Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 30 Sep 2017, 17:19

Laurent Baffie s’amuse ? Salut les sexistes !

Au cours de l’émission « Salut les terriens ! » diffusée le 23 septembre sur C8, Laurent Baffie soulève la jupe de Nolwenn Leroy sous les rires de Thierry Ardisson, qui interroge : « C’est pour l’audience ? ». « Faut du cul ! Faut du cul ! », s’empresse de répondre le chroniqueur/humoriste, secondé par un présentateur simulant la réprimande à coups de propos sexistes : « C’est une jeune maman Laurent ! ». Et Baffie de conclure l’échange : « Une belle jeune maman ! »

Cette séquence, et les réactions qu’elle a provoquées dans certains médias comme Public, Gala ou encore dans l’émission « Touche pas à mon poste », témoignent de l’enracinement dans les médias de ces comportements qui nourrissent la culture du viol [1]. Comme à chaque fois, la défense-réflexe d’un collègue (et ami pour certains) adoubé pour son « franc parler », le divertissement et l’ambiance « bon enfant » de l’émission sont brandis comme autant de paravents justifiant que l’on appelle « blague », « jeu », ou que l’on présente comme un simple « geste déplacé », voire comme un simulacre ce qui est en réalité une agression.

... http://www.acrimed.org/Laurent-Baffie-s ... s-sexistes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 08 Oct 2017, 22:38

Adidas fait poser une mannequin qui ne s'épile pas et soulève une vague de haine

Pour promouvoir la nouvelle version de sa Superstar Original 80, Adidas a embauché des "icônes de demain".

Gris métallique, la basket est portée par la mannequin et artiste Arvida Byström. La jeune femme milite contre les carcans de la féminité et contre les rôles liés aux genres.

Dans le court spot vidéo de la marque, Arvida Byström porte une paire de Superstar et montre ses jambes... et ses poils. Car la mannequin ne s’est pas épilée pour l’occasion, vu qu’elle ne le fait pas dans la vie quotidienne.

Dans le spot, elle déclare "Je pense que la féminité, c’est un concept culturel. Je pense que tout le monde peut être féminine, faire des choses féminines, et que la société actuelle a très peur de ça".

"Va te raser"

Ce spot ne fait évidemment pas l'unanimité auprès des internautes. Si la féminité a de nombreux visages et s'engage dans de nombreux combats aujourd'hui, la société reste effrayée par ce qu'elle remet en question. Les hommes sont poilus, les femmes s'épilent. Point.

Le problème c'est que les commentaires visent non seulement le fait de laisser pousser ses poils mais aussi la mannequin elle-même et Adidas par la même occasion.

"Va te raser!", "Ferme ta gueule, sale féministe imbécile, c’est moche cette merde", "Dégueulasse, proprement dégueulasse" ou encore "Eh bah maintenant c’est sûr, je ne porterai jamais d’Adidas", peut-on lire en commentaires (et encore ce sont les moins "pires").

la suite : http://www.lalibre.be/lifestyle/mode/ad ... 1d26567510
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2058
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 18:51

Un Trump à la Française

Après des propos sexistes, l’adjoint au maire de Montauban persiste et signe :« je n’ai que des femelles à la maison »

Suite à un poste sexiste et misogyne sur les réseaux sociaux, Philippe Fasan, adjoint au maire à la mairie de Montauban mais aussi chanteur reconnu de musique country, se défend en appelant à la liberté d’expression, à l’humeur mais aussi au nombre de femelles présentes dans sa propriété !

L’affaire a fait la une de plusieurs journaux locaux. Un adjoint du maire a publié sur son mur Facebook une phrase qui n’est pas passée inaperçue, et a fait réagir une bonne partie de l’opinion publique. La phrase est la suivante : « En chaque femme, il y a quelque chose de bien mais je dois l’introduire moi même. » Un vrai philosophe, toute une prouesse pour monsieur petit pois, qui adore jouer au cow-boy en se déguisant dans le style far-west, tout en chantant avec un mauvais accent américain, pour ainsi satisfaire son ego machiste avec une teinte de refoulement…

La citation, qui a été enlevée de son profil Facebook depuis, a provoqué l’indignation du porte parole du parti communiste du Tarn-et-Garonne, Thomas Portes, qui a demandé la démission de la personne, jugeant ses propos inacceptables. Pour l’instant, aucune réaction de la part de la mairie, ni de madame la mairesse Brigitte Barèges, maire Les Républicains. Il faut comprendre que ce bord politique, la droite, est de plus en plus décomplexé, et cela se reflète surtout dans leur propos racistes, misogynes et de mépris de classe, qui repentent jusqu’à l’épuisement.

Mais le pire reste à venir, comme tout mauvais film hollywoodien il faut voir la deuxième parti pour comprendre quelque chose à la première. Contacté par France 3 Occitanie, le chanteur misogyne réaffirme : « C’est une citation. La phrase est entre guillemets. Sexiste moi ? À la maison, j’ai une femme, deux filles, deux chattes et 20 poules. Je n’ai que des femelles à la maison. Alors sexiste. Je ne vais pas m’excuser. Je n’ai rien fait de mal. Je n’ai pas violé des enfants. Pour moi Facebook est un espace de liberté et d’expression où l’on peut rire et s’exprimer. Ce n’est pas le cas pour tout le monde et je le regrette. Je suis offensé. Je suis blessé. »

... http://www.revolutionpermanente.fr/Apre ... ai-que-des
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Pïérô » 22 Oct 2017, 01:29

Philippe Briand et les danseuses de samba : éléments d’analyse d’un buzz

Si le président de la métropole de Tours a reconnu qu’une erreur avait été commise à l’occasion de l’inauguration de la station d’épuration de Luynes, cela ne doit pas occulter les questions que posent cet épisode en termes d’image des femmes.

Le 7 octobre dernier, le compte Facebook de la métropole publiait une photo de l’inauguration de la station d’épuration de Luynes, mettant notamment en scène Philippe Briand, le président de l’intercommunalité. Très rapidement, les commentaires fleurissent, dénonçant le sexisme de la mise en scène. En effet, les élus encravatés qui se chargent de couper le ruban tricolore sont entourés de deux danseuses de samba vêtues de jupes courtes et de brassières. Le contraste entre ces cinquantenaires grisonnants en costume et ces jeunes femmes produit un effet assez désastreux.

D’heures en heures, le nombre de partages de la publication et de réactions s’amplifie. La photo circule également sur Twitter, où elle devient virale. Certains médias locaux commencent à reprendre l’information, puis c’est la presse nationale qui s’en empare, alléchée par la perspective d’attirer des clics sans efforts : on reprend la photo, on ajoute quelques captures d’écrans de commentaires indignés, on met trois lignes de contexte et on s’assure quelques milliers de visites pour pas cher. Les titres parlent de « femmes dénudées » (France Info) ou de « femmes en petites tenues » (Le Huffington Post) pour se garantir un bon buzz.

... http://larotative.info/philippe-briand- ... -2471.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 02 Nov 2017, 21:08

Le coup de patte de Nadia Daam‏ contre le forum 18-25 de jeuxvideo.com




Harcèlement: Nadia Daam s'attaque aux trolls antiféministes de Jeuxvidéo.com et se fait lyncher

ANTIFÉMINISME La chroniqueuse d’Europe 1 a dénoncé le sabotage du numéro « anti-relous » par certains membres du forum 18-25 de Jeuxvidéo.com...

Le numéro de portable « anti-relou » n’aura tenu que trois jours. Ce service, destiné à décourager les auteurs de harcèlement, a subi une « une attaque » coordonnée sur le forum 18-25 du site Jeuxvideo.com, soit l’envoi de quelque « 20.000 messages d’insultes », obligeant Clara Gonzales et Elliot Lepers, les créateurs service, à fermer temporairement la ligne.

la suite : http://www.20minutes.fr/medias/2161643- ... it-lyncher
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2058
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 09 Nov 2017, 13:22

Extrême droite

Cyber-harcèlement en masse contre des militantes féministes sur Jeuxvidéo.com

La semaine dernière, deux militants féministes qui ont initié une campagne de sensibilisation sur le harcèlement de rue, à travers la mise en place d'un « numéro relou », ont été l'objet d'attaques haineuses - entre harcèlement, sabotage et menaces de mort - de la part de membres actifs du forum « Blabla 18/25 » du site jeuxvideo.com, régulièrement critiqué pour ses campagnes de cyberharcèlement. Nadia Daam, journaliste à Europe 1 qui a chroniqué mercredi sur le sujet, a également été la cible de trolls antiféministes, subissant de nombreuses menaces : menaces de mort, menaces de viol, menace sur son enfant, mais aussi tentative d'intrusion à son domicile au milieu de la nuit...

... http://www.revolutionpermanente.fr/Cybe ... xvideo-com
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 19 Nov 2017, 21:58

Armés, racistes, antiféministes

La cible des masculinistes et autres antiféministes du Forum 18-25 est une femme, jeune, racisée (d’origine immigrée), précaire (pigiste dans la presse audiovisuelle), athée. Le niveau des agressions qu’elle subit – messages de haines, menaces de mort et de viol, insultes, injures pornographiques, etc. – va de pair. Convaincus qu’ils sont les victimes d’un féminisme bourgeois offensif et pervers, incarné par des « féminazi » et porté dernièrement par les protagonistes de la campagne « anti-relous », ces chevaliers contemporains reprennent le flambeau d’une longue dynastie de militants « antisystème ». Un système « devenu égalitaire » où ils ne retrouveraient plus leurs repères. Les « kheys » – les frères – se sentent floués, agressés, à la marge d’une société qui les ignore, ne les comprend pas, car en demande constante de performance, de compétition, de normes, y compris au sein de cette égalité femme-homme qu’ils nient. Ils aiment à se glisser dans la peau du Célestin, le pauvre mec « qui ne chope pas [les nanas] ». Alors ils s’échangent de bons conseils et approchent les salles de muscu, histoire de devenir de « vrais hommes », qui assurent, virils.

à lire : https://joellepalmieri.wordpress.com/20 ... eministes/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2058
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 02 Déc 2017, 13:31

C8: La blague de Tex sur les femmes battues provoque un tollé

MALAISE « Comme c’est un sujet super-sensible, je la tente… », a prévenu Tex avant de raconter une « blague » dont il a le secret sur le plateau de C’est que de la télé…

La vanne ne passe pas. L'animateur Tex est au cœur d’une polémique à cause d’une blague sur les femmes battues qu’il a racontée sur le plateau de l’émission C’est que de la télé, sur C8, ce jeudi.

De nombreux téléspectateurs s’indignent sur les réseaux sociaux

« Comme c’est un sujet super-sensible, je la tente… Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? Elle est terrible celle-là… On ne lui dit plus rien, on vient déjà de lui expliquer deux fois ! », a osé l’animateur.

Si le public du plateau a applaudi, on ne peut pas en dire autant des téléspectateurs. Cet humour plus que noir a choqué de nombreuses personnes qui ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux. De nombreux tweets ont dénoncé les propos du présentateur des Z’amours.

... http://www.20minutes.fr/television/2179 ... oque-tolle
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 13 Déc 2017, 22:22

La ville de Béziers plaisante des féminicides sur une affiche pour le TGV

Image

Non, ce n’est malheureusement pas un fake. Ce matin, Robert Ménard, le maire controversé de Béziers, a annoncé sur Twitter le lancement d’une nouvelle campagne de sa ville pour l’arrivée du TGV en Occitanie. Sur l’affiche partagée sur le réseau social, on découvre une femme ligotée à des rails qui crie à l’approche d’un train s’apprêtant à lui rouler dessus. Une image illustrée par le commentaire suivant: “Avec le TGV, elle aurait moins souffert!”

Les internautes ont rapidement réagi à cette minimisation des violences faites aux femmes, à commencer par Sébastien Denaja, porte-parole du Parti socialiste, qui appelle Marlène Schiappa à condamner la stratégie de communication du maire de Béziers.

la suite : http://cheekmagazine.fr/wtf/robert-mena ... eminicide/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2058
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 26 Déc 2017, 22:42

Un million d’euros d’amende pour NRJ après des propos dégradants contre une femme

La station a été sanctionnée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour des « commentaires avilissants » tenus lors d’une émission de l’animateur Cauet.

La chaîne de radio NRJ a été sanctionnée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à la suite de propos tenus dans l’émission de l’animateur Cauet « C’Cauet », a fait savoir l’autorité de régulation des médias dans un communiqué mercredi 20 décembre. Le 9 décembre, un canular téléphonique « durant lequel les auteurs ont formulé des commentaires avilissants relatifs au physique d’une femme », avait été diffusé à l’antenne, rapporte le gendarme de l’audiovisuel.

Dans cette émission, une auditrice appelle sa belle-sœur pour lui annoncer qu’elle a eu des relations sexuelles avec le conjoint de cette dernière, la qualifiant notamment de « grosse truie ». Selon le CSA, les auteurs de ce long canular « ont formulé des commentaires avilissants relatifs au physique d’une femme, victime du canular, ainsi que des insultes et des propos dégradants concernant sa vie intime ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/ ... Ya3IFbw.99
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2058
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Pïérô » 16 Jan 2018, 19:01

Riss Charlie-Hebdo

Ma main dans ta gueule

« Les gars, vous savez ce qu’on dit à une femme qui a les deux yeux au beurre noir ? On ne lui dit plus rien ! Parce qu’on vient déjà de lui expliquer deux fois ! » Cette blague prononcée par l’animateur Tex sur la chaîne C8 lui a aussitôt valu une mise à pied de France 2 suivie dans la foulée de son licenciement.

Fini de rigoler, fini le second degré, fini l’humour noir. C’est ainsi. Par des juges invisibles tapis quelque part autour de vous, il a été décidé qu’il ne fallait plus rire en public avec ce genre d’humour. Aucun tribunal n’a prononcé de sentence, aucune loi n’a été violée, et pourtant, le bourreau a fait son office et coupé la tête du malheureux animateur. On invoque la lutte contre les violences faites aux femmes pour justifier la sanction de cette blague cruelle. Le féminisme a bon dos. Cette explication est inacceptable, car c’est toujours par ce procédé qu’on censure et qu’on interdit. Ne faites pas de blagues sur la religion, car vous stigmatisez les croyants. Ne faites pas de blagues sur les petits enfants qui se font tripoter, car vous banalisez la chose. Ne faites pas de blagues sur les handicapés, car vous aggravez leur situation. C’est la théorie de l’huile sur le feu. Et si vous riez à une blague, vous contribuez à aggraver l’injustice que l’humour a eu l’audace de mettre en scène.

Que reste-t-il au rire après ça ? Plus rien. Parce que le ressort de l’humour est précisément la transgression. On prend la liberté de rire avec quelque chose qui n’est pas drôle. Car, c’est vrai, battre des femmes ce n’est ni bien ni drôle. Violer des enfants ce n’est ni bien ni drôle. Humilier des handicapés ce n’est ni bien ni drôle. En réalité, rien n’est drôle dans la vie. Un piano ce n’est pas drôle. Un type qui marche dans la rue ce n’est pas drôle. Mais un piano qui tombe du dixième étage sur la tête d’un type qui marche dans la rue, c’est drôle. L’humour est une construction de l’esprit, une invention qui se renouvelle en prenant sans cesse des libertés C’est précisément ce qui insupporte les censeurs : prendre trop de liberté. Cette fois vous allez trop loin. Contrairement à ce qu’on croit, la première vertu de l’humour n’est pas de faire rire, mais de s’emparer d’une liberté que personne ne vous a accordée. Moi, je décide que cette chose est drôle. Je ne demande l’autorisation à personne. Je prends cette liberté et je ris. C’est bien pour cela que le rire a toujours été subversif et inquiète tous les ordres établis. Il ne respecte pas la hiérarchie, il est indifférent aux grades et aux positions sociales ou morales. L’humour est la première manifestation de la liberté. Qu’importe que les blagues soient drôles ou pas, qu’elles aient de l’esprit ou pas, qu’elles soient fines ou grossières. Ce qui compte, c’est de s’approprier une liberté et d’en faire usage : je ris, donc j’existe. La question du bon goût est secondaire. L’enjeu est ailleurs.

Malheureusement cette liberté n’a jamais été autant remise en cause. Il suffit de lire les réactions sur les réseaux sociaux dès qu’une blague ou un dessin déplaisent. Une armée de censeurs surgit de nulle part et vous envoie aussitôt à la potence. Menaces de mort, injures, et maintenant licenciement… Tous ces braves gens s’imaginent investis d’une moralité exemplaire et sublime qui leur donnerait le droit de dire ce qui doit exister et ce qui ne doit pas exister. Cette vague autoritariste n’épargne personne : journalistes, acteurs, féministes, associatifs, militants de tout poil, professeurs, hauts fonctionnaires et bien d’autres encore, partout le moralisme trouve des censeurs prêts à agir pour réprimer les mauvais sujets. La France ressemble de plus en plus à une classe de lèche-cul toujours prêts à moucharder pour bien se faire voir du maître. Un France de lâches, de corbeaux et de délateurs qui croient défendre le bien, mais ne défendent que leur servilité. Qui ont la prétention d’œuvrer pour un monde meilleur, mais ne font que le rendre plus stupide en l’infectant de leur propre bêtise.

On s’adresse aux citoyens comme s’ils étaient des gosses. On leur fait les gros yeux quand ils disent des gros mots. On les envoie au coin quand ils disent des bêtises à la télé. On les récompense avec des bonbons quand ils sont obéissants. Le vocabulaire a été envahi par cet infantilisme organisé. « Crush » pour parler d’un « coup de cœur », « bae » pour dire « petit ami », « kawaï » pour dire « mignon », « lol » (laughing out loud) ou « MDR » pour dire « mort de rire », « xoxo » pour dire « bisou »… Dans ce langage puéril, les subtilités de l’humour noir n’ont plus leur place. On nous parle comme à des gosses pour pouvoir nous gronder comme des gosses. En réalité, on nous parle comme à des chiens, on nous donne des susucres comme à des chiens, et quand on ne pisse pas dans le caniveau, on nous punit comme des chiens.

Ce monde de « kawaï » et de « lol » n’a rien de gentil et de sympa. Ce langage infantilisant est destiné à nous maintenir et à nous contrôler. Finalement, une claque dans la gueule de temps en temps remettrait en place les idées à ceux qui veulent contrôler les nôtres.


Charlie-Hebdo N° 1326 du 20 décembre 2017

:roll:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 20:51

De la misogynie en médecine

La misogynie tue. Elle tue par ses violences, ses négligences : dans le cercle privé ou public. Mais elle tue aussi par le manque d’intérêt porté aux femmes dans la sphère médicale. Que dire face à des médecins qui soutiennent mordicus que les symptômes d’une crise cardiaque sont les mêmes chez l’homme et la femme alors que nous savons maintenant qu’ils sont totalement différents et que des femmes meurent de cette négligence ? Que faire pour lutter contre l’endométriose, la fibromyalgie, ou d’autres maladies majoritairement diagnostiquées chez les femmes pour lesquels les recherches sont peu nombreuses voire inexistantes ? Les cas de négligences sont légions : diagnostic systématiquement rattaché au poids pour les femmes grosses (entraînant la non prise en charge de réels problèmes de santé), négation de la douleur pour les femmes noires, négation du consentement des patientes dans le cas d’une grossesse, désinformation des femmes trans sur des sujets tels que prise d’œstrogène et tabagisme etc.

C’est pourquoi Médic’Action a décidé de vous donner la parole autour de 4 thèmes pour lesquels une semaine entière du mois de mars sera consacrée :
• Maladies « féminines » : endométriose, fibromyalgie, SOPK, cancer etc.
• Maladie mentale : sous diagnostic de la dépression, de la dépression post partum, mauvaise prise en charge des traumas
• Violences obstétriques
• Santé et vécu LGBT

Les témoignages seront publiés anonymement (si souhaité) sur notre compte Twitter au cours de la semaine portant sur le thème sur lequel vous contribuerez, dans le cadre d’un évènement plus grand présentant des projets de luttes contre ces mauvaises pratiques ainsi que des articles abordant le sujet.

Notre objectif étant de dénoncer ces pratiques dans leur ensemble, nous recherchons tous types de femmes pour aborder ces sujets, y compris des femmes racisées, trans’, handi, grosses etc. Le but n’étant pas d’avoir des tokens mais un éventail des vécus selon d’autres facteurs sociaux entrant en jeu.

Comme le projet n’est pas uniquement de dénoncer mais aussi de lutter contre ces violences, n’hésitez pas à nous parler de projets ou de pratiques qui ont amélioré votre vécu et permis une prise en charge digne de vos problèmes de santé.

Nous vous attendons par mail : medicaction@riseup.net ou sur Twitter pour plus d’informations.

https://a-louest.info/De-la-misogynie-en-medecine-295
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29852
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Pïérô » 18 Fév 2018, 16:29

Un rapport dénonce l’impunité face aux violences faites aux femmes sur internet

73% des femmes ont été victimes de violence sur internet. Un rapport du Haut Conseil à l’égalité alerte sur l’ampleur du phénomène et dénonce l’impunité dont les agresseurs bénéficient.

"Sale pute", "Je vais te violer", "Grosse salope." Les commentaires sexistes pullulent sur le web. Ce genre de commentaires injurieux reste souvent impuni. Un phénomène que dénonce le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) dans un rapport publié le 7 février 2018. Des violences qui ont pour objectif de "contrôler la place des femmes et les exclure de l’espace public présentiel ou numérique", selon le document d’une centaine de pages. Un phénomène que signale également une étude d’ONU Femmes affirmant que 73 % des femmes ont déclaré avoir été victimes de violences sur internet, et 18 % d’entre elles ont été confrontées à une forme grave de violence en ligne.

Les violences en ligne peuvent plusieurs formes, comme le décrit le HCE. Il existe le "cybercontrôle" dans le couple, où le conjoint va contrôler les activités de son partenaire en ligne, notamment avec des logiciels de géolocalisation et de surveillance. Une deuxième forme de violence est le harcèlement sexiste et sexuel, "à savoir l’action d’imposer des propos ou comportements à des femmes, parce qu’elles sont des femmes, et qui ont pour objet ou pour effet de créer une situation intimidante, humiliante, dégradante ou offensante, portant ainsi atteinte à leur dignité".

1 fille sur 5 a déjà été insultée en ligne sur son physique

Le harcèlement en ligne touche toutes les femmes qui s’expriment sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement les jeunes femmes comme l’indique le Conseil : "Une fille sur cinq de 12 à 15 ans, rapporte avoir été insultée en ligne sur son apparence physique". Celles qui dénoncent ce sexisme sont aussi plus couramment touchées par ces attaques. Le rapport prend l’exemple de la youtubeuse Marion Seclin, qui rien qu’en 2016, a reçu plus de 40 000 messages d’injures sexistes, de menaces de viol ou de mort après la publication d’une vidéo dénonçant le harcèlement de rue.

... https://www.lesinrocks.com/2018/02/07/a ... 111044084/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Haine sexiste : inventaire contre la banalisation

Messagede Lila » 27 Mai 2018, 21:36

Affaire de la fresque au CHU de Clermont-Ferrand : deux médecins condamnés pour injures sexistes contre une militante féministe

Deux médecins ont été condamnés vendredi à des amendes par le tribunal correctionnel de Paris pour "injures à raison du sexe", pour des propos tenus sur Facebook contre l'ancienne porte-parole de l'association Osez le féminisme, Anne-Cécile Mailfert.

En janvier 2015, l'association Osez le féminisme avait dénoncé une fresque dans une salle de l'internat du CHU de Clermont-Ferrand montrant un viol collectif : elle représentait Wonder Woman subissant les assauts sexuels de quatre autres super-héros. Plusieurs personnes s'en étaient ensuite pris à Anne-Cécile Mailfert sur la page Facebook "Les médecins ne sont pas des pigeons".

Sous des photomontages montrant la féministe en tenue légère avec un fouet, un des deux médecins condamnés avait écrit "la cochonne". Pour le tribunal, ces propos "visent bien à rabaisser". Ils ont "à l'évidence une connotation sexuelle, désignant une femme jugée de moeurs trop légères".

Son confrère avait lui écrit "grosse pute". Pour le tribunal, il s'agit d'"une attaque personnelle et dégradante", d'un commentaire "méprisant et outrageant ramenant la victime à la condition de femme comme objet sexuel".

Les deux médecins ont chacun été condamnés à payer 1.000 euros d'amende, dont 500 euros avec sursis. Ils devront verser un euro à Anne-Cécile Mailfert et à l'association Collectif contre le viol au titre des dommages et intérêts. Cette condamnation ne sera pas inscrite à leur casier judiciaire.

la suite : https://www.lamontagne.fr/paris/justice ... tor=CS2-17#refresh
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2058
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Précédente

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité