Autour de la marche pour la dignité du 31 octobre 2015

...Sans Papiers, antifascisme...

Autour de la marche pour la dignité du 31 octobre 2015

Messagede Banshee » 22 Oct 2015, 22:41

Je pense que ça peut aller dans plusieurs topics : dans le doute je le mets ici, vous déplacerez si vous voulez.

Lettre ouverte à ceux qui pensent que participer à la Marche-de-la-dignité-contre-le-racisme-avec-le-soutien-d’Angela-Davis n’est pas un problème

Lettre ouverte à ceux qui pensent que participer à la Marche-de-la-dignité-contre-le-racisme-avec-le-soutien-d’Angela-Davis n’est pas un problème :

Lettre ouverte critique à propos de la « marche pour la Dignité et contre le racisme ».

Vous avez peut être prévu d’aller marcher avec dignité contre le racisme le 31 octobre prochain en répondant à l’appel porté par Amal Bentoussi. Vous n’avez peut être pas prêté particulièrement attention au fait que cette initiative a été lancée par le Parti des Indigènes de la République ou vous avez renoncé à prendre en compte ce que cela signifie. L’appel lui-même se donne d’ailleurs l’air assez normal et évite les formules choc dont le P.I.R. s’est pourtant fait une spécialité. On pourra tout de même y relever l’énumération significative des « Noirs, Arabes, Rroms et Blancs des quartiers » (fausses évidences et vraies assignations identitaires, dont la dernière est une nouvelle née des sept familles de la racialisation) et tant pis pour les prolétaires, « des quartiers » ou pas, qui ne rentrent pas dans ces catégories, les débordent ou tout simplement les refusent. L’appel du meeting de préparation à Saint Denis nous replace clairement sur les terres du P.I.R., qui ne laissent comme terrible horizon que la religion et la race, puisqu’on y dénonce les « discriminations systémiques », avec la mise en avant de 3 catégories prioritairement discriminées : les « musulmans », les « Noirs », les « Rroms ».

On ne marchera donc pas ce jour là pour la « dignité » de tout un chacun.

De l’habituel racisme au singulier contre lequel on propose de marcher dans le titre, on passe, à la fin du texte d’appel, aux racismes au pluriel, déclinés ainsi : « l’islamophobie, la négrophobie, la rromophobie galopantes », il ne manque que l’évocation du « philosémitisme d’état » pour retrouver à l’identique les déclarations plus que contestables de la porte parole du P.I.R., à Oslo par exemple. D’ailleurs, dans la présentation des signatures de l’appel on sépare et on hiérarchise les « femmes racisées », puis les stars et « personnalités », puis les « associations de racisées », enfin les « soutiens » qui sont les personnalités et groupes non racisés ou qui ne sont pas cités à ce titre.

On marchera donc ce jour-là pour la promotion d’un anti-racisme repeint aux couleurs de la race.

Effectivement, cette marche n’est pas une promenade de santé, c’est une étape dans l’avancée d’un projet politique en cours.


• Il s’agit pour les initiateurs de se poser en médiateurs universels détenant le monopole des réalités des banlieues et des quartiers populaires, mais aussi de la question des migrants, pour polariser la conflictualité qui peut y prendre place à travers un filtre racial et judiciariste.

• Il s’agit aussi d’une tentative de récupération à la portée bien plus large que celle que SOS Racisme a opéré dans les années 80, et s’en inspirant sans doute : on s’approprie ici ouvertement la marche de 83 bien sûr, mais aussi les émeutes de 2005, et au-delà, l’ensemble de l’héritage des luttes immigrées, que ce soit sur les questions des papiers, du travail, du logement, ou sur d’autres terrains, qui court sur plusieurs décennies.

• Il s’agit donc de la construction d’enjeux politique autour de la question raciale avec l’approbation de la présence de personnalités plus qu’infréquentables, officiellement signataires de l’appel : par exemple Tariq Ramadan, ambassadeur des frères musulmans (dont le Hamas est une des branches), Médine, connu pour ses quenelles de soutien à Dieudonné et sa proximité avec le fasciste et antisémite panafricain Kémi Séba, Ismahane Chouder de Participation et Spiritualité Musulmanes, groupe qui a appelé à la « Manif pour tous » et qui a partie liée avec l’assassinat de militants d’extrême gauche au Maroc dans les années 90, et bien sûr Saïd Bouamama, collaborateur régulier du pro-négationniste Michel Collon, et Houria Bouteldja, porte parole du P.I.R., coutumière des plateaux télé, de l’éloge de la famille, de l’ordre et de l’obéissance aux structures communautaires et à la religion, ainsi que des invectives antisémites, contre le métissage, homophobes et sexistes.

On ne marchera donc pas ce jour là seulement avec la dignité, mais aussi avec ses nouveaux amis. Dieudonnistes, panislamistes, protofascistes religieux : la dignité a de bien mauvaises fréquentations en ce moment, sans même parler de ceux qu’elle ne présente pas le premier soir.

Nous sommes de plus en plus nombreux aujourd’hui d’horizons relativement variés, révolutionnaires, anarchistes, communistes anti-autoritaires, militants, entre autres, des luttes de l’immigration, épris sans doute davantage d’émancipation que de dignité et de justice, à s’opposer à la récupération en cours et à refuser la proposition politique portée par cette initiative.

Le 31 octobre, même du pied gauche, ne marchons pas dans cette combine !

Si vous avez encore envie de marcher ce jour-là, regardez ce qu’est la dignité, d’après Sadri Khiari, l’un des fondateurs du P.I.R. dans son dessin en forme d’autoportrait publié sur leur compte twitter (et ce n’est pas un fake) [visible dans le pdf].

Octobre 2015


https://paris-luttes.info/lettre-ouvert ... nsent-3934
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede Blackwater » 25 Oct 2015, 14:30

Ce texte est bien, il replace bien le contexte, indique les faits, et pour une fois, ne fait pas dans la caricature. Il invite à se poser de bonnes questions.
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 12:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede Banshee » 25 Oct 2015, 22:04

Oui, mais du coup je ne sais plus trop quoi penser : non pas que je pense que c'est le dernier qui a parlé qui a raison, mais le texte qui suit me semble aussi très pertinent.

Nous avons été contacté-e-s par le MAFED, collectif organisateur de la marche, qui nous a proposé de nous joindre à l’appel unitaire et d’aller marcher le 31 octobre pour la dignité et contre le racisme d’État.

L’objectif affiché de cette marche est la dénonciation du racisme d’État, et particulièrement des crimes policiers, avec la poursuite du combat engagé notamment lors de la Marche pour l’Égalité de 1983. Nous partageons l’ensemble des constats formulés dans cet appel concernant le caractère structurel du racisme en France et son aspect institutionnel à travers notamment les crimes policiers et l’impunité dont bénéficient leurs auteurs. C’est ce qui nous pousse à nous joindre à cette marche, parce que nous partageons la révolte de ses organisatrices contre le racisme. Nous partageons également l’idée qu’il est nécessaire de construire un front commun antiraciste. C’est pourquoi nous irons marcher le 31 octobre, sans pour autant être signataires de l’appel unitaire.

Concernant l’appel, nous avons constaté avec regret l’absence de la lutte contre l’antisémitisme de l’appel initial. Nous l’avons fait remarquer et avons conditionné notre signature à l’ajout de la mention de cette lutte. On nous a répondu que le texte était issu surtout des luttes contre les violences policières, qui, c’est la vérité, ne touchent pas spécifiquement les Juives et les Juifs. On nous a aussi répondu qu’il était difficile de modifier un texte déjà signé par autant d’organisations, à si peu de temps de l’échéance.

Nous entendons ces arguments, mais nous maintenons notre non-signature.

En effet, nous pensons également que l’État n’est pas le seul producteur du racisme : la bourgeoisie dispose d’autre moyens pour produire l’idéologie dominante, notamment médiatiques. L’idéologie nationaliste est produite par les classes dominantes et définit les contours d’une « majorité nationale » afin de défendre ses intérêts de classe. En ce sens, si, sous l’effet des luttes antiracistes, il n’existe plus aujourd’hui d’antisémitisme d’État, au sens d’une politique institutionnelle (même si les propos de Raymond Barre sur les « français innocents » ou l’affaire Goldman ne sont pas si lointaines), l’antisémitisme reste aujourd’hui promu et diffusé par une fraction de la bourgeoisie dans une période de crise, et reste structurant dans la société française. C’est un élément du « roman national. » L’antisémitisme est aussi un outil de maintien de l’ordre néocolonial, qui n’a pas nécessairement besoin d’être endossé officiellement par l’État pour jouer son rôle : en Algérie coloniale, il était promu par le Parti Colonial Français pour désigner les Juifs et Juives comme boucs émissaires aux Musulmans et Musulmanes en lieu et place du pouvoir colonial, afin de se préserver de leur révolte. En témoignent les conférences antisémites de Drumont et consorts. Après les émeutes de 2005, de manière similaire, le pouvoir néocolonial a eu recours aux mêmes méthodes, en assurant la promotion de masse de l’antisémitisme à travers notamment Soral, Dieudonné… Hier comme aujourd’hui, les condamnations « officielles » de l’antisémitisme ne doivent pas nous tromper sur le rôle bien réel que joue cet antisémitisme dans le dispositif de maintien de l’ordre colonial.

Ce constat nous amène à affirmer qu’il ne sera pas possible de mettre en échec l’ordre néocolonial sans combattre aussi l’antisémitisme. Car ce dernier est utilisé comme hier pour préserver l’ordre raciste, bourgeois, et colonial. Il a des conséquences concrètes dramatiques pour la minorité nationale juive, qui subit de ce fait violences, agressions et isolement en étant désignée comme bouc émissaire de cet ordre inégalitaire. Nous sommes conscient-e-s que parmi les organisations qui soutiennent cet appel, certaines sont tombées à pieds joints dans le piège tendu. Mais nous pensons que cela ne doit pas nous amener à déserter un combat légitime, sans pour autant taire nos critiques à l’égard de certaines organisations qui y participent, comme lors de tout mouvement social. Nous invitons toutes les organisations qui se fixent pour objectif la défaite de l’ordre colonial et raciste à identifier ce dispositif pour ce qu’il est, et à le combattre avec détermination. Quant à nous, nous participerons à la Marche de la Dignité : pour signifier notre refus de tous les racismes et de toutes les oppressions, qui se soutiennent entre elles. Parce que nous pensons que la lutte contre l’antisémitisme est indissociable de la lutte contre le racisme.

Nous pensons que l’État ne nous défend pas et ne nous défendra jamais. En conséquence, nous voulons construire l’autodéfense juive antiraciste et révolutionnaire. Si nous y allons, ce ne sera pas pour être des « Juives et des Juifs de service » et nous irons donc en portant notre discours : l’antisémitisme est une forme de racisme brutale et centrale dans notre société et qu’il est impossible de le dissocier des autres formes de racisme et des autres oppressions. Nous disons aussi que ceux et celles qui considèrent cette oppression comme marginale ou secondaire se trompent. Nous irons en disant qu’il est impossible de détruire le racisme sans détruire toutes les oppressions, chose impossible sans combat pour l’unité de classe et la révolution sociale.

A l’heure où la parole raciste n’en finit plus de se banaliser, à l’heure où la police assassine en toute impunité quasi-systématiquement des prolétaires racisés, quelques mois après les attentats antisémites de la Porte de Vincennes et après les vagues islamophobes et antisémites qui les ont suivis, il nous semble nécessaire de créer les conditions d’un front uni antiraciste, sur une base de classe et révolutionnaire. Nous espérons que cette marche en sera l’un des jalons, comme le sont les luttes matérielles concrètes que mène notre classe, et en son sein l’ensemble des minorités racisées, contre l’ordre capitaliste, raciste, colonial et patriarcal. Nous entendons y contribuer par notre présence.

Nous voulons faire savoir que nous sommes des Juives et des Juifs progressistes, antiracistes et révolutionnaires. Nous voulons contribuer à construire un front commun antiraciste, dans lequel ni l’antisémitisme, ni la rromophobie, ni l’islamophobie, ni la négrophobie, ni le racisme anti-asiatique ne soient relégués au second plan. Nous voulons que cessent les crimes policiers racistes et nous pensons qu’un rapport de force doit être construit dans ce sens. Nous voulons donner à ce front commun un caractère de classe, parce que nous identifions la bourgeoisie, au côté de l’État, comme promoteur de l’antisémitisme et de toutes les autres formes que prend le système raciste.

Nous invitons tou.te.s celles et ceux qui se reconnaissent dans nos valeurs et dans nos combats à rejoindre le cortège des Juives et Juives Révolutionnaires à la Marche de la Dignité le 31 octobre, à Barbès.

Si vous souhaitez nous rencontrer : nous organisons une réunion publique de présentation du groupe le 2 novembre au CICP, 21 ter rue Voltaire à 19h.


https://juivesetjuifsrevolutionnaires.w ... a-dignite/
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede abel chemoul » 26 Oct 2015, 08:27

l’antisémitisme reste aujourd’hui promu et diffusé par une fraction de la bourgeoisie dans une période de crise, et reste structurant dans la société française.

Après les émeutes de 2005, de manière similaire, le pouvoir néocolonial a eu recours aux mêmes méthodes, en assurant la promotion de masse de l’antisémitisme à travers notamment Soral, Dieudonné… Hier comme aujourd’hui, les condamnations « officielles » de l’antisémitisme ne doivent pas nous tromper sur le rôle bien réel que joue cet antisémitisme dans le dispositif de maintien de l’ordre colonial.


nan mais ça va le délire complotiste ?! à quand la dénonciation de Nuit et brouillard comme oeuvre de propagande antisémite?!
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede Banshee » 26 Oct 2015, 12:55

Je ne sais pas abel. J'ai justement posté les 2 textes comme base de discussion, en espérant que cette discussion aide à se faire un avis éclairé.
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede abel chemoul » 26 Oct 2015, 13:56

Doit-on prendre au sérieux des mecs qui nous parlent d'antisémitisme d'Etat en France en 2015? antisémitisme d'Etat qui utiliserait Dieudonné et Soral comme vecteurs? on est dans le délire massif là. A mon avis, les mecs qui sont derrière ce blog "juif-ves révolutionnaires" sont en voie de benny-levisation. Je suis d'ailleurs curieux de savoir qui regroupe ce collectif de juifs libertaires.

L'analyse structuralisme où toutes les oppressions -ou désignées telles- se tiennent sous l'égide du Capital et de l'Etat, ça relève de la pensée magique, on n'est plus dans le matérialisme, c'est totalement anhistorique. On duplique à volonté la grille de lecture "oppression", si bien qu'aujourd'hui on a droit à des oppressions nouvelles: grossophobie (si si, ça existe), antisémitisme d'Etat, philosémitisme d'Etat (pour le même Etat! va falloir vous mettre d'accord entre opprimés à la fin!).

C'est moi ou depuis les attentats de janvier ça s'enlise de plus en plus dans un gloubiboulga identitaire sur la question des oppressions et de l'identité dans une partie de l'EG?
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede Banshee » 26 Oct 2015, 14:08

Attendons d'autres réponses, histoire que ça ne devienne pas un ping-pong entre toi et moi :^^:
Et sinon, oui oui je suis au courant pour la grossophobie...
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede luco » 30 Oct 2015, 09:02

Très bon texte que cette "lettre ouverte" critique sur "la Marche pour la dignité".

J'ajouterais seulement que je n'en déplore que d'autant plus la présence d'AL, de l'AFA paris Banlieue etc. dans la liste des signataires.
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede luco » 30 Oct 2015, 11:21

Quant au second texte délirant, il est assez amusant qu'il parvienne à appeler à la manifestation en centrant son discours sur l'Antisémitisme, alors que l'Appel de la Marche, justement, fait totalement l'impasse (comme toujours avec le PIr and cie) sur l'antisémitisme (je ne parle pas de celui de l'Etat car il n'existe pas, mais bien de celui de certains dans les quartiers populaires devenus depuis quelques temps des copies carbone de la vieille ED catho avec ses obsessions anti-juives et anti-franc-maçons et autres calembredaines conspirationnistes).

Il y a des rejets (des racismes) qui n'existent pas (anti-blanc, anti-juif, anti-asiatique...) et il y en a qui sont "structurels", inscrits dans les gênes et dans les coeurs des "français", des "souchiens", des "blancs", etc.

Où comment remplacer la question sociale par la question raciale, de manière extrêmement sélective.
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede Blackwater » 30 Oct 2015, 15:46

Pourquoi en tant que blanche, je participe à la Marche de la dignité

Le 31 octobre prochain, la MAFED, collectif de femmes « racisées », [1] , organise une marche pour la dignité. Pas pour la réclamer, non : pour l’affirmer. Les racisé-es sont déjà dignes, ils n’ont pas à attendre qu’on la leur octroie. Ils, hommes et femmes, le sont, ils le disent, ils vont marcher pour l’affirmer. Ils vont marcher pour exiger l’égalité concrète et la justice. Vingt ans après la Marche pour l’égalité de 1983, 10 ans après la mort de Zyed Bena et Bouna Traore, énièmes victimes de la police, il est temps.

Je marcherai, moi aussi, le 31 octobre prochain, de Barbes à Bastille. Je marcherai, mais pas devant, pas entre deux camions sono-merguez, trois drapeaux rouges et des centaines de moustachus, pas cette fois. Je marcherai, mais derrière. Derrière les familles des victimes des crimes policiers, derrière les femmes « racisées », à l’initiative de ce mouvement, derrière les organisations issues de l’immigration, derrière celles représentant les quartiers populaires en lutte. Je marcherai, mais à ma juste place, avec la foule d’anonymes, ceux, trop nombreux, qui expérimentent, dans la douleur, les nombreux et tragiques effets du système racial en France et aussi ceux qui en reconnaissent l’existence et donc admettent la nécessité, l’urgence de le combattre.
Pourquoi vais-je marcher le 31, avec ma peau diaphane et mon patronyme de souche ? Pourquoi ai-je hâte d’aller me geler les miches de Barbès à Bastille, un samedi d’octobre ?

Parce que la parole des non-blanc(s)-hes est confisquée, étouffée [2] Qui parle d’elles et d’eux ? Qui filme les reportages sur les « jeunes de banlieue » ? Qui, d’ailleurs à inventé cette catégorie ? Qui produit les politiques racistes et discriminantes qui les répriment ? Qui débat au Parlement de l’opportunité d’exclure des jeunes filles à cause de leur voile du système scolaire ? Qui, d’ailleurs, construit les programmes, vote les lois ? Qui donne cours dans les amphis, qui est en salle des profs, dans les ministères ? Qui apparait sur les affiches publicitaires, dans les devantures des librairies, les plateaux tv, les rédactions ? Qui compose le CAC 40 ? Qui parle dans « touche pas à mon pote » ? Pas eux, non. Nous. Nous, les blancs.

"Nous sommes les blancs..."

Il est temps pour nous de cesser de froncer les sourcils lorsque nous entendons ce terme. D’arrêter de balayer d’un revers de la main les arguments visant à démontrer la pertinence de l’usage de ce mot-là, les blancs, comme groupe social. Dans un système racial discriminant, qui réprime, violente et assassine les personnes « racisées », nous devons impérativement regarder les choses en face. Nous sommes les blancs. Nous sommes la couleur des collants « chair » et celle du fond de teint « naturel ». Notre race sociale existe bel et bien, puisque ceux qui n’y appartiennent pas en souffrent, en meurent, doivent faire face à des oppressions systémiques et des difficultés d’accès à tous les domaines de la vie sociale, économique, politique, à la vie tout court même, dans le cas des victimes des crimes policiers. On parle ici aussi d’emploi, de logement décent, d’accès à la prise de parole, au pouvoir médiatique, politique, économique.

Aucun policier ne nous assassinera uniquement parce que l’on est blanc, personne ne nous refusera un emploi ou un logement uniquement sur la base de notre appartenance raciale blanche – réelle ou supposée. Nous appartenons ainsi, de fait, à ce que l’on peut appeler le groupe dominant, celui qui bénéficie de tous les privilèges, quand bien même individuellement nous nous y refuserions. Les structures sociales nous dépassent mais pour les combattre, pour les mettre à terre, il faut les comprendre et analyser notre propre position dans les rapports de domination. En attendant, concrètement, nous sommes les blancs. Nous devons nous penser enfin comme tels et agir dans ce cadre.
Globalement, se reconnaitre blanc, admettre l’existence et la permanence du système racial français, tenter d’en comprendre les origines (coloniales notamment) mais surtout les effets, relève du devoir. Devenons des traitres. Dénonçons. Refusons, par tous les moyens à notre disposition, de participer à la reproduction de ce système. Nous n’y parviendrons qu’en redonnant la parole et la place aux « racisé-es », en accordant foi et soutien à leurs témoignages, actions et expériences autonomes. Nous devons nous taire pour leur faire enfin place. Marcher derrière, pour une fois (la première d’une longue série) mais marcher avec. Proposer un soutien, pas noyauter un mouvement, pas prendre des décisions à leur place. Les mouvements autonomes « racisés » ne nous excluent pas, ils nous interpellent. Nous pouvons et nous devons y participer. A notre juste place.

Venez, les blancs, on vous attend.

[1] Le terme racisé fait débat. Ici, et dans l’attente d’un travail collectif plus dense qui sera bientôt publié sur contre-attaques, il est utilisé pour désigner à la fois l’ensemble des personnes qui sont désignées comme non-blancs, contre leur gré mais aussi comme une possible composante revendiquée de l’identité des personnes non-blanches.

[2] Il peut sembler contradictoire que je dise « taisons-nous » tout en prenant la parole sur le sujet. Il s’agit en fait d’une demande du comité de rédaction du site.

http://contre-attaques.org/magazine/article/pourquoi-en
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 12:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede luco » 30 Oct 2015, 17:20

Heum... ce texte est tellement gênant qu'on aurait aimé ne jamais le lire.

Ainsi les blancs existent.

Ainsi, la race blanche existe (on nous avait menti). La race noire doit donc exister.

On pourrait presque en déduire que la France et l'Europe ont bien été pendant des siècles des pays de race blanche et de civilisation chrétienne (et païenne celtes avant et païenne tout court encore avant).

C'est bien.

Seule l'intro et la conclusion diffèrent des textes de l'extrême-droite : là, la gentille blanche solidaire pensent que les membres de la race blanche doivent marcher derrière car ils ont à se faire pardonner leur appartenance (involontaire) aux dominants, aux oppresseurs.

Bien.

Et pour les bus ? La gentille blanche solidaire nous a trouvé une place particulière ? On reste debout ou on a des places réservées au fond ?

Misère. S'il fallait des exemples pour illustrer la dérive hallucinante et hallucinée de l'extrême-gauche, cette marche de la Dignité fera bien l'affaire.

ah, et puis la gentille blanche vient d'inventer la moustachuphobie... On ne sait pas trop pourquoi. Une minorité visible comme celle-ci devrait normalement recevoir toute son soutien et sa compassion. Mystère de l'anti-racisme compassionnel...
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede luco » 01 Nov 2015, 08:33

Bon ben la petite marche digestive d'hier a rassemblé 3500 manifestants selon la police.
On multiplie par deux.

Ça reste une sauterie entre copains / copines.

Les gens, quelle que soit leur couleur / origine / orientation sexuelle / religion ou pas, ne sont pas aussi cons que les militants excités du landernau rrradikal.

Ouf. On s'en doutait, mais bon, ça fait toujours plaisir.

J'espère que le concert avec celui qui chante "don'l laïk" et veut crucifier les athées / laïcards tout en se proclamant "arabian panther" et musulman s'est bien passé ? sm 23

J'attends avec impatience AL, le NPA et cie, venir se trémousser au son d'un rappeur "catholique" et se disant "european panther" qui chanterait la même chose. :siffle: Heu... c'est quand le prochain concert de Goldofaf ?
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede abel chemoul » 01 Nov 2015, 10:46

3500 c'est pas totalement ridicule non. La manif annuelle contre le chômage et la précarité qui a lieu en décembre rassemble entre 1000 et 2000 personnes. Qu'une manif sur des mots d'ordre racialistes rassemble plus qu'un thème classique de la gauche radicale en dit long sur la décomposition de cette dite gauche.
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede luco » 01 Nov 2015, 10:50

Pas faux.

Mais il faut dire que cette "marche" a bénéficié d'une sacrée couverture médiatique en amont.
Avatar de l’utilisateur-trice
luco
 
Messages: 376
Enregistré le: 30 Déc 2008, 13:43

Re: Contre le racisme, initiatives, manifestations

Messagede altersocial » 01 Nov 2015, 13:31

abel chemoul a écrit:3500 c'est pas totalement ridicule non. La manif annuelle contre le chômage et la précarité qui a lieu en décembre rassemble entre 1000 et 2000 personnes. Qu'une manif sur des mots d'ordre racialistes rassemble plus qu'un thème classique de la gauche radicale en dit long sur la décomposition de cette dite gauche.


Je suis allé voir la manif, je suis resté observer une bonne heure, il y avait entre 3000 et 5000 manifestants. La tête de manif c'était les collectifs des prolétaires/jeunes exécutés par les flics. Rien à redire ... sauf une pancarte "Finkielkraut ta race" ... :confus: :roll:

Entre 3 000 et 5 000 personnes donc :
- le PIR quinze manifestants j'ai compté, véridique, :lol:
- les haineux essentialistes anti-blancs du blog Cases Rebelles venus en famille sous leur propre banderole :roll: : trois manifestants,
- et d'ailleurs comme c'était une manif de rebelles tout ça il y avait un bloc EELV :lol:
- JC et NPA en fin de marche, dix fois plus nombreux chacun que le PIR,
- trois drapeaux SUD,
- un bloc antifa (avec deux drapeaux de l'antifa kurde derrière les pro-hezbollah du PIR c'est un exploit, j'ai hésité à envoyer la photo aux copains de l'antifa kurde berlinoise :lol: )
- le FUIQP cinq fois plus nombreux que le PIR,
- et aussi le BDS et compagnie, le CSP, etc ...
- et enfin "Juifs et juives révolutionnaires" faire-valoir sous bundiste de la manif du PIR antisémite, et d'ailleurs assez nombreux puisque cinq fois plus nombreux que le PIR aussi.

En gros ce n'était ni une manif "des quartiers" ni "du prolétariat", juste une marche d'intellos, de bureaucrates associatifs, de pétitionnaires, d'étudiants, etc.

Pendant la nuit un mystérieux groupe d'anarchistes et de marxistes avait collé massivement sur tout le parcours des affiches anti-PIR/anti-identitaire :lol:
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 18:51

Suivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités