermoiements.
Mais ce combat n’est pas soluble dans l’islamophobie ni dans une relecture de l’histoire visant à absoudre le « roman national » et le colonialisme de sa responsabilité dans la diffusion internationale de l’antisémitisme.


https://juivesetjuifsrevolutionnaires.wordpress.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede Pïérô » 07 Mai 2018, 11:18

Combattre le racisme, l'antisémitisme.... et l'islamophobie

Dans un texte collectif lancé par Alain et Philippe Cyroulnik, plus de deux cents personnalités et militant.e.s appellent à combattre « toutes les formes de racisme quelles qu'elles soient ». Elles affirment que le Manifeste contre le nouvel antisémitisme, « par les amalgames qu'il fait, attise et renforce ce qu'il prétend dénoncer ».

Combattre le racisme, l'antisémitisme.... et l'islamophobie !

Alors que se développent dans toute l’Europe des propos, actes et agressions racistes, xénophobes et antisémites :

Nous dénonçons, combattons l’antisémitisme, et tout acte criminel ou agression à ce titre, comme nous le ferions pour toutes les formes de racisme quelles qu’elles soient.

Nous savons que se taire aujourd’hui, banaliser ces discours et ces agressions ouvre la porte demain aux pires drames que l'histoire récente ou plus ancienne a fait connaître: qu'il s'agisse du génocide des juifs et des Roms perpétré par le nazisme, de celui des Tutsis, du génocide arménien, de l’épuration ethnique en Bosnie ou du génocide actuel des Rohingyas.

Par les amalgames qu'il fait, le Manifeste contre le nouvel antisémitisme 3 attise et renforce ce qu'il prétend dénoncer.

Le délinquant voleur et meurtrier, nourri des poncifs antisémites sur la richesse supposée de toute personne juive, n'est pas le bras de Daesh ni le compagnon d'arme de Mohamed Mehra, Amedi Coulibaly ou Salah Abdeslam.

Les violences antisémites actuelles, aussi insupportables qu'elles soient, sont loin d'être comparables à un pogrom et encore moins à une épuration ethnique !

Assimiler la gauche antisioniste, qui a toujours été au premier rang du combat contre tous les racismes, à une nouvelle forme de l'antisémitisme relève d'une diversion mensongère et scandaleuse.

Assimiler ceux qui dénoncent la colonisation israélienne et son gouvernement d’extrême droite à des complices de l'antisémitisme est un amalgame inacceptable.

Au moment où les agressions contre les Français d'origine maghrébine, africaine et contre les Roms se développent, au moment où dans le débat politique générale, les propos stigmatisants contre les migrants et les exilés se multiplient, au moment où se libère une parole raciste, xénophobe et islamophobe décomplexée :

Nous refusons la notion de responsabilité collective, que cela concerne un peuple ou une communauté religieuse.

Nous refusons l'amalgame entre les actes criminels odieux ou à caractère délirant de certains et les projets ouvertement racistes et antisémites d'exécutions ou de massacres ourdis par d'autres.

Nous rappelons que les premières victimes de Daesh et de ses sbires sont d'abord les populations des pays arabes ou africains et des musulmans.

Nous dénonçons un texte qui assimile tout musulman à un intégriste en puissance, le désigne à la vindicte populaire et exige allégeance culturelle et repentance religieuse.

Les exactions atroces commises au nom des intégrismes de tout genre, des dictatures de toutes espèces ont en commun cette capacité à rivaliser dans l’horreur, la mise en scène de la terreur et le refus radical de notre commune humanité.

Les politiques laminant la vie de millions de personnes et la démission des forces qui devraient défendre les droits sociaux des peuples nourrissent le terreau d'une désespérance. Elles favorisent les régressions identitaires et les passions funestes du terrorisme.

Nous affirmons qu'il faut relever ce défi mortifère et se mobiliser pour arrêter cet engrenage fatal.

Nous affirmons notre solidarité avec toutes les victimes de ces exactions et notre exigence de ne pas refaire ce qui fut fait en d'autres temps : accueillons et défendons toutes celles et ceux qui les subissent.

Signataires :

Alain Cyroulnik
Philippe Cyroulnik
Myriam Martin
Alain Krivine
Samy Johsua
Renée-Claire Glichtzman
Laurent Levy
Bernard Noël
Élias Sanbar
Christine Poupin
Marc Slyper
Philippe Poutou
Annick Coupe
Olivier Besancenot
Anne Rochette
Camille Saint-Jacques
Marcel-Francis Kahn
Sophie Bensaïd
Enzo Traverso
Julien Salingue
Pierre Buraglio
Pierre Khalfa
Dominique Vidal
Pierre Cours-Salies
Laurence De Cock
Philippe Roux
Marie Ducaté
Jacques-Henri Michot
Dominique Angel
Jacques Moulin
Patrick Silberstein
Marie-France Cyroulnik
Michèle Sibony
Paul Alliès
Bernard Dreano
Sophie Zafari
Stéphane Tessier
Pierre Stambul
Catherine Samary
Michèle Krum
Jean-Marc Bourquin
Sonia Casagrande
Nadine Slyper
Claude Bégué
Claude Gutman
Salah Amokrane
Bernard Landau
Jacques Lerichomme
Françoise Laroche
Claude Buraglio
Al Martin
Valérie Jouve
Pierre Stambul
Bernard Cholet
Omar Slaouti
Patrice Leclerc
André Rosevègue
Alima Boumedienne Thiery
Mohammed Ben Yaklhef
Sonia Fayman
Jacques Fontaine
Fafia Djardem
Michel Angot
Pierre Josse
Julien Rivoire
Pierre-Yves Pira
Hélène Adam
Jean Malifaud
Bernard Deswarte
Didier Daïen
Dominique Dehais
Tristan Tremeau
Nathalie Quintane
Jean-Luc Nancy
Jean Marc Cerino
Gérard Chaouat
Bally Bagayoko
Alain Jugnon
Mathilde Ferrer
Pierre Zarka
Lena Coulibaly
Fatou Coulibaly
Michel Ricard
Patrick Chorowicz
Paule Bodilis
Estelle Fredet
Charles Bonn
Barbara Satre
Jean-Paul Ravaux
Michel Henry
Christian Bensimon
Véronique Bourquin-Valzer
Nicky Tremblay
Agnès Denis
Bernard Alleton
Sylvie Amestoy
Arthur Leduc
Jean-louis Griveau
Catherine Bensimon
Marie-José Mondzain
Isabelle Nicoladze
Mouloud Haddak
Jean-Louis Schoelkopf
Marie-Claude Herboux
Patrick Brody
Étienne Adam
François Wouters
Jacques Fath
Michèle Lesbre
Pierre Alferi
Jacques Bidet
Noufissa Nikou
Jean-Marie Gleize
Simon Picou
Fazia Balhi
Nathalie Crubézy
Roland Ceccotti
Didier Epsztajn
Lysia Edelstein
Sonia Ollivier
Pierre Rousset
Merwane Daouzli
Pascal Boissel
Jean-Marie Viprey
Josette Trat
Daniel Guerrier
Pedro Vianna
Eric Meleuc
Zora Perret
Raphaël Giromini
Alexis Cukier
Colin Falconner
Raymond Benhaim
Mehdi Lallaoui
Christian Mahieux
François Gèze
Marcel Seguret
Alice Dula
Bernard Messing
Dominique Terres
Gilles Houdouin
Vincent Genestet
Clémentine Cholet
Michel Faujour
Tatiana Cyroulnik
Pierre Concialdi
Katayoun Jondeau
Rhizlane Laabid
Nicolas Cyroulnik
Eric Laine
Olivier Milleron
Lucien Sanchez Badia
Frédéric Nadolny
Claudine Gleyzes
Guy Ayats
John Mullen
Jean-Pierre Martin
Mohamed Mechmache
Marie-Claude Maclaren
Alistair MacLaren
Philippe Sheppens
Franck Gaudichaud
Louis Weber
Daniel Desmé
Frédéric Bodin
Messaoud Romhdani
Kamel Jendoubi
Dominique Glaymann
Aurore Buvron
Gilles Manceron
Jean Philippe Milesy
Myriam Camipinos-Dubernet
Patrick Vassalo
Mireille Fanon Mendes-France
Franck Mouly
Patrick Fodella
Anne-Marie Faucon
Michel Malacarnet
Arnaud Clapier
Elizabeth Heller
Jean-Jacques Rue
Les Cinémas Utopia
Laurent Esquerre
Marie-Ange Debard
Désirée Debard
Pierre-Yves Freud
Sharon Kivland
Michel Mousel
Jean-Louis Prat
Denis Vicherat
Jean-David Casemajor
Pouria Amirshahi
Tarek Ben Hiba
Brigitte Péret
Gilles Lemaire
Martine Spensky
Henri Mermé
Jean-Marie Fouquer
Caroline Houdin-Bastide
Pierre Granet
Armand Creus
Cécilia Joxe
Alain Joxe
Dominique Grange
Jacques Tardi
Jean-Gabriel Coignet
Madjid Messaoudène
Martine Gazel
Michel Capron
Catherine Tricot
Frédéric Valabrègue
Olivier Martin
Monique Migneau
Guillaume Jondeau
Xavier Milleron
Michèle Guerci
...


https://blogs.mediapart.fr/edition/les- ... lamophobie
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22061
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 15 Aoû 2018, 22:01

Déchaînement antisémite contre l'avocat grenoblois Denis Dreyfus : RLF indigné
(communiqué de RLF Isère, contacts : rlfvoiron38@no-log.org)

Un site internet aux références nazies assumées, au racisme habituel et démentiel, déjà trop connu et qui ose se nommer "democratie participative", s'en prend à l'avocat grenoblois Denis Dreyfus, dans une publication datée du dimanche 12 août 2018, avec un antisémitisme débridé et très violent.

RLF Isère (Réseau de Lutte contre le Fascisme, ex Ras L' Front) apporte son soutien à Maître Dreyfus.

S'exprimant au nom de la famille d'Adrien Pérez, poignardé devant une discothèque à Meylan, Denis Dreyfus avait récusé dans les médias la récupération politique et les incitations au racisme orchestrées par les Identitaires.
Ceux-ci, (sans doute venus en force de leur bastion de Lyon), avaient déployé, le 11 août, une banderole devant le Palais de justice de Grenoble, pour dénoncer "la racaille" , pour répandre en fait la haine contre ce qu'ils nomment "l'immigration extra-européenne".

L'avocat a en effet déclaré à la presse, samedi 11 août (voir Le Huffington Post) :

"J'ai eu la famille d'Adrien au téléphone ce samedi après-midi, qui était extrêmement choquée," "elle n'a pas voulu - depuis qu'elle s'est exprimée - la moindre récupération politique quelle qu'elle soit."

"Il ne faudrait pas que le beau visage d'Adrien devienne, pour certains, l'étendard de la haine et l'étendard réducteur d'une réflexion qui n'est en tout cas pas celle de cette famille. Voilà ce qu'ils souhaitaient - par mon intermédiaire - exprimer ce samedi soir"

"Malheureusement, ce type de manifestation ne fait que raviver leur souffrance et ne semble pas aller dans le sens de la justice, de la sérénité et de l'équilibre, ces valeurs fondamentales auxquelles je suis attaché et cette famille avec."

Le site nazi surenchérit sur les Identitaires, dans l'ignoble et les encouragements à la haine raciste.
Sous le titre "Assassinat d'Adrien : le perfide avocat juif dénonce les blancs qui veulent se défendre contre la sauvagerie arabe", il présente une photo de l'avocat affublé d'une étoile jaune"Jude", identique à celle dont le port avait été rendu obligatoire du temps des nazis.
Le texte enchaîne les pires clichés antisémites et propos haineux : "il est dans la nature du juif de haïr l'humanité blanche", "pour les Juifs, un blanc qui s'affirme est un homme à abattre", "l'instinct de survie blanc doit affronter la nature homicide et génocidaire de la bête hébraïque"....

Il s'agit là du ton habituel de ce site internet, qui n'hésite pas à faire l'apologie des crimes nazis, avec par ex., une citation antisémite de Goebbels, le sinistre ministre de la propagande d'Hitler, ou encore avec un photo-montage présentant Hitler qui recommande de laisser les migrants se noyer en mer car "Moins de migrants, plus de blancs", ou encore avec le même Hitler qui proclame "Le racisme avant qu'il soit trop tard ".

A un antisémitisme forcené, "democratie participative" (qu'il conviendrait plutôt de nommer "Hitlérisme et haine raciste participative") ajoute un violent racisme visant aussi "les nègres" ; "la sauvagerie arabe" (ce sont les mots habituels du site).
Ainsi, il encourage le harcèlement contre une journaliste lyonnaise, qualifiée de "pute négrophile" (voir Rue89-Lyon).
Ou incite à la violence contre un humanitaire de Ouistreham (Calvados) qui vient en aide aux migrants, en publiant sa photo et ses coordonnées personnelles, avec cette précision : "Le principal terroriste rouge sur la ville de Ouistreham, Michel M (....) , est facilement repérable. La conclusion approche." (Voir Isere-antifascisme)

Le site accumule les ignominies : ainsi encore ce titre "La youpine Lucienne Nayet incite à la haine antiblanche dans une école". ( Voir LDH)
Lucienne Nayet-Lerman, rescapée du génocide nazi, est présidente du réseau Musée de la Résistance en Béarn. Et le site nazi se déchaîne de plus belle, déployant toutes les formes de racisme :

" Cette vieille youpine est gorgée d’une haine sémitique écumante et génocidaire.

Et son arme, comme toujours, est le mensonge pour porter la confusion dans les esprits de sa victime à son paroxysme. A charge, ensuite, pour les masses de nègres et de crouilles de faire ce qu’elles font naturellement : violer, voler, tuer, brutaliser."

Plusieurs plaintes ont été déposées contre ce site au racisme forcené.
Elles ont du mal à aboutir car les administrateurs du site ont pris soin de se faire héberger aux Etats-Unis.
Après avoir déférencé pendant un temps le site, Google l'a rendu de nouveau accessible : c'est absolument inadmissible !


captures d'écran de ce site, https://www.isere-antifascisme.org/dech ... lf-indigne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 18 Aoû 2018, 16:56

Lyon: Le chef du Bastion Social condamné après un dessin antisémite sur les réseaux sociaux

Steven Bissuel, chef d’un groupe d’extrême droite, était poursuivi pour « provocation à la haine raciale et à la violence en raison d’une origine ethnique, en état de récidive légale ».
Il avait publié, sur Facebook et Twitter, en 2015, un dessin assorti d’un texte antisémite.

Un dessin légendé d’un texte antisémite publié en 2015 sur les réseaux sociaux : le chef du groupe d’ultra-droite le Bastion Social, Steven Bissuel, 24 ans, a été condamné jeudi à Lyon à 20.000 euros d’amende. Il était notamment poursuivi pour « provocation à la haine raciale et à la violence en raison d’une origine ethnique, en état de récidive légale ».

Dans son délibéré, la 6e chambre du tribunal correctionnel n’a pas suivi le parquet, qui, à l’audience du 19 juin, avait requis six mois de prison ferme et la confiscation des scellés saisis. Il s’agissait notamment d’une matraque électrique, une lampe shocker (lançant des décharges électriques), une réplique de pistolet Beretta et un ordinateur.

... https://www.20minutes.fr/justice/232169 ... ux-sociaux
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 25 Aoû 2018, 12:19

Toulouse : les avocats indignés par des propos antisémites visant un de leurs confrères

Un site internet traite un ex-Bâtonnier de "perfide avocat juif" et le présente avec une "étoile jaune" sur sa robe d'avocat. Le barreau de Toulouse dénonce "un déchaînement antisémite" et demande des sanctions.

Me Denis Dreyfus défend la famille d'un jeune homme de 26 ans, tué en s'interposant lors d'une rixe à la sortie d'une boîte de nuit. L'origine maghrébine des suspects a déclenché un déchaînement de haine sur les réseaux sociaux. L'avocat de la famille de la victime a marqué sa désapprobation.

Un site internet s'est alors directement attaqué à Me Denis Dreyfus. Il a titré : "Assassinat d'Adrien: le perfide avocat juif dénonce les blancs qui veulent se défendre contre la sauvagerie arabe".

Le 12 août, le Syndicat des Avocats de France (SAF) a dénoncé des "attaques antisémites ignobles rappelant les heures les plus sombres de l'humanité".

... https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 29192.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre l’antisémitisme

Messagede bipbip » 02 Nov 2018, 15:26

Robert Faurisson est mort, un antisémite de moins !

Robert Faurisson, idéologue du négationnisme, est décédé. Un petit rappel sur son discours à combattre haut et fort et sous toutes ses formes.

Cet idéologue d’extrême-droite a participé à lier les thèses complotistes et antisémites. Il a influencé et redynamisé l’extrême-droite d’aujourd’hui : de Dieudonné à Soral en passant bien sûr par les néonazis, les royalistes ou les nationalistes. On se rappelle, Dieudonné l’a invité à l’un de ses spectacles, mettant ainsi un terme à toute ambiguïté sur ses convictions politiques.

Le négationnisme est la forme actuelle la plus connue de l’antisémitisme car elle conteste le génocide des juifs par l’Allemagne nazie. Robert Faurisson a réactualisé le mythe du « complot juif » international. Le négationnisme nie la politique d’extermination des juifs et innocente le nazisme en délivrant ce message : « Les juifs mentent depuis plus de 60 ans. Ils ont permis la création d’Israël en culpabilisant l’Occident avec l’invention du génocide ». Pour se justifier de ces aberrations, il a toujours clamé son apolitisme car il entendait diffuser une « théorie scientifique ». Bien plus facile de se prétendre « scientifique » que bourreau et manipulateur. Au début des années 80, Faurisson entendait mettre en avant les incohérences de l’histoire. Aujourd’hui, les prétendus arguments techniques ont fait place à la dénonciation du « complot judéo-sioniste » et préfère surfer sur la défiance face aux puissants. Un autre idéologue du négationnisme à combattre avec Faurisson, c’est François Duprat : théoricien du nationalisme révolutionnaire et ancien numéro 2 du Front national .

Mélangeant occultation du réel, incitation à la haine raciale / religieuse / culturelle, construction de faux-ennemis, de boucs émissaires… cette logique n’a qu’une seule fin : créer une cohésion nationale basée sur une idéologie raciste et s’emparer du pouvoir. La défiance légitime face aux institutions d’Etat et face à la classe dirigeante ne doit pas nous tourner vers une logique dangereuse, haineuse, qui serait désastreuse pour toutes et tous, et en particulier les couches sociales les plus défavorisées. Elle doit, au contraire, nous faire prendre conscience de l’importance de la défense de nos valeurs : de classe, populaire, ouvert à tous et toutes quelque soit nos convictions religieuses.

Sa mort est une bonne nouvelle, tant pour nos luttes que pour nos mémoires ! Mais n’oublions pas que ces idées perdurent, que son travail d’idéologue a payé. Son héritage se retrouve chez les militant.e.s d’extrême-droite et dans le parti qui a convaincu 10,6 millions de personnes de voter pour lui aux dernières élections…

Face au capitalisme et au racisme,
Unité de classe révolutionnaire et antifasciste !


https://unionantifascistetoulousaine.wordpress.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34530
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05


Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités