Soutien aux sans papiers et exilé-es

...Sans Papiers, antifascisme...

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 20 Avr 2017, 20:19

Une carte recense plus de 1000 initiatives citoyennes de solidarité avec les migrants

C’est la première carte interactive qui recense la multitude d’initiatives citoyennes de solidarité avec les migrants sur tout le territoire français. Elle permet d’avoir une vision précise de l’élan de solidarité, d’ouverture et d’hospitalité qui a émergé dans toutes les régions, à l’opposé des discours de repli xénophobe diffusé par la fachosphère ou le FN.

Ils sont citoyens Français ou non, bénévoles ou salariés, grands-parents ou étudiants. Leur point commun : ils sont tous engagés auprès des migrants et réfugiés arrivés en France, dans des associations, collectifs citoyens, collectifs de voisins, formels ou informels, ou parfois même individuellement. Depuis novembre 2016, ces citoyens et associations de solidarité [1] se réunissent régulièrement. Ensemble, ils ont décidé de construire une cartographie interactive pour recenser les centaines d’initiatives citoyennes qui ont émergé ces derniers mois de manière spontanée face à la fermeture des frontières, alors même que des personnes fuient la guerre ou la misère.

... https://www.bastamag.net/Une-carte-rece ... e-avec-les
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 22 Avr 2017, 12:55

De la maltraitance en milieu « civilisé »
Un homme d'origine Erythréenne a fait un tentative de suicide dans la rue mercredi dernier à Paris. Là-même où il dort, rue Pajol, comme un certain nombre d'éxilé-e-s et ce depuis plusieurs mois. L'anonymat et l'indifférence dans lequel cet acte a eu lieu, indifférence conjointe des pouvoirs publics et d'une partie de ses citoyens pousse les associations à mettre en mots ce cri d'alarme.
... https://blogs.mediapart.fr/la-chapelle- ... u-civilise


Côte d'Azur: Des migrants passent légalement un contrôle aux frontières pour demander l'asile
MIGRANTS Pour la première fois, le convoi avec dix migrants mené par Cédric Herrou est arrivé jusqu'à l'administration française..
Devant le local du forum réfugiés de Nice, Fikadou ne lâche pas sa feuille A4. Dans ses mains, la convocation à la préfecture pour effectuer sa demande d’asile et un récépissé l’assurant de ne pas se voir reconduit en Italie. « Je suis heureux et apaisé », sourit-il.
Arrivé en France via la vallée de la Roya, cet Erythréen de 31 ans est l’un des premiers à atteindre légalement l’administration française. Auparavant, les migrants restaient bloqués par les points de contrôle aux frontières.
... http://www.20minutes.fr/nice/2052039-20 ... nder-asile
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 22 Avr 2017, 21:38

lundi 24 avril 2017 à NICE
à 13 h 30 TGI de Nice, 06000

Citoyens Solidaires 06
Solidarité avec les solidaires !

Solidarité avec Éric et Marie-Rose poursuivis pour aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière.

Toutes les informations sur les procès et gardes à vue des citoyens solidaires :
https://citoyenssolidaires06.com/?p=2209
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2772
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 26 Avr 2017, 08:11

jeudi 27 avril 2017 à MARSEILLE

-18 h 30 Théâtre de l’Œuvre, 1 rue Mission de France, 13001

Expositions-projections-débats-concert
Soirée soutien Migrant-e-s

À l’occasion de l’exposition participative « QX1 – Permission de jeter l’ancre », le Théâtre de l’Œuvre accueille une soirée de soutien aux personnes migrantes à Marseille co-organisée par le Collectif Transbordeur et Soutien Migrant-e-s 13.


Plusieurs collectifs / associations présenteront la situation des personnes migrantes à Marseille, les actions menées au quotidien, les initiatives à venir.


L’argent récolté pendant cette soirée sera versé à Soutien Migrant-e-s 13.

Programme 
 :

18h30 : Accueil / Exposition participative « QX1 – Permission de jeter l’ancre »

19h : Projection de film : Le Manba la source المنبع , du collectif Primitivi 

19h30 : Présentation et débat sur la situation des migrant-e-s à Marseille avec Soutien Migrant-e-s 13 , Planète sans visa, Casa Mete c a et d’autres collectifs

20h30 : Repas marocain

21h 30 : Concert du groupe Sonatolia

Jeudi 27 avril 2017 à partir de 18h30
http://theatre-oeuvre.com/events/soiree ... grant-e-s/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2772
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 29 Avr 2017, 16:11

La justice italienne relaxe un Français poursuivi pour avoir aidé des migrants

La décision du tribunal d’Imperia fait écho à celle de Nice en février qui n’avait infligé qu’une amende avec sursis à Cédric Herrou pour avoir aidé des migrants à venir d’Italie.

Le tribunal d’Imperia, chef-lieu de la région de Ligurie, en Italie, a relaxé Félix Croft, jeudi 27 avril. Ce Franco-américain de 28 ans a été arrêté le 22 juillet 2016 à Vintimille pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France.

Dans son réquisitoire, le parquet avait requis trois ans et quatre mois de prison ferme ainsi que 50 000 euros d’amende. Le verdict a été accueilli par les applaudissements de plusieurs dizaines de militants venus soutenir le jeune Niçois à la barbichette.

« On attend la décision de la procureure, qui peut faire appel, mais aujourd’hui, pour moi, la justice a été appliquée. Quand la solidarité va à l’encontre du droit, c’est l’humanité qui doit prévaloir », a déclaré Félix Croft après le verdict.

... http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... hUDTWFP.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 02 Mai 2017, 02:16

Réfugiés en lutte à Tours : malgré les mensonges, le combat continue

A Tours, la situation se dégrade lentement pour les réfugiés. Ceux issus du foyer Albert Thomas voient leur situation s’assombrir, d’autres n’ont toujours pas accès, même malades, à un hébergement d’urgence et appellent le 115 quotidiennement. Pour autant, la lutte continue.

... http://larotative.info/refugies-en-lutt ... -2219.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 04 Mai 2017, 17:12

Paris ville – frontière

Il y a le « in » et le « off ». Le dispositif qui est disposé là pour être vu et qui dispose des personnes, et le hors-dispositif.

Le dispositif pour être vu commence par une grille munie d’une porte et de personnel pour garder l’accès. Des barrières mobiles pour canaliser la file d’attente. La police est à proximité. Depuis récemment, d’autres moyens d’accès que la file d’attente ont été mis en place, maraudes et référencement.

Après la barrière, la bulle, vaste pièce où se décide l’admission ou non pour les personnes admises à franchir la grille.

Et derrière, il y a un entrepôt sur deux niveaux qui est le lieu d’hébergement. Quatre cents places pour dix jours de séjour, soit quarante admissions par jour, quand le dispositif en aval n’est pas engorger et que les personnes admises peuvent être orientées vers d’autres lieux d’hébergement dans les délais. Sur le côté, une entrée – sortie pour les personnes admises, le personnel, les bénévoles, deux tourniquets, un pour l’entrée et l’autre pour la sortie, un bungalow pour les vigiles et des bornes pour la reconnaissance palmaire, comme au camp de containers de Calais.

En toile fond il y a la loi française, reprise de la législation européenne, qui dit qu’une demande d’asile doit être enregistrée par les autorités dans un délais de trois jours maximum (dix en cas de circonstances particulières), et qu’à partir de ce moment la personne peut bénéficier des conditions matérielles d’accueil prévues par la loi, dont l’hébergement.

Donc si la loi est respectée il ne doit pas y avoir là de personnes en demande d’asile ou souhaitant demander l’asile, il y a pour elles un autre circuit, rapide et efficace, par la PADA (Plate-forme d’Accueil des Demandeurs d’Asile) et la préfecture. En trois jours c’est réglé, la personne est reçue, enregistrée et orientée vers son lieu d’hébergement.

Donc cette bulle et ce « camp humanitaire » concerne d’autres personnes, des personnes sans abri. Mais pourquoi un dispositif distinct du dispositif de droit commun ? Pourquoi certaines personnes sans abri passent-elles par la bulle plutôt que par le 115 et le SIAO (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation) ? Et pourquoi est-il question d’asile partout dans ce camp, à commencer par la bulle ? Pourquoi cette prise d’empreintes digitales obligatoire avec consultation du fichier EURODAC et l’orientation si les empreintes sont retrouvées dans ce fichier vers une expulsion vers le pays qui serait responsable de la demande d’asile selon le règlement européen Dublin III s’il y avait eu une demande d’asile en France, ce qui n’est pas le cas, ce qui rend cette prise d’empreinte et la procédure d’expulsion qui s’ensuit d’une légalité douteuse ?

Donc d’asile il est bien question. Mais que se passe-t-il ?

Loin de nous, dans une Europe sauvage qui n’a rien à voir avec chez nous. La Hongrie a construit une barrière coiffée de barbelés à sa frontière avec la Serbie. Aux points d’entrée en Hongrie, quelques dizaines d’exilé-e-s sont autorisé-e-s chaque jour à passer la frontière pour demander l’asile.

Rien à voir avec chez nous. Quelques dizaines de personnes chaque jour sont autorisées à passer la bulle pour entrer dans le « camp humanitaire », ce qui leur permettra d’accéder à un hébergement et de demander l’asile.

Rien à voir avec chez nous parce que chez nous on peut faire la queue devant la PADA pour obtenir un rendez-vous à la préfecture, c’est la voie normale prévue par la loi. Juste ça prend des mois et la police fait des rafles devant la PADA, des personnes venues demander l’asile sont placées en rétention pour être renvoyées dans leur pays.

Rien à voir avec chez nous, la bulle n’a rien à voir avec un système de contingentement de l’accès à la demande d’asile.

Quatre cents places donc dans le « camp humanitaire », derrière la bulle. Dérisoire par rapport aux quelques huit cents personnes qui campent aux alentours dans l’espoir ou le désespoir de pouvoir passer la bulle. Et au nombre indéterminé de personnes concernées à Paris et aux alentours.

Dans ces deux étages d’entrepôts, il y aurait la place d’accueillir plus de personnes. Et puis il y a les mille cinq cents places des containers du camp de Calais, qui sont inutilisés. Ils auraient pu servir à la réouverture du camp de Grande-Synthe après l’incendie, mais non. Alors pourquoi pas Paris. Quitte à ce qu’il y ait plusieurs sites, c’est peut-être mieux que de concentrer une population dans le même lieu. Et il y a aussi des bâtiments vides dans Paris, après tout si on peut créer des milliers de places d’hébergements en CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation – voir ici, ici, ici et là) hors de Paris, on doit aussi pouvoir à Paris – dans des maisons, pas dans des camps.

Mais ça ne semble pas la voie choisie. Après que la médiatisation ait entraîné l’interruption des destructions de tentes et d’effets personnels, il semble qu’on aille vers l’installation de toilettes chimiques près des tentes installées entre les bretelles de l’autoroute, et l’aménagement d’un lieu pour les distributions de nourriture, sécurisé bien sûr parce que la sécurité c’est important, et surtout étrangement beaucoup moins visible que les distributions actuelles.

Il semble donc qu’on aille vers une pérennisation de l’indignité, plutôt que vers une augmentation des capacités d’accueil. Pérennisation – dans l’attente d’une destruction, comme à Calais ?

https://passeursdhospitalites.wordpress ... frontiere/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Migrants: mobilisation franco-italienne 15 et 16 avril 2

Messagede Béatrice » 04 Mai 2017, 19:41

Compte rendu du week-end de mobilisation internationale contre les frontières...
Soutien Migrant.e.s 13 :



Retour sur le we de mobilisation contre les frontières les 15 et 16 avril à l’Usine de la Redonne dans le Var, ayant réuni plus de 200 personnes venues de tous horizons...

Quelques barnums coincés entre pâquerettes et vielle usine provençale, des dizaines de tentes entassées dans un champs derrière la maison, un bus cantine végan des Cévennes transformable en discomobile passé minuit, une pizzeria transportable venue de Vintimille, le décors de L’usine de la Redonne à Flayosc dans le Var est plutôt agréable pour accueillir ce we de rencontres et de mobilisation internationale contre les frontières.

Agréable certes, mais pas sans symbolique. Par les temps qui courent, faire un rassemblement contre les frontières dans un département réac’ comme le Var, c’est déjà une petite et modeste victoire. Surtout quand l’événement s’accompagne d’un grand renfort de tags qui invisibilise (l’air de rien) les publicités du réseau de mairies vigilantes et autres joyeusetés d’ultra droite sécuritaire, décorant l’entrée de chaque bled sur des km à la ronde, tout en annonçant la couleur.

Voir des slogans contre les frontières et leur monde de plus en plus nombreux à mesure qu’on se rapproche du terrain des rencontres, y’a pas à dire ça fait plaisir.

Au menu des rencontres : atelier de discussions sur les manières de s’impliquer dans la lutte de soutien aux personnes migrantes (animé par une camarade du collectif Soutien Migrant-e-s 13 – El Manba), atelier d’échange d’infos sur le Soudan (animé par un camarade Soudanais), atelier d’auto défense juridique face aux arrestations des demandeurs d’asile potentiellement « Dublinés » (animé par une camarade avocate au barreau de Nice), atelier d’échange d’infos sur la situation en Italie à Vintimille et ailleurs (animé par des camarades italiens). Puis retour en plénière pour présenter les collectifs, faire un rapide compte rendu des ateliers et préparer l’action du lendemain.

Si ces ateliers ne furent sûrement pas les plus prolixes du monde en matière de prise de décision, ils furent néanmoins l’occasion d’échanger (en ateliers, en plénière ou en informel) des pratiques et des expériences de luttes différentes, de partager des espaces communs d’expression et de construire des modalités qui rendent possible les prises de décisions collectives, d’élaborer des actions ensemble, de consolider les liens d’une coopération régionale sud-est de soutien aux personnes migrantes.
Quelques infos intéressantes à partager, mais surtout l’envie de continuer à se rencontrer, à renforcer des liens et organiser ensemble des événements. De la chorale révolutionnaire à l’électro punk à textes vnrs, en passant par la fanfare de cuivres façon Kusturica, il y en a eu pour tous les goûts samedi soir. Jusqu’à un « after » éclectique dans le bus disco/cantine vegan (excellente) des Cévennes. Sans oublier les copains du Mas de Granier (plaine de la Crau), assurant eux-aussi une partie des reps du week-end..

Avant de se réveiller le lendemain (beaucoup trop tôt et avec une bonne gueule de bois pour certains d’entre nous), pour préparer l’action collective sur laquelle on s’était arrêté la veille : une manif vers la frontière à Menton, côté français, avec l’objectif de visibliser le plus possible la situation à Vintimille, en créant quelques encombrements à la frontière, munis de nos banderoles no border. Rien de bien méchant en somme, mais assez pour qu’on s’attende à être « empêchés », assez pour avoir réfléchi à l’éventualité d’une nasse, et avoir collectivement décidé qu’en cas de nasse ou de contrôle collectif, on refuserait de donner nos identités, assez préparés à ce qu’on ne nous laisse pas faire cette manif’ comme on l’entend.

Après s’être donnés rendez-vous pour un pique-nique rassemblant plus de 150 personnes dans un square sur la croisette mentonaise, on se met en branle pour partir en manif en occupant la voie publique en direction de la frontière. Une rangée de gendarmes nous barre presque immédiatement la route. Après une petite minute d’hésitation le cortège fait demi-tour et se met en route, direction la plage. Les gardes mobiles suivent au pas de course. On descend sur la plage et c’est assez drôle de les voir galérer avec leur grosse armure et leurs grosses chaussures dans le sable, slalomant au milieu des familles de touristes en maillots de bain et de leurs enfants trop contents d’être en vacance à la mer. Dans ces conditions il leur est difficile de nous encercler. Ils essayent quand même mais on passe par la flotte. Vu leur attirail, ils ne peuvent pas nous suivre. Ils continuent donc à nous suivre sur la plage, au milieu des touristes, pendant qu’on longe la mer avec nos banderoles et slogans. Quelques faf’s isolés, des réactions plutôt complices la plupart du temps. Quelques personnes abandonnent même leur bronzette dominicale pour suivre la manif’. Les keufs ont vraiment l’air de plus en plus ridicules. On continue pour les faire suer un peu plus, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus avancer. On est bloqué par le lit d’une rivière qui se jette dans la mer et une brochette de gros flics à moustaches. On fait demi-tour, et on repart en-manif sur la plage. Après cet aller-retour, on remonte sur le trottoir. On est toujours au bord de la mer, mais on est sur le bitume, et entre nous et l’eau il y a de gros rochers. C’est là qu’on se fait nasser. Comme on a un peu prévu le coup, on prend notre mal en patience. Certains vont même se baigner en attendant que ça passe. On joue, on se fout de leurs gueules et on compte un peu sur le fait qu’on est assez nombreux pour tenir un refus de donner son identité et que cela marche, tant il est vrai qu’il est pour eux logistiquement difficile de placer 100 personnes d’un coup en GAV.

Quelques personnes zonent autour de la nasse, des camarades avec des pancartes, de simples passants qui se demandent ce qu’il se passe. On demande à ces gens extérieurs de nous apporter de l’eau. C’est vrai qu’il fait particulièrement chaud dans cette nasse en plein cagnard. En tentant de nous envoyer des bouteilles, ces deux personnes se font arrêter par la police. Ils sont conduits dans des voitures qui quittent les lieux, direction le commissariat de Menton. Plus tard, une autre personne sera arrêtée elle aussi. En attendant on joue à 1, 2, 3 soleil, on chante, on fait des blagues...

Après quelques heures à poireauter, ils nous libèrent, comme prévu, sans contrôle ni relevé d’identité. Les trois arrêtés sortiront avec un rappel à la loi après leur garde à vue de plusieurs heures. Avant de repartir chacun chez soi on fait un peu le bilan de l’action. On apprend qu’une association caritative musulmane de Menton, qui distribue des repas à Vintimille depuis 2015, est accusée d’être une filière de recrutement de djihadistes. Comme si, après un parcours du combattant pour arriver jusqu’ici, les migrants allaient tout bonnement repartir dans l’autre sens parce qu’un crétin leur suggère le djihad.... On rigole ! On se dit que l’islamophobie n’a pas de limite et que la croix rouge devrait bénéficier du même traitement diffamatoire de valeurs.

On se dit que malgré tout, cette action de coopération entre différents groupes qui ont su tenir leurs position aura permis de s’organiser entre collectifs de la région sud-est (Alpes, Provence, Italie, Marseille) et apprendre un peu à se connaître. Une action qui nous aura aussi montré que nous pouvons leur faire un (tout petit) peu peur : suite à une décision préfectorale, la frontière a été fortement ralentie jusqu’à la fin de l’après midi. Barrages filtrants, parfois scanners, les autorités semblaient avoir prévu un scénario catastrophe à la frontière, tandis qu’il a s’agit d’une balade digestive à la plage. Vivement la prochaine fois qu’on fasse les deux !


http://www.millebabords.org/spip.php?article30680
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2772
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 06 Mai 2017, 17:56

Paris, bulle et résistances

La médiatisation autour des exactions policières (destruction d’abris et d’effets personnels, vol de couvertures, violences physiques et psychologiques, intimidation des personnes solidaires) autour du « camp humanitaire » de la porte de la Chapelle, à Paris, ont fait reculer celles-ci (voir ici et là). Des tentes ont pu s’installer, moins visibles sous les ponts et les bretelles du périphérique et de l’autoroute du Nord. Mais les seules discussions avec les pouvoirs publics portent sur des aménagements de l’indignité, mettre des toilettes chimiques ou aménager un lieu de distribution alimentaire, caché des yeux du public lui aussi. De politique d’accueil il n’est pas question.

Alors les résistances fleurissent, avec des initiatives permettant une présence quotidienne aux côtés des exilé-e-s sont multiples, qu’il s’agisse de distribuer de la nourriture, d’apporter une information et un soutien juridique, de témoigner de la situation ou de dénoncer l’indignité :

... https://passeursdhospitalites.wordpress.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 09 Mai 2017, 19:23

mercredi 10 mai 2017 à AIX EN PROVENCE

-18 h Institut de l’image Cité du Livre, 8 - 10, rue des Allumettes 13098

Projection : Un Paese Di Calabria

La Cimade et Collectif AGIR

UN PAESE DI CALABRIA


(Fr./It./Suisse, 2016) 1h31 – DCP
Réal. Shu Aiello, Catherine Castella

Comme beaucoup de villages du sud de l’Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif. Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage. Spontanément, les habitants du village leur viennent en aide. Petit à petit, migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l’école …

Suivi d’un débat avec les réalisatrices

Séance organisée en partenariat avec la CIMADE et le collectif AGIR.
http://www.institut-image.org/
Institut de l’image Cité du livre 8 - 10, rue des Allumettes 13098 Aix-en-Provence cedex 2 - 04 42 26 81 82

http://www.millebabords.org/spip.php?article30687


« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2772
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 13 Mai 2017, 15:23

Hautes-Alpes : 21 demandeurs d'asile à Embrun en grève de la faim contre la directive Dublin III

21 demandeurs d’asile du CAO d’Embrun ont débuté une grève de la faim pour s’opposer à la directive européenne Dublin III. Un règlement qui menace deux Soudanais, Aymen Mustafa et Hussain Marrof, depuis cinq mois dans les Hautes-Alpes. Ayant d’abord transité par la Norvège lors de leur arrivée sur le territoire européen, ils seront transférés vers ce pays le 23 mai prochain pour l’examen de leur demande d’asile.

Une expulsion qui inquiète les collectifs d’aide aux migrants des Hautes-Alpes et de Barcelonnette, alors que selon eux la Norvège applique des conditions de demande d’asile strictes avec des renvois fréquents dans le pays d’origine. Au Soudan les risques de représailles, d’incarcération, de violences graves et d’exécution sont avérés en cas de retour des exilés craignent les collectifs. Une manifestation citoyenne aura d’ailleurs lieu à Gap, ce samedi de 14h à 17h devant la préfecture.

... http://alpesdusud.alpes1.com/news/haute ... dublin-iii
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 14 Mai 2017, 14:34

JE SUIS LÀ #3 spécial Nantes - mai 2017 - SUPPLÉMENT AU JOURNAL "LETTRES COMMUNES" / PRIX LIBRE

Image

Nous tous, levons-nous !

Le collecif MIE 44 de Nantes rassemble des militant-e-s de différentes sensibilités, ainsi que des mineur-e-s isolé-e-s étranger-e-s. Il est l'un des collectifs les plus actifs en France. Le collectif suit la situation de plusieurs dizaines de jeunes (aide et orientation, hébergement, scolarisation, suivi juridique) et milite activement pour faire valoir leur droit. Confronté à la situation de nombreux de jeunes à la rue, le collectif a ouverts plusieurs lieux de vie.

à télécharger : https://nantes.indymedia.org/system/zin ... s-la-3.pdf

https://nantes.indymedia.org/zines/37716
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede bipbip » 17 Mai 2017, 20:43

"N’en restons pas là" Appel à une réunion publique le 18 mai à Paris

Le collectif La Chapelle Debout appelle à une réunion publique le 18 mai prochain pour rassembler les forces en solidarité à l'égard des réfugiés et exiger l'arrêt des déportations des étrangers et étrangères. Sans pour autant partager l'analyse de fond sur la caractérisation du FN comme un parti fasciste, nous relayons ici leur communiqué.

... http://www.revolutionpermanente.fr/N-en ... -le-18-mai
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Béatrice » 19 Mai 2017, 18:33

Inter collectifs Migrants alpins

Appel d’Embrun
:

La Cimade 05 - Réseau Hospitalité 05 - Réseau Welcome 05 – Réseau Éducation Sans Frontières 05 – Tous Migrants – Icare 05 – Chemins Pluriels - Solidaritat Ubaye – Collectif Aspres sur Buech – Collectif Guillestre – Un toit, un Droit – Association Bonvenon – Article 1er- Collectif de Solidarité avec les Réfugiés de Sisteron – Collectif Ensemble – La pastorale des migrants du diocèse de Gap.

Depuis de nombreux mois, nous sommes témoins des faits suivants :
⁃ reconduites forcées aux frontières de migrants et de mineurs isolés se trouvant sur le sol français vers l’Italie.
⁃ reconduites forcées de migrants dits « dublinés » souhaitant demander l’asile vers d’autres pays européens.
⁃ militarisation des frontières
⁃ application d’un « délit de solidarité » envers les citoyens solidaires

Aujourd’hui :
⁃ À leur initiative, 21 migrants font la grève de la faim à Embrun depuis le 10 mai, suite à la notification pour deux d’entre-eux d’expulsion le 23 mai vers la Norvège. Ils revendiquent que la procédure Dublin soit levée pour l’ensemble de leur groupe
⁃ La santé mentale de nombreux migrants et demandeurs d’asile est mise à mal en raison de l’incertitude quant à leur sort et l’angoisse d’être rejetés vers ce qu’ils ont du fuir
⁃ Des migrants se trouvent à nouveau en errance en France ou dans le pays où ils sont renvoyés car sans solution de statut
⁃ Des mineurs isolés sont livrés à eux même dans les rues
Au final, le règlement de Dublin aboutit à la fabrique de clandestins.

Il est temps que la société civile européenne dise STOP à ces entraves aux droits qui sont au fondement de notre pays et de la construction européenne.

Nous appelons toutes les associations et autres collectifs nationaux qui luttent en faveur du respect des droits humains fondamentaux à s’unir et à solliciter de concert le nouveau gouvernement pour :
⁃ L’arrêt et l’annulation de toutes mesures d’expulsion au prétexte des accords de Dublin ;
⁃ Le droit pour toute personne contrainte de fuir son pays de trouver asile dans le pays de son choix.

Nous appelons les associations et autres collectifs européens qui luttent en faveur du respect des droits humains fondamentaux à s’associer à notre requête auprès de leur gouvernement respectif, car cette requête est celle de l’Europe dans son ensemble.


Embrun, le 18 mai 2017


http://www.millebabords.org/IMG/pdf/201 ... embrun.pdf
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2772
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Soutien aux sans papiers et exilé-es

Messagede Pïérô » 21 Mai 2017, 03:18

Radio : Tours, soutien aux sans papiers
Emission de Demain Le Grand Soir du 17 mai 2017 sur les migrant-e-s
à écouter : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1717
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité