Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede Pïérô » 25 Juin 2017, 11:08

Calais : délit de solidarité, trente personnes poursuivies en un an et demi

Les poursuites à l’encontre des aidants solidaires à la frontière franco-italienne ont acquis une forte visibilité. Ceci s’explique notamment par une dynamique collective forte, une action publiquement assumée et une coordination du soutien. Ces éléments ont manqué à la frontière franco-britannique. Pourtant au moins trente personnes ont été soit poursuivies, soit enfermées en rétention et expulsées du territoire, pour leur engagement solidaire, pendant la seule durée du bidonville de Calais, soit en avril 2015 et novembre 2016. Ceci sans compter les « simples » placement en garde-à-vue, les multiples contraventions visant les véhicules des bénévoles et d’autres formes d’entrave et d’intimidation.

... https://passeursdhospitalites.wordpress ... n-et-demi/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 25 Juin 2017, 16:46

Procès en appel de Cédric Herrou

lundi 26 juin 2017 à 8h

Le procès en appel de Cédric Herrou, jugé pour avoir assisté des migrants, aura lieu le 26 juin à Aix-en-Provence.

Jugé en première instance à Nice le 4 janvier (pour la deuxième fois), il avait été relaxé sur trois chefs d'inculpation et condamné à 3000 € d'amende le 10 février pour "aide à l'entrée d'étrangers en situation irrégulière". Le parquet a fait appel pour obtenir une condamnation.

Palais de justice d'Aix, 20 place de Verdun, Aix-en-Provence

https://citoyenssolidaires06.com/?p=2835
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 24 Juil 2017, 12:09

Stratégies d’intimidation dans la vallée de la Roya

Depuis un an, face à l’abandon de l’Etat, de nombreux habitants et habitantes de la vallée de la Roya, au nord-est de Nice, accueillent et soutiennent des personnes migrantes qui traversent leur région.
Plusieurs ont été poursuivis, parfois condamnés, pour « délit de solidarité » (aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour des étrangers).

Le 26 juin 2017, une avocate défendant régulièrement les droits des personnes étrangères et de celles qui sont poursuivies pour « délit de solidarité », recevait à son cabinet un courrier anonyme contenant des menaces de mort.

Le lendemain, l’association Roya citoyenne recevait une assignation en vue de sa dissolution, assignation qui devrait être jugée en référé devant le TGI de Nice, le 18 juillet. L’assignation a été faite à la demande d’un conseiller régional et vice-président du groupe FN de Paca et d’une association « Défendre la Roya » de création récente.

Ces derniers actes dénotent la dégradation du climat politique dans cette région. Climat nourri par des discours de responsables politiques stigmatisant les citoyens et citoyennes qui aident les personnes exilées pour pallier l’inhospitalité de l’État et de la collectivité territoriale et faire face aux violations systématiques des droits des personnes étrangères à la frontière franco-italienne.

Que ce soit à Calais, en mer Méditerranée et dans la vallée de la Roya, il n’est pas anodin que des groupuscules identitaires puissent se faire le relais sur le terrain de politiques répressives contre les personnes migrantes et contre celles et ceux qui s’indignent et se mobilisent face au sort qui leur est réservé.

Le collectif Délinquants Solidaires dénonce les actes répétés d’intimidation et de répression à l’encontre des personnes migrantes et de celles et ceux qui agissent en solidarité.

Après les nombreux soutiens apportés à Cédric Herrou, à Pierre-Alain Mannoni et aux autres habitants et habitantes de la vallée de la Roya poursuivis parce que solidaires,

Après le soutien du Syndicat des Avocats de France (SAF) et du Conseil National des Barreaux (CNB) à leur consœur,

Le collectif « Délinquants solidaires » apporte tout son soutien à Maître Damiano, avocate au barreau de Nice et à l’association « Roya citoyenne » et ses membres, cibles de la haine issue d’un discours ambiant d’exclusion, de repli sur soi et de stigmatisation.

http://bxl.indymedia.org/spip.php?article14861
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 25 Juil 2017, 09:22

Cédric Herrou interpellé et placé en garde à vue à Cannes

Depuis ce lundi 18 heures, Cédric Herrou, l'agriculteur de Breil-sur-Roya et figure symbolique de l'association Roya Citoyenne qui vient en aide aux migrants, a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat de Cannes.

Il accompagnait ce lundi avec l'eurodéputé écologiste José Bové plus de 200 migrants à la plateforme d'accueil des demandeurs d'asile à Nice pour qu'ils puissent s'enregistrer et formuler une demande d'asile.

... http://www.nicematin.com/faits-divers/c ... nes-156389
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 29 Juil 2017, 14:52

Des nouvelles de Cédric Herrou

"Depuis 2 semaines, nous sommes témoins de reconductions illégales de demandeurs d’asile en Italie, depuis Nice et Cannes donc loin de la frontière. C’est pour cela que, lundi 25 juillet, je me suis rendu en gare de Cannes afin d'être témoin des interpellations des demandeurs d'asile, loin de penser que je finirai en garde à vue durant 48h.

Mon arrestation à Cannes a été un prétexte permettant d’ouvrir une enquête sur moi. L’opération policière menée à Cannes lundi a pris des proportions démesurées : des dizaines de policiers et militaires, des chiens, de la violence, le tout devant des touristes choqués et des citoyens désemparés. Il est clair que leur objectif était de faire peur, d’intimider, d’impressionner, tout comme la perquisition qui a eu lieu le lendemain à mon domicile, menée par 40 forces de l'ordre, où 90 demandeurs d’asile ont été arrêtés et renvoyés fissa en Italie -mineurs compris- sans aucune explication.

A l’heure actuelle je suis donc mis en examen, je suis interdit de sortir du territoire français, d’aller dans une gare ou sur le parvis d’une gare dans les Alpes-Maritimes et je dois pointer toutes les deux semaines à la gendarmerie de Breil.

Cela fait un an que je pose de questions aux pouvoirs publics mais que personne ne me répond. Le préfet refuse de me recevoir, la police aux frontières également. Je pose pourtant des questions simples. J’attends des réponses. J'espère que cette mise en examen me permettra d’en obtenir.

Dites-moi, quand on a 200 demandeurs d’asile qui arrivent dans son jardin, quelle est la solution ? Qui est responsable ? Qu’est-ce qu’on peut faire, qu’est-ce qu’on ne peut pas faire ? Où s’arrête la solidarité ? Où commence le délit ?

On se trouve aujourd’hui dans une situation à laquelle personne ne comprend rien. Ni la justice, ni les avocats, ni les forces de l’ordre, ni nous. Le droit est poreux, tout comme cette frontière. Nous agissons dans l’urgence et la nécessité. Nous espérons que cette mise en examen permettra enfin à la justice de se confronter à une réalité niée, à un droit d’asile bafoué, et d'améliorer la situation à la frontière franco-italienne.

Merci à tous pour votre soutien."

NB: Si j'étais lundi à Cannes, c'était en réalité pour filmer le comportement indigne des forces de l'ordre envers les demandeurs d'asile. Malheureusement, ma caméra à été saisie pendant mon arrestation. Heureusement, je n'étais pas seul. Un film est en cours de montage, bientôt en ligne.


https://www.humanite.fr/des-nouvelles-d ... rou-639518
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 30 Juil 2017, 16:00

« Ils veulent neutraliser Cédric Herrou »

Une information judiciaire a été ouverte contre le défenseur des migrants. Ressorti libre de sa garde à vue, il est placé sous contrôle judiciaire.

«Nous sommes dans une bataille idéologique dans laquelle tout est bon pour neutraliser Cédric Herrou, le provocateur. » Me Zia Oloumi n’y va pas par quatre chemins : pour l’avocat, le défenseur des migrants est devenu un symbole à abattre. Placé en garde à vue pour la sixième fois de l’année, Cédric Herrou avait été interpellé lundi après-midi en gare de Cannes (Alpes-Maritimes) alors qu’il accompagnait quelque 150 migrants partis déposer leur demande d’asile à Marseille.

Contrairement aux fausses informations « exclusives » véhiculées par l’hebdomadaire d’ultradroite Valeurs actuelles, Cédric Herrou n’a pas été incarcéré, il est ressorti libre du tribunal de Grasse, mercredi soir, après avoir été déféré devant un magistrat puisqu’une information judiciaire a été ouverte contre l’agriculteur pour « aide à l’entrée et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière ».

... https://www.humanite.fr/ils-veulent-neu ... rou-639500
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 08 Aoû 2017, 18:17

Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

Le militant, principale figure de l’association d’aide et de défense des migrants Roya Citoyenne, près de Vintimille en Italie, était poursuivi pour aide à l’immigration clandestine…

L’agriculteur est enfin fixé sur son sort. La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné ce mardi matin Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis. Ce militant, principale figure de l’association d’aide et de défense des migrants Roya Citoyenne, près de Vintimille en Italie, était poursuivi pour aide à l’immigration clandestine.

« C’est le rôle d’un citoyen en démocratie d’agir quand il y a une défaillance de l’Etat », a déclaré Cédric Herrou en pénétrant dans la salle d’audience, devant laquelle l’attendaient une trentaine de militants.

Condamné en première instance à 3.000 euros d’amende avec sursis

... http://www.20minutes.fr/societe/2114591 ... son-sursis
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 11 Aoû 2017, 16:22

Cédric Herrou réagit à sa condamnation

Aujourd’hui, en cour d’appel d’Aix, j’ai été condamné à 4 mois avec sursis et à verser 1000€ de dommages et intérêt à la SNCF.

Pour rappel, j’avais été arrêté en octobre 2016 pour « aide à l’entrée et au séjour de personnes en situation irrégulière ». Il n’y a eu aucune flagrance, et aucun passage de frontière d’octobre à ce jour. Nous nous étions installés dans des locaux de la SNCF, abandonnés depuis plus de 20 ans, avec un collectif d’associations dont Médecins du Monde et Amnesty International ainsi qu’une soixantaine de demandeurs d’asile. Notre revendication : la prise en charge des mineurs isolés par la protection de l’enfance, et permettre aux demandeurs d’asile d’accéder à leurs droits. A aucun moment il ne s’agissait de « cacher » ou de « dissimuler » ces personnes, mais bien au contraire de les montrer pour tirer la sonnette d’alarme.

Force est de constater qu’un an plus tard, la situation n’a pas changé et a même empiré. J’ai actuellement chez moi de nombreux mineurs isolés qui attendent en vain d’être pris en charge par l’Etat français, et des demandeurs d’asile coincés sur mon terrain, qu’on empêche systématiquement d’accéder à leurs droits. S’ils sortent de chez moi, ils sont sûrs d’être arrêtés et d’être reconduits directement en Italie, sans autre forme de procès. Il est grave que le département des Alpes Maritimes, pourtant frontalier à l’Italie, ne dispose d’aucune infrastructure destinée à l’accueil des migrants.

Tous ceux qui veulent me faire passer pour un militant d’extrême gauche, un activiste no border, n’ont rien compris à la situation ici. Il ne s’agit pas d’être pro ou anti-migrants. Les empêcher de passer la frontière est utopique, et tout simplement impossible : tous passent. C’est justement pour cela que nous demandons un contrôle de ces flux, d’éviter la clandestinité des demandeurs d’asile. Notre combat juridique est respectueux des lois de la République française. C’est une lutte légale et juste, à l’image de la France, nation des droits de l’Homme.

Mais ma condamnation ce matin montre bien les limites de l’indépendance de la justice française, et la manipulation politique qui se joue dans les tribunaux. Tandis qu’à l’heure actuelle des bateaux d’extrême droite naviguent sur la Méditerranée pour couler les bateaux des ONG, on incrimine un paysan qui se substitue à la carence de l’Etat.

Nous alertons Monsieur le président de la République sur les dérives actuelles face au non-respect du droit d’asile dans le département.

Je n’ai pas le choix de continuer car je considère que c’est mon devoir de citoyen de protéger des personnes en danger. La menace d’emprisonnement ne saurait entraver la liberté que je défends.


https://www.humanite.fr/cedric-herrou-r ... ion-640248
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 16 Aoû 2017, 16:46

Accueil des exilés dans la Vallée de la Roya : appel à dons

L’agriculteur Cédric Herrou accueille depuis plus d’un an des exilés qui traversent la frontière franco-italienne, leur proposant un peu de répit et d’aide. En prévision de l’hiver, il lance un appel à don pour construire des cabanes en bois et des structures sanitaires sur son terrain.

Un toit et des droits

Depuis plus d'un an j'héberge sur mon exploitation agricole des dizaines voire des centaines d'exilés. L'hiver approche et nous faisons appel à votre solidarité afin de construire des cabanes en bois pour se protéger du froid.

La situation

Nous sommes situés à 3km de la frontière franco-italienne dans la vallée de la Roya. Chaque jour arrivent sur la ferme des dizaines de réfugiés, majeurs et mineurs. Après plusieurs jours de marche, pourchassés par la police ils se réfugient chez moi, où ils sont protégés car c'est une propriété privée.

Nous les accueillons simplement mais humainement : un plat chaud, une couverture, une toile de tente, des soins médicaux.

Enfin une zone de répit qui leur permet de se reposer puis de s'impliquer dans la vie collective du camp improvisé.

Nous luttons quotidiennement auprès des réfugiés afin qu'ils accèdent à leurs droits. A la fois individuellement et collectivement. Nous les informons et les conseillons juridiquement. Nous luttons auprès d'eux pour que leurs droits soient respectés.

Nous sommes en montagne, l'hiver y est difficile. Il est impossible d'accueillir des personnes dans des tentes quand les températures sont négatives. Nous sommes conscients que ce n’est pas à un particulier de mettre en place une telle structure mais l’incompétence des pouvoirs publics nous oblige à agir en tant que citoyens. Nous ne laisserons pas les valeurs du pays des droits de l’Homme être bafouées par l’inaction des pouvoirs publics. Notre devoir de citoyens, c’est d’agir.

Le projet

• Remplacer les tentes par des cabanes en bois démontables de 4 places avec lits superposés.
• Remettre en état une petite maison en pierre située sur mon terrain.
• Construction de nouvelles douches.
• Construction de nouvelles toilettes sèches.
• Création de nouveaux points d’eau.
• Mise en place d’un système de phytoépuration pour assainir écologiquement les eaux grises.
• Isolation de la salle commune et installation d’un poêle à bois.
• Création d’un accès à un ordinateur en libre-service connecté à internet.

Afin de limiter l’impact écologique nous utiliserons des matériaux de récupération ou des bois locaux.

Dans l’objectif de mener à bien ces travaux nous avons besoin d'au moins 15 000€.

Merci à tous !


https://www.leetchi.com/c/solidarite-de ... de-la-roya
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 14 Sep 2017, 18:22

Lundi 11 septembre : la cour d’appel d’Aix en Provence condamne à deux mois de prison avec sursis Pierre-Alain Mannoni, enseignant chercheur pour l’aide humanitaire qu’il a apporté en secourant trois jeunes Erythréennes blessées.

La France continue de harceler les défenseurs des droits des personnes migrantes

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (un partenariat FIDH-OMCT) et la Ligue des droits de l’Homme (LDH) dénoncent la condamnation du défenseur des droits des migrant-e-s Pierre-Alain Mannoni à deux mois de prison avec sursis et s’inquiètent de la multiplication des cas de personnes harcelées en France pour leur soutien aux personnes migrantes.

Le 11 septembre 2017, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné M. Pierre-Alain Mannoni à deux mois de prison avec sursis pour avoir aidé et transporté en France trois jeunes migrantes dont une mineure. Fin août, la même cour avait condamné un autre défenseur, Cédric Herrou, à quatre mois de prison avec sursis.

Depuis près d’un an, M. Pierre-Alain Mannoni fait l’objet d’un harcèlement judiciaire suite à son interpellation le 18 octobre 2016 par la gendarmerie de Grasse alors qu’il transportait dans son véhicule trois jeunes femmes d’origine érythréenne. Celui-ci les avait pris en charge à Saint-Dalmas-de-Tende, alors qu’elles se trouvaient dans un bâtiment abandonné, investi par un collectif d’associations. Face à leur situation de dénuement, M. Pierre-Alain Mannoni les avait accueillies à son domicile, avant de les conduire à une gare.

Pierre-Alain Mannoni a alors été poursuivi pour violation de l’article L.622-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda), avant d’être relaxé par le tribunal correctionnel de Nice, concluant à son immunité pénale, l’assistance en question n’ayant donné lieu à aucune contrepartie directe ou indirecte. Le procureur a ensuite fait appel de la décision.

La LDH et l’Observatoire s’indignent de voir à nouveau la solidarité envers les migrant-e-s être jugée comme un délit. Cette nouvelle condamnation fragilise le statut des défenseurs des droits des personnes migrantes en France, qui font face à une multiplication des cas de convocations au commissariat, de gardes à vue et de poursuites pour aide au séjour irrégulier ou autres délits[1].

« La décision de l’Etat de faire appel de la première décision de relaxe témoigne d’un réel harcèlement des pouvoirs publics envers les femmes et les hommes engagé-e-s de manière désintéressée à apporter aide et assistance à celles et à ceux réfugié-e-s que l’Etat abandonne dans les rues. Cette décision de justice sera pourvue en Cassation pour apprécier le statut des secours aux plus précaires », ont déclaré nos organisations.

La LDH et l’Observatoire regrettent cette décision de justice qui fragilise les acteurs de la solidarité et réaffirment leur totale solidarité avec Pierre-Alain Mannoni, tout en appelant les autorités françaises à garantir une protection efficace contre des poursuites visant des actions « humanitaires et désintéressées » en amendant les dispositions de l’article L. 622-4 du Ceseda[2].

Paris-Genève, le 11 septembre 2017


https://www.ldh-france.org/france-conti ... migrantes/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 30 Sep 2017, 12:44

Nice lundi 2 octobre 2017

Procès de Raphaël, 19 ans, pour avoir secouru des migrants

Il risque 5 ans de prison pour avoir recueilli des SDF... noirs. Raphaël 19 ans a un défaut, il habite la Roya.

Né à Nice Raphaël a grandi au village de Saorge dans la Roya près de la frontière italienne, il habite d'ailleurs toujours chez ses parents. A 19 ans, malgré son bac en poche ce n'est pas facile de trouver du travail mais cet été il a pu trouver un boulot chez des guides touristiques car il connait bien la vallée. Ses passions c'est le grand air, les randonnées avec les copains, le canyoning et un peu de ski l'hiver.
Un gamin sans histoire ? C'est exactement ça et comme beaucoup par ici il n'avait jamais eu de contact avec la police, même pas un contrôle d'identité... Ca bien sur c'était avant la mise en place du dispositif policier qui fouille et contrôle tous ceux qui rentrent et sortent de sa vallée mais Raphaël n'est pas un dangereux "militant" qui "aide les migrants" et il a subit comme tous les habitants cette pression policière sans penser qu'un jour le ciel s'abattrait sur sa tête.
C'est le dimanche 25 juin dans la soirée que Raphaël apprends que 4 jeunes africains sont à la gare en bas de chez lui. Il n'y a pas besoin d'être spécialiste de l'immigration quand on habite à Saorge pour savoir que ces jeunes sont perdus et que sans vivres et sans couverture ils sont en danger. La faute de Raphaël c'est de s'être dit qu'il ne faut pas qu'ils restent dehors la nuit dans ces conditions et qu'ils méritent au moins un repas chaud et de dormir sous une tente. Il sait que chez Cédric à quelques kilomètres de là, ces jeunes seront accueillis dignement et humainement, mais à cette heure-ci personne ne peut les emmener.

C'est donc simplement que Raphaël emprunte la voiture de sa mère. En rencontrant les 4 jeunes, il apprend qu'ils souhaitent demander l'asile en France, bref Raphaël les embarque sans estimer qu'il fait quoi que ce soit d'illégal puisqu'il ne sort pas de sa vallée et puis surtout il n'en sait rien du tout de la situation administrative de ces gens là. Mettre des gens à l'abris c'est pas encore interdit en France à ce qu'il sache.

Mais à la sortie de son village un barrage de gendarmes mobiles tourne au cauchemar, il est arrêté, fouillé, empêché de prévenir ses parents, placé en garde à vue avec ses passagers pendant plus de 24h et on lui reproche "l'aide à la circulation et au séjour d'étrangers en situation irrégulière", ce fameux article de loi écrit contre les passeurs...

Raphaël a cette qualité que l'on enseigne et que l'on défend, certains l'appellent l'instinct de fraternité mais on peut mettre les mots que l'on veut. Quoi q'il en soit tous les parents seraient fier d'avoir un enfant qui agit de la sorte surtout à une époque où l'on entend que les jeunes ne s'intéressent à rien, qu'ils sont collés devant la télé et leur smartphone et se foutent de tout. Raphaël non, c'est un jeune tranquille, sans histoire et qui file un coup de main quand quelqu'un en a besoin, il ne se fout pas de tout et certainement pas que des gens dorment dehors en bas de chez lui.

A quelques jours du procès il est au courant qu'il risque 5 ans de prison et 30.000 € d'amende et se rend compte que c'est complètement surréaliste ce qui lui arrive. A 19 ans c'est pas évident de faire face à ça.

Il sera jugé ce lundi 2 octobre à 13h30 au Palais de Justice de Nice. Il a tendu la main, ne le laissons pas tout seul. Rendez vous place du Palais pour le soutenir.

https://fr-fr.facebook.com/events/1462915127123724/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 04 Oct 2017, 20:52

Nice: trois mois de prison avec sursis pour avoir aidé quatre migrants

Le tribunal correctionnel de Nice a condamné lundi à trois mois de prison avec sursis un jeune homme de 19 ans venu en aide à quatre migrants dans la vallée franco-italienne de la Roya en juin, a-t-on appris auprès de son avocat qui va faire appel.

Raphaël Faye, 19 ans, dont le père est membre des Libres Penseurs et de l'association de défense des migrants Roya Citoyenne, a expliqué à l'audience qu'il ne s'était jamais posé la question de savoir si ces quatre personnes étaient en situation irrégulière.

Il les avait prises en voiture à la gare de Saorge (Alpes-Maritimes) pour les conduire à Breil-sur-Roya chez Cédric Herrou, figure de la mobilisation citoyenne en faveur des migrants. Il avait été contrôlé à un barrage de gendarmerie.

"Il voulait les mettre à l'abri chez Cédric Herrou qui avait un protocole avec les gendarmes pour leur permettre de faire une demande d'asile", a expliqué son avocat Me Zia Oloumi.

A l'audience, la représentante du parquet a refusé l'immunité humanitaire et requis quatre mois de prison avec sursis, tout en reconnaissant des failles dans la procédure.

... https://actu.orange.fr/france/nice-troi ... Ppr7v.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede Pïérô » 05 Oct 2017, 13:31

Paris, vendredi 6 octobre 2017

Verdict du procès de Sadok, soutien aux migrants

Sadok connaîtra le sort que lui réserve la justice ce vendredi 6 octobre à 13h30, à la Cour d'appel de Paris, Pôle 2 Chambre 7.

Le procès en appel a fait suite à son interpellation et à sa condamnation en comparution immédiate à 6 mois d'emprisonnement, alors qu'il participait à un rassemblement de soutien aux réfugié.e.s et aux migrant.e.s.

Soyons nombreu.ses.x au palais de justice pour le soutenir !
Non au délit de solidarité !
Non à la condamnation de notre humanité !

Sadok est un soutien indéfectible au migrant.e.s. Depuis plus d'un an, il arpente les camps qui se forment et se reforment à La Chapelle, Stalingrad, Saint Denis au gré des rafles et "opérations de démantèlement". Il accompagne malades, enfants et femmes enceintes à l'hôpital. Si Sadok connait les prénoms, les problèmes et les espoirs d'un grand nombre de migrant.e.s à la rue, toutes et tous connaissent son sourire et sa générosité. Un jour, après une énième rafle policière, Sadok a eu l'audace de montrer aux migrant.e.s chassé.e.s la benne dans laquelle leurs tentes, couvertures et matelas avaient été enfouis. Rien que de très habituel. Lors de chaque rafle, les équipes de la mairie de Paris, vêtues de blanc, jettent les modestes équipements à coups de pelleteuse. Et après chaque nettoyage, Sadok s'assure que ses ami.e.s sachent où récupérer leurs affaires. Mais alors que Sadok pointait la benne du doigt, un CRS lui a adressé des insultes. Blessé, Sadok s'est approché en demandant des explications. Le CRS l'a alors giflé avec ses gants. Et c'était parti pour une autre plainte pour "outrage" et "violence contre personne dépositaire de l'autorité publique". Jugé en comparution immédiate, Sadok a écopé d'une très lourde peine : 6 mois de prison ferme, et un an d'interdiction de séjour dans le 19eme arrondissement. C'est inadmissible. Sadok a fait appel de cette décision.

https://paris.demosphere.eu/rv/57305
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 16:06

Vers un régime d’exception pour la vallée de la Roya ?

Encore un militant de la solidarité avec les étrangers condamné à une peine de prison. Nous dénonçons la répression subie par les militants associatifs et les bénévoles qui tentent de venir en aide aux plus démunis. Pour plus d’informations, visitez le site des délinquants-solidaires, réseau dont AL est membre : http://www.delinquantssolidaires.org/

Hier, lundi 2 octobre 2017, un jeune homme de 19 ans a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour avoir transporté dans le véhicule de sa mère trois réfugiés perdus dans la vallée de la Roya afin de les mettre à l’abri dans le camp de Cédric Herrou.

Pas d’antécédents judiciaires, pas de franchissement de la frontière, pas de contrepartie financière, pas de lien avec les réfugiés : un simple geste d’humanité. Plusieurs questions posées par le tribunal au jeune prévenu nous laissent perplexes, dont : « Vous leur avez demandé leurs pièces d’identité ? » ou « Auriez-vous fait de même pour des Français ? ». Faudra-t-il désormais pratiquer une des trois vertus cardinales de notre devise républicaine en la combinant avec la xénophobie : pas de fraternité pour un étranger ?

Nous avons toujours fermement condamné toute forme de délit de solidarité ; toutefois, ce même geste d’humanité, ailleurs en France, nous le savons, ne donne le plus souvent lieu à aucune poursuite ou, tout au plus, à un rappel à la loi ; il était parfois sanctionné auparavant dans le département des Alpes-Maritimes par des peines - à nos yeux illégitimes - mais en tout cas beaucoup plus légères. Pour des faits de franchissement de frontière, la justice italienne a ainsi relaxé un associatif franco-américain.

Face à un dossier truffé d’erreurs de procédure, qualifié par la substitut du procureur elle-même de « léger », la justice a décidé de punir lourdement un jeune adulte de 19 ans. Parce que nous croyons en la justice de notre pays, nous voudrions être persuadés qu’elle ne cède pas désormais à l’ambiance sécuritaire et xénophobe entretenue dans notre département par certains politiciens locaux dont c’est le fonds de commerce.

Nice, le 4 octobre 2017

http://www.alternativelibertaire.org/~f ... de-la-Roya
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Manifeste : La solidarité, plus que jamais un délit ?

Messagede Pïérô » 09 Oct 2017, 11:29

Cedric Herrou : « L'Etat terrorise les migrants »

Cet agriculteur et militant de l'association Roya citoyenne était l'invité de Mediapart pour la soirée live «Réfugiés, migrants : la France des solidarités»

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités