Soutien aux sans papiers et exilé-es

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 30 Oct 2017, 12:02

Lyon, ce lundi 30 octobre 2017

Rassemblement contre l’expulsion du camp de l’esplanade Nelson Mandela

Appel à rassemblement devant le tribunal administratif (184 rue Duguesclin Lyon03) le lundi 30 octobre à 9h30 pour protester contre la requête en référé de la métropole pour demander l’évacuation du camp de migrant de l’esplanade Nelson Mandela. Camp qui regroupe entre 150 et 200 migrant-es dont de nombreux enfants. Mobilisons nous pour montrer notre solidarité avec les demandeur-es d’asile et dénoncer les politiques inhumaines et xénophobes des institutions.

A la veille de la trêve hivernale, la métropole de Lyon demande l’expulsion de dizaines de familles de migrants

Juste à l’entrée dans l’hiver, la Métropole veut mettre en danger des dizaines de familles de migrant.e.s en faisant une requête en référé devant le Tribunal administratif pour demander l’évacuation du camp de tentes situé sur l’Esplanade Nelson Mandela à Lyon 3ème et cela sans proposer de solution.

Non ! nous ne pouvons pas rendre invisibles des femmes, des enfants, des hommes, demandeurs-es d’asile. Ils ont des droits et une dignité.
Nous appelons à un rassemblement lundi 30 octobre 2017 à 9H30 devant le Tribunal Administratif avant l’audience pour dénoncer le renforcement continu des conditions de précarité des migrants par les autorités (Etat, Métropole, Ville) dans la pure négation des droits les plus élémentaires.

Ils sont plus de 160 migrant.e.s venus des Balkans. Nous sommes 140 citoyen.e.s réunis en collectif pour les soutenir et dénoncer la situation de grande misère.

Ces personnes ont faim, ont soif, ont un accès très insuffisant aux sanitaires et points d’eau, n’ont pas de toit... c’est la grande misère en bas de chez nous !

En tant que citoyen-nes nous avons honte de voir le pays des droits de l’Homme traiter des familles avec si peu d’humanité.

Nous multiplions les actions et les rencontres, notamment avec la Métropole et la Ville de Lyon, mais rien ne change pour le quotidien de ces enfants, de ces femmes et de ces hommes qui ne fuient par leur pays pour le plaisir.

Soyons nombreus-es pour dénoncer les manquements des institutions.

Au nom de la Convention de Genève, au nom des Droits de l’Homme et du Citoyen, au nom de notre Démocratie, nous demandons une politique d’accueil digne de ce nom.

agirmigrantslyon@yahoo.com
http://agirmigrantslyon.over-blog.com/

https://rebellyon.info/Rassemblement-co ... camp-18323
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 09 Nov 2017, 12:31

Lyon

Collecte en solidarité avec les migrant.e.s des Hautes Alpes

La chasse à l’homme menée partout en Europe s’intensifie chaque jour envers ceux qui ont fuient leurs régions d’origine pour de multiples raisons et souhaitent trouver refuge dans le « pays des droits de l’Homme ». Du mardi 7 au lundi 27 novembre, collecte en solidarité avec les migrants des Hautes Alpes.

La frontière italo-française de Nice et de la vallée de la Roya étant de plus en plus militarisée et contrôlée, les hommes et femmes ne souhaitant pas rester en Italie sont donc obligés de tenter un passage vers la France plus au nord, et beaucoup passent aujourd’hui par les Hautes-Alpes et Briançon.

Ce début d’hiver a déjà apporté de la neige et du froid dans cette région au climat rude, et bien que les locaux se mobilisent collectivement pour ouvrir des lieux d’hébergement, fournir des repas chauds et aider les migrant.e.s, de nombreux manques subsistent, surtout en matière d’équipements pour vaincre le froid.

C’est pourquoi nous vous proposons de jeter un œil à vos placards et d’offrir ce que vous ne voulez plus à ces jeunes qui en ont besoin.

Un camion partira de Lyon fin novembre vers les montagnes apporter le fruit de cette récolte. Voici la liste des besoins sur place :

Vêtements/équipements :
Couvertures, sacs de couchage, couvertures de survie, sacs à dos, vestes/manteaux (hommes), polaires/pulls, bonnets, gants, écharpes, chaussettes chaudes, sous-vêtements (hommes), chaussures de marche, baskets.

Communication :
Téléphones débloqués avec chargeur. Cartes Sim Lycamobile. Vélos.

Hygiène/santé :
Savon, shampoing, lessive, brosses à dents, dentifrice, médicaments de base et matériel de premiers secours, attelles et béquilles.

Nourriture :
Denrées alimentaires à conservation longue : barres de céréales, sardines/thon en boites, dattes, sucre, riz, sauce tomate, café, thé, huile... Thermos.

Points de collecte :

Lyon 1er :
L’Atmosphère. 9 Montée des Carmélites. Du Mardi au Dimanche à partir de 20h30.

Lyon 7eme :
Les Clameurs. 23 Rue d’Aguesseau. Du Mercredi au Samedi à partir de 12h00.

Lyon 9eme :
Les petites cantines. 37 rue Saint-Pierre de Vaise. Du Mardi au Vendredi de 9h30 à 21h00. Le Dimanche de 10h30 à 15h00.

https://rebellyon.info/Collecte-en-soli ... ants-18346
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 09 Nov 2017, 19:39

Marseille, Grand Banquet des Dubliné.es vendredi 10 novembre, à partir de 12h, devant la Préfecture de région

Dans la foulée de la Grande Marche STOP DUBLIN, STOP EXPULSIONS ! entre le PRAHDA de Vitrolles et la Préfecture de Marseille dimanche 29 octobre, les marcheurs.ses appellent tous les dubliné.es et leurs soutiens à un grand repas pris ensemble devant la Préfecture de région à Marseille pour continuer d’exiger un dédublinage général et le droit s’asile pour tous et toutes. C’est ce vendredi 10 novembre à partir de 12h, place Félix Baret.

Soyons nombreu.ses !! On lâche rien !

(apportez, si vous pouvez, le plat que vous savez le mieux cuisiner)

http://mars-infos.org/grand-banquet-des-dubline-es-2700
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 13 Nov 2017, 12:03

Réfugiés en Indre-et-Loire : pétition pour la non-application de la procédure Dublin

Différents collectifs et associations locales adressent une pétition à la nouvelle préfète d’Indre-et-Loire pour lui demander de ne pas appliquer le règlement Dublin aux personnes hébergées au Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) de Saint-Pierre-des-Corps concernées par cette procédure. En voici le texte.

Le collectif solidaire des réfugiés de Saint-Pierre-des-Corps, Chrétiens Migrants, le Réseau d’Éducation Sans Frontière et Utopia 56 Tours adressent cette pétition à Madame Corinne Orzechowski, préfète d’Indre-et-Loire. En vertu de son pouvoir discrétionnaire défini par l’article 17 alinéa 1 du règlement de « Dublin III » :

« (...) chaque État membre peut décider d’examiner une demande de protection internationale qui lui est présentée par un ressortissant de pays tiers ou un apatride, même si cet examen ne lui incombe pas en vertu des critères fixés dans le présent règlement. »

Nous lui demandons donc de ne pas appliquer le règlement Dublin aux personnes hébergées au Centre d’Accueil et d’Orientation de Saint-Pierre-des-Corps concernées par cette procédure.

Ainsi qu’à toute personne qui, à l’avenir, se trouverait dans cette situation, dans le respect du droit d’asile, « un droit ultime » internationalement reconnu par la Convention de Genève de 1951 et inscrit dans la Constitution française.

La procédure Dublin est une règle européenne prévoyant qu’un réfugié doit demander l’asile dans le premier pays européen où il pose le pied. La preuve de son passage dans un pays européen est constituée par l’enregistrement de ses empreintes digitales dans un fichier Eurodac. Cette prise d’empreintes est très souvent obtenue par la contrainte ou la force. Dans la logique de cette procédure, les personnes sont renvoyées sans avoir l’occasion d’exposer les raisons de leur venue en France.

Cette procédure justifie une politique d’expulsions massives (dites « transferts »). L’application de la procédure Dublin n’est pourtant pas obligatoire, les États sont libres d’examiner les demandes d’asile de toute personne.

La Constitution française, selon l’article 53-1 précise :

« (...) Toutefois, même si la demande n’entre pas dans leur compétence en vertu de ces accords, les autorités de la République ont toujours le droit de donner asile à tout étranger persécuté en raison de son action en faveur de la liberté ou qui sollicite la protection de la France pour un autre motif. »

Développer une politique effective d’asile et d’accueil est donc une question de choix politique.

Le collectif solidaire des réfugiés de Saint-Pierre-des-Corps, Chrétiens Migrants, le Réseau d’Éducation Sans Frontière et Utopia 56 Tours dénoncent cette procédure qui accentue l’angoisse de personnes déjà fragilisées par leur parcours de vie et vient dégrader davantage leur état de santé physique et mentale.

La procédure Dublin suspend le parcours d’exil, et maintient ces hommes dans les couloirs de l’asile et l’attente d’un refuge. Arrêtons de faire deux poids deux mesures et mettons en place une réelle politique d’accueil de demandeurs de refuge en France. Construisons une république bienveillante, basée sur l’hospitalité et l’accueil, pas seulement sur le secours : secourir n’est pas accueillir.

Mme la Préfète peut rétablir cette égalité des droits ! Ce que nous lui demandons est en accord avec la loi.

Nous lui demandons de permettre de déposer une demande d’asile. Cette demande sera examinée, acceptée ou refusée, mais autorisera au moins un accès au droit fondamental de demande de protection de notre pays. Cette clause discrétionnaire a d’ailleurs été mise en application en début d’année par son prédécesseur Monsieur Le Franc pour des situations identiques.

Si vous aussi vous souhaitez que Madame la Préfète d’Indre-et-Loire permette aux personnes soumises à la procédure Dublin de déposer une demande d’asile, nous vous remercions de signer cette pétition.

Pour signer la pétition : https://www.change.org/p/madame-corinne-orzechowski-préfète-d-indre-et-loire-non-exécution-de-la-procédure-dublin?recruiter=52356751&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campa

Un rassemblement sera organisé devant la préfecture de Tours pour remettre ce courrier à Madame la Préfète. La date et l’heure seront communiquées via les réseaux sociaux (Page Facebook du Collectif...)


http://larotative.info/refugies-en-indr ... -2496.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 17 Nov 2017, 20:41

Radio : soutien aux mineurs isolés dans le 37
L’émission DLGS du 15 novembre 2017 avec Utopia56
à écouter : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1783
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 21 Nov 2017, 20:35

MARSEILLE mardi 21 novembre 2017 :

OCCUPATION EN COURS Église St Férréol (Vieux Port côté bd de la République) par des mineurs isolés et leurs soutiens

Faîtes le savoir ! Venez-nous voir ! L’État doit protéger tous les mineurs isolés, même étrangers !

voir aussi les informations du Réseau Éducation Sans Frontières
https://fr-fr.facebook.com/RESF-13-1121393544572344/

et du collectif Soutien Migrants 13 :
https://www.facebook.com/collectifmigrants13/

http://www.millebabords.org/spip.php?article31094


Ce jour, une Conférence de presse s'est tenue à 17h à l' Ombrière du Vieux Port, quai des Belges, 13001


Appel au respect des droits des mineurs isolés
Collectif "Justice pour les jeunes mineurs étrangers"

Le collectif "Justice pour les jeunes mineurs étrangers" tiendra une conférence de presse mardi 21 novembre à 17H sous l’ombrière du Vieux Port à Marseille pour exiger le respect des droits des mineurs isolés qui ne sont pas mieux lotis à Marseille que dans le reste du pays.
Cette rencontre avec les journalistes se tiendra lors du rassemblement organisé par le Collectif Soutien Migrant-es 13 et au lendemain de la journée internationale des droits de l’enfant, même isolé et étranger, du 20 novembre.
Dans chaque département des centaines d’enfants et adolescents sont laissés sans protection sous prétexte d’un manque de moyens, en dépit des obligations qui pèsent sur les conseils départementaux en matière de protection de l’enfance.
Beaucoup de ces jeunes, victimes d’une politique du soupçon permanent, voient leur minorité contestée à l’issue d’une procédure d’évaluation injuste, partiale et souvent malveillante. Ceux et celles qui sont pris en charge le sont souvent dans des conditions indignes, dans des dispositifs au rabais, sans scolarisation ni suivi éducatif.
Le collectif "Justice pour les jeunes mineurs étrangers" regroupe notamment le Réseau RESF, la Cimade, la LDH (Ligue des droits humains), le Gisti et plusieurs organisations syndicales ou parentales.

P.-S.

campagnejujie chez framalistes.org
RESF (Réseau d’éducation sans frontières) : resf13 chez no-log.org / 06 31 32 48 65
www.educationsansfrontieres.o

http://www.millebabords.org/spip.php?article31081
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 22 Nov 2017, 18:30

Occupation de l' Église St Férréol à Marseille par des mineurs isolés (suite) :

Communiqué du collectif El Manba et de RESF 13

Dans le cadre de la campagne nationale "Justice pour les Jeunes Isolés Etrangers", après de nombreuses interpellations restées sans réponse du Conseil Départemental et de sa Présidente Martine Vassal, le collectif Soutien Migrants13 /el Manba a décidé de mettre temporairement à l’abri les dizaines de mineurs qui errent dans la ville, et d’occuper l’église St Ferréol, située sur le Vieux-Port à Marseille.

Il ne s’agit pas de réquisitionner cette église ni de la transformer en lieu de vie. Il s’agit d’occuper un bâtiment de tous temps dévolu à l’accueil inconditionnel des plus démunis pour alerter sur les graves carences du Conseil Départemental, qui au lieu de protéger les mineurs comme il en a la compétence et l’obligation, les expose à de graves dangers en les laissant à la rue pendant des semaines voire des mois.

Nous comptons sur les nombreux citoyens révoltés par la situation de ces jeunes, et par la politique migratoire dont ils sont victimes, pour venir les soutenir. En relayant cette information, en venant nous voir, en sollicitant des personnalités dont le poids médiatique peut contraindre le CD à respecter ses obligations légales et les décisions de justice rendues en faveur des jeunes.

Nous attendons de Madame Vassal qu’elle vienne en personne nous rencontrer, et assurer aux jeunes l’accès effectif à leurs droits : une prise en charge réelle et immédiate, la sécurité du quotidien, des soins adaptés, une assistance éducative, une scolarisation effective, et pas seulement quelques nuits en hôtels miteux. Le déblocage des moyens nécessaires relève bien d’une volonté politique, et de décisions urgentes à prendre.

Notre détermination n’est que le pendant de la détresse et de l’exaspération de ces jeunes, qui se sentent abandonnés par l’Etat, à juste titre.


http://www.millebabords.org/spip.php?article31094
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 24 Nov 2017, 18:19

Occupation de l' Église St Férréol à Marseille par des mineurs isolés (suite) :

Communiqué du Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

VICTOIRE POUR LES JEUNES DE SAINT FERREOL
(compte rendu pour ne pas laisser l'histoire être écrite par les vauriens)

Hier, après d'énormes coups de pression sur les jeunes (par les institutions, l'église, la police) et un rapport de force qui s'est durci en réaction, le Département a finalement été obligé de revoir sa copie et d'accéder aux revendications minimales. Cette nouvelle proposition a d'abord été annoncée par voie de presse à 15h par l'élue départementale à l'enfance, avant d'être présentée aux jeunes aux alentours de 18h seulement par le directeur du service MNA de l'ADDAP13. A ce moment, l'église avait retiré ses menaces et la police s'était retirée.

Quelles nouveautés ? un foyer avec une capacité d'accueil de 65 places sans distinction des mineurs avec ou sans OPP (ordonnances de protection du juge) ; un engagement à ne pas ré-évaluer les mineurs bénéficiaires d'une OPP ; un accueil "éducatif" de jour pour compléter l'accueil de nuit initial ; un partenariat avec la Croix Rouge et les Restos du Coeur pour fournir aux jeunes plus de 3 repas par semaine ; deux agents de sécurité ; des chambres équipées et propres avec engagement à effectuer rapidement des travaux de plomberie (pour l'instant les douches se prennent dans un camion de la Ville en bas du bâtiment).

Suite à cette annonce le représentant du département a affirmé qu'il ne répondrait à aucune question et que les jeunes devraient prendre leur décision d'emblée, avant de venir le voir individuellement et le suivre dans leur nouveau foyer. Les jeunes ont néanmoins habilement récupéré le micro pour affirmer deux positions : leur décision sera collective après un temps de réflexion entre eux ; ils ne renonceraient pas à leurs droits à la scolarisation et la santé qui n'ont même pas été évoqués.

Après une discussion animée et des positions divergentes, les jeunes sont revenus dans l'assemblée et ont remercié, émus et émouvants, l'ensemble des participants à ce mouvement. Ils se sont retournés solennellement vers le représentant du département pour lui annoncer qu'ils estimaient la proposition insuffisante, mais acceptable compte tenu de leur situation et qu'il l'acceptaient donc. Toutefois ils ont affirmé qu'ils seraient vigilants à l'obtention rapide de leurs droits, à tout revirement et toute tentative de dispersion/division de leur collectif. POUR EUX, LA LUTTE CONTINUE DEPUIS LEUR NOUVEAU LIEU ! Et tout un chacun est convié à poursuivre l'aventure.

Ils ont aussi imposé que leur sortie de l'église ne se ferait qu'au lendemain, au grand jour, après avoir fêté leur victoire avec les leurs (et que "maintenant Monsieur, nous vous prions de nous laisser entre nous")


https://www.facebook.com/collectifmigrants13/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 24 Nov 2017, 18:32

samedi 25 novembre 2017 à MARSEILLE

-18 h 59 rue Thiers, 13001

Débat et apéro
La situation des migrants dans les Hautes Alpes
Manifesten

Les Hautes Alpes à Marseille (suite) : la discussion entamée vendredi au Manifesten sur les Hautes Alpes se poursuit samedi à 18H avec une discussion animée par des militants et militantes concerné-e-s autour de la situation difficile des migrants dans cette région frontalière.
Le débat sera suivi d’un apéro musical animé par un groupe originaire du Val de Suse, Dialcaloiz, partisan d’un "rock and roll hypoxique" (état d’un milieu naturel ou d’un organisme vivant en état de manque d’oxygène, note de la claviste)

P.-S.

Manifesten, 59 rue Thiers, 13001 Marseille
contact chez manifesten.fr

http://www.millebabords.org/spip.php?article31100


Les bandits fantomes des Hautes Alpes

l’Association les Croquignards et Manifesten

http://www.millebabords.org/spip.php?article31099
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 27 Nov 2017, 17:16

Occupation de l'université de Nantes

Ce soir nous, étudiant-e-s, jeunes exilé-e-s, et personnes solidaires occupons trois salles à l'université de Nantes.

Cette initiative fait suite à l'occupation puis l'expulsion de l'ancienne école des Beaux-Arts ce week-end, sans solutions concrètes apportées par les pouvoirs publics. Une soixantaine de jeunes mineur-e-s dorment donc toujours à la rue contrairement à ce qu'affirme Philippe Grosvalet, le président du Conseil Départemental. Nantes, ville « amie des Enfants », ville socialiste dirigée par Johanna Rolland, ne respecte pas le droit en ne mettant pas à l'abri ces jeunes et pire, en expulsant les squats qui se créent pour les héberger et en envoyant la police les harceler.

Face à l'urgence de la situation, nous occupons ces salles pour répondre à cette nécessité d'hébergement mais aussi pour poursuivre l'envie des « Univers Cité » de créer des espaces de solidarité et de partage entre étudiant-e-s et jeunes exilé-e-s. L'Université n'est pas un lieu neutre, face aux politiques de sélection menées par le gouvernement, nous revendiquons une Université ouverte à tou-te-s et qui soit aussi un espace de rencontres pour lutter contre l'isolement et l'exclusion.

Depuis une semaine un amphi est occupé à Lyon pour les Mineur-e-s Isolé-e-s, nous invitons à multiplier les initiatives, mobilisations et occupations, notamment dans nos facs, pour prendre en main une problématique qui nous concerne tou-te-s.

Rejoignez-nous dans les salles C906, C908 et C910, amenez vos matelas, duvets, bouffe, jeux, etc... pour faire vivre ce lieu !



Image

A la fin du week-end , le chateaux du tertre propriété de l'université a été ajouté aux lieux occupés de la fac. Un communiqué de l'AG a été rédigé et devrait être publié. Les discussions sont en cours et "responsables" (quand ça les arrange) réagiront dans les heures qui viennent. Le soutien est toujours plus que nécessaire. En commentaire, des infos d'où ça en est, sur les besoins, etc.

MAJ 27/11 : La présidence de l'Université menace d'expulser, rendez-vous 19H au château du Tertre (juste à côté de Censive, il y aura du monde pour vous guider) pour une conférence de presse et dès maintenant pour soutenir et montrer que nous sommes nombreux et nombreuses à être mobilisé !

https://nantes.indymedia.org/articles/39223
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 29 Nov 2017, 22:10

Tours

Pour un accueil digne de tou·tes les étrangèr·es : appel à rassemblement le 2 décembre

A l’appel d’un certain nombre d’associations et de collectifs, un rassemblement est organisé à Tours le 2 décembre pour dénoncer le nombre grandissant d’étrangèr·es abandonné·es par l’État, dans des situations administratives inextricables et qui sont laissé.es à la rue.

Quand les pouvoirs publics bafouent les lois, s’insurger est un devoir civique ! Les lois sont bafouées quand les services de protection de l’enfance mettent les mineurs isolés en danger, les services de l’Etat qui ont en charge l’accueil et l’accompagnement social des demandeurs d’asile les laissent à l’abandon. Les services préfectoraux se servent des règlements européens pour pouvoir expulser davantage d’étrangers plus fréquemment que pour les accueillir et les intégrer.

Que veulent dire les mots, quand « service » = mépris ; quand « protection » = maltraitance ; quand « asile » = rejet ; quand refuge = expulsion ? Voici ce qui se passe dans les villes de notre Département et plus particulièrement dans l’agglomération tourangelle.

Ils sont des dizaines d’adolescent-e-s, qui ont fui un destin sans espoir, franchi les déserts, les frontières, les mers et réussi à échapper aux marchands d’esclaves que l’Europe, de fait, finance sous couvert d’empêcher des zodiacs pourris de quitter la Libye ou d’échouer sur les côtes espagnoles. Leur acte de naissance en mains, ils se présentent à l’Aide Sociale à l’Enfance. Neuf fois sur dix, ces mineurs isolés se voient refuser la mise à l’abri, la prise en charge, l’accompagnement social et éducatif auquel le Code de l’Action sociale et des familles leur donne droit.

Les associations qui leur viennent en aide s’épuisent à se battre au cas par cas, à saisir le juge des enfants, à les faire accepter dans les collèges et lycées de l’agglomération. Il faut en finir avec les tergiversations, les faux-fuyants et la mauvaise foi des services départementaux de la protection de l’enfance. Ils sont hors la loi. Et ne peuvent tout de même pas prétendre qu’ils ignorent ce que « protection » veut dire !

Les lois sont bafouées dans « la gestion de l’hébergement »

Tous les soirs, le 115 refuse une centaine de personnes, laissant sans hébergement des hommes, des femmes, des enfants, des nourrissons, des malades, des handicapés. Et voici que, comme tous les ans à la même époque, se met en place le « Plan Hiver » : des salles d’hébergement collectif sont ouvertes pour la nuit. On y dort sur des lits de camps, et le matin, dehors… jusqu’au soir suivant. C’est ce qu’on appelle l’hébergement d’urgence, une « urgence » dont on sait d’avance qu’elle est faite pour durer. Douloureuse, scandaleuse et absurde pérennisation de l’impuissance voire de l’incurie administrative. L’hébergement, dès lors qu’il se présente comme « d’urgence » est inacceptable dans une agglomération qui comporte des milliers de vrais logements inoccupés.

Parmi les personnes « à la rue », plusieurs familles de demandeurs d’asile qui ne relèvent ni de l’urgence, ni de la mise à l’abri en hôtel, mais doivent être accueillies dans les Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (les CADA) par l’Office Français d’Immigration et d’Intégration (OFII) dont c’est la mission première. Des places de CADA ou de foyers sont occupées par des personnes qui n’y ont plus droit, nous dit-on. Parmi elles, des réfugiés statutaires, à qui l’Etat DOIT un logement autonome, et des « régularisés » qui sont en demande de logements sociaux – demandes bloquées par des considérations de ressources inappropriées. Les solutions pour loger dignement les gens existent. Elles sont plus humaines, plus dignes, et moins coûteuses que tous les plans dits d’urgence qui ne règlent rien.

Les lois sont bafouées et les engagements de l’État sont reniés quand des demandeurs d’asile sont refoulés. Voici un peu plus d’un an, le ministre de l’Intérieur d’alors mettait en place les Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO) destinés à permettre à des exilés sans abri d’entamer leurs procédures de demande d’asile, avec un minimum d’accompagnement. Pour décider la plupart d’entre eux à entrer dans ce dispositif, il leur fut promis que ne leur serait pas appliqué le « règlement Dublin », qui veut qu’un demandeur d’asile ne puisse déposer sa demande que dans le pays européen par lequel il est entré dans l’UE. En clair, on leur a promis que le dépôt de leur demande d’asile ne déboucherait pas sur le redouté « transfert » obligatoire dans un autre pays.

Les CAO, notamment ceux de Grandmont et de Saint-Pierre-des-Corps, se sont remplis de pensionnaires confiants dans les promesses du gouvernement… sauf que… les promesses n’ont pas tenu longtemps. Et voici que se multiplient, dans les CAO et hors d’eux, les « Dublinés », vivant sous la menace permanente d’une expulsion, qui vers l’Italie, qui vers l’Allemagne… Pour les Afghans, notamment, ce renvoi vers l’Allemagne ou l’Autriche est synonyme de charter vers l’Afghanistan. Seuls des bureaucrates ou des politiciens cyniques peuvent imaginer que la sécurité des personnes est garantie dans ce pays.

Pour dénoncer ces pratiques qui perdurent en s’aggravant depuis 20 ans et ces décisions actuelles qui ne respectent ni le droit des mineurs, ni le droit d’asile, ni le droit au logement, ni la dignité des personnes, ni la protection des plus fragiles.

Nous appelons à un rassemblement le samedi 2 décembre à 14h30 place de la Préfecture (où est également situé le Conseil Départemental).

Nous remettrons à cette occasion aux « autorités » trois pétitions, l’une pour la prise en charge en CADA d’une famille demandeuse d’asile, la deuxième pour que la préfecture annule les procédures « Dublin » et respecte le droit d’asile, et la troisième pour exiger qu’un accueil conforme à la loi soit mis en œuvre pour les Mineurs Non Accompagnés.

Les premiers signataires de cet appel :
Le Réseau Education Sans Frontières d’Indre-et-Loire (RESF 37)
Le Collectif solidaire des Réfugiés de Saint-Pierre-des-Corps
Utopia 56
Chrétiens-Migrants
La Ligue des Droits de l’Homme
Convergence des services publics


https://larotative.info/pour-un-accueil ... -2528.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 12:49

Lyon samedi 2 décembre 2017

Manifestation en solidarité avec toutes et tous les migrants

Le samedi 2 décembre à 15h (Place Terreaux) le collectif solidarité migrant-e-s 69 appelle à une manifestation pour dénoncer la situation actuelle lyonnaise et le futur projet de loi sur l’immigration liberticide et xénophobe de Macron/Collomb.
La Coordination des Groupes Anarchistes et Alternative Libertaire, membres de ce collectif, appellent à la formation d’un cortège « aucun être humain n’est illégal ».

Appel du collectif 69 de solidarité avec les migrant-e-s

Migrant.es sans papiers et sans toit, jeunes sans école : Une situation humanitaire scandaleuse face à une politique inacceptable !

Des papiers, une école, un toit pour tous !


À Lyon : début novembre, au moins 80 mineurs isolés, dont des collégiens et lycées, dorment dans la rue ; avec ou sans papiers, plus de 300 enfants, dans l’agglomération, n’ont pas de toit pour vivre dont 8 élèves pour l’école Jean Zay à Villeurbanne, d’autres à Doisneau et à Michel Servet, L. Aubrac (Lyon) mais aussi à Vaulx-en-Velin, pour lesquels les parents se mobilisent.

Des jeunes migrants scolarisés qui préparent le bac reçoivent un avis d’expulsion, sont convoqués au tribunal. Dans le Rhône, des demandeurs d’asile doivent attendre deux mois, sans hébergement, avant d’être accueillis.

On peut multiplier les exemples, à Lyon et dans toute la France. C’est pourquoi, dans un texte adopté le 17 octobre, La CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme, instance nationale de promotion et de protection des droits) « s’alarme (…) de la multiplication des violations des droits fondamentaux des personnes migrantes observées sur le terrain ».

Non au projet de loi liberticide !

Macron et Collomb préparent un nouveau projet de loi visant à rendre plus faciles, plus rapides et nombreuses les expulsions. Les premières informations qui circulent sur ce projet montrent qu’il s’agit, une fois encore, d’un projet liberticide et xénophobe (durée de rétention portée à 90 jours par exemple), traitant les migrants sans papiers – qui fuient la guerre et la misère – comme des criminels.

Remettant en cause le droit d’asile, ce texte permettrait ainsi d’expulser des demandeurs d’asile vers des pays qu’ils ont traversés durant leur fuite.

C’est pourquoi la CNCDH considère que ce qui est déjà connu de ce texte marque « un recul sans précédent des droits fondamentaux des personnes migrantes ». De plus, le gouvernement veut sortir la protection des jeunes étrangers isolés du droit commun de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Pour entraver toute mobilisation contre son projet de loi, le gouvernement cherche à associer nombre d’organisations de défense de migrants et sans papiers, étant entendu que, sur le fond, tout est déjà décidé pour ce projet qui doit être présenté d’ici la fin de l’année en Conseil des ministres.

Cette politique doit cesser, l’avant projet de loi Macron sur l’immigration ne doit pas voir le jour.
Le budget utilisé pour la chasse aux migrants doit être affecté à leur accueil !

MANIFESTATION, le samedi 2 décembre
15 heures, place des Terreaux
Lyon – métro Hôtel de ville


Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc’Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif des EtudiantEs EtrangerEs, Collectif 69 Palestine, Collectif Agir Migrants, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4, MRAP LYON 3-7-8, RESF-69, Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, ENSEMBLE !, L’insurgé, Lutte Ouvrière, MJCF Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste, OCML-VP, Parti de Gauche69, PCF, UPC…



Appel à un cortège "Aucun être humain n’est illégal" par la CGA et Alternative Libertaire

Aucun être humain n’est illégal !

Une situation lyonnaise inacceptable...

Devant l’inaction des pouvoirs publics à gérer la situation et devant la volonté affichée de vouloir "trier" les migrant-e-s, il est urgent d’afficher dans la rue notre volonté commune d’agir en solidarité avec les migrant-e-s.

De nombreux collectifs, associations, individu-e-s agissent tous les jours en solidarité pour essayer de trouver des solutions aux personnes vivant à la rue, aux impasses administratives que ces personnes rencontres et aux violences et racismes étatiques quotidiens qu’elles subissent.

La mobilisation importante au niveau de l’esplanade Mandela ; des écoles où parents, habitant-e-s et professionnel-le-s se mobilisent pour que les enfants scolarisés et leurs familles aient un toit ; des étudiant-e-s de Lyon 2 solidaires avec les expulsé-e-s de la Part-Dieu ; des collectifs/associations toujours présentes pour la lutte des migrant-e-s laissent entrevoir un espoir de renversement du rapport de force face aux autorités.

Et ce notamment depuis ce mercredi 22 novembre où sur un appel du collectif Jamais Sans Toit, les différents collectifs se sont retrouvés.

Les migrantes spécifiquement ciblées par des violences

Les migrantes subissent du fait de leur genre des violences ciblées durant leur parcours. De nombreux récits relatent des violences allant du harcèlement sexuel au viol et/ou au mariage forcé qui sont le fait de passeurs, de représentants de forces de l’ordre, d’autres migrants. Mais les violences ne s’arrêtent pas au voyage, et dans le pays dit d’accueil, les violences continuent et la prise en charge physique (soins, grossesses dues aux viols...) et psychologique (prise en charge par des professionnels) est pratiquement inexistante.

Ailleurs, la situation est similaire et les projets gouvernementaux ne laisse rien présager de bon...

Que ce soit sur la capitale, dans d’autres villes ou à la frontière franco-italienne, les situations d’urgence se multiplient notamment avec la détérioration de la météo qui rend le périple des migrant-e-s à la frontière de plus en plus dangereux. Les cas de personnes lourdement blessées après quelques jours de traversée dans la montagne se multiplient et les autorités laissent faire, raccompagnant même les migrant-e-s au point de départ...

Dans ce contexte tragique, le futur projet de loi Macron-Collomb ne fera qu’aggraver la situation des migrant-e-s.

En effet, plusieurs pistes vont certainement être suivies : prendre en compte le trajet parcouru et non plus les besoins de la personne et ses craintes à retourner à son point de départ (en gros ne plus étudier de dossier du moment que le/la migrant-e vient d’un pays dit "sûr") ; restriction de la durée de traitement des dossiers ; multiplication des expulsions ; rétention administrative augmentée (donc emprisonnement des migrant-e-s avant leur expulsion) ; accentuation des expulsions des migrant-e-s dits dépendant de Dublin...

Lutter par solidarité et pour une autre vision de la société

La solidarité avec les migrant‑e‑s et les luttes collectives existent bien aujourd’hui, et sont plus que nécessaires à renforcer pour inverser le rapport de force.
Accompagner les migrant‑e‑s, faire pression sur les préfectures, être présent‑e‑s au tribunal, déposer les recours, se rassembler à l’aéroport pour éviter un renvoi, refuser d’embarquer dans un vol qui sert à expulser quelqu’un-e sont des actions à mener pour ne pas lâcher la lutte sur le terrain. C’est en menant collectivement ces mobilisations que nous aurons le plus de poids.

Nous refusons leur logique de catégorisation des « bon‑ne‑s » migrant-e-s de celles et ceux à renvoyer. Les politiques migratoires sont un rouage du système capitaliste et de toutes les logiques de pouvoir et de profit, qui engendrent inégalités sociales, guerres, misère et exploitation à travers le monde.
Les un‑e‑s les autres, nous ne subissons pas leurs conséquences avec le même degré de violence, mais pour lutter contre la précarité, le chômage, la misère, nous devons être tous et toutes solidaires face aux dirigeants et exploiteurs, ici comme ailleurs.

Aucun être humain n’est illégal !
Libre circulation et installation de tous et toutes !
Solidarité et luttes collectives face au capitalisme et aux États !

Rendez-vous à 15h, Place des Terreaux le samedi 2 décembre !

Coordination des Groupes anarchistes et Alternative Libertaire


https://rebellyon.info/Manifestation-en ... utes-18448
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 18:57

Face à la mobilisation, la présidence de Lyon 2 lâche cinq jours de délais avant l’expulsion de l’amphi C

Vendredi 1 décembre vers 19h, alors que l’expulsion n’avait toujours pas eu lieu face a la mobilisation des étudiant.e.s, la présidente de Lyon 2 a fini par lâcher 5 jours de délais supplémentaire avant l’expulsion des amphis occupés. La lutte continue !!

Vendredi 2 décembre vers 20h, alors que l’expulsion n’avait toujours pas eu lieu, la présidente de Lyon 2 a enfin fini par s’exprimer.

Résumé de l’allocution :

"Il n’est pas possible de maintenir une présence dans les locaux. Nous avions demandé à ce que les locaux soient libérés à 17h, ce n’est pas le cas. Nous avons souhaité laisser un petit peu de temps pour permettre à la fois que vous vous organisiez comme vous l’entendez ainsi que pour permettre à celleux qui le souhaitent se rendre à l’hébergement proposé [le gymnase de Meyzieu] qui ne convient certes pas à un certain nombre de personnes mais qui peut être une piste pour certain.e.s [des demandeurs d’asile]. Je voudrais attirer votre attention sur le fait que pour certain.e.s il existe un intérêt à utiliser l’hébergement proposé [N. Dompnier ne précise pas lesquels…].
Nous avons dû prendre la décision de recourir à une évacuation, en vous laissant le temps de vous organiser et de nous expliquer. Toutefois, intervention de la force publique mercredi à 14h [!]."

https://rebellyon.info/Face-a-la-mobili ... e-de-18461
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33983
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 04 Déc 2017, 01:16

Tours
Accueil des réfugiés : l’État, le Département et l’office de l’immigration mis en cause

Deux cents personnes se sont réunies devant les grilles de la préfecture d’Indre-et-Loire ce samedi 2 décembre pour protester contre le traitement des réfugiés dans le département.

« Quand les pouvoirs publics bafouent les lois, s’insurger est un devoir civique ». C’est par ces mots que démarrait l’appel à rassemblement cosigné par plusieurs associations locales. Comme l’a rappelé un membre du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) d’Indre-et-Loire, à l’heure actuelle, « les pouvoirs publics font tout pour ne pas respecter leurs obligations légales : la loi n’est pas appliquée ». Trois institutions ont été directement mises en cause : le conseil départemental, la préfecture et l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII).
• L’État et la préfecture, parce qu’ils refusent que certains réfugiés déposent leurs demandes d’asile en France. L’État se retranche derrière le règlement de Dublin, qui prévoit que la demande d’asile soit faite dans le premier pays européen traversé, et multiplie les expulsions.
• Le conseil départemental, parce qu’il ne prend pas en charge les mineurs isolés étrangers à la mesure des besoins. De nombreux mineurs sont ainsi laissés à la rue.
• L’OFII, parce qu’il n’héberge pas les demandeurs d’asile, contrairement à ce que prévoit la loi. De nombreuses personnes sont sans solution d’hébergement et doivent donc se tourner vers le SAMU social, alors qu’elles devraient être accueillies dans des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA).

Trois pétitions ont été déposées. Symboliquement, les personnes solidaires des exilés ont été invitées à apposer leur empreinte digitale sur une banderole de soutien.


https://larotative.info/accueil-des-ref ... -2536.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22012
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 08 Déc 2017, 20:11

dimanche 10 décembre 2017 à MARSEILLE

-13 h Métro Bougainville

« STOP DUBLIN STOP EXPULSIONS »

Marche solidaire
Collectif Soutien Migrants 13 / El manba

Nous organisons cette marche pour la cause de tou.te.s les migrant.e.s afin de dénoncer la « procédure Dublin » nous empêchant de demander l’asile en France.

L’Italie ne peut pas nous accueillir !


Dés l’entrée sur le territoire italien, les autorités italiennes nous obligent à donner nos empreintes par la force et la violence, ce qui d’emblée rompt le lien de confiance à peine établi lors de notre sauvetage en mer.
À partir de cette prise d’empreintes, nous sommes sous « procédure Dublin », sans même le savoir et pour toujours.
Pour information, la procédure Dublin consiste à ce que la demande d’asile soit enregistrée là où la personne a été arrêtée (prises d’empreinte) pour la première fois en Europe, soit la plupart du temps en Italie. Cette demande ne peut être effectuée qu’une seule fois, ainsi les personnes franchissant le territoire français se retrouvent dans l’impossibilité de demander l’asile.

L’Italie est la principale porte d’ entrée des migrant.e.s. Elle est ainsi submergée et ne peut subvenir aux besoins de tout le monde.
Nous attendons de longs mois pour une mise à l’abri. Et quand on a la « chance » d’accéder aux « campos » (Centres d’Immigration et d’Expulsion – CIE ), les conditions de vie sont indignes pour des êtres humains et propices à la prolifération des maladies. Les migrant.e.s malades en Italie ne sont pas pris.es en charge : les camps de la croix rouge n’ont même pas de médecins.

Par ailleurs, nous attendons de très longs mois pour le premier enregistrement de notre demande d’asile. Un ou deux ans pour être évalué.e.s et finalement rejeté.e.s comme demandeurs.es d’asile pour la plupart d’entre nous.

Pour finir, les personnes sous « Procédure Dublin », qui font une demande d’asile en France, sont systématiquement expulsées en Italie, là où elles n’ont aucun droit et restent sans abri.
Les expulsions vers l’Italie sont la première étape pour nous ramener dans notre pays d’origine que nous avons dû fuir, parce nous n’y sommes pas en sécurité.

Soyons uni.e.s et venez nombreu.x.ses !!!


P.-S.
https://www.facebook.com/collectifmigrants13
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités